Navigation – Plan du site
DOSSIER

Émancipation, auto éducation existentielle
et éducation populaire de demain

Christian Verrier
p. 49-60

Résumés

L’émancipation est affaire de logiques personnelles confrontées aux déterminismes sociaux et éducatifs. Sans une prise de conscience et une part d’auto-éducation assumée par la personne, la démarche émancipatrice risque de ne pas advenir. Il est de plus considéré que l’éducation populaire, en infléchissant ses pédagogies en ce sens, peut contribuer à ce que soient travaillées chez chacun les dimensions existentielles nécessaires au déclenchement des imaginaires émancipateurs individuels, qui ont vocation à devenir collectifs.

Haut de page

Texte intégral

1Sont présentés ici quelques aspects individuels et existentiels de l’émancipation selon un point de vue d’autoéducation, ce qui conduit au rôle que pourrait jouer une éducation populaire qui, en plus de ses objectifs habituels de conscientisation politique et culturelle, prendrait pleinement en compte les éléments existentiels de chacun.

Émancipation, social et individu

  • 1 . La fameuse place d'Annie Ernaux (La place), dont une bonne partie de l'œuvre littéraire témoigne.
  • 2 . Paradoxalement, on peut ainsi s'estimer encore mieux comme on est que dans ce qui pourrait se pro (...)

2On peut avoir tendance à décliner l’émancipation comme si elle ne pouvait qu’advenir, abattant l’aliénation à coup sûr. Elle est également souvent perçue comme acquise une fois gagnée, ne pouvant se perdre à nouveau.
Mais nombre d’émancipations qui pourraient surgir ne surgissent pas - et même dans des situations ou des facteurs facilitants sont présents - les freins pouvant être sociaux mais aussi individuels, en la personne, en son psychisme et son rapport au monde. Dans certains cas, l’aliénation peut même plus ou moins être consciemment "choisie" contre l’émancipation, jugée trop couteuse (si toutefois l’aliénation est suffisamment "douce", cotonneuse, pour ne pas en devenir insupportable physiquement et mentalement). Car le mouvement d’émancipation n’est pas forcément de tout repos, inclut de l’incertitude, un changement de place1 qui ne va pas sans de l’inconfort possible. Une sorte de calcul coûts-avantages peut être intégré au choix, même de façon non consciente.
Il faut être en quelque sorte "motivé" pour aller vers de l’émancipation, et là comme ailleurs peuvent exister de l"amotivation", une apathie ou "passivité apprise" (Lieury, 2015), qui peuvent avoir été générées par des expériences antérieures malheureuses, inabouties, engendrant de la prudence et de la méfiance vis-à-vis des élans émancipatoires2.
De plus se joue une scène complexe entre social et individu, dont il peut ressortir que même avec les meilleures volontés sociales imaginables, l’émancipation n’advient pas (ou qu’à moitié, ou mal) sans l’élan intérieur individuel. Sans l’acte assumé de la personne, elle risque de ne pas être accomplie vraiment, de n’être que l’ombre d’elle-même. C’est bien en cet endroit que l’émancipation n’est pas que le fait de l’extérieur. Dans sa dialectique entre individu et social, elle appelle du "nous" et du "je", de l’action du moi sur moi, du pronominal, sans lequel là aussi les choses sont en partie compromises dans leur aboutissement. Ce n’est pas parce qu’on nous émancipe par une nouvelle tradition, coutume, un nouveau droit, une loi - tous aussi souhaitables et attendus peuvent-ils être - que l’on devient nouvellement soi-même émancipé par rapport aux normes intériorisées de longue date, ou même encore plus enfouies en nous. Ce que le titre de l’ouvrage dirigé par Clémentine Autain semble refléter (les hommes étant concernés d’une autre façon) (2013).
On peut donc proposer sans trop craindre de se tromper que participent à l’émancipation en marche un peu de social, de culture et d’éducation, de politique aussi, mais avec un mouvement existentiel fondamental et nécessaire en la personne. Sans lui rien n’arrive tout à fait, ou plutôt l’émancipation ne parvient pas à son terme désaliénant, libérateur. L’impression - à la fois infondée en droit mais fondée en soi - de ne pas être vraiment émancipé perdure, en un malaise diffus qui peut être durable. La plus grande liberté gagnée par les femmes a été accompagnée de contraintes nouvelles (éducatives, professionnelles, sociétales) qui, pour la sociologue, suscitent quelquefois contradictoirement des formes de culpabilité, des ambivalences, des doutes (Heinich, 2003), presque une nouvelle forme d’aliénation, à combattre à nouveau. C’est aussi en cela que l’émancipation produit de la mutation sociale et culturelle jusque dans le vécu familial intime. L’émancipation, aux périls de chacun, modifie la personne et le social, en même temps.

Émancipation et autoéducation existentielle

  • 3 . « Et il convient de se souvenir qu'une des formes les plus inquiétantes de l'aliénation contempor (...)
  • 4 . A côté des autres formes d'intelligences repérées par ce psychologue (intelligences linguistique (...)
  • 5 . Relativement à la réflexion et aux émotions, voir aussi : Christian Verrier, « Expérience réfléch (...)

3Lors de nos premiers échanges informels pour la préparation de ce numéro de revue, Martine Morisse écrivait : « l’émancipation implique une formation de soi, inscrite dans un parcours de vie éclairée, qui veut dire exigeant, en intégrant les principes d’une éducation tout au long de la vie, proche de ce que je désignerais (au conditionnel !) par l’autoformation ». Ce qui est en accord avec ce qu’écrivait de son côté Claude Debon : « L’autoformation comme capacité de penser par soi-même est un outil central de l’émancipation ».
Il ne peut y avoir d’émancipation sociale sans un mouvement intérieur des personnes (le préfixe auto dans autoformation), autrement dit ce qui pourrait s’appeler une "autorisation" à être son propre auteur (réduisant puis abolissant dans le meilleur des cas le refus d’être3 soi-même face aux dominations multiples), sans également une "autodétermination" qui sera entrevue plus loin, toutes choses consistant bien à parler d’autoformation, et, peut-on ajouter, surtout d’autoformation existentielle (je préfèrerai ci-après le terme autoéducation, me semblant plus pertinent sur ce point de l’existentiel).
Cette autoéducation existentielle est une forme d’intelligence réflexive de soi sur soi, à rapprocher des intelligences intra-personnelle (notre capacité introspective) et existentielle (notre capacité à penser nos passé et avenir d’être humain) décrites par Howard Gardner (2000)4. On pourrait encore sur le registre psychologique y ajouter le rôle des émotions (comment imaginer que les émotions soient absentes des situations d’émancipation, comment supposer qu’un acte émancipateur, par l’intensité interne qu’il suscite, ne nous "interroge" pas émotionnellement ?), qui développent en nous à leur façon une sensibilité toute particulière, que Goleman qualifie quant à lui d’intelligence émotionnelle5 (notre capacité à intégrer nos émotions pour mieux penser) (1997).
Une certaine forme de d’(auto)créativité existentielle est constitutive de l’émancipation, dans notre relation à nous-mêmes tout d’abord, puis à autrui. Mon émancipation me change, me rend différent de ce que j’étais, et elle induit du changement chez autrui me voyant changer, selon le principe de l’interrelation inévitable du social et de l’émancipation. A nouveau le risque est là, ainsi qu’éventuellement du malaise, comme déjà dit. Le malaise peut être une caractéristique du mouvement émancipatoire, mais l’estime de soi aussi, versant plus agréable. Une estime de soi devenant ainsi un bénéfice et un ingrédient nécessaires à la marche continue vers plus d’émancipation encore, à l’inverse du mépris de soi, de l’absence de confiance en soi.
La part d’autoéducation existentielle (faisant se connaître mieux, se mieux estimer, conduisant à davantage se faire confiance au sein même des perturbations provoquées par le mouvement d’émancipation) apparait assez logiquement déterminante dans l’émancipation individuelle (sans laquelle de l’émancipation sociale aboutie ne peut que difficilement advenir, l’inverse étant peut-être plus incertain), avec à ses côtés les fonctions centrales de l’intelligence existentielle, intra-personnelle et émotionnelle. Brossée très rapidement, et à approfondir et compléter, ce serait là la toile de fond de la perspective individuelle de l’émancipation, parallèlement à la perspective sociale qui sera présentée avec l’éducation populaire.
Mais, dans ce paysage général intérieur de l’individu, comment les barrières devant l’émancipation viennent-elles à se lever, à la faveur de quelles péripéties vécues les aliénations et dominations peuvent-elles commencer à être combattues ?

Pulsion, hapax, insight...

  • 6 . Qui témoigne lui-même en s'interrogeant lors d'une journée de formation sur l'émancipation en Bel (...)
  • 7 . « Se créer liberté, et un saint Non même face au devoir ; pour cela, mes frères, il est besoin du (...)
  • 8 . « Toute vraie occasion est un hapax, c'est-à-dire qu'elle ne comporte ni précédent ni réédition, (...)
  • 9 . Qu'on trouve aussi en psychanalyse et désignant alors le moment privilégié de prise de conscience(...)

4Cette sensibilité à ce qui est vécu de domination-aliénation, cette activité des types d’intelligence existentielle sans doute à l’œuvre dans l’émancipation, peuvent s’activer grâce à l’accumulation d’insatisfactions, de frustrations, rendant de moins en moins supportable ce qui est accepté d’habitude, jusqu’au "craquement", jusqu’à la manifestation d’émancipation, ou son début. Mais peuvent s’y ajouter et concourir au processus (ou le déclencher, l’accélérer) des événements singuliers, des occasions impromptues faisant que la transgression a lieu. C’est le coup de pouce, le petit supplément indispensable, peut-être la petite goutte d’eau d’inconscient faisant déborder la pulsion de son contenant-surmoi, le ça jaillissant subitement permettant à du moi plus émancipé de se révéler.
Il y a là, dans ces déclenchements-accroissements, des motifs conscients et inconscients, de l’immaitrisable en partie à ce moment-là, qui demanderont ensuite à être canalisés si l’émancipation ne veut pas se condamner à des dérives ruineuses (par manque d’auto-examen critique). Désaliénation de soi-même il y a alors, pour un temps plus ou moins durable selon les avancées dans la voie émancipatrice. De la mise entre parenthèses du surmoi laisse filtrer de l’autorisation, je peux aller davantage vers moi, c’est-à-dire ce dont je suis ontologiquement porteur par-delà mes conditionnements sociaux, m’individuer davantage, avec de la déviance, de l’émergence, de l’infraction aux normes aliénantes, extérieures et intérieures.
En certains moments, la manifestation d’émancipation (ne serait-ce qu’une main levée pour demander la parole, qui est prise pour la première fois, nous faisant bouger de la place de silence qui nous était assignée, pour reprendre une image de Christian Maurel6) peut relever du lent murissement, mais aussi parfois du quasiment instinctif, du pulsionnel, du besoin de créer sa liberté, en opposant si nécessaire une négation au devoir7.
Ces moments étonnants qui nous étonnent nous-mêmes quand ils nous arrivent, vont pour l’émancipation faire office de sortes d’hapax8 existentiels-émancipateurs, ou d’insights semblables à ceux de la psychologie de la forme9 (appréhension nouvelle et soudaine d’une situation estimée inextricable juste avant, sans passer par une succession d’essais-erreurs). Grâce à eux de la transformation survient en nous, un peu comme si le monde se reconfigurait subitement, entrainant parfois des élans pouvant aller dans le sens de l’émancipation individuelle.
Mais somme toute, à la suite de tels instants capitaux, le chemin vers l’émancipation doit être entretenu pour demeurer praticable, et de la motivation ainsi que de l’imaginaire sont sans doute indispensables, sur lesquels là aussi pourra s’appuyer de l’éducation populaire.

Motivation et imaginaire de soi

  • 10 . Dans le sens de s’autoriser à voir les choses autrement, en un mouvement d'émancipation individue (...)
  • 11 . Théorie qui n'est pas sans évoquer l'autodirection de Carl R. Rogers, et qui au moins la prolonge (...)
  • 12 . Fabien Fenouillet, « D'où vient la motivation ? », p. 34-36, et aussi, du même auteur : Les théor (...)
  • 13 . René Barbier, 2011, article en ligne : http://www.barbier-rd.nom.fr/journal/spip.php?article1498

5De la motivation pourra entretenir la flamme, avec les bénéfices pouvant en résulter. Tout militant pour de l’émancipation doit entretenir le feu sacré de son engagement, le social autant que sa psychologie personnelle y concourant. Nous en revenons à un questionnement central : pourquoi se résout-on, accepte-t-on notre part de "servitude volontaire", tandis que d’autres (ou nous-mêmes en d’autres circonstances) la refusent, cherchent à s’émanciper et surtout persévèrent dans une voie désaliénante ?
On retrouve à nouveau très vite ici l’idée d’autoéducation, d’autorisation10, d’autonomie (en tant que libération d’une hétéronomie négative), sans oublier la théorie de l’autodétermination d’Edward Deci et Richard Ryan, qui répondrait à des besoins fondamentaux de l’être humain11.
S’y ajouterait probablement un sentiment d’efficacité personnelle, que repère Albert Bandura, et qui s’articule à notre croyance en nos capacités de réussite dans nos entreprises. Etre motivé parfois ne suffit pas, il faudrait, en plus, se sentir capable d’accomplir ce qui est à accomplir12. Ce à quoi il faudrait ajouter encore qu’il est important aussi de se sentir prêt à passer à l’acte, notamment quant à notre motivation s’opposent d’autres priorités susceptibles de repousser le moment émancipateur, ce qui pose la question de savoir comment "prioriser" l’émancipation par rapport à d’autres impératifs.
Mais tout ne peut être calculé et pensé rationnellement, il y a certainement toujours un peu de flou personnel dans l’instant d’émancipation, du dilemme à vivre, qui pourra l’être de façon "épidermique", dans le geste imprévu de la main qui se lève, sans que tous nos paramètres internes soient clairement identifiés et pesés, hiérarchisés.
Hormis ses ressorts psychologiques, le mouvement vers l’émancipation, passant ou non par de l’insight ou de l’hapax, peut être favorisé par des circonstances favorables où le social, les groupes, l’individu, sont portés par de l’imaginaire personnel en tension vers de l’autonomie (individuelle et collective). Selon René Barbier réfléchissant à l’imaginaire social de Cornélius Castoriadis13, la société relève de l’action de chaque personne dans ses relations aux autres (organisation et institutions). Cette même société, surtout, s’étaye sur la création personnelle spontanée, imprévue, parfois incompréhensible (le mouvement émancipatoire en faisant partie). Ainsi les idées nouvelles émancipatrices (de soi et du monde plus largement) émergent-elles fréquemment de personnalités marginales, émancipées des déterminismes qui nous façonnent partiellement, dotées d’imaginaires singuliers, différents du normé. Elles peuvent engendrer de la novation, qui pourra devenir collective. L’émancipation, jamais acquise et pouvant se perdre, jaillit d’abord de l’intérieur, de notre psyché et de notre noyau imaginant, capable d’imaginer un autrement à nos vies. Sans cet imaginaire présent en moi – mais qui est aux prises avec les difficultés matérielles, les conditionnements – je n’ai pas idée d’une possible libération, et mes pulsions émancipatrices peuvent retomber très vite. Pour que ce soit plus durable, j’ai besoin d’une sorte d’utopie de moi-même plus ou moins clairement définie, qui viendra féconder une utopie plus large d’un "nous" social capable de faire œuvre de conscientisation de l’importance de l’émancipation, à laquelle l’éducation populaire doit contribuer sur le plan des groupes et de la politique.
Certaines périodes où l’imaginaire social créateur individuel est actif, avec cette libération de la main qui se lève pour de plus en plus de personnes, faisant passer l’imaginaire individuel à de l’imaginaire social, peuvent favoriser l’émancipation psychologique d’un peuple, ce peuple cher à l’éducation populaire.

Émancipation, existentiel et éducation populaire

  • 14 . Il est admis généralement que l’éducation populaire est une éducation conçue pour la classe la pl (...)
  • 15 . Par exemple le courant actuel pour une éducation populaire « politique » (EPP), marqué entre autr (...)
  • 16 . De façon anecdotique, ce n'est sans doute pas par hasard si, en 1899, l'une des toutes premières (...)
  • 17 . Pour atteindre et travailler avec ses groupes cet existentiel, l'éducation populaire pourrait avo (...)
  • 18 . Voir par exemple Janine Guespin-Michel (2015), qui montre qu'une nouvelle façon scientifique de p (...)

6La révolte, et, mieux encore, l’émancipation, à côté de l’aspect individuel-existentiel moteur et indispensable, peuvent aussi dépendre de circonstances historiques propices, qui vont aider les mains à se lever, en une remise en cause des dominations et aliénations de tous ordres, et aider dans le même temps à élaborer une conception critique de l’émancipation elle-même (Boltanski, 2009). Et c’est sans doute là une des missions de toujours de l’éducation populaire14, surtout dans sa composante qualifiée nouvellement de « politique » (Morvan, 2011)15.
Les grands mouvements d’éducation populaire marquent le pas aujourd’hui, au moins pour ce qui est de l’innovation éducative émancipante, et, de la même façon, les autres institutions d’éducation et de formation (éducation tout au long de la vie, formation des adultes, éducation permanente) sont en besoin de changements profonds non gadgetisés. Pourtant, pour s’en tenir à l’éducation populaire, l’émancipation a toujours été l’un de ses objectifs fondamentaux16, qu’elle conjugue volontiers avec « citoyenneté ».
Si le sentiment d’exister pour de bon et celui de l’émancipation individuelle sont favorisés par la montée de l’estime de soi ; si l’estime de soi est renforcée par de la motivation s’entretenant de réflexions et d’autorisation ; si l’émancipation prônée par l’éducation populaire se développe avant tout et initialement en l’individu s’auto-éduquant (on ne voit pas comment des individus - et les éducateurs eux-mêmes - seraient émancipés dans une société aliénante, si ce n’est par eux-mêmes d’abord), alors on entrevoit le parti que pourrait en tirer l’éducation populaire sur le terrain de la conscientisation. En vue d’une émancipation politique de tous plus vaste et ambitieuse (ce qu’elle envisage depuis toujours avec de moins en moins de succès), l’éducation populaire pourrait infléchir dans notre monde bouleversé ses actions éducatives en prenant en compte cette dimension auto-éducative existentielle primordiale, la plupart du temps laissée de côté, non observée et non travaillée. Ce qui revient à développer l’individuation, le soi, l’estime de soi, la motivation, l’imaginaire individuel, dans une perspective pédagogique de reliance émancipatrice.
La recherche de soi-même, sur soi-même, sur ce qui est vécu et éprouvé sensiblement dans l’émancipation personnelle, est une sorte de rétroaction de l’individu pris dans le monde, qui prend en compte son monde intérieur et le modifie, pour le faire rejaillir de façon interreliée sur le monde, la société, l’environnement, toutes choses intéressant l’éducation populaire. Une éducation populaire du XXIe siècle ne peut ignorer dans son geste pédagogique émancipant cette dimension incontournable, à moins que de se résoudre à ne rester que superficielle et en partie inopérante, parce que ne touchant pas à l’essentiel de ce qui nous constitue en profondeur, indépendamment du collectif tout en étant constamment en prise avec lui.
Pas plus que les autres formes d’éducation populaire celle se centrant sur la dimension existentielle n’est un renforcement de l’individualisme, elle est son contraire en ce qu’elle favorise et améliore le rapport humain et la relation éducative : « Les individus ne s’opposent pas au collectif. Au contraire, ils forment un tout indissociable qui se produit lui-même. Le collectif est produit par les individus et les individus sont produits par le collectif » (Restoin, 2008, p. 67).
La dimension existentielle de l’émancipation est peut-être celle demandant la plus grande et la plus profonde attention à soi et à autrui, elle est finalement au service d’un mieux vivre et d’un mieux-être-connaître-ensemble, gage d’un mieux agir dans l’éducation populaire rénovée dont nous avons besoin maintenant.
Cette voie n’est pas nouvelle, elle remonte à l’Antiquité (se connaître soi-même, tâche essentielle des hommes pour Socrate), mais un inventaire exhaustif de la littérature de et sur l’éducation populaire pour y relever ce qui irait dans ce sens ne donnerait probablement pas d’abondants résultats. Cet aspect de l’éducation, déjà bien peu développé dans l’éducation en général, n’est pas un point fort des activités d’éducation populaire. Il est pourtant la pierre angulaire de tout l’édifice. Sans des femmes et des hommes conscients de leur équilibre existentiel (qu’ils peuvent travailler, améliorer, au moins mieux comprendre grâce à l’éducation populaire prenant en compte cette dimension), comment vouloir atteindre à de l’émancipation politique qui vaille, comment espérer grâce à elle transformer le monde, sans risquer de déboucher à nouveau sur des impasses, des erreurs d’orientation dommageables ? (On a changé la société mais les hommes y sont restés les mêmes, même avec de la culture en plus).
Sans avec soi au moins un peu du "Connais-toi toi-même" socratique, comment un éducateur (populaire pour nous) peut-il entrer serein dans la relation éducative émancipatrice, comment peut-il vraiment comprendre ce qui arrive à l’autre pris dans la relation ?
L’éducation populaire est volonté de transmission culturelle, c’est l’un de ses objectifs les plus anciens auquel elle ne peut renoncer. Mais il s’agirait aussi, peut-être et surtout, maintenant, d’une éducation de la personne pour son émancipation même, sous-jacente à l’appropriation culturelle, avec, donc, l’importance des dimensions "auto", du pronominal des définitions (s’émanciper) et de l’auto éducation. Rien n’interdit de contribuer à développer davantage en éducation populaire le pôle "se connaître mieux", de penser des actions éducatives et pédagogiques allant dans le sens d’un existentiel mieux cerné qui servira d’autant mieux l’émancipation de tous.
Pour terminer, l’éducation populaire émancipatrice en son pôle existentiel serait la prise en compte éducative des éléments forts de l’existence qui nous traversent - par exemple la naissance, l’amitié, l’amour, la haine, la jouissance, la vie, la mort, etc. -, que l’on soit auditeur du peuple ou éducateur. Trop souvent délaissés par la plupart des éducations (au profit des « savoir » et « faire ») ces éléments sont vitaux, ils nous font peu à peu devenir ce que nous sommes. La prise en compte et le travail de cet existentiel17 et de la psyché en ses différentes strates sont tout aussi importants pour la personne et son émancipation que la considération de la culture et de la politique, et sans doute en partie conditionnent-ils la façon dont celles-ci vont se déployer chez chacun.
De l’émancipation individuelle et collective en sortirait renforcée, l’éducation populaire elle-même pourrait y trouver un nouveau souffle, correspondant peut-être mieux aux aspirations des nouvelles générations, qui plus qu’avant semblent avoir besoin-tendance dans leur engagement de vie (pouvant inclure de la militance, mais une militance plus clignotante, moins inscrite dans de l’institué durable) à ne pas sacrifier leur individualité à l’idéologie de la cause défendue.
Cette pédagogie rêvée pour l’émancipation va au-devant de la personne, sécurise en quelque sorte son avancée émancipatrice, l’accompagne (sur les plans intellectuels mais également plus personnels et existentiels, donc), lui donnant à mieux voir le mouvement dans lequel elle est prise, lui faisant différencier ce qui lui vient d’elle-même et ce qui lui vient de l’extérieur, de façon à ce qu’elle saisisse au mieux ce dans quoi elle est prise après avoir levé la main, qui ne doit pas retomber mais se lever à nouveau, de façon encore plus conscientisée que la première fois.
Plus que jamais, l’éducation populaire dans son œuvre d’émancipation se doit de dialectiser l’individu et le collectif, l’individuation et le social/politique, l’hétéro-éducation et l’auto éducation (dont elle peut tirer maints profits si elle prend le temps de l’examiner), la politique et cet existentiel trop souvent oublié. En somme, l’éducation populaire gagnerait dans sa démarche émancipatrice à adopter une vision-démarche multi référentielle et complexe, ce que certains auteurs ont déjà en tête et c’est tant mieux18.

Haut de page

Bibliographie

Ardoino, J. (2004). Propos actuels sur l’éducation. Paris : L’Harmattan.

Autain, C. (dir), (2013). Ne me libère pas, je m’en charge : Plaidoyers pour l’émancipation des femmes. Paris : Editions 84.

Barbier, R. (2011), La personne et l’imaginaire social créateur (ISC), réflexion à partir de Cornélius Castoriadis, article en ligne : http://www.barbier-rd.nom.fr/journal/spip.php?article1498

Boltanski, L. (2009). De la critique : Précis de sociologie de l’émancipation. Paris : Gallimard.

Csillik, A.S. & Le Merdy, T. (2007). « Type de motivation et engagement du processus motivationnel chez les personnes dépendantes ». Alcoologie et Addictologie, 29 (1), pp. 9-15.

Ernaux, A. (1986). La place. Paris : Gallimard.

Fenouillet, F. (2012). Les théories de la motivation. Paris : Dunod.

Gardner, H. (2000). Les intelligences multiples : Pour changer l’Ecole, la prise en compte des différentes formes d’intelligence. Paris : Retz.

Goleman, D. (1997). L’intelligence émotionnelle. Comment transformer ses émotions en intelligence. Paris : Laffont.

Guespin-Michel, J. (2015). Emancipation et pensée du complexe. Paris : Ed du Croquant.

Heinich, N. (2003). Les ambivalences de l’émancipation féminine. Paris : Albin Michel.

Jankélivitch, V. (1957). Le je ne sais quoi et le presque rien. Paris : PUF.

Lieury, A. (2015). « Cinq questions-clés », Sciences Humaines, n° 268, p. 39.

Maurel, C. (2010). Education populaire et puissance d’agir. Les processus culturels de l’émancipation. Paris : L’Harmattan.

Mercier, L. (1986). Les Universités populaires 1899-1914. Paris : Les Ed. Ouvrières.

Morvan, A. (2011). Pour une éducation populaire politique : Une recherche-action en Bretagne. Thèse de doctorat en sciences de l’éducation, Paris 8 Vincennes, 632 p., consultable en ligne : http://1.static.e-corpus.org/download/notice_file/2452933/MORVAN.pdf

Nietzsche, F. (1985). Ainsi parlait Zarathoustra. Paris : Folio Essais.

Onfray, M. (1991). L’art de jouir. Paris : Grasset.

Restoin, A. & Corond, M. (2008). Education populaire, enjeu démocratique. Défis et perspectives. Paris : L’Harmattan.

Verrier, C. (2007). « Expérience réfléchie et expérience non réfléchie », dans H. Bézille & B. Courtois (dir). Penser la relation expérience-formation. Lyon : Chronique sociale, (pp. 71-81).

Haut de page

Notes

1 . La fameuse place d'Annie Ernaux (La place), dont une bonne partie de l'œuvre littéraire témoigne.

2 . Paradoxalement, on peut ainsi s'estimer encore mieux comme on est que dans ce qui pourrait se produire avec de l'émancipation. Tous comptes faits, il peut arriver que même en ayant conscience de ses chaînes, on s’y trouve bien, ce qui bien évidemment entrave le mouvement d’émancipation. On dira que c’est le comble de l’aliénation, une absence préoccupante de motivation pour une plus grande liberté (cette liberté qui est aussi à apprendre). Certes, mais cependant, si on en est « bien » ? Si on sait (et non le suppose) que ça serait encore pire, ou beaucoup moins bien autrement ? Certes, Le Poinçonneur des Lilas de la chanson devient fou d’aliénation, mais j’ai connu des poinçonneurs (ou équivalents) qui semblaient heureux, qui en tout cas refusaient toute proposition d’avancement, de progression, pour ne pas être confrontés à des soucis professionnels et personnels nouveaux, bien comme ils étaient, bien décidés à ne rien changer à leur situation individuelle, professionnelle et privée, c’est du moins ce qu’ils disaient. Le comble de l'aliénation pourrait-on dire d'eux ?

3 . « Et il convient de se souvenir qu'une des formes les plus inquiétantes de l'aliénation contemporaine, fort mal analysée par les marxistes, celle-là, est l'auto-aliénation, notre refus d'être » (Jacques Ardoino, 2004, p. 131).

4 . A côté des autres formes d'intelligences repérées par ce psychologue (intelligences linguistique mathématique, corporelle, musicale, visuelle/spatiale, interpersonnelle, naturaliste, et, plus récemment, spirituelle).

5 . Relativement à la réflexion et aux émotions, voir aussi : Christian Verrier, « Expérience réfléchie et expérience non réfléchie », p. 71-81.

6 . Qui témoigne lui-même en s'interrogeant lors d'une journée de formation sur l'émancipation en Belgique : « Comment changer l'individu pour qu'il prenne la parole ? ». Et de se rappeler oralement son propre exemple : « Quand j'étais très jeune, dans un débat à l'université j'avais levé la main en espérant que l'animateur ne me verrait pas. Mais il m'a vu et j'ai parlé. J'ai vécu cela comme un acte d'émancipation, à la fois une libération et une mise en danger, c'est ambivalent ». La main s'était levée dans de l'incertitude (voulant/ne voulant pas être vue), accompagnée d'un basculement intérieur, tendu vers de la métamorphose de soi dans la place occupée. Une petite émancipation faisant changer de place, une autorisation de l'être par rapport à ce qu'il croyait être (moins que cela). Un sens de soi existentiel se faisait jour, une redéfinition de son être au monde (différent de la passivité, une tension vers de l'autonomie au sein même de l'hétéronomie). Une main levée qui auparavant ne se levait pas, une parole prise dans une assemblée alors qu'auparavant nous ne pouvions que demeurer silencieux, voilà pour Maurel des signes d'avancées émancipatrices. Voir plus avant : Christian Maurel, 2010.

7 . « Se créer liberté, et un saint Non même face au devoir ; pour cela, mes frères, il est besoin du lion » (Friedrich Nietzsche, 1985, p. 36).

8 . « Toute vraie occasion est un hapax, c'est-à-dire qu'elle ne comporte ni précédent ni réédition, ni avant gout, ni arrière gout ; elle ne s'annonce pas par des signes précurseurs et ne connait pas de "seconde fois" » (Jankélivitch, 1957, p. 117). Initié par Jankélévitch, l'hapax sera repris et adapté (en gardant l'idée générale) par Michel Onfray (1991).

9 . Qu'on trouve aussi en psychanalyse et désignant alors le moment privilégié de prise de conscience, ou moment ou l'inconscient est rendu conscient.

10 . Dans le sens de s’autoriser à voir les choses autrement, en un mouvement d'émancipation individuelle, avec des actes instinctifs et aussi réflexifs.

11 . Théorie qui n'est pas sans évoquer l'autodirection de Carl R. Rogers, et qui au moins la prolonge : la TAD (théorie de l'autodétermination) théorise le développement de la personnalité et des changements du comportement quand ils sont "automotivés". Selon la TAD, chacun est porté naturellement à l'intégration et au développement de sa personnalité dans un soi harmonieux et cohérent, en une recherche de réduction des dissonances psychologiques

(http://www.entretienmotivationnel.org/articles/autodetermination/). Voir aussi : A.S. Csillik., T. Le Merdy, 2007, p. 9-15.

12 . Fabien Fenouillet, « D'où vient la motivation ? », p. 34-36, et aussi, du même auteur : Les théories de la motivation, 2012.

13 . René Barbier, 2011, article en ligne : http://www.barbier-rd.nom.fr/journal/spip.php?article1498

14 . Il est admis généralement que l’éducation populaire est une éducation conçue pour la classe la plus nombreuse et la plus démunie. Schématiquement, il s’agit d’un projet de démocratisation de l’éducation, principalement porté par des associations, dans le but de compléter l’enseignement initial. Issue d’une conception éducative humaniste et émancipatrice, l’éducation populaire œuvre à l’avènement d’un homme plus conscient de son devenir et de celui de la société à laquelle il appartient, et de celle de demain, qu’il se doit de promouvoir dès aujourd’hui. Quelques-uns de ses mots-clés sont la citoyenneté, la conscientisation, l'émancipation. Je souscris aux approches qui considèrent l'éducation populaire comme devant être pensée et réalisée avec, par et, pour le peuple en privilégiant la dimension de la politique, et j'y ajoute pour ma part celle de l'existentiel.

15 . Par exemple le courant actuel pour une éducation populaire « politique » (EPP), marqué entre autres par la thèse de doctorat en sciences de l'éducation d'Alexia Morvan consultable en ligne : http://1.static.e-corpus.org/download/notice_file/2452933/MORVAN.pdf) et l'ex scop Le Pavé récemment auto-dissoute et devenue Le Contrepied et La Trouvaille.

16 . De façon anecdotique, ce n'est sans doute pas par hasard si, en 1899, l'une des toutes premières Universités populaires parisiennes s'est baptisée elle-même « L'Émancipation du XVe » (Mercier, 1986, p. 63).

17 . Pour atteindre et travailler avec ses groupes cet existentiel, l'éducation populaire pourrait avoir recours à des pédagogies s'inspirant par exemple du psychodrame de formation, des discussions de groupe, des histoires de vie individuelles et collectives, de la recherche-action existentielle, etc. La place manque ici pour s'y attarder, mais cherchant bien il n'y aurait que l'embarras du choix.

18 . Voir par exemple Janine Guespin-Michel (2015), qui montre qu'une nouvelle façon scientifique de penser le monde, plus dialectique que dans les recherches traditionnelles, s'inspirant fortement de la pensée complexe, est susceptible de participer activement au renouvellement non seulement de la recherche, mais aussi de l'action politique (à laquelle nous ajoutons donc l'action éducative, indissociable de la politique).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Verrier, « Émancipation, auto éducation existentielle
et éducation populaire de demain
 », Recherches & éducations, 16 | 2016, 49-60.

Référence électronique

Christian Verrier, « Émancipation, auto éducation existentielle
et éducation populaire de demain
 », Recherches & éducations [En ligne], 16 | Octobre 2016, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/2644

Haut de page

Auteur

Christian Verrier

Université de Paris 8 Saint-Denis, Laboratoire Experice

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org