Navigation – Plan du site
Recensions

Fontaine, J. Les étudiantes en médecine à la faculté de Montpellier au cours de la Troisième République.

Paris : L’Harmattan, cool. Savoir & Formation, 242 p.
Christine Fontanini
p. 178-180
Référence(s) :

Paris : L’Harmattan, cool. Savoir & Formation, 242 p.

Texte intégral

1Avant cet ouvrage, seulement deux enquêtes historiques sur les premières étudiantes en médecine en France ont été écrites : l’une sur les premières doctoresses à Paris (Moulinier, 2006) et l’autre sur les premières doctoresses à la faculté de médecine de Nancy (Gilgenkrantz, 2012). En menant une étude dans la faculté de Montpellier, la plus ancienne de France, Jacqueline Fontaine complète ces travaux en s’appuyant sur divers documents : d’une part, ceux de la Bibliothèque du fonds ancien des Archives de la faculté de médecine de Montpellier, de l’inspection académique du Gard, de l’Hérault et des archives départementales du Gard, de l’Hérault et du Lot-et-Garonne ; et d’autre part, des documents, des lettres et des photos qui lui ont été confié par les petits-enfants de certaines de ces pionnières montpelliéraines lors de leurs rencontres. Ainsi, grâce à ce corpus, Jacqueline Fontaine a pu non seulement identifier toutes ces étudiantes en médecine à Montpellier au cours de la Troisième République mais aussi reconstituer certaines de leurs histoires personnelles et professionnelles.
Le livre de Jacqueline Fontaine est composé de trois parties. La première présente l’histoire de la scolarisation des filles tout au long de la Troisième République en France en montrant « le chemin long et escarpé » (p. 40) qu’elles ont dû suivre pour accéder au baccalauréat et entrer à l’université ainsi que toutes les embûches qu’elles ont dû surmonter comme les railleries masculines. L’auteure retrace également l’histoire de la faculté de Montpellier qui a été une des premières universités à ouvrir ses portes aux femmes et à former des doctoresses.
La seconde partie se focalise sur la situation globale des étudiantes en médecine et des femmes médecins sous la Troisième République. L’auteure rappelle que les pionnières en médecine en France provenaient de pays étrangers tels que la Bulgarie, la Roumanie, l’Empire russe car elles recherchaient une formation, qu’elles ne pouvaient acquérir dans leurs pays, ou le prestige des facultés françaises. Les premières étudiantes françaises à la faculté de Montpellier proviennent de l’école d’Alger, dépendante de celle de Montpellier car cette dernière est seule habilitée à délivrer les diplômes. L’entrée des étudiantes françaises dans l’enseignement supérieur, et notamment en médecine, a été favorisée par le soutien marqué de l’impératrice Eugénie qui considérait nécessaire la formation de femmes médecins pour soigner les algériennes malades tout en respectant les préceptes religieux de cette colonie française qui n’autorisaient pas les hommes médecins à mener une consultation auprès de ces femmes ou à entrer dans un harem.
La troisième partie est consacrée aux cas individuels d’étudiantes, françaises et étrangères, de la faculté de Montpellier sous la Troisième République. Jacqueline Fontaine a tout d’abord procédé au recensement de toutes ces étudiantes. Elle a ensuite examiné leurs origines géographiques et sociales, leurs modes d’hébergement à Montpellier, leurs situations familiales, leurs migrations entre la Faculté de Montpellier et celle de Paris notamment pour les étudiantes étrangères et leurs sujets de thèses quand ces dernières sont soutenues. Dans le dernier chapitre, l’auteure présente ainsi la biographie de quatre étudiantes (trois russes et une française) en médecine à la Faculté de Montpellier qu’elle a pu reconstituer grâce aux différents documents et souvenirs de leurs descendant-e-s. Ces biographies montrent que ces pionnières n’ont pas suivi les mêmes parcours pour accéder à ces études, n’ont pas eu non plus les mêmes vies professionnelles et personnelles selon les activités professionnelles de leurs époux, selon leurs lieux d’habitation et selon le contexte social. Trois sur les quatre ont néanmoins poursuivi leur objectif premier, celui de soigner.
En filigrane des situations singulières, ce livre permet de saisir les droits successifs des filles accordés au fur et mesure de leurs revendications : en 1868, elles peuvent étudier dans les facultés de Paris et Montpellier ; en 1882, elles peuvent accéder à l’externat et en 1888, à l’internat. Malgré ces ouvertures progressives, les étudiantes en médecine restent peu nombreuses pendant toute la Troisième République, puisqu’en 70 ans, seulement 458 ont obtenu leurs doctorats d’Etat ou d’université alors que chaque année de cette même période, environ 150 garçons soutenaient leurs thèses de médecine. Néanmoins, ces femmes ont transgressé les normes sociales en étudiant la médecine et en pratiquant ensuite la profession de médecin.
Cet ouvrage permet également de mieux appréhender leurs difficultés pour mener de front, à une époque où les femmes étaient plutôt destinées à être seulement des épouses et des mères, leurs vies professionnelles et familiales, qu’elles soient d’origine étrangère ou française.
Nous pouvons espérer que Jacqueline Fontaine va compléter cette recherche en considérant le cas des étudiantes en médecine et des femmes médecins à partir des années 1940 jusque 1960 comme elle le suggère dans sa conclusion. Ce travail permettrait de mettre en évidence comment ces études supérieures et cette profession se sont peu à peu ouvertes aux femmes en France.
Nous pouvons toutefois regretter dans cet ouvrage fort documenté que le luxe de détails et de descriptions offerts par Jacqueline Fontaine ne soit pas plus généralement appuyé d’une analyse de la place octroyée et prise par ces femmes à leur entrée dans cette profession en regard de celle des hommes, notamment celle concernant les spécialités et qui perdure encore actuellement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Fontanini, « Fontaine, J. Les étudiantes en médecine à la faculté de Montpellier au cours de la Troisième République. », Recherches & éducations, 16 | 2016, 178-180.

Référence électronique

Christine Fontanini, « Fontaine, J. Les étudiantes en médecine à la faculté de Montpellier au cours de la Troisième République. », Recherches & éducations [En ligne], 16 | Octobre 2016, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 21 août 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/2713

Haut de page

Auteur

Christine Fontanini

Laboratoire Inter-universitaire des Sciences de l’Éducation et de l’Information (LISEC)
Équipe Apprentissages, Pratiques d’Enseignement et d’Education
Université de Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org