Navigation – Plan du site
Recensions

Laurent Gutierrez, Jérôme Martin et Régis Ouvrier-Bonnaz (dir.) (2016).
Henri Piéron (1881-1964). Psychologie, orientation et éducation.

Toulouse : Octarès, 276 p.
Xavier Riondet
p. 182-186
Référence(s) :

Toulouse : Octarès, 276 p.

Texte intégral

  • 1 . Institut National d’Etude du Travail et de l’Orientation Professionnelle (INETOP).
  • 2 . Nous renvoyons les lecteurs à un chapitre très instructif de Laurent Gutierrez sur la Société fra (...)

1Fruit d’un colloque qui s’est déroulé à l’INETOP1 en novembre 2015, cet ouvrage sur Henri Piéron (1881-1964) s’est attaqué à un paradoxe : Piéron, un des acteurs majeurs de l’autonomisation de la psychologie par rapport à la philosophie et de son rapprochement vers les sciences expérimentales, est aujourd’hui largement méconnu des publics étudiants et parfois des chercheurs eux-mêmes. L’ouvrage codirigé par Laurent Gutierrez, Jérôme Martin et Régis Ouvrier –Bonnaz vient combler un vide dans un genre peu en vogue, l’histoire des champs scientifiques, et pourtant essentiel pour penser l’évolution d’une discipline. L’ouvrage permet de revenir sur les pérégrinations d’un acteur dans un champ scientifique (en l’occurrence la psychologie), cherchant à y prendre position, développer des interactions pour influer sur l’évolution de ce champ et orienter certaines déclinaisons dans l’espace social.
Formellement composé de trois chapitres (Piéron et la psychologie scientifique, Piéron et la psychologie appliquée, Piéron comme figure internationale de la psychologie), cinq points caractérisent la singularité de cet ouvrage.
Plusieurs contributions décrivent l’émergence de ce scientifique qui occupa la chaire de physiologie des sensations au Collège de France de 1923 à1958. Pour Nicolas et Gounden, c’est le comportement des organismes qui intéresse très tôt Piéron, qui considère les organes comme des « portes de la connaissance » (p.7). Laissant de côté l’étude subjective des phénomènes de conscience, il veut contribuer à l’émergence d’une science biologique des comportements de l’homme et des animaux. Piéron défend à cet égard une psychologie de laboratoire à partir d’instruments de mesure. Le sillon qu’il trace dans le champ se caractérise par l’étude objective de la mémoire et des sensations, et par la spécificité d’une psychophysiologie. Les centres d’intérêts de Piéron sont divers. La contribution d’Evrard et de Gumpper montre l’action de Piéron à l’époque des liens complexes entre la psychologie et la métapsychie. Piéron avait collaboré avec Nicolas Vaschide au sujet de la question des rêves et des croyances, il avait également participé provisoirement avec l’Institut Général Psychologique (IGP). Les auteurs reviennent sur le rôle de filtre et de garde-frontière de la psychologie occupée par Piéron à un moment où une rubrique « métapsychie » était apparue dans l’Année Psychologique de 1913 à 1942. L’émergence de Piéron n’est pas franco-centrée. Moreu revient sur la réception de Piéron en Espagne et les collaborations entre le psychologue français et son homologue Emilio Mira. Pineda évoque l’influence de la psychologie française en Argentine puis le reflux de la psychologie expérimentale française après 1945. En s’appuyant sur l’étude de la Rivista di Psicologia, Ceccarelli ne traite pas simplement des relations entre psychologues français et italiens, mais de la réception des travaux de Piéron dans la revue. Bandeira de Melo et Freitas Campos mettent en exergue l’apport de Piéron au développement de la psychologie au Brésil et les encouragements de celui-ci à destination de l’action de Filho dans ses réflexions sur l’efficacité du modèle d’enseignement brésilien.
Autre singularité de l’ouvrage : la question des correspondances. L’ouvrage est emblématique d’un tournant important dans l’historiographie de la psychologie française avec l’utilisation des correspondances en tant qu’archive. À cet égard, la publication des correspondances de Binet (Klein, 2008, 2011) avait été un événement puisqu’il s’agissait de la publication d’un ensemble de relations épistolaires entre psychologues français contribuant à envisager d’une voie nouvelle la description de l’évolution d’un domaine de connaissances. C’est une voie médiane qui s’était alors ouverte pour éviter d’une part la simple énumération des grands scientifiques et de leurs grandes découvertes, et d’autre part une histoire sociale et culturelle de la psychologie en France trop externaliste. Les contributions de Klein, Wagnon et Ruchat rendent ainsi visible l’émergence d’une « communauté épistémologique » dans un enchevêtrement d’histoires. Partant des propos de Piaget voyant en Piéron un successeur de Binet, Klein met en exergue par une étude minutieuse une « filiation scientifique contrariée » constituant de manière plus large une « tension inhérente à l’histoire de la psychologie scientifique française » (pp. 35-36). Wagnon, par son travail à partir d’ « égo-documents », permet aux lecteurs d’appréhender les réseaux de sociabilité dans lequel baignait Piéron et de donner un aperçu d’une communauté scientifique en train de se développer. On y apprend que Piéron était en contact avec une nébuleuse de correspondants représentative des cercles d’influences de la psychologie belge. À travers ces données et la représentation cartographique des relations épistolaires, on constate, hormis l’évocation des difficultés quotidiennes inhérentes à la mondialisation des conflits, que le psychologue française accompagna l’émergence des sciences de l’éducation belges, mais également l’ensevelissement du projet d’une nouvelle science partant de l’étude intégrale de l’enfant. Le travail de Ruchat illustre bien les frontières relativement floues entre le privé et le professionnel dans ce type de recherche. À travers une focale sur la relation entre Piéron et Claparède, on entrevoit le contexte des rencontres, des prises de contact, et on découvre des amitiés, « sur fond d’intimité intellectuelle » (p. 215). Un apport fondamental est relatif à la question des congrès. Alors que nombre de collègues considèrent qu’il ne s’y passe rien, les congrès apparaissent ici comme un moment fort d’échanges, de réflexions et débats, riches d’enseignements. Loin d’être une source supplémentaire, ce recours aux correspondances traduit une conception historiographique et épistémologique exigeante et ambitieuse.
Evoqué à plusieurs reprises, « le discours de la science sur elle-même » (p. 89) est le cœur du propos de Jérôme Martin. Ce dernier étudie les pratiques éditorialistes d’un Piéron, tantôt mémorialiste, tantôt archiviste. Acteur de la disciplinarisation de la psychologie, il en a aussi écrit l’histoire. Dans la pratique d’écriture, c’est parfois l’enjeu d’une stratégie : se situer dans une lignée en explicitant une filiation et en évoquant des héritages. Il s’agit aussi de communiquer sur le progrès et le développement de la psychologie pour contribuer à la structuration et l’équilibre d’une communauté scientifique, notamment à partir de « technologies littéraires » (p. 92). C’est le cas par exemple de la Chronique dans l’Année psychologique. Par les rubriques nécrologiques, les enjeux sont de permettre l’internationalisation de la psychologie. D’autres textes travaillent à la disciplinarisation de la psychologie, ou encore dessinent les contours de l’identité professionnelle du conseiller d’orientation.
Comme l’indique le sous-titre (Psychologie, orientation, éducation), c’est la pluralité des apports de Piéron qui est au cœur de ce travail. L’intérêt est de montrer le rôle que cherche à jouer la psychologie dans le monde social. Plusieurs domaines d’application étaient possibles : la pédagogie, la psychiatrie, et les « applications sociales » (p. 10). A partir des années 1920, le terme de « psychotechnique » commence à être employé. Bien qu’associé fortement à ce terme, Piéron n’en a pas la paternité. Derrière ce terme, plusieurs champs émergèrent : l’orientation professionnelle, l’ergonomie, la psychologie du travail. Dans cette prolifération, les débats se succèdent. Saraceno revient en particulier sur les réserves de Piéron à l’égard de la psychotechnique et des conceptions de Lahy. De manière plus générale, Piéron pèse de tout son poids sur la psychologie en contribuant à la création de multiples instituts  auxquelles correspondent de nouvelles professions. Par l’action de Piéron et d’autres, la question de l’orientation va profondément évoluer en plusieurs décennies. Ouvrier-Bonnaz restitue avec détails la création de l’Institut National de l’Orientation Professionnelle, le rapprochement de l’INOP avec le CNAM puis la présence des services d’orientation au sein de l’Education Nationale. Huteau évoque son premier contact avec l’INOP et met en évidence un curieux paradoxe : un institut dirigé par Piéron dans lequel on faisait peu référence au psychologue. Pour l’auteur, il faut savoir qui était Piéron pour comprendre ses idées. Cette contribution insiste sur l’utopie qu’il portait. Les évolutions de l’orientation n’ont en réalité pas suivi les conceptions de Piéron. Ce dernier aura permis sur ces questions l’introduction d’un peu de rationalité et l’ancrage d’une profession à un champ, la psychologie. Le texte de Lehner sur l’évolution du métier de conseiller d’orientation scolaire et professionnelle permet de revenir sur les différentes strates historiques en jeu à travers lesquelles les intitulés ont évolué (ainsi que les professionnalités) et de croiser évolutions de la psychologie et de l’Ecole. Cette rencontre s’opère progressivement dans l’Entre-deux-guerres pour avoir comme point d’orgue les réflexions de la commission Langevin-Wallon nommée en 1944. La contribution de Laurent Gutierrez sera très appréciée des chercheurs ayant travaillé sur le plan Langevin-Wallon (remis en 1947) et sur les projets de réforme scolaire en France après la Seconde guerre mondiale. Gutierrez nous offre une première vue des débats en jeu dans les travaux de ladite commission, ce qui est d’autant plus important que le projet de réforme auquel participe Piéron envisage d’incorporer aux réflexions éducatives les apports de la psychologie de l’enfant et de certaines réalisations de l’Education Nouvelle. Piéron est intéressé de longue date aux questions éducatives et scolaires. Sa proximité avec le militantisme pédagogique apparaît à travers ses liens avec le Groupe Français d’Education Nouvelle et la Société française de pédagogie2. Dans ce contexte, Piéron a plusieurs casquettes : expert, militant, et acteur institutionnel des réformes.
La question de l’articulation possible de ces regards historiques à l’actualité est mentionnée à plusieurs reprises. C’est la dimension la moins traitée de l’ouvrage. En prenant appui sur une réaction de Piéron envers Mauss en 1924, Prot réfléchit sur la question contemporaine de l’évaluation des acquis de l’expérience. Plusieurs contributions explicitent cependant les différentes ambitions de Piéron, leur ensevelissement, en insistant sur l’absence de ces questionnements dans notre société actuelle. Chartier revient sur les premières études de docimologie menées par Piéron et montre en fait que les constats n’ont pas tellement évolué. Il ne s’agissait pas simplement de faire progresser les conceptions de l’évaluation, mais de placer cette question comme un outil possible dans le cadre d’une réforme pédagogique. Il eut été intéressant d’évoquer à travers Piéron ce rapprochement entre psychologie et pédagogie à l’œuvre pendant le XXe siècle et ces relations de pouvoir, toujours actuelles, qui se sont nouées entre les deux. Un autre axe aurait pu être également une comparaison entre la question des aptitudes chez Piéron et la question des compétences néolibérales actuelles.
Cela n’enlève rien à la qualité de cet ouvrage riche et passionnant, mais qui est révélateur d’une question souvent évitée : celle de l’intérêt de l’histoire, et particulièrement de l’histoire des sciences, et des enjeux de ces recherches dans l’actualité. Question qu’il faudra un jour prendre une fois pour toutes à bras le corps. La postface de Jean-Luc Bernaud, retraçant les lignes de force de l’ouvrage, permet d’insister sur un point fondamental : loin d’être un simple hommage, cette entreprise est réactivation de la mémoire, rappel de la volonté de Piéron d’œuvrer pour le progrès social. À plus d’un titre, « cet ouvrage est pourvoyeur de sens » (p. 266).

Haut de page

Notes

1 . Institut National d’Etude du Travail et de l’Orientation Professionnelle (INETOP).

2 . Nous renvoyons les lecteurs à un chapitre très instructif de Laurent Gutierrez sur la Société française de pédagogie dans un ouvrage récent intitulé Formation, transformations des savoirs scolaires ; Histoire croisée des disciplines XIX-XXe siècles (2016) et codirigé par Youenn Michel et Pierre Kahn.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Riondet, « Laurent Gutierrez, Jérôme Martin et Régis Ouvrier-Bonnaz (dir.) (2016).
Henri Piéron (1881-1964). Psychologie, orientation et éducation.
 », Recherches & éducations, 16 | 2016, 182-186.

Référence électronique

Xavier Riondet, « Laurent Gutierrez, Jérôme Martin et Régis Ouvrier-Bonnaz (dir.) (2016).
Henri Piéron (1881-1964). Psychologie, orientation et éducation.
 », Recherches & éducations [En ligne], 16 | Octobre 2016, mis en ligne le 30 juillet 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/2719

Haut de page

Auteur

Xavier Riondet

Laboratoire Inter-universitaire des Sciences de l’Éducation et de l’Information (LISEC)
Équipe Normes et Valeurs
Université de Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org