Navigation – Plan du site
Dossier

Introduction

Jean-Jacques Latouille
p. 5-7

Texte intégral

  • 1 Liliane Lurçat, Savoir écrire : une compétence peu valorisée à l’école, Le Journal des Psychologues(...)

1Dans le Journal des Psychologues1, Liliane Lurçat, signait, en 1991, un article intitulé « Savoir écrire une compétence peu valorisée à l’école ». Pourtant, quiconque observe une classe verra des élèves écrivant, des murs couverts de productions écrites, des cahiers et autres copies. Alors, de quels écrits et de quelle écriture s’agit-il, et quelles compétences sont en jeu ?

  • 2 Le Robert, dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Paris, 1983

2Parler d’écriture à l’école est chose plus complexe qu’il n’y paraît à prime abord. Ecrire ce n’est pas simplement tracer des signes sur une feuille (ou les faire apparaître sur l’écran de l’ordinateur) ; écrire c’est laisser la trace de soi, et cela quelle que soit la nature du contenu de la production : texte narratif, écrit imaginaire, texte argumentatif, résultats d’un exercice ou dictée… A la nature du contenu s’ajoute la complexité d’un assemblage de gestes, de mouvements à propos desquels il m’apparaît, lors de mes visites en classe, que trop peu d’enseignant y prête l’attention souhaitable. Il semble trop aux éducateurs que l’acte graphique s’inscrirait dans une maturation naturelle de l’enfant. Certes il y a quelque chose de cet ordre montré depuis longtemps par les neurologues, les psychologues et autres scientifiques, cependant n’est-il pas du rôle fondamental des éducateurs, donc de l’école et des parents, que d’accompagner cette maturation ? N’oublie-t-on pas trop, sous prétexte que l’enfant est "une personne", le sens du mot éducation apparu au 14e siècle2 qui signifie diriger le développement, la formation d’un être humain par la mise en œuvre d’un ensemble de moyens.

  • 3 Denise Berthet, La thérapie par l’écriture, Thérapie Psychomotrice, n° 85, 1990, pp. 23-28

3Ainsi le jeune élève se trouve confronté, dans le sein de sa maturation, à l’apprentissage de gestes nombreux et délicats qui doivent le conduire à maîtriser l’acte graphique, c’est-à-dire le dessin et l’assemblage de signes porteurs d’un double sens : un pour celui qui les trace, un pour celui qui les regarde. C’est dans cette dialectique des sens, celui émis, celui reçu, qu’apparaît la difficulté liée au contenu. Par le signe graphique l’individu donne à voir de la pensée par laquelle il expose de son intimité comme l’exprimait Mallarmé : « Sait-on ce qu’est qu’écrire ? … écrire c’est déjà mettre du noir sur du blanc. » Ecrire c’est donc faire de la trace de soi avec l’ensemble de son être et notamment son corps : « L’écriture est un acte corporel de communication dont le message graphique passe par l’intermédiaire d’un instrument dans un espace feuille. »3

4Dès lors nous pouvons, sinon mesurer, du moins envisager le danger qu’induit cette mise en exposition de soi à travers l’écriture qui ne peu pas se détacher du vécu de l’enfant. Lorsqu’on demande, en classe, à un élève soit de raconter un épisode de ses dernières vacances, soit d’imaginer une histoire, que lui demande-t-on sinon de raconter dans une trace indélébile qui est à la foi « de lui » et « lui » ? Il en est de même dans les exercices plus formellement scolaires (mathématique, dictée, résumé de leçon…). Ces productions de son intimité vont être jetées en pâture aux regards des autres : les adultes auxquels il veut faire plaisir.

5Plus que jamais les enseignants doivent être vigilants en matière d’apprentissage de l’écriture à l’apprentissage du geste graphique en même temps qu’à l’apprentissage du sens de l’écrit car l’écriture permet un espace de créativité et par là de surseoir à la violence essentielle et primitive de l’homme par l’élaboration d’une pensée. La lenteur nécessaire à l’écriture, plus encore que l’oral, permet l’organisation d’un espace structurant de la personnalité et de maturation des actes de la vie. L’écriture est aussi une appréhension de l’altérité, une reconnaissance de l’autre et de soi, à travers le regard de l’autre, permise par la mise en exposition. Elle est une posture qui met le sujet en situation de s’inventer en même temps qu’il se montre et parce qu’il se donne à voir aux autres. Chacun d’entre nous a eu à éprouver la difficulté d’être dans cette posture ? C’est autour de cette difficulté que nous avons composé ce numéro d’EDUQUER avec des articles qui tracent la place sociale de l’écriture par un aperçu de son histoire, puis qui l’inscrivent dans sa relation avec des professionnels autres qu’enseignants (le milieu pénitentiaire), enseignants et futurs enseignants. Enfin des articles de chercheurs traitent de la place de l’écriture dans la pratique pédagogique, celle-ci étant aussi visitée par un écrivain.

6Ce travail a regroupé des auteurs, « célèbres » pour certains, talentueux et passionnés pour tous. Nous avons dû, pour des raisons de mise en forme et de volume autorisé en pages, nous séparer de certains textes de très grande valeur. A leurs auteurs j’adresse mes remerciements et des excuses.

Haut de page

Notes

1 Liliane Lurçat, Savoir écrire : une compétence peu valorisée à l’école, Le Journal des Psychologues, avril 1991, n° 86, pp. 21-22.

2 Le Robert, dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Paris, 1983

3 Denise Berthet, La thérapie par l’écriture, Thérapie Psychomotrice, n° 85, 1990, pp. 23-28

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Jacques Latouille, « Introduction », Éduquer, 2 | 2002, 5-7.

Référence électronique

Jean-Jacques Latouille, « Introduction », Éduquer [En ligne], 2 | 3e trimestre 2002, mis en ligne le 15 octobre 2008, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/274

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Latouille

Inspecteur de l’Education nationale

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org