Navigation – Plan du site
Dossier

Entre l’individu et la société 

La place de l’écriture
Jean-Jacques Latouille

Texte intégral

1Les enseignants, dans leurs pratiques pédagogiques, pensent encore trop souvent l’écriture comme faisant partie de la nature humaine ; elle est perçue comme un élément qui serait inscrit dans le génome à l’instar de la marche. Il suffirait alors pour que l’enfant appréhende ce qu’est écrire, que l’apprentissage se limite à la confrontation à des exercices grapho-moteurs et graphiques durant les années de l’école maternelle, puis, à l’école élémentaire, que l’enfant se mesure à une production formelle où seul le résultat à l’exercice est évalué ; la difficulté à écrire, en tant qu’elle peut être la manifestation d’une réticence ou d’une peur, voire un symptôme1, n’est pas objet de discussion avec l’élève. Fréquemment, à l’école, l’écriture demeure un travail à propos des formes de textes en fonction de leur valeur communicationnelle dans un sens strictement fonctionnel. On enseigne la manière d’écrire, or l’écriture n’est pas que tracer des signes et les agencer en mots et en phrases pour retranscrire de la parole ; elle est aussi la trace d’une pensée existante et celle d’une pensée en construction. L’écriture est autant un résultat qu’une prémisse. Elle est le résultat de la culture de l’élève autant qu’elle possède en elle les moyens de la construction d’une culture et de la capacité à mettre en place de la distance à partir de l’immédiat. L’écriture parce qu’elle fige un moment en traçant une image, permet le retour et l’avancée dans un continuum temporel ; elle ouvre la possibilité pour le sujet de se retourner sur lui-même et sur les évènements, fondant ainsi les racines nécessaires à la construction d’un avenir. Ce rapport avec le temps construit à travers l’acte d’écrire, ce rapport de soi à soi, cette confrontation distanciée et différée à l’autre, cette union entre la culture présente d’un individu et sa culture en construction, sont autant de domaines que la pratique pédagogique ne devrait pas écarter de sa réflexion et de la mise en œuvre de l’apprentissage de l’écriture. Il demeure que ces questions semblent pour beaucoup relever d’une intimité psychique hors du champ de la pédagogie alors que le rapport à l’écriture devrait faire partie de l’éducation comme tout élément appartenant au développement de l’enfant. L’histoire sociale de l’écriture peut nous permettre de mieux appréhender le rapport que l’individu entretien avec l’écriture en montrant comment l’écriture a, à la fois, procédé du développement d’humanité et permis ce développement. Je me limiterai à une analyse courte de cette histoire dans la société occidentale uniquement.

2L’histoire de l’écriture montre, à l’échelle sociale, comment son émergence au bout des doigts de l’Homme était, à un moment précis de l’évolution de certaines sociétés, inéluctable et comment, dès lors, sa pratique en sculptant la culture a contribué au développement de ces sociétés de l’humanité. Toutes les sociétés d’hommes n’ont pas mis en place un système d’écriture ; ceci pose la question de l’oral (la parole comme langage), du rapport de la parole et de l’écriture, et du rapport que chacune entretienne avec le progrès scientifique et culturel, ces mots étant pris dans des acceptions larges. Dès lors nous nous heurtons à la définition de l’écriture dont il me semble que trop fréquemment elle n’est utilisée que dans une valeur limitée de la notion de système d’écriture autour des trois principales catégories : idéographique, syllabique et alphabétique. Peut-être n’est-il pas inutile d’envisager que l’écriture, en tant qu’elle est un moyen de porter un message vers l’autre, englobe plus que l’acte scriptural ? Georges Jean2, sans étendre l’écriture au-delà de l’ordinaire, ouvre une porte vers cette réflexion : « Vingt mille ans avant notre ère, à Lascaux, des hommes tracent leurs premiers dessins. Il faudra attendre dix-sept millénaires pour que débute une des plus fabuleuses histoires humaines, l’écriture. On imagine volontiers que ceux qui inventèrent les premiers écrits voulaient garder une trace de leurs légendes. ».Vue à partir de là, l’écriture apparaît bien comme étant avant tout un « dire », la transcription d’une parole de soi sur soi. Cependant cette parole ne prend sens et n’a de valeur que dans la mesure où elle s’inscrit dans un processus social et que dès lors qu’elle appartient à la communicationutilisée dans les fonctions décrites par Edgar Morin : « on communique pour informer, s’informer, connaître, se connaître éventuellement, expliquer, s’expliquer, comprendre, se comprendre. »3. Mais revenons à l’histoire de l’écriture en tant qu’elle est plus qu’une représentation de la parole par des signes graphiques ; elle est surtout une représentation d’idées et de la pensée.

3Si depuis des milliers d’années l’homme a utilisé des moyens divers et multiples pour transmettre des messages, dessins et signes, l'emploi de signes et de symboles appartenant à un système organisé est d’apparition relativement récente. Cette histoire débute en Mésopotamie entre le 6ème et le 1er millénaire avant notre ère où se côtoyaient deux peuples ; les Sumériens et les Akkadiens, qui parlaient deux langues très éloignées l’une de l’autre. Peuples de paysans vivant en petites communautés sous l’autorité d’un souverain et la protection de dieux représentés par des prêtres, ils commerçaient et payaient l’impôt. Comment conserver oralement une image fidèle des comptes ? Cette « écriture » constituait une sorte d’aide mémoire et faisait appel à des dessins simplifiés des objets à représenter comme, par exemple, une tête de bœuf stylisée pour représenter un bœuf. Combinés entre eux ces pictogrammes pouvaient exprimer une idée, ce sont alors des idéogrammes : « si l’on ajoutait au triangle pubien des signes désignant les montagnes, on indiquait qu’il s’agissait de ‘’femmes étrangères’’, venues de l’autre côté des montagnes, c’est-à-dire d’esclaves de sexe féminin. »4.

4Ces pictogrammes évoluèrent au cours du temps et ne représentèrent plus seulement l’objet qu’ils désignaient, ils prenaient sens dans un contexte et appartenaient à un véritable répertoire. Alors, ils ne représentent plus qu’eux-mêmes, ils symbolisent les sons des mots de la langue parlée qu’ils connectent à une idée. « A l’origine de toute écriture véritable se trouve ainsi cette invention considérable : le phonétisme. Et l’astuce admirable des Sumériens, comme d’ailleurs des anciens Egyptiens, a été d’utiliser un procédé tout aussi simple qu’un jeu d’enfant : le rébus. Ils eurent l’idée de se servir d’un pictogramme désignant non pas l’objet qu’il représente directement, mais un autre objet au nom phonétiquement voisin. », écrit Georges Jean5. Désormais l’écriture peut aller au-delà de la seule représentation d’objets ; elle possède la capacité de transcrire la langue, donc la pensée et de les pérenniser. Ainsi l’écriture inventée pour répondre à des besoins de « simple comptabilité »6 devint un autre moyen de communiquer, notamment de communiquer « à distance », dans un temps différé. On voit là comment la mise en distance oblige à penser et à s’exprimer autrement ne serait-ce que parce que l’émetteur ne reçoit pas immédiatement de retour de la part d’un interlocuteur. Cette invention et cette évolution de l’écriture cunéiforme de la Mésopotamie exista en même temps que naissaient et se développaient d’autres systèmes d’écriture en Egypte et plus tard en Chine.

5L’écriture cunéiforme, les hiéroglyphes et l’écriture chinoise ont en commun d’utiliser un répertoire important de nombreux signes qui transcrivent soit des mots soit des syllabes. Le thésaurus à connaître est donc considérable et d’un maniement difficile. L’alphabet, apporté par les Phéniciens, constitue une véritable révolution dans l’histoire de l’écriture : pouvoir exprimer des paroles et de la pensée avec quelques signes seulement7. On peut alors observer une démocratisation de l’écriture qui désormais ne sera plus l’apanage de quelques scribes et maîtres de l’écriture, même si l’ensemble des membres d’une société n’y eût pas accès immédiatement et même si certains n’y accèdent toujours pas. Certes la pratique scripturale demeura longtemps, en Occident, celle de moines copistes qui, comme leur nom l’indique, copiaient et recopiaient les textes religieux ; cependant « ils écrivent mais n’inventent pas »8. La fin du 12e siècle voit se briser le quasi-monopole des moines copistes au moment où l’Eglise perd l’exclusivité en matière d’enseignement dans une époque où  l'extension des villes détermine comme une sorte d'acmé dans la courbe de la transformation des pratiques culturelles et intellectuelles. L'écrit, jusqu’alors réservé à un usage presque exclusivement religieux, vit un retour vers un usage antérieurement connu et que rien ne faisait présager qu'il disparût, en même temps que la société manifeste un besoin de clarté et de mise en ordre des relations sociales au sens le plus large possible. C'est une résurgence du droit, canonique d'abord, puis romain dans sa dimension la plus générale qui soit : c'est-à-dire un droit privé mais aussi un droit public. Cette renaissance du droit s'accompagne dans un premier temps de l'écriture de la coutume, pour le rendre transmissible, puis, dans un deuxième temps, avec des chevauchements, de la constitution d'un droit raisonné, c'est-à-dire construit pour répondre, dans une certaine immédiateté, aux besoins engendrés par les nouvelles relations sociales.

6On peut envisager, dès lors, que cette «fabrication» du droit nécessita qu'existassent des « professionnels » (des clercs, simples scribes, chargés de recopier ou, un peu plus, de mettre en forme écrite la coutume, ne pouvaient plus suffire) et que la doctrine fût déposée en un lieu de conservation. De la même façon, avec la théologie, ce que nous appellerions aujourd'hui les disciplines universitaires ne peuvent pas non plus se satisfaire d'un enseignement seulement oral, parce qu'alors elles seraient incapables de se développer en présence de l’accumulation des savoirs. Jusqu'à cette période, il faut distinguer deux éléments dans la transmission du savoir : la manière et le lieu. Concernant la théologie, par exemple, il s'agissait de la passation, du maître vers l'élève, d'un savoir figé, quasiment strictement limité aux textes des Pères de l'Eglise. L'écrit n'intervenait pas dans ce processus ; son rôle était circonscrit à la fonction de conservation des « Textes » et de la « Parole », et c'est en ce sens que les moines s'appliquaient à les recopier. D’une façon analogue, sans l'écrit, le contenu du contrat entre personnes risquait de se perdre avec la disparition d'un des contractants, pareillement, sans lui, la doctrine n'existait, en mémoire, que tant qu'était le maître. Le lieu et le dépôt constituent un corollaire de l'écrit dans l'institution d'une permanence : sans lieu où réaliser et déposer les écrits, ceux-ci sont soumis à un risque de fugacité identique à celui qui accompagne l'oral. L'écrit  perdait, dans la seconde moitié du Moyen-Age, son statut de « conservateur » des textes fondateurs pour acquérir celui de support pour la transmission et pour la pérennisation des savoirs, que ceux-ci fussent des savoirs savants liés à la science ou des savoirs pragmatiques attachés à la preuve des contenus des contrats qui, désormais, régissaient de nombreuses relations sociales. L'écrit requerrait un «lieu», car il n'a de valeur que s'il peut être conservé. En substance, c'est ce qu'indique Monique Bourin-Derruau9 : « Non seulement on écrit dans toutes les circonstances, mais on conserve les actes écrits », il s'agit là des écrits domestiques, qui trouvent leurs scripteurs chez les notaires et leur lieu de conservation soit dans les études de ceux-ci, soit dans les coffres des contractants, souvent par les deux. Il en va de même pour les écrits administratifs, ou politiques et juridictionnels comme l'indique le même auteur10 : « C'est vers 1200 qu'on commença à constituer des registres où furent recopiés les actes de la chancellerie jugés importants. Non pas dans le souci d'enregistrement, qui ne se manifesta en France qu'au 14e siècle, bien après la cour d'Angleterre ou celle du pape, mais comme des registres administratifs, plus ou moins soignés. Les relations avec les villes et le service des vassaux du roi y occupent la première place ».

7Qu'en devait-il être pour les écrits savants ? Un premier regard sur la question amènerait à proposer que la solution aurait due être dans les «écoles» qui, issues de la renaissance carolingienne du 9e siècle, survivaient et assuraient la transmission des connaissances élémentaires par lesquelles l'essentiel d'une culture antique ne se perdit pas. Au 12e siècle l'enseignement dispensé dans la plupart de ces écoles était à la fois rudimentaire et médiocre, limité le plus souvent à la lecture, au calcul et à la technique de l’écriture, mais il s'agissait essentiellement de servir la liturgie, l’enseignement de l’écriture se limitait donc à savoir tracer des signes : à copier. Les écoles appartenaient très majoritairement à la catégorie des écoles cathédrales et, évidemment, siégeaient dans les villes. Celles-ci apparaissent dès lors comme le terreau sur lequel la renaissance culturelle du 12e siècle put prendre racines à partir, entre autres, de la résurgence du droit et de l'évolution de la théologie. Grâce à cette « résurgence » et à cette « évolution » les modes de pensée ainsi que les pratiques d'enseignement se modifient ; désormais, on considère que la science doit être largement diffusée et soumise à la critique, tout comme les Textes religieux.

8Depuis les écoles épiscopales et monastiques où les copistes apprenaient à bien copier, l’école est totalement rentrée dans le siècle et, notamment, on peut sentir, déjà, combien elle vit en osmose avec la ville, avec les fonctions liées à l'exercice de la justice, et celles de production et d'échange, où l’écrit prend une place particulière et importante. Toutefois il serait un peu présomptueux de parler trop rapidement d'une évolution de l'intelligence, mais peut être pouvons-nous envisager que s'est élaborée sinon une meilleure, pour le moins une nouvelle, capacité de réfléchir le monde et d’en concevoir les aspects matériels et philosophiques, peut-être grâce à la «raison», qui offre un droit à penser le monde en autorisant à le questionner. Cela nous permet de rejoindre Marc Bloch : « Que vers la fin du second âge féodal, les hommes d'action aient communément disposé d'un instrument d'analyse mental moins qu'autrefois malhabile, dans l'histoire, encore si mystérieuse des liens entre la réflexion et la pratique comment tenir ce fait pour indifférent ? »11, car l’écrit rend la pensée accessible malgré l’absence de son promoteur, ce qui n’est pas le cas de la parole. Toutefois il est difficile de mesurer comment, et à partir de quand, la société populaire a pris possession de la culture intellectuelle mais les artisans et les paysans, ne pouvaient rester indifférents à cette culture et surtout aux études. Cette culture leur offre un moyen de mieux gérer leurs affaires, les études peuvent permettre à leurs enfants non seulement l'accès à une profession mais aussi la possibilité de gravir l'échelle sociale. En outre, la ville fait cohabiter la culture savante et des savoirs intimement mêlés à l'expérience. Cette expérience s'enrichit des apports de la culture savante et implique une meilleure pratique, du commerce par exemple ; cela conduit, presque inévitablement, certains marchands ou artisans lettrés à rédiger des manuels pratiques. Ainsi « Les villes ont élargi la base sociale des demandes culturelles. Gens de robe, marchands, bourgeois prennent l'habitude d'écrire, de raconter, de laisser des témoignages de leur expérience. Toute une littérature profane en est issue »12. On voit se dessiner le besoin d'un système scolaire à plusieurs niveaux : un élémentaire pour les apprentissages fondamentaux (lire, écrire, compter), un secondaire pour se former à « la science ». Le premier prendra souvent la forme du préceptorat pour les aristocrates et plus tard pour les bourgeois, et donnera naissance aux petites écoles, qu'on a du mal à repérer dans l'histoire des villes13. Le second donnera naissance aux universités au sein desquelles la culture savante s’est laïcisée et a donné le jour à une culture intellectuelle plus large dans laquelle une composante pragmatique ou expérientielle entre pour une part importante, transformant cette culture en un objet social fonctionnel et utile pour un nombre de plus en plus grand d'individus. L’écriture tient une place essentielle dans cette évolution de la culture et donc de la société occidentale, où elle est autant cause que conséquence.

9Cette rapide analyse montre comment l’évolution de la société a créé le besoin d’écrits, donc qu’existe et que soit diffusé un système d’écriture, en même temps que la production d’écrits a permis cette évolution en permettant que puisse être posé un regard critique sur les productions de la culture savante ou pragmatique. L’écriture permet une permanence du savoir qui dès lors peut être porté à la connaissance d’autres que ceux du cénacle du maître. Cette permanence permet aussi de « transporter » ce savoir au-delà des frontières de l’espace et du temps. Cette diffusion du savoir autorise ainsi la confrontation avec d’autres pensées, d’autres personnes, d’autres époques.

10L’écriture s’est donc imposée dans un « pragmatisme social » intimement liée aux institutions du pouvoir : sacerdotales dans lesquelles elle fige et « transporte » le rite, royales où elle conserve la loi et la règle, marchandes où elle fixe le contrat entre personnes, et universitaires où elle permet l’accumulation et la diffusion des savoirs. Ce faisant elle instaure un autre rapport à la loi et au savoir. Dès lors que ceux-ci sont écrits, ils ne sont plus la possession d’une seule élite ; chacun, pour peu qu’il possède le code, peut accéder à la connaissance et à la critique. Ainsi si l’écriture ne crée pas la culture, elle instaure un ordre nouveau de la communication religieuse, politique, marchande et savante parce qu’elle permet une meilleure diffusion, une meilleure propagation et offre la permanence nécessaire à la fondation de la critique. Mieux que la parole, l’écriture permet une évolution de la culture14 par une élaboration distanciée et critique de la pensée, la sienne propre et celle d’autrui. Ainsi l’écriture institue la société en ce qu’elle n’est pas une simple transcription de la parole ; pour reprendre la thèse de Roy Harris15, l’écriture est un système de représentation des idées qui possède sa propre autonomie, et notamment parce qu’elle constitue une sorte de mémoire externe (à la société comme à l’individu) et collective. L’écriture « permet une reformulation des idées et un perfectionnement continu. »16. On voit alors comment l’écriture lie l’individu à la société dans le rapport à la loi et dans celui à la communication, sans pour autant négliger la culture orale dont des auteurs comme Sylvia Scribner et Michael Cole dans The Psychologie of Literacy rappellent, par exemple, que n’y sont pas absentes les capacités d’abstraction, les raisonnements et les classifications. Mais par la possession de l’écriture, l’individu ne peut pas échapper à la société, pas plus qu’il ne peut s’échapper de lui-même : l’écriture, le liant à la communauté, le renvoie perpétuellement à lui-même, à son soi, et à son relation avec autrui par la permanence qu’elle instaure et les possibilités de comparaison qu’elle crée.

Haut de page

Notes

1 Symptôme n’est utilisé ici que dans le sens de signe d’alerte. En tant qu’élément diagnostic il appartient à un champ professionnel qui n’est pas celui de l’enseignant, sauf peut-être celui des professeurs des écoles « rééducateurs » (maîtres G)
2 Georges Jean, L’écriture mémoire des hommes, Gallimard, Paris, 1999.
3 Edgar Morin, L’enjeu humain de la communication, in la communication, Sciences Humaines, Auxerre, 1998.
4 Georges Jean, L’écriture mémoire des hommes, op.cit.
5 Ibid.
6 Ibid.
7 Parfois moins de 26 comme l’alphabet phénicien qui ne comportaient que des consonnes.
8 Georges Jean, L’écriture mémoire des hommes, op. cit.
9 M. Bourin-Derruau, Temps d'équilibres, temps de ruptures, Paris, Seuil, 1990, p. 32.
10 Op. cit., p. 187.
11 M. Bloch, La société féodale, Paris, Albin Michel, 1939, 1994, p. 164.
12 S. Roux,  Le  monde des villes au Moyen-Âge, Paris, Hachette, 1994, p. 165. Parmi elles, l'historien trouve un matériau de choix : journaux, livres de raison...
13 C’est un aspect de l'histoire qui a peu retenu l'attention des historiens, et quasiment pas celle des concepteurs de monographie de ville. Cependant, Colette BEAUNE en témoigne dans son livre, il en existait à Paris dès 1292, confiées au chantre du chapitre cathédral de Notre-Dame.
14  Pris dans un sens très large
15  Achille Weinberg, Un tremplin pour la pensée, Sciences Humaines, octobre 2000, n°109, pp. 22-25.
16  Ibid.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Latouille, « Entre l’individu et la société  », Éduquer [En ligne], 2 | 3e trimestre 2002, mis en ligne le 15 octobre 2008, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/276

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Latouille

Doctorant en sciences de l’éducation. Titulaire d’un DESS de sociologie et d’une licence de Psychologie.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org