Navigation – Plan du site
DOSSIER

Du corps biologique au corps capacitaire

Sylvain Hanneton
p. 181-193

Résumés

Il est question dans cet article de synthèse de montrer que le concept de « corps capacitaire » peut tout à fait prendre sa place dans une perspective intégrant des connaissances concernant à la fois l’évolution de l’espèce humaine et le cerveau de l’homme contemporain. La capacité de l’espèce humaine à créer, apprendre et transmettre des savoir-faire (utilisant des techniques du corps ou des aides techniques), s’est avérée constituer un avantage sélectif déterminant. La composante neurobiologique de cet avantage n’a sans doute pas seulement pour origine une augmentation globale du volume cérébral, mais semble surtout provenir des propriétés et de l’efficacité de certaines populations de neurones. Ces neurones sont impliqués dans l’apprentissage des techniques et la diffusion des savoirs techniques (cervelet, neurones miroirs) mais aussi dans l’intégration de l’outil au corps sensible (neurones bimodaux). Ainsi, l’individu humain hérite phylogénétiquement et épi-phylogénétiquement d’un corps capacitaire dont le corps biologique n’est que le substrat. Ce « corps capacitaire » est changeant et polymorphe, au gré des outils saisis et déposés.

Haut de page

Texte intégral

Capacités techniques et habiletés

1L’objectif de ce texte est de montrer que la capacité de l’humain à apprendre et transmettre de nouvelles habiletés, y compris et surtout celles impliquant des outils, est au centre de la compréhension de ce qui définit l’espèce humaine et de ce qui guide son évolution. L’« habileté motrice » est donnée par Marc Durand (1987) comme la « capacité [...] à élaborer et à réaliser une réponse efficace et économique pour atteindre un objectif précis ». Une des raisons pour lesquelles ce champ de recherche apparaît finalement comme assez confidentiel est certainement que, pour un observateur non initié, l’apprentissage d’une nouvelle habileté est un phénomène et une expérience très commune et qui semble si naturelle, si efficace, que cet observateur ne voit pas « où est le problème ». Il ne peut en saisir ni la complexité ni l’extraordinaire subtilité des mécanismes mis en jeu (notamment par le système nerveux) pour arriver à ses fins. Les enfants apprennent à saisir des objets, à marcher, à courir, à faire du vélo, à nager et ces étape, généralement joyeuses, font parties du déroulement d’une vie de famille. Fondamentalement, rien d’inhabituel ou d’exceptionnel à cela. Par contre, c’est en regardant les sportifs à l’œuvre, les acrobates au cirque, les funambules ou les skaters réalisant des prouesses que ce même observateur, impressionné, prendra du plaisir à observer l’habileté sensori-motrice humaine poussée à ses limites. Pourtant, fondamentalement, à son niveau, l’enfant qui apprend à faire du vélo réalise une prouesse au moins aussi étonnante que l’acrobate, que le funambule. Cet observateur a sans doute oublié combien de mois, d’années il a fallu à l’enfant qu’il était pour apprendre à maîtriser l’utilisation de la fourchette et du couteau dont il se sert pour déguster son repas. Soulignons à ce propos combien la notion d’habileté humaine est liée d’une part à la notion de savoir-faire (de technique) et d’autre part à sa concrétisation qu’est l’outil (l’aide technique). Nous aurons l’occasion de revenir sur ce point.

Développement et évolution du cerveau humain

  • 1 . » Un schème est la structure ou l’organisation des actions telles qu’elles se transfèrent ou se g (...)
  • 2 . Une relation allométrique est une relation qui tient compte de la taille des individus au sein d’ (...)
  • 3 . La mesure de l’endocrâne de différents spécimen a cependant montré que le cerveau humain semble s (...)
  • 4 . L’espèce Homo Sapiens Sapiens n’est pas celle qui a le plus grand nombre de neurones ! L’éléphant (...)
  • 5 . Pourtant, le séquençage du génome humain a montré que celui-ci ne différait que de 1,23 % de celu (...)

2Même si, déjà chez Rousseau (1762), « pour apprendre à penser, il faut donc exercer nos membres, nos sens, nos organes qui sont les instruments de notre intelligence », on doit à Jean Piaget, avec sa proposition de l’existence d’une période d’« intelligence sensori-motrice », le fait d’avoir donné à l’apprentissage des habiletés sensori-motrices sa juste place dans le développement de l’individu et de son intelligence, dans sa marche vers l’autonomie. Piaget, et plus largement l’école constructiviste’ propose que l’intelligence de l’enfant, c’est-à-dire sa capacité à utiliser des objets mentaux, des concepts, s’élabore d’abord par l’apprentissage de la manipulation d’objets réels. Le développement de l’intelligence est ainsi compris comme une construction active où le mouvement est essentiel en ce qu’il permet à l’enfant, par l’observation des conséquences sensorielles de ses actions, de maîtriser de plus en plus de schèmes d’action1 qui, combinés et adaptés, lui donneront son bagage de savoir-faire. Cette vision d’une intelligence active et adaptable s’oppose aux conceptions innéistes et maturationnistes. Du point de vue des Neurosciences, la motricité, et en particulier la dextérité, jouent donc un rôle essentiel dans le développement du cerveau et dans la mise en œuvre de la plasticité synaptique chez l’enfant. On retrouve ces liens tissés entre intelligence, motricité, langage et développement du cerveau dans les grandes questions concernant la phylogenèse de l’espèce humaine.
Seul représentant actuel du genre Homo, qui a compté au moins une quinzaine d’espèces aujourd’hui éteintes, l’homme se caractérise par une bipédie totale et par la taille importante de son cerveau (mais également par son système pileux réduit par exemple). Seuls certains cétacés possèdent une taille relative du cerveau comparable à celui de l’homme. Par taille relative, il faut comprendre « cœfficient d’encéphalisation » qui mesure le rapport entre la taille du cerveau et la taille de l’individu prédite par une relation allométrique2 (Dubois, 1897 ; Jerison, 1973 ; Jerison, 1985). Le cœfficient d’encéphalisation d’Homo Sapiens est de 7,44 alors que celui du dauphin est de 5,31 (5,7 chez le globicéphale noir) et celui du chat de 1 (Cairó, 2011). Le cerveau de l’Homme est donc environ 7 fois plus important que celui d’un mammifère typique, et il faut noter que cette relation reste stable à toute étape du développement, même chez le fœtus (voir illustration 1). Mais attention, en moins de 4 millions d’années, la taille du cerveau humain a certes cru de 300 % environ en en moins de 4 millions d’années3 (voir illustration 2), la relation entre volume cérébral et intelligence (le plus souvent mesurée par le QI ou un équivalent) est discutable et toujours discutée4. De plus, le cerveau de l’Homme semble ne pas différer uniquement par la taille du cerveau des autres mammifères. Le cerveau des primates se distingue d’abord par un développement particulier de certaines zones cérébrales dont le néo-cortex et le cervelet (De Winter et Oxnard, 2001). Il s’en distingue également par la nature même de ses cellules. Lors d’une expérience récente et célèbre, des chercheurs (Han et al., 2013 ; Franklin et Bussey, 2013) ont transplanté dans le cerveau de souris des cellules gliales humaines, plus grandes et plus complexes que celles des animaux hôtes. Non seulement la transplantation a réussi, mais les auteurs ont aussi montré que cette greffe donnait aux chimères ainsi obtenues de plus grandes capacités d’apprentissage. Le cerveau humain semble ainsi très différent de celui d’autres espèces et il est très tentant d’en déduire que ce développement particulier du système nerveux est le reflet du développement de l’intelligence (autoproclamée) de cette espèce. Il serait plus juste de dire que l’augmentation relative de la taille du cerveau est le reflet d’un avantage adaptatif important acquis par l’espèce humaine5. Un avantage précieux semble-t-il d’autant qu’il coûte très cher : le cerveau consomme 23 % de l’énergie absorbée quotidiennement par un individu alors qu’il ne représente que 2,3 % de sa masse (Holliday 1971) !

Illustration 1. Exemple de valeurs du cœfficient d’encéphalisation pour l’Homo Sapiens Sapiens et d’autres espèces animales (voir par exemple Cairó, 2011)

Illustration 1. Exemple de valeurs du cœfficient d’encéphalisation pour l’Homo Sapiens Sapiens et d’autres espèces animales (voir par exemple Cairó, 2011)

De la tête aux pieds

  • 6 . Le spécimen le plus ancien considéré comme un des premiers individus de la lignée Homo, appelé To (...)

3De nombreuses hypothèses ont vu le jour pour tenter de relier cette singularité de l’espèce humaine à ses autres caractéristiques, comme la bipédie, le langage et la capacité à fabriquer des outils. Ce débat est, encore à l’heure actuelle, loin d’être clos. Il serait trop long de citer toutes ces hypothèses ici, mais nous pouvons partir d’un fait qui semble avéré : la bipédie est une caractéristique qui semble être apparue très précocement dans l’histoire de l’espèce Homo. Il est communément admis que la séparation entre les hommes et les singes s’est accomplie entre 9 et 7 millions d’années6, voire 15 millions d’années. Mais ce n’est qu’avec les spécimens australopithèques comme Lucy, datée de 3,2 millions d’années, que les premières preuves d’une marche bipède apparaissent (et la bipédie de Lucy est encore discutée ! Richmond et Detroit, 2000). Les plus vieux outils de pierre trouvés à ce jour datent eux de 3,3 millions d’années. Ils ont été découverts avec étonnement en Éthiopie, sur le site dit de « Lomekwi 3 » (Harmand et al., 2015). Ainsi, apparition de la bipédie et début de la fabrication d’outils ne sont pas si éloignées dans notre histoire. Et l’accroissement rapide du volume cérébral n’a eu lieu que bien après l’apparition de la bipédie et des premiers outils de pierre. On peut suggérer que l’apparition de la bipédie provoqua une sorte de réaction en chaîne évolutive, qui concédera à l’Homme des avantages adaptatifs uniques. Cette hypothèse invalide l’idée ancienne qui suggérait que l’élargissement cérébral associé à une grande intelligence étaient des pré-requis de la fabrication d’outils.

Illustration 2. Évolution du volume crânien des ancêtres d’Homo Sapiens et volume crânien de singes actuels (diverses sources)

Illustration 2. Évolution du volume crânien des ancêtres d’Homo Sapiens et volume crânien de singes actuels (diverses sources)
  • 7 . » L’Homme est, du point de vue corporel, un fœtus de primate parvenu à maturité sexuelle » (Bolk, (...)
  • 8 . » L’hétérochronie est la modification de la durée et de la vitesse du développement d’un organism (...)

4L’augmentation de la taille moyenne du crâne ne peut être vue comme un phénomène indépendant de l’évolution des autres caractères de l’espèce. Par exemple, lors de l’accouchement, la tête du nouveau-né doit se glisser à travers le bassin. Or, il est souvent affirmé que l’apparition de la bipédie provoqua une bascule du bassin rendant difficile l’accouchement à terme du nouveau-né humain (Berge, 1993). Cette contrainte imposa logiquement à l’espèce une co-évolution du bassin et certainement d’autres caractéristiques du corps pour que la mère et l’enfant survivent à l’accouchement (Tardieu, 2012). L’évolution du volume crânien doit être donc appréhendée comme un élément parmi un ensemble de co-évolutions anatomiques et physiologiques qu’il serait risqué de relier par des causalités fortes. Ainsi, les processus d’adaptation de l’espèce humaine auraient donc abouti à favoriser un accouchement précoce, délivrant un nouveau-né immature, ce qui aurait permis d’allonger la période de développement post-partum du cerveau. Cette hypothèse est à la croisée des perspectives néoténiques d’explication de l’évolution et du développement humain7 et des phénomènes d’hétérochronies8.
« L’Homme a commencé par les pieds » nous dit Leroi-Gourhan (1982). En effet, avec l’augmentation du temps passé en position bipède, la fonction locomotrice des membres supérieurs disparaît et ceux-ci peuvent assurer d’autres fonctions. Ils peuvent augmenter leur participation à la préhension des objets et servir également au portage (rôles auparavant dévolus en partie à la bouche). Ils sont évidemment plus disponibles pour la fabrication d’outils. La bouche n’étant plus l’organe principal de manipulation et de portage des objets, elle peut être plus souvent mobilisée pour la parole. Insistons encore sur le fait que le développement du langage parlé est aussi une question d’habileté sensori-motrice car la parole résulte du contrôle précis de la coordination des muscles phonatoires. Ainsi, « le langage et l’outil sont la même expression de l’homme » (Leroi-Gourhan, 1964). La bipédie a libéré la main pour l’outil et la bouche pour la parole. En effet, cet ethnologue et archéologue, élève de Marcel Mauss, dans sa recherche de la spécificité de l’espèce humaine, fait le lien entre l’évolution des structures anatomiques humaines et ses conséquences en termes de possibilités techniques (techniques du corps, aides techniques). Il introduit la notion de « chaîne opératoire » pour décrire les savoir-faire des sculpteurs de silex, notion qui peut être utilisée dans le cadre général des techniques humaines. « L’acrobatie, les exercices d’équilibre, la danse matérialisent dans une large mesure l’effort de soustraction aux chaînes opératoires normales, la recherche d’une création qui brise le cycle quotidien des positions dans l’espace » (Leroi-Gourhan, 1965).

Technique et évolution

  • 9 . En archéologie et anthropologie, un artéfact est, par extension de l’anglais artifact, un objet f (...)

5La thèse défendue par Leroi-Gourhan, et d’autres après lui, est donc que finalement l’espèce humaine se distingue des autres espèces par sa capacité à développer et à transmettre de nouvelles techniques, que ce soit des techniques du corps ou bien des savoir-faire pour construire des outils, c’est-à-dire des « aides techniques ». Il propose également que notre espèce possède la capacité d’« internaliser » l’outil, de faire que celui-ci, lorsqu’il est maîtrisé, fasse partie d’un corps étendu, d’un corps augmenté, du corps capable. « Au point où se trouve le Zinjanthrope, l’outil apparaît comme une véritable conséquence anatomique, seule issue pour un être devenu dans sa main et sa denture, complètement interne » (Leroi-Gourhan, 1964). Bernard Stiegler (1994) va plus loin : la technique est intrinsèquement constitutive de l’espèce humaine. La nature même de l’individu humain est secondaire, l’essence de l’humanité est constituée par sa capacité à créer, utiliser et répandre des artéfacts9.
L’aptitude à développer de nouvelles techniques n’aurait sans doute eu aucune conséquence évolutive si l’espèce humaine n’avait pas été capable de transmettre à ses descendants ses nouveaux savoir-faire. Marcel Mauss (1935) définit une technique comme « un acte traditionnel efficace ». La technique s’est transmise d’abord par les arts traditionnels puis par des outils plus complexes dont l’objet est justement le partage, mais aussi la transmission des savoir-faire à la descendance.

« Il n’y a pas de technique et pas de transmission, s’il n’y a pas de tradition. [...] C’est en quoi l’homme se distingue avant tout des animaux : par la transmission de ses techniques et très probablement par leur transmission orale » (Mauss, 1935).

  • 10 . » Les hypomnémata, au sens général, sont les objets engendrés par l’hypomnesis, c’est-à-dire par (...)
  • 11 . Bernard Stiegler distingue trois types de mémoires appelées « rétentions » : la rétention primair (...)

6L’utilisation de techniques de mémorisation (mnémotechniques) et surtout l’invention des mémoires externes (hypomnemata10, Stiegler11, 1994) ont accéléré l’artefactualisation de l’existence humaine. « Les hypomnemata, au sens technique, pouvait être des livres de compte, des registres publics, des carnets individuels servant d’aide-mémoire » » (Foucault, 1983). Comme les outils « manipulables », les hypomnemata doivent être pensés comme des prothèses mémorielles. Par nature externes, elles sont internalisables à tout moment. L’on peut s’en saisir et s’en dé-saisir. Le mot « épiphylogenèse » désigne ainsi cette transmission héréditaire non génétique des savoir-faire : 

« l’épiphylogenèse, accumulation récapitulative, dynamique et morphogénétique de l’expérience individuelle, désigne l’apparition d’un nouveau rapport entre l’organisme et son milieu, qui est aussi un nouvel état de la matière » (Stiegler, 1994).

  • 12 . Cette décroissance du volume crânien chez Homo Sapiens reste discutée, notamment en raison du fai (...)

7Soulignons que la bipédie elle-même n’est rendue possible que par transmission (Tardieu, 2012) : les enfants apprennent à marcher ! Sans éducation, sans transmission de cette technique du corps, la posture bipède n’est pas acquise. Les enfants sauvages par exemple, restent quadrupèdes (Tardieu, 2012). Les techniques de transmission orales, l’écriture, les bibliothèques, l’imprimerie puis les actuels supports digitaux participent à cette épiphylogenèse. Le scénario serait alors le suivant : la technique est devenue un avantage évolutif de l’espèce humaine. La technique est « la poursuite de la vie par d’autres moyens que la vie » (Stiegler, 1994) : les individus capables d’assimiler, d’utiliser et de transmettre les techniques ont plus de chance de survivre longtemps et ainsi d’avoir des descendants. Cette capacité mobilisant sans doute des capacités cérébrales spécifiques. Techniques et cerveau co-évoluent. Cette co-évolution s’accompagne du développement de la surface des circonvolutions néo-corticales. Ce phénomène s’est peut-être poursuivi jusqu’à ce que les hypomnemata jouent un rôle si important que les capacités corticales perdirent leur rôle essentiel : le cœfficient d’encéphalisation cessa d’augmenter, puis commença à décroître légèrement12.
Mais quelles propriétés spécifiques du système nerveux central humain, particulièrement développées avec l’évolution de l’espèce, pourraient expliquer notre capacité à apprendre et transmettre les techniques ? Un certain nombre de recherches assez récentes en Neurosciences permettent de proposer des hypothèses tout à fait sérieuses. La découverte des neurones miroirs tout d’abord (Di Pellegrino et al., 1992 ; Rizzolati et al., 1996). Ces neurones, qui sont actifs lorsqu’une personne exécute une action mais également lorsqu’une autre personne est perçue en train de réaliser la même action (spécifique), ont d’abord été présentés comme le support neurophysiologique des processus d’imitation. Or, l’apprentissage par imitation est justement un rouage essentiel de la diffusion horizontale (aux contemporains) ou verticale (aux descendants) des savoir-faire. Mais il existe également des neurones miroirs plutôt sensitifs, réagissant à une stimulation sensorielle précise (une caresse par exemple), mais actifs également lorsque la même stimulation est appliquée à un autre individu. Ces neurones miroirs sont considérés comme pouvant être à l’origine de la possibilité d’empathie entre les individus (Gallese, 2001). Il existe même des neurones miroirs réagissant lorsque le sujet pense qu’une autre personne va être sur le point de réaliser une action spécifique. On trouve là une piste sérieuse pour comprendre à la fois comment nous pouvons anticiper les actions des congénères, mais aussi faire leur théorie de l’esprit. Finalement, les capacités de ces populations de neurones pourraient constituer le support des interactions sociales complexes si importantes pour l’espèce humaine (Oberman et al., 2007). Certes, ces populations particulières et étonnantes de neurones existent chez le singe (puisque découvertes chez lui), mais on peut penser qu’elles sont particulièrement efficientes chez l’homme.

Technique et adaptation

  • 13 . L’Anthropocène est un terme de chronologie géologique proposé pour caractériser l’époque de l’his (...)

8Le développement technique est un avantage adaptatif particulièrement puissant puisqu’il permet à l’homme de se protéger des prédateurs et des maladies, de produire des ressources et de d’atténuer sa vulnérabilité face aux variations de son environnement naturel. L’invention du feu le protège du froid et de la prédation. L’invention de l’agriculture lui permet de se soustraire en partie aux aléas des ressources naturelles et ainsi de se sédentariser. Il s’abrite dans des structures complexes, isolées du froid et de la chaleur, échappant ainsi en partie aux variations saisonnières de température. Les hypomnemata furent au départ des mémoires externes passives, au sens où elles permettent de déposer, de se saisir ou de se ressaisir de connaissances ou de savoir-faire. Mais un nouveau pas a été franchi lorsque la technique a permis de les rendre actives : c’est-à-dire capables de produire un résultat ou d’agir sur l’environnement à la place de l’humain. En effet, avec la naissance de l’automatique et de l’informatique, ce qui est stocké dans la mémoire externe est un savoir-faire opérationnel, c’est-à-dire codé et mis en œuvre par une machine dédiée. Le logiciel, le programme permet à l’ordinateur d’appliquer un savoir-faire calculatoire à la place du programmeur. Les automates et les robots vont plus loin puisqu’ils produisent, par le mouvement, des modifications de l’environnement ou de l’automate lui-même. L’Homme peut ainsi démultiplier son pouvoir d’agir et de produire.
Ainsi, une myriade d’outils de production permet à l’espèce humaine d’être alimentée par un flot continu de nourriture et d’énergie. Et cette intense activité humaine influe à tel point sur l’écosystème et les ressources planétaires que l’humanité doit se préoccuper, pour une question de survie, de la maîtrise de l’influence de cette activité. En d’autres termes, l’Homme est face à un nouveau défi : la prise de « contrôle » de la planète, de ses ressources, de son climat. C’est pourquoi, dès 1922, le géologue russe Aleksei Pavlov propose de décrire l’époque actuelle comme celle de l’« anthropocène13 ». Ce concept sera repris et popularisé ensuite par le journaliste Andrew Revkin (Revkin, 1992) puis par le chimiste de l’atmosphère Paul J. Crutzen (voir Steffen et al., 2011). L’espèce humaine va donc sans doute se retrouver dans une situation de clôture inédite : elle devient une espèce animale évoluant dans un environnement qu’elle doit contrôler. Il s’agit là d’un problème cybernétique très complexe que nous ne sommes pas du tout certains de pouvoir résoudre.
Cette épopée n’a été rendue possible que par l’apparition d’un noyau de compétences impliquant sens et motricité, dont les mécanismes sont hérités des générations précédentes d’hominidés, mais qui s’est trouvé potentialisé par ce que l’on pourrait appeler un « accident » phylogénétique. Ce noyau est composé de la dextérité et du langage. La dextérité rend possible l’outil et le langage sa transmission. Notons cependant que la complexité du langage humain est rendue possible par une forme particulière de « dextérité » : la capacité à coordonner finement les muscles phonatoires pour produire une incroyable variété de sons. Peut-être peut-on suggérer que ce noyau se résume à une compétence particulière : la capacité à apprendre à contrôler et à coordonner précisément et finement les contractions de certains muscles du corps. Les capacités adaptatives motrices (et sensorielles bien sûr) sont donc au cœur du moteur de l’évolution de l’espèce humaine. Ce noyau de compétences primaires est accompagné deux autres capacités essentielles : la capacité d’imiter ou anticiper les actions d’un autre congénère (voir précédemment), et celle de pouvoir intégrer l’outil saisi au corps sensible, au corps agissant (Maravita et Iriki, 2004 ; Iriki, 1996).

Corps capacitaire, transparence et dé-transparence de l’outil

9Le corps capacitaire est donc la plupart du temps au-delà des limites du corps biologique. Ses limites subjectives, ressenties, peuvent être définies grâce au phénomène dit de la « transparence de l’outil ». Ce phénomène subjectif est lié à l’« incorporation » de l’outil au corps ressenti. Le charpentier perçoit le clou qu’il veut enfoncer à travers la surface de la tête du marteau. L’écrivain perçoit la texture de la feuille de papier à travers les mouvements de la pointe de la plume ou de la bille du stylo qui glisse sur cette feuille. Le conducteur d’une automobile perçoit les défauts du revêtement routier à travers les rouages mécaniques des roulements, des suspensions, de la direction du véhicule. Notre système nerveux central est capable de déporter le lieu ressenti de la perception au-delà du corps animal : là où l’outil interagit avec l’environnement (au « point de travail »). Durant l’activité concernée, dès lors que l’outil est intégré et efficacement utilisé, alors sa présence n’apparaît plus à la conscience. Son utilisation automatisée permet de se concentrer sur l’achèvement de la tâche en cours. L’outil est devenu transparent à la conscience. Il fait partie du corps capacitaire. Il reste ainsi transparent tant que tout va bien, tant qu’il reste efficace, tant que les conséquences de son utilisation restent les conséquences attendues. Mais dès qu’un dysfonctionnement intervient, dès que l’inattendu, l’imprévu fait son apparition, c’est la dé-transparence instantanée : l’outil revient brutalement dans le champ de la conscience, il refait surface subitement dans notre champ attentionnel. Le moment de la dé-transparence est le moment où l’outil, déposé, ne fait plus partie du corps capacitaire.
La découverte de neurones corticaux bi-modaux, capables d’étendre leur champ récepteur visuel ou tactile en y intégrant l’outil manipulé, a ouvert des perspectives expérimentales concernant les mécanismes neurophysiologiques à l’origine de notre capacité à étendre les limites sensibles de notre corps naturel (Iriki, 1996). D’autre part, le cervelet semble jouer un rôle essentiel dans l’intégration des propriétés de l’outil aux connaissances sensori-motrices opératoires stockées dans la mémoire procédurale. Des travaux expérimentaux menés grâce à l’imagerie cérébrale (fMRI) montrent des zones du cervelet spécifiquement actives lorsqu’un participant se sert d’un outil particulier, mais aussi lorsque le participant s’imagine en train de se servir du même outil (Higuchi et al., 2007).
Mais alors, comment définir ce qu’est le corps capacitaire de l’Homme ? Comment définir le corps qui peut faire, le corps-outil, le corps capable ? Il faut se rendre à l’évidence : le corps capacitaire est continuellement changeant, instable et polymorphe. Le corps capacitaire n’est pas le corps animal : il s’adapte continuellement à l’activité en jeu, aux objectifs du moment. Il est capable de modifier ses capacités d’action ou de perception d’instant en instant, se saisissant de nouveaux outils, en déposant d’autres au fur et à mesure que se présentent les demandes de l’activité en cours. Le corps animal d’Homo Sapiens n’est qu’un point de départ, le substrat des compétences qu’il peut déployer.

Haut de page

Bibliographie

Berge, C. (1993). L’Évolution de la hanche et du pelvis des hominidés : Bipédie, parturition, croissance, allométrie. Paris : CNRS éd., coll. « Cahiers de Paléoanthropologie ».

Bolk, L. (1961). Le problème de la genèse humaine (Das Problem der Menschwerdung, 1926). trad. F. Gantheret et G. Lapassade. Revue française de psychanalyse, 25 (2), 243-279.

Cairό, O. 2011). External Measures of Cognition. Frontiers in Human Neuroscience, 5 (108).

De Winter, W. and Oxnard, C.E. (2001). Evolutionary radiations and convergences in the structural organization of mammalian brains. Nature, 409 (8), 710-714.

Di Pellegrino, G., Fadiga, L., Fogassi, L., Gallese, V., and Rizzolatti, G. (1992). Understanding motor events: a neurophysiological study. Experimental Brain Research, 91 (1), 176-180.

Dubois, E. (1897). Sur le rapport du poids de l’encéphale avec la grandeur du corps chez les Mammifères. Bull. Soc. Anthropol., 8 (1), 337-376.

Durand, M. (1987). L’enfant et le sport. Paris : PUF, coll. « Quadrige », Sociologie et Sciences de l’éducation.

Franklin, R.J.M. and Bussey, T.J. (2013). Do Your Glial Cells Make You Clever? Cell Stem Cell, 12 (3), 265-266.
Foucault, M. (1983). L’écriture de soi. In Dits et écrits, t. 2. Paris: Gallimard, p. 1237 (1983)

Gallese, V. (2001). The ‘shared manifold’ hypothesis. From mirror neurons to empathy. Journal of Consciousness Studies, 8 (5-7), 33-50.

Han, X., Chen, M., Wang, F., Windrem, M., Wang, S., Shanz, S., … Nedergaard, M. (2013). Forebrain Engraftment by Human Glial Progenitor Cells Enhances Synaptic Plasticity and Learning in Adult Mice. Cell Stem Cell, 12 (3), 342–353.

Harmand, S., Lewis, J.E., Feibel, C.S., Lepre, C.J., Prat, S., Lenoble, A., … Roche, H. (2015). 3.3-million-year-old stone tools from Lomekwi 3, West Turkana, Kenya. Nature, 521 (7552), 310-315.

Herculano-Houzel, S., Avelino-de-Souza, K., Neves, K., Porfírio, J., Messeder, D., Mattos Feijó, L., … Manger, P.R. (2014). The elephant brain in numbers. Frontiers in Neuroanatomy, 8 (46).

Higuchi, S., Imamizu, H., and Kawato, M. (2007). Cerebellar activity evoked by common tool-use execution and imagery tasks: an fMRI study. Cortex, 43 (3), 350-358.

Holliday, M. (1971). Metabolic rate and organ size during growth from infancy to maturity and during late gestation and early infancy. Pediatrics, 47 (1), 169-172.

Iriki, A., Tanaka, M., and Iwamura, Y. (1996). Coding of modified body schema during tool use by macaque postcentral neurones. Neuroreport, 7 (14), 2325-2330.

Iriki, A. (2006). The neural origins and implications of imitation, mirror neurons and tool use. Special Issue Motor Systems, Neurobiology of Behaviour. Current Opinion in Neurobiology, 16 (6), 660-667.

Jerison, H.J. (1973). Evolution of the Brain and Intelligence. New York: Academic Press, xiv, 482 p.

Jerison, H.J. (1985). Animal intelligence as encephalization. Phil. Trans. R. Soc. Lond. B, 308, 21-35.

Leroi-Gourhan, A. (1964). Le geste et la parole, technique et langage, t. 1. Paris : Albin Michel, coll. « Sciences d’aujourd’hui ».

Leroi-Gourhan, A. (1965). Le geste et la parole, la mémoire et les rythmes, t. 2. Paris : Albin Michel, coll. « Sciences d’aujourd’hui ».

Leroi-Gourhan, A. (1982). Les racines du monde. Entretiens. Paris : Belfond.

Levivier, M. (2011). L’hypothèse d’un Homme néoténique comme « grand récit » sous-jacent. Les Sciences de l’éducation - Pour l’Ère nouvelle, 44 (3), 77-93.

Maravita, A., and Iriki, A. (2004). Tools for the body (schema). Trends in Cognitive Sciences, 8 (2), 79-86.

Mauss, M. (1935). Les techniques du corps. Journal de Psychologie, XXXII (3-4), 271-293.

Mortensen, H.S. et al. (2014). Quantitative relationships in delphinid neocortex. Front Neuroanat, 8, 132.

Oberman, L.M., Pineda, J.A., and Ramachandran, V.S. (2006). The human mirror neuron system: A link between action observation and social skills. Social Cognitive & Affective Neurosci, 2 (1), 62-66. First published online September 18, 2006 doi:10.1093/scan/nsl022 (2007).

Piaget, J. (1936). La naissance de l’intelligence chez l’enfant. Paris : Delachaux et Niestlé.

Piaget, J., et Bärbel, I. (1966). La psychologie de l’enfant. Paris : PUF, coll. « Que sais-je? ».

Revkin, A. (1992). Global Warming: Understanding the Forecast. American Museum of Natural History, Environmental Defense Fund. New York: Abbeville Press, 180 p.

Richmond, B.G., and Detroit, D.S. (2000). Evidence that humans evolved from a knuckle-walking ancestor. Nature, 404 (6776), 382-385.

Rizzolatti, G., Fadiga, L., Gallese, V., Fogassi, L. (1996). Premotor cortex and the recognition of motor actions. Cognitive Brain Research, 3 (2), 131-141.

Rousseau, Jean-Jacques. Emile ou de l’éducation, II (1762).

Steffen, W., Crutzen, P., Grinevald, J., McNeill, J. (2011). The Anthropocene: conceptual and historical perspectives. Philosophical transactions of the royal society, 369,‎ 862-867.

Stiegler, B. (1994). La Technique et le temps, t. 1 : La Faute d’Épiméthée. Paris : Galilée.

Stiegler, B. (1996). La Technique et le temps, t. 2 : La Désorientation. Paris : Galilée.

Tardieu, C. (2012). Comment nous sommes devenus bipèdes. Le mythe des enfants loups. Paris: Odile Jacob.

Wolpoff, M.H. (1996-1997). Human Evolution. College Custom Series. New York: McGraw-Hill.

Haut de page

Notes

1 . » Un schème est la structure ou l’organisation des actions telles qu’elles se transfèrent ou se généralisent lors de la répétition de cette action en des circonstances semblables ou analogues » (La psychologie de l’enfant, p. 11).

2 . Une relation allométrique est une relation qui tient compte de la taille des individus au sein d’une espèce.

3 . La mesure de l’endocrâne de différents spécimen a cependant montré que le cerveau humain semble se « rétracter » depuis 30 000 ans : le cerveau de l’homme de Cro-Magnon est ainsi 15 % à 20 % plus grand que celui d’Homo Sapiens Sapiens.

4 . L’espèce Homo Sapiens Sapiens n’est pas celle qui a le plus grand nombre de neurones ! L’éléphant en possède 267 milliards (86 milliards pour l’homme) dans tout son système nerveux (Herculano-Houzel et al., 2014) et 257 milliards dans son cerveau seul dont mystérieusement 97,5 % sont dans son cervelet ! Le globicéphale compte 37,2 milliards de neurones dans son néo-cortex (Mortensen et al., 2014) alors que l’homme mâle n’en possède que 23 milliards (19 milliards pour la femme).

5 . Pourtant, le séquençage du génome humain a montré que celui-ci ne différait que de 1,23 % de celui du chimpanzé, soit à peine dix fois plus que le pourcentage de variation inter-individuelles au sein de l’espèce humaine.

6 . Le spécimen le plus ancien considéré comme un des premiers individus de la lignée Homo, appelé Tournaï (« espoir de vie » en langue gorane), a été découvert au Tchad en 2001. Il est daté de 7 millions d'années avant notre ère. 350 000 générations nous séparent de lui...

7 . » L’Homme est, du point de vue corporel, un fœtus de primate parvenu à maturité sexuelle » (Bolk, 1961).

8 . » L’hétérochronie est la modification de la durée et de la vitesse du développement d’un organisme par rapport à celles de ses ancêtres. Ces modifications sont la conséquence de la mutation de certains gènes du développement qui contrôlent le développement et la mise en place des organes. Ainsi, de grands changements au point de vue macroscopique peuvent survenir dans l’organisme grâce à l’hétérochronie sans pour autant qu’il y ait de modifications génétiques importantes » (définition Wikipedia).

9 . En archéologie et anthropologie, un artéfact est, par extension de l’anglais artifact, un objet fabriqué par l’être humain.

10 . » Les hypomnémata, au sens général, sont les objets engendrés par l’hypomnesis, c’est-à-dire par l’artificialisation et l’extériorisation technique de la mémoire. Les hypomnémata sont les supports artificiels de la mémoire sous toutes leurs formes : de l’os incisé préhistorique au lecteur MP3, en passant par l’écriture de la Bible, l’imprimerie, la photographie, etc. » (Ars Industrialis).

11 . Bernard Stiegler distingue trois types de mémoires appelées « rétentions » : la rétention primaire (la conscience que l’on a de ce qui s’écoule), la rétention secondaire : ce sont les souvenirs qui influent sur les rétentions primaires, qui agissent comme un filtre et la rétention tertiaire (les supports de mémoire, les hypomnemata).

12 . Cette décroissance du volume crânien chez Homo Sapiens reste discutée, notamment en raison du faible échantillon analysé et d’une sur-représentation des individus de sexe masculin (Wolpoff, 1996).

13 . L’Anthropocène est un terme de chronologie géologique proposé pour caractériser l’époque de l’histoire de la Terre qui a débutée lorsque les activités humaines ont eu un impact global significatif sur l’écosystème terrestre. L’Anthropocène serait la période durant laquelle l’influence de l’être humain sur la biosphère a atteint un tel niveau qu’elle est devenue une « force géologique » majeure capable de marquer la lithosphère.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Exemple de valeurs du cœfficient d’encéphalisation pour l’Homo Sapiens Sapiens et d’autres espèces animales (voir par exemple Cairó, 2011)
URL http://rechercheseducations.revues.org/docannexe/image/2883/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Illustration 2. Évolution du volume crânien des ancêtres d’Homo Sapiens et volume crânien de singes actuels (diverses sources)
URL http://rechercheseducations.revues.org/docannexe/image/2883/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Hanneton, « Du corps biologique au corps capacitaire », Recherches & éducations, HS | 2017, 181-193.

Référence électronique

Sylvain Hanneton, « Du corps biologique au corps capacitaire », Recherches & éducations [En ligne], HS | Mai 2017, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/2883

Haut de page

Auteur

Sylvain Hanneton

Laboratoire de Psychologie de la Perception UMR 8242 CNRS Université Paris Descartes, Paris
Chercheur associé au laboratoire TEC EA 3625, UFR STAPS, Université Paris Descartes, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org