Navigation – Plan du site
Recherche

A fleur de peau, ou le marquage du corps à l’adolescence

Marion Haza

Texte intégral

1Aujourd’hui, de multiples techniques permettent à l’individu de concrétiser des changements, tant au niveau de l’apparence de son image corporelle que dans les éléments fondamentaux de sa personnalité et de son identité. Tatouages et piercings, phénomènes nouveaux concernant surtout les jeunes, font partie des atteintes autoplastiques socialement acceptées. Nous nous sommes interrogés sur le rôle et la signification de ces marques corporelles volontaires face à la représentation que possède l’adolescent de lui-même et de son identité physique.

2Notre étude porte sur le marquage du corps d’adolescents scolarisés, sans antécédents pathologiques ou marginaux apparents. Nous avons demandé aux sujets, lycéens ou étudiants volontaires âgés de quinze à vingt-cinq ans et possédant ou non tatouage ou piercing, de répondre à un questionnaire comportant des propositions relatives aux représentations populaires du tatouage et du piercing, ainsi qu’au Body Cathexis Scale, échelle de satisfaction corporelle de Secord et Jourard. Nous nous intéressions à cette appréhension du corps : nous pensions que les lycéens au corps marqué auraient une satisfaction corporelle supérieure aux autres ; alors que cette différence ne se retrouverait pas chez les étudiants. Une autre hypothèse était que les étudiants auraient une satisfaction corporelle supérieure à celle des lycéens en général.

3Nous avons appliqué aux résultats de la Body Cathexis Scale une analyse en composante principale, et sélectionné les items pertinents dans l’étude du facteur “ Satisfaction corporelle générale ”. Nous avons ensuite fait une analyse de variance pour percevoir les différences entre nos quatre groupes. Tout d’abord, il apparaît nettement que l’âge est sans influence sur la satisfaction corporelle. (131,43 et131, 31.) Et, les sujets ayant un tatouage ou un piercing ont un sentiment de satisfaction corporelle nettement inférieur  aux autres. (126,044<135,57.)

4Nous avons ensuite, afin d’affiner notre recherche, essayé de distinguer les quatre facteurs que Tucker avait trouvés après rotation varimax dans la Body Cathexis Scale, dont “ Apparence du visage ”et “ Apparence physique générale ”. Après une nouvelle analyse de variance, nous avons pu voir que les conclusions applicables à ces facteurs étaient identiques à celles du facteur général de satisfaction corporelle : seule la variable absence ou présence de marquage du corps semblait jouer un rôle influent, aucune différence notable n’étant là encore à relever suivant l’âge des sujets. Les hypothèses préalables ne sont donc pas vérifiées : la satisfaction corporelle des lycéens et des étudiants avec tatouages ou piercings est inférieure à celle des autres.

Comment expliquer ces résultats ?

5Au préalable, nous nous sommes demandée si les sujets interrogés n’ont pas été pris de court par le test de satisfaction corporelle  amenant à se positionner sur des thèmes qui ne prêtent pas à interrogation habituellement ? Au surplus, si le phénomène envisagé s’avère juste, les sujets répondant au questionnaire ne considèrent peut-être pas leurs corps à l’état brut initial mais  leurs corps modifiés. En outre, si les lycéens au corps marqué éprouvent une satisfaction corporelle moindre, cela ne correspondrait-il pas tout de même, à une faiblesse expliquant le recours à ces pratiques corporelles ?

L’hypothèse concernant la stabilité de la satisfaction corporelle des étudiants est infirmée

6Nous avions pensé que le corps du post-adolescent, délivré de bouleversements imprévus serait davantage investi positivement. Cependant, le déplacement actuel de l’adolescence a pu fausser nos résultats : tout le travail psychologique d’appropriation du corps supposé achevé chez les étudiants, l’était probablement aussi chez les lycéens. La différence entre les individus en fin d’adolescence et les post-adolescents, ayant tendance à s’estomper, le sentiment de satisfaction corporelle serait lui aussi fixe et invariant.

7Afin de vérifier cette nouvelle interprétation, nous avons donc recalculé les scores de chaque groupe, en ne sélectionnant que les sujets d’âge le plus extrême, 16 ans et 25 ans. Nous constatons alors que les lycéens tatoués ou percés signalent une satisfaction corporelle supérieure aux autres (124 > 112,083) et que les étudiants ne présentent pas de nuances suivant la variable marquage du corps. Nous vérifions donc nos hypothèses. Par ailleurs, les sujets possédant tatouage ou piercing ont une satisfaction corporelle supérieure aux autres (120,8 > 114,81.) Mais la différence entre lycéens et étudiants est encore très faible. Pourquoi ? Nous pouvons saisir l’effet de la désirabilité sociale des adolescents les plus jeunes souhaitant paraître assurés et satisfaits de ce qui peut représenter leur identité. Nous pouvons également y voir un déplacement des intérêts avec l’âge ; les post-adolescents s’affirmeraient par d’autres moyens que le corps et pallieraient ses failles par le recours à diverses méthodes d’expression et de contentement. L’identité, les modes de pensée clairement définis par l’expérience et la maturité, seraient plus importants à leurs yeux que le corps, simple enveloppe d’eux-mêmes. En conclusion, nous irons dans le sens d’un apport du marquage du corps. Il serait tentant de s’interroger sur ses vertus “ thérapeutiques ” en tant que palliatif d’une sorte de manque, d’insatisfaction vis-à-vis du corps, et sur l’importance que lui accordent ses pratiquants.

Aussi allons-nous nous consacrer aux significations du marquage du corps à l’adolescence

8Tout d’abord la notion de “ douleur ”émerge fortement. Mais les opinions convergent : la douleur n’est pas un facteur stimulant pour la réalisation du tatouage ou du piercing. Certes, certains attendent la souffrance engendrée par ces pratiques mais cela serait plus dans une recherche de dépassement de soi-même. Eprouver ce mal aiderait à “ se prouver” ou à “ montrer aux autres  quelque chose”. Toutefois,  la majorité des jeunes ne rentrent pas dans ce schéma. Pour eux, la douleur paraît seulement constituer un passage obligatoire à la réalisation de leur volonté.

9Eliminant la motivation relative à la douleur, nous avons étudié les références aux origines du tatouage et du piercing. Apparemment, les adolescents qui se tatouent ou se percent le corps ne songent pas aux traditions tribales. Seule une minorité s’implique dans la pratique jusqu’à faire des recherches sur les origines et le sens du marquage. Nous envisageons donc des motivations plus personnelles qui déterminent les jeunes.

10La mode a-t-elle une place décisive ? Les jeunes sont conscients de l’ampleur actuelle du phénomène qu’ils considèrent comme “ une mode en longueur ”, le marquage se déplaçant sur le corps selon une logique contextuelle. S’il s’agit d’une mode, elle tirerait sa source des modèles sociaux, des idéaux transportés par les “ images de show-business ”. Or, l’adolescence, par la sensibilité accrue à l’apparence physique extérieure, facilite l’émergence d’un tel phénomène. Toutefois, il faut noter que les jeunes revendiquent leurs comportements, envies et désirs délibérés, réfléchis et personnels. Ce serait l’addition de toutes ces “ modes individuelles ” qui créerait un phénomène global s’apparentant à une mode.

11Penchons-nous sur les bénéfices interpersonnels amenés par le tatouage et le piercing. Quel rôle le tatouage ou le piercing ont-ils par rapport au groupe ? Les opinions des jeunes diffèrent. Il semble évident que le piercing ne traduit pas du tout une appartenance groupale (43,07 %.) Par contre, pour le tatouage, les sentiments sont plus variables : si les adolescents tatoués ou percés nient tout rattachement à une bande, les autres pensent plutôt l’inverse. Pourquoi ? Les jeunes ayant recours au marquage du corps désirent-ils protéger leur espace de choix et de liberté, montrer leur prise de décision personnelle et indépendante de l’influence ou de l’attraction d’un groupe ? Par ailleurs, certains reconnaissent que le marquage du corps peut devenir une “ marque de reconnaissance ” servant à “ se référencer ”, “ à se rapprocher ”comme moyen d’identification au sein d’un groupe.

12Ainsi, le marquage du corps constituerait-il, pour certains groupes, une sorte de “ facteur d’intégration sociale ”, créant des affinités, des centres d’intérêt, permettant rencontres et discussions. Et, si ce n’est pas l’imitation qui motive, mais seulement un désir d’insertion sociale, la décision paraît encore plus personnelle.

13Qu’apportent donc tatouages et piercings au plan intra-individuel ? Nous allons nous centrer sur le bénéfice esthétique. Les jeunes considèrent le résultat de ces pratiques comme une “ mise en valeur”, un “ embellissement  du corps ”. Certains parlent même d’une“œuvre d’art unique ” sur la peau. 10% des sujets contre 43 à 48,5 % affirment ne pas trouver dans le tatouage et le piercing quelque chose de “ beau ”, “ séduisant ” ou “ utile ”. Nous voyons ici une possible “ utilité esthétique ”, beaucoup plus prononcée chez les lycéens. De plus, nous avons remarqué que tatouage et piercing n’entraînent ni rejet ni indifférence mais seraient plus source d’attrait. Nous conclurons que nombreux sont ceux qui ont recours au marquage du corps par un souci d’esthétisme, rentrant dans une sorte de “ conquête pour s’embellir ” qui pourrait expliquer la tendance à ne pas s’arrêter au premier marquage. Nous retombons donc sur une quête très personnelle du plaisir apporté par cet “ art corporel ”. Et la reconnaissance des autres apparaît très importante, confirmant le choix du sujet et l’aidant ainsi à assumer son identité en cours.

14Toutefois, si ce critère d’esthétique existe réellement, est-il destiné à soi-même ou bien a-t-il une visée sociale plus élargie ? Certains sujets affirment avoir fait leur tatouage ou leur piercing uniquement pour eux. Ils prendraient des connotations intimistes ne possédant de sens que pour la personne concernée. Le marquage du corps est vécu comme un “ acte personnel ”, destiné à obtenir une satisfaction propre. Signe privé et particulier, il paraît contenter le narcissisme adolescent.  Mais la plupart sont conscients de l’impact que le marquage a sur les autres. Il y a un “ côté exhibitionniste ” dans le marquage. Par ses caractéristiques de “ montrer et ne pas montrer à la fois ”,  un jeu fondé sur le regard s’organise.

15Allons un peu plus loin avec une motivation personnelle des sujets, qui touche à l’originalité. Les tatoués et les percés portent donc sur eux une marque distinctive qui leur permet de s’écarter de la masse. 45 % considèrent cela comme un moyen plutôt original de se démarquer. Ainsi, il serait possible de “ sortir de l’ordinaire ”, d’assurer une différenciation. Et, comme chaque marquage est unique, la personne se considère elle aussi comme unique. La recherche de l’originalité apparaît donc comme un aspect primordial accompagnant le marquage du corps. L’essor qu’il connaît auprès des adolescents pourrait, en partie, s’expliquer par cette volonté de démarcation, ces jeunes recourant à divers moyens pour se créer en tant qu’entité individuelle. Il peut sembler paradoxal que le marquage du corps constitue à la fois une manière de se référencer à un groupe, et également de s’en différencier. Mais cette ambivalence a l’ambiguïté de la construction identitaire adolescente, recherche de similarité et de différences.

16Quel est donc le rôle du marquage corporel dans cette construction ? Les jeunes associent une valeur “ d’expression ” permettant “ d’affirmer son identité ”, “ d’extérioriser des sentiments ” personnels. 35 à 40 % des jeunes, notamment les lycéens, pensent qu’une des raisons qui les incitent à se faire un tatouage ou un piercing serait l’affirmation de leur identité. Ceci nous semble concorder avec leur besoin “ d’artifices ” puisque, leur soi encore inachevé, ils recherchent l’apport d’éléments extérieurs pour “ se révéler ”. De plus, il paraît important pour l’adolescent de trouver pour s’affirmer un moyen touchant à son corps mouvant et incontrôlable. Toutefois, les sujets considèrent plus le marquage du corps comme un ornement sur le corps, mais qui en reste différencié. Nous pourrions donc supposer que tatouage et piercing ne sont pas ancrés si profondément dans l’identité de leurs pratiquants. Mais, dans la période de moratoire identitaire, le marquage du corps constituerait un élément dirigeant et offrirait un repère concret sur lequel l’adolescent peut s’appuyer et se construire. Il s’agirait toujours d’une “ recherche de soi ” par le biais d’un support d’expression personnalisé, le corps. Et le tatouage ou le piercing revêt la caractéristique d’être un élément invariant. Il peut donc être à la base de la stabilité de la personnalité future du jeune, lui offrant “ un signe d’intégrité ”. Le rôle du marquage du corps dans l’affirmation de soi est perçu de manière très forte ; il deviendrait ainsi “ support de l’identité ”. Toutefois, il faut signaler que les post-adolescents paraissent accorder moins d’importance à ce rôle : ils considèrent avoir d’autres façons pour s’affirmer. En effet, s’il change le corps, le marquage ne transforme, en aucun cas, la vraie personnalité de l’individu.

17Comment les jeunes réagissent-ils devant ces pratiques ? Quel sens spécifique leur attribuent-ils ? Pour eux, il s’agit de faire “ un choix propre à la vie ”, sans possibilité de “ retour en arrière ” pour le tatouage. Il faut réfléchir aux incidences sur la carrière future “ jouant en faveur ou en défaveur de l’embauche ”. 70 % des jeunes affirment être prêts à enlever leur tatouage ou leur piercing pour des raisons professionnelles. Les sujets interrogés ajoutent qu’il faut réfléchir aux “ changements corporels et psychologiques ” qui vont s’effectuer avec l’âge ; le corps vieillit, se ride, les préoccupations et les visions des choses évoluent. De plus, il semblerait que  tatouage et piercing correspondent à un âge précis, plutôt réservés aux “ 15 et 25 ans”, “ au passage de l’adolescence ”. Pour autant, le choix du recours au marquage du corps n’est pas aveugle. Les jeunes répètent que “ cela demande réflexion ”. Nous ne sommes donc pas nécessairement face à des “ coups de tête ”, des “ lubies ” adolescents. Mais, nous percevons là toute l’ambivalence de l’adolescent prêt à prendre des risques afin de satisfaire un désir immédiat. Une ambivalence qui n’exclut pas la conscience des contraintes qui peuvent surgir, conscience pouvant aider les jeunes à se responsabiliser dans leurs premières initiatives.

Nous allons maintenant conclure au sujet du corps médiateur adolescent

18Le jeune qui arbore un tatouage ou un piercing est souvent perçu comme un être en “ détresse ”, “ mal dans sa peau ”, exprimant un “ besoin d’aide ”. Il  témoignerait aussi d’une volonté de “ rébellion ” vis-à-vis des adultes, des parents notamment, “ se démarquant ” d’un contexte infantile. Tatouage ou piercing traduirait une sorte d’“ émancipation ”, un mode d’expression pour “ couper les liens parentaux ” qui confirme l’évolution de l’adolescent, les désirs personnels semblant primer sur les dires des autres, être imperméables aux influences.

19Nous pourrions donc considérer que, généralement, le jeune au corps marqué aura été, à un moment ou à un autre, “ en conflit avec quelqu’un ou quelque chose ”. Un étudiant a parlé “ d’alerter ” l’entourage grâce à un moyen moins grave que la tentative de suicide mais qui exprime quelque chose, “ offrant son corps pour résoudre un conflit ”. Tatouage et  piercing serviraient à “ susciter un regard d’autrui ”, à “ attirer ” l’attention sur soi. Dans cette optique, le marquage du corps ne serait en aucun cas à négliger, prenant une signification très importante quant à l’identité du sujet.

20Nous retrouvons donc des pratiques caractéristiques de l’adolescence, en ce qui concerne l’identité et l’affirmation de soi. Certains jeunes s’approprient les marques pour les faire ressortir sur leur corps, les utilisant comme une aide pour ordonner tout ce qui anime leur psychisme, et montrer clairement, aux autres mais également à eux-mêmes, qui ils sont et ce qu’ils aiment. L’adolescence deviendrait, par ses propriétés, un “ facteur influent ” pour le marquage du corps. Nous pourrions même en parler comme “ symptôme ” de la période adolescente ; non pas comme  signe d’une réelle maladie, mais d’une étape difficile et consolidante de l’identité, et comme évidemment l’expression d’un conflit inconscient. En effet chacun doit procéder à un remaniement et à une réorganisation de ses données personnelles, physiques, psychologiques et relationnelles préalables, ce qui engendre parfois un certain malaise interne. Nous ferons donc référence à la définition lacanienne du “ symptôme ”, “ allant dans le sens d’un désir de reconnaissance, ce désir restant exclu et refoulé ”. Le sujet adolescent paraît, en effet, être en demande d’attention envers lui-même et  vouloir se positionner avec sa propre personnalité grâce au marquage du corps, sans réellement déclarer au grand jour ces réclamations. Il agirait donc inconsciemment, la pratique du marquage du corps pouvant passer sans problème pour une recherche purement esthétique ou un recours à la mode.

21On ne peut oublier que le marquage du corps se situe entre psychique et physiologique. Il nous semble nécessaire de souligner l’importance que les jeunes accordent à leur corps, donnée immuable, dont ils ne peuvent se détacher. Tatouage et piercing viennent se poser sur la réalité physique du sujet, conférant une “ valeur au corps ” qui agrémente positivement “ l’ego ”. Qui plus est, le marquage du corps permettrait de produire un changement désiré, laissant une “ empreinte éternelle ” sur le corps. Il procurerait ainsi l’impression “ d’être maître de son corps ” et de se révéler à travers son image. De cette façon, le sujet ne souffrirait plus des modifications qu’il subit à cette période-là, dans une illusion de toute-puissance envers son corps jouant en faveur de son estime de soi et de son narcissisme. Il s’agirait donc d’un moyen très concret de devenir conscient de sa constance et de son identité physique. Nous sommes désormais mieux armés pour comprendre le lien entre l’estime de soi et la satisfaction corporelle. Le marquage du corps permettrait à certains de combler une satisfaction corporelle défaillante ; il serait corrélé à l’estime de soi, par le biais de cette dernière.

22A travers cette recherche, nous avons tenté de comprendre l’attirance pour le tatouage et le piercing, à l’adolescence en excluant le lien à la marginalité. Nous avons considéré les explications actuelles en terme de quête d’esthétisme ou d’adhésion à un phénomène de mode. Nous avons également constaté que l’adolescence  influence le “ passage à l’acte ” et l’utilisation de ces pratiques. Mais force a été d’admettre que le marquage du corps ne serait, en aucun cas signe d’exclusion sociale. Il s’agirait plutôt d’une marque structurante et facilitatrice, base psychique  pour la construction de l’identité. Cependant, il révélerait également une évidence de l’adolescence, se muant en “ symptôme ” traduisant les différents troubles personnels et identitaires des jeunes. Ce symptôme se traduirait sur le corps, par une appropriation signifiant toute la maîtrise du sujet envers son enveloppe corporelle. Il resterait alors à l’individu à modifier son symptôme, pour que demeurent possibles la jouissance et le désir. Mais la trace du symptôme en elle-même, resterait gravée à vie sur soi. Il est difficile, malgré tout, de ne pas s’interroger sur les limites de cette atteinte corporelle. Il semble impératif, en effet, que la conscience de l’intégrité  propre permette de définir la limite à ne pas dépasser pour que ces pratiques ne deviennent pas de pures attaques mettant le corps à mal. Si tel n’est pas le cas, tatouage et piercing deviendraient maux de l’adolescence.

Haut de page

Bibliographie

Andrieu, B.(1993). Le corps dispersé. Edition l’Harmattan.

Andrieu, B.(1994). Les cultes du corps. Ethique et sciences. Edition l’Harmattan.

Andrieu B. (2000), Un corps à soi, Critique du masochisme, St Pierre du Mont

Angioli, M. (1994). Le tatouage à l’adolescence. Paris X.

Anzieu, D. (1985). Le Moi-Peau. Dunod.

Birraux, A. (1990). L’adolescent face à son corps. Editions Universitaires “Emergences”.

Borel, F. (1992). Le vêtement incarné. Les métamorphoses du corps. Calmann-Lévy.

Bourgeois, M. (1975). Le tatouage : étude médico-psychologique. Bordeaux Médical, volume 8, numéro 16, 1841-1853.

Caruchet, W. (1995). Le tatouage ou le corps sans honte. Document Séguier.

Diligent, M.B., Ren, G., Petiet, G. (1973). Du tatouage à la personnalité du tatoué. Médecine légale et dommage corporel, volume 6, numéro 3, 234-249.

Gendreau, J. (1998). L’adolescence et ses rites de passage. Didact éducation. P.U.R.

Jourard, S.M. et Secord, P.F. (1954). Body size and body cathexis, Journal of consulting psychology, tome 18, numéro 3, 184.

Le Breton D., (2002). Signes d’identité. Tatouages, piercings et autres marques corporelles, Paris, Métailié.

Maisonneuve, J., Bruchon- Schweitzer, M .(1999). Corps et beauté. Que sais-je? P.U.F.

Marsouin, M.(1991). Du tatouage au sujet tatoué. Représentations et conduites sociales aujourd’hui. Paris X.

Millet et coll. (1988). Tatouage et personnalité. Revue médicale de Toulouse. 516-523.

Pagès-Delon, M. (1989). Le corps et ses apparences. L’envers du look. Edition l’Harmattan.

Pommereau, X.(1997). Quand l’adolescent va mal. Bien-être, J’ai lu 1747, Psychologie.

Rodriguez-Tomé, H., Jackson, S. (1997). Regards actuels sur l’adolescence. P.U.F.

Secord, P.F. et Jourard, S.M. (1953). The appraisal of Body Cathexis : Body cathexis and the self . Journal of consulting psychology, volume 17, numéro 5, 343-347.

Tenhenaus, H. (1993). Le tatouage à l’adolescence. Païdos Adolescence. Bayard édition.

Tucker, L. A. (1981). Internal structure, factor satisfaction, and reliability of the body cathexis scale. Perceptual and motor skills, numéro 53, 891-896.

Zbinden, V. (1990). Piercing. Rites ethniques. Pratiques modernes. Favre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Haza, « A fleur de peau, ou le marquage du corps à l’adolescence », Éduquer [En ligne], 2 | 3e trimestre 2002, mis en ligne le 15 octobre 2008, consulté le 20 août 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/291

Haut de page

Auteur

Marion Haza

Maîtrise de Psychologie du Développement, DEA de Psychologie, laboratoire de Psychologie Sociale, et DESS de Psychologie de l'Enfance et de l'Adolescence, Université de Bordeaux II

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org