Navigation – Plan du site
Dossier

L'aide rééducative à l’école

Maryse Metra

Texte intégral

Perspective historique

1L'histoire de l'enseignement spécialisé puis de l'adaptation et de l'intégration scolaire (AIS), dans notre pays, s'inscrit dans un contexte pédagogique, psychologique, idéologique, philosophique, et politique que nous ne développerons pas dans cet article.

2Dans les années 1970, l'aide rééducative s’est avérée nécessaire (rééducations psychopédagogiques et psychomotrices). Elle a été l'un des moyens mis en place pour enrayer le mouvement d'exclusion et de ségrégation qui touchait les élèves en échec scolaire.

3Trois textes essentiels :

  • Circulaire n° IV du 9 février 1970. Prévention des inadaptations. Groupes d'aide psychopédagogique. Sections et classes d'adaptation. BO n° 8 du 19 février 1970.

  • Circulaire n° 90-O82 du 9 avril 1990. Mise en place et organisation des Réseaux d'aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED). BO n° 16 du 19 avril 1990.

  • Rénovation du CAPSAIS (Certificat d'aptitude aux actions pédagogiques spécialisées d'adaptation et d'intégration scolaire. Référentiels de compétences des enseignants spécialisés. BO spécial n° 3 du 8 mai 1997).

L'aide rééducative  

4La rééducation est une aide qui s’organise à partir de l’analyse d’une demande reçue par une équipe, le Réseau d'aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED).

5Quand l'aide apportée par les enseignants du cycle ne suffit pas, c’est une équipe qui décide qu'un élève en difficulté a besoin qu’on s’adresse à lui en tant qu’enfant, et que l'aide rééducative à l'école est la plus pertinente. Le rééducateur, en accord et en partenariat avec l’école et la famille, va proposer un temps, un espace et une relation à un enfant pour qu’il puisse symboliser ses difficultés et entrer dans les apprentissages.

6La circulaire d’avril 1990 sur la mise en place des RASED présente la pratique rééducative à l’école comme centrée sur l’enfant avec pour objectif de restaurer chez lui le désir d’apprendre et l’estime de soi, de favoriser l'ajustement progressif de ses conduites émotionnelles, corporelles et intellectuelles, pour qu'il retrouve l'efficience dans les activités de l'école et les apprentissages.

7Dans le RASED, il y a plusieurs formes d'aides spécialisées. Ces actions diversifiées et complémentaires s’adressent à une réalité qui est souvent la même : la difficulté scolaire d’un enfant, mais elles n’utilisent pas les mêmes moyens :

  • l’aide pédagogique considère le dysfonctionnement scolaire dans un cadre d’apprentissage et tente de donner à l’élève les moyens de maîtriser les méthodes et les techniques de travail, de créer chez lui l’expérience de la réussite, en s’appuyant sur le sens des apprentissages

  • le suivi psychologique offre un lieu à l'enfant pour l'accompagner dans son développement et faciliter son adaptation et son intégration à l'école, en décelant les troubles éventuels

  • l'aide rééducative va s’attacher à créer ou recréer chez l’élève le désir d’apprendre et l’estime de soi à travers la relation et les différentes médiations proposées, à le remobiliser pour qu’il investisse les apprentissages.

8Cette aide spécifique à l’école est sous-tendue par des référents théoriques et s’organise à partir d’un cadre et d’une méthodologie. L'aide rééducative se définit en complémentarité avec d’autres formes d’aide, dans le RASED, mais dans l’école tout entière.

9La rééducation s’adresse à des élèves pour lesquels le renforcement des exercices pédagogiques ou les techniques de soutien se sont révélés inopérants et dont la difficulté ne saurait être systématiquement médicalisée , car il s’agit pour eux de surmonter des difficultés personnelles face à des situations scolaires.

10La rééducation à l’école permet de prendre en compte la difficulté sur le lieu même où elle se manifeste, mais elle implique l’adhésion et la participation d’autres partenaires. L’évaluation de l’aide nécessite de croiser les regards sur l’enfant et de confronter les avis pour analyser les changements.

11Le rééducateur propose à l’enfant des voies alternatives d’aide qui sont en rupture avec les pratiques scolaires, même si elles visent l’efficience dans les apprentissages. Il va se situer aussi comme médiateur entre l’enfant et l’école ; si la pratique du rééducateur n’est pas directement centrée sur les apprentissages, elle s’appuie sur les ressorts du développement de l’activité personnelle de l’enfant pour en lever les obstacles et permettre l’investissement scolaire. Faire émerger le désir d’apprendre nécessite une approche globale de l’enfant et de sa personnalité tout entière.

12Le rééducateur met en place un cadre rééducatif où l’enfant pourra découvrir ou redécouvrir des processus d’échange, de création, de communication et d’expression.

13Les référents théoriques qui permettent aux rééducateurs de travailler sont multiples. Ce sont des socles au service de la pratique :

  • la psychologie génétique, la psychanalyse et la psychologie clinique permettent de poser des hypothèses sur les difficultés de l’enfant

  • la psychologie cognitive et la psychologie sociale permettent de comprendre les difficultés d'apprentissage de l’élève

  • la systémique permet d'identifier la complexité des relations qui se tissent autour de l’enfant et de l’élève,

  • les théories de Carl Rogers permettent de travailler la qualité de la relation avec l'enfant, les enseignants et la famille.

14La rééducation que nous menons à l’école s’exerce dans un lieu habilité à l’éducation et à l’enseignement. Comment situer la rééducation par rapport à l’éducation ?

  • L’acte éducatif implique un projet d’acquisitions porté par un adulte (enseignant ou parent), ce projet est soumis à la pression sociale avec des repères qui sont une garantie pour l’enfant.

  • L’acte rééducatif est un projet de réalisation de la personne de l’enfant pour qu'il puisse répondre au projet d’acquisitions scolaires.

15En travaillant avec l'élève, enfant en difficulté, le rééducateur travaille aussi avec son enseignant et sa famille. Il lui faudra parfois chercher des solutions avec l’enseignant ou les parents: « Comment, chacun à notre place, allons-nous pouvoir aider l’enfant? ». Cette question, en prise directe avec la réalité, fait souvent évoluer la situation.

16Le projet rééducatif est porté :

  • par l’enfant qui vient avec son histoire

  • par le rééducateur qui va tenter de comprendre ce qui se passe et ajuster ses réponses à la problématique de l’enfant

  • par l’enseignant et la famille qui sont partenaires de l’aide.

La mise en place de l’aide rééducative

17L’établissement de la relation rééducative implique pour l’enfant un certain degré de sécurité et de confiance. Ce sentiment dépend pour une grande part de la permanence du cadre rééducatif. Si ce cadre n’existe pas ou n’est pas posé au préalable, il n’y a pas d’institution rééducative. Ce cadre est en lui-même opérationnel, c’est la théorie matérialisée qui sous-tend la pratique. Le rééducateur est garant de ce cadre, c’est en testant la permanence de ce cadre que l’enfant va apprécier la fiabilité du rééducateur comme référent stable sur lequel il pourra s’appuyer.

18Dans le cadre rééducatif, interviennent :

  • le lieu

  • le temps

  • les personnes

  • les termes du contrat négocié avec l’enfant, la famille et l’enseignant.

19La rééducation qui s’inscrit dans un cadre se fonde aussi sur un projet. Le projet rééducatif suppose un dispositif d’évaluation qui va nous permettre :

  • d’une part de dégager les axes du travail au cours des séances

  • d’autre part d’observer les changements pour décider du réajustement du projet, de la modification de l'indication d'aide ou de l’arrêt de la rééducation.

20Le projet rééducatif va, dans un premier temps, dégager l’axe principal du travail avec l'enfant. A partir de là, le rééducateur va proposer à l’enfant un cadre de travail, des médiations et une relation basée sur l'écoute, qu’il ne peut trouver dans le cadre de la classe. Le rééducateur évalue l'évolution de l'enfant durant les séances et lors des rencontres avec l'enseignant et les parents.

21Les médiations utilisées en rééducation permettent à l’enfant de symboliser différentes situations, pour les mettre à distance, et grâce aux réponses du rééducateur, d’opérer des changements. C’est ainsi que l'élève va reprendre confiance en ses possibilités, restaurer l’estime de soi qu’il avait peut-être perdue, réajuster ses conduites émotionnelles, corporelles et intellectuelles (circulaire d’avril 1990).

22Les différentes pratiques présentées dans ce dossier témoignent des multiples facettes de l'aide rééducative à l'école, car si elle est générique, définie par un cadre institutionnel, elle est aussi singulière, car adaptée aux besoins de chaque enfant en difficulté à l'école.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryse Metra, « L'aide rééducative à l’école », Éduquer [En ligne], 3 | 2002, mis en ligne le 15 octobre 2008, consulté le 27 avril 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/297

Haut de page

Auteur

Maryse Metra

Rééducatrice de l'Éducation nationale. Responsable de formation à l'IUFM de Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org