Navigation – Plan du site

Hommages à Louis Legrand et à Gaston Mialaret

Xavier Riondet et Guy Avanzini
p. 7-10

Texte intégral

En l’espace de quelques mois notre discipline des sciences de l’éducation a vu disparaître deux grands hommes, qui ont contribué à sa construction, son développement et sa pérennité ; Louis Legrand dans un premier temps décédé le 20 octobre 2015, puis Gaston Mialaret le 30 janvier 2016.
Les membres de la Société Binet-Simon et de la revue Recherches & Éducations ont souhaité leur rendre hommage dans les quelques lignes qui suivent.

Hommage à un réformateur 

1Né le 12 mars 1921 à Belfort, le Professeur Louis Legrand s’est éteint le 20 octobre 2015 à Arpajon. C’est une autre grande figure des sciences de l’éducation qui s’en est allée. L’institution scolaire et le système éducatif, Legrand les connaissait bien. Durant sa carrière professionnelle, il a pu multiplier les points de vue à son égard. Legrand oeuvra comme instituteur, comme enseignant du second degré et dans l’enseignement supérieur ; il officia également en tant qu’inspecteur départemental et d’académie (Cambon, Delchet, Lefevre, 1974, p. 213) ; il dirigea l’institution en charge de la recherche pédagogique et il participa aux commissions de réforme (Nique, 1994/2005). C’est dire que pour bien des chercheurs travaillant sur l’histoire contemporaine du système éducatif en France, le nom de Louis Legrand est incontournable.

  • 1 . On pourrait définir cette formulation comme un « art de ne pas lire les textes au motif que leur (...)
  • 2 . Nous pensons ici à Olivier Reboul (1925-1992) et à Michel Tardy (1927- ).
  • 3 . Le LISEC EA 2310 organisa d’ailleurs les 23 et 24 juin à l’Université de Strasbourg un symposium (...)

2Après une première partie de carrière dans l’institution scolaire et un doctorat en philosophie sous la direction de Paul Ricoeur (1913-2005), les ouvrages publiés au début des années 1960 constituent une première étape, littéraire, de son oeuvre : Pour une pédagogie de l’étonnement (1960), L’influence du positivisme dans l’oeuvre scolaire de Jules Ferry (1961) et Psychologie appliquée à l’éducation intellectuelle (1961). Autant d’ouvrages ayant marqué une époque, mais également autant d’objets culturels de plus en plus difficiles à trouver actuellement dans nos bibliothèques. Espérons à cet égard que les futures générations d’enseignants-chercheurs en sciences de l’éducation ne cèderont pas à l’« illusion bibliographique »1 en employant un terme comme « étonnement » jusqu’à l’usure sans même avoir approché le sens de l’oeuvre de Legrand. Lecteur et auteur, il est également un homme de terrain et un homme d’institution. Il participe à la commission Rouchette sur la rénovation de l’enseignement du français. Il devient en 1966 directeur de recherches à l’Institut Pédagogique National (IPN) en succédant à Roger Gal (1906-1966) (Dorison et Kahn, 2011). Puis il s’engage dans les « collèges expérimentaux ». Marqué à gauche et par le projet de démocratisation dans un contexte complexe, Legrand quitta l’Institut National de Recherche Pédagogique (anciennement IPN) et devint en 1980 professeur de sciences de l’éduction à Strasbourg. L’élection de François Mitterrand (1916-1996) en 1981 et l’arrivée au ministère de l’éducation d’Alain Savary (1918-1988) le mobilisent de nouveau. Legrand dirige une commission portant sur la rénovation des collèges. Ce travail donne lieu à un rapport, remis en 1982. Sa montée en puissance institutionnelle est perturbée, il redevint professeur à Strasbourg. Sur place, il contribue avec d’autres figures locales2 à former plusieurs générations d’enseignants-chercheurs3. Ses idées sur la rénovation inspirèrent néanmoins l’évolution du système éducatif jusqu’à l’arrivée au ministère de Jean-Pierre Chevènement (1939- ). C’est au prisme de cette réalité qu’il faut lire la suite d’ouvrages publiés entre 1977 et 1986 dont : Pour une politique démocratique de l’éducation (1977), L’Ecole unique : à quelles conditions ? (1981), Pour un collège démocratique (1983) ou encore La différenciation de la pédagogie (1986).
Telle est, à grands traits, et de manière lacunaire, la trajectoire d’un homme brillant, profondément philosophe, foncièrement pédagogue, qui incarnait une vision du processus de réforme du système éducatif dans laquelle s’articulaient recherche, expérimentations, volonté politique et enthousiasme des praticiens. Foncièrement épris des méthodes actives, sans céder aux sirènes non-directives, il consacra son énergie et sa carrière à l’amélioration du fonctionnement de l’institution et aux transformations pédagogiques. Nous souhaitions ici rendre hommage à l’engagement d’un enseignant-chercheur qui oeuvra malgré les obstacles et les déceptions au nom d’une Ecole républicaine profondément démocratique.

Hommage à Gaston Mialaret

3La disparition de Gaston Mialaret a été ressentie, au sein de la Société Binet-Simon, avec une vive émotion et beaucoup de peine. Même si son grand âge la rendait inexorablement proche, elle a provoqué chez tous ceux qui le connaissaient une sorte de désarroi. Sa longévité même et son rythme d’activité avaient si fortement établi l’habitude de sa présence que l’on n’en imaginait pas l’inévitable effacement.

4Né le 10 octobre 1918 et mort le 30 janvier 2016, ce pionnier des sciences de l’éducation aura traversé le siècle et plusieurs de ses révolutions épistémologiques. Instituteur à Figeac, puis professeur de mathématique au collège, il avait organisé le premier laboratoire de psychopédagogie de l’ENS de Saint-Cloud et été chargé d’enseignement à l’Institut de Psychologie de Paris.
La psychopédagogie fut aussi son substrat et son objectif lorsqu’il fonda et occupa brillamment la première chaire française de sciences de l’éducation à l’Université de Caen.
L’on sait aussi le rôle décisif que, avec Maurice Debesse et Jean Château, il a tenu lors des débats préparatoires aux textes de 1967, qui ont instauré les cursus académiques de sciences de l’éducation et créé la section spécifique du CNU, qu’il a longtemps présidé. Ceux qui, avec lui et, souvent, grâce à lui, ont, à u titre quelconque, participé à la fondation des premiers départements correspondants se rappellent ce qu’ils doivent au dynamisme de son action et à l’efficacité de son soutien ; et sans doute lui en gardent-ils la reconnaissance qu’ils lui doivent.
Les années 1968 allaient offrir à cette innovation un contexte à la fois favorable et difficile. D’une part, c’était, avec la réforme de 1959, l’origine de ce que Louis Cros, en 1963, allait appeler « l’explosion scolaire » et l’intensification d’un espoir de démocratisation ; c’était évidemment, aussi un facteur propice à l’essor de la recherche. C’était le temps des premières publications de Pierre Bourdieu, inductrices d’une critique de l’«  École reproductrice », diffusée par les « événements de 1968 » et accentuée par les théories d’Yvan Illich sur la déscolarisation. Et c’était aussi l’émergence de l’éducation permanente, qui semblait offrir un substitut bienvenu à cette institution scolaire décevante, voire une remédiation aux injustices qu’elle commettait. Et c’était, enfin, le temps de ceux qui attendaient de la nondirectivité une issue aux impasses de la pédagogie traditionnelle.
Cette situation complexe et instable, Gaston Mialaret allait courageusement, dans toute la mesure où cela dépendait de lui et là où pouvait s’exercer son influence, y réagir. Sans dissimuler ses propres convictions, que manifestait notamment sa présidence du G.F.E. N., il sut respecter la pluralité des orientations intellectuelles des uns et des autres, comme des courants de pensée et des méthodologies, tout en s’efforçant de sauvegarder l’homogénéité minimale d’un champ d’études intrinsèquement pluridisciplinaires, et cela en dépit de l’hostilité rencontrée au sein même de l’Enseignement Supérieur. Pour lui, il s’agissait, sans s’abandonner à un scientisme désuet, de conduire une démarche assez contrôlable pour être reconnue comme « scientifique » ; il fallait de même, sans revendiquer un objectivisme inadéquat, ne pas céder à un militantisme émotionnel ou politique désireux de bénéficier d’une sociologie vécue comme intrusive et prompte à revendiquer le monopole de la compétence, en rivalité avec une psychologie qui n’entendait pas laisser méconnaître la pertinence de sa démarche clinique, et avec une philosophie qui refusait que fût estompée ou étouffée la réflexion axiologique inséparable de tout projet éducatif.
Sans jamais oublier ni laisser oublier sa préférence pour les procédures expérimentales, l’ancien professeur de mathématiques qu’était Gaston Mialaret a néanmoins toujours reconnu et explicitement rappelé la légitimité et le rôle indispensable de la posture réflexive et sa complémentarité avec la posture scientifique ; son souci était de situer dans la clarté leurs fonctions respectives et les modalités de leur articulation. C’est largement grâce à lui que, en amont d’inévitables divergences, s’est manifestée l’unité des sciences de l’éducation, dont il a largement contribué à l’élaboration épistémologique.
L’on sait aussi son souci des relations internationales. Fondateur et longtemps président de l’A.I.P.E.L.F-Association Internationale de Pédagogie Expérimentale de Langue Française- attentif à la pensée de Raymond Buyse, en lien avec Samuel Roller, Anna Bonboir, Fernand Hotyat et des chercheurs canadiens, il a su faire des colloques de cet organisme des moments forts de la recherche pédagogique, comme ensuite dans son rôle de directeur du B.I.EBureau International d’Education.
Il était proche d’Alfred Binet, dont il aimait à se rappeler le rôle majeur ; aussi bien, il fut un fidèle ami de notre Société. C’est pourquoi celle-ci tient aujourd’hui à rendre hommage à sa personne et à son oeuvre, à le remercier de tout ce que nous devons à son attitude chaleureuse et conviviale et à assurer sa famille de notre profonde sympathie.

Haut de page

Bibliographie

Boucheron, P. (2015). Au banquet des savoirs. Eloge dantesque de la transmission. Bordeaux : PUB et PUPPA.

Cambon, J., Delchet, R. et Lefèvre, L. (1974). Anthologie des pédagogues contemporains. Paris : PUF.

Dorison C. et Kahn P. (2011). Roger Gal et Louis Legrand ou les trente glorieuses de la réforme pédagogique. Carrefours de l’éducation, 31, 89-104

Nique, C. (1994/2005). Legrand, Louis. In Dictionnaire encyclopédique de l’éducation et de la formation (479-485). Paris : Retz.

Haut de page

Notes

1 . On pourrait définir cette formulation comme un « art de ne pas lire les textes au motif que leur titre même fait croire qu’on les a déjà lu » (Boucheron, 2015, p. 14).

2 . Nous pensons ici à Olivier Reboul (1925-1992) et à Michel Tardy (1927- ).

3 . Le LISEC EA 2310 organisa d’ailleurs les 23 et 24 juin à l’Université de Strasbourg un symposium en hommage au Professeur Legrand.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Riondet et Guy Avanzini, « Hommages à Louis Legrand et à Gaston Mialaret », Recherches & éducations, 15 | 2016, 7-10.

Référence électronique

Xavier Riondet et Guy Avanzini, « Hommages à Louis Legrand et à Gaston Mialaret », Recherches & éducations [En ligne], 15 | Juin 2016, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/3013

Haut de page

Auteurs

Xavier Riondet

Maître de conférences en sciences de l’éducation, Université de Lorraine Membre de la Société Binet-Simon et de la revue Recherches & Éducations

Articles du même auteur

Guy Avanzini

Professeur émérite en sciences de l’éducation, Université de Lyon II
Président d’honneur de la Société Binet-Simon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org