Navigation – Plan du site
Recensions

Christine Barré-De Miniac (2015) : Le rapport à l’écriture
Aspects théoriques et didactiques
Villeneuve d’Ascq

Frédérique Prot
p. 199-201
Référence(s) :

Presses Universitaires du Septentrion, 161p.

Texte intégral

  • 1 . Freinet s'est toujours intéressé à la psychanalyse, il en tient compte notamment dans cet ouvrage (...)
  • 2 . G. Sensevy (2011). Le sens du savoir. Bruxelles : De Boeck.

1La pratique de l’écriture représente un enjeu important et incontournable de la formation personnelle, dans le cadre professionnel et scolaire. Elle mobilise des compétences langagières mais aussi des attitudes. Écrire relève d’un processus complexe qui s’inscrit dans l’histoire personnelle de chaque scripteur, ainsi que dans une historicité collective. La nouvelle édition revue et augmentée de l’ouvrage de Christine Barré-de Miniac intitulée le rapport à l’écriture. Aspects théoriques et didactiques étudie le rapport à l’écrit comme résultant d’un réseau complexe de relations entre expériences individuelles et histoire collective. L’ouvrage, remarquable par le choix d’un sujet encore insuffisamment travaillé dans le champ éducatif, est clairement guidé par l’ambition de traiter le rapport à l’écrit pour lui-même et dans toute sa complexité.
Cet ouvrage se compose de trois parties. La première partie examine l’écrit dans sa dimension individuelle, « comme expression de soi » (Barrré-de Miniac, 2015, p. 17). On peut relever dans un premier chapitre une part importante (et rarement abordée) accordée à l’approche psychanalytique qu’entretien le sujet avec l’écriture : « L’accès à l’écrit et la constitution du rapport à celui-ci sont intimement liés au développement psychique de l’enfant, et à l’organisation de sa structure psychique, en relation avec son environnement familial et social dès les étapes les plus précoces » (ibid., p. 29). L’auteur poursuit sa réflexion, et interroge les aspects cognitifs mis en jeu par le sujet en tant que capacité à écrire et à porter un regard réflexif sur l’écrit. L’intérêt de ce chapitre réside dans l’évocation de modèles incontournables issus de la psychologie cognitive, et à l’origine de nombreux travaux (notons pour exemple le modèle cognitiviste de J.R Hayes et L.S Flower). La question posée à l’issue de ce premier point concerne les aspects sociolinguistiques et sociocognitifs que peut mettre à l’œuvre le scripteur dans la construction de son rapport à l’écrit. Ainsi l’auteur pose les jalons de la réflexion conduite en seconde partie. Elle montre que le langage ne dépend pas uniquement de processus subjectifs mais s’établit également au travers de procédés « d’intériorisation et d’appropriation des données du contexte social et culturel » (ibid., p. 51). Sa volonté est de montrer comment, au travers des théories et modèles issus des sciences sociales, le fonctionnement langagier suppose une étude du rapport au monde et du rapport au savoir du sujet.
La seconde partie propose de traiter plus spécifiquement les aspects sociaux et culturels façonnant le rapport à l’écrit. Outre la référence à des théories un peu anciennes (révélant néanmoins un secteur de recherche peu développé), Chrisitine Barré-de Miniac pointe des données expérimentales intéressantes pour illustrer la place et le rôle des représentations à l’œuvre dans l’écriture. Les études évoquées dans ce chapitre permettent d’articuler les données concernant les représentations de l’écriture et leur utilisation en didactique de la production d’écrits : « C’est la nature des représentations en elles-mêmes qui intéresse les chercheurs, préoccupés de l’usage possible de la connaissance de celles-ci pour améliorer les dispositifs d’enseignement et de formation » (ibid., p. 76). Ce point semble prépondérant, notamment dans le cadre du dernier exemple s’attachant aux apprentissages à l’école. L’auteur formule de nouvelles perspectives dans le cadre scolaire ayant trait à l’écriture de genre : « cette attention aux caractéristiques des genres nécessite, bien entendu, que l’école accorde une plus juste valeur aux écrits non littéraires qui, de la sorte, pourraient acquérir une légitimité et justifier, aux yeux des scripteurs, un apprentissage en tant que genre » (ibid., p. 87). À l’issue de cette seconde partie, l’auteur nous conduit vers l’observation de données didactiques situées, selon elle, à l’interface des données objectives énoncées par les travaux sociologiques et de la subjectivité du sujet.
La troisième et dernière partie de cet ouvrage est donc plus explicitement consacrée à la didactique de l’écriture. Revenant sur des concepts clés comme les notions d’appropriation, ou de transposition, Chrisitne-Barré de Miniac pointe la nécessité de construire la pratique d’écriture dans sa dimension didactique comme objet singulier et évolutif. Elle convoque ses propres recherches permettant d’articuler didactique et sciences sociales. Elle souligne l’intérêt, selon elle, de mener des recherches didactiques hors du champ scolaire pour guider l’investigation « soit en amont, en raison d’une observation ou d’un problème posé dans la classe, soit en aval parce qu’elle est effectuée en vue d’opérationnaliser les résultats sous la forme de démarches ou de situations nouvelles d’enseignement » (ibid., p. 124). Le dernier chapitre ouvre de nouvelles pistes concernant le rapport à l’écriture à l’école. Il décline le rapport à l’écriture comme relevant de dimensions multiples et heuristiques (investissement, opinions et attitudes, conceptions, apprentissage). La toute fin précise l’importance du rôle et l’implication des enseignants « à tout ce travail d’ingénierie nécessaire à la mise en œuvre de ces pistes didactiques » (ibid., p. 153). L’auteur préconise de nouvelles recherches organisées autour de deux pôles : d’une part la centration sur l’élève sujet, d’autre part sur le rapport à l’écriture de celui-ci. Elle rappelle l’intérêt pour les enseignants d’être eux-mêmes au clair par rapport à leur propre pratique en matière d’écriture : « Il est donc utile d’envisager, en formation, des mises en situations susceptibles de permettre aux enseignants de faire le point sur leur propre rapport à l’écriture, envisagé selon ces trois dimensions : l’investissement, les opinions et attitudes et les conceptions » (ibid., p. 159).
L’intérêt et l’originalité de cet ouvrage résident, comme son titre l’indique, dans cette volonté de l’auteur de saisir le rapport à l’écriture dans toute sa complexité. Nourrissant la réflexion sur le sujet sans parti pris, Christine Barré-De Miniac aborde une question vive dans le domaine de l’éducation. L’auteur examine à la fois les aspects intimes du rapport à l’écrit que chacun entretient, ainsi que les dimensions sociales et culturelles auxquelles le scripteur est soumis. Nous citerons par exemple son énoncé très instructif du rapport à l’écrit abordé d’un point de vue psychanalytique, approche que développa également en son temps le pédagogue Célestin Freinet dans l’élaboration des textes libres par les élèves1. Nous nous permettrons cependant d’énoncer un regret. La revue de la littérature très complète que propose cet ouvrage aurait peut-être pu être agrémenté d’une discussion plus critique de l’auteur, compte-tenu de son expérience. Un point nous semble particulièrement intéressant à considérer : le rapport à l’écriture des professeurs eux-mêmes. Ce que Sensevy appelle l’épistémologie pratique des professeurs2 mérite constamment d’être interrogé, car la compréhension qu’ont les professeurs de ce qu’ils enseignent joue à plein dans la possibilité d’un faire apprendre aux élèves.

Haut de page

Notes

1 . Freinet s'est toujours intéressé à la psychanalyse, il en tient compte notamment dans cet ouvrage de référence : C. Freinet (1966). Essai de psychologie sensible. Neuchâtel : Delachaux et Niestlé.

2 . G. Sensevy (2011). Le sens du savoir. Bruxelles : De Boeck.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Prot, « Christine Barré-De Miniac (2015) : Le rapport à l’écriture
Aspects théoriques et didactiques
Villeneuve d’Ascq
 », Recherches & éducations, 15 | 2016, 199-201.

Référence électronique

Frédérique Prot, « Christine Barré-De Miniac (2015) : Le rapport à l’écriture
Aspects théoriques et didactiques
Villeneuve d’Ascq
 », Recherches & éducations [En ligne], 15 | Juin 2016, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/3185

Haut de page

Auteur

Frédérique Prot

Laboratoire Inter-universitaire des Sciences de l’Éducation et de l’Information (LISEC)
Équipe Normes et Valeurs
Université de Lorraine

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org