Navigation – Plan du site
Recensions

Droux, J. et Hofstetter, R. (2015). :Globalisation des mondes de l’éducation.

Xavier Riondet
p. 203-2016
Référence(s) :

Rennes : P.U.R., 290 p.

Texte intégral

  • 1 . Près de cinq cent historiens de l’éducation du monde entier étaient présents à cette occasion.
  • 2 . Joëlle Droux, Maîtresse d’Enseignement et de Recherche, et Rita Hofstetter, Professeure ordinaire (...)
  • 3 . Ce qui n’enlève rien à la qualité de ces travaux et à l’apport magistral de certains ouvrages rel (...)
  • 4 . Georges Lapierre (1886-1945), instituteur et grande figure du Syndicat National des Instituteurs (...)
  • 5 . Sans restreindre ces courants ou écoles historiographiques à des porte-paroles, on peut néanmoins (...)
  • 6 . Notons à cet égard que deux chercheurs suisses présents dans cet ouvrage, Damiano Matasci et Alex (...)

1Les historiens de l’éducation de Genève avaient brillamment organisé l’International Conference of History of Education (ISCHE) en 2012 autour des thématiques des internationalismes et des circulations1. Cette publication collective est codirigée par Joëlle Droux et Rita Hofstetter, de l’Université de Genève2, et rassemble des contributions de différents auteurs venant d’horizons institutionnels divers (Angleterre, Belgique, France, Suisse). La singularité de ce projet réside dans la prise en compte de différentes attentions historiographiques récentes au sein de ce champ hétérogène de l’histoire de l’éducation. Il fut un temps où l’on se concentrait sur les grandes figures, les théories et les idées pédagogiques ; l’heure est actuellement à d’autres priorités de recherche3. Pour comprendre ces évolutions, il faut revenir à quelques remarques générales pour saisir les temps forts de ce travail.
En effet, si les systèmes éducatifs nationaux ne se développent pas sans l’apport de la base, les praticiens, et sans l’influence des militants et des champs scientifiques, il n’est pas erroné de dire que régulièrement, certains types d’acteurs, de réseaux et d’institutions jouent un rôle, certes complexe, mais non négligeable, dans l’évolution du système et des savoirs pédagogiques.
Une première série de contributions permet de rendre compte de l’action de ces mains invisibles pesant sur les systèmes nationaux. Penser le général et comprendre le particulier induit certaines logiques de travail, des dispositifs et des échelles institutionnelles diverses. Joëlle Droux nous montre combien justement l’enfance et l’éducation sont des thématiques abordées dans des organisations comme la Société Des Nations en prenant l’exemple de la protection de l’enfance et des collaborations instaurées pendant l’Entre-deux-guerres. Mais, on s’en doute, l’éducation et la scolarisation peuvent également être perçues comme la chasse gardée des Etats-Nations. À cet égard, Rita Hofstetter, en étudiant le Bureau International de l’Education, nous fait entrer dans les coulisses des grandes décisions, le off-broadway des grandes instances, qui permettent d’appréhender les résistances rencontrées dans ces logiques de comparaison internationale et d’homogénéisation : qu’elles soient d’ordre politique, personnel et/ou épistémologiques.
À l’image du texte de Leonora Dugonjic, ces toiles d’araignée complexes font apparaître qu’il n’est pas simple de considérer le statut et la fonction de l’expert dans ces sphères institutionnelles où on envisage changements sociaux et éducatifs. L’expert est-il un éminent chercheur ? Défend-il des intérêts nationaux derrière des engagements internationaux ? Est-il reconnu dans ces champs d’intervention ? Toute avancée institutionnelle est en tout cas un travail long et mouvementé. Le travail de Zoé Moody a l’avantage d’insister sur l’évolution complexe de textes fondamentaux relatifs à l’enfance et à l’éducation, comme la Déclaration des Droits de l’enfant, texte régulièrement évoquée dans les spéculations philosophiques de l’enfance. L’égalité ne progresse pas, toute seule, d’elle-même, elle est le fruit de débats, de tergiversations, de négociations et parfois de compromis, auxquels participent gouvernants et non-gouvernants. En synthèse, à l’instar du texte de Valeska Huber, la compréhension des processus de diffusion, en l’occurrence de l’internationalisme, suppose d’appréhender conjointement une approche par le haut et par le bas.
Ainsi, l’angle historiographique en jeu et la confrontation de divers types de sources (documents imprimés, correspondances, fragments de communication, annotations brouillonnées, textes officiels) et d’archives (privées, nationales, internationales) dans ce projet permettent d’accorder une attention à des acteurs dont le rôle avait peut-être été minoré jusqu’alors : c’est sans doute le cas de Georges Lapierre4, dont Frédéric Mole nous restitue la trajectoire avec beaucoup de précisions et de pertinence. De son côté, Béatrice Haengelli-Jenni décrypte le rôle des femmes dans le mouvement très hétérogène de l’Education Nouvelle dans lequel, Montessori mise à part, les grandes figures évoquées sont régulièrement des hommes (Freinet, Ferrière, Dewey, Decroly, etc.). L’enjeu n’est pas tant ici de consacrer des figures secondaires pour les faire accéder au panthéon de la pédagogie, que d’étudier le rôle de tous, y compris des petites mains ou encore des acteurs-clefs de la mise en réseau. Ce qui caractérise également certaines contributions, c’est l’approche par étude de cas, pour décrire l’action de ces passeurs, de ces médiateurs, mais également leur apport et leur réception, à l’image de Mari Carmen Rodriguez évoquant le cas de l’Institution libre d’Enseignement et de sa patrimonialisation.
Cette problématique de la réception réelle est sans doute un des aspects les plus complexes à aborder. D’une part, il s’agit de penser les contacts, les communications, les échanges, entre des territoires nationaux. Les idées ne circulent pas seules, en dehors de « véhicules » ; au contraire, la lecture, la compréhension, la réappropriation et l’emprunt sont des processus contraints qu’il faut contextualiser (dont la nécessité historique est à retrouver après coup pour l’historien) et le devenir de ces réinterprétations est toujours incertain. Damiano Matasci montre par exemple comment l’instruction obligatoire est un phénomène qui apparaît à l’échelle globale en prenant localement en Europe des formes plus ou moins diverses. D’autre part, le visage de chaque système national apparaît tel un tableau impressionniste, fait de teintes, de nuances, d’associations et d’agrégations diverses et complexes. En cela, la contribution de Fontaine est emblématique puisque montrant les emprunts pédagogiques de la France à la Suisse et réciproquement. Il n’est alors pas surprenant de découvrir des noces imprévues et des rencontres complexes : comme celle de l’Éducation Nouvelle et de l’enseignement colonial. À cet égard, le texte de Marc Depaepe, Frank Simon et Honoré Vinck, portant sur le Congo est sans doute annonciateur de recherches qui permettront de diversifier la perception uniforme que l’on se fait de l’enseignement colonial (enseignement brutal centré sur la soumission) tout en saisissant par ailleurs dans quels contextes bigarrés l’Éducation Nouvelle a pu trouver des possibilités d’expérimentations aux risques parfois d’être instrumentalisée.
Depuis plusieurs années, certains travaux ont bien montré combien les systèmes nationaux d’éducation n’étaient pas cloisonnés, en apesanteur culturel, sociologique et historique, car ces contextes et espaces nationaux sont justement traversés par des phénomènes circulatoires (les individus, les œuvres, les objets, les pratiques, etc.). Chaque système, en plein mouvement, s’inspire de l’autre et réciproquement. C’est la raison même du choix de la couverture, un tableau intitulé Equilibre instable de Paul Klee (1879-1940), et c’est la grande leçon, derrière ce clin d’œil, que l’on pouvait tirer en histoire de l’éducation de ces différents courants historiographiques que sont les transferts culturels, l’histoire croisée, l’histoire globale et l’histoire transnationale5. L’ouvrage ne tombe pas ici dans le travers, possible, de la réflexion, voire la méditation épistémologique sans recueil et manipulation de données.
La question que peut se poser le néophyte est la suivante : comment concrètement ces jeux de filiation, de métissage, mais également d’emprunt, et parfois d’homogénéisation, s’opèrent, et comment les décrire ? Avec cet ouvrage dense, et avec la dextérité avec laquelle les contributeurs ont intégré ces savoirs et ces épistémologies, les lecteurs pourront entrevoir des réponses à ces questions et comprendre en quoi Genève constitue une place forte des recherches actuelles et des collaborations internationales en histoire de l’éducation6.

Haut de page

Notes

1 . Près de cinq cent historiens de l’éducation du monde entier étaient présents à cette occasion.

2 . Joëlle Droux, Maîtresse d’Enseignement et de Recherche, et Rita Hofstetter, Professeure ordinaire, sont membres des Archives Institut Jean-Jacques Rousseau (AIJJR) et de l’Equipe de Recherches en Histoire Sociale de l’Education (ERHISE).

3 . Ce qui n’enlève rien à la qualité de ces travaux et à l’apport magistral de certains ouvrages relatifs aux figures et à l’histoire des idées pédagogiques.

4 . Georges Lapierre (1886-1945), instituteur et grande figure du Syndicat National des Instituteurs (SNI) et de L’Ecole Libératrice.

5 . Sans restreindre ces courants ou écoles historiographiques à des porte-paroles, on peut néanmoins faire référence à quelques auteurs en particulier : Michel Espagne, Sanjay Subrahmaniyam, ou encore Serge Gruzinski.

6 . Notons à cet égard que deux chercheurs suisses présents dans cet ouvrage, Damiano Matasci et Alexandre Fontaine, ont été récompensés du prestigieux Prix Louis Cros en 2013 et 2015 pour leurs travaux respectifs, L’Ecole républicaine et l’étranger (2015) et Aux heures suisses de l’Ecole républicaine (2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Riondet, « Droux, J. et Hofstetter, R. (2015). :Globalisation des mondes de l’éducation. », Recherches & éducations, 15 | 2016, 203-2016.

Référence électronique

Xavier Riondet, « Droux, J. et Hofstetter, R. (2015). :Globalisation des mondes de l’éducation. », Recherches & éducations [En ligne], 15 | Juin 2016, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/3188

Haut de page

Auteur

Xavier Riondet

Laboratoire Inter-universitaire des Sciences de l’Éducation et de l’Information (LISEC)
Équipe Normes et Valeurs
Université de Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org