Navigation – Plan du site
Recensions

Valérie Lussi Borer, Marc Durand, Frédéric Yvon (2015) : Analyse du travail et formation dans les métiers de l’éducation

Eric Flavier
p. 207-210
Référence(s) :

Louvain la Neuve : De Boeck Supérieur, 271 p.

Texte intégral

  • 1 . Ce chapitre est le seul de l’ouvrage ne portant pas sur les métiers de l’éducation, mais il s’ins (...)

1Aujourd’hui, les acteurs de la formation aux métiers de l’éducation recourent massivement à l’analyse du travail, que ce soit pour penser les cursus de formation ou dans l’animation même des temps de formation. Si cette pratique est largement rependue, cela ne va pas sans poser de vives questions. En premier lieu, l’analyse du travail n’est pas une mais plurielle ; aussi pour comprendre la nature des liens entre cette dernière et la formation apparait-il nécessaire d’en appréhender et circonscrire les différentes conceptions théoriques et épistémologiques sous-jacentes. Ensuite, dans le prolongement de cette première réflexion, cet ouvrage nous interpelle sur les démarches et méthodes à mobiliser aussi bien dans une perspective de développement de recherches se donnant pour objet l’étude de la manière dont les dispositifs de l’analyse du travail irriguent la formation aux métiers de l’éducation que dans une perspective plus interventionniste et transformative. Enfin, le parti pris d’une entrée principalement « orientée activité » pour penser la formation nous amène à nous questionner sur l’impact de cette posture dans la professionnalisation des acteurs de l’éducation.
Comme dans tout ouvrage collectif, celui-ci est borné par un chapitre introductif et un chapitre conclusif qui dépassent de loin le caractère très formel ou se limitant à une présentation et une clôture succinctes des différentes contributions. Rien de cela ici. Les coordonnateurs de l’ouvrage se sont livrés à une réelle analyse, particulièrement intéressante, de la problématique au centre des débats. Nous retiendrons notamment l’effort de clarification réalisé en introduction, proposant ainsi une triple entrée au lecteur. Outre (i) la présentation synthétique de chacun des chapitres, elle invite préalablement le lecteur à une première réflexion portant sur (ii) les fonctions que l’on peut allouer à l’analyse du travail, particulièrement dans les liens qu’elle entretient avec la formation. Dans un deuxième temps, ces propos introductifs tendent (iii) à mettre en tension les différentes approches théoriques et épistémologiques de l’analyse du travail qui sont convoquées dans les chapitres qui suivent.
Néanmoins, à la croisée de ces premières idées visant à asseoir la cohérence de l’ouvrage, on perçoit également la difficulté qu’a dû être celle de la structuration de l’ouvrage du fait d’une certaine porosité des frontières qui délimitent chacune des parties et chacun des chapitres. A titre d’exemple, nous pouvons évoquer le chapitre de Chaliès et Bertone qui, adossé à un dispositif original de tutorat dans la formation des enseignants, soutient une discussion confrontant l’analyse du travail à la formation de formateur (partie 2), mais aussi à l’analyse de l’activité en formation (partie 3), voire même à l’impact transformatif de ces dispositifs lorsqu’ils sont mis en œuvre dans le cadre d’une recherche visant à en apprécier les effets (ce qui tend à se rapprocher des orientations de la partie 4).
Ainsi, ce qui frappe à la lecture de cet ouvrage réside dans le contraste entre d’une part la très forte cohérence d’ensemble, qui se concentre sur l’articulation entre l’analyse du travail et la formation, et d’autre part la diversité des approches suscitant de vifs débats, moins au sein des contributions elles-mêmes (bien que certains auteurs à l’image de Goigoux et Serres cherchent à relier des approches présentant des divergences épistémologiques évidentes) que chez le lecteur qui saura mettre en résonnance les différents chapitres.
Les dix chapitres qui composent cet ouvrage collectif sont répartis en quatre parties qui, au-delà des limites évoquées ci-dessus, offrent autant de focales sur la nature des liens entre l’analyse du travail et la formation dans les métiers de l’éducation.
Les trois premiers chapitres de cet ouvrage ont en commun de s’intéresser à l’analyse de l’activité réelle des professionnels au travail dans la perspective de mettre en exergue les dimensions partagées de leur métier, c’est-à-dire ce que l’on pourrait identifier comme des invariants, des constantes du métier à la base de ce qui le définit pour les acteurs. À terme, une telle vision du métier à travers l’activité réelle et non plus seulement par la prescription permet de réalimenter et de repenser les dispositifs de formation pour mieux préparer les acteurs aux circonstances professionnelles qui les attendent. C’est ainsi que Veyrunes s’intéresse aux configurations de classe en école primaire, Yvon aux organisateurs de l’activité d’un cadre scolaire ou encore Poizat et al. à l’activité des techniciens en radiologie médicale1. Ils nous livrent trois illustrations de cette manière de penser les liens entre l’analyse du travail et la conception de formations.
La deuxième partie tente, en trois chapitres, de rapprocher d’une part l’analyse du travail et d’autre part la formation de formateurs en faisant le pari qu’il est possible d’adosser la seconde aux principes et méthodes de la première. Les contributeurs à cette partie revendiquent que le travail du formateur mobilise des compétences qui recoupent celles de l’analyste du travail, notamment dans l’appréhension fine et outillée de l’activité professionnelle, et celles de « l’instructeur » détenteur d’un « savoir » qu’il s’attache à transmettre. En d’autres termes, il s’agit de sortir du dilemme traditionnel du formateur qui oscille sans cesse entre la transmission de « recettes » pour dépasser l’urgence de l’ici et maintenant dans laquelle se trouve le néoprofessionnel, et l’aide à la réflexion sur son action pour l’accompagner dans une démarche de nature plus réflexive censée lui permettre de construire par lui-même les solutions aux difficultés rencontrées. Les chapitres de Rogalski et Robert, et de Goigoux et Serres illustrent parfaitement cette orientation en ce sens qu’ils construisent les modalités d’une association de deux approches théoriques leur permettant de couvrir ces deux « dimensions » de la formation. Dans une autre conception, Chaliès et Bertone recourent quant à eux à un adossement théorique prenant ses racines dans la philosophie de l’action de Wittgenstein.
Dans la troisième partie, la focale de l’analyse se déplace encore un peu pour porter sur l’étude de l’activité en situation de formation. Les dispositifs de formation mis à l’étude reposent tous deux sur le recours à la vidéo pour appréhender l’activité. Au-delà, les méthodes divergent. Filliettaz et Trébert se penchent sur l’activité langagière des formés à propos du dispositif de formation auquel ils participent. Le chapitre de Flandin, Leblanc et Muller intéressera particulièrement le formateur en ce qu’il bouscule largement les « allant de soi » sur le recours à la vidéo en formation, posant les questions sensibles et s’efforçant d’y apporter des pistes de réponse.
Enfin, la quatrième et dernière partie de l’ouvrage ambitionne de renforcer les liens entre recherche et formation par le truchement de l’analyse du travail. Les deux dispositifs au cœur des chapitres de Félix et Saujat, et de Lussi Borer et Ria empruntent résolument leurs fondements aux principes de l’analyse du travail. Ils revendiquent tous deux une visée transformative et développementale de l’activité au travail des professionnels, réinterrogeant ainsi en retour la place de l’analyse du travail dans la formation selon une perspective d’intervention-recherche. Dans leur contribution, Lussi Borer et Ria interrogent les circonstances du développement même de leur dispositif et les perspectives « d’autonomisation » des participants dans le double souci de sa pérennité et de son extension à d’autres contextes, d’autres environnements.

2En conclusion de cette recension, deux premières pistes de discussion peuvent ainsi être dégagées. La première, dans le prolongement des réflexions initiées dans les derniers chapitres, porte sur l’impact de ces études menées dans le champ de l’éducation sur les principes et méthodes mêmes de l’analyse du travail. Les contributions à cet ouvrage reposent pour une bonne part sur des études accordant un primat fort au point de vue intrinsèque des acteurs sur leur propre pratique professionnelle et sur la considération qu’à leurs yeux ce qu’ils font est « bien ». En cela, elles bousculent les fondamentaux de l’analyse du travail, notamment par le recours à des constructions théoriques qui empruntent leurs postulats à différentes approches.
Par ailleurs, en s’intéressant essentiellement à ce que font effectivement les professionnels en situation de travail plus qu’à ce qu’ils devraient faire, les auteurs des recherches présentées dans cet ouvrage tendent malgré tout à quelque peu laisser dans l’ombre la tâche à proprement parler. Or, en référence aux postulats ergonomiques, l’analyse du travail admet de s’intéresser bien évidement à l’activité déployée par les professionnels (tant dans son processus que dans son produit), mais également à la prescription en tant que telle, et non pas seulement indirectement sur la base de sa renormalisation par les travailleurs. La « double approche » présentée par Rogalski et Robert, ou la tentative de rapprochement de la didactique professionnelle et du cours d’action de Goigoux et Serres constituent des pistes de réponse à cette limite.
La lecture de cet ouvrage ne manquera pas d’intéresser aussi bien le formateur souhaitant asseoir au plan conceptuel ses pratiques et les faire évoluer que le chercheur questionnant les liens entre travail (notamment son analyse), formation et recherche.

Haut de page

Notes

1 . Ce chapitre est le seul de l’ouvrage ne portant pas sur les métiers de l’éducation, mais il s’inscrit dans une orientation épistémologique dite « orientée activité » partagée dans cet ouvrage et se rapproche du chapitre de Lussi Borer et Ria en ce qu’il s’intéresse à un dispositif particulier : le « Laboratoire du Changement ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Flavier, « Valérie Lussi Borer, Marc Durand, Frédéric Yvon (2015) : Analyse du travail et formation dans les métiers de l’éducation », Recherches & éducations, 15 | 2016, 207-210.

Référence électronique

Eric Flavier, « Valérie Lussi Borer, Marc Durand, Frédéric Yvon (2015) : Analyse du travail et formation dans les métiers de l’éducation », Recherches & éducations [En ligne], 15 | Juin 2016, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/3196

Haut de page

Auteur

Eric Flavier

Université de Strasbourg, LISEC EA 2310

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org