Navigation – Plan du site
Dossier

Les pragmatiques d’une organisation de groupe

Sylvie Barbier

Résumés

Dans ce travail, trois aspects de l’étude des groupes restreints sont mis en évidence: l’aspect affectif, cognitif et sémiotique. Deux hypothèses sous-tendent l’exercice : a)  Tout individu, acteur de la scène sociale, se construit des indicateurs de compréhension des phénomènes collectifs ; b) Un groupe social s’organise  autour d’une « sémiose ». La sémiose étant alors considérée comme l’Action de construction du lien social. Une  double logique de cette Action peut être décrite par  la relation de «je » avec «l’autre », celle de l’objet et celle du sujet. Le verbe, indicateur privilégié de l’action, peut lui aussi être décrit dans ce double fonctionnement. Une triple approche pragmatique met en évidence le  fonctionnement de deux premiers niveaux repérables comme étant d’une part celui d’une logique individuelle, approche pragmatique de l’acteur sujet ou objet de l’action engagée,  d’autre part une logique collective, approche pragmatique du groupe où les phénomènes sociaux sont considérés.  Puis un troisième niveau, « en méta », celui du chercheur dont la lecture sémantique donne cohérence à l’objet d’étude.

Haut de page

Texte intégral

1Approcher l’organisation des groupes par le champ de la cognition renvoie  à la question de la construction complexe d’une pragmatique du groupe : comment et pourquoi  l’individu en situation collective peut-il,  en se construisant des indicateurs de compréhension des phénomènes collectifs, être amené à comprendre une organisation sociale  et à en être acteur? L’approche pragmatique montre qu’une organisation groupale peut être lue sous l’angle d’une structuration affective et cognitive, mais que l’accent peut être mis, tout aussi pertinemment, sur le troisième aspect du lien social, celui des éléments sémiotiques des phénomènes sociaux. L’aspect innovant de cette nouvelle approche, à propos d’une équipe professionnelle en situation réelle de travail, est de montrer qu’un groupe s’organise aussi autour de la sémiose. C’est-à-dire que, lors des échanges dans une situation de communication, les actions de langage entrecroisent nombre de contextes affectifs et cognitifs, mais également en elles-mêmes portent une part de logique interne et autonome. Cette logique, que nous estimons proche de « l’action intelligente » telle que Piaget a pu la définir, permet l’émergence de ce que nous nommons « l’être-social ».

Les pragmatiques d’une recherche 

2L’organisation groupale, issue des prises de « parole individuelle » des membres du groupe, dépasse chacune d’entre elles, en y substituant une « parole de groupe ». Nous posons la question de savoir comment, autour de la construction des signes, se constitue une organisation des personnes entre elles.

3Hors de l’intention et de la volonté particulière du sujet, le seul jeu des signes entre eux fait-il émerger une identité sociale ? Serait-ce cette activité commune en elle-même qui, dans sa logique propre, engendrerait une forme collective ? En quoi l’approche pragmatique du groupe est-elle innovante et quels en sont les indicateurs pertinents  de compréhension ?

L’apport de Charles Sanders Peirce

4Peirce place l’être humain au cœur de la langue, il lui attribue même la qualité d’un signe. Ce logicien introduit, dans les sciences humaines, un point de vue original qui rend compte de la complexité de l’élaboration du sens. Placé à l’interface de l’objet de connaissance et de l’effet de cet objet sur le sujet, le signe est conçu comme une instance dynamique dont la prédominance porte alternativement sur les aspects figuratifs - fonction iconique du signe - ou opératifs - fonction indiciaire du signe- du phénomène de signification. La fonction symbolique du signe fait fonctionner ensemble ces deux logiques. Se référer à la pragmatique peircienne permet de prendre en compte cette dynamique par la description des processus cognitifs mis en jeux lors de la sémiose. Pour Peirce, la sémiose est centrale dans la construction du sens, elle se situe dans la coopération de trois instances : celle d’un signe, de son objet et de son interprétant. Elle n’est pas seulement l’action physique ou psychique entre deux sujets. La présence de l’interprétant logique, ou pour le dire simplement la présence de conjecture, d’un futur conditionnel dynamise la relation objet / sujet.

L’apport de Hannah Arendt

5En référence au travail de H. Arendt, le terme de «pragmatique » est d’abord un adjectif emprunté au latin « pragmaticus » signifiant qu’une chose était reliée aux affaires politiques. S’il s’agissait d’une personne, cela signifiait qu’elle maîtrisait le droit. Le mot latin est lui-même tiré du terme grec « pragmatikos », il confirme donc que l’action en question est liée aux affaires politiques. Il n’est pas étonnant de retrouver l’origine du terme «pragmatique » en « pragma-atos », forme transitive d’activité : achever, accomplir, pratiquer ; et forme intransitive : s’occuper de quelque chose. L’idée est alors liée à l’accomplissement d’un effort orienté subjectivement. On retrouve l’idée de « prassein » dans pragma, qui renvoie à  la famille  de « peirein », transpercer, percer, transporter, « pera » signifiant « au-delà ».

L’apport de Benveniste

6D’une façon plus générale, et comme dans la pragmatique de Peirce, la question de la place de l’homme dans la langue est abordée par le linguiste Benvéniste de la façon suivante :  « Le langage enseigne la définition même de l’homme. »1 En linguistique, avec Benveniste (1956), le mot se spécialise : il n’indique plus que ce «qui étudie le langage du point de vue de la relation entre les signes et leurs usagers. Là où les logiciens distinguent trois champs (syntaxique, sémantique et pragmatique), Benveniste ne sépare que deux voies et fait entrer ces trois champs2 de la logique dans ce qu’il nomme le sémantique. « Pour ce qui est de la distinction admise en logique entre le pragmatique et le sémantique, le linguiste, je crois, ne la trouve pas nécessaire. Il est important pour le logicien de distinguer d’un côté le rapport entre la langue et les choses, c’est l’ordre sémantique ; et de l’autre, le rapport entre la langue et ceux  que la langue impliquent dans son jeu, ceux qui se servent de la langue, c’est  l’ordre pragmatique. Mais pour un linguiste, s’il peut être utile de recourir à cette sous-division à tel moment de l’étude, en principe une telle distinction de principe n'est pas nécessaire. » 3

7Il s’agit bien d’une particularité de la langue qui, actualisée dans le langage, situe le sujet à une place particulière dans l’humanité. C’est le niveau de la pragmatique de l’acteur qui est décrite. L’action et la parole peuvent se concevoir dans un processus global qui peut être désigné sous le terme « d’Action » avec un grand « A. La parole assure le rôle de transmetteur d’un contenu dans la communication, mais pour assurer son rôle communiquant, la parole doit passer par le langage, c’est-à-dire engager la personne tout entière dans la réalité. « C’est dans et par le langage que l’homme se constitue comme sujet ; parce que le langage seul fonde en réalité, dans SA réalité qui est celle de l’être, le concept de ego. »4 Cet engagement dans l’action est double. Benveniste décrit la diathèse du verbe qui permet de distinguer cette double fonction du signe :

  • L’acteur agit : l’action part de lui et se prolonge hors de lui (logique de l’objet).

  • Le sujet agit : l’action, portée par le verbe, se déroule en lui-même, il est incarné, incorporé, impliqué dans l’action du verbe (logique du sujet).

8La double logique de l’Action peut être décrite par  la relation de « je » avec « l’autre », celle de l’objet et celle du sujet. Elles rejoignent l’idée de cette double fonction du verbe. Dans la logique de l’objet, se retrouve l’acteur, il agit sur les choses extérieures à lui, il  distingue et sépare, tandis que dans la logique du sujet, il relie, se relie au monde, aux autres, s’y intègre et participe à une entité collective unificatrice. La personne tout entière est réquisitionnée dans cette seconde logique.

9On voit combien cette pragmatique est proche de l’organisation sociale et procède de l’analyse du langage. De notre point de vue, un autre niveau de logique se joue aussi : celui d’une pragmatique du groupe.

L’apport de Searle, Grice ou Récanati

10C’est à l’aide de Récanati, après celle de Searle5 ou de Grice, que nous abordons le niveau collectif. Les actes de communication impliquent des transformations : les interlocuteurs changent dans leurs rapprochements les uns des autres ou dans leurs conflits. On peut parler de pragmatique de coopération avec Grice, mais il peut aussi s’agir d’action non coopérative, de lutte d’intérêts. Ce qui est certain est que, sans cesse, les choses bougent, interagissent et se transforment dans l’action de langage.

11C’est ce que Récanati après Grice nomme « le concept d’implication  pragmatique »6 ou les « implicatures » Prenons un exemple simple d’implication pragmatique. Si  Pierre dit : « La nuit vient de tomber. », cela implique que Pierre a de bonnes raisons de croire que la nuit est tombée ; soit il est dans le noir, soit il a vu se coucher le soleil, soit on lui a dit, soit il a regardé l’heure et l’a déduit du calendrier, etc. Cette implication pragmatique tient à la règle selon laquelle si S (un sujet) affirme (forme assertive) une proposition p, alors S a des raisons de penser p. De plus, le locuteur laisse entendre qu’il croit ce qu’il dit. L’implication pragmatique indique donc les deux choses : l’implication du sujet dans ce qu’il dit et le « laisser entendre » que le sujet croit ce qu’il dit. Il existe des modèles beaucoup plus complexes d’implication pragmatique. Ce sont les « implications conversationnelles. Cela intéresse directement notre recherche puisque nous interrogeons des situations d’échanges dont la forme est celle d’une conversation. Il s’y joue aussi des complexifications de contextes.

12La conversation a toujours une finalité ne serait-ce que celle de faire naître au monde les hommes qui échangent. C’est au service de cette finalité que la conversation s’autorégule. Certains auteurs comme Austin, Searle ou Récanati, posent des catégories, sortes de principes d’autorégulation des actes de langage. La classification effectuée par Récanati7, c’est-à-dire la distinction entre les actes représentatifs et non représentatifs, est une clé de lecture du groupe. Il distingue ainsi les actes « performatifs », qui sont ceux qui transforment la réalité (promissifs directifs et déclaratifs selon Searle), des actes « constatifs » qui sont ceux qui, par l’énonciation, font être les choses comme elles sont. En français, un seul terme, « pragmatisme », renvoie aux deux acceptions. A savoir qu’il s’agit d’une attitude, d’une posture intellectuelle ou d’une prise de position politique, qui privilégie l’observation des faits par rapport à la théorie.

13Ce regard permet de situer les modalités implicatives du sujet dans la phrase. L’indicateur de cette lecture rend compte de l’utilisation des modalités du syntagme verbal. Elle met l’accent sur l’intentionnalité du sujet. Consciente ou non, l’intention de l’acteur est de différents ordres : agir sur la réalité, la trans-former, l’in-former ; alors, les actes de langage sont dits performatifs, d’après la classification suivante de Récanati.

Les cinq classifications des actes de langage

14Les cinq types d’acte de langage :

  • S’ils n’impliquent que l’individu qui énonce la phrase, il s’agit d’un acte dit « performatif promissif.

  • Si l’individu veut agir sur, et avec, les autres personnes du groupe, les actes de langage  sont dits «performatifs directifs.

  • Si certains actes de parole énoncent une réalité, ils sont alors dits «performatifs déclaratifs. Le sujet énonce un événement dont la réalité tient à l’énonciation même qui en est faite.

  • Les actes de langage dits «constatifs » ne sont pas censés ressortir d’une intention particulière de la part du sujet. Il s’agit d’une constatation d’un fait, même si, bien entendu, il est difficile de faire la part des choses entre le constat et l’interprétation d’un fait.

  • Restent les actes  dits «non représentatifs » qui sont les indices du contexte de la communication elle-même. Ils renvoient au présent de l’acte d’énonciation.

15Il ne s’agit plus de savoir si l’énoncé est juste ou faux. Ce qui est sûr, c’est que  l’assertion fait advenir une réalité qui interagit avec l’instance collective. Ainsi l’analyse des indicateurs de référents collectifs (« nous », « on », nos, ils, les autres…) permet de décrire comment les interactions participent à la structuration du groupe.

La construction  des indicateurs pragmatiques

16Pour rendre compte de l’organisation collective du groupe par l’analyse du langage, un outil  de saisie des phénomènes de communication doit être assez fin pour indiquer, dans le même temps, les référents collectifs et l’implication individuelle dans l’énonciation. Pour cela, un lien étroit doit être entretenu entre les formes verbales et les sujets des phrases, afin qu’apparaisse l’articulation des niveaux logiques, individuel et collectif, dans  des moments de groupe. Le travail consiste à suivre, au plus près possible de l’énonciation, tous les syntagmes nominaux. Après les avoir classés selon les cinq possibilités d’actes de langage et selon la diathèse du verbe, chaque classification est commentée pour montrer la complexité des contextes qui s’entrecroisent lors de l’énonciation. Ce type de lecture sémantique est le troisième niveau de cadrage : nous pouvons parler de la pragmatique du chercheur.

Exemple de grille d’analyse de la sémiose dans un groupe restreint

Contexte de la situation  de communication

17Les membres du groupe étudié ci-après se rassemblent une fois par mois, depuis quatre mois. L’objectif de ces séances de travail est de coordonner la mise en place et le suivi d’un dispositif nouvellement mandaté pour répondre à une demande du Ministre du Travail de l’Emploi et de la Solidarité, à propos des problèmes d’insertion professionnelle. Chacune des personnes présentes est responsable d’une organisation professionnelle différente de celle de ses collaborateurs. Des modalités communes de fonctionnement doivent être trouvées entre les participants afin de mener des actions coordonnées sur le département.

Présentation de la grille d’analyse

18Nous montrons comment a été construite notre grille d’analyse de la conversation. D’abord, un petit extrait de conversation du 20 avril 1999 du groupe sur l’insertion est présenté. Chaque intervention est numérotée. Chaque interlocuteur est identifié et ses propos entièrement retranscrits.

Méthode de l’analyse

19Le travail de classement des syntagmes verbaux porte sur tous les verbes utilisés dans le discours. Y compris le locuteur et le pronom personnel appartenant au syntagme verbal. Une première classification est inspirée des écrits de Benvéniste8, l’autre d’un travail de Récanati.9 En quoi consistent–t–elles précisément ?

La diathèse selon Benveniste

20Elle consiste à répartir les verbes, en référence à la typologie de  Benveniste, en deux catégories. Selon que le verbe est considéré en « moyen (m) » ou « actif  (a) », deux colonnes distinctes permettent de faire apparaître ses deux modalités. Si le sujet, qui n’est pas forcément l’interlocuteur,  est intégré dans le procès du verbe, ce dernier est classé en catégorie « moyen » ;  si le sujet est externe au procès, le verbe est classé dans la désinence « actif . Cependant, notre travail s’éloigne de la position stricte de Benveniste concernant le verbe « être ». 10 Confrontée à l’analyse des syntagmes verbaux de cette longue conversation, nous ne pouvions pas classer systématiquement l’utilisation du verbe être dans la catégorie « actif » sans prendre le risque de toujours considérer le sujet absent du procès du verbe. Or, lorsque l’on prend en compte les contextes, le sens de l’énonciation et le ton de la voix de l’énonciateur, il arrive régulièrement que le verbe « être » évoque l’idée que le sujet soit à l’origine de l’action, certes, mais aussi que celle-ci se prolonge en lui, par lui.

La classification de Récanati

21Après Grice Searle ou Austin, Récanati donne à travailler sur la catégorisation des actes de paroles. C’est en référence à ce type de classification que sont répartis, dans cinq catégories, les actes de langage (et plus précisément les syntagmes verbaux). Là encore, la difficulté à saisir les nuances souvent fuyantes du sens de l’énonciation est réelle. Cependant, pour conduire cette grille de lecture, il est indispensable de  régulièrement faire appel à la question de l’intention explicite ou implicite de l’interlocuteur.

Le commentaire sémantique

22La partie, sans doute la plus intéressante pour le chercheur, de l’analyse est celle consacrée à l’interprétation sémantique. Elle correspond à ce que l’on nomme une herméneutique instaurative. Ouverte à tous les contextes de l’énonciation, l’interprétation de chacun des syntagmes verbaux et de leur catégorisation tend à réduire, sans l’épuiser, l’incertitude autour de notre objet. La mise en forme de l’information qui circule entre les membres de l’équipe nous est matériellement accessible au travers des syntagmes verbaux ; mais au-delà de cette organisation visible des signes, le travail qui va suivre s’efforce de saisir les sens de ce qui est mis en forme. Les moments-clés de la  conversation sont considérés comme un processus de construction d’une réalité. Cette réalité est celle qui rassemble des hommes et des femmes, qui les fait naître au monde comme être humain, comme « être social ».

Des contextes élargis de compréhension

23Le champ des hypothèses évoquées au fil du commentaire sémantique est le plus vaste possible L’argumentation porte parfois sur le choix du classement en désinence « actif ou moyen » et sur la plus ou moins grande implication des acteurs dans l’action. Les attitudes du locuteur sont évoquées selon qu’il s’agit d’une forme assertive, interrogative ou impérative de la phrase. L’attitude respectivement de la transmission du savoir, du partage  des connaissances ou d’une prise de pouvoir de la part de l’interlocuteur est également prise en compte. Les cadres de référence auxquels renvoient les propositions en fonction des implications pragmatiques y figurent. C’est-à-dire les raisons supposées de l’énonciation. Les temps des verbes sont parfois des indicateurs précieux du travail en intra-locution (présupposé épistémique) ou inter-locution (processus opératoires de co-construction des référents).

L’extrait de la retranscription

24193. AMON : «  Cela ne peut se faire(29m) qu’au bilan à 3 mois, qu’une suite de parcours peut être décidée(30m). »
194. ISIS - : « Voilà, on est(31m) d’accord, sur ce schéma là, on était déjà tombés d’accord(32m) il y a au moins, trois semaines. »
195. AMON : « Non, mais c’est(26a) normal, ISIS, tant qu’il n’y a pas eu(27a) de bilan. »
196. ISIS : «  Amon, je veux anticiper(33m), tu me dis(28a) le bilan va bientôt être fait(34m). »
Voir tableau en annexe

Les cadres de référence

25Si l’attention est portée sur un événement particulier, le cadre de référence est désigné. Il inscrit l’énonciation dans une typologie de contextes bien particulière. Ainsi nous montrons qu’il peut s’agir de divers contextes répertoriés comme suit :

  • Le contexte existentiel des formes indexicales ou des déictiques : Qui parle ?  Au nom de qui ?  A qui ? La situation désignée est-elle celle du présent ou désigne-t-elle un ailleurs passé ou futur ?

  • Le contexte institutionnel et des règles d’organisation : Lesquelles ? S’instaurent-elles  ou sont-elles  déjà instituées ? Quel type de système de commande ?

  • Le contexte épistémique qui répond à la question de savoir de quelle connaissance il est question : est-elle maîtrisée ? Est-ce une croyance à construire ? En construction ? Quelle est la nature de ce savoir ?

  • Le contexte interactionnel qui montre alors comment le déroulement de la conversation peut sous-entendre une logique interne. Peut-on identifier un enchaînement d’actes de parole qui puisse être interprété comme une construction autofinalisée ? De quoi ? Pour quoi ? De qui ? Pour qui ?

Les interprétations

26Une interprétation liée aux hypothèses de structuration affective et  socio-cognitive du groupe peut être formulée. Dès lors qu’une occurrence des pronoms « nous » et «on »  réfère au groupe ou à des  sous-groupes, l’événement est interprété en lien avec la construction de celui-ci. Il arrive qu’une intervention renvoie vers d’autres instances d’énonciation. Lors d’entretiens annexes à ces séances de travail collectif, certains membres du groupe interrogés ont pu commenter un événement et nous y référons. La fonction iconique du verbe est aussi indiquée. C’est-à-dire le moment où entre en jeu la fonction imaginative, métaphorique, le raisonnement par ressemblance. Certains  éléments qui nous semblent être des signes de l’instauration d’un climat démocratique dans le groupe sont relevés également. (Carl Rogers). Il arrive aussi d’interpréter une proposition, une attitude ou un événement de la conversation,  en référence à un mode implicite de respect des règles de l’énonciation (Grice). Ainsi peuvent être repérées des règles souvent implicites de coopération.

Conclusion

27Modéliser le fonctionnement d’un groupe restreint peut faire l’objet d’une étude pragmatique de trois niveaux d’organisation de cette forme collective. Les deux premiers concernent l’organisation, le troisième désigne la position du chercheur qui fait travailler ensemble les deux premiers tout en les distinguant.

28Le premier niveau concerne la pragmatique de l’acteur. Il rend compte de l’implication affective de celui-ci dans les activités qu’il déploie au sein d’un groupe.  Le second niveau d’organisation  se préoccupe des interactions langagières liées à la conversation. Il rend compte des expériences individuelles uniques mais vécues à plusieurs dans cet espace conversationnel. Le troisième niveau est celui de la démarche du chercheur qui tend à repérer les deux pragmatiques prétendantes.  Il rend compte des contextes de références qui s’entrecroisent. Son travail tend à éclairer l’objet d’étude en fonction de la pertinence des perspectives théoriques développées dans d’autres champs théoriques concernant le groupe. Notre tentative d’élucidation reste bien incomplète. Pourtant, elle tend à rendre compte de la richesse et de la complexité des événements qui se jouent, s’entrecroisent, et interagissent dans toute situation de communication.

Haut de page

Notes

1 Benveniste, 1966, Paris, Gallimard, « Problèmes  de linguistique générale tome 1 »,  p 258.
2 Peirce situe le champ de la pragmatique dans la sémiotique comme relevant de la relation du signe avec le sujet. Le champ de la sémantique est celui de la relation du signe avec l’objet. Le champ de la syntaxique est celui de la relation du signe avec lui-même.
3 Benveniste (Emile), 1974 « Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, tome2, édition de 1998, p 234.
4Benveniste (Emile), 1974 « Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard,  tome 1 p 259.
5 John R. Searle, «Les actes de discours, Paris, Hermann, 1972. Traduction de Hélène Pauchard.
6 Récanati, 1979,  « La transparence et l’énonciation » p 183.
7 Récanati (François), 1981, « Les énoncés performatifs », Paris, édition de Minuit. p 180.
8 Benveniste (Emile), 1966 « Problèmes de linguistique générale), Paris, Gallimard, tome 1 et 2.
9 Récanati (François), 1981, « Les énoncés performatifs », éditions de Minuit. Paris.
10 Benveniste (Emile), 1966 « Problèmes de linguistique générale), Paris, Gallimard, tome 1, p 170, Benveniste reconnaît la difficulté à effectuer cette diathèse selon la définition des linguistes : «… les faits apparaissent souvent si  fuyants que, pour les couvrir tous, on doit se contenter d’une formule assez vague (…) : le moyen indiquerait seulement une certaine relation de l’action avec le sujet, ou un intérêt du sujet dans l’action. » (pour soi, pour l’autre. Benvéniste prend position pour une appréciation large de la diathèse, il ne veut aller au delà, il ajoute : «  Il semble qu’on ne puisse préciser d’avantage, sinon en produisant des emplois spécialisés. » 

Si, pour Benveniste, le verbe « être » est à diathèse unique, il le classe néanmoins dans les deux désinences selon qu’il s’agit de l’acception d’exister, ou des autres propriétés de l’être (être capable, être assis, couché…).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Barbier, « Les pragmatiques d’une organisation de groupe », Éduquer [En ligne], 6 | 2004, mis en ligne le 15 octobre 2008, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/321

Haut de page

Auteur

Sylvie Barbier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org