Navigation – Plan du site
Archives Binet

Une étude cognitive genrée sur la mémoire des mots

Bernard Andrieu
p. 193-194

Texte intégral

1Cette « lésion psychologique » que recherche Binet pour la paresse, nous la retrouvons dans ces deux feuilles d’archives retrouvées (cf. archive 1, p. 195). Nous présentons ici ces archives inédites sur la mémoire des mots, difficilement datable sans doute entre 1907 et 1910 au moment où Alfred Binet mène des enquêtes dans les écoles parisiennes. Ces archives faisaient partie d’un fameux dossier vert trouvé dans l’appartement des petites filles Binet que j’ai pu recueillir et établir avant de les confier à la Bibliothèque Nationale de France avec l’aide de Mme Laurence Le Bras, conservatrice à la BNF avec nos collègues Jacqueline Descarpentries, Alix Garnier & Severine Parayre afin de préciser le cadre juridique du don de la Famille Binet et obtenir une protection du fonds par une mise en disponibilité au public de chercheurs et au grand public. Chacun peut désormais travailler sur des archives1.
En effet à travers le thème de la mémoire des mots, les différences entre garçons et filles sont d’ordre psychologique et cognitif en fonction de l’âge. La présentation visuelle et celle auditive, mise en oeuvre par Belot comme par Binet, est une comparaison entre deux modes sensori-cognitif :

Or, on n’est jamais certain qu’une série de mots est exactement aussi difficile qu’une autre série, au point de vue de la mémoire de l’orthographe ; il faudrait cependant que la diffi­culté fût égale, pour qu’on pût juger les procédés. M. Belot a paré à cette objection en faisant des combinaisons diverses avec les procédés et les séries des mots ; ainsi, il a comparé les effets de la présentation visuelle et de la présentation auditive pour les mêmes séries de mots, avec des élèves différents ; et le nombre considérable des élèves ayant servi de sujets a effacé toutes les différences individuelles tenant à leur diversité d’in­telligence et de culture (Binet, 1908, 105).

2L’accent est mis sur la « diversité d’intelligence et de culture » qui pourra être établie par les réponses entre les deux modes visuels et auditifs : selon la constitution visuelle ou auditive de la mémoire et l’adaptation orthographique des séries de mots doivent se réaliser en fonction de l’âge comme on le remarque dans l’archive 1 avec les différents âges des filles. Alfred Binet vient critiquer chez la collaboratrice suisse Melle Metral de la Société ce qui serait une absence de distinction d’âge mental, qui est au fondement même du test mis au moins par Alfred Binet et Théodore Simon :

Si je comprends bien le travail de Mlle Métral, elle n’a pas vu cette cause d’erreur, ou du moins elle n’en parle pas ; elle s’est contentée d’opérer sur les 22 gar­çons de sa classe, qui tous ont appris l’orthographe des séries de mots tour à tour avec des procédés différents ; de sorte que les résultats inégaux qu’elle enregistre peuvent tenir soit à la valeur différente des procédés, soit à la difficulté orthogra­phique différente des séries de mots. Peu importe du reste que l’erreur que je signale ait produit ou non des conséquences graves dans le cas actuel. Il m’a paru surtout utile de rappeler à nos collaborateurs de l’étranger qu’il y a certaines règles d’expérimentation dont on ne doit pas se départir (Binet, 1908, 108).

3Dans l’Archive 1, 4 séries d’exercices de Mémoire de 100 mots sont proposées aux garçons comme aux filles d’un même âge même si l’âge de 11 n’appartient qu’à la série des garçons : mots rappelés, mots reconnus, erreur de rappel, erreur de reconnaissance. La courbe progresse avec l’âge pour les mots rappelés tant chez les filles que chez les garçons avec une pointe à 11 ans pour les filles. Mais le nombre de mots retenus par la fille de 11 ans est seulement de 15 alors que le garçon de 12 ans en retient 19. A l’inverse la fille de 8 ans retient 11 mots tandis que celui de 9 ans arrive à ce score seulement à cet âge. Il est difficile d’extraire des lois sur la mémoire à partir d’une comparaison dont nous ne savons s’il s’agir de résultat individuel, de groupe d’âge par sexe ou encore de comparaison simultanée. Mais il est significatif que l’écart entre mots rappelés et mots reconnus est moins grand chez les filles, plus cultivées à l’évidence que chez les garçons, qui s’ils ont une mémoire quantitative plus grande ne parviennent pas à les comprendre. Le niveau d’erreur de reconnaissance est plus bas chez les filles entre 2 et 3 tandis que chez les garçons il est plus élevé.

Haut de page

Notes

1 . archivesetmanuscrits.bnf.fr (cote : NAF 28884). Nous rappelons qu’un colloque aura lieu en octobre 2017 au sujet de ces archives, voir le Tome 2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Andrieu, « Une étude cognitive genrée sur la mémoire des mots », Recherches & éducations, 16 | 2016, 193-194.

Référence électronique

Bernard Andrieu, « Une étude cognitive genrée sur la mémoire des mots », Recherches & éducations [En ligne], 16 | Octobre 2016, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/3220

Haut de page

Auteur

Bernard Andrieu

Président de la Société Binet-Simon
Directeur de publication

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org