Navigation – Plan du site
Dossier

Présentation du dossier

Franc Morandi

Texte intégral

1« Conater » présente l’idée d’un « effort »1, d’un acte cognitif qui donne forme à une réalité et d’une représentation qui est à la fois un acte de volonté (liant corps et esprit) et une attribution « intellectuelle » de propriétés au monde et aux personnes avec qui nous interagissons.

2« Conater » désigne à la fois l’acte cognitif et la construction représentative d’une action et d’une réalité. La conation est la modalité des tâches cognitives que nous accomplissons lorsque nous adressons notre esprit au monde, attribuons des logiques à nos actes. C’est également la connaissance que nous pouvons en avoir et que nous pouvons intégrer à un indispensable travail réflexif. C’est à la fois une action « pour soi » et une logique de l’action menée : conater est notre attention pour comprendre, construire un monde avec nos représentations, individuelles et collectives, et pour nous y « situer ». Conater définit ainsi l’activité représentative et ses capacités de réflexivité et de pilotage que nous retrouvons dans l’ « effort » de professionnalisation. Le terme figure également l’enjeu d’une connaissance à l’échelle d’une profession, un regard sur un monde intérieur.

3Ce numéro s’inscrit ainsi dans une perspective cognitive et représentationnelle : il présente différentes perspectives entre les modes de lecture de la cognition humaine, la profession et les situations d’éducation. Le point commun est la trame de la cognition et ses effets dans l’intention de « professionnaliser » nos actions d’enseignement et de formation. Les entrées proposées convergent sur le rôle des pratiques représentatives, leur part de logique et de réalité dans les actions professionnelles : faire c’est penser, « conater ». La boucle réflexive instruit à la fois le statut cognitif des nos actions et construit un espace de professionnalisation, d’une « conation », d’un « penser »  comme intelligibilité pratique.

4Le lien entre cognition et professionnalisation s’attache plus spécifiquement à la compréhension d’actions professionnelles d’enseignants et de formateurs, à l’exploration de différents aspects d’une connaissance déployée dans l’exercice du métier, ordinaire ou savante. Le constat est celui d’une pensée en acte qui délimite les contours des postures de ceux qui « font » le métier, que ce soit dans le vécu professionnel, l’appréhension de la classe, du mode d’enseignement, des élèves, ou encore du groupe social et des formes personnelles de l’autorité. Il s’agit à la fois de figurer des modes de pensée, des organisations cognitives spontanées ou réfléchies et de marquer la part de réalité de nos représentations dans nos actes ainsi que les questions qu’elles soulèvent.

5Un  regard « cognitif », un regard conatif, procède de la nécessaire redescription (cf. Bateson, Bruner) de nos pratiques et de leurs « ressources »  cognitives pour analyser et construire une posture « instruite » de notre manière d’enseigner et de faire apprendre. La visibilité cognitive souhaitée (cf. la « boîte transparente » de Dennett) de nos actions et des interactions au sein des pratiques professionnelles, et, d’une manière générale, de l’organisation cognitive réelle du « travail » enseignant (le travail réel et sa construction, selon la hiérarchie de Bateson), procède bien d’un souci de compréhension, de re-présentation de cette pensée, d’accompagnement professionnel et de persévérance (conatus).

6Ce numéro associe enseignants-chercheurs et équipe EFCS (Education Formation Cognition Société) de l’IUFM d’Aquitaine ainsi que l’unité Modélisation-représentation du Laboratoire des Sciences cognitives (EA 487 / Université V. Segalen Bordeaux 2, Institut de Cognitique –IDC).

Haut de page

Notes

1 Dans sa parenté avec conatus, sens donné par Spinoza, rapporté à la volonté de l’âme ou à l’appétit quand il se rapporte à la fois à l’âme et au corps : « Chaque chose, autant qu’il en est en elle, s’efforce (conatur) de persévérer dans son être. (..) Ce n’est pas parce que nous jugeons une chose bonne que nous efforçons vers elle, la voulons ou la désirons, c’est au contraire parce que nous « efforçons » vers une chose, la voulons ou la désirons que nous la jugeons bonne ». Ethique III, Proposition 7. Le conatur unit action, désir et pensée.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franc Morandi, « Présentation du dossier », Éduquer [En ligne], 10 | 2005, mis en ligne le 15 octobre 2008, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/358

Haut de page

Auteur

Franc Morandi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org