Navigation – Plan du site
Dossier

Les femmes et les métiers masculins 

Engagement et cognition
Marie Batt

Texte intégral

Introduction

1Tout au long du cursus scolaire, il est demandé aux étudiants de réaliser des choix d’orientation en vue de se diriger vers les différentes filières, et cela en fonction d’un objectif professionnel. Si nous observons la fréquentation des filières, nous pouvons constater qu’elle n’est pas neutre et reflète des disparités lorsque nous comparons les effectifs masculins et féminins. Ainsi, nos choix d’un cursus scolaire et plus tard d’une profession, marqués par les « goûts » de la personne, renvoient à des différences de préférences imprégnées par l’appartenance de genre. Le fait que l’on soit fille ou garçon va donc influencer ces choix et conduire à sélectionner certaines sections (Duru-Bellat, 1994). C’est cette même segmentation que l’on retrouve dans les emplois où certains sont peu ou pas occupés par l’un des deux sexes.

2A partir de là, il semble intéressant de se pencher sur les femmes « non-conventionnelles » qui se jouent du poids des stéréotypes et embrassent des professions masculines, des métiers ne répondant donc pas à cet « apartheid sexuel » (Baudelot et Establet, 1992, p. 159). Les femmes s’engageant dans des métiers masculins, se situent en rupture avec l’image que la société leur attribue par le biais des stéréotypes. Ceci implique que pour persévérer dans leurs choix professionnels, elles doivent être capables de résister à la pression sociale. Cette faculté de résistance nécessite une certaine force et une volonté plus importante que pour un choix plus « conventionnel », les entraves sur leur chemin d’orientation étant nombreuses. En effet, en choisissant des formations à dominante masculine, la simple assimilation de connaissances ne suffit pas. Ces femmes doivent s’adapter à un environnement dont les codes diffèrent des stéréotypes féminins. Sans quoi leur insertion dans le monde professionnel, déjà plus ardue que si elles se cantonnaient à l’exercice d’un emploi féminin (Lelièvre et Lelièvre, 1991), serait encore plus difficile.

3Dans cet article, nous avons choisi d’aborder le choix des femmes pour des métiers masculins à travers leur engagement, puisqu’il est à la source de toute décision et la base de toute action dans une situation. En effet, avant d’acquérir des connaissances, d’exercer un métier et de se former, il faut s’engager. Notre but est de montrer le lien entre engagement et cognition, que de cet engagement dépend la mise en œuvre, la mobilisation, l’implication et l’action d’une personne dans son environnement professionnel.

L’insertion des femmes dans un milieu masculin

Une connaissance généralement héritée du milieu familial

4Si l’on examine le milieu familial des femmes exerçant des métiers masculins, elles sont dans leur grande majorité nées dans un milieu où leur métier est déjà pratiqué par un membre de la famille, ou du moins très valorisé. Généralement, le père fait déjà partie de ce secteur d’activité, ou alors la mère exerce un métier dans un domaine masculin (Mosconi, Dahl-Lanotte, 2003, Batt 2005). La dynamique et l’immersion pour ces femmes sont totales.

5Il s’agit là d’une véritable « tradition familiale » (Mosconi, Dahl-Lanotte, 2003, p. 74). A travers cet héritage, c’est également une dimension affective qui entre en jeu avec la joie de partager une activité, une valeur familiale. D’ailleurs, quand nous étudions de plus près les métiers masculins que ces femmes exercent, tous sont en lien direct avec le bain familial et culturel dans lequel elles ont évolué. Les femmes choisissent majoritairement comme profession l’activité présente au sein de la famille. Elles n’ont donc jamais véritablement découvert ce qu’était leur métier au moment de leur choix d’orientation. Cela explique qu’aucune d’entre elles n’a réellement rencontré d’opposition de la part de leur environnement. Bien au contraire, leur entourage occupe une place de premier choix pour les soutenir (Mosconi, Dahl-Lanotte, 2003). Le milieu est déjà là pour les amener à s’engager dans ces métiers masculins qui ne sont pas inaccessibles puisqu’elles les côtoient au quotidien. Elles ne sont pas spectatrices de l’exercice du métier ni même mises à l’écart, bien au contraire, elles participent, aident. Ce premier contact prend généralement la forme de coup de main que l’on donne, d’accompagnement, etc. (Batt 2005). L’univers masculin fait partie intégrante de leur quotidien, de leur éducation et compose par là même un moyen de transmission de valeurs et donc de « goût ». Leur implication et leur première approche de ces activités durant leur enfance les familiarisent avec les codes d’un environnement essentiellement masculin. Le fait d’avoir toujours vécu dans un milieu où l’activité masculine est pratiquée ou valorisée par les membres de la famille ou l’entourage inscrit celui-ci dans le système de pensée de ces femmes en devenant un élément de leur culture. Celle-ci est donc intégrée cognitivement par les femmes qui retrouvent plus tard ces mêmes codes dans leur métier. Ce sont ces premières connaissances issues de cet environnement qu’elles réactiveront et qui faciliteront leurs débuts dans leur formation.

Une adaptation aux stéréotypes masculins

6En choisissant une profession qui se pratique dans un milieu d’hommes, les femmes doivent s’adapter aux stéréotypes, aux codes et aux valeurs d’un environnement masculin. Pour cela elles incorporent des façons d’être et de se comporter propres à leur milieu. Elles se définiraient en termes d’androgynie psychologique selon Lorenzi-Cilodi. L’androgynie psychologique (Lorenzi-Cioldi, 1988) se traduit par une cohabitation chez un même individu de traits considérés comme masculins et féminins à des niveaux équilibrés qui permettrait une meilleure adaptation aux situations particulières. En étudiant ces femmes qui « sortent de l’ordinaire », Chusmir (1983) rapporte que les femmes exerçant des professions non traditionnelles partagent un ensemble de traits caractérisés comme masculins, et des attitudes pro- féministes. Ces femmes se montrent « actives, autonomes, dominantes, expressives, responsables, capables de prendre des risques, sociables, manifestent des besoins de se réaliser ainsi qu’une motivation intrinsèque plutôt qu’extrinsèque » (Bujold, Gingras 2000 p. 229). « Très souvent, elles ont de fortes identifications masculines, à un père, à des frères aînés, parfois à un oncle. D’autre part, ces modèles masculins leur ont prodigué des encouragements, manifestant qu’ils ne se sentent pas atteints dans leur virilité par ce choix » (Mosconi, 1994, p. 324). En adoptant un parcours « atypique », ces femmes sont dans le refus de tout ce qui est connoté comme habituellement féminin. Elles sont donc dans un rejet de leurs stéréotypes (Mosconi, Dahl-Lanotte).

« L’après formation » et leur entrée dans la vie active

7Le moment de leur entrée sur le marché du travail est à nouveau un obstacle à franchir. La plupart des femmes déclarent avoir dû fournir des efforts particuliers au moment de leurs premiers pas dans la vie active, dès la recherche d’un emploi. Certaines professions réclament de la force physique, la reconnaissance d’une valeur équivalente à celle d’un homme, et il leur faut prouver qu’elles sont aussi capables que leurs collègues masculins.

8A ce sujet, Appert (1983), a mené une étude auprès des filles formées à des métiers « non traditionnellement féminins » dans le cadre d’une formation initiale de niveau CAP, BEP ou en formation continue dans des stages de niveau IV ou V, montrant précisément que cette insertion est problématique  (in F. Lelièvre et C. Lelièvre, 1991, p. 250-251). L’auteur analyse la situation professionnelle de ces femmes un à cinq ans après leur formation. Il constate que les deux tiers d’entre-elles travaillent ; mais elles ne sont que 37 % à exercer leur métier masculin. En outre, ce taux fluctue selon les filières : environ 25 % pour celles formées au secteur du bâtiment ou des métaux, 56 % pour celui de l’électronique et même 59 % pour le dessin industriel. On constate donc que moins le métier demande de force physique et se rapproche des conditions d’exercice des métiers dits féminins plus les femmes résistent. Appert, précise que parmi les femmes qui n’exercent pas le métier appris, près de la moitié y a tout de même accédé. « La plupart de ces femmes déclarent avoir rencontré des difficultés d’embauche et la moitié des abandons sont des départs non volontaires liés le plus souvent à la précarité des statuts professionnels. Quand le départ a été volontaire, ce n’est pas le métier en lui-même qui est remis en cause mais les conditions dans lesquelles il était exercé (conditions le plus souvent discriminatoires à l’embauche, voire parfois vexatoires) » (Lelièvre et Lelièvre, 1991, p. 250-251).

9Dans la lignée des travaux d’Appert, Duru-Bellat et Van Zanten (1999) sont arrivées au même constat : « Les femmes formées à un métier masculin ne sont qu’environ un tiers à exercer le métier appris cinq ans après leur sortie de l’école. Au-delà de fréquentes déqualifications à l’embauche, jouent également des difficultés d’adaptation aux conditions de travail et à un univers essentiellement masculin » (Duru-Bellat, Van Zanten, 1999, p. 58). Même si ces femmes résistent durant leur formation et persévèrent dans leur choix, le combat n’est pas gagné pour autant. Leur formation n’est qu’un avant-goût de ce qui les attendra plus tard sur le marché du travail. Lorsqu’elles auront réussi à décrocher un emploi, elles devront, à nouveau, faire preuve d’une grande adaptabilité aux conditions de travail masculines. Elles devront aussi posséder une importante capacité de résistance puisque seulement un tiers d’entre elles persistent. Il s’agit là d’un point sensible, et il y a bien un « quelque chose » qui influence leur résistance.

10A travers ces exemples, il pourrait s’avérer que les connaissances académiques acquises au cours d’une formation ainsi qu’une adaptation à ce milieu particulier pourraient suffire. Or, comme le soulignent Duru-Bellat, Van Zanten (1999) et Appert (1983), la majorité des femmes abandonnent leur profession masculine dans les cinq années suivant l’obtention de leur diplôme. Or, durant leurs études, toutes (femmes résistantes : celles qui continuent d’exercer un emploi masculin ; et femmes « non-résistantes » : celles qui ont abandonné) avaient côtoyé pendant plusieurs années cet environnement masculin, s’y étaient adaptées et persistaient dans leur choix. Ainsi, dans l’exemple des femmes pratiquant des métiers masculins, le déploiement de nombreuses connaissances et de ses facettes ne suffit pas. Ces femmes sont dans l’obligation de fournir un effort supplémentaire et cela dès leur entrée dans une formation, qu’elles renouvelleront au moment de la recherche d’emploi. Si le recours à de nombreuses cognitions est insuffisant, c’est que ces femmes tirent leurs ressources de résistance à un autre niveau. Pour cela nous nous sommes tournés vers le moment déterminant leur choix et le début de leur professionnalisation : l’instant de la prise de décision. Ce moment engage les femmes dans un projet professionnel mais aussi à faire face aux nombreux obstacles. Pour cela, leur engagement doit être sans faille. Pour rendre compte de cette importance de la décision et de leur résistance, nous nous sommes appuyés sur leur mécanisme d’engagement. Notre but est de comprendre les rouages du comportement de persévérance pour éclairer la mise en œuvre de leurs cognitions dans les situations professionnelles.

L’engagement des femmes dans des métiers masculins

Comparaison de l’engagement des femmes résistantes et non résistantes

11Au cours notre recherche, nous avons étudié l’engagement des femmes dans des métiers masculins et plus particulièrement le phénomène de résistance et de non-résistance. Par une méthodologie qualitative, des entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès de 11 femmes ayant ou ayant eu une profession masculine, tous secteurs d’activité et niveaux hiérarchiques confondus. A l’analyse de leur discours, nous avons pu comparer les « profils » d’engagement des femmes « résistantes » et « non résistantes » afin de comprendre les phénomènes de persistance et de désengagement.

L’amont de l’engagement

12La première différence entre femmes « résistantes » et « non résistantes » se situe à la source de l’engagement. L’engagement des femmes « résistantes » est préparé bien plus en amont que celui des femmes « non résistantes ». Il trouve son origine dans l’enfance grâce au milieu familial et à une relation très étroite entre père et fille ou du moins avec une représentation de la virilité. Avec cette première approche concrète, ces femmes ont plusieurs rencontres avec un environnement masculin.

13Ces « petites confrontations initiales » jouent le rôle de nombreux « pieds-dans-la-porte » (technique d’engagement visant à faire émettre un comportement peu coûteux appelé « acte préparatoire » pour obtenir ultérieurement un second comportement plus coûteux, appelé « requête cible ») et de plusieurs tests de résistance successifs, qui donnent un aperçu de ce qui attendra ces femmes plus tard. Pour faire face aux nombreux pieds-dans-la-porte, elles possèdent un atout : la protection et l’aide de leur entourage. Elles bénéficient donc d’appuis et de soutiens pour franchir posément les différents obstacles, sans que de réelles difficultés apparaissent et ne persistent. C’est au cours des actes préparatoires (les nombreux pieds-dans-la-porte), que prendrait forme la réitération de l’acte (paramètres susceptibles d’augmenter le degré d’engagement). Expliquons-nous : un individu est plus engagé quand il répète son engagement. Joule et Beauvois (1987) utilisaient l’exemple du voisin prêtant son échelle. Celui-ci sera plus engagé s’il prête son échelle quatre fois plutôt qu’une. Arriver à surmonter sans grande difficulté plusieurs pieds-dans-la-porte de faible intensité engage davantage la personne. Cette première rencontre avec l’univers masculin (englobant tous les pieds-dans-la-porte) constituera par la suite, et précisément au moment de la prise de décision de l’engagement, un facteur de renforcement.

14Par la mise en contact renouvelée (la répétition d’actes) et le fait de se « frotter » à plusieurs reprises aux difficultés d’un univers masculin, les femmes mobilisent des cognitions d’adaptation au fur et à mesure des situations. Plus elles fréquentent ces univers masculins, plus elles développent des capacités de résistance et d’adaptation.

15En outre, dans la majorité des cas, les femmes « résistantes » étaient passées par un premier engagement dans un métier féminin. Une explication de leur résistance tiendrait peut être à ce passage successif. Après avoir goûté à un environnement qu’elles n’apprécient pas (exercer une profession féminine), ces femmes seront d’autant plus engagées et déterminées. Face aux situations difficiles qu’elles peuvent rencontrer lors de l’exercice de leur métier masculin, elles peuvent préférer les contrer et résister plutôt que de retrouver leur ancien métier féminin, et cela d’autant plus qu’elles seront confortées par leur expérience antérieure.

16Pour les femmes « non résistantes » de notre échantillon, les contacts préalables avec un milieu masculin sont quasiment inexistants. L’amont de leur engagement n’est pas non plus profondément ancré dans leur environnement, ni ancien. Leur choix remonte généralement à l’adolescence ou à l’entrée dans la vie d’adulte.

Les raisons de l’engagement

17La principale différence entre femmes « résistantes » et femmes « non résistantes » se trouve dans les raisons expliquant leurs choix qui ne sont pas faits par dépit mais calculés selon leurs exigences. Ce n’est pas un engagement où entre en jeu une motivation de type intrinsèque mais bien plus un engagement rationnel et sélectionné par rapport à un objectif déterminé selon un raisonnement coûts/bénéfices, une indécision quant à leur avenir professionnel ou à leur envie de quitter le cursus scolaire pour se diriger le plus rapidement possible dans le monde professionnel. Elles s’en servent pour atteindre un but et l’engagement dans ces professions masculines constitue une façon d’y accéder. Dans ce cas, l’abandon de ces femmes pourrait s’expliquer au regard de l’expérience de Kiesler (1977) indiquant que moins un individu est payé plus il est engagé. Il est inutile de promettre une forte récompense pour engager une personne. Par ce choix réalisé en fonction de bénéfices escomptés, les femmes « non résistantes » se placent dans cette situation de récompense qui les motive. L’engagement rationnel des femmes « non résistantes » ayant pour base des motivations extrinsèques ne constitue qu’un engagement de courte durée et partiel comparé à celui des femmes « résistantes » qui est guidé non pas par un calcul mais par une réelle envie.

L’après engagement

18En se penchant sur la période postérieure à leur engagement, nous avons pu observer un renforcement de celui des femmes « résistantes » de l’échantillon dans les années suivant ce dernier. Il se consolide, car elles sont engagées à un autre niveau, celui du regard d’autrui. Une fois acceptées dans leur profession, elles ont eu accès à une reconnaissance voire même à de l’admiration. Un abandon leur retirerait cet avantage et ce serait une marque de leur incapacité à exercer un métier d’hommes. D’autres renforcent cet engagement en exerçant en dehors de leur travail une autre activité masculine.

19Pour les femmes « non résistantes », l’engagement dans un métier masculin prend fin au moment de la recherche d’emploi. Leur objectif vise à intégrer des emplois plus féminins. L’engagement des femmes « non résistantes » dans une profession masculine s’apparente à celui des femmes « résistantes » dans un métier féminin. Cette période de « contrariété » (dissonance) est de très courte durée et ne représente qu’une transition vers leur véritable engagement. Nous pouvons tout de même nous poser la question de l’engagement des femmes « non résistantes » dans un métier masculin qui se frottent dès le début aux difficultés. Cela leur demande davantage d’efforts que les femmes « résistantes » pour faire face aux épreuves. Dans ce cas, il est possible de supposer qu’un départ précipité dans un métier masculin ajouté au faible engagement interne joue un rôle supplémentaire dans l’abandon rencontré par la majorité des femmes choisissant une profession masculine.

20Pour résumer, nous pouvons schématiser l’engagement des femmes « résistantes » et « non résistantes » de la façon suivante :

Tableau 1. Comparaison entre femmes « résistantes » et femmes  « non résistantes »

Femmes « résistantes »

Femmes « non résistantes »

Préparation à l’engagement

Pieds dans la porte
+ métier féminin

Absence de préparation

Motivation de l’engagement

Intrinsèque

Extrinsèque

Type d’engagement

Engagement interne et externe
(engagement en acte et cognitif)

Engagement externe
(engagement en acte et rationnel)

Post engagement

Renforcement de l’engagement

Abandon et engagement dans un métier féminin

Un double engagement : engagement en acte et engagement cognitif

21Selon Kiesler et Sakumura (Kiesler, 1971), l’engagement découlerait de l’émission d’un comportement et se définirait comme le lien qui existe entre un individu et ses actes. Pour ces auteurs, seuls nos actes nous engagent. Pour obtenir l’engagement d’une personne, il faut le faire agir. Or, l’engagement en acte ne constitue pas à lui seul l’engagement des femmes « résistantes » de l’échantillon. Elles sont également investies à un autre niveau : « cognitivement », c’est-à-dire en pensée. En effet, au moment de leur engagement, elles réalisent de façon concrète leur prise de décision dans une situation de libre choix. C’est une décision où l’acteur s’engage mentalement en faisant passer au premier plan ses motivations intrinsèques. Elles souhaitent exercer une profession masculine parce que c’est un domaine qui les intéresse tout en investissant personnellement cette profession.

22A l’opposé, la décision des femmes « non-résistantes » est prise selon une motivation extrinsèque. Elles aussi sont engagées en acte (mais à un degré moindre que celui des femmes « résistantes ») puisque durant leurs études, leur résistance a été mise à l’épreuve. Leur parcours dans un métier masculin pourrait s’apparenter à une succession d’engagements en actes. Mais leur désir intérieur et leur motivation sont autres. Même si elles se sont engagées en acte, elles ne se sont pas engagées cognitivement, c’est-à-dire que leurs actes, en accord avec leur prise de décision, ne sont pas pour autant fondés sur leur système cognitif (le système de pensée faisant appel à des motivations de type intrinsèque). Cette situation serait justifiée par les circonstances (les perspectives d’avenir, pouvoir bénéficier d’un meilleur niveau de vie) favorisant leur engagement. Dans ce cas, cette situation entrave l’engagement cognitif, puisque le seul intérêt de s’engager se trouve dans une motivation extrinsèque.

23Pour Kiesler (1971), le degré d’engagement est inversement proportionnel au montant d’une récompense : c’est précisément l’absence de cet engagement cognitif qui est pointé. Les personnes les moins rémunérées pourraient tout aussi bien réaliser leurs actes sans aucune rémunération car ils sont en accord avec le système d’idées. Ces individus sont donc déjà engagés cognitivement. A l’inverse, les sujets les plus rémunérés effectuent l’acte parce qu’ils sont payés. Ils ne sont engagés qu’en acte. Même si l’engagement est intéressé au départ et peut constituer un facteur déclencheur d’engagement, il ne forme qu’un engagement partiel.

24La résistance des femmes dans des métiers masculins, induite par le développement de cognitions variées, s’expliquerait par le lien entre engagement cognitif et niveau de cognition. L’association d’un engagement cognitif et en acte (caractéristique de l’engagement des femmes « résistantes »), par sa diversité et ses particularités concernant l’engagement, pourrait favoriser une mobilisation de cognitions plus importante, nécessaire à l’adaptation. Le type d’engagement des femmes « résistantes » correspondrait à un niveau de cognition élevé comparé à celui des femmes « non résistantes » qui coïnciderait à un niveau faible. En étant engagées cognitivement, les femmes « résistantes » (engagées à un fort degré) accèderaient à une plus grande diversité de cognitions qu’elles réinvestiraient dans les situations professionnelles.

Conclusion

25A travers l’exemple des femmes exerçant un métier masculin, nous avons pu étudier de quelle façon et pourquoi certaines d’entre elles persistaient dans leur engagement alors que d’autres se désengageaient. La fonction et le type d’engagement, dans la mobilisation des cognitions ainsi que dans l’adaptation à un environnement viril, jouent un rôle important puisque de l’engagement dépend la mise en application des cognitions.

Haut de page

Bibliographie

M. Appert, 1983, Diversification de l’emploi féminin, AFPA-ACEE, dossier de recherche n°8.

M. Batt, 2005, L’engagement des femmes dans des métiers « masculins », Mémoire pour le Master 1 Sciences de l’Education, Université de Bordeaux 2.

C. Baudelot, R. Establet, 1992, Allez les filles !, Paris, Le seuil.

JL. Beauvois, RV. Joule, 1987, Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens, Grenoble, Presse Universitaire de Grenoble, Collection Vies Sociales.

C. Bujold, M. Gingras, 2000, Choix professionnel et développement de carrière, Paris, Edition Gaëtan Morin (2ème édition), p. 223-251.

L.H. Chusmir, 1983, Characteristics and prédictive dimensions of women who make non traditional vocational choices, The Personnel and Guidance Journal, n°62, p. 43-47.

M. Duru-Bellat, A. Van Zanten, 1999, Sociologie de l’école, Paris, Armand Colin, Collection U.

M. Duru-Bellat, 1994, Filles et garçons à l’école, approches sociologiques et psychosociales. Des scolarités sexuées, reflet de différences d’aptitude ou de différences d’attitudes, Revue Française de Pédagogie, n°109, p. 111-133.

C.A. Kiesler, 1971, The psychology of commitment. Experiments linking behavior to belief, New York, Academic Press.

F. Lelièvre, C. Lelièvre, 1991, Histoire de la scolarisation des filles, Paris, Nathan, Collection Repères pédagogiques.

F. Lorenzi-Cioldi, 1988, Individus dominants et groupes dominés. Images masculines et féminines, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, Collection Vies Sociales.

N. Mosconi, 1994, Femmes et savoir, La société, l’école et la division sexuelle des savoirs, Paris, L’Harmattan, Collection Savoir et Formation.

N. Mosconi, R. Dahl-Lanotte, 2003, C’est technique, est-ce pour elles ? Les filles dans les sections techniques industrielles des lycées, in Travail, genre et sociétés, dossier : Filles et garçons : pour le meilleur et le pire, Paris, L’Harmattan, n°9, p. 71-90.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Batt, « Les femmes et les métiers masculins  », Éduquer [En ligne], 10 | 2005, mis en ligne le 15 octobre 2008, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/373

Haut de page

Auteur

Marie Batt

LARSEF, Université Victor Segalen, Bordeaux 2

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org