Navigation – Plan du site
Dossier

Présentation du dossier

Anne Marcellini

Texte intégral

1Ce dossier « Handicaper » de la revue « Eduquer – Binet Simon », a pour objectif de présenter des réflexions innovantes sur les relations entre corps et sujet. Pour cela six chercheurs ont été sollicités pour développer à partir de leurs travaux scientifiques sur l’éducation physique et sportive ou les pratiques physiques et sportives des personnes dites handicapées ou en difficulté d’adaptation psychologique ou sociale, une analyse autour de la question du contrôle du corps dans ses relations avec le sujet.

2Les personnes dites handicapées ou « déviantes » le sont le plus souvent par rapport à un corps désigné comme déficient, qu’il s’agisse d’une déficience de la structure corporelle, d’une déficience intellectuelle ou d’un trouble psychique ou encore d’une apparente perturbation du contrôle comportemental, perçue comme déficience des processus de contrôle de soi.

3L’éducation physique et sportive spécialisée et les activités physiques adaptées proposent à l’enfant et à l’adulte des apprentissages corporels, cognitifs et sociaux qui contribuent à la construction progressive d’un corps plus « discipliné », « redressé » (G. Vigarello, 1978, 2001), orienté vers des gestes précis, visant l’efficacité fonctionnelle ou esthétique (le gestus au sens de J. Le Goff).

4Cette éducation corporelle peut être envisagée comme contrainte externe, comme contrôle social visant à produire la mise en conformité du sujet au regard des attentes du système à son égard. Cette injonction de mise en conformité peut être interprétée comme aliénation du sujet à une structure sociale qui limite voire empêche l’expression de celui-ci. Pour le dire autrement, l’éducation corporelle de ces personnes peut être vue comme contrainte d’assimilation, c’est-à-dire contrainte faite à ces corps différents de devenir « semblables » aux autres, d’entrer dans le modèle normatif du corps performant. En ce sens, il s’agirait de défendre l’hypothèse relativement classique d’un contrôle social du corps réduisant la mobilité du sujet, au sens de sa liberté et de sa dynamique créative.

5Mais la particularité du public dont nous parlons ici, et son « a-normalité » en particulier, doit également nous amener à envisager une hypothèse seconde selon laquelle l’apprentissage de techniques du corps singulières (ici sportives) permet un certain auto-contrôle du corps qui autorise une expression et une mise en scène du corps assurant un espace de mobilité pour le sujet. Il s’agirait ici de montrer que l’apprentissage corporel, en autorisant le dépassement d’une motricité stigmatisante (le gesticulatio, au sens de J. Le Goff c’est-à-dire « des gesticulations et autres contorsions qui rappellent le diable », p.161), autorise alors l’accès du sujet aux normes et codes de corporels, et à une existence propre.

6La présentation des recherches proposée dans ce dossier doit permettre d’éclairer sous différents aspects les relations entre corps « vivant » et sujet, à partir du terrain des pratiques physiques et sportives. Céline Garcia, en s’intéressant aux opérations « d’action sociale par le sport » dans les quartiers défavorisés, met en scène de façon parallèle les discours des éducateurs sportifs et des jeunes pour souligner comment le « procès de civilisation » (Elias N. & Dunning E., 1994) est ici central. Les discours sur la « sauvagerie » de ces enfants, par ailleurs largement relayés par les discours journalistiques, s’articulent ici sur la violence dénoncée par les jeunes, légitimant une recherche de cadrage et de contrôle dont le gymnase devient le symbole. C’est également à partir des « perturbations comportementales » et des « incivilités » qu’André et Lionel Raufast nous invitent à une réflexion reliant anthropologie et psychanalyse pour éclairer ce qu’ils désignent comme une « boulimie de contacts corporels » observable dans les conduites scolaires et sportives des jeunes dits « difficiles ». Leur attention aux signes corporels les amène à des propositions en termes de stratégies éducatives, donnant toute leur importance aux sémiologies sportives. S’attachant également aux codes corporels et à leur importance dans la structuration et le maintien des interactions, Anne Marcellini montre comment les déficiences motrices, sensorielles ou intellectuelles perturbent, chacune à leur manière, les possibilités de participation sociale des personnes touchées par ces déficiences. L’apprentissage sportif, vu au travers d’une sociologie de l’interaction, apparaît sous un jour singulier, celui d’un apprentissage normatif et contraignant, qui offre, de ce fait même, la possibilité d’optimiser des capacités de « figuration » nécessaires à la rencontre. Jean Pierre Garel et Jean Marc Barbin, abordant chacun un type d’atteinte corporelle précis, l’infirmité motrice cérébrale pour le premier, et la blessure médullaire et la paralysie pour le second soulignent dans leurs analyses les liens essentiels entre l’activité corporelle et la reconnaissance sociale. C’est ici les interactions entre corps, identité et construction du sujet qui sont étudiées, dans une articulation fondamentale entre psychologie et sociologie.

7Christine Pépin nous propose, pour clore ce dossier, une analyse épistémologique des travaux scientifiques développés en Activités Physiques Adaptées.

8Gageons que ces différentes contributions permettront un abord nouveau des divers processus qui peuvent « handicaper », mais surtout sauront tracer des pistes vers la conception de stratégies éducatives qui peuvent réduire le handicap, c’est-à-dire réduire le désavantage social qui pèse sur ceux dont le corps déborde, à leur corps défendant, des normes instituées. Et si comme la mise en place progressive d’interventions comme les diagnostics prénataux et la sélection d’embryons le laisse présupposer, notre société tend plutôt à considérer que le sujet dépend de la qualité de son corps vivant (Andrieu B., 2004, p.37), est ici défendue la thèse selon laquelle c’est surtout de l’activité corporelle, du jeu du corps et de la mise en scène du corps que dépendent la construction et la mobilité du sujet.

Haut de page

Bibliographie

Andrieu B. (2004). Le corps en liberté : invention ou utilisation du sujet, Bruxelles, Labor – Espace de libertés.

Elias N. & Dunning E. (1994). Sport et civilisation : la violence maîtrisée, Paris, Fayard.

Le Goff J. & Truong N. (2003). Une histoire du corps au Moyen Age, Paris, Liana Levi.

Vigarello G. (1978). Le corps redressé. Histoire d’un pouvoir pédagogique, Paris, Editions universitaires [réédition 2001, Paris, Armand Colin].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Marcellini, « Présentation du dossier », Éduquer [En ligne], 11 | 2006, mis en ligne le 15 octobre 2008, consulté le 24 avril 2014. URL : http://rechercheseducations.revues.org/379

Haut de page

Auteur

Anne Marcellini

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org