Navigation – Plan du site
Dossier

Activités Physiques Adaptées

Une épistémologie des singularités
Christine Pépin

Texte intégral

Les enjeux d’une réflexion épistémologique

1Le champ des Activités Physiques Adaptées (désormais APA) est jeune mais néanmoins prolixe dans son développement des productions scientifiques. L'heure est venue, plus de 20 ans après son émergence en France, d’effectuer une étude critique sur ses productions, l’épistémologie nous en donne le cadre et ce numéro spécial le contexte.

2En effet, l’épistémologie en tant que « philosophie des sciences » permet de comprendre comment se sont constitués les savoirs et d’interroger leurs conditions d’émergence. G. Bachelard (1965) précise que l’attention de l’épistémologue se porte sur l’effort de rationalité et de construction des savoirs dans le champ. En conséquence, la pertinence d’une attitude épistémologique dans les APA serait une invitation à une vigilance critique sur l’objet et sur le modèle utilisé : quel objet et quel modèle en APA ? Nous tenterons de les circonscrire ci-après.

3Quelques précisions terminologiques empruntées à Michel Foucault, philosophe et épistémologue, pour clarifier la démarche.

4Le mot épistémologie vient du grec « épistémè » qui veut dire à la fois « science » et « savoir ». Une épistémè est « une vision du monde… à une époque donnée … (H.F. 1972 et les trois épistémès : la ressemblance, l’ordre, l’homme comme objet de savoir depuis le 19ème) … qui imposerait les mêmes normes, les mêmes postulats, un stade général de raison, une certaine structure de pensée. » (A.S., p.249-p.250).

5Il s’agira de définir normes et postulats en APA …
Un savoir est « un ensemble d’éléments, formés de manière régulière par une pratique discursive et qui sont indispensables à la constitution d’une science » (AS, 1969, p.238). Donc le savoir a une certaine antériorité sur la science qu’il constitue.

6Une pratique discursive « n’est pas seulement un mode de fabrication de discours. Elle prend corps dans des ensembles de techniques, des institutions, … un type de transmission et de diffusion, dans des formes pédagogiques… » (Collège de France, 1971, p.10) Les APA, dans la constitution de leur champ de recherche développe des pratiques discursives spécifiques que nous allons analyser.

7De plus une formation discursive, c’est-à-dire un ensemble de discours, franchit plusieurs seuils (positivité, scientificité, formalisation) dont un « seuil d’épistémologisation » qui nous intéresse ici (A.Sp.243) Cela consiste à « Faire valoir des normes de vérification et de cohérence, et exercer à l’égard du savoir une fonction dominante : de modèle, de critique, de vérification. »

8Ainsi définis les enjeux (les étapes) d’une démarche épistémologique en général, nous allons présenter une épistémologie en APA qui permette de définir (II) : l’objet, le modèle dominant, les postulats, les démarches, les normes de vérification et de cohérence, les conséquences.

9Néanmoins, nous soutiendrons la thèse d’un paradigme dominant scientiste en APA parce que l’accent était mis, jusqu’ici, davantage sur le pôle de la science que sur celui des savoirs. Le déplacement de Michel Foucault, parmi les penseurs d’une épistémologie française, nous permettra (dans une dernière partie) de soutenir la rupture d’un paradigme positiviste dominant à un paradigme de la singularité, mais aussi en ouvrant à la perspective d’une archéologie des savoirs en APA.

Epistémologie ou étude critique des paradigmes de la recherche internationale en APA (1977-1989) 

Bilan des formations discursives étudiées 

10Nous avons réalisé une analyse critique des productions discursives scientifiques internationales en APA (Pépin, 1996) à partir de l’étude du concept d’APA, de l’analyse de ses conditions d’émergence au Québec et en France, de son institutionnalisation en fédération, en associations, et des conceptions de ses acteurs. L’essentiel a consisté en une analyse de contenus des actes des symposiums de la FIAPA entre 1977-1989, pour différencier les formations discursives et leurs enjeux. Il serait trop long de développer cette recherche, nous reprendrons cependant les principaux résultats dont la nécessité d’une réflexion épistémologique à laquelle nous concluions, à partir du paradigme positiviste à l’œuvre.

11Pendant la période d'étude considérée (de 1977 à 1989), on peut noter un développement croissant des recherches s'appuyant sur la normalisation du handicapé et sur des catégories classificatoires. La majorité des recherches étudiées construit une représentation du handicapé comme objet d’expérimentation par comparaison aux personnes valides. L'alternative à cette orientation est un courant critique qui définit la personne handicapée comme un sujet de droit en se fondant sur une morale humaniste (cf. conférence APA, Bordeaux, sept 2000). On peut noter la quasi-absence des références philosophiques ainsi que l'absence de recherches cliniques. L'inflexion majeure du champ de l'APA dans la FIAPA est une inflexion conceptuelle à partir de 1989 au symposium de Berlin, qui se traduit par un développement capacitaire positif de la personne handicapée.

12La recherche majoritaire en APA entre 1977 et 1989, dans le corpus étudié se réfère à une démarche de connaissances scientifiques, qui peut être qualifiée de positiviste et se caractérise par : un objet, les APA au sens majoritaire de la motricité des populations déficientes ; un modèle de type explicatif issu des sciences "exactes", avec un cadre de référence théorique constitué majoritairement par les sciences physiologiques et biologiques ; une méthode expérimentale, quantitative ; une visée normalisatrice et objectivante de l'homme. Les pratiques discursives étudiées deviennent des pratiques "normalisantes" au sens foucaldien d’un rapport de savoir-pouvoir sur des populations assujetties.

13Il s’agit d’un procès d'objectivation qui fait des APA une doctrine de traitement social de l'altérité, visant la normalisation à l'aide d'outils scientifiques. En conséquence, la démarche scientifique contribue à une idéalisation normative de l'homme et à l'occultation du sujet. Il se développe un discours de maîtrise et de normalisation, privé de toutes variables subjectives, qui contribue ainsi favorablement à l'illusion de la réparation du manque à être. L’APA devient une forme contemporaine de l'entreprise de réadaptation de la différence. L'existentiel est mis à mal par les conditions de scientificité.

14Il y a donc une question épistémologique sur les savoirs produits par les différentes recherches scientifiques en APA, une question axiologique et éthique qui nous renvoie à la différence entre norme, normalité et normativité du vivant.

15Pourquoi un champ de pratique et de recherche dont la particularité est la différence des personnes et des publics, et dont l'enjeu est d'inventer des solutions adaptatives singulières, continue-t-il à se perpétuer majoritairement à travers un paradigme scientiste normatif ?

Exemple de seuil d’épistémologisation : les études comparatives

16Parmi les productions discursives étudiées en APA, ce sont les études comparatives entre les soi-disant (je cite) "normaux" et les "débiles" qui traduisent le mieux cette orientation.

17Le thème est une évaluation quantitative de la motricité : sous les mots-clés de « performances, motricité, compétences, aptitudes physiques, quotient d'habiletés motrices, caractéristiques d'apprentissage ». Un seul article qualitatif concerne le profil psychologique (6-1, Berlin).

18L'objectif est de : "comparer" les aptitudes, les niveaux d'apprentissage, "vérifier" ou "trouver" s'il y a des différences motrices entre les "normaux" et les "débiles", "différencier" les performances.

19Les disciplines d'appui sont : la physiologie et la biologie (études sur la déficience intellectuelle), la psychologie (une étude sur les personnes handicapées physiques).

20La méthodologie est une expérimentation physiologique à partir essentiellement de tests, et de quantification d'épreuves de motricité.

21La publication de l'article scientifique est uniforme, avec le plan suivant : l'objectif, les hypothèses, l'échantillon, la méthodologie et l'expérimentation, les résultats, la discussion et la conclusion.

22Les résultats sont quantitatifs, présentés sous forme de tableaux et de courbes. La conclusion valide l'hypothèse expérimentale de différences entre les deux groupes comparés, ou trois groupes, en défaveur toujours du groupe des "débiles mentaux".

23Ces différences concernent : le niveau d'un groupe par rapport à l'autre (au sens d'un groupe supérieur et donc meilleur que le groupe inférieur), le temps d'acquisition d'un groupe par rapport à l'autre (qui entraîne du retard et de l'avance d'un groupe sur l'autre), un jugement de valeur : en terme de moins pour un des groupes.

24Par exemple : "les deux échantillons d'enfants retardés étaient inférieurs de façon significative aux sujets témoins..." (1-1); "les retardés étaient moins brillants... les scores des témoins étant 2 ou 3 fois plus élevés ..." (1-3); "les élèves normaux ont approximativement trois ans et demi d'avance sur les élèves retardés mentaux éducables... les élèves normaux ont au moins six ans d'avance sur le groupe d'enfants retardés "trainables" (3-2) ; "des sujets retardés mentaux ont moins de contrôle et moins de capacités naturelles pour compenser un déséquilibre postural..." (4-3).

25Conséquences : Ces recherches sont prescriptives d'une pratique et d'une démarche pédagogique (cf. conclusions des articles précités).
Citons pour exemple : « l'évaluation d'un retard prescrit un rattrapage temporel » (2-1) « il nous apparaît donc impérieux de concentrer une partie de nos efforts d'éducation sur les stimulations et la sollicitation de l'attention afin d'abaisser le seuil de vigilance (2-4); ainsi l'action pédagogique réduit le seuil évalué. ». Tout cela permet d'argumenter en faveur d'un programme (4-3) qui, mis en place après une évaluation, peut combler les retards observés et les déficits comparés.

26Les limites de ce type de protocole expérimental, expliquées dans certains articles :
"Les lacunes des arriérés ne sont plus à démontrer" et propose d'autres pistes : observer lors d'activités "les plus naturelles possibles" et mesurer dans des "conditions les plus ordinaires possibles" (De Potter et de Broadhead. De Potter (3-3, 1981))

27Chaque enfant handicapé est singulier avant d'appartenir à un groupe, et l'instrumentation des tests a déjà été discutée (Broadhead (4-1)). C'est donc un problème méthodologique important qui renvoie aux caractéristiques citées de la recherche en APA par Wall (1981), Burel (1984), Bilard (1984), Simard (1987).

28Nous rajoutons aux limites énoncées, les suivantes :

  • Une théorie déficitaire implicite de la personne en situation de handicap.

  • Le corps comme lieu d'inscription d'une débilité motrice.

  • Les limites du modèle expérimental des études comparatives.

29La première limite est donc la déformation de l'objet. Face à ces obstacles, la recherche doit se centrer sur les principes qui gouvernent le comportement de l'arriéré mental (Zeaman).

30La deuxième est l'équivalence du processus mesuré pour les deux populations : selon Baumeister, entraînant des erreurs d'interprétation.

31La troisième limite est l'absence de valeur explicative quant aux différences observées." Mittler conclut à « une persistance du modèle médical s'attachant à découvrir une cause à un symptôme ». La source de variation dépend aussi des expériences, de la motivation, de la réussite ou de l'échec antérieur, de la durée d'institutionnalisation, du milieu familial, de la personne handicapée, ce qui est très peu pris en compte.

32Conséquences du modèle dominant qualifié de paradigme positiviste : critiques
Quel impact ce modèle scientifique dominant a-t-il sur les productions françaises en A.P.A. ?
Un impérialisme du savoir médical (Vigarello, 1978).

33Un impérialisme méthodologique : « Avec l'impérialisme de la méthodologie, on brise tout le travail de recherche et d'approfondissement » (Châtelet et Deleuze, 1972). Les chercheurs français en APA (Bilard, Burel 1984, Strasbourg) avançaient déjà cette critique, « un terrorisme expérimental » (Bilard).

34Un risque d’idéologisation de l’objet et l’oubli du sujet (Habermas, Foucault, Lacan) : exemple : un même objet, expérimentations sur différentes déficiences (changer l’échantillon).

35L’application d’un modèle supposé légitime pour une reconnaissance dans le champ de recherche (Gleyse, 1991). Les STAPS dit Gleyse –et à nous d’ajouter les APA- sont touchées par le positivisme privilégiant l’axiologie dominante des sciences de la nature, mathématisées.

36La dogmatisation des savoirs (Vigarello, 1978) par le processus d’institutionnalisation (FIAPA, publications scientifiques, CNU). Le dogme venant des convictions qui font passer la visée d’institutionnaliser les critères d’un groupe avant celle de la pertinence du savoir. L’officialisation des savoirs devient alors pour Vigarello un biais.

L’urgence épistémologique se dessine : un changement de paradigme en APA ?

37En effet, au regard de ce bilan d'objectivation de la personne en situation de handicap, et des risques cités, il s'agit d'envisager les conditions et pistes possibles de ré-introduction dans la recherche en APA, de la subjectivité, et d'autres rapports aux conditions d'existence.

38De plus selon Lagache : « On ne saurait demander à une recherche un autre ordre de rigueur que celui que comportent les propriétés positives et originales de son objet. »

39Il s'agit d'opérer un changement de paradigme en APA, pour passer d'un paradigme positiviste à un paradigme du sujet. Paradeigma en grec signifie l'exemple ou le modèle. Il se définit par la méthode et le modèle dominant, ci-avant défini. Les théories scientifiques sont inséparables des dispositifs expérimentaux qu'elles ont suscités et sont donc en cela des paradigmes, c'est-à-dire « des modèles qui donnent naissance à des traditions particulières et cohérentes de recherche scientifique » (Kuhn, 1962).

40En fait, s'engager dans un changement de paradigme en APA, consiste à opérer « un changement dans la façon de voir les choses, une nouvelle façon de penser et d’accentuer un principe qui a toujours été présent, mais qui n'avait pas été reconnu » (Kung, 1991). Il devient nécessaire d'effectuer une mutation en mettant le sujet au cœur d'un nouveau paradigme, ni le sujet d'expérimentation, ni le sujet positif du droit, mais le sujet réel de la souffrance.

Une autre épistémologie en APA : l’hypothèse d’une épistémologie de la singularité en APA

41Une lecture épistémologique permet de repérer le décalage entre les savoirs constitués, qui ne sont pas équivalents. Le repérage, l’analyse et la compréhension de ces écarts relèvent d’une réflexion épistémologique soucieuse de circonscrire le paradigme, mais le débat épistémologique engagé en APA semble plus conséquent.

42En effet, le problème semble être une mise en conformité des connaissances par le modèle scientifique dominant, appauvrissant de ce fait le champ des APA, d’autant plus de façon paradoxale qu’il est un champ de pratiques sociales et que les chercheurs ne sont plus toujours hommes de terrain. La nécessité de travailler à des questions de recherche issues du terrain et dans des équipes professionnels-théoriciens, en découle et ouvre la possibilité de créer d’autres savoirs.

43Les APA ne seraient-elles pas aux prises d’une double validation : (Camy, 1992) en tant qu’intervenant dans le champ social, il y a « un travail de va et vient constant entre la formulation des choses dans la logique et dans la forme, qui soient scientifiquement acceptables et un souci de sens pour ceux qui mettent en œuvre des pratiques ». La rationalisation de la démarche est indispensable, mais il y a les limites de l’incertain, de l’impensable, de l’improvisation, de l’adaptation (maître-mot ne l’oublions pas de APA). Notre richesse découle de la différence de nature entre une pratique d’intervention et un travail scientifique. L’épistémologie pour le professionnel revient alors à repérer ses modèles implicites, l’obligeant à fonder sa pratique sur des concepts, sur une formalisation pour sortir du sens commun (cf. Bachelard). La curiosité étant alors un éclairage des fondements d’une pratique.

44La rupture avec le paradigme positiviste pourrait se faire par une prise en compte de la personne handicapée comme sujet, et les APA comme des pratiques d’inscription d’un corps signifiant où l’invention motrice singulière permet une élaboration subjective, dont il s’agit de rendre compte différemment que par le modèle scientifique dominant (les histoires de vie...).

45Les APA deviennent des dispositifs inédits, producteurs de savoirs. (cf. stages de danse en oncologie pédiatrique, dans un centre de réadaptation fonctionnelle, dans un service de pédopsychiatrie). La recherche en APA permet alors d’élaborer des savoirs nouveaux dans une rencontre nouvelle entre professionnels (psychiatre, intervenants STAPS, parents …) qui prennent le risque de sortir de la normalisation pour aller vers la normativité… vers le désir du sujet … vers le désir de vie (une ontologie en APA).

46Ces dispositifs en APA sont des expériences de vie mutuellement riche, où la pulsion de vie surgit de la rencontre. Du côté du singulier, au cas par cas, l’APA devient un « style d’existence » (MF). D’autres démarches, d’autres théorisations peuvent permettre d’élaborer cet autre point de vue.

47Michel Foucault avec le « souci de soi » et Lacan avec la subjectivation, nous permettent de construire et de penser une pratique d’activités corporelles non pas adaptative par rapport à des normes préétablies, mais normativantes pour chaque sujet, à partir de la différence absolue que constitue leur atteinte, leur handicap. La personne en situation de handicap est en avance, dans son expérience corporelle, sur la science. La personne handicapée, considérée à partir de sa différence particulière, comme sujet, comme exception, nous oblige –au niveau épistémique et éthique- à faire un déplacement de pensée similaire à celui de Michel Foucault sur les prisons, l’hôpital, à savoir : le pari d’une possible subjectivation. C’est à ce titre que nous défendons la thèse de l’APA comme dispositif possible de subjectivation par les pratiques corporelles.

Pour conclure : D’une épistémologie des singularités à une archéologie des APA incluant le paradigme de la singularité comme caractéristique inhérente de son objet

48Si l’épistémologie identifie, la réflexion philosophique à l’analyse historique de la science, c’est que celle-ci pose une question fondamentale pour la philosophie, celle de la rationalité (Machado p.15). Pour l’épistémologie, la science, discours normatif et normé, est le lieu même de la vérité et, comme tel, productrice de rationalité. L’épistémologie est donc une philosophie qui étudie la question de la rationalité à travers la science.

49L’important déplacement foucaldien est de passer d’une épistémologie de la science à une archéologie des savoirs (dernier temps de notre démonstration ou perspectives pour conclure). Pourquoi ? Et quelle pertinence ? L’archéologie est une investigation d’une autre région de scientificité, celle de la question de l’homme (les sciences de l’homme diffèrent des sciences de la nature…). L’archéologie revendique son indépendance par rapport à toute science et se fait critique de l’idée même de rationalité. En ce sens, elle suggère que l’histoire épistémologique est dans l’impossibilité d’analyser les problèmes dont elle rend compte. La méthode archéologique est un outil pour penser les sciences de l’homme en tant que savoirs.

50L’archéologie, avec le savoir pour objet, affirme l’antériorité du savoir sur la science. L’acquis fondamental de Foucault dans Les mots et les Choses est la formulation de deux niveaux spécifiques d’analyse : l’archéologie avec le savoir et l’épistémologie avec la science.

51Avec Michel Foucault, c’est l’idée même d’une méthode immuable, systématique et universellement applicable qui est mise en question.

52L’étude critique du champ discursif des APA serait enrichie par ces deux niveaux d’analyse et par ce déplacement suggéré.

Haut de page

Bibliographie

Bachelard G., La formation de l’esprit scientifique, Vrin, 1977.

Camy J., Epistémologie des savoirs en APS : quelques remarques, Spirales, 1992, pp.98-101.

Canguilhem G., Le normal et le pathologique, Puf, 1972.

Chatelet-Deleuze, La quinzaine littéraire, n°143, 1972.

Favard A.M., « Du paradigme perdu à l’élaboration d’une recherche clinique », Les cahiers du CTNERHI, n°28, 1984, pp.1-8.

Foucault M., Histoire de la folie à l’âge classique, Gallimard, 1972.

Foucault M., Les Mots et les Choses, une archéologie des sciences humaines, Gallimard, 1966.

Foucault M., L’archéologie du savoir, Gallimard, 1969.

Foucault M., L’ordre du discours, Leçon inaugurale au Collège de France, Gallimard, 1971.

Foucault M., Le souci de soi et L’usage des plaisirs (Histoire de la sexualité), Gallimard, 1984.

Foucault M., Résumé des cours au Collège de France, 1970-1982, Julliard, 1989.

Gardou C., « Concilier obligation de science et devoir d’humanité », Professionnels auprès des personnes handicapées, Le handicap en visages-4, Erès, 1997, pp. 13-30.

Gleyse J., Questionnement épistémologique des STAPS-EPS, STAPS-24, février 1991, pp.73-78.

Küng H., Projet d’éthique planétaire, traduction Seuil, 1991.

Kuhn T.S., La structure des révolutions scientifiques, 1962, traduit par Meyer, Laffont, 1983.

Habermas J., La technique et la science comme « idéologies », Gallimard, 1973.

Machado R., « Archéologie et épistémologie », Michel Foucault, Philosophe, rencontre internationale Paris, janvier 1988, Des travaux, Seuil, 1989, pp.15-32.

Maleval J.C., « Science, positivisme et psychanalyse » Actes du PERU, 1995.

Mittler P.J., Assessment for learning in the mentally handicapped, London, 1973.

Pépin C., Le sujet en question : analyse critique des doctrines sur les APA aux personnes handicapées, Thèse de doctorat de Strasbourg II, 1996.

Vigarello G., « Une épistémologie, c’est-à-dire… », EPS, n°151, mai-juin 1978.

Zeaman D., « Learning processes of the mentally retarded » in Osler, Cooke, The biosocial basis of mental retardation, Baltimore, 1965.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Pépin, « Activités Physiques Adaptées », Éduquer [En ligne], 11 | 2006, mis en ligne le 15 octobre 2008, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/383

Haut de page

Auteur

Christine Pépin

UFR STAPS, Université de Nancy 1.

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org