Navigation – Plan du site

L’éducation comparée en Chine

Keyan Ma et Kechao Xing

Texte intégral

La naissance et le développement.

1    L’éducation chinoise ainsi que ses échanges avec l’étranger connaissent une longue histoire à l’instar de la nation. Mais pour diverses raisons, d’ordre politique, économique, culturel et idéologique, la recherche en éducation est relativement attardée, surtout dans les nouvelles disciplines comme l’éducation comparée où l’écart est encore plus grand. A part très peu de recherches faites par certains avant-gardes et quelques traductions publiées dans la première moitié du XXe siècle, on peut dire que les travaux systématiques de valeur n’ont commencé qu’ au début des années 1980. A cette époque-là, la Chine venait d’effectuer dans tous les domaines une politique de réforme et d’ouverture : la soif était générale de connaître le monde extérieur et d’en tirer des expériences pour promouvoir son propre développement. Vu les besoins et les possibilités donnés par la situation et les circonstances, les chercheurs ont commencé des études en éducation comparée, essentiellement dans des écoles supérieures et des universités. Ils se sont groupés et ont fondé l’Association Chinoise d’Education Comparée, qui se réunit chaque année et organise conférences, colloques ainsi que d’autres activités. L’organe de l’Association créée et les premiers travaux de recherche publiés, l’éducation comparée chinoise commença à progresser sainement, et a connu depuis, deux périodes dans son évolution.

De la description objective à l’ analyse comparative

2Aprés de longues années de fermeture, les Chinois, ayant découvert devant eux un monde immense et étrange, qu’ils avaient beaucoup envie de connaître pour ensuite en tirer profit. Dans le domaine de l’éducation, cette tâche a été donnée historiquement à ceux qui travaillaient en éducation comparée. La considérant comme un grand honneur, ils ont traduit et écrit un grand nombre d’articles et de livres, parmi lesquels L’Education étrangère publiée par les Editions de l’Education du Peuple, ainsi que les revues Tendances de l’Education étrangère,  Education étrangère, Documents en Education étrangère qui avaient une grande influence. Le contenu y était très varié, des systèmes et lois aux concepts et pensées en passant par des matières et méthodes concretes. En plus des instituts de recherche qui avaient leur propre revue, ont été créées dans beaucoup de journaux et périodiques des rubriques réservées à une présentation régulière de l’éducation étrangère. Et au bout de quelques années seulement, l’éducation comparée est devenue un cours obligatoire des départements des sciences de l’éducation dans les établissements de formation d’enseignants dont certains ont commencé l’enseignement du troisième cycle. Ce qui constitue le premier essor tant quantitatif que qualitatif de toute une équipe de recherche.

3Après les années 80, des réformes éducatives mises en oeuvre à l’échelle mondiale ont touché presque tous les domaines de l’éducation et approfondi les questions dont on discutait. L’éduction chinoise déjà retardée devait obligatoirement accélérer sa  réforme afin de suivre le pas du monde. En 1985, la Chine a entrepris dans toutes les dimensions de l’éducation une réforme complète dont le noyau était la mise en place de l’éducation obligatoire pendant neuf ans et elle est entrée ainsi  dans une nouvelle époque. Dans une telle situation, une simple présentation objective de l’éducation étrangère ne pouvait plus répondre aux besoins. Donc, tout en continuant le travail de traduction et de description, on a approfondi les recherches en intensifiant les analyses, les évaluations et la vraie “comparaison”. L’éducation d’après-Guerre dans plusieurs pays développés et divers sujets de comparaison, comme : enseignement supérieur, formation des enseignants, scolarité obligatoire, formation des adultes, ont été inscrits comme projets importants dans le Programme national des recherches en sciences philosophiques et sociales du sixième (1981-1985) et du septième (1986-1990) Plan quinquennal. A cette époque, les équipes de recherche ont beaucoup grandi, les premiers docteurs en éducation comparée formés en Chine et ceux revenus de l’étranger se joignant à l’enseignement et la recherche.

Un développement stable après une réflexion approfondie

4Entrée dans les années 1990, l’éducation comparée chinoise est arrivée à un carrefour. Les recherches des années 80, relativement superficielles, ou manquant de profondeur, répétitives quelquefois, ne pouvaient plus répondre aux besoins de l’évolution moderne, ni être favorables au développement de la discipline. On s’est rendu compte qu’il se cachait une crise derrière la prospérité apparente. Quel était l’avenir de l’éducation comparée en Chine?Comment se perfectionnerait-elle tout en rendant service à la réforme et au développement de l’éducation nationale? C’étaient les questions posées à ceux qui travaillaient dans le domaine. On a abouti à des réponses communes grâce à une réflexion et une analyse en profondeur.  

5D’abord, l’éducation comparée, s’intéressant trop à l’étranger, et manquant d’une connaissance de l’évolution et des besoins d’éducation de son propre pays, s’est écartée de son objectif et a donc perdu dans une certaine mesure sa signification pratique. Ensuite, ses équipes de recherche ont besoin de s’améliorer et de se renforcer. Ainsi certains chercheurs étaient forts en théorie mais faibles en langues étrangères, d’autres forts en langues, mais souvent faibles en théorie. Il en résultait que beaucoup de recherches, faute de documents originaux, ou n’étant qu’une présentation superficielle, ne pouvaient pas valablement s’approfondir pour qu’on en sorte ce dont l’on pouvait tirer profit. Par ailleurs, l’éducation comparée chinoise n’a pas prêté attention à sa propre construction. Les quelques travaux publiés, faute de renouveau méthodologique et toujours liés à ceux des années cinquante et soixante, étaient incapables de refléter le niveau contemporain de l’éducation comparée et encore moins de contribuer à son développement, on ne les utilisaient que comme manuels élémentaires .

6On estimait que la recherche comparée en Chine, dans la mesure où elle avait pour objetif principal l’éducation étrangère, devait absolument s’orienter vers les comparaisons en référence aux situations locales afin de rendre service à la réforme de l’éducation. Si elle voulait se développer, il lui fallait élargir les champs de recherche en prenant en compte l’éducation formelle et non formelle, le macroenseignement et le microenseignement, et approfondir ses recherches sur les systèmes éducatifs en considérant les pensées et les traditions culturelles. Elle devait en même temps accélérer sa propre construction en vue d’une discipline plus riche, plus complète et plus systématisée.

7Après la période d’hésitation et de réflexion des années 90, les comparatistes chinois, ayant pris conscience des problèmes et trouvé l’orientation de leur travail, se sont lancés vers des recherches plus sérieuses et intéressantes. Et dès lors, l’éducation comparée en Chine est entrée dans une voie de développement normal et stable.

8La réorientation des recherches a obtenu des résultats remarquables.  Tendances de l’Education étrangère, organe de l’ACEC, a changé de nom en 1992 et s’est nommé Recherches en Educaton Comparée. L’Institut de Recherche en Education étrangère de l’Université normale de Beijing a pris ensuite le nom d’ Institut de Recherche en Education Internationale et Comparée. Les échanges internationaux ont beaucoup augmenté. A l’Université normale de Beijing, on organise chaque année des colloques internationaux dont les participants viennent non seulement des pays comme l’Angleterre, les Etats-Unis, le Japon, mais aussi de l’Asie, de l’Afrique, de l’Amérique latine, des autres pays d’Europe, surtout ceux où l’on ne parle pas anglais. Le nombre des pays étudiés en éducation comparée s’est beaucoup élargi. Aux pays développés comme l’Angleterre, la France, l’Allemagne, les Etats-Unis, le Japon, l’URSS(la Russie), se sont ajoutés des pays en voie de développement ainsi que ceux qui se situent autour de la Chine. Le contenu des recherches longtemps limité à l’éducation scolaire, englobe maintenent presque tous les domaines éducatifs, tels que l’éducation sociale, familiale, morale, sexuelle, environnementale, la didactique des cours, l’enseignement en classe, l’évaluation en éducation, la législation en éducation etc. Ce qui est le plus encourageant, c’est que dans le cadre de la construction de la discipline, apparaissent beaucoup de travaux dont les contenus touchent diverses dimensions comme la valeur de l’éducation comparée, sa méthodologie, ses relations avec la culture et les traditions, ainsi que différents courants et méthodes. Cela a totalement résorbé le déséquilibre d’autrefois entre les deux buts recherchés en éducation comparée, et l’a fait avancer au même rythme dans les deux directions: la contribution à la réforme et au développememt de l’éducation et sa propre construction en tant que discipline scientifique.

Un cas exemplaire

9Le développememt de l’Institut de Recherche en Education Internationale et Comparée de l’Université normale de Beijing est un excellent exemple du changement survenu en éducation comparée en Chine depuis 20 ans

10Cet Institut, qu’on appelait, au moment de sa fondation “Unité de Recherche de l’Education étrangère” , a pris plus tard le nom d’“Institut de Recherche de l’Education étrangère”, et s’est transformé maintenant en “Institut de Recherche en Eduction Internationale et Comparée” . Situé dans le campus de la première université normale chinoise fondée en 1902, célèbre pour sa longue histoire, son personnel réputé et son équipement puissant, est devenu, en profitant de son emplacement dans la Capitale, avant-garde, centre et base importante de l’éducation comparée en Chine. Après quarante ans de développement d’un petit département de quelques personnes seulement, il est devenu avec une interruption (pendant la Révolution culturelle) un grand centre de plusieurs dizaines de personnes. Il est non seulement un reflet de l’évolution mouvementée de l’éducation chinoise, mais aussi une preuve du développememt et de l’assurance de la position de l’éducation comparée en Chine.

11Depuis 30 ans, cet institut a obtenu de brillants résultats reconnus par ses collègues intérieurs et extérieurs dans la recherche, l’enseignement, la consultation et l’information. Du sixième au neuvième Plan quinquennal, il a organisé beaucoup de programmes importants au niveau national et provincial à savoir : Systèmes des Grades Universitaires à l’Etranger, Enseignement Supérieur Comparé, Etude Comparée sur la Formation des Enseignants, Recherche Comparative en Administration et Gestion de l’Education, Tendances de l’Education Etrangère d’Après-Guerre, Traditions Culturelles et Modernisation de l’Eduction, Recherche sur la Généralisation de l’Education Obligatoire dans les Régions Rurales en Asie, et se présente toujours comme la tête de bélier de l’éducation comparée en Chine. Il assure non seulement l’enseignement des deux premiers cycles, mais aussi il est le premier institut qui a inauguré l’enseignement du troisième cycle en la matière, formant pour l’administrations, les écoles supérieures ainsi que les unités de recherches, des talents de qualité parmi lesquels plusieurs dizaines de personnes sont titulaires du doctorat. Il a pris en charge beaucoup de recherches fonctionnelles et appliquées, de l’enseignement élémentaire à l’enseignement supérieur, de l’enseignement technique à la formation des adultes, et a rédigé un grand nombre de documents concernant la législation en éducation, les grades universitaires, la qualification des enseignants et l’élaboration des cours, et a offert des références théoriques pour la définition de la politique éducative au niveau national. Son exemple représente totalement les tendances du développement de l’éducation comparée dans le monde ainsi que ses buts et principes : rendre service à la détermination des politiques éducatives, à la réforme et la pratique de l’éducation et de l’enseignement, à la construction des sciences éducatives  conformes aux caractéristiques chinoises. Non seulement il a saisi les problèmes concernant l’éducation internationale comme : éducation populaire, enseignement obligatoire, éducation et traditions culturelles, éducation et développement économique, égalité et qualité dans l’enseignement, mais aussi ouvert de nouveaux espaces de recherche tels que : éducation des filles, éducation de la santé, influences des aides internationales sur le développement de l’éducation des pays en voie de développement. Il a aussi fait des études sur les nouvelles écoles de pensée. Dans la mouvance de l’époque, il profite activement des moyens d’information moderne pour présenter d’une manière complète le développement de l’éducation comparée en Chine. Au Nouvel An de 1990, il a créé le premier web chinois d’internet en ce domaine : “Education Comparée en Chine”. Il a également établi des relations de coopération avec des dizaines d’établissements d’enseignement supérieur étrangers ainsi que des organisations internationales importantes comme UNESCO, UNICEF, PNUD.

12A travers les statistiques, non complètes, des articles parus depuis une vingtaine d’années dans la revue Tendances de l’Education étrangère, puis Recherche en Education comparée, on peut avoir une vue d’ensemble sur l’évolution de l’éducation comparée en Chine.

Nombre d’articles publiés en éducation comparée (1980-2001)

1980-1991

1992-1996

1997-2001

total

Total

28

68

77

173

Articles descriptifs

de présentation

6

10

6

22

Articles comparatifs

12

36

47

95

Articles concernant la      construction  disciplinaire

10

22

24

56

13Depuis 1980, année où la revue Tendances de l’Education étrangère a commencé son édition publique, jusqu’en 1991, c’est à dire pendant les douze premières années, la plupart des articles présentent les tendances de l’éducation étrangère, très peu en éducation comparée. Et parmi ce petit nombre d’articles concernant la recherche comparative, des traductions et des articles descriptifs occupent une grande proportion (6 articles, 21% du total). La proportion des articles comparatifs est majoritaire (12 articles, 43%), mais ce ne sont que des recherches débutantes et des comparaisons très élémentaires. Les articles concernant la construction de la discipline touchent vraiment peu le fond théorique. Ce qui mérite notre attention, c’est qu’à partir de 1989, cette revue a ouvert une rubrique réservée à l’éducation comparée, où le nombre d’articles sur la construction de la discipline et la comparaison entre l’éducation chinoise et étrangère a connu une grande croissance : seulement 2 en 1989, 4 en 1990, et en 1991 le chiffre s’est élevé jusqu’à 11. Cela montre que l’éducation comparée en Chine a opéré un tournant important à cette époque.

14En 1992, la revue Tendances de l’Education étrangère a changé de nom et s’est nommée Recherche en Education Comparée. Les recherches chinoises en la matière ont atteint un niveau plus élevé. Tout en continuant à présenter les tendances de l’éducation étrangère, on a renforcé les analyses et les recherches en comparaison. Pendant les 5 années, de 1992 en 1996, parmi les 68 articles publiés en éducation comparée, 36 appartiennent aux recherches comparées, soit 53% du total. Les recherches sur la construction de la discipline ont fait aussi de grands progrès, vu l’augmentation du nombre des articles, 22, soit 32% du total, par ailleurs, les champs de recherche ont été élargis.

15De 1997 jusqu’aujourd’hui, l’éducation comparée en Chine se développe stablement. A travers les statistiques du tableau ci-dessus, on peut voir que les résultats des recherches en comparaison sont remarquables, 47 articles, soit 61% sur un total de 77. Ces articles, liés étroitement aux circonstances réelles en Chine et renforcés quant à la théorie, proposent des projets concrets et des mesures tout à fait pratiquables. Une autre caractéristique de cette période, c’est qu’on a élargi les champs de recherche. Au départ on ne considérait que quelques pays développés, alors que maintenant on a égalememt des pays en voie de développement comme objet, tandis que la recherche sur l’éducation dans différentes régions de la Chine a aussi pris son envol. La recherche dont le cadre s’est beaucoup élargi a connu un grand essor sur le plan de la profondeur : à l’enseignement formel au sein de l’école, se joignent maintenant l’éducation des adultes, l’enseignement professionnel, l’éducation pré-scolaire etc. En ce qui concerne la construction de la discipline, le nombre des articles augmente de plus en plus, atteignant un total de 24 dont la plupart possèdent une profondeur théorique certaine. Les articles de type présentatif et simplement descriptifs ont beaucoup diminué en nombre.

Perspectives

16Avec l’avènement du XXIe siècle, le monde est entré dans une époque d’économie du savoir. Les connaissances ne constituent pas seulement un facteur essentiel du développement économique, elles contribuent aussi une mondialisation économique et conduisent à toutes sortes de changements et de réformes sociaux. L’économie du savoir nous permet de reconnaître la valeur humaine, la valeur des savoirs. Si l’on veut améliorer la qualité de l’homme, l’éducation est un facteur crucial. Au cours des vingt dernières années, l’économie et la société ont connu en Chine un grand développement durant lequel l’essor et la réforme de l’éducation ont joué un rôle extrêmement important. Mais par rapport aux pays développés, l’éducation chinoise accuse encore un grand écart. Les ressources éducatives doivent  s’élargir, l’efficacité de scolarité s’élever, le niveau de développement des régions se rééquilibrer. Si nous voulons rester gagnants dans les futures concurrences internationales, il nous faut renforcer la réforme, le réglage et la rénovation de l’éducation pour former des gens qui puissent répondre aux demandes des temps actuels.

17Nous estimons que tant qu’il y a réforme et rénovations en éducation, l’éducation comparée tiendra une bonne place pour pratiquer son rôle et connaîtra certainement un heureux développement et un bel avenir. Dans le futur, l’éducation comparée en Chine aura encore pour but principal la recherche des lois du développement de l’éducation et la mise en valeur des expériences  étrangères pour développer sa propre éducation. Elle avancera suivant quatre directions.

18Premièrement, au cours des vingt dernières années, nous avons seulement donné de l’importance à la législation en éducation, au contenu des cours et aux courants théoriques de quelques pays développés et nous n’avons pu approfondir ni concrétiser la recherche à cause des obstacles de langues et de fonds. Ce que nous devrons faire, ce sera d’effectuer plus longtemps des observations et des recherches en profondeur sur la société des pays étudiés pour mieux connaître leur culture et l’origine de leur éducation et en découvrir l’essence. Deuxièmement, une autre tâche importante de l’éducation comparée, c’est de rendre service au développement et à la réforme de l’éducation nationale en faisant connaître à l’administration et à ceux qui travaillent en éducation les expériences étrangères dont ils puissent tirer des leçons. Ainsi, nous devons, comme comparatistes, non seulement tenir compte des recherches sur l’éducation des pays étrangers, mais aussi nous préoccuper du développement de l’éducation en Chine. On ne peut effectuer la comparaison et en tirer des résultats utiles que lorsqu’ on a une connaissance des deux parties comparées. Nous devons encore renforcer la comparaison entre les différentes régions et cultures chinoises pour construire des théories adaptées au développement de notre propre éducation. Troisièmement, nous devons prendre en considération “l’indigénéisation” des  théories en éducation comparée. L’internationalisation de l’éducation est la tendance inévitable des temps actuels. Les échanges et la coopération internationale, l’apprentissage et l’intégration mutuels sont devenus des réalités à l’échelle mondiale. Mais au lieu de copier aveuglément les théories étrangères, nous devons en tirer l’essence, l’introduire dans notre culture principale et la “siniser”. Quatrièmement, la construction théorique de la discipline, qui reste depuis lontemps un faible chaînon, fait aussi partie des tâches importantes de l’éducation comparée en Chine. Ce qui nous demande d’une part d’analyser les problèmes éducatifs d’aujourd’hui en nous servant des théories scientifiques modernes, et d’autre part, d’étudier à fond les théories déjà existantes, de créer de nouveaux cadres théoriques et de les éprouver à plusieurs reprises. Notre mission exige de faire des efforts considérables dont la difficulté n’est pas moindre que pour les autres entreprises.

19La Chine est un pays doté d’une longue histoire de cinq mille ans. Avec sa riche culture, elle a apporté de considérables contributions à la civilisation régionale et mondiale, et donc à l’éducation. Dans la situation actuelle favorable où l’économie connaît un grand essor, la recherche en éducation comparée, demandée et stimulée par la réforme de l’éducation, et poussée par les vagues des échanges internationaux de plus en plus intenses, connaîtra certainement un développement plus remarquable encore.

Haut de page

Bibliographie

Wu Wenkan, Yang Hangqing : « Education comparée », Editions de l’Education du Peuple, 1989.

Gu Mingyuan : « Bilan et perspective de l’Education comparée », Revue « Recherches en Education Comparée », No 1, 1991.

Xing Kechao : « Education en France après la deuxième Guerre mondiale », Editions de l’Education de la province du Jiangxi, 1993.

Liang Zhongyi : « L’Education dans le monde » en série, Editions de l’Education de la province du Jilin, 2000.

Xiang Xiangming : « Logique culturelle de l’Education comparée », Editions de l’Education de la province du Heilongjiang, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Keyan Ma et Kechao Xing, « L’éducation comparée en Chine », Recherches & éducations [En ligne], Comparer, mis en ligne le 15 octobre 2008, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/39

Haut de page

Auteurs

Keyan Ma

Maître de conférence, directrice-adjointe du Département de Français de l’Institut des Langues étrangères de l’Université normale La Capitale (Chine).

Kechao Xing

Professeur, vice-directeur de l’I.L.E de l’U.N.C., auteur des travaux de recherche en éducation comparée, notamment sur les pays francophones

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org