Navigation – Plan du site
Dossier

Les sciences de l’éducation et la formation des acteurs de l’enseignement du premier degré : utilité et visibilité sociale d’une discipline

Laurent Talbot
p. 73-88

Résumés

L’objectif de cet article est de montrer la part importante prise aujourd’hui par les sciences de l’éducation dans la formation initiale et continue des acteurs de l’enseignement du premier degré en France. A partir d’enquêtes menées au niveau régional (académie de Toulouse) et au niveau national, nous montrons que la discipline s’est fortement investie dans la politique de professionnalisation des professeurs des écoles, des inspecteurs de l’éducation nationale et des directeurs d’IUFM.

Haut de page

Texte intégral

1Les sciences de l’éducation (SE), comme tout domaine de l’enseignement supérieur, doivent aujourd’hui atteindre au moins deux objectifs à la fois différents et complémentaires : produire des connaissances scientifiques et préparer les étudiants à l’emploi. Cette dernière visée n’est que récemment apparue de manière claire au sein des universités, à l’exception du secteur du droit et de la médecine, ancrés dans une tradition plus ancienne, des écoles d’ingénieurs et également des instituts universitaires de technologie (IUT). On assiste désormais globalement à un mouvement de professionnalisation plus général des études universitaires.
Nous nous attacherons à montrer dans cette contribution la part prise par les sciences de l’éducation dans cette perspective professionnalisante. Depuis leur (re)naissance en France en 1967, sans délaisser pour autant leur investissement dans le domaine de la recherche, elles ont su construire une certaine reconnaissance dans différents domaines professionnels en terme de formation initiale ou continue : le travail social, l’éducation à la santé, l’éducation scolaire, la formation des adultes et plus récemment encore, le champ de l’animation.
Cette contribution vise à étudier la place des SE dans la professionnalisation des métiers de l’enseignement ces dernières années, notamment pour l’enseignement du premier degré.
Dans un premier temps, nous verrons à l’occasion d’un bref rappel historique que la discipline « science de l’éducation » (au singulier) jouait déjà un rôle dans la formation des maîtres à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.
Dans une seconde partie, grâce à des enquêtes effectuées au niveau national et dans l’Académie de Toulouse, nous montrerons que de nombreux acteurs de l’enseignement [Professeurs des Ecoles (PE), directeurs des Instituts Universitaires de Formation des Maîtres (IUFM) et Inspecteurs de l’Education Nationale (IEN)], ont suivi une formation dans le champ des SE.

Quelques rappels historiques

  • 1  Disponible en annexe 1 dans la contribution de J. Beillerot (2002, pp. 207-210)

2Nombre d’écrits décrivent la genèse de la discipline « sciences de l’éducation » : par exemple la thèse de J. Gautherin (1991) ou l’ouvrage d’E. Plaisance et G. Vergnaud (1993) qui repèrent l’apparition première de l’expression « science de l’éducation » chez M.-A. Jullien, auteur de deux ouvrages (1812 et 1816) traitant des situations d’éducation et d’instruction publique dans différents pays d’Europe.
Si les SE constituent une discipline jeune, puisque apparue sous sa forme actuelle seulement le 2 février 1967 en France [70e section du Conseil National des Universités (CNU)] sous la forme d’un arrêté ministériel1, il existait entre 1883 et 1914 un enseignement de science de l’éducation (au singulier) dans les universités françaises (Develay, 2001). Cet enseignement dispensé par un certain nombre de professeurs désormais emblématiques au rang desquels on peut citer H. Marion (le premier) puis F. Buisson ou E. Durkheim, se proposait de légitimer et justifier l’existence de l’école laïque, obligatoire et gratuite mise en place par la 3e République et son ministre de l’instruction publique, J. Ferry, en 1881 et 1882. Il s’agissait aussi d’assurer la préparation professionnelle des maîtres de l’enseignement secondaire. Cette formation se réalisait en complément de la direction d’études que les étudiants, se destinant au professorat, recevaient de la faculté. L’intérêt porté à l’éducation scolaire, à l’Ecole en règle générale, et à l’école primaire tout particulièrement, est donc central dès les origines.
L’utilisation du pluriel et l’expression « sciences de l’éducation » sont apparues (très timidement) au début du XXe siècle. Par exemple, est créée en 1912 à Genève une Ecole des Sciences de l’Education, plus couramment appelée Institut Jean-Jacques Rousseau (Hofstetter & Schneuwly, 2001). Après une quasi rupture de plus de cinquante ans (1914-1967), un arrêté institue donc une licence de SE dans trois universités, Bordeaux, Caen et Paris avec la mise en œuvre de trois professeurs fondateurs, M. Debesse, J. Château et G. Mialaret. Les SE sont alors officiellement admises comme discipline universitaire. Les premiers enseignements concernent, là encore, les enjeux et le fonctionnement des systèmes éducatifs ainsi que l’étude des pratiques des acteurs et des institutions (Develay, 2001 : p. 7). Depuis, au cours de ces quatre dernières décennies, diverses positions, enseignements et objets de recherche se sont multipliés sur les questions éducatives au sens large. Le développement du concept de science (de l’éducation), d’abord au singulier, puis au pluriel, reflète des références poly, trans et interdisciplinaires mais aussi un changement progressif des objectifs dominants, tout d’abord prescriptifs puis progressivement descriptifs et si possible, compréhensifs et explicatifs.
Les SE constituent désormais, au sein de l’université et de l’enseignement supérieur, une discipline qui s’occupe spécifiquement de la formation et de la recherche en éducation et formation au sens large. Son offre d’enseignement, extrêmement diversifiée, est proposée par des départements à tous les niveaux de l’enseignement supérieur à partir de la troisième année de licence depuis 1967. Elle s’adresse aussi bien à des professionnels déjà en activité qu’à des étudiants souhaitant s’engager dans ce domaine. Les cursus de formation tiennent compte de l'intérêt des étudiants pour les métiers de l'éducation et de la formation, mais aussi de leur situation professionnelle : reconversion, formation continue en parallèle à une activité d'enseignant et/ou de formateur en mettant en place des emplois du temps adaptés ou en utilisant des congés formation par exemple… Ces cursus proposent la construction d'une culture théorique et heuristique, de compétences relatives à l’analyse des situations de terrain à partir de travaux personnels (mémoires, dossiers divers, thèses). Ce type de formation ouvre aussi bien aux métiers de l'éducation et de la formation (par exemple, nous le verrons, à l’enseignement du premier degré) qu'aux métiers de la recherche. Elle propose en outre des formations professionnalisantes dans la plupart des départements, (licence et masters professionnels). Les approches de recherche privilégiées dans cette section pour étudier les questions construites à partir des terrains de l'éducation et de la formation peuvent être à dominante mono-disciplinaires (sociologie, psychologie, économie, etc.) ou à dominante inter-disciplinaires (sociolinguistique, psychosociologie, etc.). Elles se situent plus généralement au carrefour de plusieurs disciplines dans la tentative d'élaboration d'une approche transdisciplinaire. Les problèmes soulevés et les questions de recherche dans la poursuite de quatre objectifs essentiels (Beillerot, 2002 : pp. 201-202) fondent sa cohérence :

  • former des étudiants à des dispositifs, des démarches pédagogiques
    répondre aux demandes sociales nombreuses et multiformes,
    contribuer aux recherches et aux pratiques relatives à l’évaluation et aux évaluations,
    assurer une fonction de capitalisation de savoirs en et sur l’éducation.

  • 2  STAPS : Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives

3On comptait, au tout début des années 2000, 400 postes d’enseignants-chercheurs (professeurs des universités et maîtres de conférences) dans la discipline (Peyronie, 2002). Ce nombre est aujourd’hui de 580 (Baron, 2007). Ces enseignants-chercheurs ne sont pas recrutés seulement dans le champ des SE. C’est une particularité de cette discipline très « hospitalière » selon H. Peyronie, puisque, par exemple, à la session de qualification aux fonctions de Maître de conférences de l’année 2000, seulement 34 % des qualifiés avaient une thèse repérable en SE, les 66 % restants provenaient des différentes didactiques, des STAPS2, de psychologie, de sociologie, d’économie, de linguistique ou d’autres disciplines de sciences humaines et sociales. Ces pourcentages restent d’actualité même si les SE « produisent » plus de thèses aujourd’hui, avec un flux d’une centaine par an (Baron, 2007).

Les sciences de l’éducation et la formation des acteurs de l’enseignement

Les professeurs des écoles

  • 3  CRPE externe, hors troisième concours et concours externe spécial langues régionales, titulaires d (...)

4La discipline est prépondérante dans la formation initiale et continue des maîtres, notamment dans celles des PE de l’enseignement du premier degré aujourd’hui.
Au niveau national (MENESR, 2006, p. 5), près de 13 % des admis au Concours de Recrutement des Professeurs des Ecoles (CRPE)3 détiennent un diplôme en SE. Ce pourcentage est le plus conséquent, comme le résume le tableau synoptique ci-après, qui classe par discipline universitaire les candidats admis au CRPE 2005 en France (MENESR, 2006 : p. 5) :
Tableau 1. Disciplines des diplômes des candidats au CRPE 2005

Rang

Disciplines

Présents

Admis

Part des

admis en

 %

Taux de réussite

(admis/présents)

Rang

Taux de

réussite

1

Sciences de l’éducation

6 631

1 253

12,9

18,9

16

2

STAPS

4 571

987

10,1

21,6

12

3

Licence pluridisciplinaire

2 319

858

8,8

37,0

1

4

Histoire

3 615

821

8,4

22,7

8

5

Discipline non précisée

3 981

762

7,8

19,1

15

6

Biologie / Géologie

2518

700

7,2

27,8

2

7

Anglais

2395

604

6,2

25,2

5

8

Sciences économiques

2397

366

3,8

15,3

23

9

Géographie

1807

315

3,2

17,4

19

10

Psychologie

1834

291

3,0

15,9

21

11

LEA

1055

238

2,4

22,6

9

12

Espagnol

1231

213

2,2

17,3

20

13

Mathématiques

973

209

2,1

21,5

13

14

Droit

983

201

2,1

20,4

14

15

Etude du langage

856

185

1,9

21,6

11

16

Discipline artistique

1075

188

1,9

17,5

18

17

    Sociologie

987

152

1,6

15,4

22

19

    Allemand

550

137

1,4

24,9

6

20

   Philosophie

438

117

1,2

26,7

3

21

      Chimie

439

112

1,2

25,5

4

22

  Sciences physiques

531

115

1,2

21,7

10

23

  Informatique

468

86

0,9

18,4

17

24

Autres langues étrangères

466

70

0,7

15,0

24

25

Langues régionales

42

2

0,0

4,8

25

Total

45 421

9 732

100,0

21,4

5
Si le pourcentage d’admis le plus élevé est représenté par les diplômés des SE, leur taux de réussite est comparativement relativement faible : au 16e rang, loin après les licences « pluridisciplinaires » qui obtiennent le premier rang et dont l’objet spécifique est la préparation au CRPE.
Plusieurs explications à ce phénomène. Les étudiants en SE choisissent parfois cette orientation par défaut, après avoir échoué dans leur parcours de licence initial. Par ailleurs, cette discipline ne possède pas de cursus de formation de début du premier cycle universitaire (L1 et L2) habilités au niveau national, ce qui a pour effet de détourner dans un premier temps les meilleurs étudiants de la filière. La discipline ne prépare pas directement aux épreuves écrites d’admissibilité du CRPE (mathématiques, français, biologie, géologie, sciences expérimentales et technologie, histoire et géographie) mais plus précisément aux épreuves orales d’admission, et notamment l’épreuve orale d’entretien.
Si l’on se réfère aux résultats du CRPE 2004 (MENESR, 2005), les SE occupaient cette année-là encore le premier rang en ce qui concerne la part d’admis (1 114 sur 10 330, soit 10,8 %) et le 18e rang concernant le taux de réussite (1 114 sur 6 669, soit 16,7 %). On note donc une progression concernant la place de la discipline dans la réussite du CRPE pour la part d’admis et le taux de réussite entre 2004 et 2005.

6D’un point de vue plus local, nous avons mené trois enquêtes spécifiques à l’Académie de Toulouse. Nous avons interrogé par questionnaires et entretiens trois responsables de l’IUFM Midi-Pyrénées, du Rectorat de Toulouse et de l’Inspection Académique de la Haute-Garonne.
Ces enquêtes concernent en premier lieu le CRPE 2003 et le nombre de PE2 (PE ayant été admis au concours et étant en formation initiale). Cette année-là (2003-2004), 456 PE étaient après concours en formation initiale dans les huit sites de l’IUFM Midi-Pyrénées. 28 PE ont suivi leur année de formation à Foix (Ariège), 245 à Toulouse (Haute-Garonne), 65 à Auch (Gers), 62 à Cahors (Lot), 27 à Tarbes (Hautes-Pyrénées) et 29 à Montauban (Tarn et Garonne). Parmi ces 456 PE stagiaires, 3 étaient dispensés de licence pour pouvoir passer le CRPE (mères de trois enfants), 30 avaient un master 2 (14 DEA, 9 DESS, 7 ingénieurs) et 1 était détenteur d’un doctorat. 422 possédaient soit une licence (L3) ou une maîtrise (master 1). Les SE représentent, là encore, la discipline d’origine majoritaire pour ces 422 PE stagiaires comme nous le précise le tableau infra :

Tableau 2.Disciplines des diplômes (L3 et M1) des lauréats au CRPE 2003 Académie de Toulouse

Rang

Disciplines

Nombre PE2

Part des admis en %

1

Sciences de l’éducation

70

16, 6

2

Biologie

45

10,7

3

Histoire et Géographie

39

9,2

4

Psychologie

34

8,0

5

Lettres classiques et modernes

29

6,9

6

Anglais

26

6,2

7

STAPS

26

6,2

8

Chimie- Physique

26

6,2

9

Mathématiques

21

5,0

10

Licence pluridisciplinaire

19

4,6

11

AES

11

2,6

12

Sociologie

9

2,1

13

Droit

9

2,1

14

Sciences du Langage

8

1,9

15

Economie

8

1,9

16

LEA

8

1,9

17

Mécanique

5

1,2

19

Allemand

3

0,7

20

Biochimie

3

0,7

21

Espagnol

3

0,7

22

Ethnologie

3

0,7

23

Sciences de la vie et de la terre

3

0,7

24

Sciences et technologie

2

0,5

25

Informatique

2

0,5

26

Education musicale

2

0,5

27

Génie des procédés

2

0,5

28

Arts du spectacle

1

0,2

29

Arts plastiques

1

0,2

30

Ingénierie documentaire

1

0,2

31

Italien

1

0,2

32

Licence professionnelle

1

0,2

33

Philosophie

1

0,2

Total

422

100,0

7Durant cette même année universitaire (2003-2004), l’IUFM Midi-Pyrénées a sélectionné 588 étudiants (PE1) en formation pré-concours. Ces stagiaires bénéficient d’enseignements les préparant à passer le CRPE l’année suivante (concours 2004). Parmi ces 588 étudiants, 2 étaient mères de trois enfants, 11 autres étaient dispensés de licence (3e concours), 93 avaient un master 2 (46 DEA, 22 DESS, 25 un diplôme d’ingénieur) et 5 détenaient un doctorat. 477 avaient donc soit une licence (L3) ou une maîtrise (master 1) réparties de la façon suivante :

Tableau 3. Disciplines des diplômes (L3 et M1) des stagiaires PE1 2003-2004 Académie de Toulouse

Rang

Disciplines

Nombre PE1

Part des étudiants en %

1

Sciences de l’éducation

68

14,3

2

Histoire Géographie

58

12,2

3

Biologie

57

12,0

4

Lettres classiques et modernes

43

9,0

5

Anglais

34

7,1

6

Psychologie

27

5,7

7

STAPS

26

5,5

8

Chimie Physique

21

4,4

9

Mathématiques

17

3,6

10

LEA

14

2,9

11

Sciences du langage

13

2,8

12

Economie

13

2,8

13

AES

11

2,3

14

Droit

11

2,3

15

Pluridisciplinaire

10

2,1

16

Mécanique

9

1,9

17

        Espagnol

8

1,7

19

        Allemand

6

1,3

20

       Arts plastiques

6

1,3

21

        Philosophie

5

1,0

22

Sciences de la vie et de la terre

5

1,0

23

        Sociologie

4

0,8

24

        Biochimie

3

0,6

25

        Informatique

3

0,6

26

         Italien

1

0,2

27

     Licence professionnelle   

1

0,2

28

     Science et technologie

1

0,2

29

          IEP

1

0,2

Total

477

100,0

8On remarque là encore une prédominance des SE dans les PE1 sélectionnés à l’IUFM Midi-Pyrénées.

Les directeurs d’IUFM

9Un autre élément au niveau national illustre l’importance prise par les SE dans la formation des maîtres. Sur les 31 IUFM français actuels, 10 sont actuellement dirigés par des professeurs des universités ou des maîtres de conférences faisant partie de la 70e section du CNU . Le tableau synoptique n° 4 ci-dessous réalisé à partir d’une enquête effectuée en 2007 auprès la Conférence des directeurs d’IUFM (CDIUFM) résume la situation.


Tableau 4. Appartenances CNU des directeurs IUFM 2007 (source CDIUFM)

Conseil National des Universités (CNU)

Nombre

Sciences de l’éducation

10

Physique

4

Mécanique-Electronique

2

Mathématiques

2

Sociologie

2

Psychologie

2

Lettres

2

Chimie

2

Géographie

2

Biologie

1

STAPS

1

Histoire

1

Total

31

Les inspecteurs de l’éducation nationale

  • 4  L’ESEN a pour mission principale de concevoir, d’animer et de mettre en œuvre la formation des cad (...)
  • 5  CRIEN : Concours de Recrutement des Inspecteurs de l’Education Nationale

10Nous avons réalisé dans un premier temps une rapide enquête sur la formation universitaire des 22 IEN premier degré travaillant dans le département de la Haute-Garonne en 2006-2007. Parmi ces inspecteurs, plus de 40 % (9 exactement) possèdent une formation en SE : 2 détiennent un doctorat, 3 un master, 3 une licence et 1 un début de licence non entièrement validée.
Ce pourcentage important nous a interpellés. Nous avons voulu le vérifier au niveau national en menant une étude auprès de l’Ecole Supérieure de l’Education Nationale (ESEN) de Poitiers4.
En 2004, 94 IEN premier degré ont été recrutés sur le territoire national pour suivre une formation à l’ESEN durant l’année scolaire 2004-2005. Le tableau suivant fait le bilan de leur formation universitaire d’origine lors de la passation du CRIEN5.

Tableau 5. Disciplines et diplômes des stagiaires IEN 1er degré 2004-2005 (source ESEN)

  • 6  Bac : baccalauréat (pas de diplôme universitaire)
  • 7  L2 : DEUG (Diplôme d'Etudes Universitaires Générales), DU (Diplôme universitaire), DUT (Diplôme Un (...)
  • 8  L3 : Licence ou Licence troisième année (L3)
  • 9  M1 : Maîtrise ou Master première année (Master 1)
  • 10  M2 : DEA (Diplôme d'Etudes Approfondies), DESS (Diplôme d'Etudes Supérieures Spécialisées) ou Mast (...)

Rang

Disciplines

Bac6

L27

L38

M19

M210

Doctorat

Total

Part des admis en %

1

Sciences de l’éducation

5

17

14

11

1

48

51,1

2

Sans diplôme universitaire (bac)

16

16

17,0

3

Histoire

1

2

2

5

5,3

4

Lettres modernes

3

1

4

4,5

5

Mathématiques

1

1

1

3

3,2

6

Philosophie

2

1

3

3,2

7

Droit

1

1

2

2,0

8

AES

1

1

2

2,0

9

Economie

2

2

2,0

10

Espagnol

1

1

2

2,0

11

Psychologie

1

1

1,1

12

Electronique

1

1

1,1

13

Sciences du Langage

1

1

1,1

14

Sociologie

1

1

1,1

15

FLE

1

1

1,1

16

Sciences de la vie et de la terre

1

1

1,1

17

Biologie

1

1

1,1

Total

16

9

27

22

19

1

94

100,0

11Le pourcentage élevé du département de la Haute-Garonne se retrouve au niveau national. En 2004-2005, plus de la moitié des inspecteurs du premier de degré recrutés en France avait bénéficié d’une formation universitaire en SE. Si on soustrait la même année les IEN stagiaires qui n’ont pas de parcours universitaire (soit 16 IEN sur 94), ce pourcentage monte à 61 %.

12L’année suivante, le recrutement du CRIEN a sélectionné 93 candidats. La répartition des SE occupe toujours la première place. Néanmoins ce pourcentage s’atténue par rapport à l’année précédente (40 % des IEN recrutés en 2005 ont une formation en SE).

Tableau 6. Disciplines et diplômes des stagiaires IEN 1er degré 2005-2006 (source ESEN)

Rang

Disciplines

Bac

L2

L3

M1

M2

Doctorat

Total

Part des admis en %

1

Sciences de l’éducation

2

14

8

11

2

37

40,0

2

Sans diplôme universitaire (bac)

10

10

10,7

4

Lettres modernes

3

2

2

7

7,2

3

Histoire et géographie

1

3

1

5

5,3

11

Psychologie

2

1

2

5

5,3

12

Langues et sciences humaines

1

1

1

1

4

4,3

16

STAPS

3

1

4

4,3

17

Biologie et SVT

2

1

3

3,2

13

FLE et sciences du langage

3

3

3,2

9

Information et documentation

2

2

2,2

7

Droit

1

1

2

2,2

10

Anglais

2

2

2,2

15

Allemand

2

2

2,2

14

Arts et sciences humaines

2

2

2,2

Economie

1

1

1,1

8

Mathématiques

1

1

1,1

Italien

1

1

1,1

6

Philosophie

1

1

1,1

Histoire de l’art

1

1

1,1

Total

10

3

35

21

20

4

93

100,0

13Sur les 83 IEN diplômés de l’université lors de la promotion 2005-2006, 45 % ont bénéficié d’une formation en SE, même constatation pour les 83 IEN stagiaires recrutés en 2006 :

Tableau 7. Disciplines et diplômes des stagiaires IEN 1er degré 2006-2007 (source ESEN)

Rang

Disciplines

Bac

L2

L3

M1

M2

Doctorat

Total

Part des admis en %

1

Sciences de l’éducation

5

12

8

4

29

34,9

2

Sans diplôme universitaire (bac)

20

20

24,1

4

Lettres classiques et modernes

3

2

1

6

7,3

9

Economie

1

1

2

4

4,9

Sciences Physiques

3

3

3,6

11

Psychologie

1

1

1

3

3,6

10

Allemand

3

3

3,6

16

SVT

1

1

2

2,4

3

Histoire et Géographie

1

1

2

2,4

13

Sciences du Langage

1

1

2

2,4

14

Sociologie

1

1

1,2

EPS

1

1

1,2

7

Droit

1

1

1,2

8

STAPS

1

1

1,2

12

Espagnol

1

1

1,2

17

Arts plastiques

1

1

1,2

5

Mathématiques

1

1

1,2

6

Philosophie

1

1

1,2

Secrétariat

1

1

1,2

Total

20

10

20

18

12

3

83

100,0

Part des admis en %

24,1

12,0

24,1

21,7

14,5

3,6

100,0

100,0

14L’ensemble de ces éléments manifeste l’importance évidente des SE dans la culture de la formation des maîtres en règle générale, dans l’enseignement du premier degré en France tout particulièrement, importance illustrée par le cas de l’Académie de Toulouse. On note ici une évolution sensible par rapport à l’état des lieux dressé par H. Peyronie (2002 : p. 194) il y a quelques années :

“Pour beaucoup d’étudiants qui s’inscrivent en licence et en maîtrise de sciences de l’éducation, depuis l’instauration du recrutement des futurs instituteurs – devenus alors « professeurs des écoles »- au niveau de la licence, la profession d’enseignant de référence, est devenue celle de professeur des écoles. Mais les instances de décision des IUFM ne considèrent pas, quant à elles, les sciences de l’éducation comme une discipline universitaire de référence pour le recrutement des futurs professeurs des écoles : pour ces instances, les disciplines de référence sont les disciplines enseignées à l’école primaire. Dans le monde scolaire primaire, les didactiques des disciplines ont acquis une légitimité moins contestée que les sciences de l’éducation”

15H. Peyronie poursuit en traitant du collège et du lycée :

“ Dans le monde de l’enseignement secondaire français la discipline des sciences de l’éducation est totalement rejetée par les corps d’inspection ainsi que par la plus grande partie des corps de formation initiale (…). ”

  • 11  ZEP : Zone d’Education Prioritaire

16Mais les représentations évoluent sensiblement. Nous avons par exemple, été sollicité en tant qu’enseignant-chercheur en SE, à de nombreuses reprises lors de ces trois dernières années, pour donner des conférences dans des regroupements de nouveaux titulaires de l’enseignement secondaire de l’Académie de Toulouse, pour participer et animer des recherches-actions-formations dans des collèges classés ZEP11 ou « ambition réussite ». Ces sollicitations émanent des corps d’inspection, Inspecteurs d’Académie Directeurs des Services Départementaux de l'Education Nationale (IA DSDEN), Inspecteurs Pédagogiques Régionaux Inspecteurs d’Académie (IPR IA) ou du Recteur d’Académie. Des propositions de travail semblables sont faites à d’autres collègues SE.

Pour conclure

  • 12  Pour plus d’informations, voir le site de l’Association des Enseignants et Chercheurs en Sciences (...)
  • 13  CLAE : Centre de Loisirs Associés à l’Ecole.

17La légitimité d’une discipline des SE est parfois contestée. Ses détracteurs la considèrent comme un agglomérat de regards, voire un capharnaüm où le rassemblement des études portées sur l’enseignement et l’apprentissage n’est qu’artifice, une discipline qui de par son manque d’unité, d’objets et de concepts spécifiques serait discutable.
L’exemple de la formation des maîtres et des acteurs de l’enseignement du premier degré aujourd’hui, nous montre que les SE sont professionnalisantes. L’approche pluridisciplinaire, transdisciplinaire et interdisciplinaire, triptyque servant de socle aux SE dans vingt-deux universités françaises12 (soit un quart à peu près de l’ensemble des universités) démontre non seulement l’utilité mais aussi la nécessité de liens complémentaires avec les formations universitaires mono disciplinaires dans la professionnalisation des enseignants. D’autres exemples pris dans le champ de la santé (formation des cadres infirmiers), du travail social (formation des éducateurs spécialisés), de l’animation (formation des directeurs de CLAE13) et de la formation d’adultes (formation de formateurs) montreraient la crédibilité des SE dans d’autres domaines de la préparation à l’emploi ou de la formation continue.

Haut de page

Bibliographie

Baron, G.-L. (2007). Blog professionnel : http://blogs.univ-paris5.fr/glbaron/weblog/3986.html
Beillerot, J. (2002). Droits et devoirs d’une discipline, ou l’histoire d’une institution sans institution. In Marcel, J.-F. (éd.). Les Sciences de l’éducation. Des recherches, une discipline. (pp. 197- 211). Paris : L’Harmattan.
Develay, M. (2001). Propos sur les sciences de l’éducation. Issy-les-Moulineaux : E.S.F..
Gautherin, J. (1991). La fondation d’une discipline universitaire : la science de l’éducation, 1880-1914 (essai d’histoire sociale), thèse de doctorat, Paris : université René-Descartes.
Hofstetter, R. & Scheuwly, B. (Eds) (2001). Le pari des sciences de l’éducation. Bruxelles : De Boeck.
Ministère Education Nationale Enseignement Supérieur Recherche (MENESR), 2006, Note d’information n° 06.20. Paris : DEPP. 
Ministère Education Nationale Enseignement Supérieur Recherche (MENESR), 2005, Note d’information n° 05.17. Paris : DEPP. 
Peyronie, H. (2002). Les sciences de l’éducation, une discipline ? Logique institutionnelle et logique épistémologique : une relation dialectique In Marcel, J.-F. (éd.). Les Sciences de l’éducation. Des recherches, une discipline. (pp. 177-196). Paris : L’Harmattan
Plaisance, E. & Vergnaud, G. (1993). Les sciences de l’éducation. Paris : Editions La Découverte.

Haut de page

Notes

1  Disponible en annexe 1 dans la contribution de J. Beillerot (2002, pp. 207-210)

2  STAPS : Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives

3  CRPE externe, hors troisième concours et concours externe spécial langues régionales, titulaires d’une licence (L3) ou d’une maîtrise (Master 1).

4  L’ESEN a pour mission principale de concevoir, d’animer et de mettre en œuvre la formation des cadres administratifs et pédagogiques de l’éducation nationale : chefs d’établissement publics locaux d’enseignement (EPLE : collèges et lycées), inspecteurs du premier et du second degrés et conseillers d’administration scolaire et universitaire (CASU) pour l’essentiel.

5  CRIEN : Concours de Recrutement des Inspecteurs de l’Education Nationale

6  Bac : baccalauréat (pas de diplôme universitaire)

7  L2 : DEUG (Diplôme d'Etudes Universitaires Générales), DU (Diplôme universitaire), DUT (Diplôme Universitaire de Technologie), DEUST (Diplôme d'Etudes Universitaires Scientifiques et Techniques) ou BTS (Brevet de Technicien Supérieur)

8  L3 : Licence ou Licence troisième année (L3)

9  M1 : Maîtrise ou Master première année (Master 1)

10  M2 : DEA (Diplôme d'Etudes Approfondies), DESS (Diplôme d'Etudes Supérieures Spécialisées) ou Master deuxième année (Master 2)

11  ZEP : Zone d’Education Prioritaire

12  Pour plus d’informations, voir le site de l’Association des Enseignants et Chercheurs en Sciences de l'Education (AECSE) : http://www.aecse.net/cgi-bin/prog/index.cgi?langue=fr&Mcenter=static&TypeListe=france_department.html&

13  CLAE : Centre de Loisirs Associés à l’Ecole.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Recherches & Educations, 1, 2008, p. 73-88

Référence électronique

Laurent Talbot, « Les sciences de l’éducation et la formation des acteurs de l’enseignement du premier degré : utilité et visibilité sociale d’une discipline », Recherches & éducations [En ligne], 1 | 2e semestre 2008, mis en ligne le 18 février 2011, consulté le 16 août 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/442

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org