Navigation – Plan du site

L’Education Comparée, pour faire connaissance.

Georges Meuris

Texte intégral

1De nombreuses études comparatives en matière d’éducation ont été réalisées par des organismes internationaux parmi lesquels : l’U.N.E.S.C.O., le Bureau International de l’Education, l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques, la Banque mondiale, le Conseil de l’Europe, le Programme des Nations Unies pour le Développement…

2Toutefois les études comparatives ne sont pas que le fait d’organisations internationales. En effet de nombreux chercheurs, la plupart regroupés au sein d’associations scientifiques, étudient et comparent les systèmes pédagogiques en vigueur au niveau mondial ou à celui des Etats et des cultures ainsi que les nombreux problèmes qui se posent et les réponses apportées.

3Mais comparer dans le champ de l’éducation n’est pas nécessairement travaillé selon les objectifs et les méthodes propres de l’éducation comparée, discipline spécifique au sein des sciences de l’éducation.

Education comparée, son champ de travail

4Aucune définition précise ne semble s’imposer universellement, quoique bon nombre d’auteurs aient proposé des énoncés susceptibles de répondre aux exigences du monde scientifique. Retenons-en quelques uns.

« Application des techniques de comparaison à l’étude des aspects des problèmes éducatifs ».(Rossello, 1959,21)
« L’étude des faits éducatifs et des relations qui les unissent à leur environnement politique, économique, social et culturel ».(Lé Thànk Klôi, 1981,43)
« La composante pluridisciplinaire des sciences de l’éducation ; qui étudie des phénomènes et des faits éducatifs ; dans leurs relations avec le contexte social, politique, économique, culturel, etc. ; en comparant leurs similitudes et leurs différences dans deux ou plusieurs régions, pays, continents, ou au niveau mondial ; afin de mieux comprendre le caractère unique de chaque phénomène dans son propre système éducatif et de trouver des généralisations valables ou souhaitables ; dans le but final d’améliorer l’éducation ». (Van daele, 1993, 16-17)
« L’éducation comparée étudie des réalités pédagogiques différentes non pas seulement à des fins heuristiques, mais aussi dans le souci d’améliorer une situation éducative en s’inspirant des réalisations qui sont menées ailleurs. Elle est donc pragmatique. Lorsqu’elle rapproche des situations, des problématiques ou des systèmes éducatifs, elle met l’accent sur les similitudes et les différences ; elle les explique en se référant au contexte politique, historique, économique, social ; elle retient ce qui peut être transférable dans un autre contexte avec les aménagements qui s’imposent en fonction des spécificités locales ». ( Groux, Perez al. 2003,19)

5Dans ses démarches, l’éducation comparée se préoccupe d’abord de rassembler et de classer toutes les informations concernant les systèmes scolaires, les écoles, l’administration et les finances, les enseignants et les élèves, les programmes et les méthodes d’enseignement, les dispositions légales… sans oublier les choix politiques et les options philosophiques explicites ou implicites.. Ensuite, l’éducation comparée essaie d’expliquer pourquoi les choses sont ce qu’elles sont, en analysant les données rassemblées à la lumière de l’évolution historique des différents systèmes ou en montrant quelle a été l’influence des phénomènes sociaux, économiques, technologiques, religieux et philosophiques ainsi que des préjugés raciaux et nationaux.

6L’éducation comparée fait largement appel à des compétences très diverses qui n’appartiennent pas aux seuls spécialistes des sciences de l’éducation. L’histoire de l’éducation et l’éducation comparée peuvent entretenir des liens très étroits sans toutefois se confondre.

Origine et évolution de la discipline

7C’est en 1817, que l’expression « éducation comparée » apparaît pour la première fois. On la trouve dans le titre d’une œuvre de Marc-Antoine Jullien de Paris ( 1775-1848) :
Esquisse et vues préliminaires d’un ouvrage sur l’éducation comparée. (Jullien, 1817)
L’auteur proposait de créer une commission destinée à rassembler toutes les informations au sujet de l’éducation et de l’enseignement en provenance de tous les pays, de comparer les données recueillies et de diffuser les résultats des travaux. Cet appel de Jullien ne paraît guère avoir retenu l’attention de ses contemporains. Il fallut qu’en 1885, celui qui allait devenir le pionnier hongrois de la collaboration internationale en éducation, Franz Kemeni, découvre l’œuvre de Jullien dans une boîte de bouquiniste des quais de la Seine pour que l’Esquisse… puisse accéder à la notoriété. Plus tard, Kemeni fit don du précieux livre au Bureau International de l’Education à Genève. Là, l’ouvrage attira l’attention et devint la source de plusieurs publications qui, au XXè siècle, ressuscitèrent les efforts de Marc-Antoine Jullien et favorisèrent la création et le développement d’une nouvelle discipline : l’éducation comparée. ( Meuris,1992)

8Plusieurs périodes se sont succédées dans l’évolution de l’éducation comparée.Jusqu’au milieu du XXè siècle, celle-ci est demeurée le champ d’étude et de publication d’un nombre assez restreint de spécialistes travaillant dans les universités, spécialement en Europe occidentale et en Amérique du Nord. C’est au début de ce siècle que l’éducation comparée commence à faire l’objet d’un enseignement systématique dans les universités.

9Parmi les comparatistes réputés de cette période de théorisation, nous mettons en évidence trois figures majeures qui font apparaître les démarches de la discipline en développement.

10Isaac L. Kandel pour qui c’est à travers l’histoire d’un peuple qu’on peut découvrir les particularités nationales qui influencent l’éducation à travers un jeu de forces politiques, sociales et culturelles ( Kandel, 1955). Friedrich Schneider selon qui dix facteurs sont à prendre en considération pour expliquer les données recueillies dans les comparaisons pédagogiques : caractère national, espace géographique, culture, science et philosophie, stratification sociale et politique, économie, religion, histoire, influences étrangères, influences internes à l’évolution pédagogique (Schneider, 1961). Enfin Franz Hilker qui distingue quatre échelons dans la démarche : description des phénomènes ; interprétation en référence à des facteurs explicatifs ; juxtaposition ou rapprochement dans des tableaux de manière à mettre en évidence les similitudes, les différences, les variations ; comparaison conclusive dégageant les éléments généralisables susceptibles de conduire à une évaluation et à des décisions. ( Hilker, 1962).

11Ce n’est qu’à partir des années 50 qu’après un certain « piétinement dans des descriptions formelles au détriment de l’analyse du fonctionnement réel dans des observations subjectives et dans le recours à des notions vagues » (Lé Thànk Khôi, 1981,11), que dans le contexte des événements démographiques, politico-économiques et socioculturels qui ont transformé les sociétés au niveau national et international, et que bénéficiant des progrès méthodologiques et techniques de la statistique, de l’analyse sociologique et historique, de la transmission des informations, l’éducation comparée connaîtra des développements qui la font considérer à présent comme une discipline majeure.

12L’interdépendance qui caractérise aujourd’hui les relations entre les peuples et les Etats, l’internationalisation et la mondialisation des problèmes, le rôle prépondérant que jouent les grandes organisations internationales et leur influence dans tout ce qui constitue la vie politique, économique, sociale et culturelle, ont récemment donné un nouvel élan à l’éducation comparée.

13En plein essor, elle a vu naître en son sein plusieurs sociétés scientifiques de grand renom comme par exemple : la Comparative and International Education Society fondée en 1956 et la Société d’Education Comparée en Europe qui vit le jour en 1961. Des associations existent également au niveau national, ainsi en Grande-Bretagne, Allemagne, Italie, Israël, Canada, Australie, Chine, Brésil…. Une Association Francophone d’Education Comparée a été fondé en 1973. elle groupe des personnes de toutes nationalités dont les travaux s’expriment en langue française. Un Conseil Mondial des Sociétés d’Education Comparée a été institué. Des groupements actifs de comparatistes existent aussi en Afrique, en Asie et en Amérique Centrale et du Sud, ce qui permet de dire qu’il existe un réseau de recherche et d’enseignement institutionnalisé au niveau mondial. Ces diverses sociétés d’éducation comparée organisent des congrès et publient des revues spécialisées.

Apports majeurs dans le contexte actuel

14L’apport de l’éducation comparée est à la fois informatif et pratique.

15Dans un premier temps, elle permet une approche cognitive des grandes questions qui relèvent de l’éducation et aboutit à la connaissance des causes. Elle ouvre ensuite la voie aux propositions capables de répondre à ces questions.

16Grâce aux nombreuses données quantitatives et qualitatives en possession et suite à des analyses scientifiques et à leurs interprétations, l’éducation comparée aboutit à de meilleures compréhensions des problèmes, ce qui l’autorise à proposer des politiques et des stratégies concrètes en vue de valoriser l’éducation à l’échelle locale, internationale ou mondiale. Dans cette perspective, on ne peut pas opposer la recherche conceptuelle et la contribution au débat politique ou à l’aide à la décision. Sans oublier la dimension éthique : « accroître l’équité des systèmes éducatifs, favoriser l’adhésion à des valeurs fondamentales communes et le respect de la diversité culturelle, promouvoir l’esprit de tolérance et une meilleure compréhension entre les peuples » ( Laderrière, Vaniscotte, 2003,104)

17Ces dernières décennies, le domaine de l’éducation comparée s’est élargi et complexifié, conférant à cette discipline une importance toute particulière qui n’échappe pas aux décideurs politiques.

Approches quantitative et qualitative

18Dans la manière dont les sciences humaines – parmi lesquelles l’éducation comparée – abordent les phénomènes qu’elles tentent d’expliquer, le courant empirique se base sur l’observation et suppose un travail de confrontation rigoureux à partir de données observables. Cette approche est elle-même marquée par deux grandes voies méthodologiques : la voie quantitative et la voie qualitative. La première s’applique sur des grands nombres de cas et fait usage d’outils mathématiques et statistiques. Elle s’efforce de récolter de vastes séries de mesures relatives aux phénomènes étudiés et de dégager des hypothèses causales généralisables à d’autres situations.

19La seconde vise à la compréhension exhaustive d’un nombre restreint de cas, chaque paramètre constitutif étant étudié dans tous ses détails, la spécificité de chacun des cas étant mise en évidence. Trop souvent  ces deux voies ont été opposées l’une à l’autre. La première a été utilisée surabondamment dans les grandes recherches entreprises par les organisations internationales et dans le cadre des enquêtes comparatives. Actuellement, l’intérêt pour les études qualitatives va grandissant en éducation comparée. Des rapprochements méthodologiques entre les deux voies ont montré leur fécondité. L’analyse quali-quantitative comparée constitue une proposition intéressante dans le débat méthodologique. (De Meur et Rihoux, 2002).

20En ce qui regarde les méthodes quantitatives principalement et l’utilisation de leurs techniques, il faut retenir qu’elles n’ont de vraie signification qu’en fonction des échantillons et de leur représentativité, des pratiques de repérage, des indicateurs retenus, des contextes socioculturels… Quant aux généralisations des résultats obtenus au terme des recherches et à leurs transferts et applications dans des milieux différents, les effets de contextualisation doivent inciter à une grande circonspection.

Une culture de la comparaison

21En éducation comparée, comme dans les autres disciplines scientifiques, il convient d’introduire une distinction entre ce qui relève de l’explication et ce qui caractérise la compréhension.

22Si l’explication se contente d’établir des liens de causalité, l’objet expliqué étant vu comme l’effet d’une ou de plusieurs causes ; la compréhension en outre intègre l’étude du sens de l’action, l’objet compris s’appréhende alors par la ou les intentions dont il résulte. C’est là adopter une approche herméneutique. C’est-à-dire, en éducation comparée, rechercher la compréhension des faits expliqués par leur interprétation en référence aux intentions qui les ont inspirés. Il s’agira de comprendre de l’intérieur les différences ou les similitudes constatées : par exemple, entre deux systèmes d’éducation, deux ou plusieurs modèles méthodologiques ou d’organisation d’enseignement, diverses attitudes constatées chez les éducateurs, les élèves ou les parents de ceux-ci…

23Dans cette perspective, on dépasse une éducation comparée qui n’envisage que le recueil d’informations, pour les juxtaposer ensuite et les mettre en comparaison en vue de déceler les similitudes et les différences et au terme des démarches successives, trouver les pistes qui vont conduire aux décisions susceptibles d’améliorer la qualité de l’éducation.

24Au-delà des premières dimensions : celles de l’information en provenance du dehors et des comparaisons qui en découlent, ce qui n’est pas sans réel intérêt, l’explication et davantage encore la compréhension de la face interne des phénomènes observés sont capables de générer une culture de la comparaison. Cette manière de considérer la recherche et l’enseignement de l’éducation comparée est promesse d’ouverture des mentalités, d’accueil dans le respect réciproque à l’heure où l’inter- culturalité s’affirme dans nos sociétés et nos écoles.

25Ainsi l’éducation comparée revendique-t-elle bien plus qu’une dimension utilitaire qui considère les autres systèmes éducatifs comme des modèles empruntables dans le but de valoriser le sien. Elle a aussi pour vocation d’approcher, pour mieux les comprendre, les valeurs éducatives promues par d’autres systèmes et d’aboutir à la rencontre des individus accueillis dans leurs caractéristiques propres. A la fois chemin de connaissance et de compréhension,  ouverture à l’altérité dans le respect mutuel, l’éducation comparée peut dispenser une culture de la comparaison vraiment humaniste.

Haut de page

Bibliographie

De Meur G. Rihoux B., L’analyse quali-quantitative comparée, Louvain-la-Neuve, Bruylant-Academia, 2002

Groux D. Porcher L., L’éducation comparée, Paris, Nathan, 1997

Groux D. Perez S ; al., Dictionnaire d’éducation comparée, Paris, L’Harmattan, 2002

Hilker F., Vergleichende Pädagogik, Munchen, 1962

Jullien-de-Paris M.A., Esquisse et vues préliminaires d’un ouvrage sur l’éducation comparée, Paris, Colas, 1817

Kandel I., Comparative Education, Boston, 1933

Laderrière P. Vaniscotte F., L’éducation comparée : un outil pour l’Europe, Paris, Epice, L’Harmattan, 2003

Lé Thànk Khöi, L’éducation comparée, Paris, Colin, 1981

Meuris G., « L’esquisse et vues préliminaires d’un ouvrage sur l’éducation comparée (1817) de Marc-Antoine Jullien-de-Paris. Acte de naissance de la pédagogie comparée. Biographie de l’auteur.Extraits de l’œuvre », Etudes d’histoire de la pédagogie et de pédagogie comparée, 8, Louvain-la-Neuve, 1992

Rossello P., « L’éducation comparée au service de la planification », Cahiers de pédagogie expérimentale et de psychologie de l’enfant, 17, Neuchâtel, 1959

Schneider F., Vergleichende Erziehungeswissenschaft, Heidelberg, 1961

Van daele H., L’éducation comparée, Paris, P.U.F., 1993

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Meuris, « L’Education Comparée, pour faire connaissance. », Recherches & éducations [En ligne], Comparer, mis en ligne le 15 octobre 2008, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/45

Haut de page

Auteur

Georges Meuris

Professeur émérite. Université Catholique de Louvain(Belgique) Ancien titulaire du cours d’éducation comparée. Membre de l'Association Francophone d'Education Comparée; De la Société d'Education Comparée en Europe, de la Comparative and International Education Society, Invité du Conseil Mondial d'éducation comparée

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org