Navigation – Plan du site
Dossier

La presse éducative, un outil d’éducation à la citoyenneté au masculin

Sylvie Cromer, Carole Brugeilles et Isabelle Cromer

Résumés

Bien que la presse éducative se soit imposée en France comme outil d’apprentissage et de citoyenneté, elle reste mal connue du point de vue des valeurs transmises. En s’intéressant aux personnages des documentaires et des jeux de cinq magazines jeunesse de Bayard et Milan, sont dévoilées les représentations du masculin et du féminin, contribuant à l’élaboration des identités sexuées et à la transmission des normes et valeurs en matière d’égalité entre les sexes. En effet, ces rubriques projettent une réalité réaliste, composée d’une société de personnages humains particulièrement nombreux. Pour autant, la diversité n’est pas de mise : le blanc est uniformément la couleur dominante et un personnage masculin, enfant ou adulte, devance toujours largement les femmes et les filles. Prenant appui sur le déséquilibre numérique en faveur du masculin, se construit une asymétrie dans les rôles masculins et féminins, qui se renforce avec l’avancée en âge du personnage. A cet égard, la scène symbolique du monde du travail, fortement présente, est significative : les femmes y sont minoritaires et marginalisées dans des métiers traditionnels. Quelles que soient les lignes de fracture éditoriales, la presse interroge en filigrane le sexe de la citoyenneté dans notre société

Haut de page

Texte intégral

Ambition et succès de la presse jeunesse

1En France, la presse jeunesse dédiée à un lectorat de 6 mois à 18 ans prospère : 150 titres environ diffusés, une production annuelle entre 120 et 130 millions d’exemplaires, une ambition affichée d’intégrer aux projets d’ordre moral et pédagogique un aspect ludique et distractif, 90 % des enfants et des adolescent‑es lecteurs et lectrices, ce qui en fait un phénomène quasi unique en Europe et dans le monde1. De fait, le magazine jeunesse à la croisée de la sphère des loisirs et de l’école s’est imposé comme outil d’apprentissage et de citoyenneté (Vuaroqueaux, s.d.), rôle revendiqué par le syndicat de la Presse des jeunes2. Dans les familles, ce support relationnel entre adultes et enfants est censé apaiser l’angoisse parentale, tant en matière de réussite scolaire, voire professionnelle, que d’épanouissement des enfants (Bruno, 2006, 2005). Quant à l’Ecole, la prise de conscience des médias comme agent socialisateur, a conduit à intégrer l’éducation aux médias, “ savoir du XXIème siècle” (Clemi, 2007 : p.6), aux programmes scolaires dès la maternelle (Becchetti-Bizot, Brunet, 2007). En effet, dans les images et les textes, circulent des représentations, cette “ forme de connaissance socialement élaborée et partagée, ayant une visée pratique et concourant à la construction d’une réalité commune à un ensemble social ” (Jodelet, 1989 : p.53). Celles-ci se constituant en système de valeurs « donnent à voir » une mise en ordre de la réalité, visant non seulement à expliciter, mais aussi à légitimer l’ordre social.

  • 3  Cf. la Convention interministérielle pour l’égalité dans les systèmes éducatifs(http://media.educa (...)
  • 4  La question n’est pas neuve et a été posée notamment par Simone de Beauvoir dès 1949, Elena Gianin (...)

2Pourtant la presse jeunesse, en particulier la presse éducative pour les plus jeunes, celle qui prétend “ jouer un rôle actif dans l’évolution psychologique et intellectuelle, l’éveil, la découverte des autres et de l’environnement, l’acquisition de connaissances” (Charon, 2002 : p. 36) reste relativement mal connue du point de vue des valeurs transmises et notamment de la valeur « égalité des sexes », dont l’école par ailleurs doit assurer la diffusion 3. Aussi a‑t‑il semblé pertinent, dans la continuité des travaux sur la littérature de jeunesse et les manuels scolaires, d’interroger4 la presse, à la fois fabrique privilégiée des représentations du masculin et du féminin (Brugeilles et al., 2002, 2006 ; Dafflon Novelle, 2002a, b ; Détrez, 2006), et vecteur de ces dites représentations contribuant à la construction des identités sexuées (Pasquier, 2002) aux effets importants du fait qu’elles précèdent ou accompagnent l’expérience et le vécu des enfants (Chombart de Lauwe et Feurhahn, 1989 ; Dizier et al., s.d.). Les différentes recherches prenant en compte textes et images concluent, outre à une sur-représentation importante de personnages masculins, à une hiérarchisation entre les sexes, notamment par les rôles, les activités, les interactions affectés à chacun des sexes, conduisant à une essentialisation et une naturalisation de ce qu’est la féminité et la masculinité, contraignante pour les filles comme pour les garçons.

  • 5  Etude menée pour la CNAF (Caisse nationale des allocations familiales), cf. Rapports Cromer et al. (...)
  • 6  Ainsi la revue Pomme d’Api de Bayard est lue par autant de garçons que de filles (Lallouet, 2006).
  • 7  Malgré une différence d’accès entre les catégories socio-professionnelles, avec un écart maximum d (...)
  • 8  Les publicités représentent 7 % des pages du corpus, soit 1172 pages sur les 17 036 pages dépouill (...)

3Ont été scrutées5 les revues éducatives dites d’éveil des quatre principaux éditeurs en France pour les 0-7 ans, qui touchent deux âges de lectorat les 0-3 et les 4-7 ans, autant les filles que les garçons6, du fait de leur dépendance vis‑à‑vis des adultes pour l’accès matériel et intellectuel au magazine, et presque toutes les classes sociales7 (voir encadrés corpus et méthode). Ces revues généralistes, aux rédactions féminisées, comportent plusieurs types de rubriques, pour l’essentiel des séries, des histoires, des documentaires et des jeux, mais aussi des publicités8. Dans cet article, un double choix est opéré : sont retenus les deux éditeurs français Bayard et Milan, qui, au bout de 25 ans d’âpre compétition tant commerciale qu’idéologique, constituent depuis 2004, après le rachat du second par le premier, le premier groupe jeunesse français (27 % du marché) devant Disney (25 %) ; au sein de leurs cinq magazines généralistes, sont explorées les rubriques « documentaires » et « jeux » (tableau 1). Celles‑ci forment un pôle majeur, contrebalançant celui de la fiction (composé de séries, d’histoires ponctuelles et de textes poétiques) à la fois par son importance numérique, 30 % des pages des revues Bayard et 34 % chez Milan (le nombre d’unités et de pages croissant avec l’âge du lectorat allant jusqu’à 14 pages dans Toboggan de Milan), et son apport éducatif spécifique. Jeux et documentaires, malgré les multiples créateurs, n’échappent pas à la féminisation, même s’il est difficile de la quantifier en l’absence trop souvent d’informations : les équipes de conception et d’illustration identifiées sont majoritairement féminines, dans une moindre mesure mixtes surtout pour les plus grands, les équipes masculines étant rares.

Tableau 1. Corpus des revues éducatives généralistes d’éveil pour les enfants jusqu’à 7 ans

Editeurs

Titres

Age du lectorat

Périodicité / Format

Rédaction en chef

Tirage / OJD

Nombre de lecteurs

Taux pénétration

BAYARD

Popi

1-3 ans

Mensuel

12 n° /an

24 p.

Marie-Agnès Gaudrat

puis Murielle Szac

81 290

726 560

16

Pomme d’Api

3-7 ans

Mensuel

12 n° /an

36 à 50 p.

Marie-Agnès Gaudrat

puis Marie Aubinais

puis Sophie Coucharrière

129 247

803 757

17,7

FLEURUS

Papoum

6 mois-2 ans

Bimestriel

6 n° /an

16 à 24 p.

Pascal Teulade

N.R.*

417 572

9,2

Abricot

2-5 ans

Mensuel

11 n° /an

36 p.

Pascal Teulade

84 262

504 000

17,2

MILAN

Picoti

9 mois-3 ans

Mensuel

12 n° /an

24 p.

Jeanne Faivelic

48 794

512 766

12,6

Toupie

3‑5 ans

Mensuel

12 n° /an

32 à 36 p.

Jeanne Faivelic

72 866

367 821

8,1

Toboggan

5-7 ans

Mensuel

12 n° /an

48 p

Claire Kowalski

76 551

563 084

12,4

DISNEY

Bambi

18 mois-4 ans

Mensuel

12 n° /an

32 p

Lisette Morival

51 763

530 000

11,7

Winnie

3-7 ans

Mensuel

12 n° / an

32 à 48 p.

Lisette Morival

115 899

853 708

18,8

  • 9  Chiffres OJD 2005-2006 (http://www.ojd.com). L’OJD, association pour le contrôle de la diffusion d (...)
  • 10  Selon Consojunior 2006, étude media marché menée auprès de la cible des 2-19 ans tous les deux ans (...)
  • 11  Selon Consojunior 2006 (voir note précédente). Le taux de pénétration du marché désigne la couvert (...)

Tirage / OJD9 ; Nombre de lecteurs10 ; Taux pénétration11
* N. R. : non renseigné
En gras : les revues étudiées dans le cadre de cet article

Source : Étude sur les magazines Enfants

 « Jeux » et « documentaires », des rubriques amarrées au réel à forte visée éducative

  • 12  Dans le supplément Parents de septembre 2001, il est le seul à être présenté : avec des “ pouvoirs (...)

4A quoi servent ces rubriques dans une revue pour enfant ? Elles poursuivent, par la participation requise et l’activation d’autres champs de compétences (l’attention, le raisonnement…), les visées éducatives entreprises par la fiction, à savoir, grâce aux images de la réalité que la photographie rend plus réaliste, décrypter et comprendre le monde, et surtout y prendre toute sa place, investissement favorisé par le recours, comme dans les séries, aux personnages qui fidélisent lecteurs et lectrices. On relève des « configurations » variées : des héros seuls, tels la rousse Mirette dans les jeux de Toboggan ou le Petit Tom blond dans les documentaires de Pomme d’Api ; des duos, masculins ou mixtes (jamais féminins !) : Ronron et Patapon, chat et souris mâles en casquette auxquelles succèdent la rousse Prunelle à lunettes et Cachou (jeux de Toupie) ; la brune fillette Zig avec des couettes et en salopette et surtout le chien Zag coiffé d’un entonnoir, le véritable moteur de l’exploration scientifique12 (Pomme d’Api) ; la famille biparentale Oukilé avec un garçon et une fille chez Bayard ; enfin le collectif d’animaux, « Les P’tits philosophes » (deux féminins, une grenouille et une lapine, et trois masculins, un oiseau, un ver, un renard) dans le documentaire de Pomme d’Api.

Transmission de connaissances… et de comportements distinctifs

5Le « documentaire » a pour fonction de transmettre des connaissances. D’abord linguistiques par des imagiers pour les plus petits (48 % et 58 % des documentaires de Popi et Picoti) ; ensuite scientifiques sur la nature et les animaux pour le second âge (45 % dans Toupie, 55 % dans Toboggan, 66 % dans Pomme d’Api), et en seconde place non négligeable pour les petits (Popi 26 % et Picoti 37 %). Milan, dès Toupie (3 %) et surtout avec Toboggan (29 %), diversifie les connaissances inculquées : artistiques, historiques, géographiques.

6Il est moins connu que le documentaire vise la transmission de normes, de comportements et de valeurs (l’hygiène, la politesse, le partage…), apanage de Bayard avec un quart des documentaires de Popi et un cinquième dans Pomme d’Api consacrés à la socialisation. Ainsi « Les P’tits philosophes » conduit l’éditeur à ouvrir sur son site un service pédagogique “pour organiser un atelier (philosophique) en classe, des fiches sur chaque thème traité par les grandes images et même un espace pour échanger leurs bonnes idées” (La rédactrice en chef Anne-Claire Beurthey, Ricochet, http://www.ricochet-jeunes.org/​entretien, consulté le 19 octobre 2006).

7Sous couvert de l’école – en s’appuyant sur les pratiques des ateliers de philosophie et en s’adossant aux programmes d’éducation à la citoyenneté -, on instille une morale du quotidien par “ un apprentissage progressif de comportements distinctifs, une formation graduée d’esprits supérieurs dynamiques ” (Bruno, 2006).

Vertus pédagogiques du jeu… et pédagogisation de l’enfance

8Les enfants ne sauraient jouer seuls, et pas seulement à cause de leur âge : afin d’impliquer les parents et de démontrer l’utilité de leur implication, les modalités du jeu sont décodées. Milan systématise et formalise la « pédagogisation » en détaillant les apprentissages, notamment concernant la lecture, et ce dès Picoti, revue pour les 9 mois‑3 ans : “ A partir d’un imagier, l’enfant prélève des indices et se construit progressivement un raisonnement déductif. Il enrichit son lexique autour d’une thématique familière. Toutes ces ‘opérations’ sont déjà une première approche de l’acte de lire, puisqu’elles établissent des liens entre les différents éléments pour construire du sens. En devinant Bébé lit déjà ! ” (septembre 2002). Le supplément Parents de Toboggan, revue d’enfants scolarisés (5‑7 ans), propose un tableau des compétences travaillées (tableau 2). Milan réussit ce tour de force de concilier ce qui traditionnellement oppose l’école et la famille, les objectifs de réussite scolaire et d’épanouissement et d’imposer aux parents, jusque dans les activités les plus ludiques, d’être les auxiliaires de l’école.

Tableau 2. Tableau des compétences - Jeux p. 6 à 9 (septembre 2002)

p.6 n° 1

lecture : codage, décodage

p.6 n° 2

repérage dans l’espace

p.7 n° 3

association logique

p.7 n° 4

repérage de sons

p.8 n° 1

observation

p.8 n° 2

logique

p.9 n° 3

calcul

p.9 n° 4

récitation de la suite des nombres

Source : Extrait du supplément Parents de Toboggan de Milan, Tob parents, septembre 2002

9Jeux et documentaires de la presse éducative ne correspondent guère, selon les termes de Milan, à des « rubriques légères » offrant à l’enfant une « pause » : si les deux éditeurs accentuent deux axes différents, la « pédagogisation » pour Milan, la « moralisation » pour Bayard, la perspective reste bien éducative par la mise en scène d’une réalité qui se veut réaliste. La question se pose alors de connaître les personnages choisis pour composer les images du réel.

Une société bipolaire et hiérarchisée

Une population abondante très humaine au relatif équilibre générationnel

  • 13  Au total 2857 personnages humains ou humanisés déterminés par un âge et un sexe ont été recensés c (...)
  • 14  Les foules sont des images avec des personnages apparemment indénombrables, dont seuls les profess (...)

10Les deux rubriques produisent une population abondante, qui augmente avec l’âge du lectorat, et constitue environ 30 % de la population des personnages des magazines : les trois revues de Milan avec 518 unités de documentaires ou jeux comptent 1459 personnages ; les deux revues de Bayard avec 288 unités, 741 personnages13. Les lecteurs et lectrices voient davantage de personnages encore en considérant les foules14. Le nombre moyen de personnages par rubrique est assez homogène, entre 2,4 et 2,7. Cependant, contrairement aux histoires, ces nombreux personnages sont un peu plus souvent figurants, des ombres en quelque sorte, que protagonistes, de véritables acteurs (52 % de figurants chez Bayard, 55 % chez Milan), avec de fortes variations selon les rubriques et revues (tableau 3). Les revues pour les plus jeunes introduisent peu de protagonistes, moins d’un en moyenne par rubrique, soit par le recours à la peluche de Léo (Popi), soit par la non‑utilisation de personnages (Picoti). Le poids des figurants joint à la brièveté des rubriques donne une image de la population plus floue, une palette moins riche de portraits, mais du même coup des traits plus saillants, des représentations plus marquées.

Tableau 3. Effectifs des personnages humains et humanisés déterminés par un sexe et un âge, protagonistes et figurants (sauf dans les foules), dans les documentaires et jeux, par revue et éditeur.

Revues

Protagonistes

Figurants

Ensemble des personnages

Popi

25

214

239

Pomme d’Api

363

139

502

Total des revues Bayard

388

353

741

Picoti

30

38

68

Toupie

238

345

583

Toboggan

531

277

808

Total des revues Milan

799

660

1459

Source : Étude sur les magazines Enfants

11Enfin, en cohérence avec l’ambition du réel, les humains sont – beaucoup plus que dans les autres rubriques ‑ massivement choisis, avec 71 % d’humains chez Milan et 85 % chez Bayard et les populations adulte et enfantine sont relativement équilibrées : Milan équilibre ses deux populations, Bayard privilégiant, ici encore, l’enfantine avec près de 58 % d’enfants (tableau 4).

Le blanc et le masculin comme neutres universels dès les images 

12La première représentation sociale dominante qui surgit dans ce reflet de population est l’absence de diversité « ethnique » : la proportion de « blancs » atteint les 90 %, les personnages de couleur noire sont rares et les personnages d’origine asiatique encore plus rares.

  • 15  L’indétermination provient essentiellement du recours aux animaux anthropomorphes pour lesquels il (...)
  • 16  Les attributs masculins « propres » sont rares et non systématiques : on relève la barbe des homme (...)
  • 17  L’analyse s’applique parfois aux prénoms, les filles ayant des prénoms définissant clairement le s (...)

13La seconde représentation dominante est celle du masculin comme incarnation de l’universel. Dans la presse, comme dans les autres médias pour enfants, l’indétermination de sexe et d’âge15 n’étant guère de mise, se pose la question de savoir comment s’opère la distinction des sexes. Les images utilisent des attributs spécifiques, ajoutés au masculin, pour marquer le personnage féminin16 : traits corporels (les seins, la grossesse), éléments de coiffure et ornements (nœuds dans les cheveux ou bijoux) ou vêtements (jupe ou robe). La bisexuation s’effectue en fait comme une sous-catégorisation du féminin, à partir du masculin, englobant le masculin et le neutre, et le féminin17.

14Ainsi les trois quarts des filles et au moins la moitié des femmes se reconnaissent à leur coiffure (couettes, queue de cheval, ornements). La moitié des personnages féminins sont en vêtements féminins traditionnels chez Milan, alors qu’on dénombre moins d’un quart des filles et 13 % seulement des femmes chez Bayard, qui opte plutôt pour les bijoux (10 % des femmes). En revanche, deux objets classiquement marqueurs sexuels dans la littérature de jeunesse, et fortement critiqués comme sexistes, le tablier et les lunettes, sont tombés en désuétude : le tablier a quasiment disparu ; quant aux lunettes, elles affublent désormais hommes et femmes, et plus souvent les filles que les garçons.

15S’ajoute le choix de l’espèce animale chez les animaux femelles habillés. Le jeu d’enquête de Toboggan chez Milan menée par des couples d’animaux habillés illustre jusqu’à la caricature la thèse de la petitesse associée aux personnages féminins (Dafflon Novelle et Ferrez, 2003) : font équipe Super Ouaf (chien) et la puce, Supermax (éléphant) avec Minisouris, toujours en jupette rose et chapeau de Sherlock Holmes. Démontrant que mixité ne vaut pas égalité, l’inégalité en défaveur de féminin est marquée deux fois : l’élément féminin du couple professionnel est toujours un tout petit animal et n’est que l’associée fidèle.

Le personnage masculin, sujet de prédilection

16Le masculin globalement l’emporte sur le féminin chez les deux éditeurs - 56 % chez Bayard et 59 % chez Milan - masculinisation à revaloriser en tenant compte des foules, plus fréquemment à dominance masculine.

17Si le déséquilibre numérique en défaveur des personnages féminins peut somme toute sembler modeste ‑ en tout cas peu perceptible à l’œil nu ‑, la dominance masculine et la révélation d’un système de genre s’affirment par le choix du personnage-clé projeté en avant (parmi les quatre sous-populations de filles, femmes, garçons, hommes) : c’est toujours très nettement un personnage masculin (quelle que soit la rubrique du magazine !). Dans les jeux et documentaires, le premier rang avec plus de 30 % des personnages est tenu par un garçon chez Bayard (en cohérence avec sa préférence enfantine), un homme chez Milan, et le dernier rang, loin derrière, revient aux femmes avec le même score de 19 % des personnages chez les deux éditeurs (tableau 4). Bayard, grâce à sa préférence enfantine, accorde aux filles la seconde place, suivies donc des hommes ; mais Milan ne peut se résoudre à pénaliser le garçon et place en seconde position les garçons, reléguant les filles, pourtant lectrices elles aussi des magazines, à la troisième.

Tableau 4. Répartition des personnages par âge et sexe dans les jeux et documentaires, par éditeur (en effectif et en %)

BAYARD

MILAN

Personnages

Effectif

 %

Effectif

 %

Hommes

173

23,5

453

31

Garçons

232

31,5

406

28

Femmes

143

19

279

19

Filles

193

26

321

22

Total

741

100

1459

100

Source : Étude sur les magazines Enfants

18Malgré sa forte humanisation et son équilibre générationnel, qu’on aurait pu supposer source de parité et de diversité (Brugeilles, Cromer, 2007), la population des jeux et documentaires est blanche et masculine, les garçons tenant le premier rôle, au pire le second talonnant les hommes : à quelles assignations conduit cette double domination ?

Inclinations et assignations sociales selon le sexe dès l’enfance

19Si garçons et filles sont indistinctement à 85 % désignés par leur prénom, leurs domaines d’activité sont sexués (tableau 5) : les activités intellectuelles, scolaires et artistiques sont plutôt féminines, alors que les activités ludiques et physiques sont plutôt masculines. Les garçons sont également plus souvent dans des activités de vie quotidienne ou dans une relation éducative avec des adultes, révélant qu’ils sont davantage « centre d’intérêt », tandis que les filles, du moins chez Milan, sont dans le lien social par les activités de sociabilité.

Tableau 5. Activités menées par au moins 5 % des enfants protagonistes selon l’éditeur (en %)

BAYARD

MILAN

Nature des activités

 %

Diff. F-M

 %

Diff. F-M

Activités scolaires, intellectuelles ou artistiques

25*

+

18

+

Jeux, activités physiques

25

-**

27

-

Vie quotidienne

17

-

18

-

Sociabilité

9

+

Relation éducative

5

-

Lecture :
- En grisé les activités pratiquées par moins de 5 % des enfants protagonistes
- Colonne % : pourcentage d’enfants pratiquant une activité. * 25 % des enfants ont une activité scolaire, intellectuelle ou artistique chez Bayard
- Colonne Diff F-M : sens de la différence entre la proportion d’enfants féminins et masculins pratiquant une activité ** Les activités de jeux et d’activités physiques sont plus fréquentes pour les garçons chez Bayard

Source : Étude sur les magazines Enfants

Des femmes privées, des hommes publics

20Les personnages adultes mettent clairement en œuvre, par les appellations qui les désignent et les activités qui les animent, la séparation des sphères, privée et publique. Les champs de désignations et d’intervention se bipolarisent nettement en fonction de l’éditeur et du sexe du personnage.

21Bayard choisit d’investir ses personnages, dans la continuité des séries, dans la sphère familiale en utilisant d’une part plus souvent les dénominations familiales (de parents, grands-parents, parfois d’oncles et de tantes) et d’autre part en favorisant des activités non professionnelles diversifiées. A l’inverse Milan consacre essentiellement ses adultes à la sphère publique professionnelle.

22En tout état de cause, définir l’identité par un lien familial s’impose toujours plus aux femmes, avec des écarts très variables, de 6 points chez Milan, moins friand de ce type de désignation, à 15 chez Bayard (respectivement 13 % et 19 % des hommes versus 36 % et 51 % des femmes). En revanche, l’appartenance à un métier est plus souvent masculine, avec des écarts très importants chez Bayard (22 % des hommes contre 6 % des femmes), alors que la proportion est quasi similaire chez Milan (29 % et 28 %). Les hommes ont également plus souvent que les femmes une identité collective en étant reliés à un univers public plus ou moins exotique (les pirates les sportifs, les Indiens…). Ainsi les hommes sont les médiateurs privilégiés de l’ouverture sur le monde et sur le collectif, les femmes les piliers du monde familial.

23Chez les deux éditeurs, l’activité professionnelle est une prérogative masculine, avec de très fortes différences éditoriales : 21 % des hommes ont une activité professionnelle versus 3 % des femmes chez Bayard ; respectivement 53 % et 41 % chez Milan (tableau 6). Les femmes sont plus occupées aux activités quotidiennes (23 % versus 12 % chez Bayard). Bayard démultiplie et renforce l’assignation familiale des femmes avec le maternage, les activités ludiques ; quant aux hommes, la revalorisation de leur rôle parental constaté dans les fictions s’opère ici par la relation affective avec les enfants. Seules les activités intellectuelles ou artistiques sont communes aux deux sexes.

Tableau 6. Activités menées par au moins 5 % des adultes protagonistes selon l’éditeur (en %)

BAYARD

MILAN

Nature des activités

 %

Diff. F-M

 %

Diff. F-M

Activité professionnelle

13*

-

48

-

Activités intellectuelles ou artistiques

8

 =

5

 =

Jeux, activité physique

15

+

5

 =

Vie quotidienne

17

+

6

+

Maternage

5

+

Relation affective

5

-

Lecture :
- En grisé les activités pratiquées par moins de 5 % des adultes protagonistes
- Colonne % : pourcentage d’adultes pratiquant une activité. * 13 % des adultes ont une activité professionnelle chez Bayard.
- Colonne Diff F-M : sens de la différence entre la proportion d’adultes féminins et masculins pratiquant une activité.

Source : Étude sur les magazines Enfants

La scène symbolique du monde du travail

24La valeur « travail » est, et dès le plus jeune âge, exposée aux enfants, et plus vigoureusement dans ce pôle pédagogique. 903 personnages « actifs » ont été dénombrés, issus majoritairement des foules, propices à l’évocation des métiers grâce à la description minutieuse des lieux quotidiens (la rue, la place, la poste, le musée ou la fête de la musique…), des lieux professionnels (le chantier, la caserne des pompiers) et quelquefois des mondes éloignés dans le temps et l’espace (les pirates, le château fort…). Mais les actifs sont aussi protagonistes et figurants individuels, particulièrement chez Milan, qui fait le choix d’ouvrir davantage sur le monde public en lien sans doute avec l’objectif de pédagogisation. Cette population active n’est composée que d’un tiers de femmes (26 % chez Bayard, 40 % chez Milan selon le tableau 7), alors qu’une des évolutions majeures du marché du travail est sa féminisation, un actif sur deux dans la réalité étant une femme… Chez Bayard comme chez Milan, les actives se recrutent surtout parmi les foules, noyées dans la masse en quelque sorte, et dont l’effet est sans doute moindre sur le lectorat. Cependant Milan compte 37 % d’actives parmi ses protagonistes, c’est-à-dire sur le devant de la scène.

25Les métiers du commerce et de l’artisanat recueillent largement le plus de suffrages : ce sont les métiers les plus exercés, sexes et éditeurs confondus (par 25 % des personnages). Quatre secteurs se concurrencent ensuite pour occuper au total la moitié des personnages : les métiers mettant en jeu les exploits du corps (sport, spectacles vivants, aventure), les métiers de l’ordre (police, gendarmerie…), liés en particulier aux enquêtes policières (ce qui explique la présence de la déviance… masculine), les services ainsi que l’éducation et les soins, secteur favorisé par Milan.

26Tous les autres secteurs concernent moins de 10 % des personnages. On note la maigre place des métiers artistiques et intellectuels (auxquels Bayard fait la part belle) et surtout des emplois de bureau, qui doivent à Milan leur visibilité. Le monde rural apprécié des histoires en série est effacé, alors même qu’il pourrait être source d’intérêts dans les jeux ; quant au monde ouvrier, il est autant « gommé » dans les magazines pour enfants que dans les médias pour adultes, malgré la réalité de la condition ouvrière dans la société française. Le politique et le religieux sont quasi inexistants, ainsi que la déviance, peu recommandable dans une revue éducative. Remarquons enfin des absences, celui des ingénieurs et de l’encadrement, de l’informatique, etc.

27Quant aux différences entre les sexes, elles sont flagrantes. La majeure partie des métiers se conjugue au masculin avec moins de 30 % de femmes (selon la définition du métier traditionnel) ; un bémol avec les services légèrement féminisés chez Milan. La mixité ne concerne que l’artisanat et le commerce, et chez Milan, les emplois de bureau et les métiers de l’ordre. L’éducation et la santé est le seul secteur « féminin », qui n’atteint pas, malgré tout, les chiffres de la réalité, les 84 % de Bayard étant à relativiser vu le faible effectif (Insee, 2008)

Tableau 7. Répartition des protagonistes et figurants (y compris dans les scènes de foule) selon le secteur professionnel dans les jeux et les documentaires, tous éditeurs confondus (en effectif et en %) et par éditeur (en effectif et part des femmes)

ENSEMBLE

BAYARD

MILAN

Secteurs professionnels

Effectif

 %

Effectif

Part des femmes %

Effectif

Part des femmes %

Artisanat et commerce

228

25

120

47

108

54

Sport et aventure

131

15

72

8

59

24

Ordre et sécurité

124

14

65

9

59

44

Services

102

11

51

22

51

37

Education et soins

94

10

25

84

69

65

Métiers artistiques,

intellectuels

63

7

42

7

21

19

Bureau

47

5

47

49

Bâtiment et technique

34

4

12

0

22

9

Agriculture

34

4

15

20

19

16

Politique et religion

27

3

6

33

21

19

Déviance

19

2

19

0

Total

903

100

408

26

495

40

 Dont protagonistes

 220

 23

22

197

37

 Dont figurants

 162

 52

31

110

21

 Dont foules

 521

 333

26

188

54

Source : Étude sur les magazines Enfants

28Le monde du travail, sphère explorée de manière privilégiée par les jeux et documentaires comme ouverture hors de la famille et vers le monde adulte, frappe par son archaïsme : malgré des lignes de fracture éditoriales, les métiers restent non seulement traditionnels, mais fortement sexués. Les femmes sont ainsi frappées d’une double discrimination : moins nombreuses, elles restent cantonnées à la sphère familiale et quand elles exercent dans la sphère publique, c’est dans des métiers en relation avec leurs compétences domestiques.

En guise de conclusion

29Instaurant le clivage entre la sphère privée de la famille et la sphère publique, essentiellement du travail, la presse jeunesse promeut deux instances de socialisation : la famille, comme lieu de construction identitaire et d’autonomisation, et le travail, symbole d’autonomie acquise et de lien social, source de citoyenneté. Si le pôle des histoires donne essentiellement le beau rôle à la famille, incluant hommes et femmes, le pôle pédagogique, sans négliger la famille, donne à voir une scène sociale du travail fortement masculinisée, où les femmes sont minoritaires et marginalisées dans des métiers traditionnels. Au‑delà de la question pertinente de l’orientation professionnelle (Epiphane 2007), c’est toute la question de la légitimation des femmes sur le marché du travail et de l’emploi qui est posée, et en filigrane, le sexe de la citoyenneté dans la société.

30Il reste à savoir quelles lectures les enfants font de ce tableau dressé de la réalité. Ou plus exactement, étant donné la féminisation de l’éducation au loisir culturel (Octobre, 2005), à quelles lectures les médiatrices du magazine, mères ou éducatrices, invitent-elles : est-il possible de déplier les possibles humains, malgré les représentations marquées socialement et sexuellement, par-delà la compétition scolaire et sociale dans laquelle sont lancés les enfants par un apprentissage précoce et systématique de compétences et de comportements distinctifs ?

Haut de page

Bibliographie

Becchetti-Bizot, C., Brunet, A. (2007). L’éducation aux médias : enjeux, état des lieux, perspectives. Rapport n° 2007-083. Inspection générale de l’éducation nationale.

Brugeilles, C., Cromer, I. et Cromer, S. (2002). Les représentations du masculin et du féminin dans les albums illustrés ou Comment la littérature enfantine contribue à élaborer le genre. Population, 57, 2, 261-292.

Brugeilles, C., Cromer, S.

Brugeilles, C., Cromer, S. (2005). Analyser les représentations du masculin et du féminin dans les manuels scolaires. Paris : Ceped.

Brugeilles, C., Cromer, S. (2006). Les manuels scolaires de mathématiques ne sont pas neutres. Le système de genre d’une collection panafricaine de l’enseignement primaire. Autrepart 39, 149-166.

Brugeilles, C., Cromer, S. (2007). Albums illustrés créés par des femmes, albums illustrés créés par des hommes : quelles différences ? (Le cas de la production française de 1994). In D. Bajomée, J. Dor, M.-E. Henneau (Eds.), Femmes et Livres (pp. 197-213). Paris : L’Harmattan.

Bruno, P. (2006). Qu’apprend la presse éducative ? mis en ligne 27 avril 2006 http://www.acrimed.org.

Bruno, P. (2005). La presse jeune : ségrégations des publics et marchandisation des inquiétudes parentales, mis en ligne 5 décembre 2005 http://www.acrimed.org.

Charon, J.-M. (2002). La presse des jeunes. Paris : La Découverte.

Chombart de Lauwe, M.-J., Feurhahn, N. (1989). La représentation sociale dans le domaine de l’enfance. In D. Jodelet (Ed.) Les représentations sociales (pp. 352-353). Paris : PUF.

CLEMI (centre de liaison de l’enseignement et des moyens de l’information), (2007). Eduquer aux médias ça s’apprend. (téléchargeable : http://www.clemi.org)

Cromer, S. (2008). Comment la presse pour les plus jeunes contribue‑t‑elle à élaborer la différence des sexes ? Tome 1. Dossier d’étude 103. Paris : CNAF, (téléchargeable www.caf.fr).

Cromer, S. (2005). Vies privées des filles et des garçons, des socialisations toujours différentielles ? In M. Maruani (ED), Femmes, sexe et genre (pp. 192-199). Paris : La Découverte

Cromer, S., Brugeilles, C, Cromer, I. (2008) Comment la presse pour les plus jeunes contribue‑t‑elle à élaborer la différence des sexes ? Tome 2. Dossier d’étude 104. Paris : CNAF (téléchargeable www.caf.fr).

Cromer, S., Turin, A. (1998). Que voient les enfants dans les livres d'images ? Paris : Association du Côté des Filles.

Dafflon Novelle, A. (2002a). Les représentations multidimensionnelles du masculin et du féminin véhiculées par la presse enfantine francophone. Swiss Journal of Psychology 61 (2). Berne : Hans Huber, 85‑103.

Dafflon Novelle, A. (2002b). La littérature enfantine francophone publiée en 1997. Inventaire des héros et des héroïnes proposés aux enfants. Revue Suisse des Sciences de l’Education, 24 (2), 309‑326.

Dafflon Novelle, A., Ferrez, E. (2003). Sexisme dans la littérature enfantine. Analyse des albums avec animaux anthropomorphiques », Les cahiers internationaux de Psychologie sociale 57, 23‑38.

Détrez, C. (2006). Il était une fois le corps… la construction biologique du corps dans les encyclopédies pour enfants. Sociétés contemporaines, Ecole publique/école privée : des frontières poreuses, 59-60, 161-177

Dizier, C., Nibona, M., Willems, I. (s.d.). L’intégration par les jeunes des stéréotypes sexistes véhiculés par les médias. Université de Liège, Rapport final à la Direction de l’Egalité des chances du Ministère de la Communauté française.

Ephiphane, D (2007). My tailor is a man… La représentation des métiers dans les livres pour enfants. Travail, Genre et Sociétés, Genre et organisations, 18, 65-85

Fourment, A. (1987). Histoire de la presse des jeunes et des journaux d’enfants (1768-1988). Paris : Eoles.

Insee (2008). Femmes et Hommes, regards sur la parité. Paris, Collection Insee références

Jodelet, D. (Ed.) (1989). Les représentations sociales. Paris : PUF.

Lallouet, M. (2006). La mixité dans la presse jeunesse. Dossier : La lecture est‑elle réservée aux adolescentes ? Lecture Jeune, 120, 33-33

Octobre, S. (2005). La fabrique sexuée des goûts culturels. Construire son identité de fille ou de garçon à travers les activités culturelles. Développement culturel 150, 1-12

Pasquier, D. (2002). Les ‘savoirs minuscules’, le rôle des médias dans l’exploration des identités de sexe. Education et Sociétés 2002‑2, 10, 35‑44.

Vuaroqueaux, G.-A. (s.d.). Les enfants et le phénomène des périodiques. asp.ricochet-jeunes.org.

Haut de page

Annexe

Encadré Corpus

La recherche sur la presse jeunesse jusqu’à 7 ans a concerné la presse éducative dite d’éveil. Ont été examinés les quatre grands éditeurs français – Bayard, Milan, Disney, Fleurus –, leurs 9 collections de revues généralistes éducatives pour les enfants éditées entre 2000 et 2004 : Popi et Pomme d’Api de Bayard, Bambi et Winnie de Disney, Papoum et Abricot de Fleurus, Picoti, Toupie et Toboggan de Milan. Au total, 505 exemplaires ont été analysés de manière quantitative (voir encadré méthode). Étant donné les mutations importantes de la presse jeunesse, il est important de souligner que toutes les revues du corpus sont encore publiées aujourd’hui. De plus, au sein de huit de ces neuf collections de revues figurent des suppléments Parents (Winnie de Disney ne proposant pas de suppléments), dont le point commun est d’offrir au moins une rubrique traitant de l’éducation de l’enfant. Au total 398 exemplaires ont fait l’objet d’une analyse qualitative. Le tableau 1 détaille le corpus et précise celui de l’article. (Cf. S. Cromer, 2008 et S. Cromer, C. Brugeilles et I. Cromer, 2008).

Encadré Méthode

La méthodologie mise en œuvre est une adaptation de celle utilisée pour les albums illustrés et les manuels scolaires (Brugeilles et Cromer, 2005), approche relevant de la sociologie des rapports sociaux de sexe et reposant sur la notion de représentation pour révéler, au sens photographique, les représentations de ce qu’est être un homme, une femme, une fille, un garçon, du point de vue des identités, des rôles et des interactions, dans une société donnée. En articulant les représentations du féminin et du masculin, est mis au jour le système de genre projeté et légitimé dans le support étudié, qui peut être comparé aux réalités sociales et confronté à l’idéal d’égalité. Concrètement, les représentations s’incarnent dans le personnage doté de différentes caractéristiques constituant son sexe social, c’est-à-dire contribuant à ancrer le personnage dans une sphère de vie (privée/publique) et à lui conférer une position dans la société fictive élaborée : un sexe, un âge ; des qualités ; des attributs ; des rôles et statuts ; des actions et activités ; des caractéristiques liées au décor ; des interactions nouées avec les autres personnages. Sans négliger que les représentations « accrochées » au personnage prennent appui sur la structure et le fonctionnement du support. Pour recueillir ces informations dans les textes et les images sans les sélectionner a priori, la méthode quantitative est mise en œuvre grâce à un questionnaire à modules en fonction des rubriques, pour tenir compte de la logique de chaque rubrique et de ses objectifs propres.

Sont déclinées ci-après les caractéristiques du sexe social utilisées dans cet article et les modalités retenues.

1) « Le sexe et l’âge ». Les deux sexes (masculin ou féminin) et deux âges (enfant/adulte) considérés déterminent quatre sous-populations : les filles, les garçons, les hommes et les femmes.

2) « L’espèce ». Deux espèces entrent en ligne de compte, les humains et les animaux habillés, confondues dans l’analyse. Dans les images, la notion d’espèce est creusée avec une question sur l’appartenance ethnique, pour vérifier la diversité culturelle, et une question sur l’espèce animale pour vérifier le choix opéré selon le sexe. Selon Dafflon Novelle et Ferrez (2003), de petites espèces (comme la souris) sont plus souvent associées au féminin.

3) « Les attributs ». Afin de vérifier la persistance de stéréotypes (cf. Cromer et Turin, 1998) sont examinés coiffures et vêtements, ainsi que le tablier et les lunettes.

4) « La désignation ». Trois désignations retiennent l’attention : le prénom, le lien familial et le statut professionnel.

5) « Les actions ». Six grandes catégories d’actions sont mises en évidence : l’activité professionnelle, l’activité scolaire, les loisirs, la vie quotidienne, la relation éducative, la sociabilité.

6) « les rôles ». Les rôles instaurent une hiérarchie entre d’une part, les protagonistes, ceux qui lancent l’activité, sont acteurs ou supports ou objets de l’activité ; d’autre part les figurants qui apparaissent ponctuellement.

Haut de page

Notes

1  Pour un panorama de la presse actuelle, Charon, 2002 et pour une analyse historique, Fourment, 1987.

2  Voir http://www.pressedesjeunes.com consulté le 4/9/2006).

3  Cf. la Convention interministérielle pour l’égalité dans les systèmes éducatifs(http://media.education.gouv.fr/file/88/9/3889.pdf) : “ Une nouvelle convention interministérielle pour la promotion de l’égalité des chances entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif est signée pour la période 2006-2011. Elle réaffirme la nécessité de développer une approche globale dans l’ensemble de la démarche éducative, notamment dans le cadre de l’orientation et de l’éducation à la citoyenneté (…) ” (http://education.gouv.fr ).

4  La question n’est pas neuve et a été posée notamment par Simone de Beauvoir dès 1949, Elena Gianini Belotti en 1973 (Cromer, 2005).

5  Etude menée pour la CNAF (Caisse nationale des allocations familiales), cf. Rapports Cromer et al.,2008 et Cromer, 2008.

6  Ainsi la revue Pomme d’Api de Bayard est lue par autant de garçons que de filles (Lallouet, 2006).

7  Malgré une différence d’accès entre les catégories socio-professionnelles, avec un écart maximum de 18 % entre les cadres, 74 %, et les ouvriers, 56 % (Charon 2002 p. 55).

8  Les publicités représentent 7 % des pages du corpus, soit 1172 pages sur les 17 036 pages dépouillées.

9  Chiffres OJD 2005-2006 (http://www.ojd.com). L’OJD, association pour le contrôle de la diffusion des médias de la presse française, est un organisme de référence pour la certification des chiffres de tirage, de diffusion et de distribution de la presse française, ainsi que de la fréquentation des sites internet. 97 % des titres diffusant à plus de 100.000 exemplaires y sont adhérents.

10  Selon Consojunior 2006, étude media marché menée auprès de la cible des 2-19 ans tous les deux ans (http://www.emapmedia.com).

11  Selon Consojunior 2006 (voir note précédente). Le taux de pénétration du marché désigne la couverture du marché par un produit ou service, s’exprime en pourcentage et s’obtient par le rapport suivant : nombre de consommateurs qui possèdent le produit ou service / population totale.

12  Dans le supplément Parents de septembre 2001, il est le seul à être présenté : avec des “ pouvoirs d’exploration peu ordinaires, il incarne une manière de devenir auteur de son savoir …”

13  Au total 2857 personnages humains ou humanisés déterminés par un âge et un sexe ont été recensés chez Bayard et 5013 chez Milan.

14  Les foules sont des images avec des personnages apparemment indénombrables, dont seuls les professionnels ont été relevés (cf. infra). Leur nombre s’incrémente avec l’âge : aucune foule dans Picoti, 12 dans Popi,35 dans Toupie, 32 dans Toboggan, 43 dans Pomme d’Api.

15  L’indétermination provient essentiellement du recours aux animaux anthropomorphes pour lesquels il est toléré que la génération ou la sexuation soient non explicites ou ambiguës, la tentative d’androgynie humaine ne pouvant au mieux concerner que les 0-3 ans. Ce qui ne veut pas dire qu’en l’absence de marquage sexué, les enfants ne sexuent pas le personnage.

16  Les attributs masculins « propres » sont rares et non systématiques : on relève la barbe des hommes et la casquette des garçons uniquement chez Milan.

17  L’analyse s’applique parfois aux prénoms, les filles ayant des prénoms définissant clairement le sexe (Dafflon Novelle, 2002a), comme Mirette, jeu de Milan, l’ambiguïté pouvant exister pour les prénoms des garçons, comme Pikou ou Bébé chez Milan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Cromer, Carole Brugeilles et Isabelle Cromer, « La presse éducative, un outil d’éducation à la citoyenneté au masculin », Recherches & éducations [En ligne], 2 | décembre 2009, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 22 juin 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/514

Haut de page

Auteurs

Sylvie Cromer

Sociologue, Université de Lille 2

Carole Brugeilles

Démographe, Université Paris X-Nanterre, CERPOS

Isabelle Cromer

Démographe

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org