Navigation – Plan du site
Dossier

Usages sexués d’internet chez les adolescents et modes de socialisation familiaux1

Céline Metton-Gayon
p. 139-162

Résumés

Si un large éventail d’études se sont penchées sur la sexuation des pratiques de l’informatique, en France, peu d’entre-elles ont abordé celle des usages d’internet, notamment chez les adolescents. On pourrait pourtant poser l’hypothèse que l’arrivée d’internet, par les nouvelles fonctionnalités qu’elle offre, a contribué à infléchir certaines tendances sexuées observées à propos de l’informatique. Les filles, attirées par les potentialités de communication offertes par internet, pourraient notamment se rapprocher de l’ordinateur. C’est précisément la question qui est abordée dans cette communication. A partir d’une enquête par entretiens et questionnaire, elle examine la manière dont ces clivages persistent et évoluent, trouvant une partie de leurs origines dans les modes de socialisation familiale.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle, XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

 Introduction

  • 1 Cet article est une version remaniée d’une communication présentée lors du Congrès international AR (...)

1Les études sur les pratiques culturelles des moins de 15 ans, si elles restent rares et distribuées dans des disciplines très différentes, s’accordent sur un constat partagé : dès les premières années de la vie, les loisirs des enfants apparaissent fortement sexués. Qu’il s’agisse des équipements, des goûts télévisuels ou musicaux, des activités artistiques et sportives, deux univers masculins et féminins s’expriment. L’enquête de Josiane Jouët et Dominique Pasquier en 1999, puis celle de Sylvie Octobre en 2004 font apparaître que les filles lisent, écrivent et écoutent davantage de musique que les garçons, et que, plus généralement leur sphère de pratiques s’oriente vers le thème du lien et de la communication avec autrui. La sphère des garçons, elle, est davantage orientée vers les écrans, et notamment les écrans des ordinateurs. De ce point de vue, les écarts sexués sont en effet manifestes : les garçons ont des fréquences, des durées d’usage et des pratiques plus variées de l’ordinateur que les filles, qui se montrent plus distantes.

  • 2  En France, tout au moins. Dans les pays anglo-saxons, plusieurs études sont menées depuis une diza (...)

2Mais si les études sur les pratiques culturelles des jeunes ont fourni de nombreux éléments sur le caractère sexué des pratiques de la télévision, des jeux vidéo ou de la lecture, aucune d’entre-elles n’examine vraiment le détail des pratiques d’internet2. Or, la diffusion domestique de ce dispositif, aussi massive que récente, pourrait bien avoir contribué à infléchir les tendances sexuées des pratiques de l’informatique. En effet, parce qu’il offre des fonctionnalités de communication innovantes, l’outil internet pourrait bien rapprocher les filles de l’ordinateur. Celles-ci, pour dialoguer avec leurs pairs, seraient davantage enclines à utiliser l’outil informatique et, en se familiarisant ainsi avec celui-ci, pourraient ainsi développer des usages plus nombreux et poussés de l’ordinateur. Les différences observées dans le domaine de l’informatique (Terlon, 1990) pourraient alors se réduire. Cette hypothèse paraît d’autant plus plausible que les adolescents appartiennent à une génération fréquemment qualifiée par les médias de « connectée » : ayant grandi dans un environnement technologique extrêmement diversifié, ils ont développé une culture de l’écran (Jouët et Pasquier, 1999) souvent supérieure à celle de leurs parents.

3Dans cet article, il s’agit de chercher à cerner empiriquement dans quelle mesure l’arrivée d’internet a pu permettre d’atténuer ou non certains écarts sexués. Nous verrons en effet que la réalité est plus complexe. Le dispositif d’internet, aussi nouveau soit-il, ne semble en effet pas suffire à enrayer certaines différences observées vis-à-vis de l’ordinateur. Ces clivages, on le verra, s’enracinent en fait dans des routines familiales, qui contribuent à une socialisation différenciée des filles et des garçons vis-à-vis de l’informatique.

  • 3  « Devenir Grand. Le rôle des technologies de la communication dans la socialisation des collégiens (...)

4Les données de l’article s’appuient sur une enquête de terrain menée dans le cadre d’une thèse de doctorat3, combinant plusieurs approches. Une série d’entretiens a tout d’abord été menée avec 54 jeunes scolarisés au collège et 22 membres de leur famille, dans des contextes variés (domicile, collège, centres de vacances ; soit au total 29 filles et 25 garçons de milieux socioprofessionnels diversifiés). Ces entretiens semi-directifs visaient à comprendre quel sens pouvait revêtir les usages d’internet chez les adolescents (« chat », messagerie instantanée, courriel…), et quels étaient les modes de contrôle exercés par les familles.

  • 4  Les questions portaient à la fois sur l’équipement informatique, la fréquence et les différents ty (...)

5Par ailleurs, en vue de pallier le manque de données quantitatives disponibles en France sur les usages détaillés d’internet, un questionnaire a été passé à 377 élèves d’un collège de la région parisienne. Celui-ci ciblait les principaux équipements et usages de l’informatique et d’internet déclarés par les adolescents4. De ce questionnaire est ressorti, on le verra, des clivages importants selon le sexe des adolescents.

Vers une persistance des clivages sexués ?

6Le « degré de sexuation » du rapport des collégiens à l’informatique peut être appréhendé de plusieurs points de vue : le degré d’équipement, le degré d’usage ou encore le degré de compétences déclaré par les jeunes. De ce point de vue, que nous montrent les études, et les données de notre questionnaire ? Tout semble montrer que malgré certains progrès dans la réduction des écarts, certains clivages sont loin d’avoir disparu.

  • 5  Depuis notamment l’arrivée du « Brevet internet » en 2000.
  • 6  Lorsque les enquêtes existantes ne fournissaient pas des données assez précises pour notre sujet, (...)
  • 7  Ces données recoupent celles de Josiane Jouët et de Dominique Pasquier, et celles de Sylvie Octobr (...)

7C’est au niveau des équipements que les évolutions semblent les plus tangibles. Les études disponibles indiquent par exemple qu’aujourd'hui, les filles possèdent tout autant que les garçons un ordinateur au domicile, à titre personnel (Clémi, 2006). Le fait que l’usage de l’informatique et de l’internet soit désormais devenu partie prenante du travail scolaire5 a certainement beaucoup joué. Toutefois, à y regarder de plus près, si l’on s’intéresse par exemple à la localisation de cet ordinateur, certaines différences semblent persister. Les données de notre questionnaire, qui ne concernent certes qu’un échantillon restreint6, indiquent par exemple que celui-ci reste plus souvent placé dans la chambre du garçon, qui de manière générale, semble davantage équipée en matériel audiovisuel 7.

  • 8  Ainsi dans notre questionnaire, les garçons répondent plus fréquemment y passer plus de deux heure (...)

8Si l’on s’intéresse ensuite aux usages d’internet, le constat de la sexuation se confirme. Les données du CLEMI, comme les nôtres, montrent que les filles se rendent aussi souvent que les garçons sur le net (2006), mais que les garçons semblent y passer plus de temps8.La nature des pratiques est elle aussi différente. Si les deux sexes ont un attrait commun pour les pratiques de la messagerie instantanée et du « chat », il semble que les garçons aient des usages plus variés. Les filles concentrent leurs usages vers la communication (consultation de sites de musique, mais surtout de « chat » et de messagerie instantanée, envoi d’e-mails,…). Les garçons, eux, se tournent davantage vers certains sites ludiques (sites de sport, d’achat en ligne), et surtout massivement vers les jeux vidéo. La palette de leurs usages semble plus diversifiée et certains de leurs usages plus pointus. Les données du CLEMI (2006) indiquent par exemple que les garçons ont une pratique du téléchargement deux fois plus développée que celles des filles.

9Si l’on se tourne vers les compétences déclarées, le schéma est encore plus contrasté. Ainsi, dans notre questionnaire, si les membres des deux sexes déclarent certes très majoritairement trouver qu’internet est « facile », les filles sont moins nombreuses à se déclarer l’« expert internet » du foyer. Et lorsqu’elles désignent cet expert, il s’agit plus souvent de leur père ou de leur frère que de leur sœur ou de leur mère. Les filles déclarent moins souvent connaître la procédure pour télécharger. Et lorsqu’elles ont un problème, elles font plus souvent appel à quelqu’un, tandis que les garçons se débrouillent plus facilement seuls (avec 18 points d’écarts : 40 % des filles déclarent se débrouiller seules, contre 58 % des garçons). Le matériau qualitatif de notre enquête nous apporte par ailleurs quelques indices précieux. En fait, il semble que les filles témoignent d’une confiance tout à fait relative à l’égard de leurs pratiques. Elles affirment plus facilement être déroutées lors de la confrontation avec l’ordinateur, et craindre davantage l’erreur :

« J’ai pas les bons réflexes, je suis pas douée ; je me plante tout le temps » (Julia, 14 ans)
« Il faut déjà faut bien connaître internet. J’ai peur de rester coincée sur l’ordinateur. Parce qu’à chaque fois j’ai peur de tout bloquer… » (Marion, 12 ans)

  • 9  Cette donne avait été repérée à propos d’internet auprès d’étudiants américains par Jackson et al. (...)

10Il apparaît en fait, ici comme dans d’autres études9, que les filles témoignent d’une faible confiance dans leurs propres pratiques de l’informatique. Tout se passe en fait comme si elles étaient gênées par l’absence de mode d’emploi : l’apprentissage d’internet, très largement fondé sur un tâtonnement par « essai-erreur », se verrait en fait freiné par leur peur de détériorer la machine. C’est d’ailleurs par crainte de faire une erreur que certaines d’entre elles s’inscrivent dans une certaine relation de dépendance à l’égard de leurs frères. Ryhab, 14 ans explique ainsi que même si elle ne s’entend qu’assez médiocrement avec son frère, elle préfère aller sur internet avec lui : « J’ai souvent peur de rater ou d’avoir des virus ou bien de planter l’ordinateur (…) C’est pour ça que j’aime bien faire l’ordinateur avec mon frère ». Leila, elle, préfère demander à son frère d’installer tous les programmes car « il le fait mieux » qu’elle. Alexis affirme quant-à-lui que sa sœur « fait de l’internet, mais elle a peur de faire une bêtise donc elle (l)’appelle toujours ».

11Certes, d’autres facteurs tels que les milieux sociaux, ou l’ancienneté de la connexion jouent, mais il semble que de manière générale, les filles manifestent à la fois un moindre attrait et une moindre aisance dans l’usage d’internet et de l’ordinateur. La diffusion de ce dispositif n’a donc pas permis, comme on pouvait l’espérer, de réduire tous les clivages vis-à-vis de l’informatique, et les usages d’internet restent eux-mêmes clivés. Ces différences, loin d’être liées à des caractéristiques « naturelles », trouvent certaines de leurs origines dans une socialisation différenciée à l’informatique à laquelle la famille, comme lieu premier de socialisation, participe.

La fabrique et l’entretien des différences au sein de la famille

12Certaines études ont déjà mis en avant la manière dont les parents pouvaient contribuer au processus de sexuation du rapport à la technique à travers des projets éducatifs différenciés selon le sexe de l’enfant : il s’agira tout d’abord de les exposer. Puis il faudra regarder ce que notre terrain nous montre de la manière dont les différences se tissent au quotidien, au cours des interactions les plus banales.

Projets éducatifs et place des outils de communication

13La socialisation familiale joue en effet un grand rôle dans le processus de différenciation entre les sexes, notamment parce que l’intériorisation des modèles et des comportements y est la plus « silencieuse » (Darmon, 2006), et que c’est donc là que peut le plus « s’imposer avec l’évidence le naturel et le naturel de l’évidence » (Blöss, 2001, p 2). Dès les années 1970, les travaux pionniers d’Elenna Bellotti (1973) ont bien montré « l’influence des conditionnements sociaux sur la formation du rôle féminin dans la petite enfance » ainsi que leur action sur la socialisation des « mâles » (Falconnet et Lefaucheur, 1975). Si le livre de Bellotti date et trouve des limites dans une vision de la reproduction à l’identique, certains des mécanismes qu’il met en évidence restent toujours opérants. Ainsi certaines études plus récentes ont montré que les parents développent des attentes différenciées selon le sexe de leur enfant, concernant aussi bien la réussite scolaire, professionnelle et plus largement, personnelle (Duru-Bellat et Jarousse, 1996). Et du fait de ces attentes différenciées, les parents n’accordent pas la même place aux techniques, et notamment à l’ordinateur, dans l’éducation de leurs fils et de leurs filles (Jouët et Pasquier, 1999 ; Octobre, 2004 ; Cromer, 2005).

14En effet, lorsque les parents orientent leurs enfants vers une activité, ils agissent à la fois en fonction des attentes qu’ils projettent à l’égard des deux sexes et en fonction de la représentation sexuée qu’ils se font de cette activité. En ce qui concerne le premier point, plusieurs enquêtes convergent pour souligner que les parents ont tendance à émettre des objectifs avant tout d’ordre expressif pour les filles (sensibilité et coopération, attention à autrui) et d’ordre plus instrumental chez les garçons (auto-régulation et accommodation aux réalités extérieures). Pour leur fille serait ainsi valorisé le sens de la famille, et pour leur fils, le dynamisme, l’autonomie et l'ambition (Percheron, 1985). On aurait du côté du féminin, un pôle axé sur « l’expression de soi basée sur la norme de l’entretien du corps, de l’apparence, de l’échange relationnel (notamment familial), favorisant l’incorporation et le respect des normes », et du côté du masculin, « l’affirmation de soi ( …) par la valorisation de la force, du risque et de la compétition entre pairs encourageant l’émancipation par rapport à l’autorité » (Cromer, 2005). Dans ce cadre, la pratique de l’informatique, qui est associée à des traits comme la logique, la compétition et l’ambition (Marrot et Vouillot, 1991) correspond davantage au standard masculin que féminin (Collet, 2006). Les filles, dans leurs activités ludiques, sont ainsi davantage encouragées à communiquer et à s’épancher sur soi par l’écrit intime, démarche perçue comme féminine, qu’à jouer à l’ordinateur, davantage réservé aux garçons. Les études ont d’ailleurs montré que les parents offrent plus spontanément un ordinateur à un fils qu’à une fille, et qu’ils encouragent davantage leur fils à s’en servir (Jouët et Pasquier, 1999 ; Octobre, 2004). Par des processus de naturalisation tacites et souvent involontaires, ces derniers semblent inscrire une nette division des rôles sexués vis-à-vis de la technologie.

  • 10  Voir Brougère, G. (1992). Et plus l’environnement est complexe, plus l’apprentissage par l’intermé (...)

15Or, ce traitement différencié, loin d’être insignifiant, pourrait bien avoir des répercussions importantes à la fois sur le processus de familiarisation des jeunes avec les techniques, mais aussi et surtout sur l’intériorisation du rôle à tenir vis-à-vis d’elles. En ce qui concerne le premier point, l’équipement différencié en informatique joue en effet un rôle dans le processus de familiarisation avec les techniques. C’est dès l’enfance, à travers la manipulation des jouets, que le processus de confrontation et d’appropriation à la technique s’opère : en manipulant ses jouets, le jeune pénètre dans les arènes des objets et il y trouve des éléments de compréhension. En les observant, les manipulant, les réparant, il apprend à maîtriser leur « grammaire »10. Le fait d’inciter davantage les garçons que les filles à se tourner vers l’ordinateur pourrait les amener à mieux se familiariser au dialogue avec l’ordinateur, au tâtonnement par essais-erreur qui caractérise l’apprentissage de l’informatique.

  • 11  Voir la synthèse de Nicole Mosconi , Mosconi, N. (1999). Les recherches sur la socialisation diffé (...)

16Par ailleurs, ces pratiques éducatives différenciées conduiraient à un processus clivé dans l’intériorisation des rôles vis-à-vis des techniques. Dans la mesure où dans le rapport au jouet, ce sont également des identités sexuées qui s’expérimentent et se testent (Tap, 1985), l’ordinateur serait le lieu d’identification privilégié pour les garçons. Très tôt, cet outil est d’ailleurs associé au pôle masculin : selon Justine Cassell et Henri Jenkins (1998), les enfants associeraient l’ordinateur au pôle masculin dès l’âge de sept ans . Le traitement différent, commencé et intériorisé très rapidement par l'enfant contribue ainsi à la naturalisation des différences, alors perçues comme innées, biologiques, alors que de nombreux mécanismes d'apprentissage peuvent les expliquer. Plus encore, cette différence de traitement pourrait avoir une influence forte sur la confiance et la ténacité, mais aussi sur la réussite développées à l’égard de l’ordinateur. Des études ont en effet montré que la représentation d’une discipline n’est pas sans influence sur la réussite. Par le processus que la psychologie sociale appelle l’« attribution » (qui est en fait la manière dont les enfants expliquent leurs échecs et leurs réussites)11, il apparaît que les enfants réussissent significativement mieux une tâche si elle présentée comme « dédiée » à leur sexe d’appartenance. Les filles, dans la mesure où elles accordent une plus faible valeur subjective à l’informatique (Terlon, 1990), courent le risque de perdre confiance et d’être moins autonomes, et d’avoir en conséquence des comportements moins persévérants que les garçons, davantage poussés à persévérer car ils y jouent leur honneur de sexe.

Modèles sexués et interactions quotidiennes

17Mais si le processus de sexuation se construit à travers la transmission de valeurs et de projets éducatifs, il se joue également au quotidien, lors des interactions les plus banales. C’est bien dans les relations continues avec ses parents que l'enfant construit son identité sexuée (Maccoby, 1990). Plusieurs registres interviennent : les modèles fournis par les parents, les interactions avec l’enfant, et enfin la répartition des rôles éducatifs au sein de la famille (Octobre, 2004). Il a déjà été montré que les pratiques des médias sur écran (télévision, jeux vidéo, de l’informatique, télévision) généraient des dynamiques différenciées selon les sexes. « Ainsi les filles apparaissent-elles plus proches de leur mère avec lesquelles elles échangent sur des thèmes qui s’inscrivent davantage dans une culture de la féminité, dominée par l’importance du relationnel et de l’affectif. Elles échangent essentiellement sur des médias dont le contenu réfère d’une façon ou d’une autre à des relations humaines : fiction de la télévision ou des livres, stars du petit écran ou de la musique, interlocuteurs de la communication téléphonique. Si l’identité féminine se construit en relation et en continuité avec la mère, son expérience sur le monde étant fondée sur l’intersubjectivité, les médias apparaissent bien comme des espaces, parmi d’autres, où se nouent les relations mères-filles et où se joue l’acculturation du genre féminin » (Jouët et Pasquier, 1999, p 52).

  • 12  Dans les familles favorisées notamment. Dans les milieux populaires, il semble que les pères s’ess (...)
  • 13  Du moins lorsque celui-ci maîtrise l’outil. La plupart des pères de milieu populaire de l’échantil (...)

18Il s’agit donc de voir ce que notre terrain nous dit des interactions autour d’internet dans la famille. Le matériau qualitatif nous permet notamment de voir que les interventions des parents sont en fait très sexuées, avec un pôle « lien/support affectif » autour de la mère, et un pôle « ludique/expertise » autour du père12. En effet, les mères affichent généralement un rapport assez distant avec l’ordinateur, qu’elles utilisent essentiellement pour communiquer par internet. Lorsqu’elles l’utilisent avec leurs enfants, c’est essentiellement pour envoyer des photos, des nouvelles à la famille élargie. Cependant, l’essentiel de leurs interventions concernent en fait le contrôle des temporalités d’usages (qu’elles assurent davantage que leurs conjoints), et surtout l’exercice des travaux scolaires. Les mères, même celles qui maîtrisent mal l’outil, se placent en effet « à côté » de l’ordinateur pour aider leurs enfants dans leurs devoirs sur internet : « Il faut que je sois avec, parce qu’il ne sait pas trop par quel bout prendre le sujet. Où aller chercher quel mot… C’est pas évident…(…) Ben je suis avec » (Paulette, 45 ans, employée). En revanche, dès qu’il s’agit de faire des jeux, les mères se montrent plus réticentes ; par manque de temps ou d’envie. Leurs interventions relèvent donc essentiellement du pôle affectif et éducatif. Les jeunes les appellent pour avoir des conseils sur les contenus trouvés, mais dès que les demandes sont plus pointues, ou bien pour jouer, les jeunes, y compris les filles, s’adressent davantage à leur père et surtout à leur grand frère13. Cette répartition sexuée des interventions parentales peut d’ailleurs parfois conduire à des clivages et à des assignations. Elise, 12 ans, explique ainsi la raison pour laquelle elle a arrêté de jouer aux jeux sur écran. Au départ, elle apprécie particulièrement les « jeux sur les signes astrologiques ». Sa mère l’accompagne parfois, mais rarement « parce qu’elle n’a pas le temps », et son frère ne veut pas s’amuser à ce jeu qu’il juge « nul ». Si bien que lorsqu’Elise veut jouer, elle va voir son père. Mais celui-ci pratique essentiellement « des jeux de garçons » (en l’occurrence des courses de voitures), et Elise, si elle veut jouer avec lui, doit s’adapter. Elle a joué deux fois avec son père et son frère, puis elle a abandonné : « Les voitures, ça m’intéresse pas ! Et puis en plus ils jouaient qu’entre eux ». Si Elise ne joue plus aux jeux, c’est donc moins par une aversion « naturelle » vis-à-vis de l’écran ou de la technique que par difficulté de trouver sa place dans un duo masculin jouant à des jeux « masculins ».

Conclusion

19La famille est donc un monde dans lequel les rôles traditionnellement dévolus à la femme et à l’homme infiltrent les pratiques quotidiennes et participent à la construction des clivages vis-à-vis des technologies. Certes, tous les modèles ne sont pas identiques, et la socialisation ne peut se réduire à un processus mécanique de confrontation à des modèles, mais il est certain que les modalités d’intervention parentales conditionnent le contexte d’acculturation des enfants à l’informatique. Et aussi nouveau soit-il, le dispositif d’internet, parce qu’il se greffe à l’usage l’outil informatique qui est lui-même sexué, ne peut à lui seul réduire les clivages. Aussi, le constat opéré par J. Jouët et D. Pasquier en 1999 à propos de l’usage des écrans digitaux reste toujours opérant : « Alors que les trente dernières années la télévision avait joué un rôle unificateur entre les sexes, l’usage des écrans digitaux accusent des écarts importants entre les garçons et les filles. Aussi est-il paradoxal qu’à la fin du 20e siècle qui prône la réduction des inégalités entre les sexes, les technologies informatisées apparaissent comme majoritairement masculines et soient le lieu d’un nouveau clivage de genre » (Jouët et Pasquier, 1999, pp 42-43).

20Finissons toutefois par quelques nuances. D’une part, nous avons ici évoqué la désaffection des filles vis-à-vis de l’ordinateur. Celle-ci a été présentée comme une « lacune » ou un « désavantage », dans la mesure où la société est aujourd'hui informatisée et que l’expertise en informatique est devenue un pré-requis incontournable. Mais l’on aurait pu également parler de la désaffection des garçons pour l’écrit, certainement handicapante elle-aussi par d’autres aspects. Les filles, d’ailleurs, n’apparaissent pas comme des victimes écrasées par le poids des déterminismes multiples : certaines d’entre elles se montrent particulièrement technophiles et savent développer des compétences similaires à celles des garçons.

  • 14  Qui transmet notamment, tant par les programmes que par le corps enseignant, un savoir « masculin- (...)
  • 15  Qui continuent de confronter les enfants à des contenus culturels très marqués par les stéréotypes (...)

21On ne saurait par ailleurs « réifier » l'influence de la famille dans la socialisation sexuée. Celle-ci est loin d’être l’unique lieu où se joue l’acculturation des genres et des techniques. Le monde juvénile, à travers la « socialisation entre égaux » (Delalande, 2001), ou encore le système éducatif14, ou encore les médias15, participent eux aussi fortement au processus de sexuation des usages.

  • 16  Tout comme les jeux sont calibrés pour cela. Voir Cassel, J. & Jenkins, H. (1998). Le jeu de simul (...)

22Enfin, et surtout, tous les clivages ici observés, loin d’être figés, sont mouvants et en constante évolution. Depuis l’arrivée d’internet, les femmes se sont rapprochées de l’ordinateur, y compris des jeux vidéo (certaines études soulignent la récente féminisation de la population des joueurs en ligne, voir Krotoski, 2004). Certes, leurs usages restent toujours axés sur la communication, et leurs jeux vidéo préférés à l’adolescence s’articulent toujours autour des attributs traditionnels des rôles féminins (coopération plutôt que compétition ; non-violence ; scénario fondé sur l’entraide et l’émotion ; et sur les relations interindividuelles)16 ; mais cette pratique est également source d’acquis cognitifs et d’une acculturation informelle à la technique. Les représentations et les comportements sont les premiers gages de transformations possibles. Certaines frontières, d’ailleurs, sont poreuses : les pratiques de communication constituent en effet des espaces de rapprochement où les filles et les garçons se rencontrent, se livrent aux mêmes usages et tirent le même intérêt, notamment lorsque s’éveille leur attirance pour l’autre sexe (Metton, 2004).

Haut de page

Notes

1 Cet article est une version remaniée d’une communication présentée lors du Congrès international AREF « Actualité de la Recherche en Education et en Formation », Strasbourg, août 2007.

2  En France, tout au moins. Dans les pays anglo-saxons, plusieurs études sont menées depuis une dizaine d’années, ciblées sur des enfants (Bhargava, A. & al., 1999) ; sur des lycéens et des lycéennes (Bain, A. & al., 1999), " ; ou encore sur des étudiants (Jackson, L.A. & al., 2001).

3  « Devenir Grand. Le rôle des technologies de la communication dans la socialisation des collégiens » (2006), Ehess, Paris.

4  Les questions portaient à la fois sur l’équipement informatique, la fréquence et les différents types d’usages d’internet (e-mails, « chat », messagerie instantanée, navigation sur le web) chez les adolescents.

5  Depuis notamment l’arrivée du « Brevet internet » en 2000.

6  Lorsque les enquêtes existantes ne fournissaient pas des données assez précises pour notre sujet, nous avons utilisé les données issues de notre propre enquête. Toutefois, ces données ne concernent que la population circonscrite d’un collège et n’ont donc pas de prétention à la généralisation.

7  Ces données recoupent celles de Josiane Jouët et de Dominique Pasquier, et celles de Sylvie Octobre. Une enquête plus récente et d’ampleur plus importante permettrait de vérifier ces tendances.

8  Ainsi dans notre questionnaire, les garçons répondent plus fréquemment y passer plus de deux heures par jour (36 % contre 28 %), tandis que les filles répondent plutôt y passer entre une et deux heures (48 % contre 34 %).

9  Cette donne avait été repérée à propos d’internet auprès d’étudiants américains par Jackson et al. en 1999 (op cit.). Par ailleurs, en France, une enquête menée en contexte scolaire par Monique Volman (1997) auprès de 20 classes de collège note elle aussi le manque de confiance des filles : tandis que les garçons n’imputent que rarement un problème à leurs propres erreurs, les filles ont tendance à se montrer très réservées sur leurs compétences, et à attribuer leurs problèmes à leur propre incapacité.

10  Voir Brougère, G. (1992). Et plus l’environnement est complexe, plus l’apprentissage par l’intermédiaire des jouets devient nécessaire. Voir Manson, M. (2002).

11  Voir la synthèse de Nicole Mosconi , Mosconi, N. (1999). Les recherches sur la socialisation différentielle des sexes à l’école. In Lemel, Y. & Roudet, B. (Eds.) Filles et garçons jusqu’à l’adolescence. Socialisations différentielles. Paris : L’Harmattan.

12  Dans les familles favorisées notamment. Dans les milieux populaires, il semble que les pères s’essaient moins à l’outil.

13  Du moins lorsque celui-ci maîtrise l’outil. La plupart des pères de milieu populaire de l’échantillon ne touchent en effet pas à l’ordinateur.

14  Qui transmet notamment, tant par les programmes que par le corps enseignant, un savoir « masculin-neutre ». (Mosconi, N., 1994). Voir aussi Mosconi, N. (1990) La femme savante, figure de l’idéologie sexiste dans l’histoire de l’éducation. Revue Française de Linguistique de pédagogie, 93. On pourrait par exemple noter que les professeurs de technologie (discipline dans laquelle est enseignée l’informatique au collège), restent pour la plupart des hommes, issus des filières mathématiques ; et que les manuels utilisés en technologie laissent une faible place aux femmes.

15  Qui continuent de confronter les enfants à des contenus culturels très marqués par les stéréotypes sexués (citer références).

16  Tout comme les jeux sont calibrés pour cela. Voir Cassel, J. & Jenkins, H. (1998). Le jeu de simulation des Sims a été conçu pour un public féminin. Il offre de multiples possibilités pour maquiller et coiffer les personnages. Antheaume, A. & Pécard, A. Télérama du 8 février 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Recherches & Educations, 2, 2009, p. 139-162

Référence électronique

Céline Metton-Gayon, « Usages sexués d’internet chez les adolescents et modes de socialisation familiaux », Recherches & éducations [En ligne], 2 | décembre 2009, mis en ligne le 15 janvier 2012, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/518

Haut de page

Auteur

Céline Metton-Gayon

Chercheure associée du CEMS (EHESS/CNRS)

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org