Navigation – Plan du site
Dossier

Les représentations des métiers par les élèves de cycle 3 : permanences et perspectives d’évolution

Christine Fontanini
p. 163-177

Résumés

Cet article a pour objectif d’étudier si les enfants de cycle 3 ont déjà des projets professionnels et s’ils sont différents entre les filles et les garçons. D’autre part, nous examinons quelles sont leurs représentations sexuées de certaines professions.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

cycle 3, genre, métiers

Chronologique :

XXe siècle, XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Une recherche sur la féminisation des études et de la profession vétérinaire (Sans & Darré, 2007) a montré que pour les anciennes générations comme pour les nouvelles (étudiant-e-s actuellement), le métier de vétérinaire a généralement été envisagé très jeune (entre 8 et 12 ans). Ce projet a perduré jusqu’à l’orientation post-baccalauréat.

2Face à ce choix précoce de métier, nous nous sommes demandée si les élèves actuels de cette tranche d’âge avaient déjà des idées précises des métiers qu’ils et elles souhaitaient exercer plus tard et lesquels. Filles et garçons, à cet âge, ont-ils des projets professionnels différents ? Les filles sont-elles par exemple plus tentées par le métier de vétérinaire, sachant qu’elles représentent désormais 70 % des étudiants des écoles vétérinaires en France ? Le processus de féminisation de ce métier va-t-il a priori se poursuivre dans les années futures ? D’autres professions historiquement et traditionnellement masculines tendent de plus en plus à se féminiser depuis une trentaine d’années, comme celle de médecin et comme les carrières juridiques. A l’inverse, d’autres métiers tardent vers une féminisation comme ingénieur-e (en dehors de l’agronomie), les métiers du bâtiment…. Constate-t-on une tendance à l’ouverture non sexuée pour certains métiers et d’autre pas, avant l’adolescence ?

3De nombreuses études (Mosconi & Stevanovic, 2007) ont mis en évidence que les représentations des métiers influencent les choix des adolescent-e-s sur leurs orientations qui sont généralement étudiés aux différents paliers de leurs cursus.

4Ces choix adolescents différents, notamment entre les deux sexes, se construisent dans un contexte de socialisation différentielle entre les filles et les garçons dans la famille, à l’école, à travers les pairs et dans l’environnement social, dès leur naissance (Baudelot & Establet, 1992, 2007 ; Duru Bellat, 1990 ; Mosconi, 1994 ; Dafflon, 2006).

5Plusieurs recherches ont mis en évidence que les filles sont soumises à plus de règles et de supervisions parentales que les garçons ; que les parents encouragent plus leurs filles que leurs garçons à se soucier des autres, à partager et à faire preuve d’empathie (Ipsos, 2007). Cette socialisation a pour effet que les filles tendent à être plus préoccupées du bien-être de leur entourage. Une enquête (Ipsos, 2007), menée auprès de parents d’enfants de 6 à 17 ans, sur la représentation sexuée des métiers, a montré que « la hiérarchie des critères jugés primordiaux dans le choix d’un métier est similaire pour un garçon et pour une fille. Toutefois, les parents insistent beaucoup plus sur la souplesse des horaires pour les filles et, pour le choix des professions, les secteurs mis en avant par les parents pour une fille ou un garçon sont davantage marqués par une représentation sexuée traditionnelle des métiers ».

6De nombreuses études ont mis en évidence également que l’école joue un rôle dans la socialisation différentielle entre les élèves des deux sexes par le comportement en classe des enseignant-e-s envers les filles et les garçons (Jarlégan, 1999) mais aussi par le biais des manuels scolaires (Rignault & Richert, 1997 ; Brugeilles & Cromer, 2008) où les représentations homme-femme sont souvent associées à des stéréotypes d’ordre professionnel ou liées aux tâches domestiques.

7Plusieurs recherches se sont intéressées aux facteurs influençant les représentations et donc les choix professionnels dès l’enfance.

8D’après Hutchings (1997), les enfants se réfèrent à cinq modèles pour déterminer leurs préférences en matière d’activité professionnelle : la famille, l’école, la société, la télévision et les activités extrascolaires. Elle ajoute que « les filles se réfèrent en majorité à des modèles d’activité féminine et les garçons s’identifient à des modèles masculins ce qui est tout à fait prévisible si l’on considère que l’identité sexuée s’acquiert très tôt et que les enfants prennent très vite conscience des activités et des centres d’intérêt liés à l’un ou l’autre sexe, affirmant en conséquence activement leur appartenance sexuelle à travers le choix de leurs jouets, vêtements, activités… ».

9Pour Gottfredson (1981), les enfants prennent conscience du fait que les métiers ne sont pas occupés indifféremment par les hommes et les femmes. Ainsi, à partir de treize ou quatorze ans, les adolescent-e-s disposent d’une même carte cognitive pour se représenter les professions.

10J.L Holland a relevé en 1966 que les intérêts professionnels n’étaient pas semblables entre les deux sexes et a distingué six catégories d’intérêts professionnels (Réaliste, Investigateur, Artistique, Social, Entreprenant, Conventionnel), non répartis également selon les filles et les garçons (cité par Mosconi & Stevanovic, 2007).

11Ces différents éléments sociologiques et psychologiques nous amènent à poser l’hypothèse que les élèves de cycle 3 ont déjà des projets et des représentations professionnels sexués, liés à leur environnement social, qui perdureront et/ou qui seront renforcés au cours de l’adolescence. Par exemple, les filles devraient être plus nombreuses à souhaiter exercer le métier de vétérinaire que les garçons. En est-il de même pour les autres métiers liés aux animaux ?

Méthodologie et présentation de l’échantillon

12Pour tester notre hypothèse, nous avons mené une recherche en 2008 par questionnaire sur les projets et représentations professionnelles auprès de 173 élèves (88 filles et 85 garçons) de cycle 3 (classes de CE2, CM1 et CM2) dans deux écoles élémentaires suburbaines de Toulouse. Les enfants ont donc entre 9 et 11 ans. Le logiciel Sphinx a permis le traitement des données.

13Nous avons choisi d’enquêter auprès d’enfants originaires de milieux sociaux favorisés pour qu’ils aient connaissance d’un maximum de professions, notamment supérieures, grâce à leur entourage social. Par exemple, les étudiant-e-s vétérinaires proviennent en grande majorité de milieux sociaux favorisés (Sans & Darré, 2007).

1440 % des pères actifs des filles et des garçons appartiennent aux Professions et Catégories Socioprofessionnelles (PCS) « Cadres et professions intellectuelles supérieures » et environ un quart des mères actives également (23,1 % des filles et 27 % des garçons).

15En comparant avec la population active ayant un emploi par sexe et PCS de Midi-Pyrénées (INSEE, 2002), on observe que les pères et mères actifs de notre population étudiée sont presque trois fois plus nombreux que les hommes et les femmes de la région à appartenir à cette PCS (respectivement 15 % d’hommes et 10 % de femmes).

16Les autres parents actifs appartiennent principalement à la PCS « Employés » (14, 7 % des pères et 34,7 % des mères des filles ; 18,4 % des pères et 37,1 % des mères des garçons) et « Professions intermédiaires » (18 % des pères et 22,1 % des mères des filles ; 19,5 % des pères et 28,5 % des mères des garçons).

17Les autres PCS sont peu représentées autant par les pères que par les mères. Un cinquième des mères des garçons et 14 % des mères des filles n’ont pas d’activité professionnelle.

Les permanences dans leurs représentations des métiers 

Critères les plus importants dans le choix de leur futur métier

18 La question proposée aux élèves était la suivante « Qu’est-ce qui te paraît le plus important dans le choix de ton futur métier ? ». Ils/elles pouvaient cocher 3 réponses fermées maximum sur 10 proposées, sans ordre de préférence.

19Majoritairement, filles et garçons recherchent « un métier intéressant ». « Gagner beaucoup d’argent » est davantage mentionné par les garçons (écart significatif de 25 points). Les autres réponses sont citées dans des proportions proches entre les deux sexes. (cf tableau n° 1)

  • 1  - Chi2 non significatifs sauf pour le critère « gagner beaucoup d’argent », Chi2 = 9,92 ; ddl =1 ; (...)

Tableau n° 1 : Critères les plus importants dans le choix de leur futur métier1

     Sexe

Critères

Filles

Garçons

Total

1 Faire un métier intéressant

62,5 % (55)

62,4 % (53)

62,4 % (108)

2 Gagner beaucoup d’argent

42 % (37)

67,1 % (57)

54,3 % (94)

3 Temps libre pour enfants

50 % (44)

45,9 % (39)

48 % (83)

4 Trouver facilement du travail

27,3 % (24)

23,5 % (20)

25,4 % (44)

5 Avoir un travail utile aux autres

22,7 % (20)

18,8 % (16)

20,8 % (36)

6 Temps libre pour loisirs

19,3 % (17)

17,6 % (15)

18,5 % (32)

7 Faire plaisir à tes parents

12,5 % (11)

20 % (17)

16,2 % (28)

8 Rencontrer personnes au travail

12,5 % (11)

16,5 % (14)

14,5 % (25)

9 Avoir des responsabilités

13,6 % (12)

12,9 % (11)

13,3 % (23)

10 Diriger les autres

0

3,5 % (3)

1,7 % (3)

Lecture : La modalité « faire un métier intéressant » a été citée par 55 filles sur 88 (total filles), soit par 62,5 % des filles comme un critère important pour choisir leur futur métier.

20Les élèves de cycle 3 ont des attentes proches des élèves de terminale (S. Lemaire, 2005) ce qui signifie que l’anticipation professionnelle est précoce et évolue peu jusqu’au choix réel d’orientation.

Activités les plus recherchées dans leur futur métier ?

21La question posée aux élèves était : « Quelles sont les activités qui te plairaient le plus de faire dans ton travail ? ». Ils/elles pouvaient choisir 3 réponses maximum sur 10 proposées, sans ordre de préférence. (cf tableau n° 2).

22Certaines différences de préférences en matière d’activités sont très nettes entre les filles et les garçons de cycle 3 de notre échantillon comme c’était le cas pour des élèves de troisième et de terminale (Wach, 1992).

23Le soin est largement plus recherché par les filles que par les garçons (écart très significatif de 28 points). Les filles sont aussi plus attirées que les garçons par « enseigner » (écart significatif de 15,5 points) et « s’occuper des autres ». A l’inverse, les garçons sont plus tentés par « fabriquer, construire » (écart très significatif de 23 points), « compter, faire de l’informatique » (écart significatif de 15 points), « bricoler, réparer » (écart très significatif de 18 points) et faire un travail de recherche ». Les autres activités séduisent autant l’un et l’autre sexe.

24Les activités recherchées par les filles et les garçons ressemblent globalement à la répartition des activités selon le sexe sur le marché du travail ce qui signifie qu’en cycle 3, les élèves ont déjà intégré la répartition sexuée des activités professionnelles existantes et souhaiteraient majoritairement des activités professionnelles correspondant traditionnellement à leur sexe.

  • 2  1 - Chi2 =15,71 ; ddl =1 ; P = 0,00

Tableau n° 2 : Activités les plus recherchées dans leur futur métier2

Sexe

Activités recherchées

Filles

Garçons

Total

1 Soigner

40,9 % (36)

12,9 % (11)

27,2 % (47)

2 Fabriquer, construire

15,9 % (14)

38,8 % (33)

27,2 % (47)

3 S’occuper des autres

31,8 % (28)

23,5 % (20)

27,7 % (48)

4 Conseiller, renseigner

21,6 % (19)

23,5 % (20)

22,5 % (39)

5 Enseigner

26,1 % (23)

10,6 % (9)

18,5 % (32)

6 Parler, établir des contacts

19,3 % (17)

17,6 % (15)

18,5 % (32)

7 Calculer, compter, faire de l’informatique

11,4 % (10)

27,1 % (23)

19,1 % (33)

8 Bricoler, réparer

8 % (7)

25,9 % (22)

16,8 % (29)

9 Organiser, décider

17 % (15)

18,8 % (16)

17,9 % (31)

10 Travail de recherche

8 % (7)

16,5 % (14)

12,1 % (21)

Lecture : La modalité « soigner » a été citée par 36 filles sur 88 (total filles) soit 40,9 % comme une des activités recherchées dans leur futur métier.

Quel métier envisagé pour plus tard ?

25Les élèves étaient également invité-e-s à exprimer quels métiers, ils/elles souhaiteraient plus tard en justifiant leurs réponses. Nous avons obtenu 101 réponses de la part des filles (soit 1,13 idée/fille) et 81 des garçons (soit 1,03 idée/garçon).

26Nous avons regroupé les professions exposées par groupe d’activités pour pouvoir mieux analyser les réponses.

27En examinant les métiers projetés par les filles, nous constatons qu’ils sont répartis de manière équilibrée entre deux catégories :

  • - Des professions traditionnellement exercées par les femmes et/ou la part des femmes est importante actuellement (+ 50 %) : 42 % des réponses (professeure des écoles, sage-femme, assistante maternelle, coiffeuse…) ;

  • - Des professions traditionnellement exercées par les hommes mais en cours de féminisation depuis une trentaine d’années : 39 % des réponses (vétérinaire, médecin, palfrenière…).

28Cacouault-Bitaut (2001) définit la notion de féminisation par « l’augmentation du nombre des femmes dans une activité déterminée » en précisant que « cette notion est utilisée quand la participation féminine reste limitée (mais sa progression constitue un changement notable) et lorsqu’elle s’accroît au point que les hommes à leur tour deviennent minoritaires ».

29Les filles sont très polarisées vers les métiers en lien avec les animaux (31 % des réponses), les soins humains (16 %) et l’enseignement ou la petite enfance (16 %). Ces choix ressemblent encore une fois à ceux des filles en classe de terminale (Lemaire, 2005).

30En regroupant le soin animal et humain (vétérinaire + soins humains), on obtient près de la moitié des réponses des filles (46 %). On observe peu de projets dans les métiers scientifiques (5 %) mais 8 % sont liés au « show business ». Ils sont probablement influencés par des émissions télévisées comme la « Star Academy » ou « Top Model » pour des professions comme danseuse, chanteuse et top model. L’activité extra scolaire de la danse ou du chant peut amener aussi des filles à envisager la prolongation du hobby actuel comme une activité professionnelle future (Hutchings, 1997).

31On constate que les autres projets sont partagés entre la création/art (12 %), les soins liés au corps et aux cheveux (5 %) et diverses idées (12 %).

32Il est à noter que la profession vétérinaire est la plus citée par les filles (22,7 % des réponses). Toutefois, ces dernières ne présentent pas particulièrement de caractéristiques communes avec les étudiantes vétérinaires (Sans & Darré, 2007) telles que la pratique de l’équitation (seulement 4 filles), l’exercice d’une profession libérale ou d’un métier en relation avec les animaux par les parents ou des origines sociales favorisées.

33Les professions exercées encore majoritairement par les hommes comme pompier, ingénieur, journaliste, policier… (24,6 % des réponses) tentent actuellement aussi les fillettes. En revanche, des métiers plus récents (comme diététicienne, vendeuse en animalerie…) les attirent peu (2 %).

34Il y a donc une percée vers la féminisation de certains métiers d’hommes. Elle concerne principalement des métiers en lien avec le soin et/ou avec les animaux.

35Lemaire (2005) souligne que « l’attrait de la médecine pour les femmes peut certes s’expliquer par une certaine représentation du métier qui concorde avec des rôles sociaux traditionnellement considérés comme féminins, mais il se justifie également par la grande diversité des modes d’exercice du métier, qui leur offre la possibilité de moduler leur activité ». On peut faire l’hypothèse que l’attrait des études vétérinaires rejoint celui des études médicales.

36Baudelot et Establet (2007) mettent en évidence qu’« une bonne part de l’élite scientifique féminine des lycées s’oriente vers les facultés de médecine, alors que l’élite masculine vise de plus en plus les classes préparatoires scientifiques et commerciales ». On peut ajouter que l’élite scientifique féminine se dirige aussi vers les classes préparatoires commerciales et BCPST (Biologie, Chimie, Physique, Sciences de la Vie et de la Terre) pour tenter le concours très sélectif des quatre écoles vétérinaires de France et/ou des écoles d’ingénieurs d’agronomie.

37Les garçons sont beaucoup moins polarisés que les filles sur certains domaines professionnels. Ils sont aussi plus nombreux à ne pas avoir d’idées de métiers (10 % des garçons contre 3 % des filles).

38Les préférences des garçons sont réparties entre les métiers créatifs et artistiques (17 %), les métiers scientifiques (15 %), les métiers du show business (15 %) liés exclusivement au sport (footballeur, rugbyman, tennisman, animateur et journaliste sportifs). Comme pour les filles, on peut penser que ces élèves masculins sont influencés par des émissions télévisuelles et/ou par leur pratique sportive extra scolaire. Les métiers en lien avec les soins humains représentent 15 % des réponses et seulement quatre garçons ont mentionné un métier en relation avec les animaux (dont deux pour vétérinaire).

39Les autres projets concernent des métiers manuels comme maçon, charpentier etc. (8,6 %), des métiers de la police (8,6 %) et des idées diverses (16 %).

40Contrairement aux filles, les garçons sont polarisés sur les métiers traditionnellement exercés par les hommes (82 % des garçons), par exemple : médecin, ingénieur, architecte, écrivain, maçon etc. Ils sont attirés également par des métiers récents mais surtout exercés par les hommes (13 %) comme informaticien, infographiste, réalisateur de films etc. Seulement 5 % de garçons envisagent des métiers en contact avec des enfants ou adolescent-e-s (assistant maternel, professeur et animateur centre de loisirs).

41En comparant, pour un domaine identique, on se rend compte que les métiers énoncés par les deux sexes ne sont pas les mêmes.

42Pour les professions en lien avec les soins humains, on en relève seulement quatre qui ont été citées par les filles et les garçons (pompièr-e, chirurgien-ne, kinésithérapeute et médecin) sur 12 énoncées au total. Sur les cinq métiers scientifiques indiqués par les élèves des deux sexes, experte scientifique n’est citée que par les filles et informaticien que par les garçons. 

43Pour ceux en relation avec la création et le show business, aucun métier commun n’est cité par les élèves des deux sexes. Dans les professions diverses, seul archéologue est cité une fois chez les filles et les garçons. Toutes les autres ne sont pas communes aux deux sexes.

44Ces métiers différents énoncés par les filles et les garçons s’expliquent par leur perception de la division sexuée du travail, par le fait qu’ils ne regardent pas les mêmes émissions et séries à la télévision, ne pratiquent pas les mêmes loisirs. Ils/elles n’ont donc pas les mêmes modèles.

Métiers masculins ou féminins ?

45On proposait aux élèves 18 professions et ils/elles devaient indiquer pour chacune d’entre elles si c’était plutôt un métier pour les femmes, pour les hommes ou pour les deux en justifiant leurs réponses. Nous avons choisi des métiers aux profils variés en termes de qualification exigée, de prestige, de revenus. Nous avons proposé quatre métiers en lien avec les animaux dans le cadre de notre étude plus particulière sur la féminisation de ces métiers.

Métiers plutôt pour les hommes

  • 3  Chi2 non significatifs

46Filles et garçons s’accordent pour considérer 6 professions sur 18 comme plutôt pour les hommes3 :

  1. - mécanicien-ne (79,5 % filles et 81,2 % garçons),

  2. - maçon-ne (79,5 % filles et 82,4 % garçons),

  3. - pompier-e (73,9 % filles et 71,8 % garçons)

  4. - pilote d’avion (77,3 % filles et 68,2, % garçons).

  5. - chef d’entreprise (46,6 % filles et 50,6 % garçons),

  6. - policier-e (46,6 % filles et 44,7 % garçons),

47Les élèves ont expliqué pour policier-e que les hommes ont plus de « force, courage, désir d’action, goût du risque, habileté, rapidité en courant ». Les femmes, pour certain-e-s élèves ne savent pas « viser et manier les armes » et « ont peur du danger et de tuer des bandits ». Pour mécanicien-ne et maçon-ne, les élèves des deux sexes avancent souvent l’explication que « les filles n’aiment pas se salir, n’aiment pas le bricolage » et que les garçons sont « plus forts, plus bricoleurs et bons en calcul ». Pour pompier-e, c’est un métier plutôt pour les hommes car il est « dangereux » et nécessite donc « la force, le courage, le goût de l’action, la patience ». Et les femmes sont souvent décrites « comme ayant peur du feu ».

48On relève donc que les commentaires des enfants portent essentiellement sur la force physique et/ou le courage (policier, mécanicien, maçon et pompier). Ces qualités supposées plus masculines sont justifiées par des différences de nature, d’origine biologique.

49Toutefois, les filles évoquent pour le métier de policier-e, plus que les garçons, l’idée d’égalité entre les deux sexes et le fait qu’hommes et femmes exercent cette profession. On peut faire l’hypothèse que cette représentation « mixte » de ce métier, qui reste dans la réalité très masculine (Pruvost, 2006), est liée aux séries télévisées policières américaines et françaises mettant en scène très souvent des femmes notamment gradées dans la police, par exemple « Julie Lescaut ». Par ailleurs, certain-e-s élèves ont mis en avant que dans la rue, on voyait des policiers et policières, celles-ci faisant ainsi aussi figures de modèles pour les élèves.

50Pour les deux autres professions (chef d’entreprise et pilote d’avion) sont mis en avant par les élèves la force mentale nécessaire pour les exercer. Une des explications données par les enfants est que « les hommes savent mieux diriger que les femmes ». Pour pilote d’avion, les hommes sont dotés de plus de qualités (plus mentionné par les filles) comme « la force, la meilleure gestion d’une situation, la concentration, l’habileté et la meilleure orientation des hommes ». A l’inverse, les garçons considèrent plus que les filles que celles-ci n’ont pas les compétences pour ce métier car « elles ont le vertige, elles ont plus de malaise, elles ont le mal de l’air et elles ont peur du vide ». Certain-e-s élèves ont précisé n’avoir jamais vu de pilotes d’avion féminines. Est-ce pour cela que cette profession est vue plutôt comme masculine ? Est-ce par manque de modèles ?

Métier plutôt pour les femmes

  • 4  Chi2 non significatif

51Seul le métier de toiletteur/euse est indiqué plutôt pour les femmes autant par les filles (54,5 %) que par les garçons (52,9 %)4.

52Dans les explications données, on relève que les femmes aiment plus faire la toilette et/ou le soin aux animaux (raison plus avancée par les filles), ont plus les qualités nécessaires telles que « la douceur et la gentillesse ». Le fait que les mères s’occupent en général davantage des enfants est-il extrapolé pour les animaux par ces enfants ?

53Les garçons n’apparaissent pas « faits » pour ce métier car pour certain-e-s, « ils ne savent pas faire le ménage » et « ne savent pas laver ». Pour ce métier, on retrouve des qualités dites féminines supposées innées. D’ailleurs, ce métier n’est pas envisagé particulièrement pour les hommes. Il est néanmoins considéré comme possible pour les deux sexes par 38,6 % de filles et 38,8 % de garçons.

Qualités des hommes et des femmes

  • 5  La force, le courage, une course plus rapide, une voix sonore, la recherche de l’action, le goût d (...)

54En examinant les différentes explications avancées par les élèves pour justifier leurs choix masculins ou féminins des métiers proposés, on constate que 21 qualités sont énoncées pour les garçons5. Toutes sont des qualités considérées comme traditionnellement masculines sauf une : la patience.

55Les seuls « défauts » des garçons concernent le fait « qu’ils ne savent pas faire le ménage » et « qu’ils n’aiment pas laver ».

  • 6  La douceur, la gentillesse, le soin, l’empathie, l’amour pour les animaux et la curiosité

56Seulement 8 qualités sont reconnues aux filles et 6 sont traditionnellement considérées comme féminines6. Les deux exceptions sont l’intelligence et une bonne capacité de jugement.

57Les « défauts » des filles les empêchant d’exercer certains métiers sont : la peur de se salir, leur fragilité physique, leur peur du vide, leurs fréquents malaises, le mal de l’air, avoir le vertige, avoir peur du danger, avoir peur du feu, ne pas savoir viser et manier les armes, ne pas savoir et aimer bricoler.

58On constate que les filles ont moins de qualités et beaucoup plus de défauts que les garçons ce qui explique probablement pour ces enfants l’incompatibilité de certains métiers pour les filles. Une dévalorisation du féminin se dégage et trouve probablement ses racines au sein de la société, dans la famille, à l’école, avec les pairs.

Métiers convenant autant aux hommes qu’aux femmes

59Neuf professions sont estimées comme convenant autant aux hommes qu’aux femmes dans des proportions similaires d’élèves des deux sexes :

  1. - journaliste (63,6 % filles et 68,2 % garçons),

  2. - médecin, (77,3 % filles et 70,6 % garçons),

  3. - infirmier-e (64,8 % filles et 60 % garçons),

  4. - professeur-e (93,2 % filles et 89,4 % garçons),

  5. - avocat-e (71,6 % filles et 70,6 % garçons),

  6. - ingénieur-e (58 % filles et 54,1 % garçons),

  7. - chauffeur-e de bus (55,7 % filles et 58,8 % garçons)

  8. - éleveur-e d’animaux (62,5 % filles et 55,3 % garçons)

  9. - moniteur/trice d’équitation (56,8 % filles et 49,4 % garçons)

60Les filles considèrent davantage deux métiers comme plus asexués que les garçons : vétérinaire (65,9 % filles et 49,4 % garçons), et informaticien-ne (63,6 % filles et 52,9 % garçons). Aucune fille et seulement trois garçons estiment la profession de vétérinaire comme convenant plutôt aux hommes. Les garçons sont plus nombreux proportionnellement aux filles à considérer la profession de vétérinaire comme plutôt un métier pour les femmes (écart de 10 points). C’est d’ailleurs la deuxième profession qui est la plus estimée par les garçons (après toiletteuse) comme convenant plutôt aux femmes. Est-ce pour cette raison que les garçons se détournent de plus en plus de ces études et de ce métier ? Le fait que l’équitation soit peu pratiquée par les garçons en amateur (Tourre-Malen, 2006) n’amène pas ces derniers à brosser et soigner régulièrement les chevaux contrairement aux filles. On peut penser que cette proximité plus courante des filles avec les chevaux entraîne une association « filles – animaux » pour les garçons. A cela s’ajoutent les jouets et jeux avec animaux destinés aux filles dans les catalogues et magasins de jouets (Fontanini, 2008) pouvant faire penser aux garçons que les soins aux animaux sont plus l’affaire des filles ?

61Métier traditionnellement et historiquement féminin, le métier d’infirmier-e ne fait pas référence pour la majorité de ces élèves à une figure féminine mais aux deux sexes. Une partie des élèves a mentionné le fait que l’on voyait des hommes et des femmes exercer ce métier à l’hôpital notamment, alors que dans la réalité, la profession est essentiellement féminine. Filles et garçons reconnaissent peu de compétences spécifiques aux femmes pour la profession d’infirmière. Seules deux sont citées : la douceur et l’empathie.

62Filles et garçons s’accordent à penser que médecin est une profession pour les deux sexes en faisant référence à leur entourage composé de médecins masculins et féminins. Les quelques élèves ayant mis en avant que c’est un métier plutôt pour les hommes, ont cité « le courage, le fait que les hommes savent mieux diriger et que les hommes se retrouvent plus dans les organes ». Pour les femmes sont reconnues comme qualités pour cette profession : le soin, leur douceur et leur intelligence.

63Métier d’abord essentiellement masculin à partir de la IIIe République, puis devenu de plus en plus féminin depuis les années 1960 (Cacouault, 2007), professeur-e est vu-e comme convenant aux deux sexes par la plupart des filles et des garçons. Il faut noter que dans ces deux écoles primaires travaillent des enseignants masculins ce qui permet aux enfants d’avoir les deux « modèles ». Ils/elles ont d’ailleurs souvent noté dans les questionnaires : « dans mon école, il y a les deux ».

64On peut penser que la représentation de la profession d’avocat-e se féminise avec les séries télévisées mettant en scène des femmes. De plus, certains enfants ont mentionné qu’ils/elles connaissaient des avocates dans leur entourage. La profession est occupée de plus en plus par les femmes depuis une trentaine d’années puisqu’elle compte 47,2 % de femmes tous barreaux et les promotions ont 65 % de femmes ces dernières années (Moreau, 2004).

65L’image du métier de journaliste est probablement en mutation car il est estimé comme convenant autant aux femmes qu’aux hommes. La « curiosité des femmes » est évoquée comme qualité plus féminine et la « voix plus sonore » des hommes comme qualité masculine. De plus, les journalistes des deux sexes à la télévision ou dans les reportages sont cités souvent et autant pour justifier l’un ou l’autre sexe.

66Métier traditionnellement et historiquement masculin, ingénieur-e n’est considéré que par un peu plus d’un tiers des élèves comme un métier d’hommes car ces derniers sont « plus concentrés, plus intelligents, plus inventifs, plus créatifs, plus forts en chimie et meilleurs en calcul que les femmes ». La tendance lourde est de considérer cette profession comme convenant aux deux sexes en évoquant notamment l’égalité entre hommes et femmes. On peut penser que cette vision très égalitaire de ce métier provient de l’environnement de ces enfants qui ont souvent des parents ingénieurs ou qui connaissent des personnes des deux sexes exerçant cette profession. Beaucoup d’enfants ont d’ailleurs précisé qu’ils connaissaient un-e ingénieur-e.

67Pour chauffeur-e de bus, les élèves ont évoqué leurs modèles dans la vie réelle pour justifier l’un ou l’autre sexe.

68Le métier de monitrice d’équitation, largement féminin actuellement (Tourre-Malen, 2006), est considéré majoritairement comme convenant aux deux sexes ou aux femmes. Il en est de même pour la profession d’éleveur-e d’animaux (qui peuvent être des animaux de ferme ou chiens/chevaux ou des animaux plus exotiques).

69L’idée que la profession d’informaticien-ne peut attirer les hommes comme les femmes est peu en rapport avec la réalité (Fontanini & Costes, à paraître). Elle est probablement liée à leur environnement (comme pour ingénieur) où ils/ elles côtoient des personnes des deux sexes travaillant dans l’informatique, ne faisant sans doute pas de distinction fine entre les différents métiers dans ce secteur d’activité.

70Pour ces onze professions considérées majoritairement par les élèves comme asexuées, on relève l’importance du modèle (pour un sexe comme pour un autre) vu dans la réalité (entourage proche ou plus lointain) ou à la télévision. Ces représentations unisexes de ces onze métiers sont non conformes à la réalité, sauf pour moniteur/trice d’équitation. Ils sont soit beaucoup plus occupés par les hommes (médecin, vétérinaire, ingénieur, journaliste, informaticien-ne, chauffeur-e de bus et éleveur-e d’animaux) ou par les femmes (infirmier-e, professeur-e). Seule la profession d’avocat-e arrive à une représentation actuelle égalitaire des deux sexes.

71Les représentations des métiers pour ces élèves sont davantage fondées sur les modèles de leur entourage que sur la réalité. C’est pourquoi, il leur suffit de voir quelques femmes exercer une profession pour penser que c’est un métier unisexe comme les policières dans la rue, par exemple. Pour les enfants des deux sexes, nous avons relevé aussi qu’ils/elles considèrent les métiers nécessitant de la force ou du courage comme dures et donc plutôt destinés aux hommes. Les professions impliquant des études scientifiques longues comme médecin ou vétérinaire ne sont pas estimées comme difficiles, donc possibles pour les femmes. Les filles, en cycle 3, ne s’auto-éliminent donc pas par rapport à ces professions médicales dont la sélection est principalement basée sur les mathématiques alors qu’on sait qu’elles ont, en général, un sentiment de compétence plus faible que les garçons en mathématiques (M. Duru Bellat, 1990).

72Ces élèves n’ont probablement pas encore connaissance des chemins qui mènent aux études et aux métiers. C’est peut être ce qui permet aux fillettes de se projeter dans des professions supérieures sélectives ?

73En outre, dans notre échantillon, les filles considèrent davantage que les garçons que les métiers sont, d’une manière générale, pour les deux sexes. Ceci explique probablement le fait que certaines professions traditionnellement masculines tendent à se féminiser depuis trente ans. Il est sans doute plus valorisant pour les filles de se diriger vers des métiers masculins que le contraire.

74Les professions d’infirmier-e, de professeur-e, vétérinaire, moniteur/trice d’équitation et médecin ne sont pas considérées par les élèves comme pouvant convenir plus aux hommes alors que vétérinaire et médecin n’étaient occupés que par des hommes, il y a quarante ans.

75Par contre, pratiquement aucun-e élève ne considère les professions d’ingénieur-e, chauffeur-e de bus, de pilote d’avion et informaticien-ne, plutôt pour les femmes.

76Dans les perspectives d’évolution des représentations des métiers, on peut aussi relever que 45,9 % des garçons de notre échantillon désirent avoir du temps libre pour leurs enfants. On peut y voir un début de changement de mentalités concernant leur prise en charge. En effet, d’après une étude IPSOS (2007) auprès de parents d’enfants de 6 à 17 ans, ces derniers considèrent que l’élément jugé primordial dans le choix d’un métier est l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privé, qu’il s’agisse d’une fille ou d’un garçon. De plus, on ne relève pas, à cet âge, une prédominance de choix professionnels réputés comme « facilement conciliables avec une vie familiale » par les filles.

Bilan paradoxal

77On constate que pour les filles et les garçons de notre échantillon (majoritairement issus de milieux favorisés), presque les deux tiers des professions parmi celles proposées conviennent autant aux hommes qu’aux femmes. Ces enfants vivent probablement dans un environnement où l’égalité entre les sexes est affirmée, au moins en théorie, dans leur environnement. Comme le soulignent Vilhjalmsdottir & Arnkelsson (2007, p. 421) : « Ceci nous rappelle que les représentations des professions qui conviennent respectivement aux hommes et aux femmes dépendent du contexte social et que ces représentations peuvent changer lorsque se présentent de nouveaux modèles et de nouvelles expériences ».

78Les filles considèrent toujours plus ces métiers comme asexués que les garçons. On peut penser que les filles sont davantage attachées à l’idée d’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes pour que tout reste possible pour elles. Les garçons ont une conception plus stéréotypée des métiers.

79Les fillettes d’aujourd’hui semblent prêtes à poursuivre la percée des femmes dans les métiers traditionnellement masculins. Elle concerne toutefois principalement les métiers en lien avec le soin et/ou avec les animaux. La féminisation en marche de la médecine et des soins vétérinaires va sans doute se poursuivre dans les années à venir. Il faudra sans doute attendre encore quelques années pour que les filles se tournent vers les professions encore occupées majoritairement par les hommes et jugées par les enfants comme convenant plus au sexe masculin.

80Les garçons ont une conception assez égalitaire pour onze métiers, un tiers souhaite avoir du temps libre pour s’occuper des enfants mais ils restent traditionnels dans leurs choix personnels (futur métier, activités recherchées dans leur travail, critères les plus importants dans leur choix du métier, défauts et qualités énoncés pour les deux sexes). Il reste encore du chemin à parcourir aussi pour eux.

81Le décalage entre les représentations des élèves assez égalitaires (entre les deux sexes) des métiers par rapport à la réalité dans la société et leurs projections professionnelles vient probablement du fait que ces enfants vivent dans un monde où d’un côté est prôné l’égalité entre les hommes et les femmes et d’un autre, subsiste une division sexuée du travail professionnel et domestique.

Haut de page

Bibliographie

Baudelot C. et Establet R. (1992). Allez les filles, Paris : Seuil.

Baudelot C. et Establet R. (2007). Quoi de neuf chez les filles ? Entre stéréotypes et libertés, Paris : Nathan.

Brugeilles, C. & Cromer, S (2008). Comment promouvoir l’égalité entre les sexes par les manuels scolaires ? Paris, Unesco.

Cacouault-Bitaud, M. (2001). La féminisation d’une profession est-elle le signe d’une baisse de prestige ? Travail, genre et sociétés, n° 5, mars, 93-115.

Cacouault-Bitaud, M. (2007). Professeurs…mais femmes. Paris : La Découverte.

DEPPP/SDSS/DVE. (2008). Filles et garçons, sur le chemin de l’égalité. Direction générale de l’enseignement scolaire, Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance, mars.

Dafflon Novelle, A. (2006). D’avant à maintenant, du bébé à l’adulte : synthèse et implications de la socialisation différenciée des filles et des garçons. In A. Dafflon Novelle, Filles-garçons : socialisation différenciée ? Grenoble : PUG, 361-391.

Duru-Bellat, M. (1990). L’école des filles. Quelle formation pour quels rôles sociaux ? Paris : L’Harmattan.

Fontanini, C. (2008). Jeux vidéo et jouets : un lien avec la féminisation du métier vétérinaire ? Cahiers du CERFEE, n° 25, pp. 149-167.

Fontanini, C. & Costes J. (2008). Filles et garçons dans l’enseignement supérieur : permanences et/ou changements ? Education et Formations, n° 77, pp. 63-76.

Gottfredson, L. (1981). Circumscrition and compromise : A developmental theory of occupational aspirations. Journal of Counseling Psychology, 28, 6, 545-597

Holland, J.L. (1966). The psychology of vocational choice, Waltham, MA : Blasidell.

Hutchings, M. (1997). What will you do when you grow up ? The social construction of children’s occupational preferences. Cahiers du CERFEE, n° 14, 119-144.

INSEE (2002). Femmes en Midi-Pyrénées. Dossiers de l’INSEE n° 110, juin.

Ipsos/DIF (2007). Les parents face à la représentation sexuée des métiers. Ipsos.

Jarlégan, A. (1999). La fabrication des différences : sexe et mathématiques à l’école élémentaire. Thèse de doctorat, Université de Dijon.

Lemaire, S. (2005). Les premiers bacheliers du panel : aspirations, image de soi et choix d’orientation. Education et Formations, n° 72, septembre, 137-153.

Moreau, C. (2004). Statistiques sur la profession d’avocat, Infostat Justice, n° 72, février.

Mosconi, N. (1994). Femmes et savoir - La société, l’école et la division sexuelle des savoirs, Paris : L’Harmattan.

Mosconi,N. , Stevanovic, B (2007). Genre et Avenir. Les représentations des métiers chez les adolescents et les adolescentes. Paris : l’Harmattan.

Pruvost, G. (2007). Profession : policier ; sexe : féminin. Paris : MSH

Rignault S. & Richert P. (1997). La représentation des hommes et des femmes dans les livres scolaires. Paris : La Documentation Française.

Sans, P. & R. Darré (2007). Les représentations et motivations des étudiants et des étudiantes en 1ère année d’école d’ingénieur-e ou vétérinaire, Un =Une, Lettre du réseau « Egalité des chances entre les femmes et les hommes dans l’enseignement supérieur agricole », Ministère de l’agriculture et de la pêche, n° 6, mai.

Tourre-Malen C. (2006). Femmes à cheval. Paris : Belin.

Vilhjalmsdottir, G. & Arnkelsson, G (2007). Les différences liées au sexe dans les représentations professionnelles. L’orientation scolaire et professionnelle, 36, n° 3, 421-434.

Wach, M. (1992). Projets et représentations des études et des professions des élèves de troisième et de terminale en 1992. L’orientation scolaire et professionnelle, 21, n° 3, 297-339.

Zaïdman, C. (1996). La mixité à l’école primaire. Paris : L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1  - Chi2 non significatifs sauf pour le critère « gagner beaucoup d’argent », Chi2 = 9,92 ; ddl =1 ; P value = 0,002.

2  1 - Chi2 =15,71 ; ddl =1 ; P = 0,00

 2 - Chi2 =10,34 ; ddl =1 ; P = 0,01

 3 - Chi2 = 1,10, ; ddl =1 ; P = 0,29 ; n.s.

 4 - Chi2 = 0,02 ; ddl =1 ; P = 0,90 ; n.s.

 5 - Chi2 = 7,26 ; ddl =1 ; P = 0,007

 6 - Chi2 = 0,008 ; ddl =1 ; P = 0,93 ; n.s.

 7 - Chi2 = 5,92 ; ddl =1 ; P = 0,015

 8 – Chi2 =8,72 ; ddl =1 ; P = 0,003

 9 - Chi2 = 0, 01 ; ddl =1 ; P = 0,92 ; n.s.

10 - Chi2 = 2,20 ; ddl =1 ; P = 0,14 ;n.s.

3  Chi2 non significatifs

4  Chi2 non significatif

5  La force, le courage, une course plus rapide, une voix sonore, la recherche de l’action, le goût du risque, l’habileté manuelle pour le bricolage, un don pour conduire les bus et les avions, une meilleure gestion d’une situation, des affaires, une meilleure concentration, une intelligence, une plus grande inventivité et créativité, une bonne capacité en calcul, en maths, en informatique, en chimie, une meilleure orientation (spatiale), une meilleure direction (d’une entreprise),

6  La douceur, la gentillesse, le soin, l’empathie, l’amour pour les animaux et la curiosité

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Recherches & Educations, 2, 2009, p. 163-177

Référence électronique

Christine Fontanini, « Les représentations des métiers par les élèves de cycle 3 : permanences et perspectives d’évolution », Recherches & éducations [En ligne], 2 | décembre 2009, mis en ligne le 15 janvier 2012, consulté le 22 mai 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/520

Haut de page

Auteur

Christine Fontanini

Maîtresse de conférences, Université Montpellier 3, CERFEE –LIRDEF, EA 3749

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org