Navigation – Plan du site
Dossier

De quoi le genre est-il le nom ?

Bernard Andrieu

Entrées d’index

Mots-clés :

corps, évolution, genre

Keywords :

body, evolution, gender

Chronologique :

227-230, XXe siècle, XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Dorlin E., 2008, Sexe , genre et sexualités, Introduction à la théorie féministe, Paris, P.U.F, co (...)

1Cette note de lecture présente une courte évolution des travaux sur le genre sous l’angle du rapport au corps en démontrant comment la dénaturalisation1 du corps et du sexe biologique a conduit à une description culturaliste des fonctions individuelles et des rôles sociaux. Si le genre dénaturalise le corps c’est en refusant toute référence au sexe ou à la sexualité en tant qu’ils seraient des données naturelles.

  • 2  Money J., John & Joan Hampson, 1957, Imprinting and the Establisment of the Gender Role, Archives (...)
  • 3  Oakley A., 1972, Sex, gender and society, Temple Smith, London.

2Depuis son apparition en 1947, sous la plume de John Money2, psychologue chargé du traitement des bébés hermaphrodites et intersexués jusqu’à leur réassignation identitaire à un sexe unique, et après sa reprise dans l’anthropologie féministe d’Ann Oakley3 en 1972, le terme de genre est désormais utilisé dans une pratique politique et artistique de dé-assignation et de revendication d’un corps entièrement culturel.

  • 4  Stoller R.J., 1968, Sex and Gender : On the Development of Masculinity and Feminity, New York : Sc (...)

3Le genre est culturellement ce qui sépare l’homme de la femme par des caractéristiques incorporées, comme le discours et les pratiques qui trouvent dans la différence sexuelle un principe de légitimation par la nature organique du corps masculin et féminin. Le terme de genre est popularisé en 1957 dans les travaux Robert J. Stoller (1926-1992) puis théorisé par lui en 1968 dans son livre Sex and Gender : On the Development of Masculinity and Femininity 4

4Trois éléments sont ainsi retenus pour définir le genre :

  • 5  Fausto-Sterling A., 1979, Myths of gender : Biological theories about women and men, New York.

5 - Le contenu social et arbitraire de ce qui est compris dans les différences entre les sexes ; le genre permet de penser le principe de partition lui-même et pas seulement les parties divisées, masculin et féminin5.

  • 6  Bourdieu P., 1998, La domination masculine, Paris, Seuil.

6 - L’accentuation ou l’élimination de la séparation des genres structurent la perception des organes et de l’activité sexuelle ainsi que la justification de la division sexuée des tâches sociales en utilisant leur naturalisation comme un alibi idéologique à la domination masculine6.

  • 7  Maruani M., 2005, Femmes, genre et sociétés : l’état des savoirs., Paris, La Découverte.

7 - Le genre se trouve dans un féminisme de la subversion7 des styles corporels que nous accomplissons de manière performative par la répétition et le rituel des postures et des actes sociaux que chaque sexe accomplit.

  • 8  MacKinnon C.A., 1987, Le féminisme irréductible. Discours sur la vie et la loi, Paris, ed. des fem (...)

8Pour Catherine A. Mac Kinnon (1987), le genre ne doit pas seulement servir à la critique féministe à affirmer l’abolition de la différence des sexes au nom d’un culturalisme égalitaire. A partir d’une position de philosophie politique du droit, la juriste américaine estime que « le genre est une inégalité de pouvoir », la différence n’en étant une que de manière dérivée au genre ; car les différences attribuées au sexe sont « des frontières tracées par l’inégalité […] les différences sont l’excuse après coup de l’inégalité, l’artefact final […]. L’inégalité vient en premier ; les différences suivent »8.

9Le genre est moins une utilisation politique pour légitimer la différence sur des bases naturelles que le résultat d’une construction de l’inégalité sociale. Le genre est une stratégie politique pour légitimer, selon son sexe, la supériorité et l’infériorité et maintenir l’inégalité entre les hommes et les femmes. L’ordre masculin maintient la femme, malgré le féminisme, dans une situation d’inéquité.

  • 9  Rouch H., Dorlin E., Fougeyrollas-Schwebel S., eds., 2002, Le corps, entre sexe et genre, Paris, L (...)
  • 10  Butler J., 1990, Défaire le genre, Paris, la Découverte, 2005.

10Le corps est entre sexe et genre9, posant ainsi la question de la ligne de démarcation entre la nature et la société. Du même coup, la liberté est au centre de la question que pose le genre à l’éducation du corps. Le genre ne précède pas la norme et ne possède pas d’essence discrète qui s’actualiserait selon les situations. Tout en s’inspirant du concept de situation chez Hegel, Sartre, Merleau-Ponty et Simone de Beauvoir, Judith Butler10 ne renverse pas seulement la perspective essentialiste par un nouvel existentialisme, elle pose aussi le genre comme un moyen d’interpréter l’histoire des corps plutôt que comme le simple résultat d’une déconstruction culturelle, telle que pratiquée par les cultural studies. L’interprétation dépend de la performance du sujet en situation de mettre en acte son corps. Non que le déterminisme des normes corporelles ne constitue un habitus au sens de Pierre Bourdieu, mais cette situation historique ne saurait être jamais confondue avec la réalité du genre.

11Mais la victimisation identitaire, la réification sociale ou la socialisation historique entérinent l’interprétant au nom de l’interprété, le sujet corporel par ses actions corporelles. La manière dont la culture corporelle fait accroire en la réalité de ce qui n’est jamais que construit par des sujets pour objectiver d’autres sujets fait oublier que le genre précède le sexe comme le pouvoir herméneutique précède l’interprétation réalisée. Le corps constitué par la société exerce bien, comme le biopouvoir chez Michel Foucault, une contrainte d’exercice du genre selon telle partition du corps. La délimitation est déjà une interprétation qui vise à occulter, Nietzsche l’analysait bien dans la généalogie de la morale, le sujet qui choisit telle interprétation à telle autre.

12Butler (1990) retrouve le sens nietzschéen. C’est la signification qu’on lui donne à l’occasion d’un de ces états qui naturalise le corps comme fait biologique ou social. Le préjudice épistémologique provient d’une tentative de contenir le vivant vécu du sujet corporel dans des typologies, catégories et systèmes de classification nécessaires pour agir sur le corps qui participe d’une tentation de réduction sinon d’élimination de la matière herméneutique.

  • 11  Maines R., 1999, Technology of Orgasm, John Hopkins Press.

13Si le corps n’est jamais un phénomène naturel, comme l’orgasme11, car toujours déjà interprété par la culture qui le constitue en orientant les exercices, les modes et les cycles, la conceptualisation de la non naturalité du corps n’est pas sans poser le problème du traitement épistémologique de la matière corporelle : le sang, le sperme, le lait, la maladie, la mort, l’accouchement, l’enfant… relèvent bien, comme le démontrent les historiens du genre, des pratiques et des techniques culturelles, mais leur vivacité naturelle préexiste à toute réductibilité herméneutique.

  • 12  Witttig M., 1973, Le corps lesbien, Paris, ed. Minuit.

14Ainsi Monica Wittig (1936-2003)12 dénonce l’oppression idéologique des femmes qui est aussi bien « biologique qu’historique » : la naturalisation de l’histoire repose sur le postulat d’une division naturelle entre l’homme et la femme. La division anatomique des sexes à la naissance servirait de légitimation à la restriction binaire de la définition du genre et à l’aliénation reproductive du masculin et du féminin. Le destin de l’hermaphrodite suffirait à démontrer cette culturation réductive du genre en une opposition binaire de sexes.

Haut de page

Notes

1  Dorlin E., 2008, Sexe , genre et sexualités, Introduction à la théorie féministe, Paris, P.U.F, coll. Philosophie.

2  Money J., John & Joan Hampson, 1957, Imprinting and the Establisment of the Gender Role, Archives of Neurology and Psychiatry, n° 77.

3  Oakley A., 1972, Sex, gender and society, Temple Smith, London.

4  Stoller R.J., 1968, Sex and Gender : On the Development of Masculinity and Feminity, New York : Science House.

5  Fausto-Sterling A., 1979, Myths of gender : Biological theories about women and men, New York.

6  Bourdieu P., 1998, La domination masculine, Paris, Seuil.

7  Maruani M., 2005, Femmes, genre et sociétés : l’état des savoirs., Paris, La Découverte.

8  MacKinnon C.A., 1987, Le féminisme irréductible. Discours sur la vie et la loi, Paris, ed. des femmes, 2005, p. 25.

9  Rouch H., Dorlin E., Fougeyrollas-Schwebel S., eds., 2002, Le corps, entre sexe et genre, Paris, L’Harmattan, Bibliothèque du féminisme.

10  Butler J., 1990, Défaire le genre, Paris, la Découverte, 2005.

11  Maines R., 1999, Technology of Orgasm, John Hopkins Press.

12  Witttig M., 1973, Le corps lesbien, Paris, ed. Minuit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Recherches & Educations, 2, 2009, p. 227-230 

Référence électronique

Bernard Andrieu, « De quoi le genre est-il le nom ? », Recherches & éducations [En ligne], 2 | décembre 2009, mis en ligne le 15 janvier 2012, consulté le 27 avril 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/526

Haut de page

Auteur

Bernard Andrieu

Professeur en Epistémologie du corps et des pratiques corporelles
Faculté du sport UHP-Nancy Université
ACCORPS/LHSP Archives Poincaré UMR 7117, CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org