Navigation – Plan du site
Dossier

L’entrée de l’éducation à la santé à l’école par la prévention (XVIIIe-XIXe siècles) :

Protéger, renforcer et redresser le corps.
Séverine Parayre
p. 25-46

Résumés

Cette recherche a pour objectif d’étudier les préoccupations de santé dans le cadre de l’école aux XVIIIe et XIXe siècles. S’appuyant sur une exploitation qualitative d’archives de l’Instruction publique, de l’hygiène et de la médecine de ces deux siècles, notre étude établit la construction de la prévention à l’école et son impact sur les corps des élèves. Ainsi nous retraçons et analysons l’élaboration de stratégies pour contrer les épidémies et l’insalubrité des lieux afin de protéger les élèves depuis le XVIIIe siècle, puis l’extension et la juxtaposition des préoccupations sanitaires au renforcement et au redressement des corps au cours du XIXe siècle.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologique :

XIXe siècle, XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Circulaire n° 98-237 du 24 novembre 1998, « Orientations pour l’éducation à la santé à l’école et (...)

1L’éducation à la santé en milieu scolaire comporte actuellement une variété d’objets, de méthodes pédagogiques et de collaborations disciplinaires (Broussouloux & Houzelle-Marchal, 2006). Bien qu’une circulaire du 24 novembre 1998 l’établisse officiellement1, son origine est plus profonde et remonte à deux siècles. Elle n’est pas désignée comme telle et les préoccupations concernant la santé des élèves existent et restent encore à découvrir. Il importe ici de présenter quels ont été les objets d’attention de la santé aux XVIIIe et XIXe siècles et par conséquent de démontrer combien cette éducation à la santé des siècles passés fut d’abord centrée sur la prévention au sens très primaire, c’est-à-dire de « prescrire les règles à suivre pour maintenir un état sain, d’arrêter un état de santé menacé par quelques écarts et de prévenir les maladies en détruisant les prédispositions qui les font naître » (Simon, 1827 : p. 2-3). Nous rejoignons ici les travaux de Didier Nourrisson montrant que l’éducation à la santé a commencé à s’instaurer à l’école par la prévention (Nourrisson, 2008).

2Bien des objets actuels composant l’éducation à la santé n’existent pas aux XVIIIe et XIXe siècles. Il ne s’agit alors pas de développer des compétences psychosociales, ni d’inciter l’élève à faire des choix responsables, mais de lui inculquer les comportements à suivre pour le protéger et par conséquent sauvegarder la collectivité entière. Impossible par exemple de retrouver l’estime de soi et la confiance en soi, il n’est pas encore question d’épanouissement de la personne par le bien-être psychologique, mais plutôt d’agrément physique pour bien se porter. Impossible non plus de parler d’éducation sexuelle, impensable pour ces périodes pudiques, qui ne pourraient la faire rentrer dans l’enceinte scolaire par peur d’en favoriser la pratique et préfèrent davantage réprimer, cacher et contrôler tout penchant sexuel. Si les préoccupations actuelles ne sont pas présentes de la même façon, elles peuvent avoir existé sous une autre forme. Par exemple le respect des autres et l’acceptation des différences pourront être retrouvés dans l’éducation morale et s’expriment plus sous la forme de respect des règles de la vie en société et n’ont certainement pas leur place dans une éducation à la santé.

3Cependant d’autres objets existent et montrent une attention précoce à des préoccupations encore présentes de nos jours, telles l’insalubrité, les luttes contre la propagation des épidémies, les surveillances de l’alimentation et de la propreté corporelle, les diffusions de la gymnastique et de l’enseignement antialcoolique, les précautions contre les maladies dites scolaires et l’étude de l’inspection médicale. Ils n’apparaissent pas tous au même moment, mais vont venir s’ajouter à ce qui va constituer la première éducation à la santé, plus connue sous le nom d’hygiène scolaire à partir des années 1870. Grâce à une exploitation qualitative de sources de l’instruction publique, de la médecine et de l’hygiène, cette étude s’attachera à présenter les attentions préventives qui apparaissent aux XVIIIe et XIXe siècles et à en expliquer les fondements. Il émane de ces deux siècles une vision sanitaire biomédicale centrée sur le corps de l’enfant, pour le protéger, le renforcer et le redresser.

Des stratégies préventives actives : agir contre les maladies et les maux (2nde moitié du XVIIIe siècle)

4La seconde moitié du XVIIIe siècle marque une étape déterminante de l’histoire de l’éducation à la santé et des attentions des parents et des pédagogues envers la santé des élèves. Des changements de comportements s’observent dans les établissements réservés aux élites, collèges, pensions particulières et écoles militaires. Ils marquent l’arrivée d’une autre façon de se prémunir des maladies et des maux du corps. Non seulement pour la première fois une pratique de médecine préventive, l’inoculation variolique, est utilisée et devient obligatoire dans certains établissements, notamment les écoles militaires, mais aussi des parents sollicitent des soins et une prévention plus assidus. En effet, des archives de l’Instruction publique et des établissements (plans, règlements, lettres de parents et de principaux) révèlent des attitudes de précautions innovantes pour le siècle et décisives pour l’entrée de la prévention en milieu scolaire.

L’inoculation variolique : l’introduction de la médecine préventive à l’école

  • 2 . 90 % des victimes ont moins de dix ans, et parmi celles-ci 66 % ont moins de deux ans, cf. P. Dar (...)
  • 3 . Inoculation : injection du pus d’un humain infecté par la variole. Vaccination : injection du pus (...)
  • 4 . A. N. M 255, Instructions pour l’entrée en école royale militaire (A.N : archives nationales, pui (...)
  • 5 . A. N. M 255 : 62 dossiers (1790) : 37,09 % d’inoculation, 56,45 % de variole, 6,45 % non renseign (...)

5Dans les pensionnats réservés aux élites et dont le nombre de pensionnaires s’accroît au cours du XVIIIe siècle (parfois jusqu’à 300), s’impose la responsabilité de soigner les élèves atteints de variole et surtout de les isoler du reste de la population. Cette urgence sanitaire apparaît d’autant plus que les élèves se trouvent éloignés de leur famille et ne peuvent donc y être rapatriés. L’infirmerie se généralise autour des années 1770 comme lieu de soin et d’isolement. Elle apparaît alors nécessaire, car la variole, maladie infectieuse éruptive et fort contagieuse, sévit plus que jamais sur tout le territoire, causant un maximum de victimes parmi les enfants2 (Darmon, 1986). Dans ce contexte la récente inoculation de la variole commence à fédérer quelques adeptes3. Or, cette nouvelle prophylaxie, qui n’est pas sans risque d’affection, provoque doutes, inquiétudes et peurs parmi la population et refus au sein de l’Église qui voit en elle une tentation diabolique contraire au christianisme. Pourtant face à une peur plus forte encore de la contamination et à la suite de la mort de Louis XV de la maladie en 1774, le roi Louis XVI se soumet à l’inoculation, pour ensuite ordonner son obligation à l’entrée des écoles militaires en 1786 (déclaration du roi du 3 avril 1786)4. Certes, obligatoire à l’entrée de ces écoles de façon à protéger les futurs soldats, l’inoculation reste à l’entière charge des parents, qui doivent fournir des attestations de médecins et de chirurgiens. Des dossiers d’entrée aux écoles militaires révèlent que quelques parents ont accepté la pratique, d’autres se sont résignés, certains ont même anticipé une inoculation dès l’âge de 2 ans5. À notre connaissance, les écoles militaires sont les seuls établissements bénéficiant d’une telle imposition préventive. D’autres élèves ont pu être inoculés à la même époque, mais par seules décisions et initiatives parentales. Certains de leurs mémoires l’attestent, à l’instar de ce père :

« Aujourd’hui (31 juillet 1790) M. Sutton a inoculé mon fils, Joseph Panon (né le 23 février 1780), on a pris le pus de celle de son frère, au bout de deux lancettes, et on lui a fait deux piqûres, au bras entre le coude et l’épaule, et au même bras. […] J’ai envie de faire inoculer Mimi et Mélanie (ses deux filles) » (Panon Desbassayns, 1985 : p. 46).

6Ce sont principalement des parents aisés et cultivés, le plus souvent en relation avec des médecins et des chirurgiens, qui ont envisagé l’inoculation comme une défense pour la vie et une avancée médicale de leur temps, alors que le reste de la population, réticent à son égard, la considère encore être un risque pour la vie et apparentée à de la sorcellerie. Ces parents se sont aussi avérés les plus attentifs aux soins et aux attitudes de précautions de la santé de leurs enfants scolarisés.

Des exigences parentales de prévention

  • 6 . Collège de Lyon : A. D. R. D 313 à 337 : 1520 lettres, 18 traitent de la santé, 1771-1789. Collèg (...)
  • 7 . A. D. N. D 615, Lettre de M. Deneuf au principal de Lille, 1er novembre 1769.

7L’inquiétude des parents à l’égard de la santé de leurs enfants n’est pas nouvelle et relève d’un sentiment universel rencontré à toutes les époques (Le Goff & Truong, 2006). En revanche, au cours des siècles, ce sont les conceptions de la santé, de la maladie et de la mort, les pratiques de soins et de préventions engagées, qui différent. Par exemple au Moyen Âge les parents emmènent leurs enfants en pèlerinage pour les sauver de la maladie et de la mort (Alexandre-Bidon, 1997). Leurs conceptions et leurs croyances les guident vers des pratiques religieuses spécifiques, qu’ils croient nécessaires et efficaces. Au XVIIIe siècle les habitudes de sauvegarde de la vie sont différentes, même si le pèlerinage persiste. Ainsi se côtoient et se mélangent encore croyances anciennes et pratiques de prévention nouvelles. Certains parents de catégorie sociale aisée commencent à se démarquer par leurs comportements sanitaires. L’étude de leurs correspondances avec les principaux de collèges6 montre qu’ils connaissent et utilisent, voire revendiquent de nouveaux remèdes médicaux, et qu’ils n’hésitent pas à solliciter directement les pédagogues et les médecins en vue de tout faire pour protéger la santé de leurs enfants. À l’image de ce père qui préconise de « ne rien ménager »7, ils présentent un souci préventif marqué, au point d’indiquer leurs propres stratégies de précautions dès les premières apparitions de maux et de troubles de santé. Une petite glande à la tête, un abcès, des engelures, une maladie de peau etc. sont propices à toutes les attentions. Il s’agit aussi de prévenir des maladies et des maux bien avant leur éruption et à ce titre ils incitent les principaux de collèges à appliquer leurs remèdes. C’est le cas de ce père préconisant le vin en soirée plutôt que la saignée de précaution :

  • 8 . A. D. N. D 615, Lettre de M. Lemaire au principal de Lille, 7 octobre 1769.

« Je vous prie de nouveau, Monsieur, de ne point permettre qu’il soit saigné. On peut recourir à nombre de remèdes qui n’affectent point autant le tempérament. […] J’espère que pour maintenir sa santé vous lui faîtes donner tous les soirs un verre de vin ainsi que nous en étions convenus. Si vous le lui faîtes donner à table en mangeant cela ne vaudroit que mieux »8.

8Maintenir la santé de leur enfant fait d’autant plus partie de leurs revendications qu’ils ont conscience qu’elle contribue à la réussite scolaire, un enfant sain pouvant davantage se consacrer aux études qu’un enfant sans cesse malade et chétif. Leur projet éducatif et leur souci préventif se rejoignent dans leurs critères de choix d’établissements. En plus des disciplines proposées, du prestige de l’établissement, des compétences des professeurs et du respect de la discipline et des mœurs, ces parents sont de plus en plus attentifs aux conditions de vie, aux soins et aux précautions de la santé. En conséquence ils sollicitent donc davantage les principaux de collèges et les maîtres de pensions sur tous ces objets. Au XIXe siècle les précautions vont s’étendre à l’ensemble de la population scolaire.

Des élèves à protéger : vaincre l’insalubrité des écoles et les épidémies de variole, de choléra et de fièvre typhoïde (1830)

9Dès les premières décennies du XIXe siècle, deux problèmes sanitaires majeurs obsèdent les hommes d’État et les pédagogues du secondaire (écoles des élites) et du primaire (écoles du peuple) : l’insalubrité des locaux et les épidémies récurrentes de variole, de choléra et de fièvre typhoïde. Tous deux (insalubrité et épidémies) étant des dangers perpétuels pour la santé des élèves et une atteinte à la croissance démographique, l’État montre une volonté nette dès le début du siècle d’y remédier.

L’insalubrité des locaux : un risque pour la santé

  • 9 . Guizot : 1832 à 1836, 1836 à 1837, Salvandy : 1837 à 1839, 1845 à 1848, Villemain : 1839 à 1840, (...)

10Entre les années 1830 et 1850 les ministres de l’Instruction publique Guizot, Salvandy et Villemain9 vont étudier les uns après les autres la question de l’insalubrité des écoles du primaire, des salles d’asile (écoles du premier âge de 2 à 6 ans), des collèges et des lycées, des écoles normales d’instituteurs (lieu de formation des maîtres). La plus grande partie des bâtiments présente des lacunes sanitaires considérables, les écoles du primaire et les salles d’asile sont dans un état déplorable et totalement à reconstruire ou à construire. Les inspecteurs d’académie, nouveaux fonctionnaires de l’État depuis 1802, mandatés par le ministère de l’Instruction publique, constatent les premiers, lors de leurs visites d’établissements, combien l’insalubrité constituée par le manque d’air, d’espace, de lumière, de matériaux sanitaires (latrines etc.), peut être néfaste à la santé des élèves et une source importante de maladies. Un inspecteur dénonce une école communale de la Somme, « si petite et si malsaine, que tous les hivers il y a une épidémie qui enlève un grand nombre des enfants qui fréquentent l’école » (Lorain, 1837 : p. 162). Nombreux remarquent également que l’eau croupie proche de l’école et « le sol humide, sans carreau, sans pavé, sur lequel reposent les pieds nus des enfants », sont des conditions hautement préjudiciables à la santé des élèves (Lorain, 1837 : p. 4). Jamais encore insalubrité et santé n’avaient autant été mises en corrélation. Ce n’est plus seulement l’air et l’espace qui préoccupent, comme dans les collèges et pensions du XVIIIe siècle, ce sont tous les éléments et matériaux, qui constituent l’architecture d’une école, du plafond au sol, à la cour et au jardin. Pour la première fois l’école est perçue et reconnue comme un lieu à risque pour la santé et à aménager pour contribuer à la fois au bon fonctionnement éducatif et sanitaire. Or, si à partir des années 1830 l’instruction et la salubrité deviennent des objectifs d’État, les sources des établissements (plans des bâtiments, rapports d’inspecteurs et de recteurs, témoignages d’instituteurs et de médecins) révèlent encore de nombreuses difficultés de constructions et de disparités sanitaires. Les aménagements et travaux sont laissés à l’appréciation des communes et certains maires retardent sans scrupule les avancées trop coûteuses favorisant d’autres projets personnels. Comparativement les lycées demeurent dans de meilleures conditions que les écoles primaires publiques. Bien que l’insalubrité vienne d’être reconnue une source de maladies et que les épidémies variolique et cholérique déciment la population, il faudra attendre un demi-siècle pour voir apparaître une amélioration sanitaire des locaux scolaires et une homogénéisation architecturale.

Variole, choléra, fièvre typhoïde : des préventions problématiques

11Trois épidémies mettent à l’épreuve les hommes du XIXe siècle, la variole qui continue à sévir durant tout le siècle, le choléra et la fièvre typhoïde. Dès le début du siècle, le gouvernement prend des mesures de prévention pour chacune d’elle en fonction des moyens de protection à disposition et des connaissances de mode de propagation des épidémies. Assurément, la rapidité de contamination de ces épidémies et la peur d’une plus forte mortalité infantile accélèrent la prise de conscience de l’État et son engagement sanitaire envers les populations scolaires.

La vaccination antivariolique : une prophylaxie requise, mais difficile à généraliser à tous les écoliers

  • 10 . Règlement 19 septembre 1809 : « tout élève doit être vacciné avant d’être admis dans le pensionna (...)
  • 11 . Circulaire 12 septembre 1810 : « tout élève n’ayant pas eu la petite vérole doit être vacciné ».
  • 12 . Archives de la vaccine et sa propagation, cf. A. N. F8 98 à F8 124.

12La vaccination antivariolique, mise en évidence par le médecin anglais Jenner en 1798 commence en 1809 à être officiellement requise à l’entrée des pensionnats10. Le risque de contamination est perçu comme devenant plus élevé, principalement à cause de la proximité et du nombre d’élèves. Dès 1810 l’État étend cette mesure prophylactique à tous les établissements internes et externes, petites écoles et écoles religieuses comprises11. Ainsi les circulaires successives et règlements scolaires prouvent l’existence d’une intention de prévention de la variole, mais ne confirment pas que les vaccinations aient bien été faites et systématiquement vérifiées. À ce propos Darmon a précisé que seul le département de la Meurthe semble avoir appliqué l’obligation de la vaccination à l’entrée des établissements scolaires, alors que partout ailleurs elle est demeurée négligée (Darmon, 1986). Si pour les politiques et les médecins l’utilisation d’une telle prophylaxie ne fait aucun doute, en réalité la pratique s’avère difficile à instaurer. En plus des difficultés purement techniques de récupération et de conservation de la vaccine, de sa pénurie et des carences financières, s’ajoutent des vaccinations pratiquées par des novices, ainsi que l’insouciance et les préjugés des populations, qui refusent ou oublient de faire vacciner leurs enfants. Dans la tourmente des guerres Napoléoniennes et des conflits politiques, des famines, des difficultés financières, les familles les plus démunies ne favorisent pas l’inoculation12. Un problème d’ordre technique persiste avant les découvertes de Chambon et Lanoix en 1864 (vaccin animal), face aux pénuries de liquide vaccinal, les médecins sont forcés de récupérer du liquide d’un enfant vaccinifère (déjà vacciné) qu’ils transmettent à un enfant non encore vacciné. Mais cette pratique n’est pas sans danger, car le vaccin ainsi transmis s’affaiblit et peut même dégénérer, voire transmettre d’autres maladies, comme la syphilis. Durant toute la première moitié du siècle pour l’ensemble de la population et de la population scolaire, les obstacles de l’application de la vaccination persistent et sont à la fois savant et technique (préparer et conserver la vaccine), économique et politique (la financer et la propager), social et culturel (la faire accepter par la population et pratiquer par des hommes de l’art médical). En définitive toute prévention de la variole en milieu scolaire est encore dépendante de la volonté et des possibilités financières de chaque parent et se résume à des irrégularités de la pratique vaccinale et bien souvent des négligences de vérification de vaccination à l’entrée des établissements scolaires.

Choléra et fièvre typhoïde : prendre toutes les précautions hygiéniques possibles

  • 13 . A. N. F17 7571, Précautions hygiéniques dans le cas d’invasion de maladies épidémiques, 14 mars 1 (...)
  • 14 . A. N. F17 7580, Lettre du proviseur du lycée Corneille au ministre de l’Instruction publique Fall (...)

13Lors de la première contamination de choléra, les médecins sont impuissants face à son étiologie, son fonctionnement, son mode de propagation et son traitement. Deux grandes tendances s’opposent, les partisans de la contagion et ceux de l’infection (Bourdelais, 2003). D’un côté, les premiers pensent que le choléra se propage sur le modèle de la peste, c’est-à-dire essentiellement par les déplacements des hommes et des marchandises et dans ce cas, ils conseillent de privilégier la mise en quarantaine et les lazarets. De l’autre, les partisans de l’infection tiennent pour responsables les seules conditions de l’atmosphère et de l’environnement, incriminant par ailleurs davantage l’air et les conditions du milieu. Or, les médecins les plus influents auprès du gouvernement sont les médecins parisiens, favorables à l’infection. En conséquence les circulaires ministérielles successives n’encouragent pas l’isolement des élèves, mais centrent la prévention à des mesures de surveillance du régime alimentaire, d’assainissement des salles communes et des dortoirs par leur nettoyage. La prévention en milieu scolaire s’effectue en priorité pour les établissements du secondaire qui possèdent des pensionnats et reste limitée aux connaissances du siècle. Tant que les médecins n’ont pas déterminé le mode exact de propagation cholérique et typhoïde, les ministres de l’Instruction publique suivent leurs directives et multiplient et mélangent les précautions. Ils préfèrent préconiser tout ce que l’hygiène du siècle propose contre ces épidémies, allant de la désinfection des fosses d’aisances et la nécessité de latrines spécifiques aux contagieux jusqu’à l’interdiction de punition et la prescription des exercices physiques pour renforcer les constitutions des élèves13. La prévention dans l’enseignement secondaire n’a jamais été autant renforcée et étendue qu’en période de choléra et de fièvre typhoïde. C’est aussi dans ces cas précis qu’elle a requis l’avis des médecins et leur présence lors de première contamination dans les établissements, qu’elle a permis de développer les contacts entre les hommes de la médecine et de l’éducation et les initiatives locales, à l’exemple du proviseur du lycée Corneille à Paris témoignant « avoir pris des précautions bien avant l’invasion du choléra et bien avant les mesures envoyées par le ministre »14. Au tournant des années 1850, les élites politiques et médicales perçoivent qu’une constitution physique renforcée prévaut pour se prémunir des épidémies et plus généralement contribuer au maintien de la santé.

Des élèves à renforcer : promouvoir l’alimentation, la gymnastique et la propreté corporelle (1850)

14Si l’alimentation, la propreté corporelle et la gymnastique ont fait l’objet de réglementations et de contrôles des inspecteurs d’académie depuis les années 1840, elles vont être abordées comme des composantes essentielles et relever d’un contrôle plus assidu à partir du ministère Fortoul en 1853. Ces trois éléments vont être dorénavant reconnus comme fondamentaux dans le renforcement des corps des élèves, ce qui s’inscrit dans la pensée dominante des années 1850 de la mise en énergie du corps (Vigarello, 1999). L’affermissement du corps est donc reconnu comme contribuant aussi à préserver la santé et Fortoul engage une extension de la prévention en milieu scolaire à d’autres domaines, à la quantité de l’alimentation, à la propreté du corps, aux exercices corporels à la salle d’asile et à la gymnastique au lycée. Les ministres de l’Instruction publique suivants, depuis Rouland et Duruy, le suivront dans cette voie. L’insalubrité et la lutte contre les épidémies ne sont pas abandonnées pour autant, d’autant qu’elles ne sont pas résolues, mais s’ajoutent à elles, bien plus que par le passé, ces composantes participant au maintien de la santé.

Une santé fortifiée par une alimentation en viande et des exercices gymnastiques

  • 15 . A. N. F17 7580, Questionnaire de l’Académie de médecine concernant les fièvres typhoïdes et les a (...)
  • 16 . A. N. F17 7585, Régime alimentaire des lycées, septembre 1853.
  • 17 . Pour les lycées à chaque repas : 70g pour les grands élèves, 60g pour les moyens et 50g pour les (...)
  • 18 . A. N. F17 7584, Arrêté du 15 février 1864 et F17 11781, Arrêté du 24 janvier 1882.

15Au cours des années 1850 ce sont d’abord les lycées et les salles d’asile qui vont faire l’objet de prescriptions et de surveillances de l’alimentation et des exercices physiques. Auparavant en temps d’épidémies les médecins avaient déjà préconisé des dispositions particulières concernant la nourriture. Par exemple, ils avaient recommandé plus de viande que d’ordinaire et interdit la charcuterie et les crudités, jugés nocifs15. En 1853 Fortoul insiste bien plus que ces prédécesseurs sur l’utilité énergétique de la viande pour le corps des élèves et le renfort de leur santé. Il commence par vouloir réguler la quantité de viande dans les lycées selon l’âge des élèves et précise que « dans les premières années, l’aliment ne doit pas seulement servir à l’entretien, mais encore à l’accroissement du corps »16. Des médecins sont sollicités pour calculer la quantité de viande à attribuer à chaque élève, montrant bien la fonction sanitaire prise par la nourriture et le rôle de « promoteur de la santé » de l’école17. Nous connaissons l’engouement dont fera l’objet la gymnastique au cours de la Troisième République, mais son étude et son incitation remontent également aux années 1850. En effet, durant cette décennie la gymnastique n’est plus reconnue comme un simple divertissement de l’esprit, mais un moyen principal de renfort du corps et de maintien de la santé, favorable même au plus jeunes. À partir de ce moment, alimentation et gymnastique se révèlent être des composantes de l’entretien de la santé et donc de la prévention à l’école. Ces deux objets seront largement repris par les gouvernements suivants et notamment dans les commissions d’hygiène de Duruy (1864), puis de Ferry (1882)18. Un des autres objets de l’hygiène est la propreté corporelle.

Une propreté corporelle qui s’instaure partiellement et difficilement

  • 19 . Arrêté 24 avril 1838 relatif à la tenue des salles d’asile, in. J.-N. Luc, La petite enfance à l’ (...)
  • 20 . A. N. F17 2573 Plans du lycée de Rouen. A. N. F17 2550 Plans du lycée de Lille 1861.
  • 21 . A. N. F17 2521, Plans du lycée Napoléon ou Henri IV, 1854, cf. Premier étage, bâtiment de l’infir (...)
  • 22 . A. N. F17 7568 et 7569, rapports d’inspecteurs d’académie, 1865 à 1875. A. N. F17 7580 à F17 7587 (...)
  • 23 . A. N. F17 7568, Lyon, bulletin trimestriel de l’inspecteur d’académie, 1er janvier au 31 mars 186 (...)
  • 24 . A. N. F17 10758, instituteur de Port-le-Bouc (Bouches-du-Rhône), 24 janvier 1861.

16Salvandy en 1838 et Villemain en 1843 ont déjà légiféré sur la propreté du corps, propreté partielle pour les salles d’asiles (visage et mains) et propreté du corps entier pour les lycées (bains entiers et de pieds)19. Cependant, dans les années 1840, les installations matérielles et l’acceptation de ces pratiques n’atteignent pas les établissements scolaires et la toilette quotidienne reste très rudimentaire. Il faut dire que la majorité de la population n’a ni le matériel nécessaire, ni la sensibilisation à de telles habitudes sanitaires. Seules quelques élites utilisent la pratique du bain, non plus pour soigner une santé malade, mais comme entretien régulier de la santé. En 1840, le préfet de la Nièvre est le seul de son département à disposer d’une salle de bain (Goubert, 1986). Lorsqu’en 1843 Villemain demande la création de salle de bains au rez-de-chaussée à proximité de la cuisine dans tous les lycées, il veut déjà en faire une pratique plus courante et préventive et non plus une seule pratique de soin. Mais un tel projet, fort ambitieux et bourgeois pour l’époque, ne verra le jour qu’à partir des années 1860, moment où plusieurs lycées seront équipés d’une salle spéciale avec 4 à 6 baignoires et des baquets pour les pieds20. En effet, l’étude des plans des lycées montre qu’avant cette période, la salle de bains reste située dans le complexe de l’infirmerie souvent au premier étage et ne constitue pas encore une salle à part entière, ce qui signifie que le bain est encore considéré comme une pratique de soin de la santé et non d’entretien du corps lors d’absence de maladies21. Or même l’apparition de ce nouveau lieu est loin d’entraîner instantanément l’accès à la pratique de bain. Des rapports d’inspecteurs d’académie, puis de médecins le confirment22. Le médecin Vernois, chargé en 1867 par le ministère Duruy d’une enquête sanitaire sur les 81 lycées de France, en recense 40 % possédant la salle de bains, mais sans l’utiliser (Vernois, 1868). Les obstacles sont à la fois économiques et matériels, pédagogiques et moraux. Posent encore problèmes l’arrivée d’eau, son évacuation et son coût, la difficulté de faire sécher les serviettes, le temps nécessaire à l’organisation de bains pour 150 à 200 élèves, la pudeur qui n’incite pas à se baigner. Il apparaît plus rentable, exécutable et décent d’emmener les élèves aux bains publics tous les trois mois. L’organisation des bains de pieds reste plus accessible et moins onéreuse et les inspecteurs d’académie témoignent de pratiques dans les établissements tous les quinze jours23. En définitive, la propreté corporelle des élèves reste coincée entre le désir médical et bourgeois d’un entretien du corps plus régulier et une pratique très irrégulière et parfois impossible à se réaliser dans les établissements. Malgré tout, les lycées demeurent favorisés comparés aux écoles du primaire et aux salles d’asile, qui peinent à obtenir les installations matérielles les plus rudimentaires (lavabos, fontaine dans la cour). Pourtant, dans les années 1860, il ne fait plus de doutes pour les pédagogues du primaire (instituteurs et institutrices) que « la bonne santé des enfants dépend principalement de la propreté de leur corps » et qu’ils se doivent, quand les parents ne le peuvent, de « leur faire contracter cette habitude de bonne heure »24. Même si la propreté corporelle dans les écoles du primaire se limite au visage et aux mains, elle est engagée et davantage requise à l’entrée en classe. Le ministère Ferry, conforté par les récentes découvertes de Pasteur, commencera une plus grande homogénéisation des constructions des écoles et par là même de plus grandes uniformisation et propagation des pratiques sanitaires et donc aussi d’entretien de la santé par la propreté. Ce ministère verra naître d’autres obsessions sanitaires.

Des élèves à redresser : combattre les maladies scolaires et les déviances physiques, sociales et morales (1870)

17Au tournant de la guerre de 1870, la Nation entière est à redresser et apparaissent d’autres préoccupations de la prévention à l’école, centrée sur une vision dégénérative de la société, qu’il faut absolument reprendre en charge dès le plus jeune âge. Nous rentrons dans l’ère de l’hygiène scolaire. Politiques, médecins et pédagogues reconnaissent le préjudice que peut exercer l’instruction sur la santé des élèves et son rôle crucial à apporter dans le redressement de la Nation. Le médecin hygiéniste Riant affirme « qu’à aucune époque l’intervention de l’hygiène dans l’école ne fut plus opportune, plus urgente », marquant l’exigence sanitaire forte de l’époque et annonçant la diversification de ses objets (Riant, 1874 : p. 11). Nous choisissons trois sujets qui éclosent et vont devenir récurrents au cours de la Troisième République, les maladies engendrées par le milieu de vie scolaire (déformation de la colonne vertébrale et myopie), la prévention de l’alcoolisme qui tente de s’imposer dans l’enseignement et le projet en cours d’une inspection médicale effectuée par des médecins.

Les maladies scolaires (déformation de la colonne vertébrale et myopie)

  • 25 . A. N. F17 7580, Petit mémoire sur la myopie dans les collèges royaux et les institutions de Paris (...)
  • 26 . A. N. F17 7580, Lettre de Rousselle au ministre de l’Instruction publique, 11 juin 1847.

18Avant les années 1870, une poignée de médecins a associé aux conditions scolaires les causes des déformations de la colonne vertébrale et de la myopie. Dès 1741, Andry pense que la mauvaise position assise provoque des déviations de la colonne vertébrale et en conséquence indique les bonnes postures à prendre lors des études (Andry, 1741). Dès 1847, le docteur Szokalski déduit que la myopie est provoquée par un travail intellectuel assidu et répété dans les lycées25. Or, dans les deux cas politiques et pédagogues pensent, au contraire, que déformation de la colonne vertébrale et myopie sont des maladies relevant de la médecine soignante, qu’elles ne peuvent être acquise et aggravée au cours des études et par conséquent qu’il ne peut exister de prévention possible en milieu scolaire. En 1847 le vice-recteur de l’Académie de Paris Rousselle rejette toute demande de Szokalski d’étude de la myopie scolaire, car la médecine et l’école n’ont pas lieu de prévenir de la myopie et les médecins suffisent amplement « par leur expérience et par leur zèle, au traitement et à la guérison »26. Il faut attendre la Troisième République pour que les déformations physiques soient considérées par l’ensemble des corps médical, politique et pédagogique comme pouvant être provoquées par les conditions d’étude. À partir des années 1870, plus aucun traité d’hygiène scolaire n’omet ces deux risques sanitaires et la responsabilité de l’école est clairement exprimée. Déformation de la colonne vertébrale et myopie sont alors désignées comme des maladies scolaires, c’est-à-dire des maladies « dans la production ou le développement desquelles l’école a une influence incontestable sinon prépondérante ou exclusive » (Riant, 1880 : p. 223). Toutes les études se tournent donc sur les conditions matérielles et pédagogiques pour remédier à de tels troubles, de l’étude du mobilier à celle de la lumière, à l’écriture et à la posture, à l’enseignement de la gymnastique. Les déviations physiques rejoignent donc avec la malpropreté corporelle les fléaux de la fin du siècle, que l’école doit se charger de contrôler. L’alcoolisme fait aussi partie des déviances dont il faut prémunir la population scolaire.

Le fléau de l’alcoolisme

  • 27 . Pour l’enseignement antialcoolique, cf. D. Nourrisson, Le buveur du XIXe siècle, in. Bibliographi (...)
  • 28 . En 1910 rapport moyen de 1 antialcoolique pour 15 alcooliers, d’après D. Nourrisson, op.cit., p 2 (...)

19Alors que depuis longtemps le vin a été servi coupé avec de l’eau dans tous les pensionnats, qu’encore à la fin du XVIIIe siècle il était considéré favorable à la santé (cf. note 8), le monde médical annihile cette idée au cours de la Troisième République et montre les destructions organiques, psychiques et sociales provoquées par l’alcool (anomalies de la constitution, nervosité, crétinisme, fainéantise, asociabilité etc.). Les enseignants du secondaire comme du primaire sont chargés d’inculquer tous les dangers et méfaits des alcools, d’empêcher toute déviance en incitant à la tempérance et mieux encore à l’abstinence. L’avenir de la Nation est en jeu et la lutte contre l’alcoolisme rejoint la volonté des hygiénistes positivistes et des républicains laïcs de redresser une population jugée en constant déclin physique, intellectuel et moral. Des circulaires ministérielles du début du XXe siècle rappellent combien tous les instituteurs n’ont pas forcément adhéré à la diffusion de l’enseignement antialcoolique, même si dès la fin du siècle, ils ont été abreuvés de circulaires, de programmes, de matériels pédagogiques (affiches, tableaux muraux, buvards, cartes postales, bons points, manuels de lecture), de conférences données par des médecins, des inspecteurs primaires et des membres de la Ligue nationale contre l’alcoolisme (Nourrisson, 1990)27. Par ailleurs les autres sujets de l’enseignement de l’hygiène (propreté, épidémies, salubrité etc.) ne disposent pas de tels matériels, ce qui démontre le profond désir préventif de l’État sur cette question. Un autre problème crucial et toujours d’actualité, est qu’il ne suffit pas de préconiser l’abstinence dans le cadre scolaire, pour qu’elle soit poursuivie une fois la porte de l’école franchie. Les instituteurs les plus assidus à la tâche se trouvent souvent confrontés aux sarcasmes et indifférences des familles. Ils doivent également faire face aux intérêts économiques des lobbies alcooliers, par ailleurs plus nombreux que les antialcooliques28. Nous pourrions dire que depuis que l’alcoolisme a été décrété néfaste pour la santé, sa prévention, bien que reconnue d’utilité publique, n’en est pas moins demeurée problématique.

Le projet de l’inspection médicale

  • 29 . Arrêté 24 avril 1838, in. J.-N. Luc, La petite enfance à l’école XIXe-XXe siècles, textes officie (...)
  • 30 . A. N. F17 7582 à F17 7586, rapports des médecins pour les lycées, collèges et écoles normales, 18 (...)
  • 31 . A. N. F17 11782, Circulaire de Ferry n° 271, Inspection médicale des écoles publiques, 14 novembr (...)

20Une extension du rôle des médecins à la prévention, c’est-à-dire au contrôle de la salubrité des bâtiments et des états physiques des élèves, n’est pas une requête récente et qui naît avec la Troisième République. Dès 1827, le médecin Simon qui intervient au lycée de Metz pour soigner les élèves désire étendre le rôle des médecins soignants à la prévention (Simon, 1827). Il est suivi pour les écoles du primaire par le médecin Cerise (Cerise, 1836). Le ministre de l’Instruction publique Salvandy, soucieux de la mortalité infantile, semble avoir entendu leur souhait puisque, dès 1838, il préconise des visites faites par des médecins dans les salles d’asile29. Bien que cette demande soit réitérée en 1855, nous avons retrouvé l’existence d’inspections sanitaires pratiquées par des médecins sous le ministère Duruy des années 1866 à 1869 pour les lycées, les collèges et les écoles normales primaires30 (Parayre, 2007). Ensuite l’inspection médicale effectuée par des médecins sera au centre des préoccupations préventives du gouvernement républicain et des élites médicales, depuis la circulaire de Ferry du 14 novembre 1879 préconisant « examen de la salubrité des bâtiments et de l’état sanitaire des élèves, conseils donnés aux familles et aux maîtres et transmission des renseignements à l’administration départementale »31. L’hygiène scolaire commence à se médicaliser et à se spécialiser au point de ne plus exclure les médecins des établissements scolaires, alors que jusqu’au ministère Duruy (1864) les fonctions d’inspection sanitaire étaient réservées aux inspecteurs d’académie. Cependant une enquête nationale faite par le médecin Mangenot en 1887 montre la difficulté d’instauration d’un tel service, dépendant de l’organisation de la médecine publique et des sacrifices fournis par les villes (Mangenot, 1887). À Paris, Lyon, Lille, Roubaix un service d’inspection médicale a pu fonctionner d’autant mieux qu’une rétribution des médecins a été organisée par les communes, qu’un arrêté préfectoral en a délimité les fonctions et actions et en a exposé l’utilité et les avantages. Une recherche plus approfondie reste à effectuer dans les départements, afin de percevoir les variations d’inspection médiale organisée dans les communes et par les bureaux municipaux d’hygiène.

Conclusion

21Nous venons de présenter les objets dominants de prévention apparus dans les établissements scolaires au cours des XVIIIe et XIXe siècles. Ces objets sont liés à une conception biomédicale de la santé qui va s’étendre des précautions prises pour éviter les épidémies, préserver la collectivité et en augmenter la démographie aux mesures de régulation des comportements sanitaires et des déviances de la norme physique, psychique et morale. D’autres dispositions apparaîtront au XXe siècle avec des conceptions, des épidémies et des dysfonctionnements différents, telle la prophylaxie de la tuberculose et sa vaccination, la protection contre les microbes etc. Nous pouvons dater l’avènement de pratiques préventives visibles à l’école à partir du XVIIIe siècle, avènement qui sera suivi d’une généralisation à l’ensemble de la population scolaire (écoles des élites et du peuple), conséquence de l’instauration de l’instruction et de la médicalisation de la population au XIXe siècle. On peut alors effectivement parler de première éducation à la santé qui naît par la prévention, parce qu’il s’agit de sauvegarder la population en commençant dans un premier temps par améliorer les conditions sanitaires des écoles et par protéger les élèves, l’avenir de la Nation, des épidémies et maladies.

22Sur ces deux siècles la prévention scolaire s’échafaude en trois priorités, protéger, renforcer et redresser les corps. Dans un premier temps, sauvegarder la santé des élèves s’apparente à la protéger des épidémies, des maladies et des lieux malsains. Puis s’ajoute la conception du corps renforcé qui permettra également de préserver des maladies et des maux. Le corps des enfants est d’autant plus fort et résistant qu’il a été lavé, qu’il a reçu une nourriture plus consistante et qu’il a été mis en mouvement et tonifié par la gymnastique. Se joint à ces conceptions celle d’une santé préservée en évitant toutes dégénérescences physiques, sociales et morales, la médecine venant largement fonder et étayer cette théorie. S’imposent alors de façon très moralisatrice et hygiénique le contrôle des déformations et irrégularités du corps et des comportements déviants.

23Il se produit donc une extension et une juxtaposition des objets sanitaires et une préservation de la santé devenant un sujet de plus en plus présent à l’école au cours du XIXe siècle, au point d’en faire une spécialité l’hygiène scolaire et de revendiquer une instruction ne pouvant se faire au détriment de la santé et la nécessité d’un enseignement hygiénique donné aux élèves. Cette longue et progressive ascension permet de comprendre pourquoi aujourd’hui l’éducation à la santé se trouve composée d’objets variés et hétérogènes, pourquoi elle finit par dépasser la seule prévention et se veut plus à l’écoute de l’acteur enfant. L’école n’a jamais été isolée de la société, ni des conceptions de son temps, l’éducation à la santé d’aujourd’hui est donc aussi tournée vers une conception plus individualiste et psychosociale, vers une vision du mieux-être dépassant les simples protections, accroissement et redressement du corps. Comme par le passé, l’éducation à la santé peut être en contradiction avec les profits économiques, politiques, sociaux, individuels, environnementaux, et donc encore problématique à instaurer et à enseigner.

Haut de page

Bibliographie

Alexandre-Bidon, D. (1997). Images du père de famille au Moyen Âge. Cahiers de Recherches Médiévales (XIIIe-XVe s.), 4, 41-60.

Andry, N. (1741). L’orthopédie ou l’art de prévenir et de corriger chez les enfants les difformités du corps. Paris : Veuve Alix.

Bourdelais, P. (2003). Les épidémies terrassées, une histoire de pays riches. Paris : Éditions de la Martinière.

Broussouloux, S., & Houzelle-Marchal, N. (2006). Éducation à la santé en milieu scolaire. Saint-Denis : Éd. INPES.

Cerise, L. (1836). Le médecin des salles d’asile ou manuel d’hygiène et d’éducation physique de l’enfance. Paris : Hachette.

Darmon, P. (1986). La longue traque de la variole, les pionniers de la médecine préventive. Paris : Perrin.

Goubert, J.-P. (1986). La conquête de l’eau. Paris : Collection Pluriel.

Le Goff, J., & Truong, N. (2006). Une histoire du corps au Moyen Âge. Paris : Liana Levi Piccolo.

Lorrain, P. (1837). Tableau de l’instruction primaire en France d’après les rapports adressés au ministre de l’Instruction publique par les 490 inspecteurs chargés de visiter toutes les écoles de France, à la fin de 1833. Paris : L. Hachette.

Mangenot (1887). L’inspection hygiénique et médicale des écoles. Paris : G. Masson.

Nourrisson, D. (2008). La prévention en milieu scolaire au risque de l’éducation. In D. Berger & D. Jourdan (Eds.), Education à la santé et prévention des conduites additives. Quelles formations en IUFM, Actes du colloque des 10 et 11 mai 2006 (pp. 263-271). Toulouse : EUS.

Nourrisson, D. (1990). Le buveur au XIXe siècle. Paris : Albin Michel.

Panon-Desbassayns, H.- P. (1985). Voyage à Paris pendant la Révolution 1790-1792. Paris : Perrin.

Parayre, S. (2007). Médecine, hygiène et pratiques scolaires, de la fin de l’Ancien Régime au début de la Troisième République, Th : Sciences de l’éducation : Paris Descartes.

Riant, A. (1874, 1er éd. 1880, 5éme éd.). Hygiène scolaire, influence de l’école sur la santé des enfants. Paris : Hachette.

Simon (1827). Traité d’hygiène appliquée à l’éducation de la jeunesse. Paris : Villeret.

Vernois, M. (1868). De l’état hygiénique des lycées de l’Empire en 1867. Annales d’hygiène publique et de médecine légale. Paris : J.B. Baillière, IIe série, t. XXX, 273-384.

Vigarello, G. (1999). Histoire des pratiques de santé, le sain et le malsain depuis le Moyen Âge. Paris : Points Histoire.

Haut de page

Notes

1 . Circulaire n° 98-237 du 24 novembre 1998, « Orientations pour l’éducation à la santé à l’école et au collège », BO de l’Éducation nationale n° 45 du 3 décembre 1998.

2 . 90 % des victimes ont moins de dix ans, et parmi celles-ci 66 % ont moins de deux ans, cf. P. Darmon, in. Bibliographie, p 61.

3 . Inoculation : injection du pus d’un humain infecté par la variole. Vaccination : injection du pus d’une vache infectée par la variole de la vache (le cow-pox). La vaccination est moins dangereuse et comporte moins de risques de transmission d’autres maladies par un être humain.

4 . A. N. M 255, Instructions pour l’entrée en école royale militaire (A.N : archives nationales, puis série, puis n° de carton).

5 . A. N. M 255 : 62 dossiers (1790) : 37,09 % d’inoculation, 56,45 % de variole, 6,45 % non renseignés, 78 % d’inoculation de 6 à 9 ans et 22 % de 2 à 5 ans.

6 . Collège de Lyon : A. D. R. D 313 à 337 : 1520 lettres, 18 traitent de la santé, 1771-1789. Collège de Lille : A. D. N. D 615 et D 490, 168 lettres, 14 traitent de la santé, 1768-1780. (A. D. R. : archives départementales du Rhône, A. D. N. : archives départementales du Nord).

7 . A. D. N. D 615, Lettre de M. Deneuf au principal de Lille, 1er novembre 1769.

8 . A. D. N. D 615, Lettre de M. Lemaire au principal de Lille, 7 octobre 1769.

9 . Guizot : 1832 à 1836, 1836 à 1837, Salvandy : 1837 à 1839, 1845 à 1848, Villemain : 1839 à 1840, 1840 à 1845.

10 . Règlement 19 septembre 1809 : « tout élève doit être vacciné avant d’être admis dans le pensionnat », cf. A. de Beauchamp, Recueil des lois et règlements sur l’enseignement supérieur, t. 1, Paris, Delalain, 1880, p 107.

11 . Circulaire 12 septembre 1810 : « tout élève n’ayant pas eu la petite vérole doit être vacciné ».

12 . Archives de la vaccine et sa propagation, cf. A. N. F8 98 à F8 124.

13 . A. N. F17 7571, Précautions hygiéniques dans le cas d’invasion de maladies épidémiques, 14 mars 1849.

14 . A. N. F17 7580, Lettre du proviseur du lycée Corneille au ministre de l’Instruction publique Falloux, Paris, 13 mai 1849.

15 . A. N. F17 7580, Questionnaire de l’Académie de médecine concernant les fièvres typhoïdes et les autres affections épidémiques, 1848.

16 . A. N. F17 7585, Régime alimentaire des lycées, septembre 1853.

17 . Pour les lycées à chaque repas : 70g pour les grands élèves, 60g pour les moyens et 50g pour les petits, cf. A. N. F17 7585, Arrêté fixant le régime alimentaire dans les lycées, Paris, 1er septembre 1853.

18 . A. N. F17 7584, Arrêté du 15 février 1864 et F17 11781, Arrêté du 24 janvier 1882.

19 . Arrêté 24 avril 1838 relatif à la tenue des salles d’asile, in. J.-N. Luc, La petite enfance à l’école XIXe-XXe siècles, op.cit., p 76. Pour les lycées, cf. A. N. F17 7571, délibérations de l’Instruction publique, 30 mai 1843.

20 . A. N. F17 2573 Plans du lycée de Rouen. A. N. F17 2550 Plans du lycée de Lille 1861.

21 . A. N. F17 2521, Plans du lycée Napoléon ou Henri IV, 1854, cf. Premier étage, bâtiment de l’infirmerie.

22 . A. N. F17 7568 et 7569, rapports d’inspecteurs d’académie, 1865 à 1875. A. N. F17 7580 à F17 7587, rapports de médecins, 1860 et 1870.

23 . A. N. F17 7568, Lyon, bulletin trimestriel de l’inspecteur d’académie, 1er janvier au 31 mars 1865.

24 . A. N. F17 10758, instituteur de Port-le-Bouc (Bouches-du-Rhône), 24 janvier 1861.

25 . A. N. F17 7580, Petit mémoire sur la myopie dans les collèges royaux et les institutions de Paris, Dr Szokalski.

26 . A. N. F17 7580, Lettre de Rousselle au ministre de l’Instruction publique, 11 juin 1847.

27 . Pour l’enseignement antialcoolique, cf. D. Nourrisson, Le buveur du XIXe siècle, in. Bibliographie.

28 . En 1910 rapport moyen de 1 antialcoolique pour 15 alcooliers, d’après D. Nourrisson, op.cit., p 277.

29 . Arrêté 24 avril 1838, in. J.-N. Luc, La petite enfance à l’école XIXe-XXe siècles, textes officiels, op.cit., p 77.

30 . A. N. F17 7582 à F17 7586, rapports des médecins pour les lycées, collèges et écoles normales, 1860-1869.

31 . A. N. F17 11782, Circulaire de Ferry n° 271, Inspection médicale des écoles publiques, 14 novembre 1879.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Recherches & Educations, n° 3 Santé et Education, p. 25-46

Référence électronique

Séverine Parayre, « L’entrée de l’éducation à la santé à l’école par la prévention (XVIIIe-XIXe siècles) : », Recherches & éducations [En ligne], 3 | septembre 2010, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/554

Haut de page

Auteur

Séverine Parayre

Docteur en sciences de l’éducation de l’université Paris Descartes, ATER sciences de l’éducation Lille 3, recherche effectuée au CETSAH (actuellement Centre Edgar Morin, unité de recherche de l’EHESS associée au CNRS, UMR 8177)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org