Navigation – Plan du site
Dossier

Quel sujet pour l’éducation en santé ?

Les apports de Michel Foucault pour les interventions éducatives en santé publique
Alexandre Klein
p. 47-75

Résumés

L’éducation en santé, aujourd’hui questionnée quant à son avenir institutionnel autant que scientifique, est à un tournant de son histoire, demandant l’avènement d’un nouveau modèle épistémologique suite aux critiques et tentatives de reconstruction réalisées à la fin du XXe siècle. Si les travaux de Michel Foucault ont participé à la mise en question de ce champ, ils ouvrent également, si on veut bien les suivre jusqu’au bout, une voie de résolution des conflits. Autour de la question du sujet qui se présente comme la clé de voute épistémologique de l’évolution de ce champ, le modèle du praticien réflexif s’impose alors comme un modèle répondant aux exigences foucaldiennes de lutte contre les dérives biopolitiques voire totalitaires et une voie de renouveau de l’éducation en santé à l’aune du XXIe siècle.

Haut de page

Texte intégral

« si on entend par gouvernementalité un champ stratégique de relations de pouvoir […] je crois que la réflexion sur cette notion de gouvernementalité ne peut pas ne pas passer, théoriquement et pratiquement, par l’élément d’un sujet qui serait défini par le rapport de soi à soi. » (Foucault, 2001, 241)

Introduction

  • 1  Pour reprendre les termes de Jacqueline Descarpentries : « Les définitions de l’éducation pour la (...)
  • 2  La base bibliographique de l’INPES repère ainsi trente « définitions » différentes de l’éducation (...)

1L’éducation et la santé entretiennent des relations complexes, c’est un topos. Notions proprement humaines, elles ne font que rarement l’objet de consensus quant à leur définition car elles sont avant tout des notions vulgaires plus que concepts scientifiques (Canguilhem, 1988 ; Avanzini, 2009). Dès lors, leurs articulations ressemblent vite à un puzzle géant de modèles orientés idéologiquement, théoriquement ou normativement (selon des valeurs). Ainsi, selon les buts visés, les épistémologies assumées, les idéologies présupposées, l’éducation et la santé construisent des couples très différents1. L’éducation à la santé et l’éducation pour la santé sont les deux grands mariages connus qui ont célébré l’association de ces notions. Sous ces vocables aussi proches que différents, des univers bien éloignés sont, selon les auteurs, mis en jeu. Ainsi, il est d’usage, à chaque ouvrage, pour chaque auteur, à chaque nouveau programme de redéfinir les termes du contrat, menant une pluralité incohérente et inconsistante de qualification ou de définitions2.

  • 3  Pour éviter les débats lexicographique, qui favoriseraient la critique purement nominaliste de ce (...)
  • 4  Le terme de problématisation utilisé par Foucault pour signifier « la façon d’analyser, dans leur (...)

2L’avantage de ce flou conceptuel et épistémologique est de permettre, pour le meilleur et pour le pire, la variété des pratiques sociales dans ces domaines. Mais l’inconvénient reste une incapacité de réflexion effective sur ces domaines menant progressivement à leur abandon aux idéologies dominantes et donc à leur instrumentalisation. Il ne sera donc pas question ici de redéfinir l’éducation à et pour la santé. Il s’agira au contraire de saisir les enjeux de cette association entre éducation et santé, d’en comprendre l’intérêt autant que les limites, et de poser, modestement, la pierre à une poursuite, si ce n’est une renaissance, d’un mouvement qui se voulait positif, progressiste, proprement critique. Car l’avenir de l’éducation en santé3, tant d’un point de vue théorique qu’institutionnel, passe par une réflexion sur l’épistémologie de ce type d’activité sociale où se croise la complexité des épistémologies de la santé et de celles de l’éducation. Ainsi, à l’heure où les formations en éducation et santé tendent à perdre le caractère critique qui les a vu naître (Berlivet, 2004), il est temps de se pencher une fois pour toute sur le fond de cette problématisation4.

  • 5  Michel Foucault envisage la généalogie comme une enquête historique visant à restituer les élément (...)

3En reprenant, à l’aune de la pensée foucaldienne, dont l’influence sur les critiques de la santé publique n’est plus à démontrer, la constitution de l’éducation pour la santé comme renouveau de l’intervention éducative en santé publique, nous montrerons que le sujet de cette éducation s’impose comme la clé de voute épistémologique du devenir de ce champ. Poursuivant notre lecture des travaux de Foucault, nous pourrons ainsi proposer, sur la base de cette généalogie5 et en suivant le modèle du praticien réflexif, une esquisse de solution à la gouvernementalité du sujet en matière de santé.

Une histoire6 épistémologique de la santé publique

  • 6  L’histoire que nous souhaitons ici retracée, se voudra donc orientée, dirigée, autrement dit épist (...)

4Dans un premier temps, il nous faut, selon une approche généalogique, retracer, certes trop brièvement dans le cadre de cet article, l’histoire du rapport santé/sujet/société/Etat pour comprendre comment s’organise la relation des sujets à leur santé dans notre société contemporaine. Car, la relation du sujet à sa santé, à l’instar de la relation médecin-malade, n’existe pas ; elle est toujours déjà une relation tripartite : santé-sujet-société. En ce sens, elle se constitue en parallèle de la santé publique comme relation santé/société/Etat.

5Faire l’histoire de la relation des individus à leur santé en passant par la chose publique demande un commencement marquant en termes de politique comme de santé. Ce sera pour nous la Révolution française qui marque à ce titre un véritable retournement dans les attentes comme dans les représentations. Comme le précisait Jean-Charles Sournia dans son ouvrage La médecine révolutionnaire (Sournia, 1989), entre 1789 et 1799, la médecine française serait devenue moderne.

6Avec la « naissance de la clinique » comme médecine d’observation mais aussi comme médecine universitaire, nous sommes entrés dans une nouvelle ère comme a pu le faire remarquer M. Foucault (1963). A la suite de ce changement de regard, une ambition de réformes importantes se fait jour : réformes des hôpitaux pour qu’il quitte leur image de lieu de mort et de pauvreté afin de devenir la fierté de la ville, lieu du savoir et de la science ; réforme de l’enseignement médical ; fin du latin pour les enseignements et les thèses ; association de la pratique à la théorie ; abandon de la distinction médecins/chirurgiens et uniformisation de l’enseignement sur le territoire national. Une profonde réorganisation de la profession médicale s’organise donc : la catégorie des officiers de santé est créée afin de multiplier l’offre de soins sur le territoire, la profession médicale est libéralisée et associée à une centralisation de l’hôpital public. C’est le début d’une tentative de laïcisation de la médecine par une volonté affirmée de sortir les religieuses des hôpitaux. Tous ces changements engendrent et/ou s’accompagnent d’une réelle modification de la place de la médecine dans la société : « les médecins ont répandu dans les classes gouvernantes leur idéologie savante, vouée au bien de l’humanité et au progrès » (Sournia, 1989, 259). Et enfin, et c’est un point important pour notre recherche, la maladie devenait question nationale au sens où l’idée d’une prise en charge de la maladie de l’individu par la communauté se développe.

  • 7  Il faut attendre 1870 pour voir la maladie devenir concrètement une question sociale, la fin du XI (...)

7Même si la majorité de ces idées ont émergé bien avant (Keel, 2001) et ont pris corps que bien après7, la Révolution Française cristallise néanmoins un idéal de santé coïncidant avec un idéal démocratique qui se prend alors forme et qui sera difficile à détrôner des esprits (autant qu’à s’imposer vraiment d’ailleurs).

  • 8  Foucault précise bien qu’il s’agit là non d’une substitution, mais d’une complémentarité des deux (...)

8Ainsi, la Révolution fait évènement d’un point de vue épistémologique (Léonard, 1992) au sens où elle marque un changement majeur qui s’opère autour d’elle : le passage d’un pouvoir à l’autre. Elle est donc, en ce sens, au cœur d’une généalogie de la santé publique en tant qu’entreprise de mise en évidence des modifications de pouvoirs qui sont au commencement de nouvelles formes de savoirs. Le pouvoir dit souverain est alors défini comme caduque, non qu’il n’y ait plus de roi ou d’empereur, mais parce que les modalités d’application du pouvoir changent. Comme l’a mis en lumière M. Foucault (1975a), le pouvoir souverain, qualifié de vertical et d’identifié, s’appliquant par la loi, le supplice et l’exemple dans une conception du « faire mourir et laisser vivre », laisse progressivement8 sa place à une modalité du pouvoir plus horizontal, anonyme, s’appliquant par la norme par le contrôle et la rééducation et qui renverse le pouvoir souverain dans l’inversion de sa devise « faire vivre et laisser mourir ». C’est l’avènement du pouvoir disciplinaire.

9Ce passage d’un pouvoir à un autre s’expliquerait par un double inconvénient du pouvoir souverain dans le cadre du développement du capitalisme bourgeois à l’aube du XIXe siècle. Le système de pouvoir que la monarchie avait organisé se montrait trop discontinu, les mailles du filet restaient trop lâches : trop de choses, de conduites échappent au pouvoir telles la contrebande, les communautés nomades ou les savoirs hérétiques. D’autre part, le fonctionnement par l’exemple du pouvoir coutait trop cher : les séances de supplices publiques se montraient trop onéreuses. Aussi, on cherche à développer un pouvoir continu plus efficace et moins coûteux : il faut que chacun puisse être contrôlé dans son corps, dans ses gestes à moindre prix.

  • 9  Entendu comme une volonté de gouverner moins associée à une subordination de la société à l’Etat.

10L’essor du capitalisme (Foucault, 2004) mais aussi du libéralisme9 va donc engendrer le perfectionnement des technologies de pouvoir en développant la discipline qui permet de contrôler le corps social jusqu’aux détails les plus tenus, en en surveillant les individus, les conduites, attitudes, mais également en intensifiant les performances individuelles et les capacités de chacun au profit de ce même pouvoir économique et politique.

11C’est dans ce cadre épistémologique qu’il faut, selon nous, envisager l’alliance de la médecine à des enjeux de pouvoirs politiques et économiques qui a fait naitre la santé publique. En effet, le pouvoir disciplinaire va s’allier à la médecine comme savoir des individus, du corps humain, de ses gestes et son comportement engendrant en retour le développement de la médecine comme pouvoir sur les corps des individus pour les rééduquer. Il s’agit d’imposer la norme, ce qui est droit, pour redresser les individus « déviants », à l’instar de la célèbre image du tuteur redressant l’arbre courbé sur le frontispice de l’ouvrage de Nicolas Andry de Boisregard de 1741 intitulé l’Orthopédie.

  • 10  L’anatomopolitique est une technologie de pouvoir qui s’applique à l’individu dans le détail de le (...)

12C’est à partir de cette alliance que l’on peut envisager la santé publique, en suivant le fil de la pensée foucaldienne. La médecine sociale et collective à l’origine de la santé publique va se développer sous l’influence du pouvoir politique et économique (Foucault, 1974). Entre la fin du XVIIIe et la fin du XIXe, va se faire jour une modalité nouvelle du pouvoir disciplinaire : la biopolitique, entendue comme un ensemble de pouvoirs (bio-pouvoirs) qui vise à gouverner l’ensemble des vivants constitués en population. Le pouvoir disciplinaire qui visait grâce à l’anatomopolitique10 à gérer et dresser les individus va se modifier pour viser la gestion et l’entretien de la population définie comme un « ensemble d’êtres vivants traversés, commandés par des processus et des lois biologiques » (Foucault, 1981 [2001], 1012). La biopolitique, fonctionnant autour de la régulation des populations dans le but de leur accroissement et de leur rentabilité, fait appel à la médecine et à la biologie comme savoir sur la vie pour se déployer. La médecine devient un outil de contrôle possible de l’ensemble de la population et du corps social : « La médecine, c’est un savoir-pouvoir qui porte à la fois sur le corps et sur la population, sur l’organisme et sur les processus biologiques, et qui va donc avoir des effets disciplinaires et des effets régularisateurs » (Foucault, 1997, 225). La biopolitique, à travers des biopouvoirs locaux, s’occupera donc de la gestion de la santé, de l’hygiène, de l’alimentation, de la sexualité, de la natalité, etc. dans la mesure où ils sont devenus des enjeux politiques.

13On assista ainsi à la médicalisation progressive de l’ensemble du corps social, par le biais d’une territorialisation de la médecine autant que d’une psychiatrisation et judiciarisation des comportements. La norme prend le pas de la loi. Médicaliser et biologiser permet de minimiser l’efficacité de l’action éducative, plus coûteuse et plus laborieuse ; c’est un alibi commode qui permet d’expliquer et de résoudre tout problème par une loi de nature contraignante et convaincante.

14Dès lors, en retournant la perspective, nous pouvons comprendre la santé publique comme un biopouvoir essentiel à ce dispositif biopolitique. La santé publique est un outil de la biopolitique : elle vise la gestion, le contrôle et finalement normalisation des comportements et des existences au profit des pouvoirs politiques (libéralisme) et économiques (capitalisme). Le développement de ces institutions à l’aube du XXe siècle vise donc le même but. En 1924, l’Office National d’Hygiène Sociale se développe et la Commission générale de propagande est créée pour faire face aux maladies infectieuses et à l’alcoolisme qui provoquent beaucoup d’absentéisme au travail et représentent donc, pour un pays en plein essor industriel, un problème économique majeur. Comme le résume Sandrin-Berthon, c’est donc pour « assurer les conditions de travail optimales en terme de rendement que l’on s’est intéressé à la santé des classes laborieuses » (Sandrin-Berthon, 1997, 12-15).

15Ce statut spécifique de la santé publique comme biopouvoir influence l’éducation en santé comme l’a montré Luc Berlivet (2004) à propos de l’éducation pour la santé dans son étude de la fabrique des campagnes de prévention. Par l’introduction de l’éducation dans la santé, la biopolitique vise une régulation médicale des corps de la population (éducation pour la santé) et une normalisation sociale des comportements individuels (éducation à la santé). Et ce phénomène n’est pas uniquement une infection de l’éducation par la santé publique, car il ne faut oublier que l’éducation est également un élément disciplinaire. En ce sens, l’éducation en santé peut faire l’objet des mêmes critiques.

16Mais la biopolitique n’est pas une fatalité, c’est une constante des productions sociales actuelles qu’il faut prendre en compte, mais de laquelle il est néanmoins possible de s’extraire. C’est en tout cas ainsi que l’histoire se poursuit.

Critique de la médecine et renouveau de la démocratie 

17Cette esquisse d’une histoire épistémologique de la santé publique nous conduit à la constitution, à l’aube du XXe siècle, d’un complexe industrialo-politico-scientifique : la biomédecine (Gaudillière, 2002) dont la santé publique est à la fois le modèle et la partie émergée. En quittant l’individu pour la population, la santé publique, comme représentante du modèle biomédical, a mis de coté l’existence, le vécu (zoe) pour favoriser la vie (bios). Ce qui explique la difficulté qu’elle a à agir sur l’existence des individus. L’apogée et les dérives du modèle biomédical et de la biopolitique interviennent lorsque le contrôle des existences au profit des progrès de la science et de la force de production nie la liberté de l’individu. C’est l’exemple tragique du régime nazi qui des expérimentations humaines à la production de masses à partir des corps humains, incarna les dérives eugénistes de la biopolitique médicale.

18Cet exemple nous rappelle que la démocratie peut se transformer d’elle-même en totalitarisme (Gauchet, 2002) et que la question de la gestion de la santé ne peut être questionnée en dehors du cadre démocratique.

19C’est ce que nous apprend également la suite de cette histoire épistémologique de la santé publique. Car suite à la mise en évidence, par Foucault, du caractère biopolitique de notre modernité occidentale et de l’importance de la santé publique dans ce dispositif, des critiques ont été émise à l’encontre du modèle biomédical de la santé et de la santé publique qui l’incarne.

20Claudine Herzlich et son ouvrage de 1969, Santé et maladie, analyse d’une représentation sociale marque le début de cette critique (Sinding, 2004) visant à faire advenir un nouveau modèle de santé : le modèle psychosocial. Viendra le tour d’Illich en 1975 avec sa fameuse Némésis médicale. Mais il faudra attendre le début des années 80 pour que la santé publique s’engage d’un processus de réflexion critique et engage un renouvellement de ses cadres de pensées comme de ses modes d’agir. Deux voies principales de renouvellement furent alors théoriser : une critique anthropologique (Dozon et Fassin, 2001) où est mis en avant le respect des cultures spécifiques au sein d’une santé publique qui impose en plus de ces messages, des valeurs culturelles occidentales et une critique politique, démocratique, visant au respect des individus dans leur statut de citoyen (Lecorps et Paturet, 1999).

21Ces critiques théoriques accompagneront le développement de nouvelles pratiques de santé et l’apparition de ce qu’Anne Golse nomme une « médecine de la santé » (Golse, 2001). C’est la fin du monopole de la médecine sur les questions de santé. La critique du modèle biomédical de la santé au profit d’une conception psychosociale a ouvert la voie à une émancipation des problématiques de santé au sein de la société et de la vie des individus. L’émancipation du paternalisme médical a conduit le malade a se reconnaitre comme agent de sa santé et à développer ou à demander le développement de nouvelles pratiques de santé, de nouvelles offres de soin se distanciant de la médecine officielle. Les années 70 et 80 marquent donc, en France tout du moins, la naissance du malade comme « réformateur social », selon les termes de Daniel Defert (1994).

22Ce retournement du modèle médical accompagne, accélère, le retour de la démocratie bafouée par le régime nazi. Les révoltes sociales de la fin des années 60 sont contingentes des demandes de reconnaissance sociale et médicales des malades, des individus. Partout dans le monde, on défile pour faire valoir ses droits : des étudiants et ouvriers de mai 68 en France, à l’affirmation des droits des homosexuels, des femmes ou des Indiens aux USA, aux multiples révolutions sociales de l’Amérique du Sud, en passant par la Révolution des œillets de 1974. Le monde est bousculé par l’entrée de la parole individuelle, communautaire et sociale dans le champ de la politique. La biopolitique semble basculer dans cet élan de la société face à la gouvernance et au refus de sa subordination au profit d’un pouvoir qui la nie ou la réduit. On assiste à un renouveau de la démocratie dans une volonté de défense des libertés individuelles.

23C’est à ce moment que se développe l’intervention éducative en santé publique lorsque l’éducation pour la santé renouvelle l’éducation sanitaire biomédicalement centrée (Berlivet, 2004).

24Une nouvelle conception du sujet, éducateur comme éduqué, voit alors le jour sous l’influence du développement croissant des sciences humaines et sociales et en parallèle de ces appels à la reconnaissance individuelle et démocratique. L’éducation sanitaire, et cela est apparu de manière criante lors de sa critique et de l’apparition de l’éducation pour la santé dans les années 70, était alors dénoncée comme une entreprise de normalisation de l’existence du sujet. Les critiques de la médecine et du modèle biomédical de l’homme et de sa santé avaient mis en lumière les fondements philosophiques sur lesquels reposent la santé publique et son pendant éducatif qu’est l’éducation sanitaire. Les apports des sciences humaines et sociales ont permis de mettre en lumière la constitution même de la santé publique et les enjeux qu’elle transportait donc en termes d’idéologie, de conception de l’homme et d’idée de la santé. Le modèle du sujet soumis au paternalisme médical était alors renouvelé par la figure d’un sujet autonome, citoyen, rationnel et volontaire dans ses choix, pouvant décemment choisir les bons comportements de santé, sans qu’on les lui impose.

Le sujet comme problème

25La notion de sujet se présente ainsi comme point nodal de notre interrogation, tant parce qu’un glissement dans sa compréhension à engendrer et/ou accompagner une modification des pratiques sociales, que parce que c’est bien autour de cette notion que se cristallise d’une éducation en santé qui voudrait intégrer l’éducation à et l’éducation pour la santé. En effet, de la modification des comportements individuels de la éducation à, à l’organisation des relations humaines de groupes de populations de l’éducation pour, c’est toujours la question du sujet qui se pose : comment faire que les sujets ou les sujets modifient leurs représentations et leurs comportements ? L’éducation en santé doit permettre aux sujets de se reconnaître dans les catégories du savoir médical (information), mais également leur offrir la liberté nécessaire face à ces catégories pour s’affirmer comme un sujet autonome (formation). Pour se faire, il faut chaque fois partir de l’individu, du sujet lui-même, ou des populations comme ensemble de sujets et donc de ce qu’ils sont entre eux afin de leur permettre de comprendre le langage médical qui se pose sur eux. Du rapport à soi au rapport aux autres, c’est toujours la question du sujet comme être individuel ou comme être social qui se pose.

  • 11  Voir par exemple : Mabille, 2003

26L’éducation comme la santé posent en outre la question du sujet qui est dès lors au cœur de la problématique de l’éducation en santé, qui l’assaille pour ainsi dire de tous cotés. L’éducation en santé cristallise en fait la question problématique du sujet en s’imposant au croisement de différents champs qui lui sont connexes et dans lesquels cette question fait déjà des ravages. Car de la médecine, où la question du sujet se pose depuis le milieu du XXe siècle et la dénonciation d’une réduction du malade à sa maladie, comme réponse à une déshumanisation qui caractériserait la crise médicale actuelle, à la politique où se pose quotidiennement la question de la distance voire du hiatus entre le local (individu) et le global (population)11, le sujet est au cœur des préoccupations contemporaines. C’est pour cette raison que la santé publique, en tant qu’elle synthétise la médecine et la politique, cristallise le problème du sujet : l’individualité du sujet met en déroute les analyses et actions globales.

27De fait, l’éducation en santé est alors rattrapée par ce problème du sujet puisque c’est à elle que la médecine et la politique, par le truchement de la santé publique, demandent des réponses à leur problématique interne. L’éducation est appelée par la santé publique pour comprendre et résoudre les décalages entre les décisions globales et les résultats locaux. Le sujet se pose en effet en intermédiaire entre la santé publique qui touche des populations et l’éducation qui vise le développement de l’individu ; il interroge la distance entre les volontés politiques et les résultats. Autrement dit, le sujet est au cœur d’une éducation en santé qui doit pallier aux inefficacités des politiques de santé. Pour le dire autrement, l’éducation, en tant qu’elle vise par définition le sujet, qu’elle s’adresse par essence à l’individu, pourrait palier le manque de « subjectivité » de la santé publique. Mais au lieu de cela, la santé publique parvient à introduire au sein de l’éducation en santé le problème du sujet.

28Mais quel est ce problème du sujet ? Quelle question pose-t-il aux différentes sphères de la vie humaine en société ? Pour tenter de répondre à ce problème, il nous faut d’abord, par rigueur philosophique, définir les termes en jeu dans cette histoire.

  • 12  Organisation mondiale de la santé, 1952.

29La santé publique est définie de multiples manières. Nous pouvons présenter trois définitions conventionnelles : Tessier l’envisage comme « une approche collective et administrative des problèmes de santé des populations sous ses aspects politiques, économiques, réglementaires, institutionnels » (Tessier et al, 1996) ; l’OMS12 la qualifie comme « l’art et la science de prévenir les maladies, de prolonger la vie, d’améliorer la santé physique et mentale des individus par le moyens d’actions collectives » ; enfin, Brücker et Fassin l’envisagent comme « une discipline ou une démarche pratique ayant la politique de santé pour objet » (Brücker et Fassin, 1989). Pour notre part, et afin de sortir la santé publique de considération épistémologique non résolue, telle sa qualification comme discipline ou la distinction entre science et art, nous définirons la santé publique comme « un ensemble stratégique de relations de pouvoirs (politique, économique, sociaux) et de savoirs (médicaux, scientifiques) visant à organiser, gérer, modeler, normaliser l’existence des citoyens afin de favoriser leur vie en tant que membre d’une population ».

30Qu’est-ce donc qu’un sujet ? Qu’est-ce qui pose donc tant problème aux actions contemporaines de santé publique ? Le sujet, ce qui n’est pas objet ou celui qui dit « je » selon la plus simple de ces définitions, peut être entendu, selon le Trésor de la Langue Française13, comme un « être vivant considéré dans son individualité ». Il serait donc, en ce sens, une dimension de l’individu, c’est-à-dire de l’être humain en tant qu’il est unique, un et particulier (indivisible). Par conséquent, le sujet se distinguerait de la « personne », notion insistant sur le fait que l’être humain est un être faisant preuve de morale (donc de raison, de conscience de soi, etc.), qu’il a une dignité, qu’il est une fin en soi et qu’il doit par conséquent être respecté. Du latin personna qui désigne le masque de théâtre, la notion de « personne » est définie par opposition au personnage, mais aussi à la personnalité. Comme résultat d’une synthèse personnelle, d’une mise en ordre et d’une mise en valeur de ce qui compose un individu (tendances, caractère, histoire...), la personnalité est singulière, propre à chacun : le produit de racines et de ruptures au sens de structuration hiérarchique par laquelle on devient auteur d’une mise en ordre qui transforme ce que nous avons reçu en un bien propre. Au contraire la personne est universelle, c’est le même sujet moral et sujet de droits que l’on retrouve en chacun.

Le sujet comme solution ?

31C’est au croisement de ces différentes caractéristiques que le modèle biomédical du sujet s’est constitué pour répondre aux critiques qui avaient été émises à l’encontre de la biomédecine. Ainsi, comme le résume Frédéric Dubas (2006), la biomédecine est complétée par une modélisation du sujet selon quatre figures majeures : l’Homme, la personne, le citoyen et le sujet psychanalytique.

32Tout d’abord, selon un modèle issu de l’Humanisme renaissant, l’Homme est pensé comme la plus haute valeur devant être respecté, avant tout parce qu’il est autonome et digne. On pense ici à l’échelle des êtres de Pic de la Mirandole (1486) qui explicite cette plasticité de l’homme sur l’échelle de l’être qui lui assure sa dignité par son autonomie à se rapprocher du divin. Ce modèle se redouble de la pensée humaniste des Lumières qui assure une dignité à l’Homme par sa liberté pensée sur le modèle de l’autonomie. La politique vient ici redoubler l’ontologie puisqu’outre la raison, c’est la démocratie qui permet à l’Homme d’être digne. Le propos kantien exemplifie parfaitement cette position :

« Qu’est-ce que les Lumières ? La sortie de l’homme de sa minorité dont il est lui-même responsable. Minorité, c’est-à-dire incapacité de se servir de son entendement (pouvoir de penser) sans la direction d’autrui, minorité dont il est lui-même responsable (faute) puisque la cause en réside non dans un défaut de l’entendement mais dans un manque de décision et de courage de s’en servir sans la direction d’autrui. Sapere aude ! (Ose penser) Aie le courage de te servir de ton propre entendement. Voilà la devise des Lumières. » (Kant, 1784).

33L’homme serait digne et libre, car autonome et rationnel dans son jugement.

  • 14  La loi sur le droit des malades de 2002, appelée Loi Kouchner du nom du ministre de la santé à l’o (...)

34Le second modèle de sujet développé autour de la biomédecine et qui se rapporte à l’Humanisme comme nous le verrons, est la notion de personne. La personne morale, humaine et libre qui qualifie chaque homme doit être respectée et prise en compte. Cette universalité morale de l’homme, mise en lumière par Kant, fonde la théorie de la personne sur l’autonomie du jugement. Cela passe par de l’information : informer pour respecter la qualité première de la personne humaine, son entendement, son jugement. C’est la question du consentement éclairé et de l’information maximale. Loi Kouchner14. Ce modèle a conduit à la construction d’une structure abstraite et vide : la personne juridique. Le développement de l’efficacité médicale à partir de 1950 s’accompagnant du développent d’une médecine consumériste à engendrer la juridisation de la personne. Le sujet de droit est la personne physique ou morale soumise à un système juridique donné. C’est le fondement de la démocratie juridique où importe le respect des libertés et demandes individuelles.

35Ce qui nous amène au troisième modèle de sujet : le citoyen, puisque c’est dans cette tradition que s’est constitué notre image du citoyen. Enfin, le citoyen qualifie le membre d’une communauté politique organisée ; sa définition dépend donc de la conception de l’organisation politique à laquelle il appartient (démocratie, république, oligarchie, théocratie, dictature, etc.). Il est sujet des Lumières, raisonnable et rationnel et c’est à ce titre qu’il accepte d’aliéner sa liberté au profit du bien commun offert par le contrat social (Rousseau, 1762).

36In fine, ces trois conceptions pensent communément le sujet comme transparent à lui-même, capable d’accéder à ses représentations, aux causes de ces actions et capables d’agir sur les origines de ses propres comportements. C’est une conception réductrice où le sujet est considéré comme naturellement volontaire, libre, pensant, conscient, en accord avec le cogito cartésien. En énonçant que le sujet n’existe que s’il pense, Descartes fixe en effet la reconnaissance du sujet par lui-même dans la transparence de ces déterminations comme la source ontologique de ce sujet. C’est ce qui lui permet d’asseoir sa conception mécaniste du réel et du corps. Et c’est donc cette perspective que retrouvent les conceptions modernes du sujet dans le paradigme cognitiviste. Le sujet, une fois informé, ne peut que prendre les décisions nécessaires à son bien-être. C’est le principe de la responsabilité qui se base sur la maitrise totale du sujet par lui-même du fait de sa transparence : « Nul homme informé ne peut agir à l’encontre de son intérêt ». Cette conception permet le développement d’une éducation comme ensemble de méthodes d’influence sur un sujet éducable par nature, dont l’exemple le plus abouti est le Health Belief Model (Glanz et al, 2002). Le sujet est favorisé comme agent dans le principe, mais non auteur ou acteur de sa santé dans les faits.

  • 15  Voir à ce propos les analyses foucaldiennes sur la psychanalyse comme renouveau du modèle de l’ave (...)

37Mais l’homme n’est pas simplement un animal politique et rationnel, selon la définition d’Aristote, il n’est pas transparent à lui-même. C’est ce qu’à compris le quatrième modèle, celui du sujet psychanalytique, qui, en introduisant la notion d’inconscient, ne réduit plus le sujet à sa volonté. L’homme n’est pas que raison et jugement, il est aussi passion et le temps a montré que la raison ne pouvait contrôler les passions. Cette facette de l’homme a été remise sur le devant de la scène par la psychanalyse et sa conception de l’homme comme être de désir et de pulsion. La mise en avant de l’inconscient a fait descendre la volonté, l’entendement et la raison du piédestal de l’humanité. « Le sujet de la psychanalyse est donc d’abord le sujet en tant qu’il est habité par une chaîne de discours dont il n’est pas en quelque sorte l’auteur au sens de la communication, mais dont il est bien plutôt le dépositaire, et où il surgit comme sujet, en tant qu’effet de signification » (Weil, 2002). Un sujet ignorant la cause de ses désirs. Néanmoins, la pratique psychanalytique vise à faire advenir à la conscience les déterminations de l’inconscient, et en ce sens, le modèle psychanalytique, valide et renforce même les modèles précédents, les renforce15.

Limites des modèles et retour de la biopolitique : l’exemple de l’empowerment

38Les limites de ces modèles apparaissent dans leur rencontre : chacun semble avoir favorisé une facette, une parcelle de l’être humain. Il engendre ainsi une dispersion épistémologique et ontologique du sujet. Ces modèles ne servent finalement que de caution à la biomédecine pour qui la question du sujet est centrale, mais extérieure (elle ne fait partie de son domaine de compétence). Ces réponses ont apparues pour faire face à des problèmes précis : prises en charge de l’hystérie (psychanalyse), réglementation des expérimentations (personne), régulation des dépenses de santé (citoyen), réductionnisme objectiviste de la biomédecine (humanisme). Ici encore on demande une théorie du sujet pour pallier à l’urgence de la non-efficacité de l’éducation à la santé et à sa dérive totalitaire.

39Mais loin de résoudre ce problème, il le complexifie. Car il maintienne une liberté du sujet de principe pour mieux l’aliéner. Ce problème se fait jour dans les questions de démocratie. Sous couvert de respect des principes démocratiques et des libertés individuelles, la démocratie se vide en fait de son contenu. Elle n’est plus le lieu d’exercice de la liberté, mais simplement le lieu de son affirmation principielle. C’est ce que Marcel Gauchet dénonce en distinguant la prise de pouvoir de la démocratie juridique sur la démocratie sociale (Gauchet, 2002). L’exercice effectif de la démocratie tend à disparaitre dans une affirmation de l’individualisme sous couvert du respect des libertés communes. La démocratie du sujet transparent est une démocratie de façade.

40Cette dérive de la reconnaissance du sujet est palpable dans le modèle éducatif dit de l’empowerment. Selon ce modèle, le but du sujet est d’acquérir un pouvoir sur sa propre vie afin de prendre en charge sa destinée économique, sociale, familiale ou professionnelle. Cet appel à l’autonomisation ou la capacitation des sujets, qui est revendiqué comme modèle de l’intervention éducative en santé publique (Daudelin et Vissandjée, 2001), semble avoir fait son temps. Si ce modèle correspondait parfaitement à la prise de parole des communautés, malades par exemple, dans les années 80. Mais l’acquisition d’un pouvoir faisant écho à l’autonomie du sujet n’est plus d’actualité. C’est la mise en pratique de ce pouvoir à l’échelle globale qui est aujourd’hui mise en question. A force de demande de reconnaissance des droits, les devoirs d’attention, de vigilance et d’action sont passés à la trappe. Sous couvert de nouveauté, le modèle de l’empowerment réactive des conceptions classiques : homme raisonnable et rationnel, fonctionnement cognitivo-comportemental (information = bonne décision), un appel à la responsabilité du sujet individuel, une absence de remise en question du milieu de ce sujet, un maintien et un renforcement de la construction sociale et politique.

41L’usage de ce terme en politique et surtout en ressources humaines témoigne de sa nature de résultat palliatif du système qu’il tente de contrecarrer. C’est une décentralisation du pouvoir qui n’en modifie pas les modalités d’application. Faire participer le « public », le « citoyen », « l’usager » revient à les intégrer dans un cadre opératoire construit d’avance, à leur faire jouer une partition que la puissance publique attend d’eux, non à les inciter à revendiquer des moyens d’action pour transformer les politiques publiques. C’est l’éducation comme apprentissage à participer au mieux à un système établi (exemple de l’éducation thérapeutique).

42Or, dans les pratiques, l’empowerment classique a fait son œuvre : l’affirmation du pouvoir individuel face à la santé et de la prise en main de soi est efficiente, ainsi qu’en témoigne le développement des pratiques d’autosanté (Andrieu, 2009), voire même caduque car ces dernières sont déjà idéologiquement réinvesties par le capitalisme (« Prends soin de toi ») (Klein, 2008). L’empowerment traduisait il y a 10 ou 20 ans une volonté d’humanisation des instances politiques, économiques ou sociales. Mais il est devenu avec le temps un topos, un lieu commun servant les intérêts qu’il souhaitait contrecarrer. La santé est devenue la norme de soin (le modèle du rapport de soi à soi et de soi aux autres), elle est prégnante dans les représentations communes. Le bien-être est la préoccupation de tous désormais. Mais est-ce pour autant que l’on s’offre les moyens de ce bien-être ?

43À moins d’envisager l’empowerment comme « le processus par lequel un individu ou un groupe acquiert les moyens de renforcer sa capacité d’action, de s’émanciper » (Bacqué, 2005) et de le considérer comme un moyen de renversement des rapports de domination entre l’Etat et la société civile, il reste sinon inefficace, renforçant le gouffre qui se creuse entre la démocratie juridique et la démocratie sociale.

44Il ne s’agit pas de dénigrer le modèle de l’empowerment, mais d’amener à réfléchir sur son sens et sur ses implications, que veut-il dire ? Qu’implique-t-il ? Quelles valeurs se cachent derrière les concepts d’autonomie, de pouvoir, de capacité ? Il faut s’attacher à en reconstruire constamment le sens pour lutter contre son instrumentalisation.

45La principale piste de cette reconstruction passe par le sujet, non par sa définition (dire ce que le sujet devrait être), mais par sa manifestation (repartir des pratiques de santé pour comprendre ce qu’il est mais surtout comment il se fait). Non qu’il ne faille pas continuer à lutter pour ses droits, mais l’empowerment comme modèle global d’affirmation des pouvoirs locaux ne fait plus, seul, sens. Le problème de la santé est aujourd’hui dans les conditions d’existence des individus, dans l’accès au soin et aux technologies médicales (inégalités de santé), dans l’influence des sujets sur la gestion de leur environnement, autrement dit dans la considération globale de modes d’être du sujet qui soit sain et viable vis-à-vis de soi (maintien d’une liberté effective et non fictive), des autres (respect de la liberté d’autrui) et du monde (respect et viabilité de son milieu).

46Promouvoir la santé n’est pas une question de publicité de la santé positive et de son importance, mais des conditions de sa possibilité (santé globale). Si la définition de la santé de l’OMS et son accent mis sur le bien-être est aujourd’hui bien connue, le slogan de la conférence de 1977 « La santé pour tous en l’an 2000 » est encore une utopie. L’idéologie d’un contrôle de sa santé est une utopie utile en ces temps de crise et de non contrôle total. Elle renforce le modèle d’un sujet ayant tout pouvoir sur lui-même, étant transparent à lui-même grâce à la technologie. La question du sujet ne s’est jamais faite si pressante à l’aune d’une véritable médecine du sujet individuel (Benkimoun, 2009). Il faudrait une théorie holiste du sujet, mais une théorie qui ne soit pas un palliatif.

La gouvernementalité et la voie de la réflexivité

47Cependant, définir le sujet semble automatiquement le réduire. Une conception holiste du sujet devrait se passer de définition. Toute science tend à circonscrire, comprendre, expliquer, limiter et finalement maitriser son objet et ce depuis l’avènement de la science moderne dans le paradigme galiléo-cartésien. On ne peut faire de théorie du sujet, sans risquer de le réduire !

48Michel Foucault avait déjà vu cette impasse et il a refusé « une certaine théorie a priori du sujet pour pouvoir faire cette analyse des rapports qu’il peut y avoir entre la constitution du sujet ou des différentes formes de sujet et les jeux de vérité, les pratiques de pouvoir, etc. » (Foucault, 1984b, 1537). Il n’a donc pas produit de théorie du sujet, mais a pensé la place du sujet dans la biopolitique et étudier les moyens de maintien de sa liberté de sujet au sein de structures éminemment normées et normalisantes. Il a étudié les modes de rationalités spécifiques qui ont touchés au sujet pour tenter à son tour de définir, non le sujet, mais « la manière dont un être humain se transforme en sujet » (Foucault, 1982, 1042). Il s’intéresse donc à la fin de sa vie à la manière dont le sujet se fait sujet (subjectivation) face à ce qu’il sait de lui (objectivation). Il étudie la manière dont l’être humain maintient la normativité qui est son essence face à la normalisation ambiante. Autrement dit, il aborde le sujet à partir de l’étude des rapports de soi à soi. Le problème n’est donc plus de définir le sujet mais de comprendre les interactions qu’il entretient avec lui-même, avec les autres et avec le monde. Quel type de relation à soi et aux autres le sujet peut-il entretenir pour que les valeurs de l’éducation (liberté, autonomie, développement personnel) soit maintenu dans un processus de santé publique qui vise toujours des valeurs si ce n’est antinomiques, au moins différentes (normalisation, contrôle, développement collectif). Comment éviter que l’éducation devienne un simple média de la santé publique auprès des individus, un outil de maintien des normes en place ? Comment faire pour qu’elle participe à l’émancipation des individus, à la constitution de sujet libre ?

  • 16  Loin de rompre avec ces précédents travaux, Foucault réintègre au contraire ses analyses archéolog (...)

49En renouvelant son appareillage conceptuel, sans pour autant rompre avec ces précédents travaux16, Foucault peut alors étudier la manière dont les sujets interagissent avec les normes et la manière dont il transmette et ou transgresse ces normes. La question de la liberté et de l’éducation se croisent alors autour de la notion de gouvernementalité qui sert à Foucault, dans les années 1980, à interroger directement les rapports que le sujet entretient avec le pouvoir et non le pouvoir lui-même. Par ce concept, Foucault souhaite mettre au jour la rencontre entre les techniques de domination exercées sur les autres et les techniques de soi. Se reflète ainsi notre problématique d’éducation en santé qui tout en transmettant des normes de santé publique puisse maintenir une liberté chez le sujet éduqué comme éducateur.

50L’intérêt du propos foucaldien et de sa nuance est ici de proposer une figure du gouvernant des autres, de l’éducateur, qui soit non normative, puisqu’elle se présente en termes d’ethos et non de déontos. Celui qui est amené à gouverner les autres doit avant tout se gouverner lui-même pour découvrir le juste rapport que peut entretenir l’éducateur à l’éduqué, rapport toujours relatif au sujet en jeu dans la relation. L’éthos du gouvernant est donc essentiellement réflexif, en accord avec la volonté de Foucault de comprendre comment le sujet humain se construit dans un rapport spécifique de soi à soi. Et c’est cette réflexivité qui fait la force des gouvernants, politiques ou éducateurs, car elle permet un constant ajustement de leur pratique en fonction des situations rencontrées autant que de leur propre contrainte subjective.

51Un modèle où le sujet étant amené à accompagner, prendre en charge, éduquer d’autres sujets se doit d’opérer un retour réflexif sur sa propre personne, autant que sur son activité afin de constamment ajuster son action éducative et ainsi éviter toute dérive. Ce modèle, incluant la mobilité constante de l’identité du sujet invite à se soucier de l’impact de la qualification en tant que sujet éducateur ou éduqué. Ce modèle s’efforce de maintenir la liberté du sujet face à des actes de véridiction qui développent irrémédiablement des normes et des exigences de normalisation. Or, si l’on suit Foucault dans ces développements sur la liberté, cette dernière est définie comme la « possibilité de transgression des normes » et l’éthique n’est rien d’autre que la pratique réfléchie de la liberté (Foucault, 1984b, 1530). Comme le résume Paul Veyne, « Nous ne pouvons échapper nulle part aux relations de pouvoir ; en revanche, nous pouvons toujours et partout les modifier ; car le pouvoir est une relation bilatérale ; il fait couple avec l’obéissance, que nous sommes libres (oui, libres) d’accorder avec plus ou moins de résistance. » (Veyne, 2008,143). Le problème n’est donc pas la normalisation, mais la manière dont on peut maintenir sa liberté, sa normativité, en adoptant une éthique qui fasse vivre la liberté, une éthique qui est au sens premier, un comportement réflexif acquis par habitude et exercice.

52C’est cette voie que revendique le modèle dit du « praticien réflexif » qu’a inauguré Donald Schön dans un ouvrage éponyme (Schön, 1993). Interrogeant le savoir caché dans l’agir professionnel, il invite les professionnels à développer des compétences réflexives à différents moments de leurs actions professionnelles, visant ainsi l’amélioration des pratiques autant que le développement d’un champ épistémologique transversal faisant de son savoir pratique tacite un champ de connaissance à proprement parler. Il s’agit de réfléchir en cours comme sur l’action, autrement d’adopter une position subjective, en tant que professionnelle, qui favorise la prise de recul et la réflexivité même dans les pratiques quotidiennes de l’agir professionnel. Mais cette culture de la réflexivité du praticien engendre une modification des comportements des sujets à qui il s’adresse. Un « contrat réflexif » s’instaure entre le professionnel et son public, de telle sorte que le « client » « consent à se joindre au professionnel pour analyser avec lui une situation qu’il ne peut résoudre seul » (Schön, 1993, 351). Autrement dit, la position de réflexivité s’étend à l’ensemble des acteurs d’une situation favorisant ainsi la co-construction des démarches et des pratiques. Le sujet professionnel et client, ou éducateur et éduqué, partage une compétence réflexive et ce afin de mieux mutualiser leur propre champ de savoir et d’agir. Ils adoptent une même éthique visant à préserver leur liberté, leur propre position subjective, tout en assurant une plus grande réussite à leur démarche commune. Ce modèle s’applique donc parfaitement aux interventions éducatives en santé publique qui visent à favoriser l’adoption de comportements de santé. L’éducateur devra donc, selon le modèle de la gouvernementalité foucaldienne, faire acte de réflexivité, pour appeler l’éduqué à faire de même. Sans cette disposition fondamentale, l’éducation en santé resterait une science appliquée, une simple transmission de savoirs et de pratiques biomédicaux, voire au mieux, biopsychosociaux, bref une démarche de normalisation, voire de normation, plus qu’un appel au développement personnel. Il s’agit de former un sujet capable de développer une démarche réflexive pour interroger le sens de son action en la contextualisant, lui donnant la capacité de s’engager lucidement dans une réflexion éthique, capacité nécessaire pour redonner une place, dans notre société, au sujet critique et à son action responsable.

53Autour de ce modèle commun de l’agir professionnel et du savoir qui lui est attaché, se déploie un modèle épistémologique permettant de rendre compte tant de la manière dont les éducateurs professionnels construisent leurs interventions éducatives avec des sujets extérieurs que de la manière dont un sujet éduqué, non professionnel, se soucie de lui-même face à un savoir et des pratiques extérieur à lui.
Pour surmonter les défis qu’ils rencontrent dans leur pratique, les professionnels, nous dit Schön, se fondent moins sur des formules apprises au cours de leur formation fondamentale que sur une certaine improvisation acquise au cours de leur pratique professionnelle, et de même, les non-professionnels font de même dans leur existence, jouant habilement entre expérience personnelle, représentations sociales et savoirs professionnels.

54Ainsi, le modèle du praticien réflexif éclaire la manière dont les êtres humains professionnels ou non se font sujets dans le jeu avec les normes en place ou avec celles qu’ils se créent. Autrement dit, ce modèle éclaire le maintien d’une normativité, d’autant plus que le contrat réflexif engage les acteurs à développer des compétences qu’ils n’ont pas au départ et qui se déploient dans la réflexivité comme dans l’échange. Le modèle réflexif est donc bien une invitation à l’adoption d’une certaine éthique subjective, d’un certain rapport de soi à soi qui soit toujours déjà un rapport de soi à l’autre.

55Ce modèle pratique développé par Schön et mis en place dans des interventions éducatives en santé publique (Dedeine, 2009 ; Bourdin, 2008) fait donc écho aux exigences posées par Foucault pour envisager une relation de gouvernement de soi et des autres qui reste éthique et évite ainsi les dérives inhérentes à la normalisation biopolitique.

56De manière concrète, l’éducation en santé ne peut se renouveler que par l’adoption d’une réflexivité fondamentale, des éducateurs vis-à-vis des contenus de savoir et de leur pratiques professionnelles, conduisant, par exemple au développement des formations critiques en santé publique et à la remise en question de la rationalité –et de l’épistémologie qui l’accompagne- des sciences biomédicales, comme des éduqués par le développement d’un regard critique sur leurs existences, leurs choix et leurs comportements. . Se soucier de sa santé ou de la santé des autres implique une réflexivité commune, seul moyen de maintenir des espaces de liberté, de normativité, sans céder à la normalisation galopante qui est la trame de nos sociétés occidentales contemporaines. D’autant que cette réflexivité peut participer à l’amenuisement de la normalisation par le développement individuel de rapport de soi à soi qui favorise la liberté de soi comme des autres.

57Ainsi, nous retrouvons, dans Michel Foucault comme chez Donald Schön, ces « caisses de résonance » dont parle Isabelle Stengers et qui sont « telles que ce qui arrive aux uns fasse penser et agir les autres, mais aussi que ce que réussissent les uns, ce qu’ils apprennent, ce qu’ils font exister, devienne autant de ressources et de possibilités expérimentales pour les autres. » (Stengers, 2009, 199). Caisses de résonances qui favorisent finalement autant la santé de chacun et de tous, que la démocratie.

Conclusion

58Les travaux de Michel Foucault éclairent les interrogations essentielles de l’éducation en santé aujourd’hui, dévoilant l’origine du malaise autant que les voies de résolution du conflit. La théorie du gouvernement de soi et du gouvernement des autres, à laquelle fait écho le modèle du praticien réflexif, ouvre une voie de désengagement apte à penser l’éducation en santé respectueuse du sujet éducateur comme éduqué. Elle nous invite à faire de la manière dont l’individu gère sa santé une ressource pour l’organisation de la santé publique par le biais d’un éducateur en santé qui assume sa fonction de médiateur et favorise donc l’interaction entre le local et le global par un souci constant de réflexivité et d’éthique. Sans le théoriser a priori, elle déploie la figure d’un sujet se renouvelant constamment dans sa position identitaire et ce afin de mieux accueillir l’autre, elle propose donc une anthropologie qui n’a pour contenus formels qu’un ensemble de dispositions que chacun doit s’approprier selon ses propres dispositions subjectives, autrement dit une anthropologie réflexive et nécessairement a posteriori.

Haut de page

Bibliographie

Andrieu, B., 2009, « Vers l’auto-santé : le capitalisme du soi corporel », Py, B, Spitz, E., 2009, Questions d’évaluation en santé, Nancy, PUN.

Bacqué, M.-H. (2005). « L’intraduisible notion d’empowerment vue au fil des politiques urbaines américaines », Territoires, vol. n° 460, p. 32-35.

Benkimoun, P., 2009, Médecine : objectif 2035.

Berlivet, L. 2004, « Une biopolitique de l’éducation pour la santé », Fassin, D., Memmi, D., 2004, Le gouvernement des corps, Paris, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, p. 37-75.

Birman, J., 2007, Foucault et la psychanalyse, Parangon.

Bourdin, E., 2008, Des trottoirs à Internet, Mémoire de master 1 « éducation et santé », soutenu en juin 2008 à l’Université Lille III, sous la direction de Jacqueline Descarpentries.

Brücker, G., Fassin, D., 1989, Santé publique, Paris, Ellipses.

Canguilhem, G., 1988, « La santé : concept vulgaire et question philosophique », Conférence donnée à Strasbourg en mai 1988 à l’invitation du Pr Lucien Braun, publiée dans les Cahiers du séminaire de philosophie n° 8 : la santé, Editions Centre de documentation en histoire de la philosophie, 1988, p. 119-133 ; repris dans Canguilhem, G., 2002, Ecrits sur la médecine, Seuil, p. 49-68.

Daudelin, G., Vissandjée, B., 2001, « l’empowerment comme technique d’intervention dans le domaine de la santé. Réflexion sur une panacée », en ligne : http://www.cewh-cesf.ca/PDF/cesaf/empowerment-intervention.pdf

Dedeine, M., 2009, De l’organisme communautaire à la santé individuelle. En quoi le fonctionnement communautaire peut amener l’individu au souci de soi, Mémoire de Master 2, Université Lille II, sous la direction de Jacqueline Descarpentries et Alexandre Klein.

Defert, D., 1994, « Un malade du sida peut-il être un réformateur social ? », Esprit, juillet 1994, p. 100-11.

Dozon, JP., Fassin.D., 2001, Critique de la santé publique, Paris, Balland.

Dubas, F., 2006, La médecine et la question du sujet, Paris, Belles-Lettres.

Foucault, 1981, « Les mailles du pouvoir », Dits et écrits, texte 297, Pars, Quarto Gallimard, 2001, vol. 2, p. 1001-1012.

Foucault, M. 1963, La naissance de la clinique, Paris, PUF.

Foucault, M. 1974, « La naissance de la médecine sociale », Dis et écrits, texte 196, Paris Quarto Gallimard, 2001, vol. 2, p. 207-228.

Foucault, M. 1975a, Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

Foucault, M. 1975b, « Gérer les illégalismes », Droit R.-P., 2004, Michel Foucault, entretiens, p. 59-73.

Foucault, M. 1997, « il faut défendre la société ». Cours au Collège de France. 1976, Paris, Gallimard-Seuil.

Foucault, M., 1982, « The Subject and Power », H. Dreyfus et P. Rabinow, Michel Foucault : Beyond Structuralisme and Hermeneutics, Chicago, 1982, Dits et Ecrits, « Le sujet et le pouvoir », texte 306, trad. F. Durand-Bogaert, t. 2, p. 1041-1062.

Foucault, M., 1984a, « What is Enlightenment ? » (Qu’est-ce que les Lumières ? ), Rabinow, P., 1984, The Foucault Reader, New York, Pantheon Books, p. 32-50, repris dans Dits et écrits, texte n° 339, Gallimard, quarto, vol. 2, 2001, p. 1381-1397.

Foucault, M., 1984b, « l’éthique du souci de soi comme pratique de la liberté » (entretien avec H. Becker, R. Fornet-Betancourt, A. Gomez-Müller, 20 janvier 1984), Concordia. Revista internacional de filosofia, n° 6, juillet-décembre 1984, p. 99-116, repris dans Dits et écrits, texte n° 356, Gallimard, quarto, vol. 2, 2001, p. 1527-1548.

Foucault, M., 2001, L’Herméneutique du sujet, Cours au Collège de France. 1981-1982, Paris, Gallimard-Seuil.

Foucault, M., 2004, Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France. 1978-1979, Paris, Gallimard-Seuil.

Gauchet, M., 2002, La démocratie contre elle-même, Paris, Gallimard.

Gaudillière, J.-P., 2002, Inventer la biomédecine, Paris, La découverte.

Glanz, K., Lewis, F. M., Rimer, B. K. (eds.), 2002, Health Behavior and Health Education : Theory, Research and Practice, San Francisco, Jossey-Bass.

Golse, A., 2001, « De la médecine de la maladie à la médecine de la santé », Artières, P., Da Silva, E. (dir.), 2001, Michel Foucault et la médecine. Lectures et usages, Paris, Kimé, p. 273-300.

Kant, E., 1784, Réponse à la question « Qu’est-ce que les Lumières ? », Garnier Flammarion, 1991, p. 41-51.

Keel, O., 2001, L’avènement de la médecine clinique moderne en Europe. 1750-1815), Genève, Goerg éditeur, Les Presses Universitaires de Montréal.

Klein, A., 2007, « Education et santé : approches philosophiques », Symposium Sciences de l’Education et santé, Congrès international AREF 2007 (AECSE), Strasbourg. Texte en ligne : www.congresintaref.org/actes_pdf/AREF2007_Alexandre_KLEIN_246.pdf

Klein, A., 2008, « La santé comme norme de soin », Philosophia Scientiæ, 12(2),2008, p. 213–227.

Lecorps, P., Paturet, J- B., 1999, Santé publique du biopouvoir à la démocratie, Rennes, ENSP.

Léonard, J., 1992, « La Révolution française et la science » dans J. Léonard, 1992, Médecins, malades et sociétés dans la France du XIXe siècle, Paris, Sciences en situation, p. 249-259.

Mabille, F., (dir.), 2003, Politique, démocratie et développement. Du local au global, Paris, L’Harmattan.

Pic de la Mirandole, J., 1486, « Sur la dignité de l’homme », Œuvres philosophiques, Paris, PUF, Epiméthée, p. 1-71.

Revel, J., 2007, « Michel Foucault : discontinuité de la pensée ou pensée du discontinu ? », Le Portique [En ligne], 13-14 | 2004, mis en ligne le 15 juin 2007, Consulté le 12 janvier 2010. URL : http://leportique.revues.org/index635.html

Rousseau, J.-J., 1762, Du contrat social.

Sandrin-Berthon, B., 1997, Apprendre la santé à l’école. Paris, ESF.

Schön, D., 1993, Le praticien réflexif. À la recherche du savoir caché dans l’agir professionnel, Montréal, Éditions Logiques, 1993.

Sinding, C., 2004, « Critiques de la médecine » dans le Dictionnaire de la pensée médicale de Dominique Lecourt, PUF, 2004, p. 300-304.

Sournia, J.-C., 1989, La médecine révolutionnaire, Paris, Payot.

Stengers, I., 2009, Ces catastrophes qui s’annoncent, Paris, les empecheurs de trouner en rond/ La Découverte.

Tessier, S., Andreys, J.-B., Ribeiro, M.-A., 1996, Santé publique et santé communautaire, Paris, Maloine.

Weil, D., 2002, « A propos du sujet en psychanalyse », www.urp-scls.u-strasbg.fr/Dominique %20Weilactes5.pdf

Haut de page

Notes

1  Pour reprendre les termes de Jacqueline Descarpentries : « Les définitions de l’éducation pour la santé sont étroitement dépendantes des modèles de l’éducation et des modèles de la santé, donc de la définition accordée au concept de santé et au processus de référenciation des modèles de l’éducation. Elles s’accompagnent la plupart du temps de réflexions sur la finalité de la promotion de la santé, de la prévention et de l’éducation, sur la place des « éducateurs à/pour la santé », sur la portée des contenus et sur la légitimité de l’intervention éducative en santé » (Cours de Licence « éducation et santé », UFR Sciences de l’éducation, Université Charles de Gaulle Lille 3, 2006-2007).

2  La base bibliographique de l’INPES repère ainsi trente « définitions » différentes de l’éducation pour la santé entre 1942 et 1995 !

3  Pour éviter les débats lexicographique, qui favoriseraient la critique purement nominaliste de ce travail, nous avons penché pour le vocable d’éducation en santé, évitant les écueils du pour et du à retrouvant ainsi la simplicité de l’expression anglo-saxonne health education, association directe que le français nous interdit. Il s’agira par ce choix de marquer le champ de notre travail, celui de la question de l’éducation dans le champ de la santé (éducation en santé) et non celui de l’intégration de la santé dans les perspectives d’éducation (éducation sanitaire). Car c’est bien là que se pose le problème, la différenciation d’une éducation en santé d’une éducation sanitaire.

4  Le terme de problématisation utilisé par Foucault pour signifier « la façon d’analyser, dans leur forme historiquement singulière, des questions à portée générale » (Foucault, 1984a, [2001] 1396). Elle étudie la manière dont quelque chose entre dans le jeu du vrai et du faux et est constitué comme objet pour la pensée.

5  Michel Foucault envisage la généalogie comme une enquête historique visant à restituer les éléments dans leur singularité, nous l’utilisons ici dans selon l’un de ses trois axes pour en faire une démarche de repérage des pouvoirs à l’origine des apparitions de champs de savoirs émergents qui marquent, dans une douce rupture, les nouvelles épistémès.

6  L’histoire que nous souhaitons ici retracée, se voudra donc orientée, dirigée, autrement dit épistémologique, au regard de la grille de lecture spécifique sur laquelle elle se base. Sur l’historiographie d’inspiration philosophique et épistémologique, nous nous rapportons entre autres aux travaux des philosophes Gaston Bachelard ou Georges Canguilhem, ainsi qu’aux travaux d’historiens tels que Jacques Léonard, Charles Lichtenhaeler ou Thomas Söderqvist. Bien que la généalogie ne soit pas à proprement parler une histoire, elle impose une grille de lecture spécifique au regard historique, se présentant ainsi comme un type singulier d’histoire épistémologique.

7  Il faut attendre 1870 pour voir la maladie devenir concrètement une question sociale, la fin du XIXe siècle pour voir se réformer les hôpitaux, 1892 et la loi Brouardel pour une modification de l’enseignement médical et une réorganisation de la profession médicale, 1905 pour une laïcisation réelle de la médecine, et ce n’est qu’au cours du XXe siècle que la médecine changera effectivement de place dans la société.

8  Foucault précise bien qu’il s’agit là non d’une substitution, mais d’une complémentarité des deux pouvoirs qui engendre le changement (Foucault, 1997, 214).

9  Entendu comme une volonté de gouverner moins associée à une subordination de la société à l’Etat.

10  L’anatomopolitique est une technologie de pouvoir qui s’applique à l’individu dans le détail de leur corps, de leurs gestes, de leurs usages, comportements et habitudes.

11  Voir par exemple : Mabille, 2003

12  Organisation mondiale de la santé, 1952.

13  Trésor de la langue française informatisé http://atilf.atilf.fr/tlf.htm

14  La loi sur le droit des malades de 2002, appelée Loi Kouchner du nom du ministre de la santé à l’origine de sa promulgation

15  Voir à ce propos les analyses foucaldiennes sur la psychanalyse comme renouveau du modèle de l’aveu chrétien (Birman, 2007).

16  Loin de rompre avec ces précédents travaux, Foucault réintègre au contraire ses analyses archéologiques et généalogiques au sein d’une histoire générale de la subjectivation et définit le sujet comme « le thème principal » de ces recherches (Foucault, 1982, 1042). Loin des commentateurs qui ont fait de ces questions de subjectivation, une rupture foucaldienne, la pensée foucaldienne présente au contraire sa cohérence propre de l’ordre de la pensée du discontinu plus qu’une discontinuité de la pensée (Revel, 2007).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Recherches & Educations, n° 3 Santé et Education, p 47-75

Référence électronique

Alexandre Klein, « Quel sujet pour l’éducation en santé ? », Recherches & éducations [En ligne], 3 | septembre 2010, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/556

Haut de page

Auteur

Alexandre Klein

Doctorant en philosophie ACCORPS/ LHSP Archives H. Poincaré UMR 7117/ CNRS Nancy Université - Université Nancy 2 Chercheur Archives A. Binet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org