Navigation – Plan du site
Dossier
3

Etude de l’impact du décret interdisant de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif sur l’activité professionnelle des personnels de direction et de vie scolaire de 17 lycées français

Frank PIZON et Didier JOURDAN

Résumé

L’objet de cette contribution est de rendre compte des effets d’une mesure de santé publique sur l’activité de professionnels du système éducatif français. Le décret n° 2006-1386 du 15 novembre 2006 fixant les « conditions d'application de l'interdiction de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif » a en effet été mis en œuvre dans les établissements scolaires comme dans les autres espaces concernés à partir du 1er février 2007. La spécificité du système éducatif tient aux relations particulières qui se nouent entre la santé et l’éducation. En effet, l’Ecole n’est pas seulement un milieu de vie qui accueille les enfants et les adolescents français pendant plus d’une décennie, elle est aussi un espace privilégié d’éducation, notamment dans le domaine des conduites addictives. Ainsi, la circulaire relative à ce décret rappelait-elle que cette mesure entrait dans une dynamique de prévention et d’éducation à la santé

Quarante huit entretiens ont été conduits auprès de proviseurs, proviseurs adjoints et conseillers principaux d’éducation de 17 lycées dans les semaines qui ont suivi la mise en œuvre de cette mesure de santé publique. Il s’agissait non seulement d’identifier les conséquences de l’arrivée du décret sur leurs pratiques mais aussi de s’intéresser à la façon dont ils redéfinissent leur tâche en référence à cette nouvelle prescription. Après une analyse du contenu du discours recueilli, une interprétation est proposée en référence au cadre de la psychologie ergonomique qui postule que l’activité des professionnels ne peut être pensée comme la simple application d’instructions mais qu’elle dépend de l’interaction complexe de trois groupes de déterminants : institutionnel, personnel et public.

Les résultats montrent que d’une manière générale, aux yeux des personnes interrogées, la mise en application de cette mesure s’est faite sans difficultés particulières. Pour les professionnels cela est dû à l’évolution des normes sociales en matière de tabac et à l’action favorable des médias. Pour autant, ce décret n’a pas résolu totalement les problèmes de consommation (sortie des élèves pour fumer à l’extérieur du lycée, difficultés spécifiques liées aux internats). Dans leur discours, les professionnels se réfèrent essentiellement au fonctionnement de l’établissement dans une perspective de maintient de la qualité relationnelle au sein du lycée, à l’accompagnement des personnes les plus vulnérables (élèves dépendants en internat) et aux mesures d’anticipation qu’ils avaient préalablement prises tant en matière de politique générale qu’en vue de la préparation de l’application du décret. La référence à l’éducation à la santé est quasiment absente.. Lorsqu’il est fait question de santé, c’est pour aborder la question du sevrage et non celle de la prévention. On observe des différences significatives quant à l’incidence du décret selon que la personne interviewée est un personnel de direction ou un conseiller d’éducation.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les attentes sociales actuelles vis-à-vis de l’Ecole placent le monde scolaire et ses professionnels en tension : transmettre des connaissances, enseigner la langue orale comme écrite, conduire les élèves à réussir leur brevet ou leur baccalauréat, leur permettre de trouver du travail et de se préparer à l’enseignement supérieur  mais aussi transmettre un socle commun de connaissances et de compétences notamment les règles de la vie sociale, initier à l’usage de l’Internet, ouvrir à une culture dans le domaine artistique, donner les moyens de décoder les questions vives de citoyenneté par une éducation à la santé, à la sécurité, aux médias, à l’environnement et au développement durable … Lois, décrets, programmes, circulaires, plans gouvernementaux et d’actions submergent en continu le système éducatif de kyrielles de prescriptions diverses. Ces problématiques scolaires ou de santé des jeunes attendent des réponses multiples, et souvent immédiates, de la part des établissements scolaires.

  • 1  Une conduite addictive correspond à la perte de la liberté de s'abstenir de consommer un produit o (...)

2Dans ce contexte, les équipes de direction et de vie scolaire des lycées sont appelées à veiller à la mise en place de ces mesures et sont confrontées constamment à « l’écart croissant entre la responsabilité institutionnelle, mais aussi sociale et morale, d’atteindre les objectifs pédagogiques et éducatifs, et le sentiment de ne pas disposer de moyens nécessaires pour y arriver », ce qui a pour résultante une perception dégradée de leur métier notamment par les chefs d’établissement (Fotinos, 2008). Se pose donc aujourd’hui de façon aiguë la question de savoir comment sont reçues ces prescriptions, comment ces professionnels peuvent les intégrer, les mettre en cohérence avec les différentes dimensions de la vie scolaire au service d’une vision claire des missions de l’Ecole. Cette problématique prend un relief tout particulier lorsqu’il s’agit de considérer les questions de santé et plus spécifiquement de prévention des conduites addictives1. Du coté de la prescription, un ensemble de textes, liés à l’autonomie des établissements et aux missions des personnels de direction et de vie scolaire (Décret n°85-924 du 30 août 1985 relatif aux établissements publics locaux d’enseignement et circulaire) ou plus spécifiquement à l’éducation à la santé (circulaire n°2006-197 du 30-11-2006 relative aux comités d’éducation à la santé et à la citoyenneté) confère une large responsabilité aux équipes d’établissements dans leur politique éducative. La mise en œuvre et la conduite d’une telle politique d’éducation à la santé n’est pas sans poser de réelles difficultés. La tension est, en effet, d’autant plus grande que la pression sociale est forte dans ce domaine et que l’éducation à la santé trouve mal sa place dans le champ scolaire (Jourdan, 2007), tout particulièrement à un moment où est exprimé le désir d’un recentrage sur les savoirs fondamentaux.

3Pour notre étude, nous avons choisi le décret n°2006-1386, applicable depuis février 2007 interdisant toute consommation tabagique dans les lieux publics. La Loi (Loi n°91-32 du 10 janvier 1991 dite Loi Evin) interdisait certes la consommation de tabac à l’intérieur des locaux scolaires mais elle autorisait la création de salles fumeurs pour les adultes et de zones fumeurs pour les élèves. Sujette à interprétations, la Loi Evin a été reconnue comme assez ou très difficilement applicable par près de 62% des chefs des établissements de lycée (IOD, 2002). Ce décret concerne tous les lieux publics mais le milieu scolaire tient une place originale. Sa spécificité tient aux relations particulières qui se nouent entre la santé et l’éducation. En effet, l’Ecole n’est pas seulement un milieu de vie qui accueille les enfants et les adolescents français pendant plus d’une décennie, elle est aussi un espace privilégié d’éducation, notamment dans le domaine des conduites addictives. Ainsi, la circulaire relative à ce décret rappelait-elle que cette mesure entrait dans une dynamique de prévention et d’éducation à la santé (circulaire n°2006-196 du 29-11-2006 relative à l’interdiction de fumer pour les personnels et les élèves dans les établissements d’enseignement et de formation).

4Afin de tenter de comprendre les effets de cette prescription sur l’activité des professionnels de direction et de vie scolaire des lycées, nous avons mobilisé les outils de l’analyse du travail même si « peu d’études envisagent l’activité de direction comme une activité de travail susceptible d’être appréhendée comme n’importe quel autre travail, » (Tourmen & Mayen, 2007). Dans ce cadre, l’activité des professionnels en matière de prévention des addictions ne peut être pensée comme la simple application d’instructions. La façon dont les chefs d’établissements, leurs adjoints et leurs conseillers principaux d’éducation considèrent les prescriptions de leur institution, leurs propres représentations sur les addictions et sur leurs missions dans ce domaine, leur perception du comportement du public élève, de ses besoins sont autant de composantes à considérer (Goigoux, 2007). La finalité générale de notre travail est donc de comprendre la façon dont un nouvel élément (une prescription institutionnelle) vient interférer avec une pratique existante et conduit à une redéfinition de la tâche par les professionnels. Cette étude vise ainsi à tenter de répondre à la question des effets de la publication d’un décret relatif à la santé publique sur l’activité des personnels de direction et de vie scolaire à partir des changements professionnels qui ont pu survenir. Cette activité est référée aux quatre axes qui définissent la direction d’établissement (B.O. spécial N° 1 du 3 janvier 2002) : éducatif (Conduire une politique pédagogique et éducative d’établissement), de gestion (Conduire et animer la gestion de l’ensemble des ressources humaines), de partenariat (Assurer les liens avec l’environnement) et d’administration. L’hypothèse que nous formulons est que les personnels de direction redéfinissent leur tâche en référence à l’arrivée du décret dans les quatre domaines : éducatif (intégration à la démarche d’éducation à la santé de l’établissement), de gestion (prise en compte des difficultés posées par l’interdiction des zones fumeurs), de partenariat (mise en lien avec les acteurs du monde de la santé) et de d’administration (sécurité, règlement intérieur).

Cadre conceptuel

5L’analyse du travail se fonde sur les recherches en psychologie et ergonomie conduites durant le vingtième siècle. Elle opère, notamment, une distinction fondatrice entre tâche et activité, c'est-à-dire entre « ce qu’il y a à faire » et « ce que l’on fait » (Astier, 2003). Le prescripteur, celui qui définit la tâche, puise lui-même dans ses propres valeurs et représentations de la tâche et ce, avec toutes les limites liées à l’existence d’une distance parfois grande entre celui qui prescrit et celui qui exécute (Leplat, 1992). La prescription (le décret), ou plus précisément l’ensemble des entités prescriptives (date choisie pour l’entrée en application du décret, publics concernés, nature des nouveaux interdits, sanctions prévues, etc.), peut être considérée comme un artefact symbolique ou un ensemble d’artefacts symboliques, produits d’une construction humaine (Rabardel, 1995). Ce qui est prescrit a une double intention : celle d’influer sur l’activité des professionnels (en l’orientant par la préconisation de procédures) et celle d’agir sur les valeurs, les raisonnements et les motivations trouvées au travers de l’activité.

6Dans le système éducatif notamment, plusieurs formes de prescriptions existent (voir ref. dans Goigoux, 2007). Notre étude s’intéresse à une prescription de type « primaire » recouvrant les Lois, décrets, textes officiels, orientations académiques et départementales, plutôt qu’aux prescriptions dites « secondaires » telles qu’un projet d’établissement intégrant la prévention des conduites addictives, des projets de Comité d’Education à la Santé et à la Citoyenneté spécifiques au tabac ou aux conduites addictives, celles liées aux formations de personnels sur la connaissance des produits ou l’utilisation d’outils d’animation, etc. Les prescriptions primaires ne relèvent pas de l’activité propre des professionnels d’un établissement scolaire et sont imposées par les textes officiels. Les prescriptions secondaires peuvent potentiellement s’appuyer sur l’ensemble du personnel de l’établissement ou sur l’activité en interne de certains d’entre eux. Elles sont déjà le produit, ou du moins un des effets potentiels, de la prescription primaire émanant de ce décret tabac.

7Une prescription ne génère pas forcement la réponse attendue de la part de ceux auxquels elle s’adresse. C’est l’évaluation de cette distance entre le « à faire » et le « effectivement réalisé » que nous permet l’analyse du travail (Goigoux, 2007). Nous introduisons la notion de tâche redéfinie pour tenir compte du fait « qu’un agent à qui est confiée la tâche prescrite n’est jamais un pur exécutant de celle-ci. Il se définit sa propre tâche à partir de la tâche prescrite et à partir de ses propres caractéristiques » (Leplat, 1997). Cela signifie qu’il doit d’abord se représenter la tâche prescrite, c’est-à-dire la comprendre en fonction de ce qu’il est et de la place qu’il occupe dans l’organisation (Leplat parle à ce propos de « tâche représentée ») (Mayen & Savoyant, 2002). Le chef d’établissement, l’adjoint ou le conseiller principal d’éducation doit ensuite « en évaluer la compatibilité avec les ressources dont il dispose et avec un ensemble d’éléments personnels et identitaires tels que sa propre expertise de la situation et donc de la tâche à réaliser, ses mobiles et ses valeurs, mais aussi le niveau de risque ou de fatigue qu’il est prêt à accepter et le niveau de satisfaction auquel il peut prétendre » (Mayen & Savoyant, 2002).

8La redéfinition de la tâche est un processus normal qui fait partie intégrante de l’activité du sujet. « Si l’action fait l’objet d’une prescription (la tâche), l’activité, elle, est imprescriptible, elle dépend du rapport que le sujet instaure entre son action et le milieu dans lequel elle s’exerce ; ce dernier est constitué de « propriétés » historico-culturelles particulières ; le milieu (de travail) dans lequel se réalise une action est une source de réorganisation des processus psychiques qui la composent, et donc du développement de l’expérience » (Amigues & Lataillade, 2007). Il est, de plus, difficile de réduire le travail à un simple agrégat d’activités comme si une même activité était forcément « travail » quelque soit le contexte dans lequel elle s’exerce. Tenir compte du contexte de l’activité ne peut se faire sans caractériser le travail en fonction de ce contexte ou des éléments que les personnels de direction et de vie scolaire choisissent de nous décrire (climat d’établissement, attitude des autres personnels de l’établissement, comportements des élèves, modifications de l’organisation de la vie du lycée, etc.).

9Dans le but de comprendre les modalités de l’appropriation de la prescription formulée par le décret (et non des effets résultants de nouvelles prescriptions secondaires au décret lui-même) et en inférer les modalités de redéfinition de la tâche, nous avons choisi de nous appuyer sur le reconstruit exprimé par ces professionnels.  Nous nous référons pour cela au modèle d’analyse de l’activité des enseignants (Goigoux, 2005) adapté de façon à permettre une lecture structurée de l’activité des personnels de direction et de vie scolaire (figure 1). Ce modèle postule que l’activité des professionnels dépend de l’interaction de trois déterminants : le déterminant « Institution » (les caractéristiques du système éducatif dans toutes ses dimensions), le déterminant « Personnel » (les caractéristiques du professionnel lui-même) et le déterminant « Public » (les caractéristiques des élèves et des membres de la communauté éducative). La dimension fortement prescriptive de cette injonction par décret d’une part, et la position institutionnelle des personnels auxquels nous nous intéressons d’autre part, constituent les deux éléments principaux qui nous ont poussé à étudier plus particulièrement le poids relatif du déterminant « Institution » par rapport aux autres déterminants « Personnel » et « Public » de l’activité. Cette position particulière des personnels de direction les place dans un rapport de « loyauté » vis-à-vis de l’institution scolaire. Pourtant une réelle latitude d’intervention existe et nous postulons qu’un écart existe entre le travail prescrit et le travail réel (Leplat 1997). Y compris dans le cadre de leurs fonctions professionnelles particulières de personnels d’encadrement, les chefs d’établissement prennent des décisions dans bien d’autres buts que de relayer la politique nationale, notamment pour préserver un climat d’établissement favorable dans leur établissement (Karnas, 1978).

10L’approche que nous développons donne toute sa place au sujet et donc aux processus par lesquels il donne sens et cohérence à son activité au travers de son discours. C’est bien de la façon dont des personnels de direction et de vie scolaire identifient les effets d’une prescription institutionnelle et en décrivent les conséquences sur leur activité professionnelle dont il est question. Pour accéder à ce reconstruit, cette étude s’ancre sur le déclaratif portant sur l’activité et non sur l’activité telle qu’elle est mise en œuvre. Les fonctions des personnels de direction et de vie scolaire conduisent à ce que leur intervention sur la question du tabagisme soit extrêmement diffuse dans le temps et dans l’espace (contrairement aux enseignants pour lesquels il est possible d’analyser l’activité dans le cadre précis d’une séance de classe). D’autres outils que ceux habituellement utilisés (enregistrements vidéographiques et autoconfrontation simple ou croisée) devront être mis en œuvre. (Clot, 1997). Comme le souligne Ullman (2007), « Les concepts organisateurs du travail d’encadrement et de prise de décision sont la plupart du temps peu observables, ils apparaissent essentiellement dans les discours post actions ». Dans la démarche d’analyse du travail qui est la notre, les entretiens non directifs constituent un outil méthodologique pour comprendre comment les professionnels se représentent leur tâche et comment ils ajustent leur activité à la prescription.

Méthodologie

Contexte de la recherche

11Notre étude s’est déroulée au cours d’une période allant de mi-mars à mi-juin 2007. Elle a fait suite à l’entrée en application du décret n° 2006 – 1386 interdisant toute consommation tabagique dans une enceinte scolaire. Au total, sur 22 établissements contactés, 17 ont accepté d’entrer dans cette démarche de recueil de données. Notre échantillon (tableau 1) est composé de 12 lycées généraux, professionnels, polyvalents ou agricoles du département de l’Allier et de 5 lycées situés sur le Puy-de-Dôme. Ce corpus de lycées représente 40% des établissements publics de l’académie de Clermont-Ferrand. Les lycées de l’étude accueillent des élèves de catégories socioprofessionnelles légèrement plus défavorisées que la moyenne académique qui est globalement plus favorisée que la moyenne nationale (tableau 2). Un total de 48 entretiens a été conduit auprès de 12 proviseurs, 12 proviseurs adjoints et 24 conseillers principaux d’éducation (CPE). Les personnels ayant été interrogés ont par la suite reçu une synthèse de l’analyse de ces entretiens conformément au contrat initialement posé avec eux.

Méthodologie de recueil

12Notre méthodologie, qui s’attache à « ramener les usages dans la conception » afin « de construire des systèmes a priori adaptés parce que fondés sur une représentation pertinente des besoins et des façons de faire » (Falzon, 2005), s’appuie sur des entretiens qui ont été conduits de la manière la moins directive possible. Nous avons choisi d’intervenir à minima sur la parole des acteurs. Le décret était posé sur la table avec comme seule question inductrice : « pouvez-vous nous dire ce que cela a apporté comme changement dans votre vie professionnelle ? ». Les relances ont été réalisées uniquement sur la base du discours des professionnels (reformulation, demande de précisions).

Analyse et structuration des données

13Nous avons affecté un code à chacun des 48 entretiens de la manière suivante : le code établissement ([L001] jusqu’à [L017]), suivi d’une lettre ([P] pour proviseur, [PA] pour proviseur adjoint et [CPE] pour conseiller principal d’éducation) et éventuellement d’un chiffre (si plusieurs personnels exercent la même fonction au sein du même établissement).

14Notre travail a d’abord consisté en une analyse du contenu du discours par blocs. Cet inventaire repose sur la constitution de catégories ou rubriques significatives à partir des éléments du discours grâce au repérage « d’unités d'enregistrement », c'est à dire de noyaux de sens (Bardin, 2001). Le nombre conséquent d’entretiens conduits (48) a permis d’arriver à une saturation des données (aucune nouvelle catégorie n’apparaît malgré l’augmentation du nombre d’entretiens analysés).

15C’est seulement dans un second temps que nous avons élaboré des regroupements suivant les trois dimensions « Institution », « Personnel » et « Public » de notre cadre conceptuel. Nous avons alors identifié à quel déterminant chaque catégorie renvoyait. A l’intérieur de ces déterminants, nous avons alors distingué ce qui relevait des caractéristiques de l’« Institution », de la « Personne » ou du « Public » auxquelles les sujets se référaient pour argumenter leurs motivations en amont, et en aval, quels étaient les effets qu’ils avaient identifiés en terme de changement sur l’ « Institution », leur « Personne » et sur le « public ». En d’autres termes, quels éléments se sont révélés déterminants, quelles priorités se sont-ils fixés pour agir : choisissent-ils de valoriser les dimensions organisationnelles devant accompagner la mise en œuvre du décret ou bien le considèrent-ils comme un instrument pour remplir leurs missions éducatives  (Rabardel, 1995). La figure 1 servant de cadre d’analyse permet une modélisation suivant trois axes verticaux (les trois déterminants) se structurant suivant deux axes horizontaux : un premier axe horizontal privilégiant les caractéristiques du sujet relatives à chacun des trois déterminants et un second axe distinguant les conséquences de l’activité.

Résultats

Analyse globale du discours

16L’analyse globale du discours montre qu’il relève essentiellement d’un registre argumentatif. Ce discours accorde une valeur particulière au contexte externe à l’établissement (mutations sociales dues à l’évolution des normes relatives au tabac et plus généralement à la santé) et à la vie interne à l’établissement (actions d’anticipation en amont de l’entrée en application du décret). Si une seule idée devait être retenue de ce qu’ont exprimé les 48 personnes interrogées, c’est le fait qu’il y a eu moins de problèmes que prévu, mais des points particuliers de difficulté subsistent tels que ceux liés à l’internat ou au fait que les élèves fument sur les trottoirs bordant l’établissement.

17Pour les professionnels concernés, le point central du discours concerne davantage « comment faire vivre l’établissement » plutôt que « comment conduire un dispositif visant à améliorer la santé publique ». La prévention et l’éducation ont finalement peu de place. Le volet sanitaire est essentiellement abordé via l’aide à l’arrêt du tabac. Le discours recueilli auprès des chefs d’établissements, de leurs adjoints et de leurs conseillers principaux d’éducation est sur le double registre de l’activité (telle qu’ils la décrivent par rapport à la mise en application du décret dans leur lycée) et de la tâche (telle qu’elle leur est prescrite et telle qu’ils ont pu la redéfinir).

18L’analyse de contenu conduit à la mise en évidence de dix-neuf catégories ou rubriques significatives (Figure 2).

Rubriques significatives exprimées pour chaque déterminant

19Les 19 catégories ont ensuite été réparties d’une part en référence aux trois déterminants (institution, personnel et public) et d’autre part selon qu’elles renvoient aux caractéristiques (en amont de l’activité) ou aux effets de cette activité (en aval). Les catégories sont donc réparties dans six groupes (Figure 2).

1/ Le déterminant « Institution » : caractéristiques et effets

20In.1 : L’expression de ces professionnels du milieu scolaire sur les attentes orientées vers l’Ecole en matière de santé publique permet d’identifier toutes les limites d’actions qu’ils perçoivent dans ce domaine : « il ne faut pas non plus vouloir résoudre un problème qui est celui effectivement de la santé publique » [L006 – CPE1]. « Moi aussi je préfèrerais que les jeunes disent bah, non fumer ça va m’abîmer la santé, ça me coûte des sous. Mais bon, ça ne se passe pas comme ça, dans la réalité. C’est pas ça du tout. » [L006 – CPE3]. Les limites de l’efficacité de ces nouveaux interdits fixés pour l’Ecole sont avancées : « Finalement on règle pas le problème de la santé du jeune qui se retrouve à fumer dehors » [L003 – P], même si le même proviseur déclare « Ça pourrait être pareil avec les conduites accidentogènes, en booster ou en voiture ou autre, tout ce qui touche à la mortalité, à la santé, on est sensible à ça et c’est notre devoir aussi. » [L003 – P].

21In.2 : L’évolution des normes sociales est décrite au travers de l’image du fumeur dans notre société comme ayant fortement évolué (« Maintenant quand même je pense qu’il y a une image moins positive qui se dégage […] on compte beaucoup sur le fait il n’y ait pas cette image si valorisée que ça de la personne qui fume » [L012 – P]), « c’est à la fois, je pense, dans la culture […] On voit l’évolution de la société» [L005 – P], « une prise de conscience […] c’est au niveau de toute la société. » [L007 – CPE3]). Ainsi est avancé le fait « qu’il y a eu l’influence des médias là-dessus, la réaction des gens qui fumaient, était qu’ils disaient, c’est normal [qu’il y ait une interdiction] » [L007 – P], « les médias ont dû jouer un rôle » [L007 – CPE1].

22In.3 : Le discours sur la perte de libertés individuelles est peu présent. Lorsqu’il est abordé c’est d’une façon plutôt fataliste du fait de l’évolution des normes sociales « c’est vécu comme une atteinte à une liberté individuelle, ça a d’abord été vécu comme ça et puis petit à petit la raison se fait. » [L007 – CPE3]. Cela reste un argument qui est minimisé lors des entretiens : « Et puis, c’est ça, les gens qui fument, ils fument…, tant qu’ils n’envahissent pas la liberté des gens. Mais je pense que ça limite quand même les choses. [L005 – CPE1], ou encore : « je pense pas que ce soit une privation de liberté. » [L007 – CPE3] même si l’on observe que « c’est vécu comme une frustration » [L007 – CPE3]. La parution et la mise en place rapide du décret sont soulignées : « cette loi qui arrive quand même brutalement et qui les [les élèves] privent d’une certaine liberté » [L007 – CPE2].

23In.4 : La « bonne » application des règles fixant l’interdiction de fumer est un élément très présent dans le discours des proviseurs (« Dans le RI [règlement intérieur], il était strictement interdit de fumer » [L001-P]. Lorsque cette application est problématique, le discours est dirigé vers ce qui a été prévu (« c’est la retenue, l’exclusion, c’est ce qui est prévu au règlement intérieur » [L001-PA]) et plus rarement vers une expression directe des difficultés rencontrées. Dans l’ensemble, cette application n’a pas engendré de réactions massivement négatives.

24L’éventualité des infractions est mise en perspective par la possibilité (utilisée ou non) de sanctionner (« il y a des élèves qui ont eu des retenues » [L010-CPE2], « il a été prévu de sanctionner mais d’abord de relever l’infraction » [L009-PA], « L’élève va être sanctionné, ça peut être des heures de retenues, ça peut être une convocation des parents. S’il persiste ça peut aller au-delà, ça peut être moins une punition mais une sanction » [L001-CPE], « curieusement depuis le 1er février on n’a pas eu à sanctionner un élève, » [L007-P]) et par l’âge du public scolaire concerné (« on a des jeunes qui ont dix-neuf ans, c’est un petit peu plus compliqué de leur faire comprendre qu’à des collégiens » [L017 – P]). L’application de la règle est rendue complexe aussi pour des raisons structurelles : « Le seul problème, c’est que c’est un établissement très étendu, il y a presque dix-sept hectares » [L013-PA].La recherche d’un équilibre entre accompagnement et répression témoigne de la difficulté pour trouver une réponse éducative adaptée (« on a eu déjà des difficultés, j’ai eu des élèves qui n’arrivaient pas à s’arrêter » [L002-CPE] « comme c’est relativement souple, on n’a pas eu à rentrer dans la punition, c’est vrai que si on considère le volume de punitions, de retenues, de prises de bec, d’entretiens en tête à tête avec moi ou avec le proviseur adjoint, qu’on peu faire sur une année, quand on considère le volume que ça représente, et l’énergie que ça demande pour gérer ça, c’est vrai que ça fait un poids supplémentaire, c’est clair. [L002-CPE]). Pour d’autres, « il a fallu être crédible, c’est-à-dire qu’on appuie sévèrement tous les contrevenants mais que les punitions sévères ont permis d’éviter la prolifération des cigarettes et l’an dernier on a du punir une dizaine d’élèves » [L005 – P].

25In.5 : L’accompagnement de la Loi est abordé dans l’objectif du maintien d’un climat d’établissement avec un minimum d’animosités : « On va être à l’écoute des élèves et des adultes pour voir quels sont les problèmes soulevés par cette interdiction et puis on va essayer de trouver des solutions pour que ça se passe le mieux possible. » [L004 – PA2]. Le point focal est davantage sur les adultes pour les personnels de direction et sur les élèves pour les conseillers principaux d’éducation : « Alors pour les adultes c’est parfaitement l’accompagnement tel qu’il a été prévu par l’administration. Nous, on ne peut pas faire plus que ce qui a été prévu par notre administration, donc là c’est pas toujours facile pour eux » [L008 –PA], « l’infirmière a reçu le document d’accompagnement pour les élèves donc à savoir ceux qui souhaitent être accompagnés pour cesser de fumer, donc qu’elle puisse les rencontrer et puis après les orienter vers un tabacologue. » [L008 –CPE].

26In.6 : Le rapport à l’interdit se traduit par une acceptation assez marquée de la mesure : « c’est une bonne chose parce que c’est pas normal. » [L007 – CPE4]. La question du contournement de la règle est dirigé vers les élèves : « pour l’instant les élèves respectent bien » [L007 – CPE4]. Assez peu de témoignages expriment des situations d’évitement de la règle : « pour les élèves, ça a été plutôt bien accepté, on a quelques irréductibles pour lesquels la dépendance est forte et donc qui cherchent un peu à contourner la nouvelle loi, des élèves qui sortent alors qu’ils n’ont pas l’autorisation ou des élèves qui vont fumer dans les toilettes. » [L008 – P].

27In.7 : La prescription par le projet d’établissement ou le conseil d’administration (prescription secondaire) est très peu abordée ou alors pour souligner l’absence de lien avec ce projet : « on est en train de travailler sur le projet d’établissement qui a pas été fait depuis assez longtemps, donc on a déjà beaucoup de choses à voir qui sont nettement plus importantes et puis  parce qu’ à l’intérieur du projet d’établissement à mon avis, on ne peut pas vraiment traiter de ce problème là » [L017 – P], « Il y a pas un lien spécial, mais dans le cadre de notre comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté, ça c’est sûr, il est inscrit dans le projet d’établissement donc la lutte contre les conduites addictives et le tabac entre autre ça serait une façon tout à fait normale mais il y a d’autres points, il y a l’hygiène alimentaire, il y a la sécurité et la prévention contre les maladies sexuellement transmissibles, il y a tout ce qui concerne la contraception, il y a donc disons tout un environnement santé qui est beaucoup plus large que fumer ne pas fumer. » [L010 – P].

28Pourtant, le levier que peut constituer le projet d’établissement est établi par certains personnels : « dans le projet d’établissement, c’est par rapport à tout ce qui concerne la santé, l’hygiène, la sécurité des élèves et puis l’éducation à la citoyenneté puisque c’est vrai que quand on touche au problème du tabac, on peut ensuite avoir cette prise de conscience et de soi-même, de sa santé, de son hygiène mais aussi de l’autre qui ne fume pas avec qui on doit partager des choses et la liberté de l’autre. » [L010 – CPE1].

29In.8 : Le fonctionnement de l’établissement est une préoccupation extrêmement présente dans le discours. Celui-ci est évoqué à la fois de par les dangers inhérents à la sortie des élèves (« Logiquement il [l’élève] est censé être dans l’enceinte de l’établissement. Evidemment ça pourrait, je dirai, porter à conséquences euh… pour le chef d’établissement. » [L015-PA]) et de par l’image renvoyée lors des attroupements d’élèves fumeurs (et non-fumeurs) devant l’établissement (« On a des retours d’image relativement négative puisque cette masse d’élèves devant le lycée, ce n’est pas très accueillant pour les visiteurs. [L009 – P]). La problématique de l’internat occupe néanmoins une position centrale dans le discours des personnels : « Il y a notamment des moments où l’on n’a pas tout le personnel de surveillance au même endroit. Par exemple je pense aux internes, certainement ils montent dans les dortoirs le soir, d’autres restent plus en bas et c’est plus facile à ce moment là de s’éloigner et d’aller essayer de fumer une cigarette. » [L006 – CPE1]. Le CVL (Comité de vie Lycéenne) est plus rarement mentionné (« l’assemblée des délégués a été consultée, le CVL » [L013 – PA]).

2/ Le déterminant « Personnel » : caractéristiques et effets

30Pe.1 : Le décret est perçu par les personnes interviewées comme arrivant à un moment favorable (« La loi, elle arrive on était prêt, tout était prêt, tout était fertile et on a pu mettre deux ou trois petites choses pour être aux normes au niveau de la loi, ce qui fait que le plus gros travail pour nous c’était un travail plus pédagogique « [L005-PA]). Le soutien médiatique apporté est clairement cité comme une ressource : « Moi, je pense que les médias ont joué un rôle important… parce que les médias ont bien informé, ont… et ont bien, et ont bien présenté le décret . » [L015 – PA]. Le moment choisi pour faire entrer en application le décret a constitué une difficulté supplémentaire : « « çà aurait été mieux de faire une interdiction à la rentrée, au moins à toute la promotion qui arrivait » [L007-PA], même si « ils [les élèves] le savaient, ils étaient prêts donc ça s’est fait tout seul » [L009 – CPE]). Cela ne va pas sans difficultés : « pour le moment, je pense que c’est difficile, il est très difficile ce passage à faire, pour le moment je crois qu’ils le vivent par rapport à une contrainte qui leur est faite en disant voilà on fumait à quelques mètres de là » [L009 – P].

31Pe.2 : Les proviseurs, proviseurs adjoints et CPE se positionnent en tant que fumeur ou non fumeur. La modification de leur propre consommation tabagique est évoquée comme un élément positif dans le sens d’une réduction de consommation (« En tant que fumeuse j'avais pu observer que l'interdiction et bien si elle n'arrête pas, limite et dans le cas de tout ce qui peut être comportement de ce type, la limitation est déjà fort intéressante donc j'étais pour l'application du décret, une application dure » [L010-CPE1], « même moi qui suis fumeuse je trouve que c'est positif  […] après moi personnellement, ça m'a apporté, il faut que je sorte pour aller fumer ma cigarette, donc je fume moins, c'est quand même assez positif» [L007-CPE2], « moi j'ai pas arrêté de fumer mais j'ai considérablement réduit » [L007-CPE4]).

32Pe.3 : Un sentiment de « dépassement » est exprimé (« on attend que l’école règle 80% des problèmes alors qu’à l’inverse ils sont 80% du temps ailleurs. » [L001-P]).La problématique du tabagisme reste ouverte sur la globalité du temps de vie de l’élève : « Le tabagisme, y’a un travail qui se fait aussi, qui doit se faire aussi en dehors de l’établissement scolaire. » [L015-PA].

33Selon les personnels, leur capacité à proposer des leviers d’action est très variable (« Il y a sûrement beaucoup à faire mais bon… On est un peu démuni. » [L001-PA]). On retrouve un sentiment d’auto-efficacité souvent relativement faible : « je ne pense pas que pour ce qui nous concerne, cela ait un impact réel en terme de santé publique sur les jeunes » [L002 – P].

34Pe.4 : La définition d’une position professionnelle acceptable pour agir dans le dispositif passe par une minimisation des problèmes rencontrés (« on a été extrêmement surpris parce que quand on l’a mis en place du jour au lendemain et avec le personnel là aussi, dans l’ensemble, on pensait rencontrer plus de problèmes» [L015-PA]) et par la mise en place d’une aide au sevrage avec  l’organisation qui en a découlé impliquant l’infirmière scolaire (« l’infirmière que vous avez vue là, avait proposé aux élèves  une aide, un accompagnement » [L016 – CPE]). Les aménagements et la tolérance au niveau des internes existent : « les seuls aménagements, c’est pour avoir une liberté supplémentaire, pour l’instant, les internes ont simplement demandé deux soirs par semaine de plus, pas de pause entre midi et deux, pas de pause aux intercours. » [L003 –CPE].

3/ Le déterminant « Public » : caractéristiques et effets

35Pu.1 : Les actions d’anticipation (antériorité d’action sur le tabac et d’interdiction, communication, brochures, actions préventives, théâtralisation de l’arrivée du décret, anticipation, information aux parents) recouvrent un spectre assez large allant d’une simple information préalable (« On leur avait annoncé auparavant, donc quelques semaines auparavant que ça allait se faire » [L011 – CPE2]), à des actions ayant une antériorité beaucoup plus grande (« on a expliqué ça pendant un an, ça a pris un an quoi de concertation, d’explication avant qu’on décide de mettre en place l’interdiction de fumer. » [L013 – PA]).

36Pu.2 : Les CESC (Comité d’Education à la Santé et à la Citoyenneté) sont mentionnés dans le rôle qu’ils ont pu tenir en matière de mise en place d’actions de prévention ou d’accompagnement (« Dans le cadre du CESC, nous avions déjà commencé, mais on essaye de continuer, de mener une politique d’accompagnement » [L002-P], « des campagnes de sensibilisations du comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté ont commencé deux semaines avant le décret avec une pomme contre une clope » [L007-PA]), ou dans le rôle qu’ils vont tenir (« Oui, on a un CESC qu’on a réunit il n’y a pas très très longtemps il y a une quinzaine de jours, où on a parlé justement d’actions pour la fin de l’année sur les différentes addictions drogues, alcool, tabac, des choses qui vont se mettre en place » [L011 – CPE1]). Le CESC est décrit également comme un espace de partage de responsabilités dans les décisions qui peuvent être prises (« On a un réel problème de moyens, et le CESC, c’est l’entité qui va se substituer à la seule chef d’établissement ou aux deux seules personnes de l’équipe de direction pour mettre en œuvre une politique d’accompagnement » [L002-P]). Il est parfois une pièce maîtresse pour la mise en œuvre d’actions santé : « on a toujours, au niveau du comité d'hygiène et de sécurité, on a toujours des actions, on fait toujours des actions, dont la prévention des toxicomanies, quelles soient, tabac, alcool, on fait des choses sur le sida, enfin tous les jours, on fait quelque chose. [L010 – CPE2].

37Pu.3: L’effet principal du décret sur les habitudes tabagiques des élèves fumeur, tel que le décrivent les personnels, consiste en le fait qu’ils sortent devant l’établissement pour consommer (« La consommation tabagique au moment des pauses se fait à l’extérieur et puis voilà. » [L001-CPE], « les élèves fument à l’extérieur du lycée, donc sur la voie publique. » [L009-P], « On repousse le problème à l’extérieur, on sait très bien que les gamins fument à l’extérieur. » [L005-CPE],mais cette conséquence est minimisée « une trentaine de personnes au portail à chaque fois […] sortent à la récréation, donc c'est peu sur le nombre » [L007-P], ou encore« c’est assez curieux parce qu’on s’est rendu compte que l’interdiction suffisait en elle-même, il n’y avait pas besoin de prévention, au fond pour faire baisser la consommation de cigarettes » [L011-P]. On retrouve un sentiment de diminution globale de consommation de tabac (« au niveau de l'établissement scolaire, c'est clair il y a eu une réduction très nette des adultes fumeurs et des élèves surtout » [L010-CPE1]).

38Le besoin d’une prise en compte des spécificités des élèves internes est soulignée du fait de leur présence en continu dans l’établissement pendant la semaine (« Pour nous la question, c’était comment on allait gérer notre internat, parce qu’on sait très bien que les étudiants qui rentrent et qui sont fumeurs, ne peuvent pas s’arrêter de fumer comme ça pendant huit heures voire plus pour les internes… » [L001-PA]). La possibilité d’aménager un moment de sortie pour les internes est envisagée, avec encadrement. (« On tendra vers une possibilité de sortie un moment ou un autre moment de la semaine pour qu’ils soient pas, enfin le soir surtout pour les internes » [L003-P]). La conséquence du décret est jugée plus significative pour les élèves arrivant pour la première année dans le lycée (« Là où ça a eu un effet très bénéfique c’est au niveau des secondes » [L006-CPE3]).

39Pu.4 : Il n’y a pas de détérioration du climat d’établissement qui est exprimée. Si l’application du décret est décrite comme paisible, il n’en demeure pas moins que puisque l’ « on a mis en place une contrainte supplémentaire, donc c'est vrai que ça modifie un peu l'harmonie des relations. » [L006-CPE1]. Ainsi« les agents doivent marcher beaucoup pour sortir de l'enceinte du lycée, les gens qui travaillent aux cuisines sont donc obligés de se changer pour aller fumer » [L007-PA], « Ça a démultiplié un petit peu les temps de pauses c'est-à-dire que les personnels sont obligés de  s’arrêter de travailler pour sortir » [L009-P]. La crainte d’être face à des problèmes multiples s’estompe néanmoins (« je m'attendais aussi à ce que ça aille fumer dans les WC ou autres, mais je n'ai pas noté de problème comme ça » [L007-P]). Pour certains établissements, l’anticipation du décret a permis un passage en douceur (« Le décret n'a pas eu beaucoup d'impact dans notre établissement étant donné que c'était un lycée sans tabac, depuis déjà deux ans. » [L010-CPE2], « On a beaucoup discuté autour de comment faire cette application, on l'a faite de manière progressive. » [L010-CPE1]). Pour d’autres, une volonté de ne pas entrer en conflit est mise en avant (« je me voyais mal rentrer en conflit avec quelques collègues parce qu’ils étaient en train de fumer une cigarette derrière les ateliers. » [L016 – PA]).

40Pu.5 : Les rapports à l’autre, qu’il s’agisse des relations dans l'établissement entre adultes et entre adultes et élèves, montrent une dégradation très légère et jugée passagère : « ça a dégradé un petit peu les relations qu'il pouvait y avoir entre les assistants d'éducation et justement les élèves, parce que même si la plupart ont compris que c'était pas une règle du lycée, c'était la loi qui nous obligeait à faire ça. » [L017 – CPE]. « On a mis en place une contrainte supplémentaire donc c'est vrai que ça modifie un peu l'harmonie des relations, ça va s'estomper, on va rester confiant quand même » [L006 – CPE1]. Les caractéristiques de la structure scolaire semblent induire des aspects positifs (« nous on n’a que 130 élèves cette année, ça va pas à plus de 145-150 élèves, c’est assez familial, donc l’ambiance est bonne parce tout se sait assez rapidement. » [L003 – CPE) ou négatifs (« on s’est dit que ça aller générer des tensions peut-être des conflits avec certains enseignants, personnels, ou entre eux, […], voila donc on a essayé d’en parler déjà, de sensibiliser les personnels. » [L003 – P]).

41Pu.6 : « L'aide des partenaires extérieurs » [L005-CPE2] a été sollicitée dans quelques cas : « nous avons donc des partenariats avec diverses associations de lutte contre le cancer » [L009 – P]. Il est intéressant de souligner que pour beaucoup de personnels, « ces aides sont forcément à l’hôpital, puisque ce sont des médecins relais qui eux peuvent faire des prescriptions, leur expliquer que les patchs sont remboursés intégralement pendant un mois, sur un traitement de trois mois je crois. » [L001 – CPE]. Ainsi, les partenariats ont été envisagés principalement sur le registre de l’aide à l’arrêt, réduisant du même coup la volonté de faire intervenir des associations sur le registre de la prévention. L’ « expertise qu'avaient les médecins » ([L004 – PA2] porte sur cette aide à l’arrêt du tabac qui est devenue très clairement une priorité.

42Pu.7 : L’accompagnement intra-muros» est centré principalement sur l’aide à l’arrêt. Dans ce sens, le manque de possibilités prévues pour accompagner l’arrivée du décret est souligné, avec la mobilisation principalement de ressources internes (« l’infirmière que vous avez vu là, avait proposé aux élèves une aide, un accompagnement pour tous ceux qui souhaitaient arrêter de façon définitive. «  [L016 – CPE]), et parfois externes (« Evidemment l’infirmière ne peut pas leur donner de patch, elle n’est a pas le droit, donc ces élèves là peuvent être dirigés vers le service de tabacologie de l’hôpital. » [L001 – CPE]).

43Pourtant, le sentiment d’un écho assez faible de la part des élèves à des propositions de sevrage tabagique apporte de la nuance dans les propos recueillis («L’aide qu’on leur (aux élèves) a proposée, c’est d’aller voir le service de santé […] On n’a pas eu un seul élève qui est allé voir l’infirmière, pour lui demander de l’aide. » [L001-CPE], « J’interprète ça qu’ils n’ont pas eu envie d’arrêter leur consommation de tabac. Ce n’est pas parce qu’on est un lycée sans tabac que les élèves arrêtent de fumer » [L001-CPE]).

Importance dans le discours des différentes rubriques significatives

44Nous avons cherché ensuite à identifier le poids de chaque bloc de sens dans le discours des personnels interviewés. Notre objectif était de pouvoir en rendre compte sur la globalité de la population de l’étude et selon la catégorie de personnel (tableau 3).

Pour l’ensemble des personnels

45Les trois éléments les plus exprimés par l'ensemble des personnes interviewées renvoient à l’axe « Institution » avec le « fonctionnement du lycée » (In.8) et « l’application de la Loi, la sanction » (In.4). Les « actions d’anticipation » (Pu.1) viennent en troisième position et renvoient à la prévention et à l’accompagnement.

46Concernant ce qui est le moins exprimé par les acteurs, nous trouvons « l’accompagnement à la Loi » (In.5) et « le projet d’établissement » et le CESC (In.7 Pu 2).

Pour les  « proviseurs & proviseurs adjoints »

47La dominante du discours de la population « proviseurs et proviseurs adjoints » de notre échantillon présente un double ancrage autour des déterminants  « Public » et « Institution ». Ainsi, sont mises en avant les « actions d’anticipation » (Pu.1) et les difficultés ou contraintes liées à la « gestion des élèves » (In.8). « L’accompagnement intra-muros » (Pu.7) se place en troisième position, très proche de «  l’application de la Loi, la sanction » (In.4).

48On peut souligner que la « prescription par le projet d’établissement » n’est que très peu énoncée (In.7), de même que le partenariat (Pu.6) et les actions portées par le CESC (Pu.2).

Pour les  « conseillers principaux d’éducation »

49Du fait de leurs fonctions de vie scolaire, les CPE axent principalement leur discours sur les élèves. Ils parlent de « consommation tabagique » (Pu.3) et de « fonctionnement de l’établissement » (In.4). Les « actions d’anticipation » (Pu.1) sont également très présentes dans les entretiens. Vient ensuite « l’application de la Loi, la sanction » (In.4).

50Parmi ce qui est le moins cité, on retrouve la référence aux actions du « CESC » (Pu.2) avec le « projet d’établissement et le conseil d’administration » (In.7). Il est intéressant de signaler qu’entre ces deux aspects, nous trouvons « l’accompagnement de la Loi » (In.5) qui n’est donc pas dans les dominances du discours des CPE.

51Une approche synthétique du contenu des entretiens met en évidence des positionnements communs ou propres à chaque catégorie de personnels. D’une façon générale, pour tous les personnels rencontrés, le discours est solidement argumenté, témoignant d’une démarche réflexive approfondie sur leur action. La gestion organisationnelle tient une place prépondérante et occulte le fait que l’arrivée du décret puisse prendre place dans une politique d’éducation à la santé. Aucun des professionnels n’a indiqué que le décret avait favorisé une réflexion globale sur la question du tabagisme et des addictions. Le discours est essentiellement centré sur la question du climat d’établissement. Les professionnels apportent une réponse contextualisée (ressenti des fumeurs dans l’établissement, spécificités de la structure, âge du public, etc.) mais insistent finalement surtout sur les limites des nouveaux interdits (sortie massive des élèves et difficultés de gestion des élèves fumeurs à l’internat). Le discours témoigne aussi d’une attention particulière aux élèves les plus vulnérables. Les professionnels interviewés se déclarent démunis vis-à-vis des internes les plus dépendants. Certains mentionnent l’existence d’un retour de la consommation de tabac (toilettes, trottoir, etc.) à la clandestinité. Les personnels de direction et de vie scolaire ont recours soit à un aménagement de la loi (temps de pause supplémentaires prévus à l’extérieur du lycée pour que les internes puissent fumer), soit à une polarisation sur le sevrage ou l’aide à l’arrêt du tabac comme principale mesure d’accompagnement.

52Selon la catégorie de personnel considérée, on observe des différences dans les discours. Celui-ci porte tantôt sur l’ensemble des personnels du lycée (pour les proviseurs et leurs adjoints), tantôt sur les élèves (tout particulièrement pour les CPE). Les proviseurs et adjoints renvoient surtout à la valeur institutionnelle d’une telle mesure et aux enjeux à veiller à son application. La question de la sanction est très présente, davantage en tout cas que la référence au projet d’établissement et au CESC pour impulser un travail pédagogique et préventif sur la thématique des addictions. Les conseillers principaux d’éducation se montrent particulièrement attentifs à l’évolution tabagique des élèves et à certaines polyconsommations (alcool, cannabis), et se référent aux actions d’anticipation de l’arrivée du décret qui a constitué pour eux un levier pertinent, sans évoquer pour autant l’accompagnement à la loi lorsque celle-ci est devenue applicable.

Discussion

53Notre étude visait à tenter d’identifier les effets de la publication d’un décret relatif à la santé publique sur l’activité des personnels de direction et de vie scolaire. Il s’agissait non seulement de déterminer les conséquences de l’arrivée du décret sur leurs pratiques mais aussi de s’intéresser à la façon dont ils redéfinissent leur tâche en référence à cette nouvelle prescription. Cette tâche intégrant quatre domaines (éducatif, gestion, partenariat et administration), l’hypothèse était que tous étaient affectés. Nous discuterons successivement de la façon dont les professionnels ont perçu les conséquences du décret et les différences observées entre les catégories de personnels, des déterminants de la redéfinition de la tâche et de l’articulation de l’application du décret à une démarche d’éducation à la santé à l’échelon de l’établissement.

54Les résultats montrent que d’une manière générale, du point de vue des professionnels, la mise en application de cette mesure s’est faite sans difficultés particulières. Pour eux, cela est notamment lié à l’évolution des normes sociales en matière de tabac et à l’action favorable des médias. On peut noter que ce n’est pas ce qui était attendu par les acteurs puisque selon une étude réalisée en 2006, les personnels des lycées (hors chefs d’établissements) prévoyaient que des difficultés apparaîtraient (Pizon & Jourdan, 2007). Le contexte social joue probablement un rôle important dans cette situation. On peut noter que de nombreuses données mettent en évidence une dénormalisation du tabac (Beck et al., 2006). D’après le sondage BVA réalisé pour le ministère de la santé en février 2007, ce sont 86% des français qui adhèrent à l’interdiction, dont 53 % se disent tout à fait favorables. Les fumeurs sont eux-mêmes 74% à soutenir l’interdiction (BVA 2007). Cette quasi-absence de difficultés est sans doute aussi liée à la nature de la prescription. De nombreux travaux montrent que les acteurs mettent en avant les tensions issues de la surprescription d'objectifs (cf. les multiples textes de loi, circulaires issus du pouvoir exécutif en relation avec les addictions), de la prescription sociale en lien avec la santé amplifiée par les médias et de la sousprescription de moyens. C'est paradoxalement par un appel à une augmentation de la prescription (engagement fort des équipes de direction notamment) que les professionnels des lycées gèrent cette tension (Pizon & Jourdan, 2007). Ces données rejoignent celles de la bibliographie internationale qui montrent que les professionnels appellent à un renforcement du soutien institutionnel (voir revue de Han & Weiss, 2005). Sans doute faut-il développer d'autres travaux pour mieux comprendre le rapport que les professionnels entretiennent aux différentes formes de prescriptions (ils n'accordent pas le même statut aux textes nationaux et aux politiques d'établissement) pour tester l'hypothèse selon laquelle c'est d'un déficit de prescription (Félix & Saujat, 2007) qui pose problème aux professionnels et non l'excès. Il apparaît néanmoins que dans le cas du décret, la prescription est claire, elle renvoie à un ensemble de mesures bien définies. Ce qui n’est pas le cas des programmes et autres circulaires sur l’éducation à la santé, qui sont, selon R. Amigues (2007), des prescriptions infinies. On peut émettre l’hypothèse selon laquelle sa mise en œuvre répondrait à l’attente de clarification des missions, et ne génèrerait ainsi pas de tension marquée. En effet, le décret apporte en premier lieu un soutien incontestable aux prises de décisions et facilite les aspects relationnels dans la perspective du maintien d’un climat d’établissement paisible et non conflictuel.

55L’application du décret n’est pas sans conséquences sur les personnes, tout particulièrement pour les fumeurs les plus dépendants. La gestion de sa mise en œuvre sur un plan relationnel, entre adultes de l’établissement, est l’une des dominantes du discours des proviseurs et proviseurs adjoints. Cette sensibilité propre est directement liée à leur fonction managériale. Les relations avec les élèves et entre élèves sont davantage citées par les conseillers principaux d’éducation. Ce fait est, là aussi, directement en lien avec ce qui fait la spécificité de leur activité professionnelle. Si tous les personnels interrogés mentionnent une surcharge de travail au cours de l’année scolaire due à la mise en oeuvre du décret, ils ne mettent pas en avant les mêmes problématiques. Les proviseurs et leurs adjoints jugent nécessaire d’aller plus loin dans l’accompagnement intra-muros des fumeurs (aide à l’arrêt du tabac), tandis que les personnels de vie scolaire considèrent que le décret a eu une incidence sur la manière de consommer des élèves avec un retour à une certaine clandestinité de la consommation tabagique chez les élèves internes notamment. C’est bien l’internat qui pose le plus de problèmes de gestion du fait de la présence prolongée des élèves. Des aménagements sont donc mis en place même s’ils ne sont pas toujours clairement explicités.

56Tout se passe comme si l’activité des personnels de direction et de vie scolaire avait été guidée par l’articulation de trois axes : l’application de la mesure, l’attention aux personnes (notamment aux plus vulnérables) et l’organisation de la vie de l’établissement dans une perspective de limitations des situations conflictuelles. C’est donc un rôle de médiation qui apparaît ici comme dominant. Ce mode de gestion de l’application du décret a conduit à une mise en œuvre efficace de l’interdiction de fumer limitant les aménagements à des cas très spécifiques mais non marginaux. On ne peut pas considérer que les professionnels se situent dans une simple logique d’application des instructions. L’arrivée d’un nouvel élément (une prescription institutionnelle) vient interférer avec une pratique existante et conduit à une redéfinition de la tâche par les professionnels. L’analyse des entretiens montre que trois facteurs principaux la conditionnent. Ils relèvent des  déterminants « institution » et « public ». Il est intéressant de noter ici qu’il s’agit d’une spécificité. Les autres personnels, notamment les enseignants, se réfèrent essentiellement au déterminant « personnel » (la vision de leur mission éducative) et rarement aux deux autres pôles (Pizon et Jourdan, 2007 ; Simar et al. 2007 ; Leyrit et al., 2007).

57Le premier facteur exprimé a trait à la prescription elle-même. Les mesures d’interdiction, difficiles à prendre par les chefs d’établissement avant le décret, ne sont plus seulement à leur initiative. Elles peuvent prendre appui sur un texte officiel fixant une nouvelle règle.

58Le second facteur est relatif à l’accompagnement. Il met en évidence le fait que le levier le plus sollicité dans le but d’apaiser les relations et de rendre plus acceptable l’interdit, est la recherche de moyens d’aide à l’arrêt du tabac. La dépendance parfois forte de certains élèves au tabac a été un critère pour être attentif, « encore plus que d’habitude », aux relations avec les élèves fumeurs, tout particulièrement à l’internat de l’établissement. En interne, l’infirmière a été immédiatement sollicitée, et en externe, ce fut le cas des tabacologues ou associations, souvent autour de partenariats déjà existants. La distance entre le prescrit et le réel est ici présente avec des aménagements de l’interdit pour rendre les choses acceptables et gérables pour les fumeurs les plus dépendants (on parle à mi mots des « tolérances » au niveau de l’internat). Cette recherche permanente d’apaisement des relations s’est donc soldée par une attention accrue au climat relationnel dans l’établissement. Mieux pris en compte, il apparaît plus paisible que prévu, les adultes des établissements semblant accepter ce nouvel interdit plus facilement que prévu.

59Le troisième facteur est lié à la dimension organisationnelle. Ce volet est fortement présent dans le discours. Le sentiment d’une entrée en application rapide voire dans l’urgence du décret est présent. Il apparaît clairement que la mise en place des nouveaux interdits a mobilisé la plus grande partie de l’énergie des équipes. Chaque catégorie de personnels a dû gérer, selon ses fonctions, cette situation nouvelle. Cette gestion a été plutôt dirigée vers les adultes (les autres personnels) pour les proviseurs, et vers les élèves pour les CPE.

60Il apparaît ainsi que les quatre domaines de la tâche confiée aux chefs d’établissements sont affectés différentiellement par cette nouvelle prescription. La redéfinition est essentiellement référée à la dimension gestionnaire : il s’agit de prendre en compte les personnes, d’être attentif au climat d’établissement, de régler les difficultés posées par l’interdiction des zones fumeurs. Les volets administratifs (sécurité, règlement intérieur) et partenarial (mise en lien avec les acteurs du monde de la santé dans le cadre de l’aide au sevrage) tiennent une place non négligeable.  Le volet éducatif est, quand à lui très peu évoqué. Tout se passe comme si l’arrivée de ce texte qui, nous le rappelons, se situe dans un contexte de surprescription, était traitée a minima par les personnels de direction et de vie scolaire. La charge considérable, les tensions voire l’épuisement professionnel (Fotinos, 2008) conduit à se centrer sur l’essentiel, le maintien d’un climat de travail favorable dans le lycée sans que le potentiel éducatif généré par l’arrivée du décret ne puisse être exploité. Sans doute le fait d’avoir rencontré les professionnels immédiatement après la mise en application du décret explique-t-il certains des résultats obtenus. Il n’est en effet pas étonnant que la priorité ait été mise sur les tensions relationnelles potentiellement générées par l’interdiction de fumer plutôt que sur un objectif à long terme de prévention des addictions et d’éducation. Un travail similaire un an après la mise en œuvre du décret est en cours de réalisation. Il devrait permettre de mieux comprendre les effets à long terme d’une telle mesure de santé publique.

61Pour le système éducatif, le décret est l’un des éléments d’une politique visant à prévenir les conduites addictives (circulaire n°2006-196 du 29-11-2006 relative à l’interdiction de fumer pour les personnels et les élèves dans les établissements d’enseignement et de formation). Il prend place dans la politique de santé définie par le ministère de l’éducation nationale (Circulaire n° 2003-210 relative au programme quinquennal de prévention et d’éducation.). Celle-ci peut être référée au modèle de la promotion de la santé tel que décrit par Downie et Tannahill (1990) qui inclut des actions d’éducation, de prévention et de protection (figure 3). La mise en œuvre du décret relève du troisième pôle et est appelée à être pensée en articulation avec les deux autres. La présence très faible des dimensions éducatives dans les discours recueillis montre que les personnels interviewés n’ont pas établi de liens entre cette mesure de protection et leurs missions en matière d’éducation et de prévention. On ne peut donc pas considérer que les entités prescriptives du décret soit des artéfacts symboliques devenus instruments (Rabardel, 1995). Elles sont moins des ressources que des contraintes qui entraînent un changement organisationnel sans qu’il y ait conceptualisation d’une démarche éducative nouvelle dans les établissements concernés. Par conséquent, il apparaît clairement que le décret n’est pas considéré comme un élément d’une démarche de promotion de la santé à l’échelon de l’établissement qui pourrait être propice à appréhender l’éducation à la santé de manière plus globale. Comme nous l’avons évoqué précédemment, la nature de la mission managériale des personnels d’encadrement (d’abord faire vivre l’établissement et gérer les acteurs), les contraintes fortes au sein desquelles ils agissent, la façon dont est pensée la communication autour de ces mesures comme la formation des différents acteurs n’est pas étrangère à cette difficulté à mettre en perspective l’application du texte. Dans leur discours, les professionnels se réfèrent essentiellement au fonctionnement de l’établissement, notamment aux difficultés liées à la sortie des élèves pour fumer à l’extérieur du lycée, ou aux problèmes spécifiques liés aux internats. Ces deux pôles de difficultés ne sont pas des épiphénomènes et soulignent les limites de ces nouveaux interdits. Lorsqu’il est fait référence à la santé, c’est donc pour aborder la question du sevrage des élèves et non celle de la prévention. Des travaux ont néanmoins montré que les personnels sont loin d’être indifférents à la question de la prévention (Pizon et Jourdan, 2007). Une étude concernant cent quatre-vingt dix professionnels de collège a, de son coté, mis en avant le fait que la majorité d’entre eux considère que l’éducation à la santé est constitutive de leurs missions dans le cadre de leur activité quotidienne (79%) ou via la participation à des activités collectives (23%) (Leyrit et al., 2007). Ces données conduisent à penser que l’on pourrait tirer bénéfice d’un travail de mise en perspective d’une telle mesure en référence à la mission éducative de l’Ecole et d’accompagnement des établissements. Il serait sans doute possible de mieux utiliser la dynamique générée par l’arrivée du décret pour développer des démarches de prévention dans les établissements. Pour autant, accumuler de nouvelles circulaires a probablement peu de chances de conduire à une évolution vers des politiques globales d’éducation à la santé. Outre la formation des personnels et l’accompagnement des équipes c’est sans doute par une prescription moins morcelée et une redéfinition claire et unifiée des missions de l’Ecole et de ses personnels qu’il est possible d’aller vers une mobilisation de la communauté scolaire sur ces questions.

Remerciements

62Monsieur Gérard Besson, Recteur de l’académie de Clermont-Ferrand, Chancelier des universités

63Monsieur Charles Moracchini, IA-IPR, Vice-Doyen de l’Inspection Pédagogique Régionale

64Docteur Nadine Amblard, Médecin conseillère technique au Rectorat de Clermont-Ferrand

65Madame Monique Bonafous, Infirmière conseillère technique au Rectorat de Clermont-Ferrand

66Mademoiselle Séverine Galtier (Etudiante en Master I STAPS, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand).

Bibliographie

67AMIGUES R. & LATAILLADE G. (2007). « Le « travail partagé » des enseignants : rôle des prescription et dynamique de l’activité enseignante ». Actualité de la Recherche en Education et en Formation. Strasbourg.

68BARDIN L. (2001). « L’analyse du contenu ». PUF.

69BECK, F., LEGLEYE, S., SPILKA, S., PERETTI-WATEL, P. (2006): “Le tabagisme des adolescents : baisse du niveau d’usage et représentations spécifiques ». CAIRN. Dossier thématique Vol. 12 2006/1.

70BERNOUX P. (1985). « La sociologie des organisations ». Paris. Seuil.

71BOUDON R. (1977). « Effets pervers et ordre social ». Paris : Presses Universitaires de France.

72BVA 2007, Communiqué de Presse. Interdiction de fumer dans les lieux publics. Ministère de la santé et des solidarités. Paris. le 16 février 2007.

73CHARLOT B. (1997, 1999, 2002, 2005). « Du rapport au Savoir  (Eléments pour une théorie) ». Poche éducation. Editions Anthropos.

74DOWNIE, RF., TANNAHILL, C. (1990): “Health Promotion. Models and Values”. Oxford: Oxford University Press.

75FALZON. P. (2005) :« Ergonomie, conception et développement ». Conférence introductive. 40ème Congrès de la SELF. Saint-Denis. La Réunion. 21-23 septembre 2005.

76FELIX Ch. & SAUJAT F. (2007). « Les débuts dans le métier d’enseignant ». In Actes du congrès international AREF  (Actualité de recherche en éducation et formation). Strasbourg.

77FOTINOS G. (2008). « Lycées et collèges : moral des personnels de direction : constat, évolution, propositions ». MGEN

78FOUQUET P. (1950). « Le syndrome alcoolique ». Etudes Antialcooliques. Paris : L’expansion scientifique française, éditeur.

79GOIGOUX R. (2007). « Un modèle d’analyse de l’activité des enseignants ». Éducation et didactique n°3.

80GOODMAN A. (1990) « Addiction:definition and implications ».British Journal of Addiction.85. 1403-1408.

81HAN SS. & WEISS B. (2005). « Substainability of teacher implementation of school-based mental health program ». J Abnorm Child Psychol. (33)6. 665-79.

82JOURDAN D. (2004). « La formation des acteurs de l'éducation à la santé en milieu scolaire ». Presses universitaires du sud (éditeur).

83JOURDAN D. (2005). « Prévenir les conduites addictives à l’école ». Ville école intégration n°43. Décembre 2005.

84JOURDAN D. & POMMIER J. (2006). « Practices and representations of health education among primary school teachers, School Health Education ». Research Team PAEDI 2432.

85KARNAS G. (2002). « Psychologie du travail ». Presses universitaires de France. Que sais-je ? (n°1722).

86LANGE J-M, & VICTOR P. (2006). “Didactique curriculaire et “éducation à… la santé, l’environnement et au développement durable » : quelles questions, quels repères ? ». Didaskalia, 28, 85-100.

87LEPLAT J. (1997) : « Regards sur lactivité en situation de travail ». Contribution à la psychologie ergonomique. Collection le Travail Humain, PUF, Paris.

88LEPLAT J. (1992). « L’analyse du travail en psychologie ergonomique ». (2 tomes). Octares. Toulouse.

89LEYRIT E. et al., (2007). « Les personnels des établissements de second degré et l’éducation à la santé et à la citoyenneté : les résultats d’une étude qualitative ». In Actes du congrès international AREF (Actualité de recherche en éducation et formation). Strasbourg.

90MAYEN, P., SAVOYANT, A. (2002) : « Formation et prescription : une réflexion de didactique professionnelle ». Nouvelles formes de travail, nouvelles formes d’analyse. SELF2002.

91MÉRIEU Ph. (2002). « Transmettre, oui… mais comment ? ». Article de la rubrique « Qu’est-ce que transmettre ? » Hors-série n°36 – Mars, avril, mai 2002.

92MÉRINI C. VICTOR P. JOURDAN D. (2008). « Faire équipe pour améliorer le climat scolaire : éléments d’évaluation », Colloque  ADMEE, Genève, janvier 2008.

93Ministère de l’Education nationale (1998).  Circulaire N°: 98-237, BOEN: n°45 du 03-12-1998. Orientations pour l'éducation à la santé à l'école et au collège. Paris ; CNDP.  p. 2574.

94Ministère de l’Education nationale (2003).  Circulaire n° 2003-210 du 01 décembre 2003. La santé des élèves : programme quinquennal de prévention et d’éducation. B.O. n° 46 du 11 décembre 2003.

95Ministère de l’Education Nationale (2006). Circulaire N°2006-197 du 30-11-2006 : « Protection en milieu scolaire. Comités d’Education à la Santé et à la Citoyenneté ».

96NOURRISSON D. (2002). « Arrêt sur l'image », in NOURRISSON D. (dir.), A votre santé ! Education et santé sous la 4e République. Saint-Etienne ; Presses Universitaires de Saint-Etienne. pp.125-136.

97OFDT – EROPP (2002). « Enquête sur les Représentations, Opinions et Perceptions sur les Psychotropes ».

98OFDT (2007). « Usage quotidien de tabac par sexe, à 17 ans – Evolution depuis 2000 ».

99PIZON F. JOURDAN D. SIMAR C. (2007) : « La prévention des addictions : un sujet d’actualité pour les professionnels des lycées ». XXVIIIe Journées internationales sur la communication, l’éducation et la culture scientifiques, techniques et industrielles. 24 et28 avril 2007.

100PIZON F. SIMAR C. JOURDAN D. BARNION J. (2007). « French secondary school teachers and tobacco prevention (poster 328 729) ». 19th IUHPE World Conference on Health Promotion and Health Education – Vancouver (Canada) – Juin 2007.

101RABARDEL P. & PASTRÉ P. (Eds.) (2005). « Modèles du sujet pour la conception ». Toulouse : Octarès Editions.

102RABARDEL P. (1995) : « Les hommes et les technologies : approche cognitive des instruments contemporains ». Armand Colin, Paris.

103« Analyse de l’activité des enseignants débutants et formation des maîtres : quelles articulations ? » Symposium coordonné par F. Saujat. AREF 2007.

104SIMAR C. PIZON F. JOURDAN D. (2006) : « Pratiques et représentations des acteurs de la communauté scolaire dans un établissement engagé dans une démarche de prévention lycée sans tabac ». 8ème Biennale de l’Education et de la Formation, Débats sur les recherches et les innovations. INRP – APRIEF. Lyon, avril 2006.

105SIMAR, C., D. JOURDAN, F. PIZON, AND J. BARNOIN, 2007, Teacher's Professional Positioning in Relation to a Health Education Program: 19è Conférence Mondiale de l'UIPES sur la promotion de la santé et l'éducation pour la santé.

106SCHÖN D. (1994). « Le praticien ré­flexif, Montréal », Editions Logiques.

107SCHÖN D. (1996). « À la recherche d’une nouvelle épistémologie de la pratique et de ce qu’elle implique pour l’éducation des adultes ». In Barbier J.-M. (dir.). Savoirs théoriques et savoirs d’action. Paris : PUF. pp. 201-222.

108Tourmen, C., Mayen, P. (2007) : « Qu’est-ce que diriger ? L’analyse de l’activité d’un directeur d’hôpital par la didactique professionnelle. In Congrès international AREF 2007 (Actualité de la Recherche en Education et en Formation). Strasbourg.

109Ulmann, A-L. (2006) : « Un dirigeant en prise de poste ». In Congrès international AREF 2007 (Actualité de la Recherche en Education et en Formation). Strasbourg.

Tableau 1: Répartition des établissements de l’étude

Type

Taille

Environnement

Général

Polyvalent

Professionnel

Agricole

Inférieur à 500 élèves

Supérieur à 500 élèves

Urbain

Rural

4

5

6

2

3

14

10

7

Les établissements de l’étude se répartissent de manière équilibrée entre d’une part, l’urbain et le rural et d’autre part entre leur type, exception faite des lycées agricoles qui sont beaucoup moins nombreux sur l’académie.

Tableau 2 : Caractéristiques socioprofessionnelles des élèves accueillis dans le corpus de lycée

Favorisé

Moyen

Défavorisé

Favorisé

Moyen

Défavorisé

L001

27 %

L002

17,7%

L003

14%

L004

25,2 %

L005

32,8 %

L006

15,9 %

L007

45,9 %

L008

11,6 %

L009

12 %

Moyenne académique = 41,2%

Moyenne nationale = 34,8 %

31,8%

32,8%

34%

34,9 %

32,6 %

35 %

31,6 %

28,9 %

26,7 %

Moyenne académique = 29,2%

Moyenne nationale = 26 %

41,2%

49,5%

52%

36,5 %

34 %

45,1 %

21,7 %

55,2 %

53,1 %

Moyenne académique = 29,6%

Moyenne nationale  = 39,1 %

L010

20,1 %

L011

36,5 %

L012

15 %

L013

67,9 %

L014

21,6 %

L015

19,5 %

L016

31,2 %

L017

12,9 %

Moyenne académique = 41,2%

Moyenne nationale = 34,8 %

31,5 %

33,8 %

33%

20,7%

34,1 %

25,7 %

26,6 %

14,2 %

Moyenne académique = 29,2%

Moyenne nationale = 26 %

44,4 %

29,1 %

52 %

11,1%

44 %

49,6 %

38,9 %

65,9 %

Moyenne académique = 29,6%

Moyenne nationale  = 39,1 %

Moyenne des lycées

25,1 %

29,9 %

42,5 %

Les élèves des lycées au sein desquels nous avons interviewé les personnels de direction / vie scolaire sont de catégorie socioprofessionnelle favorisée à 25,1 % (contre 41,2%  au niveau national et 34,8 % au niveau académique), de catégorie moyenne à hauteur de 29,9 % (contre 29,2%  au niveau national et 26 % au niveau académique), et de catégorie défavorisée pour 42,5 % des élèves (contre 29,6%  au niveau national et 30,1 % au niveau académique).

Figure 1 : Modèle d’analyse de la tâche dans un dispositif de prévention des addictions au lycée (d’après Goigoux, 2007)

Figure 1 : Modèle d’analyse de la tâche dans un dispositif de prévention des addictions au lycée (d’après Goigoux, 2007)

A B signifie “B dépend pour partie de A”. Les savoirs (contenus et enjeux) sont transversaux à l’ensemble de ces déterminants. Ils relèvent de chaque déterminant (programme, choix pédagogiques personnels, évaluation des élèves).Le professionnel, en fonction des caractéristiques de l’Institution, du public et de ses propres caractéristiques propose une nouvelle définition de la tâche prescrite qu’il oriente vers des finalisations multiples (l’Institution, les  élèves, lui-même dans sa vie professionnelle). Son activité trouve son ancrage grâce à ces caractéristiques IPP et elle produit des effets sur ces mêmes champs IPP.

Figure 2 : Composantes spécifiques exprimées par les personnels de direction et de vie scolaire suivant les trois axes IPP

Figure 2 : Composantes spécifiques exprimées par les personnels de direction et de vie scolaire suivant les trois axes IPP

Les personnels s’expriment sur leur tâche et sur leur activité. Ils expriment un certain nombre de caractéristiques en amont de celles-ci qui ont conditionnées ce que leur tâche et leur activité a finalement été (tâche redéfinie et activité déclarée). Ces caractéristiques sont : In.1, In.2, In.3 (pour le déterminant « Institution »), Pe.1, Pe.2 (Déterminant « Personnel »), Pu.1, Pu.2 (Déterminant « Public »).

L’activité qu’ils déclarent avoir conduite, en fonction de la tâche qu’ils ont redéfinie, a eu ensuite un certain nombre d’effets sur l’Institution (In.4, In.5, In.6, In.7, In.8) sur le professionnel (Pe.3, Pe.4) et sur le public (Pu.3, Pu.4, Pu.5, Pu.6, Pu.7).

Tableau 3 : Répartition des rubriques significatives par catégories de personnels

Ensemble des entretiens

CODE

Intitulé de la rubrique significative

Nombre de citations

In.8

« Fonctionnement de l’établissement » (sorties ou non des élèves, surveillance identique ou plus difficile, internes,  implication des élèves (CVL), responsabilité d’encadrement, image du lycée)

96

In.4

 « Application de la Loi, sanction »

94

Pu.1

 « Actions d’anticipation » (antériorité d’action sur le tabac et d’interdiction, communication, brochures, actions préventives, théâtralisation de l’arrivée du décret ou pas d’anticipation, information aux parents)

92

Pu.2

« Référence aux actions du CESC »

20

In.5

« Accompagnement de la Loi »

19

In.7

« Prescription par le projet d’établissement / conseil d’administration » (prescription secondaire)

8

Critère de sélection « proviseur & proviseur adjoint »

CODE

Intitulé de la rubrique significative

Nombre de citations

Pu.1

« Actions d’anticipation » (antériorité d’action sur le tabac et d’interdiction, communication, brochures, actions préventives, théâtralisation de l’arrivée du décret ou pas d’anticipation, information aux parents)

49

In.8

« Fonctionnement de l’établissement » (gestion des élèves, sorties ou non, surveillance identique ou plus difficile, internes,  implication des élèves (CVL), responsabilité d’encadrement, image du lycée)

47

Pu.7

« Accompagnement intra-muros» (Sevrage, infirmière scolaire, Citoyenneté pour apporter explication de la Loi, travail en équipe, uniformité du discours, amélioration de l’offre [foyer] et de la communication avec les élèves)

42

In.4

«  Application de la Loi, sanction »

41

Pu.2

« Référence aux actions du  CESC »

13

Pu.6

« Partenariat » (association, médecins)

12

In.7

« Prescription par le projet d’établissement / conseil d’administration » (prescription secondaire)

6

Critère de sélection « conseiller principal d’éducation »

CODE

Intitulé de la rubrique significative

Nombre de citations

Pu.3

« Consommation tabagique » (effet positif ou négatif, prévalence faible ou forte, aide / frein, efficacité immédiate / attentes)

58

In.8

« Fonctionnement de l’établissement » (gestion des élèves, sorties ou non, surveillance identique ou plus difficile, internes,  implication des élèves (CVL), responsabilité d’encadrement, image du lycée)

49

Pu.1

« Actions d’anticipation » (antériorité d’action sur le tabac et d’interdiction, communication, brochures, actions préventives, théâtralisation de l’arrivée du décret ou pas d’anticipation, information aux parents)

43

In.4

«  Application de la Loi, sanction »

40

Pu.2

Référence aux actions du « CESC »

7

In.5

« Accompagnement de la Loi »

5

In.7

« Prescription par le projet d’établissement / conseil d’administration » (prescription secondaire)

2

Les rubriques significatives, extraites des blocs de sens (Bardin, 2001) ont été classées en fonction de leur poids dans le discours recueilli selon le nombre de fois où les personnels interviewés y font référence. Le tableau ne présente à chaque fois que les trois les plus citées et les trois les moins citées.

Figure 3 : La promotion de la santé selon le modèle de Downie et Tannahill (d’après Pommier, Jourdan, 2008).

Dans ce modèle, la promotion de la santé inclus trois dimensions : la prévention, la protection de la santé (mesures pour changer l’environnement et la réglementation dans le sens d’une bonne santé) et l’éducation à la santé. Cette définition permet de nous accorder sur le sens donné à ces termes. Prévention, protection et éducation n’entrent pas en opposition mais en complémentarité, sans qu’il y ait de hiérarchie ou de priorité d’un terme par rapport à l’autre. En arrière plan, la santé est considérée comme un équilibre, une harmonie que seul l’individu est en mesure d’apprécier en fonction de la subjectivité de ses propres valeurs et postulats (Downie et al, 1990). Pour aider à atteindre cet équilibre (instable), les actions mises en œuvre vont de se positionner selon l’un de ces trois champs ou à leur intersection.

Haut de page

Notes

1  Une conduite addictive correspond à la perte de la liberté de s'abstenir de consommer un produit ou de mettre en œuvre un comportement (Fouquet, 1950). Plus précisément c'est, selon Goodman, "un processus dans lequel est réalisé un comportement qui peut avoir pour fonction de procurer du plaisir et de soulager un malaise intérieur, et qui se caractérise par l’échec répété de son contrôle et sa persistance en dépit des conséquences négatives"(Goodman, 1990).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Modèle d’analyse de la tâche dans un dispositif de prévention des addictions au lycée (d’après Goigoux, 2007)
Légende A  B signifie “B dépend pour partie de A”. Les savoirs (contenus et enjeux) sont transversaux à l’ensemble de ces déterminants. Ils relèvent de chaque déterminant (programme, choix pédagogiques personnels, évaluation des élèves).Le professionnel, en fonction des caractéristiques de l’Institution, du public et de ses propres caractéristiques propose une nouvelle définition de la tâche prescrite qu’il oriente vers des finalisations multiples (l’Institution, les  élèves, lui-même dans sa vie professionnelle). Son activité trouve son ancrage grâce à ces caractéristiques IPP et elle produit des effets sur ces mêmes champs IPP.
URL http://rechercheseducations.revues.org/docannexe/image/558/img-1.png
Fichier image/png, 28k
Titre Figure 2 : Composantes spécifiques exprimées par les personnels de direction et de vie scolaire suivant les trois axes IPP
URL http://rechercheseducations.revues.org/docannexe/image/558/img-2.png
Fichier image/png, 84k
URL http://rechercheseducations.revues.org/docannexe/image/558/img-3.png
Fichier image/png, 27k
URL http://rechercheseducations.revues.org/docannexe/image/558/img-4.png
Fichier image/png, 454 octets
URL http://rechercheseducations.revues.org/docannexe/image/558/img-5.png
Fichier image/png, 277 octets
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frank PIZON et Didier JOURDAN, « Etude de l’impact du décret interdisant de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif sur l’activité professionnelle des personnels de direction et de vie scolaire de 17 lycées français », Recherches & éducations [En ligne], 3 | septembre 2010, document 3, mis en ligne le 05 février 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/558

Haut de page

Auteurs

Frank PIZON

 

Didier JOURDAN

Laboratoire PAEDIEquipe de recherche "éducation à la santé en milieu scolaire"IUFM d'Auvergne, Université Blaise Pascal36, avenue Jean Jaurès CS 2000163407 CHAMALIERES cedex

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org