Navigation – Plan du site
Dossier

Le Corps des sans domicile fixe

De la désinsertion sociale à la disqualification corporelle
Anne-Françoise Dequiré
p. 261-286

Résumés

La question de l’apparence physique chez les sdf est rarement évoquée. Les représentations qui leurs sont associées, les réduisent à des personnes sales, mal habillées et sentant mauvais. Parler de leur négligence corporelle nous amène à évoquer le manque de moyens matériels dont ils sont victimes. Il apparaît pourtant excessif d’associer automatiquement délaissement de l’apparence et manque de moyens. En effet, certains SDF mobilisent beaucoup d’efforts pour garder une image la plus proche possible de la norme. Dans cet article, nous tenterons de comprendre le sens que les SDF donnent à leur corps et les raisons qui conduisent ces personnes à abandonner les soins corporels malgré les dispositifs mis en place par l’Etat.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans les sociétés contemporaines, le corps occupe une place de première importance. Il permet non pas seulement d’entrer en relation avec les autres mais est aussi un capital à fructifier et à investir dans plusieurs champs. L’apparence corporelle est nécessaire à l’interaction sociale et elle fait l’objet d’attention et de soins tout à fait particuliers qui se rattachent à l’hygiène corporelle. La fréquentation des salles de remise en forme, les thérapies corporelles, les cosmétiques, la diététique…montrent que de nos jours, le corps fait l’objet d’un surinvestissement. Nous sommes dans une société qui pratique le culte du corps. Les individus sont à la recherche du bien-être corporel. On constate que tout un chacun a le souci de son image corporelle et se dote de moyens pour la maîtriser. Le corps est alors lavé, soigné et paré. En effet, nous vivons sous le règne d’une tyrannie de l’apparence. Il faut être beau, jeune, hygiénique, séduisant. Or, tout le monde ne se retrouve pas dans ces valeurs.

  • 1  Le Breton D. (2001). Anthropologie du corps et modernité. Paris : PUF.
  • 2  Queval I. (2008). Le corps aujourd’hui. Coll.Folio essais. Paris : Gallimard.

2Pour David Le Breton 1, le corps devient alors « un accessoire de la présence, une matière première à bricoler, à façonner pour lui donner la meilleure apparence […] L’extériorité affiche l’intériorité ». Aujourd’hui, le corps est un faire-valoir. Il s’agit pour I. Queval2, de gagner sa place au sein du groupe car la question de la reconnaissance et de l’appartenance sociale se joue.

3Le corps est, selon Le Breton, « une matière d’identité qui permet de trouver sa place dans le tissu du monde ».

  • 3  Prolongeau H. (1993). Sans domicile fixe. Paris : Ed. Hachette.

4Néanmoins ces propos s’avèrent tout à fait discutables lorsque l’on s’intéresse au corps et à la santé des personnes en situation de pauvreté. A ce titre, Hubert Prolongeau3 aborde de manière anthropologique la problématique de la propreté du SDF.

5Vivre dans la rue et être propre reste un véritable défi pour ces personnes en situation d’errance. Or, nous savons que le respect de soi et la dignité passent par la propreté. L’hygiène marque la volonté et la chance de s’en sortir.

  • 4  Dequire A.-F., Jovelin E., (2009). La jeunesse en errance face aux dispositifs d’accompagnement Pa (...)
  • 5  Notre travail de thèse sur “les critères de sélection des membres du jury au concours de professeu (...)

6Ainsi les auteurs distinguent la catégorie SDF du clochard en matière de propreté. Alors que le premier tente de rester propre, le second abandonne tout effort dans ce sens. Le fait de devoir changer régulièrement de vêtements aggrave également le sentiment de perte de l’identité. Le travail effectué auprès des jeunes sans domicile fixe (Jovelin, Dequiré4, 2009) montre cette difficulté à maintenir un corps propre et à se soigner tout simplement. Mais le désintérêt pour le corps démontre aussi l’état de désocialisation dans lequel ces personnes se trouvent. Comment penser à l’intégration lorsque l’apparence physique est présente dans les relations de face à face ?5

7La question de l’apparence est peu évoquée lorsqu’il s’agit des SDF. Les représentations qui leurs sont associées, les réduisent à des personnes sales, mal habillées et sentant mauvais.

8Parler de leur négligence corporelle nous amène à évoquer le manque de moyens matériels dont ils sont victimes. Il apparaît pourtant excessif d’associer automatiquement délaissement de l’apparence et manque de moyens. En effet, certains SDF mobilisent beaucoup d’efforts pour garder une image la plus proche possible de la norme. De plus, l’existence de centres d’hébergement, d’associations permet aux SDF de pouvoir, par exemple, se doucher ou de nettoyer leurs vêtements.

9On peut se demander pourquoi certains SDF maîtrisent leur apparence alors que d’autres n’y arrivent plus malgré les dispositifs mis en place.

10Comment peut-on en arriver à une telle extrémité ? Pourquoi ne se soignent-ils pas ?

  • 6  Prolongeau H. (1993). op.cit.

11Beaucoup de SDF souffrent physiquement et moralement. Leur corps est en souffrance mais la dureté de leur condition de vie ferait qu’ils deviennent insensibles à leur douleur physique, peut être parce que la douleur morale est plus forte. Prolongeau6 estime même qu’ : « ils n’ont même plus conscience de leur dégradation physique. Ils ont divorcé d’avec leur corps ». Pourtant, les SDF sont atteints de pathologies multiples dues essentiellement au manque d’hygiène et beaucoup ne veulent pas consulter un médecin car ils ont conscience qu’ils dérangent et refusent toute nouvelle humiliation. De plus, pour être soigné, il faut en faire la demande. Or, cette démarche s’avère complexe pour de nombreux SDF.

12Xavier Emmanuelli rapporte les témoignages de médecins et infirmiers travaillant au contact de la très grande exclusion. Ces derniers sont significatifs quant à la perception du corps et de la souffrance de cette population. Pour ces médecins, les lésions organiques que présentent les malades sont très sévères. De fait, ceux ci sont souvent dirigés vers l’unité de soins après que l’on ait repéré sous la douche collective de grandes et profondes plaies infectées, d’éruptions en tout genre. D’après X. Emmanuelli, ces plaies étaient littéralement historiques. Parfois les médecins repéraient des pansements cartonnés, figés de crasse et de pus (…). Pourtant, ces malades semblaient indifférents, n’exprimaient aucune plainte, aucune inquiétude, et ne manifestaient pas le désir de se faire soigner. On note cependant une diminution des difficultés depuis l’arrivée de la Couverture Médicale Universelle. En outre, la multiplication des dispositifs de secours et d’hébergement a permis d’endiguer cette problématique mais cette relation aux soins est révélatrice de leur rapport à leur propre corps.

13Cet article pose la question suivante : Au delà de dispositifs politiques et sociaux existants, quelles sont les raisons qui conduisent les SDF à négliger leur corps ?

14A notre sens, le délaissement du corps n’est que la marque de l’état de souffrance dans laquelle ils se trouvent. Ce corps délaissé, malade montre la fatalité par rapport à la question de l’insertion sociale et professionnelle car cette vitrine que représente le corps est un visa dans la rencontre vers l’autre.

15Nous savons que la désaffiliation, la précarité, l’exclusion, la disqualification sociale provoquent des sentiments individuels, comme la mauvaise image de soi, la dévalorisation, le sentiment d’inutilité, qui sont à l’origine d’une souffrance psychique.

16Le Haut Comité de la Santé Publique estime que la souffrance psychique est actuellement dans le domaine de la santé, le symptôme majeur de la précarité et que son ampleur doit être prise en compte dans la mise en place des dispositifs de prise en charge médico-sociale.

17Ainsi dans cet article, nous tenterons de comprendre le sens que les SDF donnent à leur corps et les raisons qui conduisent ces personnes à abandonner les soins corporels malgré les dispositifs mis en place par l’Etat.

De la représentation du corps à l’image corporelle

18Le corps est la figuration concrète de l’identité. La connaissance du corps renvoie à la manière dont un sujet intériorise ses expériences corporelles. Elle repose sur une activité de représentation générale qui englobe sensations, perceptions et sentiments. Cette connaissance s’appuie sur une construction progressive tout au long de la vie d’un individu lui permettant d’affirmer son identité et de s’engager dans la vie relationnelle. Pendant toute sa vie, l’homme est à la recherche de son identité. Chaque individu essaie de se définir par sa propre identité, son caractère, son unité et son apparence.

  • 7  Henry P., Borde M.-P. (1997). La vie pour rien. Paris : Robert Laffont.

19Le concept d’identité est dans la vie de chacun lié tout d’abord à la réponse immédiate à la question "qui suis-je ?", déclinée en identité civile. Mais cette réponse n’est pas unidimensionnelle et renvoie à des composantes culturelles et historiques multiples telles que la nationalité, la religion, une opinion politique etc. qui viennent compléter la définition de la personne par elle même et par les autres. L’identité se rapporte à la perception que l’individu a de sa propre conscience d’exister, de son appartenance à un groupe social par le biais de ses relations avec les autres. Il est difficile pour les personnes en situation de grande exclusion de prendre conscience de soi et de se situer par rapport à eux-mêmes et aux autres. Patrick Henry et M.-P. Borde7 considèrent que : « cette perte partielle ou totale de l’identité individuelle et collective est très révélatrice. N’étant plus en mesure de se voir dans le regard de l’autre, ils n’assument plus un face à face avec ce qu’ils sont devenus tandis que le manque de sommeil, l’abus d’alcool leur fait perdre progressivement ce qu’il leur reste de conscience, d’idée d’eux-mêmes (…) ».

20Du point de vue sociologique, le corps est socialement construit. On ne voit pas des corps : on voit des hommes et des femmes. Emetteur ou récepteur, le corps produit toujours du sens, il introduit ainsi fortement l’homme à l’intérieur d’un espace social et culturel donné. Le corps est insaisissable, les représentations du corps sont fonction des représentations des différentes sociétés.

21Quant à l’image du corps, elle correspond à la représentation que le sujet se fait de son corps, la façon dont il lui apparaît plus ou moins inconsciemment à travers un contexte social et culturel donné.

  • 8  Bruchon-Schweitzer M. (1990). Une psychologie du corps. Paris : PUF.

22Pour Marilou Bruchon Schweitzer8 (1990), l’image du corps répond à :

 « la configuration globale que forme l’ensemble des représentations, perceptions, sentiments, attitudes, que l’individu a élaboré vis-à-vis de son corps au cours de son existence et ceci à travers diverses expériences. Ce corps perçu est fréquemment référé à des normes (de beauté, de rôle...) et l’image du corps est le plus souvent une représentation évaluative. La synthèse finale du développement de l’image du corps consiste à percevoir son corps comme unique, différent des autres et comme « sien », ce qui correspond aussi à l’appréhension de soi comme « objet » et « sujet ».

23Dès lors, on peut dire que l’image du corps n’est pas une chose innée mais acquise tout au long de la vie. Les acquisitions sont « visuelles, kinesthésiques, cognitives, affectives et sociales ». Cependant, rien n’est définitif, l’image du corps peut varier en fonction de l’évolution de chaque être.

  • 9  Schilder P. (1968). L’image du corps. Paris : Ed. Gallimard, p. 35.

24C’est P. Schilder qui évoque en 1935 le concept d’image du corps sur les fondements psychanalytiques : « L’image du corps humain, c’est l’image de notre propre corps que nous formons dans notre esprit, autrement dit la façon dont notre corps nous apparaît à nous-mêmes. » (Schilder, 1968 : 359) Schilder n’opère pas vraiment de distinction entre le schéma corporel ou le modèle postural et l’image du corps :

  • 10  Ibid,p.35.

« Le schéma corporel [...] nous pouvons aussi l’appeler ‘’image du corps’’, terme bien fait pour montrer qu’il y a ici autre chose que sensation pure et simple, et autre chose qu’imagination [...] Bien que passant par les sens, ce n’est pas là pure perception ; et, bien que contenant des images mentales et des représentations, ce n’est pas là pure représentation. »10 

25Selon l’auteur, elle se développe sous l’influence de la libido, qui met en forme « l’agrégat plastique » des données sensorielles, suivant ses lois propres. Enfin, l’image du corps comme unité, comme Gestalt, se construit par strates étant à la fois la synthèse d’un modèle postural du corps, d’une structure libidinale et d’une image sociale. C’est leur dimension inconsciente commune qui unifie ces trois composantes de l’image du corps.

26Il ajoute : « l’image du corps est la façon dont notre corps nous apparaît à nous même, elle n’est par essence sociale, jamais isolée, toujours accompagnée par d’autres ».

27De toute évidence, l’individu ne connaît pas mieux son corps qu’il ne connaît celui de l’autre, mais le plus important est que l’image du corps passe uniquement dans le contact avec les autres. Retenons la dimension sociale du corps et le fait qu’elle se trouve toujours en relation avec les images du corps des autres. L’image du corps ne peut donc exister de manière isolée. L’individu, quand il se trouve en relation avec autrui, communique des informations, de façon involontaire avec son corps. De plus, ajoutons que le corps ne doit pas être pensé comme le lieu de l’exclusion mais celui de l’inclusion. Il faut davantage le considérer comme le relieur qui l’unit aux autres plutôt que celui qui le sépare des autres.

28En ce qui concerne la manière dont les individus perçoivent l’apparence d’autrui, Marilou Schweitzer parle d’un « attrait global perçu » qui réunit divers détails tels que la forme du corps, le sexe, l’attrait physique, l’âge, les vêtements, les gestes, les expressions, et qui serait traduit par des « évaluations globales (l’impression agréable, désagréable) ».On remarque que l’apparence physique, en dehors de jouer sur les réactions des autres, influence notre propre comportement. Ainsi, notre état de satisfaction personnelle est étroitement lié à l’image que nous nous faisons de notre corps. Ce qui compte, c’est de se sentir « bien dans sa peau », ce qui conduit à une forte estime de soi. Par contre, une appréciation négative de son propre corps provoque des perturbations dans la sphère affectivo-émotionnelle.

29Ces réflexions montrent que le regard de l’autre et notre propre regard expose l’individu à une double analyse dont les conséquences peuvent s’avérer très importantes. Elles peuvent le rendre fragile ou au contraire, fort et sûr de lui. Le corps et l’esprit inter-agissent et sont indissociables. L’image du corps est importante pour la vie sociale car le corps est ce que les autres perçoivent. Dans le cas des SDF, le regard d’autrui leur renvoie le plus souvent une image négative voire stigmatisante. Le SDF va alors s’approprier cette image, ce qui le fragilisera davantage. C’est la raison pour laquelle celui-ci va tenter autant que possible de maîtriser son apparence afin de ne rien laisser entrevoir de son nouveau statut et de sa souffrance.

La société moderne et l’apparence corporelle

30Les changements opérés au niveau de la société touchent la relation entre l’individu et son propre corps. Pour illustrer ce nouveau rapport au corps, nous nous appuyons sur trois auteurs : Jean Baudrillard, Gilles Lipovetsky et David le Breton.

  • 11  Lipovetsky G. (1983). L’ère du vide. Paris : Ed. Gallimard.

31Gilles Lipovetsky11 met en avant la dépendance réciproque qui existe entre la société, l’individu et son corps. Cependant, la relation demeure unidirectionnelle, c’est à dire que l’individu subit les effets liés aux modifications de la société, tandis que le corps subit les conséquences dues aux manques de liens et au processus de personnalisation.

32Gilles Lipovetsky aborde la notion de « corps psychologique » qui se substitue au corps objectif. Il parle d’une « prise de conscience du corps par lui même ». Désormais, il n’y a plus de dichotomie entre le corps et l’esprit, le corps s’identifie à l’individu. De plus, le contrôle social impose des règles qui doivent être respectées pour être vraiment soi-même : « Etre soi-même » n’est donc pas un choix personnel puisque la société impose des normes, des codes que l’individu doit intérioriser. Comme nous pouvons le constater, il n’est pas totalement libre de son corps et doit sans cesse se référer à la norme. Les conséquences, pour l’individu qui n’y adhère pas, peuvent aller du repli sur soi au regard critique vis-à-vis de soi-même, à la peur du regard de l’autre.

33David Le Breton s’intéresse à la relation entre l’individu et son propre corps dans la société actuelle. Il distingue l’existence de deux corps : d’un côté, celui qu’on exhibe « triomphant, sain, jeune et bronzé », et de l’autre, celui du quotidien « dilué dans la banalité des jours ». Mais, en général :

  • 12  Le Breton D. (1990). Op.cit.

« le corps doit passer inaperçu dans l’échange entre les acteurs, même si la situation implique pourtant sa mise en évidence. Il doit se résorber dans les codes en vigueur et chacun doit pouvoir retrouver chez ses interlocuteurs, comme dans un miroir, ses propres attitudes corporelles et une image qui ne le surprenne pas » (Le Breton, 199012).

  • 13  Détrez C. (2002). La construction sociale du corps. Coll. « Points essais ». Paris : Seuil.

34Ce que confirme C. Détrez13 lorsqu’elle affirme que la libération des corps est en fait bien plutôt l’intériorisation des standards prévalant.

35Dans le cas des SDF, le corps n’entre plus dans les codes en vigueur, parce qu’ils n’ont pas la capacité de l’investir par manque de moyens financiers. Cependant, même si le manque d’argent est une évidence, il n’explique pas tout. Ne plus s’occuper de son corps, comme nous l’avons dit, est aussi une façon de montrer la dureté des conditions de vie à la rue et la souffrance qui l’accompagne. David Le Breton s’intéresse également au processus d’individualisation qui se développe à l’intérieur de la société actuelle. En effet, plus le degré d’individualisation est élevé plus le lien social est faible. Avec le sentiment nouveau d’être un individu, d’être soi-même avant d’être le membre d’une communauté, le corps devient la frontière précise qui marque la différence d’un homme à un autre.

  • 14  Baudrillard J. (1970). La société de consommation, ses mythes, ses structures. Paris : Denoël.

36Quant à Jean Baudrillard14, il a élaboré une perspective critique sur le rôle joué par le corps dans les années 70. Ainsi, à la place de l’âme qui enveloppait autrefois le corps, c’est la peau qui a pris le relais, car elle est aujourd’hui, un « vêtement de prestige et résidence secondaire », comme « signe et référence de mode ». Jean Baudrillard fait du corps « le plus bel objet » de consommation. Le corps n’est pas une évidence, il est socialement construit à travers chaque société, chaque culture. Dans le cadre d’une société de consommation, le corps ne peut être envisagé qu’en tant qu’objet. Par conséquent, le corps comme objet de consommation devient un signe de distinction sociale, de différenciation par rapport autrui. Parallèlement, avec ce corps comme objet de prestige, la pratique médicale ( la pratique du médecin) s’installe dans une situation de surprivilège social, le médecin devient un personnage " sacré ", grâce à ses conseils et à ses interventions, l’individu entretient et soigne son corps et donc maintient sa compétitivité et son prestige social. Autrement dit, le corps fait vendre : l’esthétique moderne du corps baigne dans un environnement foisonnant de produits, de gadgets, d’accessoires…

L’hygiène corporelle et le regard social

Le corps communiquant

  • 15  Goffman E. (1973). La mise en scène de la vie quotidienne. Paris : Ed Minuit.

37 Le corps est l’interface entre l’individu et le social. Il est décrypté, analysé en permanence. Support de communication directe, il s’associe au langage. Il exprime la subtilité d’une émotion, la force d’un propos. Il est en outre la carte d’identité de l’esprit qui l’habite (âge, sexe, vêtements…). Goffman15 (1973 : 30-31) insiste particulièrement sur l’importance de ce qu’il appelle la « façade personnelle ». Il s’agit des signes incluant le sexe, l’âge, les vêtements, les comportements, en résumé tout ce qui peut fournir une sorte de carte d’identité dès le premier regard. La relation au corps est donc un phénomène socialement construit, que ce soit dans la relation à soi-même ou aux autres. Ainsi, l’hygiène et les gestes qui y sont associés définissent la personne qui les effectue. La société et sa culture ont façonné, au fil de l’histoire, des schémas comportementaux qui s’imposent à l’ensemble des individus et qui, par cette adhésion commune, assurent des possibilités d’échanges cohérents. Ces schémas se retrouvent dans les gestes les plus anodins, de la façon de manger à celle de faire sa toilette. En effet, tous les gestes et habitudes concernant l’hygiène corporelle ont subi des modifications au cours de l’histoire et ont été acceptés comme des comportements naturels. Par exemple, au Moyen-âge, les comportements relatifs à l’hygiène corporelle étaient très différents de ceux d’aujourd’hui, et ce parce que les conceptions évoluent au fil des époques.

Hygiène corporelle et désocialisation

  • 16  Dambuyant Wargny G. (2006). quand on n’a plus que son corps, Paris : Armand Colin, p. 30.

38 Bien que l’hygiène relève parfois d’un défi de tous les instants, les personnes en grande précarité refusent de porter les stigmates externes de leur désocialisation, et tentent de préserver leur image corporelle. Ces personnes sont souvent victimes d’une succession d’échecs divers. Bien souvent, les liens avec les amis ou même la famille se sont étiolés, et l’individu se sent isolé, inutile au monde. Le fatalisme l’accable alors de tout son poids, et toute velléité de s’en sortir l’abandonne. Cet accablement conduit bien souvent à des comportements déviants, induits par la désocialisation. L’individu se dit alors qu’il est inutile de lutter et délaisse son hygiène, son apparence, pour l’accorder à son état mental. D’une certaine façon, le délaissement de l’hygiène corporelle marque un degré intermédiaire au sein de l’étape de l’effondrement de l’image de soi qui vient signifier que l’image du corps est plus profondément marquée et que la souffrance liée à la perte de la position sociale antérieure ne peut plus être contenue. Comme le précise G. Dambuyant-Wargny16 :

« l’apparition des marques sur le corps renseigne du temps passé en situation précaire. Plus la personne s’installe dans le monde de l’exclusion, plus le corps en porte les traces et moins il fait l’objet d’attention chez certains individus. »

39Xavier Emmanuelli (2002) observe que : « lorsque l’on n’a pas d’image sociale, que l’on n’existe pas pour les autres, alors petit à petit, on perd sa propre image ».

Les sans domicile fixe face à leur corps et à leur santé

Approche méthodologique et profils sociologiques des enquêtés

4038 entretiens semi directifs ont été menés. Notre échantillon se compose de 21 hommes et 17 femmes. L’âge des personnes interrogées s’étend de 21 à 64 ans avec une dominante autour de 35 ans. Sur 38 personnes, 16 sont célibataires, les autres sont souvent séparés.

41Certains sont à la rue ou vivent dans les squatts ; d’autres sont hébergés dans les CHRS. Le temps passé à la rue varie de 4 mois à 7 ans. 10 personnes y sont restées plus de 2 ans. 15 personnes sur 38 ont arrêté l’école avant 16 ans. Une proportion identique possède un BEP ou un CAP. Sur l’ensemble, 3 occupent un emploi. 20 personnes vivent du RMI ou d’aides diverses. (ASSEDIC) 11 tirent leurs ressources de la mendicité.

42Les femmes SDF rencontrées sont relativement jeunes. Leur niveau d’étude oscille entre certificat d’étude et études supérieures (1 personne). Sur 17 femmes, 3 se prostituent.

Du processus d’errance au délaissement du corps

Des blessures non cicatrisées : une souffrance difficile à gérer

  • 17  Gaboriau P. (1996). Clochard. Paris : Julliard.

43La souffrance morale et psychologique est souvent très présente chez les sans-abri. Patrick Gaboriau17 évoque à la fois la souffrance physique des clochards :

« Le clochard endure les intempéries » et la souffrance psychologique : « la domination sociale se réalise sur le corps et le psychisme. Etre dominé, c’est souffrir intimement et devoir combattre les conséquences mentales de la souffrance ».

44Parmi les personnes interrogées, 10 d’entre elles ont déjà fait une dépression.

45En effet, une grande partie des personnes rencontrées ont expliqué qu’elles avaient vécu des événements difficiles avant de devenir Sans Domicile Fixe. Pour exemple Patrick et Laurence ont perdu un enfant. Cet événement reste très présent dans leur esprit, d’autant plus que Patrick a du faire face à de nombreux décès dans sa famille. Les deux ont évoqué les sentiments qu’ils ressentent depuis cet événement et la souffrance qui les accompagne au quotidien.

46Nous avons affirmé précédemment que la souffrance des SDF lorsqu’elle était non verbale, pouvait se transmettre à travers le corps. Dans le cas de Patrick et Laurence, elle s’exprime de deux manières différentes. Laurence a expliqué que lorsqu’elle n’allait pas bien, elle somatisait : 

« …jusqu’à 2 ans, après la mort de mon fils, j’ai jamais été réellement malade et là c’était tellement violent de revenir à l’anniversaire de la mort de Baptiste euh…j’ai puisé psychologiquement et physiquement (…)Euh c’est très lié au psychisme en fait… quand j’avais des problèmes, j’arrivais toujours à refuser la somatisation sur le corps et même à rediriger sur les autres l’énergie négative en fait parce que je ne voulais pas souffrir dans mon corps. D’abord, il faut que le corps revienne bien pour pouvoir reprendre une place dans la société ».

47Patrick porte les stigmates de ses souffrances. C’est à travers les tatouages qu’il a su exprimer sa souffrance :

« Puisque toute la méchanceté que j’avais…j’ai acheté une aiguille, de l’encre et puis j’ai commencé à taper au hasard… faire un modèle.. et puis après j’ai continué (…) j’avais tellement les nerfs que je sentais même pas les aiguilles(…) mais c’est mon image quoi ».

48On constate donc que le processus de désinsertion de chacun fait suite à une période de vulnérabilité. Le passage à la rue découle d’une fragilité affective et psychologique.

Soins corporelles et alimentation du SDF

L’hygiène quotidienne

49Si pour certains, rester propre est une préoccupation secondaire, pour d’autres, il n’en est pas de même. L’analyse des entretiens révèle que le rapport à l’hygiène est important chez les personnes sans domicile fixe. En effet, sur les 38 personnes interrogées, quelques unes n’ont pas recours aux douches.

50Généralement, ces propos nous ont été rapportés par des SDF encore à la rue, ne sollicitant pas le milieu associatif ni les services sociaux. Ces personnes sont les plus difficiles à atteindre car elles sont les plus marginalisées. C’est pourquoi il est important de rappeler que les autres interviewés avaient des liens avec des structures même de façon épisodique car le rapport au corps peut être modifié en fonction de ces critères. Cependant, les rencontres avec les professionnels ont confirmé que l’image du clochard complètement désocialisé, qui ne se lave pas, est désuète. En réalité, pour les personnes interrogées, préserver une bonne image physique malgré des conditions de vie difficiles revient à montrer sa force de résistance. Il s’agit en quelque sorte de se voir « comme avant ». Jean témoigne de cet état d’esprit : « Parce que moi quand j’étais jeune, j’aimais bien être bien habillé (…) j’fais toujours attention, j’prends des douches ». Ces personnes refusent de porter sur elles-mêmes les stigmates de leurs situations sociales et renoncer à l’entretien de leur image physique revient « à faire un des pas les plus définitifs sur la route de l’exclusion » (Prolongeau, 1993).

51Les entretiens révèlent que les interviewés n’accordent pas la même importance à l’hygiène : « Tout dépend si je peux. » (Jacques)

52Pour certains, la propreté passe par le respect de soi et des autres :

« Oui, c’est primordial parce que tu peux pas aller à un entretien si t’es pas lavé, si t’es pas propre sur toi c’est pas la peine, tu vas à un entretien, tu te fais jeter quoi…il faut commencer par se respecter soi-même avant de se faire respecter par les autres et ça c’est déjà le plus important ». (John)

53Ainsi les entretiens montrent que les interviewés cherchent à maintenir une hygiène qui leur permet d’entrer dans un processus « d’anonymisation » : se fondre dans la masse en s’y approchant au plus près. Ils cherchent à rester dans la norme et ne pas montrer leur nouveau statut. Ce soin apporté au physique s’il est essentiel dans la construction de l’estime de soi n’en est toutefois qu’un ingrédient. Les témoignages rappellent combien le regard de la société sur les personnes SDF est implacable.

La quête de nourriture

54Les personnes SDF doivent mener chaque jour une quête perpétuelle afin de pouvoir s’alimenter. La mendicité, la prostitution (généralement pour les femmes) sont parfois les seuls moyens de gagner de l’argent pour se nourrir.

55Certains s’approvisionnent aux supermarchés, d’autres dans les associations caritatives. On remarque que leur alimentation de base est le sandwich, accompagné parfois de fromage ou de charcuterie.

56« Une baguette et on mangeait un bout de baguette comme ça s’en rien, sans bout de jambon. » (Nathalie)

57Certains font les poubelles tandis que d’autres refusent cette « pratique », par fierté.

58« Je faisais les poubelles des restaurants, des jardins publics. Il y a des gens qui jettent des sandwichs alors qu’ils ont à peine mangés. » ( Samia )

59Nous constatons que les SDF à la rue contrairement à ceux vivant dans des foyers ne peuvent manger à leur faim. En général, ces derniers n’ont pas une alimentation équilibrée. Se pose alors concrètement la question des conséquences de cette alimentation au niveau de la santé notamment en matière de dénutrition et de malnutrition. Des carences en vitamines peuvent apparaître, pouvant engendrer divers troubles, tels l’anémie, les hémorragies, les troubles neurologiques, mais également les fractures du fait du manque de calcium entraînant incontestablement une transformation corporelle (obésité, etc).

Vers un effacement de soi ?

Un rapport à la santé et au corps distancié

60De manière générale, les personnes en situation de précarité perdent les notions du corps, de force et surtout de limites. Ainsi, elles « oublient » les réflexes nécessaires au bon entretien du corps et ne respectent plus leurs besoins physiologiques essentiels (par exemple : manger et dormir à des heures régulières).

61Il est certain qu’au quotidien, l’importance attribuée au corps en détresse est minime. Même si les personnes rencontrées consacrent de l’importance à leur hygiène corporelle, leur rapport au corps et à la santé est révélateur de leurs conditions de vie.

  • 18  Charte d’Ottawa, 21 novembre 1986.

62Ainsi, les différents entretiens ont confirmé que la représentation de la santé chez les personnes SDF renvoie uniquement à l’aspect de l’hygiène. Selon la définition de l’OMS18,

« la santé est un état de complet bien être physique mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité. Il ne suffit donc plus d’être malade physiquement ou mentalement pour être en bonne santé mais il faut aussi être bien inséré, intégré dans sa communauté sociale ».

63Généralement, les SDF occultent la dimension du mental et du social dans la définition de la santé : « c’est ne pas avoir de souci, ne pas être malade » (Régis). A ce propos, la maladie est souvent associée à la mort ou à l’incapacité de bouger son corps : « être malade, c’est quand je suis malade et que je vois que je vais mourir… » (Jamel) « être malade, c’est ne plus pouvoir bouger… » (Sandy)

  • 19  Lebas J., Chauvin P. (1998). Précarité et santé. Paris : Flammarion :13.

64Pour faire suite à ces discours, nous pouvons affirmer que la santé n’est pas une priorité pour les SDF. La vie à la rue transforme leurs repères, les besoins changent, évoluent. En effet, la désocialisation s’accompagne de modifications non seulement du rapport à l’autre mais aussi du rapport à soi. Plus la désocialisation perdure et plus la demande de soins diminue. L’attention à son propre corps et le ressenti du message douloureux s’altèrent. Très fréquemment, des lésions souvent graves ne donnent pas lieu à des plaintes ou à des demandes. Comme l’affirme B. Kouchner19 (1998 :13) : « le chômage et l’incertitude, le mal être et la souffrance psychologique entraînent des affections graves. On appelle ces situations nouvelles des sociopathies. »

  • 20  Parizot I. (1998) « trajectoires sociales et mode de relation aux structures sanitaires » in Lebas (...)

65Pour la plupart des interviewés, ne pas consulter un médecin régulièrement ne leur pose pas de problème. En effet, ces personnes évitent une consultation tant qu’elles estiment que leur état de santé ne nécessite pas d’intervention chirurgicale. Elles repoussent sans cesse la perception de la douleur physique au delà des limites dites ordinaires : « Nombreux sont ceux qui, travaillant auprès de personnes sans domicile fixe ou toxicomanes, notent chez elles un seuil parfois très élevé de tolérance à la douleur et au désordre physique. » (Parizot, 1998)20

« Avant j’avais pas de mutuelle alors j’étais obligé d’aller aux urgences mais c’est galère, tu dois attendre des heures et puis t’es mal reçu, on te met vite dehors…Une fois, j’avais tellement mal que j’y suis allé et le médecin m’a dit que j’avais une pneumonie. Moi, je croyais que j’avais simplement une bronchite, un truc comme ça… Depuis un moment, je fais bronchite sur bronchite. » (Eric)

66Lorsque nous évoquons les raisons pour lesquelles ils ne consultent plus un généraliste, ils répondent qu’ils n’en éprouvent pas le besoin et qu’ils ne sont pas malades. « Je me soigne pas, j’en ai pas besoin, je vais bien…tout va bien ». (Maurice)

  • 21  Etats Généraux de la FNARS Ile de France, 2006.

67Pour échapper à leur corps, certains ont recours aux produits addictifs. Selon les Etats Généraux de la FNARS Ile de France21, les professionnels constatent une accélération des addictions, un passage très rapide aux injections intraveineuses, peu de réceptivité des messages de prévention au VIH. La toxicomanie résulte souvent d’une automédication à un trouble psychopathologique. Mais comme le précise Gisèle Dambuyant-Wargny (2006 : p. 61) :

  • 22  Dambuyant Wargny G. op.cit. p. 61.

« ces pratiques qui placent l’individu en situation de dépendance exposent l’individu à de nombreux problèmes de santé et influencent les rapports qu’il entretient avec son propre corps et avec celui d’autrui. Drogue, alcool, médicaments, tabac sont souvent associés les uns aux autres. »22

68Les personnes toxicomanes et alcooliques sont généralement suivies à un moment donné puis disparaissent de façon définitive ou non. Leur parcours est ponctué de chutes, de remontées, de grossesses pour les femmes à la rue.

  • 23  Kovess V., Mangin-Lazarus C.. (1997). « L’abord épidémiologique des troubles mentaux dans les popu (...)

69Malgré les propos entendus, nous savons que les conditions de vie des personnes SDF engendrent un état d’épuisement à la fois physique et psychologique. Ils sont soumis à un stress et à des angoisses permanents du fait des tentatives de vols et d’agressions. Une recherche menée sur Paris en 1997 auprès de SDF révèle que 57 % d’entre eux souffrent de troubles mentaux.23 Il est certain que les conditions de vie des personnes en situation d’exclusion sociale aggravent les troubles existants empêchant les soins et augmentant les phases dépressives. La vie à la rue a forcément un impact tant sur la santé mentale que sur la santé physique.

70Nos observations nous confirment que ces individus souffrent dans leur corps. Cela se manifeste le plus souvent par un vieillissement prématuré, une perte de dents, un corps fatigué, « absent ». On note 5 % de décès par an chez les SDF avec une moyenne d’âge de 40 ans. Ce constat est d’autant plus accablant, que bon nombre de structures d’accueil des sans-abri sont dotées de service de soins. Alors pourquoi ces personnes ne les sollicitent pas davantage ?

Sentiment de dévalorisation, d’inutilité

71L’ensemble des interviewés, parfaitement conscients de leur état, estiment que l’apparence est un frein dans la relation aux autres. Souvent, ils pensent renvoyer une image négative à la société.

« Pour moi, l’apparence est très importante. Si tu t’sens trop faible, t’envois des ondes négatives, il faut déjà avoir confiance en soi. Tu m’aurais connu il y a quelque temps, personne ne m’regardait dans les yeux, j’baissais les yeux euh…je me sentais inférieur comparé à la personne d’en face et c’est très dur à vivre ça… c’est horrible ça ».

72A travers son témoignage, Bernard met en avant les répercussions de l’estime de soi sur le corps. En effet, d’après Patrick Gaboriau (1993 : 91) :

« La souffrance est aussi mentale… La domination sociale se réalise par le corps et le psychique. Etre dominé, c’est souffrir intimement et devoir combattre les conséquences de la souffrance, objets substitués de la domination qui se masque dans les effets qu’elle provoque ».

73Comme nous l’avons vu en première partie, l’individu lorsqu’il se trouve en relation avec autrui, communique des informations, de façon involontaire avec son corps. Pour certaines personnes interrogées, le sentiment d’être inutile au monde, de ne plus y avoir sa place est très présent : « Non, c’est la misère. Mais je comprends. On pue, et puis vis-à-vis des autres, ça gêne de parler à un clodo… ». (Jacques) 

74De plus, leurs relations sociales se limitent souvent aux « copains de galère ». Dès lors, ces personnes peuvent perdre espoir et ne plus entrevoir de solution positive à leur situation. Cependant, des démarches sont toujours entreprises pour retrouver du travail où un logement mais la volonté de les voir aboutir semblent faire défaut et les actes manqués se font fréquents. Laurent : « euh oui mais il y a un acte manqué…ca a foiré…Ben j’arrive pas euh…à aller au bout des démarches…euh j’sais beaucoup pour les autres mais pas pour moi… » . Constamment dévalorisée, l’image de soi s’est effacée. Gérard tout comme Patrick, aimeraient nouer des relations mais la peur d’être rejeté les amène à se replier sur eux-mêmes et à éviter le contact avec autrui. Gérard explique :

« Ben moi, j’te dirai quand t’es à la rue, c’est vachement dur y’a des moments où t’es agressif ; y’a des moments où t’as pas envie de regarder les gens droit dans les yeux…des fois, y’a des moments où t’as envie de faire connaissance. T’as peur de la réaction des gens euh…c’est dur…y’a des moments où ça va… moi j’étais un peu agressif euh, j’avais un peu peur de parler, de discuter avec les gens ».

75Pour eux, le fait d’être à la rue induit le stigmate du clochard. Dans ces conditions, il est difficile d’avoir une image positive de soi. Ils se sentent ainsi dépréciés et préfèrent « abdiquer ». Ils retournent donc l’agressivité sur eux-mêmes. Enfin, d’autres refusent leur déchéance et préfèrent penser qu’il y a pire que soi. Certains ne parleront jamais de leur image personnelle mais de celle d’autrui : « ici il y a une personne que tout le monde rejetait donc et moi je me suis permis de manger avec lui… donc il fallait que j’aille vers lui d’abord pour savoir pourquoi on le rejette ». (Matthieu)

L’invisibilité par la propreté, une technique de protection spécifique aux femmes sdf ?

  • 24  Vaneuville M.-C. (2005). Femme en errance : de la survie à l’existence. Paris : Chronique sociale.

76Afin d’assurer leur sécurité, certaines femmes adoptent alors une stratégie de dissimulation. Pour cela, elles vont maintenir une propreté au niveau de leur apparence physique afin de passer inaperçues et donc de ne pas être étiquetées SDF, voir clochardes. « Grâce à leur apparence bien conservée, parfois coquettes, bien maquillées… Elles pourraient être nous, nos sœurs, nos femmes… » (Vaneuville M.-C., 2005 : 4324) D’autres vont au contraire pour se protéger, adopter la stratégie inverse : rester sales et non désirables.

  • 25  Amistani C. (1999). « Des femmes SDF réflexion générale sur une recherche en cours » in le nouveau (...)

« Les stratégies de protection de soi et de son corps sont d’ailleurs élaborées de différentes manières ; L’invisibilité en est une, la saleté en est une autre. Ce qui ressort parfois de l’abandon de soi peut-être aussi envisagé comme technique de protection de soi contre les agressions : une femme trop sale ne peut plus attirer les velléités sexuelles dans certains milieux de la rue ». (Amistani25, 1999 : 45)

77Mais « le corps sale » reste source de souffrances importantes. Carole Amistani a beaucoup travaillé sur l’impact du manque d’hygiène sur les femmes SDF. Pour elle, « le rapport au corps est d’autant plus distant qu’il ne devient, pour les femmes abîmées que support de souffrance. » ( Amistani, 1999 : 46 ) Ce rapport est d’autant plus important que la femme est jeune. En effet, les jeunes femmes semblent vivre plus difficilement le manque d’hygiène que leurs homologues plus âgées à l’exception des filles punkettes ou travellers, chez qui l’on observe une indifférence voir un mépris au niveau de l’hygiène du corps.

78Pour Brigitte et Paule, il s’agit d’un élément difficilement surmontable qui les a conduit à un sentiment de dévalorisation extrême :

 « Je me sentais si sale, j’avais l’impression d’être un monstre et que les gens me regardaient parce que j’étais si sale. Je ne pouvais plus me maquiller ni me faire belle. Avant, j’étais coquette et là j’étais plus rien, une autre personne que je ne supportais pas. » (Paule)

 « Mal, parce que moi j’étais comme toutes les filles de mon âge. J’aimais bien changer de vêtements, assez coquette, prendre une douche matin et soir. C’est pas très… enrichissant. Le moral en prend un coup puis on se dit que les gens nous regardent comme ça parce qu’on est crasseux. Aussi, c’est dur ». (Brigitte)

79Pourtant, il n’est pas évident pour elles de maintenir une hygiène minimale, car peu de lieux sont propices à l’intimité. Certaines iront dans les toilettes de restaurants, d’autoroute, dans les centres d’accueil de jour par exemple.

« J’allais à l’entrée de l’autoroute le lundi, le mercredi et le samedi. Il y a un lavabo mais c’était pas pratique parce qu’il y a que de l’eau froide, alors j’allais vite. Je me lavais mon visage mes cheveux, mes pieds et pour le reste je m’enfermais dans la cabine pour pas qu’on me voit, on s’est jamais avec tout ce qu’on voit aujourd’hui. J’amenais aussi ma brosse à dents pour me les laver. Dans ma trousse de toilette, j’ai tout ce qui faut, du shampoing, du savon, un gant de toilette, une brosse à dents et du dentifrice » (Maryse)

80Faire attention à son apparence peut permettre de garder une identité féminine. Leur corps peut être un outil de séduction ou de source de revenu (la prostitution). D’autres femmes adopteront une allure, un comportement masculin afin de se faire respecter ou de se fondre dans la masse, en oubliant ou en gommant leur identité sexuelle. La dissimulation ne permet pas seulement de se protéger des agressions physiques mais peut également cacher un sentiment de honte. En effet, il est difficile pour elles d’affronter le regard extérieur des personnes. Ces femmes ont l’impression de n’être pas conformes, de n’avoir pas répondu aux attentes de la société. Elles se sentent coupables de leur situation. 

« C’était dur leur regard, ça me faisait mal, alors je m’enfermais dans les toilettes et j’attendais qu’elles s’en aillent… Une fois je me souviens, qu’une dame disait à sa fille, t’as vu elle se lave là, ça m’a tellement blessé, que je suis partie en courant et j’ai pleuré. Pourquoi les gens sont-ils méchants, je me lavais régulièrement pour dire d’être propre. C’était pas facile, en plus il y avait pas d’eau chaude, c’était dur… j’aurais pas su avoir des vêtements sales, après les gens vous regardent d’un drôle d’air et pensent que vous êtes une crapée, c’est la honte, surtout dans un petit village, ça va vite . » (Brigitte)

  • 26  Declerck P., op.cit. p. 29.

81Malgré ces éléments de survie, force est de constater qu’une femme n’est pas en capacité de se protéger seule des dangers de la rue. C ‘est pourquoi : « Les amitiés et les groupes protègent relativement des dangers de l’agression et de la peur de la nuit ». (Declerck26, 2001 : 29) D’ailleurs, certaines d’entre elles ont révélé avoir été agressées : le soir, seule, la nuit ; Parmi les 17 femmes, 10 ont déjà été victimes d’agressions physiques voire sexuelles : « Je partais pour faire manche, je suis là et ils m’ont dit pourquoi je suis là et ils m’ont frappé moi ici (en montrant sa hanche ) moi mal et partir. (Marianne)

82Avec le temps, elles peuvent s’enfoncer dans la déchéance en consommant de l’alcool ou d’autres produits pour oublier. Cette dévalorisation peut s’accentuer par le regard des autres.

Le regard de la société

Le SDF et son image

83L’image que la personne SDF pense renvoyer, reflète son état d’esprit, la façon dont elle se voit occuper une place dans la société.

84Cette image varie d’une personne à l’autre. 10 personnes interrogées sur 38 affirment ne pas prêter attention au regard des autres. Peut être pour ne pas avoir à l’affronter. Cette attitude peut être analysée comme une façon de minimiser les choses, de ne pas leur donner d’importance.

85D’autres évoquent un rapport à la normalité. Rester dans la norme semble important et permet aux individus de se rassurer. Toutefois, ils s’empressent de se justifier et de dire que malgré tout ils n’accordent pas d’importance au regard de l’autre. « ben je pense que mon apparence est normale…enfin je crois…j’ai jamais eu de problèmes avec ça…et puis c’que pensent les autres j’m’en fous…moi j’suis bien comme je suis voilà ».(Gérard) Ce discours montre que l’identité se rapporte non seulement à la perception que l’individu a de sa propre conscience d’exister mais aussi de son appartenance à un groupe social grâce à ses relations avec les autres. En affirmant se détacher de ce qu’autrui peut penser, la personne SDF ne s’isolerait-elle pas davantage ? Ne fuirait-elle pas sa propre image ? L’image de l’autre ne lui rappellerait-elle pas son image d’avant ?

  • 27  De Gaulejac V. (1996). Les sources de la honte, Paris : Desclée de Brouwer.

86Vincent de Gaulejac27 énonce que : « la stigmatisation sociale renvoie à ces individus une image d’eux-mêmes qu’ils ne peuvent éluder : celle d’un citoyen sans utilité sociale, voire nuisible, repoussant, privé de dignité, de raison d’être et de valeur ». C’est le cas d’Ali et Jacques qui se sentent diminués et qui s’identifient à la catégorie des SDF. Ali a des propos durs envers lui-même et estime qu’il n’a pas d’image, comme si tout ce qu’il était, s’était effacé depuis qu’il est à la rue :

« j’pense que j’ai pas d’image …quand même celle d’être un sdf, d’être l’image d’un clochard euh...on n’est pas des clochards mais l’image qu’on donne. On reflète une image surtout quand on est dans la rue donc euh… qu’on dort dehors…parfois en galère, moi j’ai galéré 3 jours donc au bout de 8 jours, j’pense quand j’suis venu à Lille j’connaissais rien du tout, même pas les endroits où on s’douche, mal rasé…on sent qu’on est diminué …comme un clochard ».

87Jacques exprime quant à lui :

« L’image d’un clodo avec sa bouteille de pinard. Le cliché, quoi. Y’a peu de gens qui compatissent, encore moins qui vous regardent, et quasiment pas qui sont prêts à essayer de vous aider ».

88Certains, au contraire pensent refléter une image positive. Ces personnes sont celles qui se projettent dans l’avenir à court ou moyen terme. Au cours de l’entretien, Bernard nous dira qu’il puise ses forces dans le travail :

« Au présent une très bonne image. Une très bonne image euh j’dirai une image motivante…Pour vouloir s’en sortir, il faut être motivé et pour trouver une motivation, il faut trouver sa motivation personnelle ».

89Dominique qui est en création d’entreprise, explique qu’il est sensible à l’image qu’il reflète aux autres. C’est pourquoi, il veille à toujours rester propre afin de ne pas rompre le lien qui le lie aux autres :

« Ben moi, j’ai une bonne image par rapport à tout ça quoi j’suis assez propre, c’est important pour les autres et c’est important pour moi parce que quelqu’un qui s’lave pas ça donne pas envie de discuter avec par rapport aux gens l’image qu’on peut renvoyer aux gens. Quelqu’un qui est propre, on le voit tout de suite…sinon quelqu’un qui est sale, on va pas vers lui quoi ».

L’estime de soi

90L’estime de soi est une composante importante de l’identité. Elle se rapporte à la valeur que l’individu donne à sa personne. Cette valeur n’est pas seulement une perception personnelle et individuelle, elle dépend aussi de la reconnaissance des autres envers l’individu. Ce dernier mesure la différence entre ce qu’il voudrait être et ce qu’il croit être. Cela peut l’amener soit à une impression d’équilibre, soit à une auto dévalorisation.

91Le « regard jugement » que l’on porte sur soi est primordial pour l’équilibre psychologique. Lorsque celui-ci est positif, il conforte à l’individu une sensation de bien-être. Au contraire, lorsqu’il est négatif, il peut engendrer souffrance et mal-être. (André, Lelord, 1999).

92Les entretiens révèlent que les interviewés se partagent entre une vision positive et une vision négative. Ainsi, Ali se qualifiera davantage en terme négatif, se considérant comme inférieur à l’autre : « un peu comme un clochard j’pense euh…j’me sens diminué ». Ali est en souffrance et se sent exclu de la société. Il se compare sans cesse aux autres, sans papiers, sans travail et se sent inutile : « par rapport à moi, j’sens que c’est pas une vie…pour eux disons qu’ils s’baladent heureux et toi t’es tout seul …ca s’ressent. »

93D’autres porteront un regard fataliste empreint de culpabilité : « Le regard d’un mec qui n’a pas eu de bol et qui s’est laissé aller. Je n’ai pas à me plaindre, c’est aussi un peu ma faute si j’en suis là. » (Pierre)

94Certains préfèrent ne pas porter de regard sur eux-mêmes. En réagissant de la sorte, ils tentent de se préserver, d’éviter d’être confronté à une image d’eux qu’ils n’acceptent pas.

95 « Je porte pas de regard parce que j’m’aime pas…j’essaie pas de porter un regard parce que si je porte un regard, c’est fini quoi…ça va être méchant quoi… ». (Alexandre)

96Enfin, d’autres ont une vision positive d’eux mêmes, empreint de fierté. Bernard explique que malgré les difficultés auxquelles il a été confrontées, il a toujours trouvé la force de s’en sortir : « J’ai toujours gardé une bonne image de moi…même quand j’étais dans la galère, j’ai jamais changé…suis toujours resté le même…pourquoi j’aurai changé ? On est ce qu’on est, et ce que pensent les autres, je m’en fiche ».

97On comprend au terme de cet exposé que les individus vivent différemment leur rapport au corps. On peut se demander pourquoi malgré une attention portée à l’hygiène corporelle, certains n’investissent pas davantage leur corps.

Conclusion

98Au terme de cet article, nous pensons que c’est parce que les SDF ne trouvent pas d’espace de paroles où ils pourraient verbaliser leur situation qu’ils « verbalisent avec leurs corps », ce qu’ils ne peuvent exprimer par les mots. La souffrance sociale renvoie également à une souffrance corporelle dont le corps serait un vecteur de communication.

99Nos analyses ont montré que les personnes tentaient de mettre en place des stratégies de contournement qui les amènent ainsi à se détourner du regard que la société porte sur eux. L’analyse a révélé que les personnes rencontrées essayaient de rendre leurs corps « invisible », et tentent de se fondre dans la masse afin qu’ils ne soient pas identifiés comme SDF. Mais à force de vouloir se fondre dans la masse de la société, les personnes SDF oublient qu’elles ont un corps.

100Nous pensons alors qu’il est nécessaire de s’interroger sur les dispositifs mis en place ou qui pourraient l’être dans le cadre d’un réinvestissement de son image et d’une revalorisation de son estime.

Haut de page

Bibliographie

ANDRE C., LELORD F. (1999). L’estime de soi. Paris : Odile Jacob.

AMISTANI C. (1999). « Des femmes SDF réflexion générale sur une recherche en cours » in le nouveau mascaret, N° 55.

BAUDRILLARD J. (1970). La société de consommation, ses mythes, ses structures. Paris : Denoël.

BRUCHON-SCHWEITZER M. (1990). Une psychologie du corps. Paris : PUF.

DAMBUYANT WARGNY G. (2006). Quand on n’a plus que son corps. Paris : Armand Colin.

DECLERCK P. (2001). Les naufragés avec les clochards de Paris. Paris : Ed. Plon.

DE GAULEJAC V. (1996). Les sources de la honte, Paris : Desclée de Brouwer.

DEQUIRE A.-F. (2008). La sélection des professeurs des écoles. Regard sociologique sur une pratique. Paris : l’harmattan.

DEQUIRE A.-F. (2009). La jeunesse en errance face aux dispositifs d’accompagnement. Paris : EHESP.

DETREZ C. (2002). La construction sociale du corps. Coll. « Points essais ». Paris : Seuil.

Etats Généraux de la FNARS Ile de France, 2006.

GABORIAUD P. (1996). Clochard. Paris : Julliard.

GOFFMAN E.(1973). La mise en scène de la vie quotidienne. Paris : Ed Minuit.

HENRY P., BORDE M.-P. (1997). La vie pour rien. Paris : Robert Laffont.

JOVELIN E.,DEQUIRE A.-F., ADAMS A., HARRIS H., ADAMS R. (2008) Evaluation of services and initiatives for young homeless people in the United Kingdom (Kent) and in France (Nord-Pas-de-Calais). Eichsttätt : ISIS.

KOVESS V., MANGIN-LAZARUS C. (1997).« L’abord épidémiologique des troubles mentaux dans les populations défavorisées. La santé des sans-abris à Paris » : Revue Française de Psychiatrie, n° 9.

LE BRETON D. (2001). Anthropologie du corps et modernité. Paris : PUF.

LIPOVETSKY G. (1983). L’ère du vide. Paris : Ed. Gallimard.

PARIZOT I. (1998) « trajectoires sociales et mode de relation aux structures sanitaires » in LEBAS J., CHAUVIN P. Précarité et santé. Paris : Flammarion.

PROLONGEAU H. (1993). Sans domicile fixe. Paris : Ed. Hachette.

QUEVAL I. (2008). Le corps aujourd’hui. Coll. « Folio essais ». Paris : Gallimard.

SCHILDER P. (1968). L’image du corps. Paris : Ed. Gallimard.

VANEUVILLE M.-C. (2005). Femme en errance : de la survie à l’existence. Paris : Chronique sociale.

Haut de page

Notes

1  Le Breton D. (2001). Anthropologie du corps et modernité. Paris : PUF.

2  Queval I. (2008). Le corps aujourd’hui. Coll.Folio essais. Paris : Gallimard.

3  Prolongeau H. (1993). Sans domicile fixe. Paris : Ed. Hachette.

4  Dequire A.-F., Jovelin E., (2009). La jeunesse en errance face aux dispositifs d’accompagnement Paris : Ed. EHESP. Voir aussi Jovelin E., Dequiré

A-F, Adams A., Harris H., Adams R. (2008) Evaluation of services and initiatives for young homeless people in the United Kingdom (Kent) and in France (Nord-Pas-de-Calais). Eichsttätt : ISIS.

5  Notre travail de thèse sur “les critères de sélection des membres du jury au concours de professeur des écoles” a clairement montré la manière dont le jury, sensé être neutre lors d’un oral, est influencé par le corps du candidat dans tous les sens du terme. Voir à ce titre : Dequiré AF. (2008). La sélection des professeurs des écoles. Regard sociologique sur une pratique. Paris : L’harmattan.

6  Prolongeau H. (1993). op.cit.

7  Henry P., Borde M.-P. (1997). La vie pour rien. Paris : Robert Laffont.

8  Bruchon-Schweitzer M. (1990). Une psychologie du corps. Paris : PUF.

9  Schilder P. (1968). L’image du corps. Paris : Ed. Gallimard, p. 35.

10  Ibid,p.35.

11  Lipovetsky G. (1983). L’ère du vide. Paris : Ed. Gallimard.

12  Le Breton D. (1990). Op.cit.

13  Détrez C. (2002). La construction sociale du corps. Coll. « Points essais ». Paris : Seuil.

14  Baudrillard J. (1970). La société de consommation, ses mythes, ses structures. Paris : Denoël.

15  Goffman E. (1973). La mise en scène de la vie quotidienne. Paris : Ed Minuit.

16  Dambuyant Wargny G. (2006). quand on n’a plus que son corps, Paris : Armand Colin, p. 30.

17  Gaboriau P. (1996). Clochard. Paris : Julliard.

18  Charte d’Ottawa, 21 novembre 1986.

19  Lebas J., Chauvin P. (1998). Précarité et santé. Paris : Flammarion :13.

20  Parizot I. (1998) « trajectoires sociales et mode de relation aux structures sanitaires » in Lebas J., Chauvin P. (1998). Précarité et santé. Paris : Flammarion : 37.

21  Etats Généraux de la FNARS Ile de France, 2006.

22  Dambuyant Wargny G. op.cit. p. 61.

23  Kovess V., Mangin-Lazarus C.. (1997). « L’abord épidémiologique des troubles mentaux dans les populations défavorisées. La santé des sans-abris à Paris » : Revue Française de Psychiatrie, n° 9.

24  Vaneuville M.-C. (2005). Femme en errance : de la survie à l’existence. Paris : Chronique sociale.

25  Amistani C. (1999). « Des femmes SDF réflexion générale sur une recherche en cours » in le nouveau mascaret, N° 55.

26  Declerck P., op.cit. p. 29.

27  De Gaulejac V. (1996). Les sources de la honte, Paris : Desclée de Brouwer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Recherches & Educations, n° 3 Santé et Education, p. 261-286

Référence électronique

Anne-Françoise Dequiré, « Le Corps des sans domicile fixe », Recherches & éducations [En ligne], 3 | septembre 2010, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/572

Haut de page

Auteur

Anne-Françoise Dequiré

Post doctorante Université catholique de Lille
Membre du laboratoire de recherche CIREL EA4354

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org