Navigation – Plan du site
Notes de lecture
3

Georges Vigarello. (2010). Les métamorphoses du gras. Histoire de l’obésité, du Moyen Âge au XXe siècle

Séverine Parayre
Référence(s) :

Georges Vigarello. (2010). Les métamorphoses du gras. Histoire de l’obésité, du Moyen Âge au XXe siècle, Paris : Seuil, 362 p.

Texte intégral

1Georges Vigarello, qui depuis plusieurs décennies nous a imprégnés de sa méthode et de ses recherches sur le corps, nous livre ici une histoire fort attendue et éminemment d’actualité, celle du gros et de l’évaluation des formes corporelles. Le titre à lui seul est un régal, comme à son habitude, et ces métamorphoses du gras que nous suivrons depuis le Moyen Âge jusqu’à nos jours, vont nous emmener sur le chemin sinueux du corps gras, du corps gros, très gros, de l’obèse. Non seulement Georges Vigarello nous livre l’évolution des termes employés, les transformations des corps, de leur acceptation à leur stigmatisation, mais aussi une histoire riche et complexe où les évidences sont balayées et où des éclaircissements s’établissent tout au long de l’ouvrage. Nous reprenons ici quelques moments clés, qui, à n’en pas douter, donneront envie de parcourir en détail cette histoire du gros.

2Dans les siècles centraux du Moyen Âge le corps gros eut du prestige, car il était associé à de la force, à de la santé. Dans des périodes où famine et disette sont courantes, avoir des rondeurs signifie un ventre plein et donc « avoir de la santé ». Mais il ne faut pas se méprendre et déjà Georges Vigarello nous met en garde, plusieurs grosseurs existent, surtout déterminées par la perception visuelle, le très gros par ses extrémités inquiétantes et son manque de mobilité n’est certainement pas en bonne santé, mais bien perçu comme malade. Les premières dénonciations viennent des médecins, des clercs et des cours médiévales. Au XVe siècle les grosseurs banales commencent à être plus critiquées, mais une ambigüité demeure sur le seuil du gros et de l’inacceptable, d’un côté la grosseur représente le péché et est un danger, de l’autre elle est toujours associée au pouvoir, à l’abondance, la force et la santé.

3C’est avec la Renaissance que la critique du gros change et qu’elle se précise : il devient la lenteur, la fainéantise, l’inintelligence. Même si les banquets énormes ne disparaissent pas, même si, rappelant les famines, les décharnements, la peste, le maigre fait peur ; les lourdeurs sont davantage stigmatisées par la paresse qu’elles évoquent. Peu à peu la médecine des XVIe et XVIIe siècles confirme l’établissement de norme autour du gros et tend à en cerner les particularités, origines et symptômes, et l’hydropisie et la goutte sont alors mieux définies. Apparaissent des régimes (réductions alimentaires, pesée des objets consommés, éloignement d’humeurs superflues) et des contraintes physiques (appareils de rétention, corset), alors que l’observation des formes est toujours expérimentale (mesure au doigt sans outils ni chiffres).

4Il faut attendre la culture des Lumières pour voir émerger les premiers procédés de mesures, la différenciation de grosseurs et le poids déterminé selon la taille. Ainsi Buffon établit une échelle chiffrée des gros, l’intérêt se fixe sur l’allure générale et des degrés de grosseurs sont plus systématiquement étudiés. Un terme nouveau et savant apparaît : l’obésité, signalant un excès de graisse ou de chair. Le siècle des Lumières stigmatise plus fortement les excès et le refus de la silhouette énorme. Cependant des distinctions subsistent, une première s’établit selon le sexe, la grosseur du profil féminin demeure inacceptable, celle de l’homme toléré, une seconde est liée à la catégorie sociale, l’embonpoint masculin signifiant aussi opulence financière.

5Au XIXe siècle la lente pénétration du chiffre dans l’évaluation des morphologies, une manière nouvelle d’entretenir le corps et de stigmatiser ses faiblesses, dessinent une grosseur identifiée par le poids, qui cette fois se mesure et se dit. Néanmoins une ambivalence est toujours latente entre le gros qui représente la force et qui peut séduire et le gros qui suscite des moqueries et qui représente les faiblesses. La pression sociale se fixe surtout et davantage sur le corps féminin. De son côté la médecine caractérise pour la première fois l’élaboration d’un dysfonctionnement interne et de l’existence d’une obésité morbide, d’une pathologie, sans qu’il n’y ait pour autant de modifications précises dans les mentalités à l’égard du gros. Durant la seconde moitié du XIXe siècle la généralisation de la pesée se fait avec le recours aux balances (1870), l’exposition des corps dénudés devant un miroir en pied et à la plage amorce la chasse minutieuse de l’embonpoint et le fatalisme bourgeois de l’obésité, dont les ouvriers seraient épargnés. Georges Vigarello détaille combien une nouvelle manière de saisir et de juger les formes corporelles apparait avec l’avènement des loisirs, le bouleversement des modes vestimentaires et le réaménagement de l’espace intime (p. 235). Mais l’obésité entre dans sa phase scientifique, la chimie et la physiologie s’en préoccupent et établissent des stades de grosseur (petite, moyenne, grande obésité). Pour la première fois également une cause de prédisposition est annoncée (une ascendance parentale) à ne pas confondre avec des causes occasionnelles (excès aliments ou de boissons) et une maladie du gros se dessine, qui n’est ni due à une suralimentation, ni à une sédentarité. Et pourtant autre paradoxe, ces études n’atteignent toujours pas les mentalités et le très gros se retrouve exposé dans des foires comme le monstrueux, l’anormal. Même si ce monstrueux finira par appartenir à la science et une compassion de l’obésité par pointer après la première guerre mondiale, le changement de silhouette plus droite et élancée, une grosseur menaçant l’esthétisme, la vitalité et la vie conduira à anticiper et à déceler les stades précoces du gros. Apparaît le maigrir à tout prix et des pratiques d’affinement qui s’imposent acquises par des régimes, massages, exercices, séjours à la montagne ou encore thermalisme.

6Au fur et à mesure du XXe siècle l’obsession du couple grosseur/minceur se démocratise, jusqu’à arriver à aujourd’hui où la menace est devenue collective et sanitaire au point de parler d’ « épidémie » et d’en faire un problème de santé publique, pouvant toucher tout le monde et de plus en plus précocement. Un arsenal alimentaire et d’exercices physiques se déploie pour faire face au fléau. Chacun d’entre nous peut à tout moment être atteint, faisant donc plus régulièrement attention à sa propre image et à son évaluation. Histoire intérieure et du souci de soi emblématique, Georges Vigarello nous livre des témoignages de trois gros sur trois siècles différents XVIIIe, 1er moitié du XIXe siècle, 1er moitié du XXe siècle (p. 275), le dernier exprimant clairement une nouvelle interrogation sur soi et une évaluation de la stigmatisation personnelle subie. Car cette histoire exprime plus que jamais combien l’identité vient du corps, combien le corps peut venir à trahir, combien l’identité peut souffrir dans et par le corps.

7Cette passionnante histoire de l’obésité que nous livre ainsi Georges Vigarello, est une histoire des transformations des formes corporelles et des variations des critères de minceur et de grosseur, elle est une histoire de la stigmatisation du gros dominante, mais aussi de la conquête du regard, de l’individu, de l’univers des mesures et des outils corporels. Histoire riche, diversifiée, exprimant aussi toutes les ambigüités des siècles, mais qui ne laissera, assurément, pas indifférent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Séverine Parayre, « Georges Vigarello. (2010). Les métamorphoses du gras. Histoire de l’obésité, du Moyen Âge au XXe siècle », Recherches & éducations [En ligne], 3 | septembre 2010, document 3, mis en ligne le 04 février 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/585

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org