Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Alain Golay, Grégoire Lagger, André Giordan. Comment motiver le patient à changer ?

Paris : Maloine, 2009, 247 p.
Cyril CROZET
Référence(s) :

Paris : Maloine, 2009, 247 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

changer, motivation, patient
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Professeur. Médecin chef du service d’enseignement thérapeutique pour
    maladies chroniques. Départem (...)
  • 2  Docteur ès. Service d’enseignement thérapeutique pour maladies chroniques.
    Département de médecine (...)
  • 3  Professeur. Directeur du Laboratoire de didactique et épistémologie des sciences. Université de Ge (...)

1L’ouvrage traite de la pratique de l’éducation thérapeutique ; laquelle permet aux patients d’acquérir et de conserver les compétences les aidants à mieux vivre avec leur maladie comme l’a défi ni l’OMS en 1998. Celle-ci a prouvé son efficacité à travers de nombreuses études médicales. Dans certains pays comme la France, l’éducation thérapeutique fait l’objet d’une reconnaissance officielle dans les textes de loi de santé publique (Loi Hôpital Patient Santé Territoire, article 84 -2009). Les auteurs proposent une nouvelle approche de cette pratique autour de la motivation du patient et de son lien avec les changements de comportement de santé. Pourquoi est-il si difficile de changer de comportement ? Qu’est-ce qui pourrait mieux motiver les patients à changer sachant qu’une partie des patients apprennent, savent mais ne changent pas ? C’est à ces interrogations que les auteurs de l’ouvrage : Alain Golay1, professeur de diabétologie qui dirige le service d’enseignement thérapeutique pour maladies chroniques à Genève, Grégoire Lagger2, docteur es science et André Giordan3, pédagogue et
professeur de didactique et d’épistémologie des sciences tentent de répondre. Le livre se compose de trois parties. La première partie décrit le modèle à partir duquel les auteurs fondent l’apprentissage du patient et par là ses changements de comportements. Il s’agit du modèle allostérique couvrant cinq dimensions éducatives : cognitive (connaissance, conceptions), affectivo-émotionnelle (intention, émotion), infracognitive (ce sont les raisonnements intimes, reflexes de pensées habituels, les soubassements de la pensée : ce que le patient n’interroge pas et qui fausse ces choix), métacognitive (le regard que le patient porte sur sa maladie, son traitement et ses soignants) et perceptive (les sensations que perçoit le patient à travers son corps). Ce modèle semble prendre toute son essence dans le cas particulier de l’apprentissage du patient qui éclaire encore plus les trois nouvelles dimensions (infracognitive, métacognitive et perceptive). En effet, à l’origine ce modèle prend forme dans un environnement didactique nommé « allostérique » par A. Giordan (Allosteric Learning Model, 1997, 2002) en référence aux protéines allostériques (molécules enzymatiques qui changent de forme et donc de fonction, suivant les conditions de l’environnement dans lequel elles se trouvent). Cet environnement met en relation de nombreux paramètres indispensables pour apprendre, tel que l’appui sur les conceptions antérieures ou le « lâcher prise » sur ces savoirs ou ses comportements antérieurs ce qui provoque une dissonance nécessaire pour changer. Ainsi transposer et enrichi, ce modèle allostérique à l’avantage de ne pas réserver l’ETP aux seuls aspects cognitifs. L’adéquation de ce modèle est renforcée sur les constats cliniques des auteurs. La prise en charge des patients diabétiques les a confronté à de nombreux écueils : non-observance, démotivation, contre-attitude, rechutes, non-persistance des acquis dans le temps ou manque de mobilisation des compétences au quotidiens. C’est à partir de cette expérience que ce modèle est développé. Dans la seconde partie de l’ouvrage les auteurs éclairent la dimension motivationnelle du patient et par conséquent établissent des liens avec le modèle allostérique. C’est ainsi que l’apport de l’entretien motivationnel est revisité dans le cadre d’un environnement motivationnel qualifié de complexe. Des sous chapitres précis expliquent les différentes théories et concepts explicatifs du changement de comportement et leurs applications dans l’éducation thérapeutique. Il s’agit, en autres, des stades d’acceptation de la maladie, des stades de changement de comportement, du modèle de croyance de santé et des facteurs internes et externes de la motivation. Les auteurs énoncent que si changer est essentiel pour un patient atteint de maladie chronique. Il peut le faire au moyen d’un processus d’apprentissage modifiant son regard sur une réalité, lui faisant acquérir de nouvelles compétences, à tel effet de modifier des comportements de santé. Les auteurs pointent les paradoxes de ce changement entre les conditions externes défavorables et la motivation interne chancelante que leur apprentissage vient questionner. L’échec de perte de poids chez un patient obèse est un exemple ou l’impact des facteurs obésogènes est considérable (relation familiale et professionnelle difficile, prolifération des fast food, manque de pistes cyclables par exemple,…). Les caractéristiques opératoires de l’environnement motivationnel, décrites dans l’ouvrage, donnent aux soignants soucieux d’améliorer leurs pratiques des pistes exploitables. Bien que le patient soit l’auteur unique de son changement, l’environnement motivationnel entretient une adhésion, une mise en confiance et une considération indispensable pour que le patient s’engage dans son changement. La troisième partie propose des exemples de pratiques d’éducation thérapeutique prenant en compte les cinq dimensions de l’éducation et l’environnement motivationnel. Les thèmes portent sur la lutte contre le stress, le changement du comportement alimentaire, la mise en place d’une activité physique et les moyens de mieux équilibrer la glycémie pour des patients diabétiques. Ces exemples sont relatés de telle manière à laisser le lecteur envisager par lui-même de possibles adaptations. Dans leur conclusion, les auteurs soulignent la dimension humaniste qui anime cette pratique d’éducation thérapeutique. Ils rappellent comment celle-ci améliore grandement la qualité de vie et l’autonomie du patient. A travers elle, il devient cothérapeute et le soignant, sans renier sa culture médicale ou de soins, s’appuie sur les besoins et les ressources du patient. En ce sens, elle est une pratique au service de la globalité du patient. Au total, ce livre s’adresse à tous les soignants. Il alterne les fondements conceptuels du modèle et des exemples pratiques facilitant le repérage d’une pratique d’éducation thérapeutique. Cet ouvrage contribue à fonder un champ de pratiques et d’études. Si à l’origine le modèle présenté concerne la formation générale, sa transposition à l’apprentissage des patients et au domaine de la santé l’ont enrichi de possibilités pour mieux soutenir la motivation d’apprendre et donc de changer. Il peut être fait le pari que ce modèle pourrait être réinvesti dans un grand nombre de situation d’apprentissage dans lesquelles la motivation est toujours délicate à susciter.

Haut de page

Notes

1  Professeur. Médecin chef du service d’enseignement thérapeutique pour
maladies chroniques. Département de médecine communautaire et de premier
recours. Hôpitaux Universitaire de Genève.

2  Docteur ès. Service d’enseignement thérapeutique pour maladies chroniques.
Département de médecine communautaire et de premier recours. Hôpitaux Universitaire de Genève

3  Professeur. Directeur du Laboratoire de didactique et épistémologie des sciences. Université de Genève. LDES Uni Pignon. Genève.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyril CROZET, « Alain Golay, Grégoire Lagger, André Giordan. Comment motiver le patient à changer ? », Recherches & éducations [En ligne], 3 | septembre 2010, mis en ligne le 24 décembre 2012, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/586

Haut de page

Auteur

Cyril CROZET

Maitre de conférences des Sciences de l’Education, Laboratoire de pédagogie de la santé EA 3412 UFR Santé Médecine et Biologie Humaine, Université Paris 13

Articles du même auteur

  • L’apprentissage de la perception des symptômes fins par des patients diabétiques : Compétence utile pour la gestion de leur maladie [Texte intégral]
    Article 3
    Paru dans Recherches & éducations, 3 | septembre 2010
Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org