Navigation – Plan du site
Notes de lecture

S’orienter dans la vie : une valeur suprême ? Francis Danvers, Préface de Georges Solaux, Postface de Joseph P. Saint-Fleur

Villeneuve d’Asq : Presses Universitaires du Septentrion, 2009, 656 pages
Dominique Odry
Référence(s) :

Villeneuve d’Asq : Presses Universitaires du Septentrion, 2009, 656 pages

Texte intégral

1En cinq ans, c’est plus de vingt rapports ou études qui auront été produits sur le fonctionnement de l’orientation en France : rapports d’élus, de chargés de mission, de chercheurs, de l’inspection générale, du haut conseil de l’éducation... La raison d’une telle floraison est peut être à repérer dans une tension repéré par le haut conseil de l’évaluation de l’école : « le pilotage de la politique d’ orientation consiste à gérer la contradiction entre deux objectifs qui s’entrecroisent en permanence, celui de la gestion des flux qui vise à répartir les élèves entre les différentes formations existantes et celui du projet individuel qui veut donner à un jeune les moyens d’effectuer progressivement ses choix de formation et de carrière en fonction de ses compétences et de ses souhaits ».

2L’orientation scolaire et professionnelle est devenue un carrefour sémantique où viennent se croiser des logiques hétérogènes : celle de l’épanouissement et de la réalisation de la personne, de la démocratisation de l’enseignement, du rapport formation/emploi, des droits des usagers, de la gestion de la carte scolaire, du pilotage des politiques publiques... Depuis le début du siècle dernier, plusieurs modèles ont dominé les pratiques de l’orientation d’abord professionnelle puis scolaire : une approche adéquationniste poursuivant le mythe d’une harmonie entre les « aptitudes » d’un individu et les tâches exigées par un métier ; l’idée de la planification mettant en cohérence besoins de l’appareil de production et sorties du système éducatif ; une approche centrée sur l’information, ressource nécessaire au libre choix des familles ; l’aide au projet personnel de l’élève ; enfin une conception éducative de l ’orientation. Et si les modèles et les conceptions de l’orientation correspondent à des moments de notre histoire sociale, ils laissent souvent des traces dans les esprits et les pratiques, tels des rayonnements fossiles...

3C’est souvent dans les périodes de mise en tension de l’économique et du scolaire que l’orientation apparaît comme préoccupation sociale : besoin en main d’œuvre qualifiée au lendemain de la première guerre mondiale, ajustement de l’appareil scolaire et du plan durant les trente glorieuses, et, pour ce qui est du contemporain, profondes transformations des trajectoires sociales qui voient le passage de l’accès à une carrière pérenne à la multiplication de parcours fragmentés. La démocratisation de l’enseignement, la place plus importante faite aux usagers au sein de l’école, et en même temps leurs difficultés à mettre en place des stratégies fines d’orientation, la multiplication des contrats de travail à statut précaire, une situation de l’emploi dégradée, ont rendu les parcours plus complexes et ont accru les besoins en accompagnement. Du coup l’image de l’orientation scolaire semble à la fois s’être brouillée, et être porteuse de tous les espoirs comme panacée pour résoudre les maux du rapport compliqué entre la formation et l’emploi. D’une telle mise sous les projecteurs de la scène sociale, on peut dire qu’on en attend beaucoup. Ajoutons les valeurs de l’individualisme contemporain, la « culture de soi », mais également l’importance accordée au sujet dans les sciences sociales contemporaines, et on comprendra comment une notion comme l’orientation condense un nombre important d’attentes, de désirs, d’analyses, de représentations...

4On sait que c’est souvent dans le jeu antagoniste de logiques hétérodoxes que se joue la réalité. Contradictions, antagonismes, mais également complémentarités sont à l’œuvre dans les visées des pratiques d’orientation : favoriser l’épanouissement de l’individu, alimenter le marché du travail, lutter contre les inégalités sociales, s’inscrire dans une perspective européenne... Et c’est le propre de toute politique publique d’être traversée par des tensions et des lignes de fracture.

5Peut-on parler, concernant le champ contemporain de l’orientation scolaire et professionnelle de complexification ?

6Oui, si on se réfère à une des caractéristiques données par Edgar Morin pour définir la notion de complexité : le principe dialogique, qui associe des termes à la fois complémentaires et antagonistes. Autre caractéristique d’une « pensée complexe » : la nécessité de lire une même réalité à partir de plusieurs référents théoriques et de tenter de les articuler. Cette approche avait déjà été proposée par Roland Barthes, qui parlait d’une nécessaire « arthrologie » de la connaissance, c’est-à-dire d’une science des articulations.

7C’est là que se trouve l’immense mérite de l’ouvrage de Francis Danvers. Cela fait plus d’une vingtaine d’années que l’auteur a consacré ses activités de chercheur au champ de l’orientation tout en conduisant des travaux à visée encyclopédique dans le domaine des sciences de l’éducation. Il nous offre la rencontre féconde de ces deux axes de travail, et on peut faire l’hypothèse qu’il entame son « grand œuvre », tant le soucis d’ offrir un éventail le plus large possible de clefs d’entrée est présent. Francis Danvers se réfère explicitement à une approche anthropologique de son objet de travail. Comment définir cette visée cognitive ? Laissons la parole à l’auteur : « il s’agit pour l’homme d’étudier et de mettre en œuvre ce qui sera préférable et nécessaire pour favoriser son avènement humain. L’ambition de l’anthropologie est de s’attacher à « l’étude de l’homme dans sa totalité ». On est donc bien loin d’un simple savoir encyclopédique visant à intégrer dans une sorte de mille feuilles des synthèses des différentes théories des sciences humaines. Bien plutôt il s’agit pour l’auteur de ne pas perdre de vue le paradigme compréhensif (au sens de Dilthey) et d’une certaine façon l’idée de praxis chère à Jean-Paul Sartre, de cette « poesis » par laquelle l’homme se produit lui-même. Ainsi chaque entrée thématique parmi les cinq cent proposées est-elle précédée d’un questionnement qui emprunte à l’éthique, à la philosophie politique, à la citoyenneté...

8Dans un domaine comme celui de l’orientation scolaire et professionnelle il est d’usage de privilégier une seule approche, par exemple celle de la sociologie de l’école, de l’évaluation des politiques publiques, ou bien entendu celle de la psychologie. C’est une démarche différente que nous propose Francis Danvers, celle qui nécessite de multiplier les entrées, offrant ainsi la possibilité d’un parcours cognitif à l’image de celle du cavalier aux échecs, qui autorise des déplacements non linéaires. On pense à des auteurs comme Jean-Pierre Boutinet ou Jacques Ardoino, qui ont également défendu cette conception des sciences humaines, celle du métissage des différents champs disciplinaires. Pour mettre en œuvre une telle visée, qu’on nous pardonne l’expression, il faut avoir les reins solides. L’ouvrage de F. Danvers propose à la fois un corpus de connaissances étayées, synthétiques, et toujours référé à un questionnement lié à la praxis. Le lecteur peut l’utiliser pour trouver réponse à un questionnement précis. Mais nous ne saurons trop lui conseiller d’y musarder en construisant dans le mouvement même de la marche son cheminement...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Odry, « S’orienter dans la vie : une valeur suprême ? Francis Danvers, Préface de Georges Solaux, Postface de Joseph P. Saint-Fleur », Recherches & éducations [En ligne], 3 | septembre 2010, mis en ligne le 24 décembre 2012, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/589

Haut de page

Auteur

Dominique Odry

Chef de projet formation à l’Ecole Supérieure de l’Education Nationale
orientation, valeur, rapports

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org