Navigation – Plan du site
Notes de lecture
3

Schwartz, Y., Durrive, L. (sous la dir.), (2009). L’activité en dialogues. Entretiens sur l’activité humaine (II) suivi de : Manifeste pour un ergo-engagement

Sylvain Starck
Référence(s) :

Schwartz, Y., Durrive, L. (sous la dir.), (2009). L’activité en dialogues. Entretiens sur l’activité humaine (II) suivi de : Manifeste pour un ergo-engagement. Toulouse : Octarès Editions, 267 pages.

Texte intégral

1L’ouvrage coordonné par Yves Schwartz et Louis Durrive s’inscrit dans le courant des théories de l’activité, et plus précisément dans la démarche ergologique. Il se présente comme le prolongement d’un premier livre paru en 2003 qui, dans son approche, avait « pour point de départ les situations de travail ». Ce second volume met en perspective une « anthropologie de l’activité » et, comme le souligne Y. Schwartz dans son introduction, peut être lu indépendamment du premier. Une même philosophie réunit cependant ces deux ouvrages. Ils sont une tentative d’exposer la démarche ergologique à et dans une mise en dialogues entre des corps de savoirs et des expériences de formation et d’exploration du réel réalisés au sein de dispositifs de recherche spécifiques.

2Pour saisir la force de l’ouvrage et de la démarche proposée, il nous faut préciser pour le lecteur peu familiarisé avec ce concept ce qu’il faut entendre par ergologie. L’ergologue cherche à comprendre comment les individus s’engagent dans l’activité, pris dans une « dramatique permanente de négociation entre deux contraintes du « faire », dans l’adhérence de l’ici et du maintenant, et un monde de normes, provisoirement stabilisées, antécédantes et anonymes, profondément ambiguës, valant en désadhérence par rapport à ce moment de l’agir ». L’activité est ainsi un re-travail constant des normes antérieures dans leur actualisation singulière qui ouvre vers un « débat de normes » et oblige finalement les individus à se choisir eux-mêmes et à choisir « le monde dans lequel chacun veut vivre ».

3Prenant acte de cet aspect essentiellement « tendanciel » des savoirs sur l’activité, les contributeurs appliquent alors la démarche ergologique à leur propre activité de recherche. Et c’est ce qui fait selon nous l’intérêt remarquable de l’ouvrage. Ici, point de recettes méthodologiques mais une démarche heuristique de construction de savoirs « tendanciels » pour approcher l’activité. C’est à partir d’un tel projet que l’on peut comprendre la structure originale de l’ouvrage où les échanges doivent permettre une mise en débat de points de vue divers, représentatif d’un « régime de production de savoir à trois pôles ». Ainsi, le recours tout au long des dialogues à des expériences professionnelles assure une double adhérence : celle des concepts « au plus près de leur adhérence locale », mais aussi celle des lecteurs à une réflexion foisonnante. Il faut cependant préciser que l’absence d’ouverture à d’autres courants théoriques, que soulignent l’absence de toute bibliographie et la surreprésentation des références à G. Canguilhem, et l’aspect parfois consensuel des discutants réduisent quelque peu l’ampleur du projet.

4Ce livre procède donc de cinq dialogues de taille inégale (allant de 24 à 75 pages), qui tentent de saisir la manière dont les individus s’engagent dans l’activité professionnelle mais aussi les dynamiques propres aux démarches de recherche mises en œuvre. Dans leurs échanges, les différents contributeurs se donnent donc un double objectif : mieux comprendre l’activité et, conjointement, la démarche ergologique. Les six textes qui structurent l’ouvrage sont à voir selon une double perspective. Ils se présentent comme un rassemblement provisoire des savoirs déjà constitués sur l’activité et sur l’ergologie, mesuré à l’aune des recherches de terrain. Ils sont aussi une manière pour Y. Schwartz d’assurer la poursuite d’une réflexion vivante sur et à partir de l’ergologie.

5Les deux premiers dialogues, tout comme le « manifeste » situé à la fin de l’ouvrage, sont l’occasion pour Y. Schwartz de revenir sur les concepts clés qui structurent sa pensée depuis plus de trois décennies et de les rejouer de manière fort pédagogique. Le dialogue 1 se présente comme une introduction des concepts phares de l’ergologie. Le dialogue 2, le plus long de l’ouvrage, est remarquablement construit autour d’un propos tenu par un professionnel de la prévention : « J’estime avoir été un bon professionnel, avoir fait mon métier par rapport à ce que me demandait mon institution. En même temps, j’estime m’être trompé. » Par une reprise constante de ce propos, les deux discutants font progresser de manière claire leur exploration de l’ergologie et de l’activité. Le troisième dialogue permet à L. Durrive d’exposer les linéaments d’une ergo-formation. Contrairement aux deux textes précédents, où expériences rapportées et concepts avançaient d’un même pas, les exemples cités ici se présentent sous forme d’encadrés, qui tendent plutôt à illustrer les développements théoriques qui précèdent. La formalisation est donc plus accentuée dans cet échange. Le quatrième dialogue se présente comme une discussion entre trois doctorants en philosophie qui interrogent abruptement le rapport concret/abstrait. A partir de la question de l’utilité du philosophe, ils en arrivent à interroger les liens qui se nouent entre le monde des savoirs et le monde de l’action. Dans un dialogue très vivant, ils esquissent les aspects heuristiques et opératoires d’une démarche ergologique et le statut de l’ergologue. Le dernier dialogue expose la manière dont l’université brésilienne s’est emparée de courant de pensée. Les deux interlocuteurs tentent de comprendre les dimensions contextuelles qui ont favorisé cette dynamique. Le manifeste qui clôt l’ouvrage rappelle l’urgence pour les sociétés modernes, tentées par un renouveau des processus de rationalisation du travail, de prendre en considération une telle approche de l’activité professionnelle au risque de conduire à une déshumanisation du travail. Car l’ergologie n’est pas uniquement un régime de production de savoir mais aussi une démarche opératoire pour tout individu d’agir en santé.

6Au fil des textes, les différents contributeurs exposent la difficulté pour l’ergologie d’être dans le même temps une pensée profondément « subversive », comme le souligne à plusieurs reprises Y. Schwartz, et institutionnelle. En cela, l’ergologie apparaît dans cet ouvrage comme une pensée qui pose pleinement la question du politique au sein de l’activité industrieuse mais sans s’enferrer dans des dichotomies qu’elle considère comme stérile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Starck, « Schwartz, Y., Durrive, L. (sous la dir.), (2009). L’activité en dialogues. Entretiens sur l’activité humaine (II) suivi de : Manifeste pour un ergo-engagement », Recherches & éducations [En ligne], 3 | septembre 2010, document 3, mis en ligne le 04 février 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/591

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org