Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Jean-François Marcel, Vincent Dupriez, Danièle Périsset-Bagnoud & Maurice Tardif (sous la direction de), Coordonner, collaborer, coopérer. De nouvelles pratiques enseignantes

Bruxelles : De Boeck, 2007
Laurent Talbot
p. 273-275
Référence(s) :

Jean-François Marcel, Vincent Dupriez, Danièle Périsset-Bagnoud & Maurice Tardif (2007, sous la direction de). Coordonner, collaborer, coopérer. De nouvelles pratiques enseignantes. Bruxelles : De Boeck, 210 p.

Texte intégral

1L’ouvrage dont il est question ici se propose de décrire et d’analyser la part collective du travail qui occupe une place croissante dans les pratiques enseignantes, au moins au niveau des prescriptions. Cette évolution, qui n’est pas propre au monde de l’enseignement, s’explique par trois facteurs successifs au moins : une nouvelle phase de démocratisation des systèmes scolaires occidentaux à partir des années 1980, la mise en place de réformes importantes visant à accompagner ce processus (comme par exemple les lois sur la décentralisation et la déconcentration) et le fait que, malgré tout, de nombreux élèves éprouvent toujours de grandes difficultés pour réussir.

2Cette transformation du travail enseignant est donc relativement récente. Ceci explique qu’elle soit peu explorée, notamment dans les pays francophones. Le livre revêt donc un intérêt certain, tant du point de vue de la recherche que de celui de la formation des maîtres, puisque nombre d’exemples de mises en place de pratiques collectives à l’école primaire, dans l’enseignement secondaire ou supérieur, y sont étudiés et ce, dans une perspective internationale (Belgique, France, Québec et Suisse).

3Les injonctions de la part de la noosphère au travail collectif se font de plus en plus précises actuellement. On peut situer le début de leur formalisation en France à la fin des années 1980 ou au début des années 1990, plus particulièrement avec la loi d’orientation de 1989 et la mise en place des cycles d’enseignement. Aujourd’hui, le référentiel des professeurs des écoles, des professeurs des collèges et des lycées précise par exemple dix compétences majeures à construire par les maîtres durant leur formation initiale (BOEN, n°1 du 4 janvier 2007). Parmi elles, « travailler en équipe et coopérer avec les parents et les partenaires de l’école » est déclinée en connaissances (savoirs), en capacités (savoir-faire) et en attitudes (savoir-être). Cet ouvrage, dirigé par quatre spécialistes francophones du domaine, nous permet de prendre un certain recul sur ces prescriptions, leur réalité d’application dans les systèmes éducatifs et ce qu’elles impliquent en termes de changement de pratiques enseignantes. Il est composé de onze chapitres rédigés par dix-sept auteurs et qui s’articulent autour de trois parties principales.

4La première s’intéresse aux dimensions organisationnelles et institutionnelles du travail collaboratif. Différents éléments y sont analysés : les liens entre la nature des collaborations des enseignants et leurs pratiques pédagogiques et didactiques en classe ;  les résistances aux pratiques collectives d’enseignement parfois pressenties comme trop coûteuses ou comme une perte de pouvoir ;  les antagonismes existants entre la spécialité disciplinaire des enseignants du secondaire, les pratiques traditionnelles et les nouvelles formes scolaires qui se mettent en place dans les établissements…

5La deuxième partie se consacre plus particulièrement à certaines innovations pouvant générer le développement de pratiques collectives comme la mise en place de politiques de cycles d’apprentissage dans les écoles et leur appropriation par les enseignants ou bien le développement des réseaux internet et des communications rapides à haut débit dans le milieu de l’éducation et de la formation.

6La troisième, plus théorique, analyse les changements qu’impliquent ces nouvelles pratiques dans la cognition des enseignants avec la construction et la mobilisation de nouveaux savoirs professionnels ou organisationnels notamment.

7Outre sa cohérence d’ensemble, ce livre comporte au moins trois grands intérêts. Le premier est qu’il ne se contente pas d’apporter une analyse à la fois globale, fine et plurielle de la réalité du terrain, de préciser les fondements conceptuels des approches heuristiques qui visent à expliquer ces nouvelles pratiques collectives. Il permet aussi (surtout !) au lecteur de construire une prise de recul essentielle à la compréhension du phénomène et de son impact réel sur les pratiques d’enseignement en classe ainsi que sur les apprentissages des élèves. Le deuxième est qu’il s’écarte de toute vision normative. Les textes présentés contribuent à une analyse des pratiques enseignantes de collaboration effective tout en se dégageant de tout modèle prescriptif. Les exemples sont donnés à titre indicatif, jamais présentés comme modèles. Enfin le troisième, est que l’ouvrage analyse, plus particulièrement dans son introduction et sa conclusion, tout un système de tensions ou de dilemmes liés au travail collectif auxquels les enseignants sont directement confrontés : tensions entre les pratiques collectives et les pratiques d’enseignement en classe, tensions entre les prescriptions et la réalité du terrain, tensions entre les savoirs individuels et ceux construits d’une manière plus collective et enfin, tensions entre les politiques scolaires et le quotidien de l’Ecole. On comprend mieux alors pourquoi les maîtres éprouvent parfois des difficultés à travailler collectivement et pourquoi il ne suffit pas de prescrire pour changer les pratiques…

8Toutefois, d’évidence, le travail des enseignants est en pleine évolution. Son analyse ne peut plus se contenter de s’en tenir au noyau dur du métier qui correspond à un fonctionnement cellulaire privilégiant une centration sur les disciplines académiques et la classe. Ce livre constitue un outil précieux pour comprendre et expliquer les pratiques enseignantes liées à l’environnement de la classe ou de l’établissement qui permettent aux maîtres de développer une activité plus souple, plus subtile, plus adaptée, plus riche et plus juste dans des systèmes de coopérations et de partenariats qui visent la réussite de tous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Talbot, « Jean-François Marcel, Vincent Dupriez, Danièle Périsset-Bagnoud & Maurice Tardif (sous la direction de), Coordonner, collaborer, coopérer. De nouvelles pratiques enseignantes », Recherches & éducations, 2 | 2009, 273-275.

Référence électronique

Laurent Talbot, « Jean-François Marcel, Vincent Dupriez, Danièle Périsset-Bagnoud & Maurice Tardif (sous la direction de), Coordonner, collaborer, coopérer. De nouvelles pratiques enseignantes », Recherches & éducations [En ligne], 2 | décembre 2009, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/681

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org