Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Francis Danvers (éd.). (2006) Modèles, concepts et pratiques en orientation des adultes

Villeneuve d’Asq : Presses Universitaires du Septentrion, 249 p.
Pierre-André Dupuis
Référence(s) :

Villeneuve d’Asq : Presses Universitaires du Septentrion, 2006, 249 p.

Texte intégral

1Ce livre prend toute la mesure du processus de l’orientation, considérée ici avant tout comme un phénomène anthropologique où plusieurs dimensions s‘entrecroisent. La construction plus ou moins explicite de « projets » individuels s’inscrit, en effet, dans des parcours biographiques souvent complexes, et elle implique à plusieurs reprises des choix contextualisés, qui sont en partie déterminés économiquement, socialement et politiquement. Les modes de fonctionnement et la portée des dispositifs institutionnels sont variables. Ils ont beaucoup évolué depuis la mise en place de l’ « orientation professionnelle » en France et aux Etats-Unis dans la première moitié du XXe siècle. L’orientation a été professionnelle avant d’être scolaire, mais, aujourd’hui, les relations entre l’éducation, la formation, la transition professionnelle, l’insertion, des trajectoires individuelles souvent marquées par la précarité et l’instabilité font qu’elle cristallise des enjeux majeurs et qu’elle est devenue elle-même un problème d’éducation et de formation. Le livre rend compte de cet élargissement, de ces déplacements, de la diversité des pratiques, et il dégage les principaux concepts et modèles qui permettent d’en accroître l’intelligibilité.

2La première partie, due à Francis Danvers, montre comment l’histoire institutionnelle de l’orientation professionnelle et les grands courants de pensée qui la traversent constituent une « mémoire » et une « culture » de l’orientation. Alors qu’en 1938 le décret-loi relatif à l’orientation et à la formation professionnelle est encore pris dans le modèle de l’ « orientation-examen », on reconnaît, dans les années cinquante et soixante, la spécificité du champ de la formation des adultes qui conduit à l’émergence de la notion de « conseil professionnel ». De plus en plus, l’ajustement entre le choix d’une profession, ou l’évolution professionnelle, et les possibilités d’emploi devient problématique. Le bilan personnel et professionnel et l’élaboration de projets tiennent compte plus ou moins facilement des contraintes et des opportunités, des insécurités et des aléas d’une « navigation professionnelle » (Le Boterf) qui n’est plus le déroulement d’un « plan de carrière ».

3L’ « auto-orientation », assistée du « conseil personnalisé en orientation » tend dès lors à s’appuyer sur une « logique de compétence » qui valorise l’ensemble des acquis de la formation et de l’expérience. Le travail sur les « histoires de vie » trouve sa place dans les parcours d’insertion, par exemple, et l’orientation, de façon plus générale, s’inscrit dans le cadre anthropologique des remaniements identitaires qui intègrent toujours une dimension historico-culturelle (p.51) et qui, comme Dubar l’a montré, se situent à l’entrecroisement des processus biographiques et des processus relationnels et institutionnels auxquels confronte l’évolution des contextes de travail et d’emploi. Du coup, l’orientation croise les « technologies de soi », qui expriment peut-être le « souci de soi » (Foucault) mais qui peuvent susciter aussi la « fatigue d’être soi » (Ehrenberg) associée au registre anthropologique définissant l’homme comme un « gestionnaire de lui-même » dont on exige, dans tous les sens du terme, la « mobilisation » (p.83). Mais, comme le suggère Christoph Wulf à la fin de sa préface, l’orientation doit être rapportée à une question anthropologique plus vaste encore, celle « de la formation et du développement de l’individu vis-à-vis des grands problèmes de l’humanité » : mondialisation et transformation du travail, uniformisation culturelle et diversité, guerre, violence, pauvreté, développement durable (p.9). Dans son extension maximale, mais selon sa logique même, l’orientation des adultes s’avère ainsi être beaucoup plus large que l’orientation professionnelle, et elle n’est pas limitée à la période de la vie active. Toutes les transitions, en particulier, se caractérisent comme des zones frontières et des phases de modification plus ou moins importantes de ce que D.J. Levinson a appelé les « structures de vie », organisatrices des éléments de la vie personnelle et extraprofessionnelle, du rapport à soi et du rapport au monde (p.102).

4Les analyses proposées montrent, de façon claire et détaillée, pourquoi il est devenu beaucoup plus problématique pour les personnes de s’orienter dans leur vie. Non seulement les parcours possibles sont moins prévisibles dans des contextes souvent très fluctuants, mais il est difficile aussi d’établir et de faire reconnaître le potentiel des connaissances et de compétences acquises grâce à la formation et à l’expérience (p.63). Entre continuités et discontinuités, l’enjeu anthropologique de l’orientation est de faciliter une « élaboration du changement » permettant « à un individu de déployer des conduites actives de préservation des identités et des rôles qu’il valorise pour atteindre un nouvel équilibre, et ce en interaction avec autrui » (p.103-104). Les nouvelles pratiques de conseil en orientation des adultes privilégient la médiation (bilan et conseil), qui est elle-même au centre d’une nébuleuse de modes d’accompagnement possibles (monitoring, coaching, counselling,…) qui, sous différentes formes, comportent une dimension de « guidance » et éventuellement d’action sur les situations (p.172-177). Se pose donc la question des « limites » de l’intervention. Quoi qu’il en soit, l’orientation vise désormais une « approche dynamique des parcours », notamment grâce à l’entretien biographique (p.153).

5Mais la mise en évidence de la complexité et de l’hétérogénéité des processus temporels de l’orientation ne doit pas faire oublier les déterminations structurelles (mais non fatales) qui confrontent l’orientation aux rapports sociaux de sexe, c’est-à-dire à une distinction entre filières plutôt « masculines » ou plutôt « féminines » qui « s’effectue selon l’ordre construit des représentations de genre et de travail » (p.199) et selon l’anticipation par les filles de la compatibilité, pour elles, de la vie professionnelle et de la vie extra-professionnelle (p.200). On peut penser que le progrès viendra sans doute d’abord « des filles elles-mêmes qui, par leur conduite, feront évoluer les rôles sociaux », et de leur « aspiration existentielle globale » à d’autres formes de vie (p.201). Ne rejoint-on pas ici, mais avec une issue possible, la question, posée précédemment dans le livre, de l’ « instabilité des repères existentiels » (p. 97) dans un environnement post-moderne ? Or il se trouve que le premier grand texte philosophique sur l’orientation, l’article de Kant Qu’est-ce que s’orienter dans la pensée ? (1786), donne à ce sujet, même s’il est très bref, des indications précieuses. En deçà du travail nécessaire sur la valorisation de l’ « image de soi » (ce que je pense de moi, ce dont je me crois capable), il invite à dégager, pour toute orientation, la ressource d’un « principe subjectif de différentiation » (par exemple la différence entre la droite et la gauche pour la différenciation spatiale, ou la différence, par rapport à tous les autres, de son « besoin propre » dans le cas de la raison). De façon générale et par rapport à tout modèle hérité, c’est découvrir les critères internes de différenciation de ses goûts, du sens qui se fait pour soi et pour d’autres, et des valeurs dans lesquelles on se reconnaît.             

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-André Dupuis, « Francis Danvers (éd.). (2006) Modèles, concepts et pratiques en orientation des adultes », Recherches & éducations [En ligne], 2 | décembre 2009, mis en ligne le 24 décembre 2012, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/682

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org