Navigation – Plan du site
1901

Quelques réflexions sur l'application de la méthode expérimentale à la pédagogie

Alfred Binet

Texte intégral

1Nous avons tous lu avec le plus grand profit le petit article où M. Boitel, le distingué directeur de l'école Turgot, a exposé la méthode si ingénieuse qu'il a imaginée pour stimuler l'émulation des élèves, en leur faisant dessiner eux-mêmes le graphique de leur travail hebdomadaire. J'ai seulement regretté que l'article fût trop court, M. Boitel se contente d'exposer l’idée de la méthode, il ne donne pas de détails sur l'application. On peut sup­poser, cependant, qu'il doit avoir dans ses cartons un grand nombre de documents intéressants. S’il veut bien, un de ces jours, nous entretenir encore une fois de ses recherches, je me permets de lui adresser une demande.

2Je suis persuadé, puisqu'il nous l'apprend, que cette méthode de graphiques doit beaucoup intéresser les élèves ; elle leur montre sous une forme matérielle les défaillances ou les énergies de leur volonté ; et théoriquement, on peut admettre que l'idée est juste. Du reste, M. Boitel, qui est un véritable éducateur, nous dit que les résultats obtenus sont excellents, et j'ai pleine con­fiance en lui. Cependant, je demande la permission de me placer un moment à un point de vue scientifique, et d'envisager ce pro­blème d'éducation sous une forme abstraite. De quoi s'agit-il? Tout simplement de savoir si une certaine circonstance, qu'on a réalisée, a produit l'effet qu'on en attendait: or, comment peut-on connaître si cette circonstance a produit cet effet? Par une méthode bien simple, par une contre-épreuve, qui consiste à suppri­mer la circonstance étudiée et à rechercher ce qui se produit à la suite de cette suppression. Dans les sciences de la nature, cette contre-épreuve est employée sans cesse, elle est entrée dans la logique de toute expérimentation. Pourquoi n'en serait-il pas ainsi en pédagogie, si la pédagogie doit devenir, comme nous l'espérons tous, une étude de précision?

3Je ne veux pas prendre sur moi de régler minutieusement l’expérience de contre-épreuve, à laquelle je convie M. Boitel ; je me fie à son tact et à la connaissance parfaite qu'il a de son milieu scolaire ; je pense qu'il faudrait simplement continuera appliquer la méthode des graphiques sur un certain nombre d'élèves, et en suspendre l'application dans un autre groupe d'élèves; la compa­raison des résultats obtenus dans ces deux groupes indiquerait de suite dans quelle mesure le graphique excite l'émulation de l'élève et augmente le rendement de l'école. Voilà le principe. Pour le reste, M. Boitel s'en chargerait. Il ferait la contre-épreuve, non seulement avec la loyauté et la sincérité qui le caractérisent, mais avec le soin minutieux d'écarter toutes les causes d'erreur. Il faudrait sans doute que les élèves n'eussent pas le soupçon qu'on fait une expérience ; il faudrait aussi que le personnel ensei­gnant restât bien impartial, et ne fît pas pencher la balance dans un sens ou dans l'autre. Il y a là des difficultés à vaincre, mais elles ne sont pas insurmontables.

4Ce second numéro du Bulletin contient aussi une étude expé­rimentale, qui nous paraîtra à tous bien intéressante ; c'est celle de Mme Kergomard sur le dessin libre. Notre éminente vice-prési­dente nous a décrit brièvement comment, partie d'une idée juste, celle de donner à l'enfant plus de spontanéité, elle a commencé par éprouver en pratique certains échecs, certaines difficultés. Les enfants à qui on donnait la liberté du griffonnage, ne savaient comment employer cette liberté, ils en étaient embarrassés ; puis la petite difficulté a été vaincue fort ingénieusement par le pro­cédé des histoires racontées. Je regrette infiniment que l'exiguïté de notre Bulletin ait empêché Mme Kergomard d'exposer plus lon­guement ses observations sur le dessin libre. Cela est tout à fait fâcheux ; mais j'espère que notre vice-présidente voudra bien, dans un avenir prochain, reprendre la question, sous une forme plus large, surtout en nous faisant connaître les documents qu'elle a recueillis. Il y a dans sa note une phrase fort impor­tante : elle dit que le dessin libre est surtout un trésor d’observations psychologiques pour les maîtresses.

5C'est ce que nous appelons nous autres psychologues, dans notre langage pédant: une méthode d'introspection. L'idée m'a paru neuve et charmante de faire de l'introspection au moyen des dessins d'enfants. Mais je me suis demandé aussitôt si ce n'était là qu'une idée, une promesse, une impression heureuse, ou si l'étude annoncée a été réellement faite.

6C'est sur ce point précis que je désirerais attirer l'attention de

7Mme Kergomard. Comment pourrait-on bien régler une expérience aussi délicate? Si l’on devait se contenter de regarder, et même d'étudier minutieusement les dessins libres de beaucoup de petits enfants, de les trouver curieux, ingénieux, touchants ou baroques, on ne ferait vraiment qu'une étude superficielle. La question est de savoir, étant donné un petit enfant, si l'étude et l'analyse de ses dessins peuvent nous apprendre quelque chose de nouveau sur son intelligence et son caractère. Eh bien, il me semble qu'on de­vrait procéder de la manière suivante : recueillir beaucoup de dessins libres, exécutés par un petit nombre d'enfants ; analyser ces dessins, en tirer des conclusions définies et écrites sur l'ima­gination des dessinateurs, leur tour d'esprit, leur sensibilité, leurs idées familières ; puis s'adresser aux maîtresses, aux parents, leur demander d'exposer aussi bien que possible ce qu'ils savent sur le caractère de leurs enfants, d'après les observations qu'ils ont faites au jour le jour; et enfin, quand ce double travail serait fait, établir une comparaison entre la double série de documents et voir s'ils concordent et se complètent. Ce serait là une recher­che bien utile ; je la recommande en la mettant sous le haut pa­tronage de Mme Kergomard.

8En terminant, je demande très sincèrement qu'on m'excuse d'avoir présenté toutes ces réflexions, comme si je n'avais pas grand besoin moi-même d'être critiqué et conseillé par les éduca­teurs de l'enfance!                                                   A. Binet

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alfred Binet, « Quelques réflexions sur l'application de la méthode expérimentale à la pédagogie », Recherches & éducations [En ligne], Bulletin de la Société libre pour l’étude psychologique de l’enfant, mis en ligne le 15 octobre 2008, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/72

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org