Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Après une période assez longue de tâtonnement, période pen­dant laquelle il faut bien reconnaître que l'activité de la Société a été surtout représentée par l'activité des membres de son bureau, nous éprouvons aujourd'hui la satisfaction de constater que la Société elle-même commence à travailler ; deux faits significatifs se sont produits dans nos dernières séances, deux faits qui sont dus entièrement à l'initiative privée de nos col­lègues, et qui sont, nous l'espérons fermement, l'ébauche d'un mouvement nouveau.

2Le premier de ces faits s'est produit à la fin de la communi­cation très intéressante qui nous a été lue par un de nos col­lègues, le Dr Aars, sur un appareil de son invention, destiné à enregistrer le tremblement de la main. Dans la pensée de M. Aars,, cet appareil est destiné à rechercher si les écritures défectueuses de certains élèves ne sont point dues à un tremble­ment involontaire de la main, qu'il faudrait mettre en évidence, et traiter tout autrement qu'un manque d'application volontaire ou un manque de soin. On voit donc que dans cette recherche la question de psycho-physiologie touchait de près à une ques­tion de pédagogie. Une discussion suivit la communication de M. Aars, discussion où, après l'échange de réflexions intéres­santes sur l'opportunité des appareils et les causes d'erreurs qu'ils entraînent, on reconnut d'un commun accord qu'il était inutile de parler plus longtemps avant d'avoir fait des expériences sur des enfants qui ont une mauvaise écriture. Alors, spontanément, plusieurs de nos collègues, qui sont directeurs d'école, offrirent à M. Aars de tenter, sous sa direction, des essais sur leurs élèves, avec l'appareil à tremblement. Nous ignorons encore, à l'heure où nous écrivons ces lignes, les résultats qu'ont donnés ces épreuves de contrôle ; mais nous savons qu'elles ont eu lieu, et nous sommes très heureux de constater que nos col­lègues ont proposé ces épreuves, qu'ils ont fourni à M. Aars l'occasion pratique de les tenter, et qu'ils ont fait eux-mêmes œuvre utile.

3Nous avons le même plaisir à signaler une autre forme qu'a prise l'initiative privée dans notre Société. Deux de nos collègues ont eu l'idée ingénieuse d'élaborer un questionnaire sur une question fort intéressante de psychologie, qu'ils ont l'intention d'étudier, et ils ont déposé le questionnaire sur notre bureau afin de nous permettre d'en prendre connaissance et de le discuter avec eux. Nous ferons nos efforts, cela va sans dire, pour les aider à mener leur travail à bonne fin, et nous souhai­tons que leur exemple trouve beaucoup d'imitateurs.

4Encore une fois, nous faisons appel à l'activité et au zèle de tous nos collègues. Qu'ils ne craignent pas d'adresser à leur bureau toutes les demandes possibles de renseignements sur les questions scientifiques pouvant les intéresser, et toutes les obser­vations, même rudimentaires, qu'ils ont pu déjà recueillir.

5Décidément, notre Société se met en marche, elle va travailler !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alfred Binet, « A nos collègues », Recherches & éducations [En ligne], Bulletin de la Société libre pour l’étude psychologique de l’enfant, mis en ligne le 15 octobre 2008, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/74

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org