Navigation – Plan du site
Dossier

La coopération scolaire selon Barthélemy Profit, une composante de l’Education nouvelle ?

Antoine Savoye et Emmanuelle Guey
p. 41-51

Résumés

Cet article se propose de revenir sur le destin contrarié des coopératives scolaires en France, terre natale de cette innovation pédagogique née dans les rangs des maîtres de l’enseignement public. Les rivalités de pouvoir qui accompagnent son essor après la Première Guerre mondiale témoignent, par ailleurs, des stratégies de ses divers partisans jusqu’à en compromettre le développement. Les principes éducatifs et, par là même, la légitimité de cette méthode faisant l’objet de désaccords théoriques, la coopérative scolaire incarne cette complexité inhérente à l’histoire des idées pédagogiques, en général, et à celle du mouvement de l’Education nouvelle, en particulier.

Haut de page

Texte intégral

1L’application des principes de la coopération dans le cadre scolaire c’est-à-dire l’institution d’une solidarité organique entre les élèves à travers la réalisation de tâches collectives et la gestion d’un bien commun au niveau de la classe, constitue une tentative radicale pour changer les modalités et les contenus des apprentissages dans l’enseignement primaire. Cette tentative a connu ses beaux jours durant les décennies 1920 et 1930, au même moment que l’essor, en France, du mouvement de l’Education nouvelle. Est-ce pour autant une tentative qui s’inscrit dans ce mouvement ? N’a-t-elle pas son histoire propre ? Ce sont ces questions auxquelles nous voudrions répondre en suivant le fil de l’œuvre de celui qui est considéré comme l’inventeur de la coopération scolaire, Barthélemy Profit.

Le solidarisme et la mutualité aux origines de la coopération à l’école

  • 1  Sur Léon Bourgeois (1851-1925) et le solidarisme, voir Marie-Claude Blais, La solidarité, histoire (...)
  • 2  Voir Edouard Petit, De l’école à la cité. Etudes sur l’éducation populaire, Paris : Alcan, 1910.
  • 3  Voir Charles Boos, « Des origines lointaines de la coopération scolaire à l’Office Central de la C (...)

2En amont de la coopération scolaire, on trouve la mutualité scolaire, issue de deux courants, l’un théorique dans la ligne de La Solidarité (1896) de Léon Bourgeois1, l’autre pratique, encouragé par les organisations mutuellistes et la Ligue de l’enseignement, incarné par Jean-Cyrille Cavé et Edouard Petit2. L’extension de la mutualité –jusque-là une affaire d’adultes- aux élèves des écoles vise à leur inculquer concrètement les grands principes de la solidarité sociale et de la prévoyance. Expérimentées au début des années 1880, les mutuelles scolaires se multiplient dans l’enseignement primaire public, et le bilan qu’en dresse, en 1908, Maurice Berthelot, témoigne du succès de cette entreprise d’éducation sociale3. Certaines font même plus que thésauriser l’épargne des élèves. Par exemple, en Franche-Comté, elles investissent leurs fonds dans des opérations de reboisement et organisent des fêtes pour célébrer l’évènement. Cependant, la mutualité scolaire qui, généralement, cantonne ses petits adhérents au rang de simples cotisants, connaît, après la première guerre mondiale, un déclin qui se révèle irréversible. Celui-ci coïncide avec l’apparition de la coopération scolaire, née de son aînée mais en rupture avec elle. Dans la coopération, il ne s’agit plus seulement d’insuffler aux petits écoliers, par l’épargne et la prévoyance, le principe d’une solidarité à long terme, mais de leur permettre de le réaliser hic et nunc, en gérant eux-mêmes, directement, certains éléments de la vie de la classe, à commencer par son équipement matériel.

  • 4  Sur Paul Lapie (1869-1927), philosophe et sociologue, collaborateur de Durkheim à L’Année sociolog (...)

3La paternité de la coopération scolaire -identifiée aujourd’hui avec l’Office central de coopération à l’école (OCCE)- revient sans conteste à un inspecteur de l’enseignement primaire, Barthélemy Profit (1867-1946), qui l’expérimente en Charente-Inférieure où il est en poste depuis 1909. Bénéficiant du soutien du ministère de l’Instruction publique, en la personne du directeur de l’enseignement primaire, Paul Lapie4, il fait des émules. La coopération scolaire semble alors promise à un bel avenir, si ce n’est que des différences de conception se font rapidement jour entre ses promoteurs. Des débats internes et des conflits de personnes opposent, notamment, Profit aux animateurs de l’Office central de la coopération à l’école (OCCE), fondé en 1929 et porté par les coopératives de consommation et leur puissante organisation, la Fédération nationale des coopérations de consommation (FNCC).

Un fondateur pugnace

  • 5  Voir Marcel Gouzil et Maurice Pigeon, Barthélemy Profit et la Coopération Scolaire Française – Une (...)

4Mais qui est ce Barthélémy Profit, inventeur des coopératives scolaires ? Une photographie nous le représente en homme mûr, au visage rond, au front plutôt dégarni, portant costume et nœud papillon5.

  • 6  Ibid., p. 22.

« Il avait des lunettes bleues et une barbiche à la Napoléon III. Les lunettes bleues étaient d’ailleurs posées sur des lunettes blanches. Il portait aussi des petites guêtres, c’était prudent pour parcourir à pied la campagne, dans de mauvais chemins le plus souvent » (Gouzil et Pigeon, 1970)6,

5confirme un témoin qui a connu ce vieux monsieur né sous le Second empire, qui s’était mis en tête de greffer le self government sur l’école de Jules Ferry !

  • 7  Ibid., p. 20

6Barthélemy Profit est né le 11 février 1867 au Lonzac, petite commune de Corrèze à 30 kilomètres de Tulle. Ses parents, Antoine Profit et Elisabeth Fourroy, sont de modestes cultivateurs, mais néanmoins propriétaires, nous disent Gouzil et Pigeon, bien que, sur son acte de naissance, figurent aubergiste pour le père et sans profession pour la mère. Barthélemy fut un brillant élève ; il remportait tous les premiers prix de ses classes. « De telles dispositions et de tels résultats inclinèrent ses parents à n’épargner aucun sacrifice pour qu’il pût faire son chemin »7. Après le collège de Treignac (Corrèze), Profit fut élève-maître à l’Ecole normale d’instituteurs de Tulle. Il occupa un poste d’enseignant, toujours dans la même région, avant de professer dans les Ecoles normales de Vannes, de Loches et de Saint-Brieuc.

  • 8  Profit est alors un mutualiste très actif, à l’origine d’une vingtaine de sociétés de mutualité sc (...)
  • 9  1929 semble être la date officielle de sa mise à la retraite comme il le dit dans des souvenirs ma (...)

7Il débute, ensuite, une carrière d’inspecteur de l’enseignement primaire dans l’Isère (1904), avant d’être nommé à Riom, dans le Puy-de-Dôme (1906)8. Notre homme arrive à Saint-Jean-d’Angély (Charente-Inférieure) en 1909 et y restera jusqu’à sa retraite en 19299. Il fait souche en Charente s’y étant marié, en 1899, à Adèle Gauthier avec qui il aura une fille, Eva, qui occupera un poste de professeur au lycée Dautet de La Rochelle. Gouzil et Pigeon livrent deux témoignages d’instituteurs sur l’Inspecteur Profit. Le premier rappelle les conditions de travail de ce dernier, arpentant sa circonscription à pied, prenant souvent un repas froid sur le bord d’un chemin, mais aussi la rigueur froide de l’inspecteur lors des conférences pédagogiques qu’il a vécues. Nous sommes en 1919. Le second témoignage nous apprend que Profit encourageait les maîtres à « faire l’imprimerie à l’école » vers 1925. Le témoin, Mme Fragnaud, connaissait Célestin Freinet, mais n’osait pas appliquer ses méthodes. Quant à son Inspecteur, il semble qu’il l’impressionnait tant il était rigoureux dans son travail d’inspection. Il imposait son autorité et avait une vision bien précise de la pédagogie.

  • 10  M. Gouzil et M. Pigeon, op. cit., p. 23

8« Qu’ajouterai-je encore ? dit-elle, Que sa visite d’inspection, quelle que soit l’heure, quel que soit le jour, commençait toujours par ‘Refaites-moi votre dernière leçon de sciences’ et ça n’allait pas du tout s’il découvrait que le maître l’avait faite seulement d’après un manuel, sans matériel, sans expériences, sans objets concrets ! » (Gouzil et Pigeon, 1970)10.

La coopération scolaire selon Barthélemy Profit

  • 11  B. Profit, La Cooopération à l’école primaire. Contribution à l’idée de l’école d’après-guerre, pr (...)

9Profit explique sa conception de la coopération scolaire dans son ouvrage princeps de 192211 et, mieux encore, dans celui de 1932 par le jeu de définitions qu’il propose :

  • 12  M. Gouzil et M. Pigeon, op. cit., p. 32 et 33, extrait de B. Profit, La Coopération scolaire franç (...)

« L’école coopérative, c’est, au lieu de l’école abandonnée des dieux et des hommes, celle qui est aimée de chacun et choyée par tous […]
L’école coopérative bien qu’elle ait pour base une coopération économique en vue de l’acquisition progressive d’un outillage scolaire et de toutes améliorations […], ne se constitue pas en une entreprise rivale du commerce local. Son but essentiel est de faire œuvre d’éducation.
L’école coopérative, c’est le groupe social nouveau constitué entre la famille et la société où l’enfant entrera demain […]
L’école coopérative, c’est au lieu de l’école assise […], l’école active demandant aux choses, aux faits, au travail manuel enfin organisé par elle, les joies de la découverte et de la création personnelles […]
L’école coopérative, c’est une école transformée politiquement, où les enfants qui n’étaient rien sont devenus quelque chose […], livrés en certains domaines à leur initiative, apprennent le jeu de nos institutions et s’exercent à la pratique de la liberté.
L’école coopérative, c’est enfin l’école où l’instruction n’est plus le but exclusif, mais celle où l’on vise surtout à former par une pratique particulière facilitée, l’être pensant, qui sait écouter la voix de la raison, l’être moral et conscient et responsable, l’être social plus attaché à l’accomplissement de ses devoirs qu’à la revendication de ses droits. »12.

10Cet extrait est représentatif d’une conception qui est avant tout éducative et morale. Certes, on y relève qu’il s’agit d’outiller une « école abandonnée des dieux et des hommes » en raison des difficultés financières de l’Etat et des communes confrontés aux tâches de reconstruction de l’après-guerre. Paul Lapie le soulignait dans sa préface en appelant tous les inspecteurs et instituteurs à organiser des coopératives scolaires afin « de doter l’école d’un matériel adapté aux nouvelles méthodes pédagogiques, en un mot pour la [l’école] faire vivre et progresser ».

  • 13  Voir le § 2 des Instructions concernant la méthode pour l’instruction morale et civique.

11Mais l’amélioration matérielle des conditions de travail à l’école, même si elle est urgente, n’est pas l’enjeu central de la coopération scolaire aux yeux de Profit pour qui sa dimension éducative et morale l’emporte nettement sur sa dimension économique. En cela, il préfigure les Instructions officielles de 1923, rédigées par Lapie. Celles-ci invitent, en effet, les instituteurs du cours moyen à laisser une place au self government sic13. « Sous réserve de l’approbation du maître, est-il dit, les écoliers seront appelés à régler eux-mêmes, par une entente concertée, certains détails de leur vie commune », en d’autres termes, la dimension coopérative de l’activité à l’école est explicitement encouragée.

Les rivaux de Profit

12Bien que bénéficiant de l’appui du directeur de l’enseignement primaire, Profit n’exerce pas seul le leadership sur la coopération scolaire. Il a vite des rivaux qui se disent -ancienneté oblige- ses disciples. Ce sont, comme lui, des membres de l’Instruction publique, mais qui sont aussi, à la différence de Profit, des militants importants du mouvement coopératif, alors vertébré par la FNCC.

  • 14  Emile Bugnon (1880-1963), instituteur, puis professeur en école normale, mais aussi président des (...)

13Trois figures se détachent parmi ces rivaux : Fernand Cattier, Emile Bugnon et Gaston Prache14. En 1924, à la demande de son collègue et ami Bugnon, Cattier, directeur de l’Ecole normale de garçons de Mirecourt (Vosges), crée Le Coopérateur scolaire qu’il cèdera en 1926 aux Presses Universitaires de France. Ces dernières le rebaptiseront La Coopération à l’Ecole primaire, Journal illustré de l’école française et se chargeront de le diffuser massivement dans les écoles sous l’égide du Ministère. En réponse à ce qu’il considère comme une usurpation, l’année suivante, Profit crée sa revue, L’Ecole coopérative, qui paraîtra jusqu’en 1936. Ce qui peut sembler une anecdote révèle des oppositions qui ne s’apaiseront jamais en raison de la propension du mouvement coopératif à vouloir monopoliser l’action coopérative partout, y compris à l’école.

  • 15  L’opération se fait en deux temps : d’abord par la création d’un Office des coopératives scolaires (...)
  • 16  Extrait de son manuscrit en cours de transcription.

14Cette propension est manifeste lorsque Bugnon transforme une instance de la FNCC, la commission permanente pour l’enseignement de la coopération, en un Office central de la coopération à l’école (1929) dont il devient le principal dirigeant avec Paul Ramadier15. Cette création est parrainée par trois figures tutélaires : l’économiste Charles Gide, le directeur du Bureau international du travail Albert Thomas, et Ferdinand Buisson. Ceux-ci incarnent trois orientations socio-politiques : la coopération, le socialisme réformiste et l’instruction publique, qui auront du mal à cohabiter harmonieusement tout au long de l’histoire des coopératives scolaires. Profit, quant à lui, refuse la présidence d’honneur de l’OCCE et, même, repousse une offre de voyage d’études estimant « qu’il s’agissait là d’autre chose que de pédagogie »16. Attaché à développer la coopération « à la base », école par école, il refuse tout enrôlement dans des organisations nationales qu’il s’agisse du mouvement coopératif ou de la Ligue de l’enseignement, qu’il n’est pas loin de considérer comme des accapareurs abusifs.

Coopération scolaire et Education nouvelle

  • 17  Le conflit mondial a créé un contexte favorable à l’idée d’une éducation « nouvelle ». Le « plus j (...)
  • 18  Pour une vue d’ensemble de l’Education nouvelle, voir Daniel Hameline, L’éducation dans le miroir (...)

15Afin de développer la coopération scolaire à partir de « la base », Profit entre très tôt en contact avec ceux qui, de plus en plus nombreux au sortir de la guerre17, cherchent à renouveler l’éducation hors des cadres institués. Professionnels de l’enseignement et de l’éducation, parents, premiers chercheurs en éducation (psychologues, philosophes et sociologues, universitaires ou non) se regroupent, en effet, au cours des années 1920, pour constituer un mouvement sous le drapeau de l’ « Education nouvelle ». Celle-ci, jusque-là incarnée par quelques établissements de statut privé se qualifiant d’ « écoles nouvelles »18, devient la finalité commune à des groupements nationaux et internationaux qui fonctionnent comme des lieux de réflexion de ces nouveaux militants pédagogiques, relayant leur action pratique et leurs recherches expérimentales. Ces groupements composent une nébuleuse réformatrice à laquelle Profit va s’agréger.

  • 19  Dans les tableaux chronologiques qui figurent dans les souvenirs manuscrits de Profit, on peut lir (...)
  • 20  Roger Cousinet est, comme Profit, un ancien instituteur, devenu inspecteur de l’enseignement prima (...)
  • 21  Bulletin de La Nouvelle Education, n° 13, encarté dans L’Education, n° 6, mars 1923, p. 337. Nous (...)
  • 22  La Nouvelle Education, n° 25, mai 1924, p. 52.

16Au sein de cette nébuleuse, c’est d’abord vers « La Nouvelle Education » que se tourne Profit lorsqu’il cherche à être reconnu par le mouvement d’Education nouvelle19. Cette association se constitue en 1921, à Versailles, à l’initiative de Roger Cousinet20, déjà bien connu dans les milieux éducatifs, et de Madeleine Guéritte, une jeune femme passionnée d’éducation et adepte des théories de Maria Montessori. Il s’agit de rassembler éducateurs professionnels et parents, « décidés à favoriser en France l’activité personnelle des enfants, soit à l’école, soit dans la famille », dans un vaste mouvement de réflexion et d’expérimentation. Profit y adhère et participe à son assemblée de 1922, à Dijon, où il présente une coopérative scolaire21. Dès lors, La Nouvelle Education, mensuel dont s’est dotée l’association, ne manque pas de signaler son action en des termes élogieux. Elle salue la nouvelle édition de La coopération à l’école primaire (1924), « la brochure désormais fameuse de notre sociétaire »22. Plus tard, elle souligne sa participation à l’exposition qui accompagne chacune de ses assemblées annuelles :

  • 23  Op. cit., n° 36, juin 1925, p. 53.

« L’exposition comprenait, comme d’habitude, des documents relatifs aux coopératives scolaires (statuts, cahiers de comptes, photographies de classes ornées ou de fêtes organisées par les coopératives) envoyés par nos actifs sociétaires MM. Profit et Cattier »23.

  • 24  Profit, dans son manuscrit, note pour l’année 1921, « Le congrès de Calais : création de la Ligue (...)

17Profit, par ailleurs, ne néglige pas la Ligue internationale pour l’éducation nouvelle (LIEN), présidée par le Suisse Adolphe Ferrière et créée à l’issue d’une réunion internationale  tenue à Calais, en août 1921, à l’initiative d’éducateurs anglais emmenés par Béatrice Ensor24. La LIEN tient des congrès internationaux bi-annuels et se dote d’une revue trilingue qui sert de tribune intellectuelle à ses partisans. C’est à sa version francophone, Pour l’ère nouvelle, que Profit contribuera pour faire reconnaître la coopération scolaire comme composante de l’Education nouvelle.

  • 25  Sur Alice Jouenne, voir A. Savoye, « Ecole de plein air et Education nouvelle en France (1920-1950 (...)

18Simultanément, sous la houlette d’Alice Jouenne25, militante de la coopération scolaire et des écoles de plein air, se fonde une association d’où sort, en janvier 1929, le Groupe français d’éducation nouvelle. Le GFEN se présente alors comme un cercle de réflexion animé par de hautes personnalités intellectuelles. Il est placé sous la présidence de Paul Langevin, avec comme vice-présidents, le sociologue Paul Fauconnet, les psychologues Henri Piéron et Henri Wallon, le directeur de l’Ecole des Roches, Georges Bertier. En tant que section française de la LIEN, le GFEN prend la responsabilité éditoriale de Pour l’ère nouvelle. Par ailleurs, ses membres interviennent es-qualité sur les questions d’éducation dans la grande presse et les revues spécialisées, ainsi que dans le cadre de conférences publiques à Paris et dans le reste de la France. Profit se rapproche du GFEN et entre à son comité d’honneur aux côtés de Ferdinand Buisson, d’Edouard Herriot et de Charles Gide.

19A la périphérie du mouvement d’Education nouvelle, Profit va faire une autre rencontre importante, celle de Célestin Freinet. La commune valorisation de la coopération rapproche immédiatement ce dernier de l’inventeur de la coopération scolaire. L’instituteur engagé de Bar-sur-Loup se reconnaît dans les conceptions de son aîné dont il soutient l’action dès 1925. Ainsi, dans un article consacré aux coopératives scolaires, il déclare :

  • 26  Célestin Freinet, « Les coopératives scolaires », Notre Arme, n° 29, janvier 1925, p. 11. Nous rem (...)

« La vie de votre coopérative, elle doit venir des élèves eux-mêmes. Vous ne devez que conseiller ceux-ci fraternellement. Souffrez qu’ils s’organisent comme ils le désirent, laissez-les parfois se tromper. Mais surtout qu’ils agissent. […] Et aux maîtres, les enfants apprendront ainsi la voie nouvelle pour un enseignement basé sur l’activité et la liberté. La brochure de Barthélemy Profit, La Coopération à l’Ecole Primaire, est non seulement un guide sûr, mais aussi un excellent petit manuel d’éducation rénovée » (Freinet, 1925)26.

20Plus tard, Freinet défend la coopération scolaire face à ses camarades de la Fédération unitaire de l’enseignement (CGT-U) qui n’y voyent qu’un leurre pour renflouer financièrement une école publique notoirement sous-dotée. Sans nier de possibles déviations de ce genre, Freinet considère qu’elle constitue « un progrès pédagogique dont profitera tôt ou tard le prolétariat ». Pour contrer l’école « microcosme capitaliste », il faut instituer, dans les classes, des mécanismes d’auto-organisation permettant la gestion collective des activités d’apprentissage.

« L’école populaire actuelle qu’elle ait ou non coopéré à l’achat d’une partie de son matériel, écrit Freinet, ne peut plus se passer d’une auto-organisation, d’une communauté qui administre, entretienne et améliore les instruments de travail, qui se sente responsable de sa propre activité » (Freinet, 1929).

  • 27  Célestin Freinet, « Les coopératives scolaires. Notes de pédagogie nouvelle révolutionnaire », L’E (...)
  • 28  Voir sur ce débat de 1932, Michel Barré, Célestin Freinet, un éducateur pour notre temps, Mouans-S (...)
  • 29  Des origines paysannes communes, mais aussi un même caractère ombrageux et déterminé, peu enclin a (...)

21C’est ce qu’il nomme « la socialisation de l’école » dont la coopérative scolaire est un instrument et qu’à ce titre, il qualifie de « notre meilleure conquête pédagogique »27. Cette conception, proche de celle de Profit, la finalité prolétarienne en plus, est celle de la Coopérative de l’enseignement laïc (CEL) que Freinet fonde, en 1929, avec des instituteurs, membres de la Fédération unitaire de l’enseignement. La revue de la CEL est un lieu de débat où Freinet confronte ses idées sur la coopération scolaire avec celles de Profit. Pour Freinet, la coopération dans la classe ne doit pas être cantonnée à un niveau matériel, mais s’étendre à toutes les activités. Ce qui est essentiel, à ses yeux, c’est moins l’objet de la coopération que son principe. Alors que Profit, en vieux mutualiste, reste attaché aux « petites entreprises économiques » gérées par les élèves qui lui apparaissent comme un apprentissage en réduction de la vie réelle28. Ces divergences n’empêchent pas l’entente personnelle entre les Freinet et l’inspecteur honoraire de Saint-Jean-d’Angély, qui ne se démentira pas jusqu’à la mort de ce dernier29.

Toujours la rivalité avec le mouvement coopératif

  • 30  Fernand Cattier, « La République normalienne », La Nouvelle Education, n° 97, juillet 1931, p. 116 (...)
  • 31  A lire Cattier, on voit mal ce qui le sépare intellectuellement de Profit et de Freinet. Ils ont t (...)
  • 32  F. Cattier, « La coopération scolaire en France », Pour l’ère nouvelle, n° 49, juillet-août 1929, (...)
  • 33  Emilie Flayol, « Les coopératives scolaires françaises dues à l’initiative de M. Profit », op. cit (...)

22La démarche de Profit en direction de l’Education nouvelle est traversée par la rivalité qui l’oppose à son jeune collègue Cattier dont on sait qu’à la différence de son aîné, il est partisan de faire entrer la coopération scolaire dans le giron du mouvement coopératif. Cattier est, en effet, lui aussi, un membre de la Nouvelle Education et il intervient dans la revue de Guéritte et Cousinet30. Sa contribution de 1931 devant l’assemblée générale annuelle est particulièrement appréciée. Cattier présente, à partir d’une expérience réalisée à l’Ecole normale de Mirecourt, une extension de la coopération aux adolescents. Ce n’est plus seulement l’amélioration matérielle des classes qui est visée, mais la gestion collective du régime intérieur de l’établissement (discipline, l’organisation du temps de travail et de loisir) qui est remise entre les mains des élèves-maîtres. La coopérative scolaire prend la dimension d’un self-government étendu, d’où l’idée de « république normalienne »31. Par ailleurs, ce même Cattier avait déjà présenté la coopération scolaire dans l’important numéro spécial de Pour l’ère nouvelle consacré à l’Education nouvelle en France32. Il apparaît donc conquérant, occupant la tribune. Mais, six mois plus tard, Emilie Flayol intervient pour mettre en valeur la conception de Profit33.

  • 34  Précisons que E. Flayol, alors directrice honoraire, a longtemps dirigé l’Ecole normale de jeunes (...)

23Le fait que ce soit la secrétaire générale du GFEN en personne qui fasse cette mise au point, peut laisser supposer une protestation de Profit qui aurait été entendue au plus haut niveau34 ! A partir de cette date, c’est en tous cas Profit qui sera l’unique porte parole de la coopération scolaire dans Pour l’ère nouvelle, cela par deux articles en 1932 et 1935 où il montre sans peine ses liens avec l’Education nouvelle. Il lui suffit pour cela de reprendre son credo de 1922, en soulignant ce qui le sépare d’une conception étroitement matérielle de la coopération scolaire. Ainsi, après avoir passé en revue sa portée éducative, il conclut :

  • 35  B. Profit, « La coopération scolaire française », Pour l’ère nouvelle, n° 79, juillet 1932, p. 184
  • 36  B. Profit, « Après quinze années de coopération scolaire », op. cit., n° 105, juillet 1935, p. 55. (...)

« Non, vraiment, malgré toute notre sympathie pour les coopératives de consommation, ce ne sont plus là des résultats d’ordre économique […], il ne s’agit plus ici de progrès dans le domaine matériel. C’est dans le domaine moral, c’est pour la formation d’un esprit social nouveau que se développe surtout la coopérative scolaire française et c’est à la coopération générale des hommes que s’entraînent les petits coopérateurs de France »35. Trois ans, plus tard, il renouvelle cette conclusion : « Ce n’est pas, comme on le pense quelquefois, la transformation du milieu matériel qui importe, c’est celle du milieu moral par lequel les individus sont eux-mêmes transformés » (Profit, 1932)36.

24Face aux dissensions existant parmi les militants de la coopération scolaire, publiques depuis 1929, le GFEN a donc choisi. Profit est bien, à ses yeux, celui qui exprime la conception la plus en accord avec les principes de l’Education nouvelle. Le doyen de la coopération scolaire –Profit a vingt ans de plus que Cattier- reste l’homme de référence.

25A travers l’exemple de la coopération scolaire, on mesure quelques unes des difficultés à introduire un changement dans l’école publique et combien les chemins de la réforme éducative sont malaisés. La coopération scolaire, une belle idée surgie des rangs des maîtres eux-mêmes, a connu, dès qu’elle fut émise, un succès incontestable et l’approbation du directeur de l’enseignement primaire. Mais, par la suite, son destin a été plus incertain, tiraillée qu’elle fut entre les conceptions et les stratégies de ses divers partisans : adeptes d’une éducation morale et sociale comme Profit, militants d’une « socialisation » de l’école comme Freinet, prosélytes du coopérativisme comme Cattier et Bugnon. De son côté, le ministère de l’Instruction publique, par ses balancements entre Profit et l’OCCE, mais aussi en obligeant Freinet à quitter l’enseignement public, n’a pas aidé à son essor. Ces tensions comme ces tergiversations ont manifestement nui au développement de la coopération scolaire. Le mouvement de l’Education nouvelle, pour sa part, n’a pas eu ces réserves. Il a appuyé les promoteurs de la coopération scolaire, considérant celle-ci comme une des voies ouvrant à une école renouvelée. Il n’est pas certain, cependant, que ses leaders, psychologues de l’enfant (Claparède, Wallon), aient partagé, au même degré, la foi en la valeur transformatrice de la forme coopérative, modèle éducatif essentiellement sociologique qui sous-estimait les dispositions individuelles des élèves.

Haut de page

Bibliographie

Barré, M. (1995). Célestin Freinet, un éducateur pour notre temps, Mouans-Sartoux : PEMF.

Blais, M.-C. (2007). La solidarité, histoire d’une idée, Paris : Gallimard.

Boos, Ch. (1965). Des origines lointaines de la coopération scolaire à l’Office Central de la Coopération à l’Ecole, Etudes Coopératives.

Cattier, F. (1931). La République normalienne, La Nouvelle Education, 97, 116-133.

Cattier, F. (1929). La coopération scolaire en France, Pour l’ère nouvelle, 49, 167-170.

Flayol, E. (1929). Les coopératives scolaires françaises dues à l’initiative de M. Profit, Pour l’ère nouvelle, 53, 288-291.

Freinet, C. (1925). Les coopératives scolaires, Notre Arme, 29, 11.

Freinet, C. (1929). Les coopératives scolaires. Notes de pédagogie nouvelle révolutionnaire, L’Ecole émancipée.

Gouzil, M., Pigeon, M. (1970). Barthélemy Profit et la Coopération Scolaire Française – Une anthologie, Paris : Presses de l’OCCE.

Hameline, D. (2002). L’éducation dans le miroir du temps, Lausanne : Loisirs et pédagogie.

Ohayon, A., Ottavi, D., Savoye, A. (dir.) (2004). L’Education nouvelle. Histoire, présence, devenir, Berne : Peter Lang.

Petit, Ed. (1910). De l’école à la cité. Etudes sur l’éducation populaire, Paris : Alcan.

Profit, B. (1911). La Mutualité nouvelle (lois du 1er avril 1898 et du 5 avril 1910), guide pratique des mutualistes, manuel des administrateurs, Paris : V. Giard et E. Brière.

Profit, B. (1922). La Cooopération à l’école primaire. Contribution à l’idée de l’école d’après-guerre, préface de Paul Lapie, Paris : Librairie Delagrave.

Profit, B.(1932). La Coopération scolaire française, Paris : F. Nathan.

Profit, B. (1932). La coopération scolaire française, Pour l’ère nouvelle, 79, 184.

Profit, B. (1935). Après quinze années de coopération scolaire », op. cit., Pour l’ère nouvelle, 105, 55.

Raillon, L. (1990). Roger Cousinet. Un pédagogue de la liberté, Paris : A. Colin, 1990 (réédition Fabert, 2008).

Savoye, A. (2003). Ecole de plein air et Education nouvelle en France (1920-1950) in Châtelet A.-M., Lerch D., Luc J.-N., (dir.), L’école de plein air. Un expérience pédagogique et architecturale dans l’Europe du XXème siècle, Paris : Editions Recherches.

Terral, H. (2003). Ecole et société, Paris : L’Harmattan.

Toucas, P. sous la direction de Michel Dreyfus (2005). Les coopérateurs : deux siècles de pratiques coopératives, Paris : Les Editions de l’Atelier.

Haut de page

Notes

1  Sur Léon Bourgeois (1851-1925) et le solidarisme, voir Marie-Claude Blais, La solidarité, histoire d’une idée, Paris : Gallimard, 2007.

2  Voir Edouard Petit, De l’école à la cité. Etudes sur l’éducation populaire, Paris : Alcan, 1910.

3  Voir Charles Boos, « Des origines lointaines de la coopération scolaire à l’Office Central de la Coopération à l’Ecole », Etudes Coopératives, 1965.

4  Sur Paul Lapie (1869-1927), philosophe et sociologue, collaborateur de Durkheim à L’Année sociologique, entré dans la haute administration de l’Instruction publique, il existe de nombreuses études. On peut se reporter à l’édition de ses textes choisis et présentés par Hervé Terral, sous le titre Ecole et société, Paris : L’Harmattan, 2003.

5  Voir Marcel Gouzil et Maurice Pigeon, Barthélemy Profit et la Coopération Scolaire Française – Une anthologie, Paris : Presses de l’OCCE, 1970. Les extraits des textes de Profit qui suivent, sont tirés de ce recueil.

6  Ibid., p. 22.

7  Ibid., p. 20

8  Profit est alors un mutualiste très actif, à l’origine d’une vingtaine de sociétés de mutualité scolaire et post-scolaire dans les départements de l’Isère et du Puy-de-Dôme. Il est aussi l’auteur de La Mutualité nouvelle (lois du 1er avril 1898 et du 5 avril 1910), guide pratique des mutualistes, manuel des administrateurs, Paris : V. Giard et E. Brière, 1911.

9  1929 semble être la date officielle de sa mise à la retraite comme il le dit dans des souvenirs manuscrits que M. Léonard, arrière-petit-neveu de B. Profit, a confiés à M. Claude Bessou et que ce dernier nous a permis de consulter. Qu’ils soient ici, tous deux, chaleureusement remerciés.

10  M. Gouzil et M. Pigeon, op. cit., p. 23

11  B. Profit, La Cooopération à l’école primaire. Contribution à l’idée de l’école d’après-guerre, préf. de Paul Lapie, Paris : Librairie Delagrave, 1922. Ce soutien de Lapie ne se démentira pas jusqu’à sa mort. En octobre 1926, il prend encore la plume, dans la Revue pédagogique, pour défendre, face à ses détracteurs, ce qu’il nomme avec humour le « dada de l’administration ».

12  M. Gouzil et M. Pigeon, op. cit., p. 32 et 33, extrait de B. Profit, La Coopération scolaire française, Paris : F. Nathan, 1932.

13  Voir le § 2 des Instructions concernant la méthode pour l’instruction morale et civique.

14  Emile Bugnon (1880-1963), instituteur, puis professeur en école normale, mais aussi président des coopératives de consommation de Lorraine, siège au conseil d’administration de la Fédération nationale des coopératives de consommation (FNCC) de 1921 à 1940. Fernand Cattier (1887-1978), instituteur, puis, professeur en école normale, enfin directeur, est aussi un militant important des coopératives de consommation. Membre de la SFIO et franc-maçon, il peut s’appuyer sur un réseau auquel n’appartient pas Profit. Quant à Gaston Prache (1898-1984), après une brève expérience d’instituteur, il fait carrière dans les instances dirigeantes de la coopération. Administrateur des Presses universitaires de France (PUF), collaborateur de la Revue des études coopératives, enseignant à l’Ecole des hautes études sociales, il appuie de toute son autorité l’action de Cattier et Bugnon auquel il succède à la tête de l’OCCE (1939). Voir Patricia Toucas sous la direction de Michel Dreyfus, Les coopérateurs : deux siècles de pratiques coopératives, Paris : Les Editions de l’Atelier, 2005, p. 248 et p. 375.

15  L’opération se fait en deux temps : d’abord par la création d’un Office des coopératives scolaires en avril 1928, reconnu par le ministère de l’Instruction publique, transformé l’année suivante (décembre 1929) en l’OCCE dont la vocation est encore plus large, puisque son but est d’encourager non seulement la constitution de coopératives scolaires, mais l’enseignement de la coopération dans les écoles à tous les niveaux (statuts du 22 février 1930).

16  Extrait de son manuscrit en cours de transcription.

17  Le conflit mondial a créé un contexte favorable à l’idée d’une éducation « nouvelle ». Le « plus jamais la guerre » des pacifistes trouve un écho dans les milieux éducatifs de l’après-guerre qui espèrent d’une éducation renouvelée la fin du nationalisme et du bellicisme.

18  Pour une vue d’ensemble de l’Education nouvelle, voir Daniel Hameline, L’éducation dans le miroir du temps, Lausanne, Loisirs et pédagogie, 2002 et Annick Ohayon, Dominique Ottavi, A. Savoye dir., L’Education nouvelle. Histoire, présence, devenir, Berne : Peter Lang, 2004.

19  Dans les tableaux chronologiques qui figurent dans les souvenirs manuscrits de Profit, on peut lire à l’année 1921, sous la mention de la création de la LIEN, « création de la Nouvelle éducation. Guéritte Cousinet ».

20  Roger Cousinet est, comme Profit, un ancien instituteur, devenu inspecteur de l’enseignement primaire. Voir Louis Raillon, Roger Cousinet. Un pédagogue de la liberté, Paris : A. Colin, 1990 (réédition Fabert, 2008).

21  Bulletin de La Nouvelle Education, n° 13, encarté dans L’Education, n° 6, mars 1923, p. 337. Nous remercions L. Gutierrez de nous avoir signalé cette participation, ainsi que la contribution de Cattier (note 30). La participation régulière de Profit aux premières assemblées de La Nouvelle Education est confirmée par une lettre de R. Cousinet à B. Profit du 3 juin 1923. Archives privées Profit, La Rochelle. Reproduite dans Une histoire d’avenir , brochure éditée par l’OCCE de Charente Maritime en 2000.

22  La Nouvelle Education, n° 25, mai 1924, p. 52.

23  Op. cit., n° 36, juin 1925, p. 53.

24  Profit, dans son manuscrit, note pour l’année 1921, « Le congrès de Calais : création de la Ligue internationale d’éducation nouvelle (fin novembre […] d’Angleterre) ». Ce qui peut laisser penser qu’il était à Calais.

25  Sur Alice Jouenne, voir A. Savoye, « Ecole de plein air et Education nouvelle en France (1920-1950) » in Anne-Marie Châtelet, Dominique Lerch, Jean-Noël Luc (dir.), L’école de plein air. Un expérience pédagogique et architecturale dans l’Europe du XXème siècle, Paris : Editions Recherches, 2003, p. 280-288

26  Célestin Freinet, « Les coopératives scolaires », Notre Arme, n° 29, janvier 1925, p. 11. Nous remercions Gaëtan Le Porho qui prépare un mémoire de Master sur le syndicalisme révolutionnaire et l’éducation, de nous avoir signalé ce texte peu connu, ainsi que d’autres articles de Freinet parus dans L’Ecole émancipée.

27  Célestin Freinet, « Les coopératives scolaires. Notes de pédagogie nouvelle révolutionnaire », L’Ecole émancipée, 5 mai 1929.

28  Voir sur ce débat de 1932, Michel Barré, Célestin Freinet, un éducateur pour notre temps, Mouans-Sartoux : PEMF, 1995, p. 64.

29  Des origines paysannes communes, mais aussi un même caractère ombrageux et déterminé, peu enclin au compromis, rapprochaient sans doute Freinet et Profit, lequel serait intervenu, en 1941, pour la libération de Célestin.

30  Fernand Cattier, « La République normalienne », La Nouvelle Education, n° 97, juillet 1931, p. 116-133.

31  A lire Cattier, on voit mal ce qui le sépare intellectuellement de Profit et de Freinet. Ils ont tous trois la même conception large et foncièrement éducative de la coopération scolaire. A croire que ce qui les opposait était proprement idéologique et politique et renvoyait à des rivalités de pouvoir.

32  F. Cattier, « La coopération scolaire en France », Pour l’ère nouvelle, n° 49, juillet-août 1929, p. 167-170.

33  Emilie Flayol, « Les coopératives scolaires françaises dues à l’initiative de M. Profit », op. cit., n° 53, décembre 1929, p. 288-291.

34  Précisons que E. Flayol, alors directrice honoraire, a longtemps dirigé l’Ecole normale de jeunes filles de La Rochelle où elle a probablement connu Profit personnellement.

35  B. Profit, « La coopération scolaire française », Pour l’ère nouvelle, n° 79, juillet 1932, p. 184.

36  B. Profit, « Après quinze années de coopération scolaire », op. cit., n° 105, juillet 1935, p. 55. Nous remercions chaleureusement François Bos des Archives Institut Jean-Jacques Rousseau (Genève) de nous avoir procuré ces précieux textes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Recherches & Educations, 4, 2011, p. 41-51

Référence électronique

Antoine Savoye et Emmanuelle Guey, « La coopération scolaire selon Barthélemy Profit, une composante de l’Education nouvelle ? », Recherches & éducations [En ligne], 4 | mars 2011, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/779

Haut de page

Auteurs

Antoine Savoye

Université Paris VIII-Saint-Denis, Laboratoire CIRCEFT

Emmanuelle Guey

Université Paris VIII-Saint-Denis, Laboratoire CIRCEFT

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org