Navigation – Plan du site
Dossier

Paul Faucher, concepteur des albums du Père Castor, sergent recruteur de la Nouvelle Éducation dans l’entre-deux-guerres

Michèle Piquard
p. 53-64

Résumés

Paul Faucher, alias le « Père Castor », fut l’un des fervents artisans de l’Éducation nouvelle en France. Cet article se propose de revenir sur les débuts de son parcours militant, analysant la nature de sa contribution mais aussi les tensions que celle-ci suscita au sein de La Nouvelle Education, association pédagogique qu’il rejoignit en 1924. Cette contribution donne aussi à voir les enjeux de cette organisation soucieuse de ne pas se fourvoyer dans des considérations approximatives au risque de dénaturer son message original. L’action de Paul Faucher est, de ce point de vue, emblématique de la complexité de toute entreprise d’éducation nouvelle incarnant un idéal réformateur.

Haut de page

Texte intégral

1En mai 1957, lors d’une conférence à Girenbad, près de Zurich, Paul Faucher, concepteur des albums du Père Castor, créateur en 1946 du Centre de Recherche biblio-pédagogique de l’Atelier du Père Castor, et en 1947 de l’Ecole du Père Castor, déclarait :

« Il y a trente ans, le mouvement d’éducation nouvelle était en plein essor. Il n’était question que « d’activité spontanée », de « self government », « d’écoles actives », « d’Arbeitschule », de « libération de l’enfant ». Je servais ces idées avec une ardeur et une conviction qui ne m’ont pas abandonné. Je brûlais du désir de répandre des vérités qui me paraissaient essentielles. J’avais eu la chance de rencontrer le groupe de la Nouvelle Éducation animé par Madeleine T. J. Guéritte et Roger Cousinet. Dans leur revue et dans leurs assises, ils démontraient avec une vigueur combative et une fougue entraînante les raisons et les principes de leur action. J’y adhérai d’enthousiasme et me fis l’un des sergents recruteurs de la Nouvelle Éducation » (Faucher, 1957).

  • 1  Sur les « pièges sémantiques » de l’Éducation nouvelle, on lira avec intérêt la « Petite revue his (...)

2Quels furent la nature de l’engagement et le rôle de Paul Faucher au sein de la Nouvelle Éducation, et plus généralement en qualité de défenseur de l’Éducation nouvelle1 dans l’entre-deux-guerres ? Nous verrons notamment par quel glissement sémantique, Paul Faucher, lors de la création du Bureau Français d’Éducation (BFE) en 1927, jouera sur les termes « Nouvelle Éducation » et « Éducation nouvelle » pour prendre ses distances avec le mouvement de Roger Cousinet et de Madeleine Guéritte, tout en poursuivant et en élargissant son activité de propagande.

  • 2  « Dès 1936, ce fut ce qu’on appelle un grand succès de librairie. Les albums du Père Castor étaien (...)
  • 3  L. Gutierrez (2008) a étudié dans sa thèse l’action de Paul Faucher en faveur de la promotion de l (...)

3Si l’on connaît Paul Faucher à travers le succès international2 des « Albums du Père Castor », son rôle dans la propagation des idées et principes de l’Éducation nouvelle n’a été que peu étudié3. C’est donc cette question de la genèse et des prémices de l’engagement de Paul Faucher, dans la phase d’institutionnalisation progressive du mouvement de l’Éducation nouvelle que nous souhaiterions approfondir.

Paul Faucher, libraire : les débuts de « l’action de propagande »

  • 4  (MPC 1). François Faucher, lors du colloque organisé à Pougues les Eaux (1998) pour marquer le cen (...)
  • 5  Cf. E. Parinet, 1992.

4Paul Faucher (1898-1967) a vingt-trois ans lorsqu’il entre en décembre 1921 chez Flammarion, sans aucune recommandation, comme « employé à 400 francs » (mensuels), « pour répondre à l’irrésistible appel du livre4 », selon ses propres termes dans une brève biographie écrite en 1931, année de la parution des deux premiers « albums du Père Castor ». C’est au sein de cette entreprise familiale, regroupant les activités de librairie et d’édition, que Paul Faucher, avec le soutien du fondateur, Ernest Flammarion, et de ses fils, Albert et Charles, puis petits-fils, Armand et Henri, va mettre en œuvre ses projets centrés sur l’enfance, et devenir l’un des agents de l’Éducation nouvelle. La maison Flammarion5 offre à Paul Faucher un cadre stable, intellectuellement stimulant, le mettant en contact avec « l’élite de la société », comme le souligne Paul Fascholin, directeur des librairies Flammarion, à l’occasion des quatre-vingt ans d’Ernest Flammarion. Il ajoute : « […] la maison Flammarion est une grande famille. On y est bien… Voilà pourquoi nous y restons jusqu’au bout » (MPC 71). Paul Faucher ne dérogera pas à cette règle et son fils, François Faucher, poursuivra l’œuvre de son père jusqu’à sa retraite en 1996, chez Flammarion, devenu le quatrième groupe d’édition en France.

  • 6  Compte rendu de la succursale du Havre du 1er mai 1923 au 1er novembre 1924 (MPC 63).
  • 7  Raillon (2008) dresse le portrait de Tony Guéritte, « ingénieur féru de relations internationales, (...)
  • 8  La Ligue internationale d’Éducation nouvelle (LIEN) est née de la fusion, lors du Premier Congrès (...)

5Six mois après son entrée dans la maison, pressentant un collaborateur hors pair, Flammarion confie à Paul Faucher le soin d’organiser les nouveaux services de la succursale de Lyon (vente des livres de luxe, service de vente par correspondance, établissement de fichiers, prospection de la clientèle des écoles). En mars 1922, le total des ventes a plus que doublé (MPC 63). Paul Faucher est alors nommé gérant de la maison du Havre, 28 place de l’Hôtel de Ville, et entre en fonction le 1er mai 1923. En un an, il augmente le chiffre d’affaires de plus de 40 %, reconstitue la clientèle et crée un office du livre français à l’étranger, permettant à Flammarion d’entrer en concurrence avec Hachette (MPC 63). Si Paul Faucher déplore, « le défaut de curiosité intellectuelle de la population6 », son activité de libraire dans la ville portuaire du Havre lui donne l’opportunité d’établir des liens avec les représentants français à l’étranger, attachés culturels et commerciaux. Il rencontre notamment Tony Guéritte7, conseiller du commerce extérieur de la France à Londres, et son épouse, Madeleine Guéritte, originaire du Havre. Cette dernière a fondé quelques années plus tôt, avec Roger Cousinet, le 25 janvier 1921, la société de La Nouvelle Éducation, affiliée à la Ligue internationale d’Éducation nouvelle8 (LIEN), dont les principes reposent sur l’observation scientifique de l’enfant et l’expérience, avec pour corollaire le respect de l’enfant :

« Les fondateurs de la Nouvelle Éducation considèrent la pédagogie comme une technique scientifique qui ne peut être constituée et développée que par l’observation et l’expérience. Cette technique est un ensemble de moyens propres, non à former l’enfant selon telle ou telle conception morale, philosophique ou sociale, mais à lui permettre de mettre mieux en œuvre les instincts et les aptitudes par lesquels il atteindra un développement harmonieux et complet. Il faut donc que ses instincts et ses aptitudes soient bien connus du pédagogue, et la psychologie de l’enfant est la base de toute pédagogie. Mais la connaissance de cette psychologie n’aura de valeur que si l’enfant est libre ; on ne peut connaître ces instincts et ces aptitudes s’ils sont contrariés par l’éducation. […] Ainsi le premier principe de la Nouvelle Éducation est le respect de l’enfant » (Cousinet et Guéritte, 1925).

  • 9  Cf. Raillon (2008), p. 65-92 et Ottavi (2e éd. 2007), p. 125-143.
  • 10  La brochure publiée en 1921 aux Éditions de la Nouvelle Éducation sera rééditée en 1925 (8 p.).

6Au début des années vingt, les expériences pédagogiques de Roger Cousinet9 commencent à être internationalement connues, avec La Méthode de travail libre par groupes pour les enfants de neuf à douze ans10, publiée en 1921. La première assemblée de la Nouvelle Éducation a lieu les 4, 5 et 6 juin 1922. Elle regroupe plus d’une centaine de congressistes venus de France, de Belgique, d’Angleterre et d’Amérique. En juillet 1922, Roger Cousinet est invité, à intervenir au Troisième Congrès international d’éducation morale à l’Université de Genève, devant cinq cents personnes, venues des cinq continents. En août 1923, il participe au congrès de la LIEN à Montreux aux côtés notamment de Ferrière, Jung, Decroly, Baudouin, Coué, Bertier, Tobler, Rotten, Ciezk, Dalcroze, devant « près de quatre cents congressistes appartenant à vingt-quatre nations différentes » (Ferrière, 1924, p. 21).

7Paul Faucher adhère « d’enthousiasme » à la Nouvelle Éducation, au succès grandissant et à « la vigueur combative » (Faucher, 1957). Des échanges de courrier et une collaboration régulière commencent dès 1924 entre Madeleine Guéritte, basée à Surbiton près de Londres, et Paul Faucher, libraire au Havre. De son côté, Roger Cousinet est contraint d’abandonner son poste d’inspecteur primaire à Arcis-sur-Aube. Madeleine Guéritte en explique les raisons à Paul Faucher dans une lettre datée du 29 juillet 1924 :

« Songez, Monsieur, que nous n’existons que depuis trois ans et demi, et qu’il nous a fallu travailler pendant ce temps dans des écoles primaires parmi l’hostilité de tous les officiels, lesquels officiels ont fini par envoyer M. Cousinet en exil à Sedan, avec interdiction de continuer ses expériences (ceci entre nous). Voilà comment on encourage les initiatives en France » (MPC 44).

8Afin de vaincre ces résistances, Paul Faucher redoublera d’effort et d’énergie pour porter à la connaissance du public, éducateurs et parents, la Nouvelle Éducation. La tâche est ardue mais enthousiasmante. Tout reste à faire. Louis Raillon nous donne des indications sur le mode de fonctionnement, précaire, de la société de la Nouvelle Education à cette période :

« Chaque mois (sauf août et septembre) La Nouvelle Éducation paraît avec une belle régularité. Cela est d’autant plus remarquable que les deux responsables, comme il est imprimé en tête de chaque numéro, habitent l’une (Mme Guéritte) à Surbiton en Angleterre, l’autre (M. Roger Cousinet) à Sedan (Ardennes). Le tarif d’abonnement renvoie au compte chèques postaux de M. Baucomont, le trésorier. S’il n’y a pas d’autre adresse, c’est que La Nouvelle Éducation n’a ni siège social, ni secrétariat, ni personnel permanent ou semi-permanent. Quelques amis, quelques membres « sociétaires » se relaient pour assurer des liaisons, corriger des épreuves, copier des enveloppes, assumer des tâches diverses. Mais le gros du travail repose sur les deux responsables : ils se rencontrent de temps en temps à Paris et assurent, chacun de son côté un travail considérable » (Raillon, 2008, p. 102).

9L’adhésion d’un jeune sociétaire – Paul Faucher a alors 26 ans – dynamique et enthousiaste, prêt à s’engager et à défendre la cause de la Nouvelle Education, est bienvenue. Paul Faucher se propose, en effet, de faire connaître à sa clientèle le bulletin mensuel de La Nouvelle Éducation et L’Oiseau bleu, la revue mensuelle de Roger Cousinet pour les enfants de 6 à 13 ans. Il entreprend également de constituer une bibliothèque pédagogique au sein de la librairie. Pour ce faire, il soumet une liste d’ouvrages à Madeleine Guéritte qui la juge très bien faite, et qui le félicite de s’initier « si vite et avec tant d’ardeur à toute cette littérature » (le 23 juillet 1924). Paul Faucher crée, de surcroît, une Bibliothèque circulante de pédagogie nouvelle, investissant sa librairie d’une mission éducative et sociale. Cette Bibliothèque circulante est destinée aux Cercles d’études instaurés par Madeleine Guéritte sur le modèle de ceux de La Fédération américaine pour l’étude de l’enfant. Ils doivent permettre de regrouper, une ou deux fois par mois, les personnes désireuses de discuter les idées ou les faits exposés dans le bulletin de la Nouvelle Éducation et dans les livres récents de psychologie, d’hygiène et de pédagogie. Mme Reinhart est chargée de diriger le Cercle d’études de la Nouvelle Éducation au Havre. Le premier livre que Paul Faucher se propose de mettre en circulation est L’Activité spontanée d’Adolphe Ferrière, dont le rôle sera déterminant dans le soutien qu’il apportera à Paul Faucher, lors de la création du Bureau Français d’Éducation (BFE).

10Durant l’année 1924, Madeleine Guéritte se félicite de l’intérêt toujours croissant que Paul Faucher manifeste à son œuvre. Mais Flammarion rappelle bientôt ce précieux collaborateur qui lui a permis d’augmenter de 40 % le chiffre d’affaires de la librairie du Havre. Le 26 novembre 1924, il écrit à Paul Faucher :

« Je suis heureux de vous informer que le nouveau bail et l’achat du 140 Faubourg St Honoré ont été signés cette après-midi. Vous pouvez donc venir le plus tôt possible pour organiser notre nouvelle succursale qui, j’en suis sûr, sera dans quelques années un des plus beaux fleurons de notre couronne » (MPC 63).

11Il s’agit bien d’une promotion. Si elle regrette un « si bon collaborateur », dans une lettre datée du 1er décembre 1924, Madeleine Guéritte espère qu’il pourra « faire à Paris d’aussi bonne besogne » (MPC 44). Effectivement, Paul Faucher poursuivra, avec la même conviction, sa mission de « sergent recruteur de la Nouvelle Éducation ».

  • 11  Paul Faucher, dans une lettre adressée à Roger Cousinet le 14 octobre 1926 (MPC 68).

12D’où vient cette ferveur à défendre la cause de l’enfance ? L’enthousiasme de Paul Faucher pour servir la Nouvelle Éducation trouve, en partie, son origine dans sa propre enfance. Son fils, François Faucher, nous dévoile avec pudeur les « raisons subjectives […] qui ont aiguisé [la] sensibilité [de son père] et ses fréquentes révoltes contre l’ordre établi » : la séparation de ses parents alors qu’il était âgé de quatre ans, à une époque où « être le fils de parents divorcés était une situation délicate », puis le pensionnat au Lycée Jules Ferry à Versailles, imposé par l’un de ses oncles (Colloque de Pougues-les Eaux, 1998, p. 16-19). Ces deux évènements marquants ont certainement eu leur rôle dans sa « haine pour les vieux poncifs pédagogiques11 ». En février 1927, peu avant la création du BFE, Paul Faucher confie à son journal intime :

« Pauvres hommes vous faites un marché de dupes, mais n’entraînez pas vos enfants vers ce marché hideux que vous appelez la vie et d’où ils reviennent dépouillés. La vie c’est eux qui en détiennent le secret, leurs jeux, leurs rêves, leur ardeur, la flamme du cœur et dans les yeux la soif d’idéal, l’instinct qui les guide, les échanges profonds de tout leur être avec la nature, leurs aptitudes à la joie, leur génie créateur. Voilà le sens profond de la vie. Comment pouvez-vous croire que vos soucis, que vos activités artificielles aient la plus petite valeur. Quel triste jeu vous jouez » (MPC 3).

13La foi de Paul Faucher dans le « génie créateur » de l’enfant se double d’une quête spirituelle. Le mois suivant, en mars 1927, il écrit :

« Je ne trouve que l’idéal religieux qui soit rempli d’amour. Il faut entrer dans ce groupe admirable des Equipes Sociales dont j’ai eu les bulletins. L’œuvre des Éclaireurs aussi est magnifique » (MPC 3).

14et quelques semaines plus tard, le 17 avril 1927 :

« Il faut absolument organiser les dimanches à l’avance et sans lacune, de plus en plus la nécessité d’adhérer à un groupe religieux se fait sentir » (MPC 3).

15L’intérêt pour les recherches les plus récentes en psychologie de l’enfant, conjugué à une recherche spirituelle, conduira Paul Faucher à se rapprocher d’Adolphe Ferrière, de Pierre Bovet et de Jean Piaget, à l’Institut Jean-Jacques Rousseau de Genève. Mais en attendant, il poursuit, avec la même ardeur, sa mission au sein de la Nouvelle Éducation, et se lie d’amitié avec deux sociétaires. Marguerite Reynier, professeur au Lycée Montaigne pour la classe de 8ème, de dix-sept ans son aînée, anime un Cercle d’études à Paris ; Jean Baucomont, instituteur à Garches, est le trésorier de la Nouvelle Éducation. Tous trois forment des projets pour essayer de développer leur groupe et le bulletin mensuel. Toutefois, Madeleine Guéritte freine très vite ce trop grand enthousiasme qui, selon elle, par son désir d’ouverture, risque de menacer l’œuvre de la Nouvelle Éducation. Le 15 juin 1925, elle écrit à Paul Faucher une lettre révélatrice d’un certain élitisme et d’un dogmatisme qui conduiront, deux ans plus tard, Paul Faucher, Jean Baucomont et Marguerite Reynier à créer le BFE :

« C’est bien réconfortant d’avoir quelques membres aussi enthousiastes que vous et aussi actifs […] La question collaboration est la question la plus épineuse de notre revue, comme M. Baucomont pourra vous l’expliquer, non seulement parce qu’il est difficile d’amener nos membres à collaborer au bulletin, mais surtout parce qu’il faut nous méfier de tout ce qui pourrait faire dévier notre mouvement. […] Comme vous pouvez le penser, tous n’en sont pas au même point, et il y en a beaucoup qui, tout en nous suivant, sont encore loin de partager nos idées les plus importantes. Toutes ces difficultés rendent notre besogne de propagande très ardue, et il nous est impossible de nous développer aussi vite que je le souhaiterais, à cause de cela » (MPC 44).

  • 12  Paul Faucher dans une brève biographie datée de 1931 (APC 1).

16Paul Faucher trouve malgré tout le moyen de développer l’activité du groupe, en créant en octobre 1926 un Comité provisoire d’éditions pédagogiques, avec l’approbation de Flammarion. Ayant « un pied dans la pédagogie, un pied dans l’édition12 », il entreprend de créer, chez Flammarion, une collection d’initiation à l’Éducation nouvelle, pour le grand public.

Paul Faucher, directeur de la collection « Éducation »

  • 13  Compte-rendu de la réunion du jeudi 7 octobre [1926] en vue de la constitution d’un Comité d’éditi (...)
  • 14  Ibid.
  • 15  Ibid.

17La création du Comité provisoire d’éditions pédagogiques a pour but de mettre au point les différents projets préparés par Paul Faucher. Deux ouvrages semblent répondre à une nécessité urgente : « un manuel ou plutôt un livre de recettes d’éducation13 », proposé par R. Cousinet, et un ouvrage, dont le titre pourrait être « Où en est l’éducation », qui ferait part des découvertes en psychologie enfantine, avec « un exposé des méthodes nées de cette révolution « copernicienne » (Montessori, Decroly, Cousinet, etc…14.) ». A cet ouvrage, serait annexé un inventaire des forces de l’Éducation nouvelle, comprenant les jardins d’enfants et les bibliothèques pour les enfants, le matériel et les jeux éducatifs, un choix de livres pour les enfants. Paul Faucher propose ensuite de petites monographies donnant des solutions pratiques aux problèmes relatifs à l’enfant. Il envisage également la publication d’études et de contributions aux sciences pédagogiques. Reste encore « un vaste champ d’entreprise pour les éditions connexes : livres pour les enfants, […] publication de récits d’enfants, […] recueil de jeux, traditions et comptines, […] enfin, dans un domaine voisin, l’édition de tests d’intelligence et d’instruction15. ».

  • 16  L’Institut Jean-Jacques Rousseau, créé en 1912 par le Dr Edouard Claparède et dirigé par Pierre Bo (...)

18Le Comité se compose de Madeleine Guéritte, Marguerite Reynier, Roger Cousinet, Jean Baucomont et Paul Faucher. La première réunion a lieu le 7 octobre 1926, en l’absence de Roger Cousinet et de Madeleine Guéritte. Tous deux, éloignés de Paris, ne participeront que rarement aux réunions, mais seront régulièrement tenus informés. Lors de la première réunion, il est décidé, avant d’entamer la discussion des projets, de compléter le Comité par des membres aux compétences variés (parents et éducateurs) et par des membres consultatifs choisis parmi les spécialistes les plus réputés dans les questions d’éducation. D’emblée, Madeleine Guéritte met en garde Paul Faucher, dans une lettre datée du 18 octobre 1926, contre les membres de l’Institut Jean-Jacques Rousseau16 de Genève, qui « ne favorisent pas les éditions qui font concurrence à la leur » (MPC 44). Madeleine Guéritte exclut donc du Comité : Edouard Claparède, Pierre Bovet, Adolphe Ferrière, trois chercheurs confirmés à la renommée internationale, et Jean Piaget, jeune chercheur prometteur, dont le livre Le Langage et la pensée chez l’enfant (1923), préfacé par Claparède, a été publié trois ans auparavant par Delachaux et Niestlé.

19Passant outre les recommandations de Madeleine Guéritte, Paul Faucher envoie, le 17 novembre 1926, un courrier de demande de documents et de renseignements à Marie Butts, Secrétaire générale du Bureau international d’Éducation (BIE) à Genève. Il présente sa lettre comme émanant d’un « groupe français d’amis de l’Éducation nouvelle » (MPC 44), et non pas de la Nouvelle Éducation. Dès lors, le groupe formé par Baucomont, Faucher et Reynier s’émancipe de la tutelle de Madeleine Guéritte. En décembre 1926, à l’instigation de Guérin-Desjardins, Commissaire national des Éclaireurs unionistes, Paul Faucher propose à Pierre Bovet, directeur de l’Institut J.-J. Rousseau, de réimprimer son ouvrage, L’Instinct combatif, paru en 1917 chez Delachaux et Niestlé. Un mois plus tard, le 20 janvier 1927, il écrit à Charles Flammarion :

« Les Directeurs et Professeurs de l’Institut international Jean-Jacques Rousseau de Genève, dont les travaux sont connus et traduits dans le monde entier, pressentis, ont semblé disposés à nous donner la préférence pour la publication de leurs ouvrages, ce qui augmenterait encore les chances de succès de la collection » (MPC 68).

  • 17  František Bakule (1877-1957) jouera un rôle déterminant dans l’engagement de Paul Faucher qui orga (...)
  • 18  Paraîtront dans la collection « Éducation » : en 1928 : A. Ferrière, Trois pionniers de l’éducatio (...)

20Le 17 mars 1927, Paul Faucher annonce à Pierre Bovet que les arrangements avec Flammarion concernant la collection « Éducation » sont enfin pris. L’éditeur prévoit un tirage minimum de trois mille exemplaires par titre. Entre temps, Adolphe Ferrière a proposé de regrouper dans un même ouvrage trois biographies : celles de Allemand Hermann Lietz, de l’Italien Lombardo-Radice et du Tchèque František Bakule17. Le livre paraîtra le 26 avril 1928, sous le titre Trois pionniers de l’Éducation nouvelle ; celui de Pierre Bovet, le 10 décembre 1928. La publication de l’ouvrage de Roger Cousinet, dont la forme est jugée trop intellectuelle, est reportée sine die. Par la suite, Paul Faucher fera paraître, entre 1930 et 1938, dix titres18 dans la collection « Éducation ».

Vers la création du Bureau Français d’Éducation (BFE)

21Au printemps 1927, Paul Faucher assiste à la plupart des conférences de l’Institut Jean-Jacques Rousseau. Dans l’auditoire, il retrouve plusieurs membres de la Nouvelle Éducation qui rejoindront bientôt le BFE. Il écrit le 7 mai 1927 à Madeleine Guéritte :

« A l’école de Service social, j’ai retrouvé dans Piaget la pénétration, l’exactitude et la clarté scientifique que je lui connaissais. Bovet nous a montré les grands espoirs qu’autorisent pour l’individu et pour la société les découvertes de la psychologie. Ferrière dans sa conférence sur le progrès spirituel, a soulevé l’admiration de la salle. Hier j’ai eu avec lui un entretien de 2 h ½ au cours duquel d’ailleurs nous n’avons fait qu’effleurer la question de la conjonction de vos deux revues. À la suite de ce double contact, la vérité m’oblige à dire que cette conjonction ne m’est apparue ni moins compliquée ni moins difficile, mais aussi que malgré l’excellente opinion que j’avais de l’homme, il se trouve que j’ai beaucoup sous-estimé sa valeur et son influence, qui me paraissent aujourd’hui considérables » (MPC 44).

  • 19  À plusieurs reprises, Madeleine Guéritte met en garde Paul Faucher contre Ferrière. Dans une lettr (...)
  • 20  Lettre de Madeleine Guéritte à Paul Faucher, datée du 12 mai 1927.

22C’est lors de ces conférences et de ces rencontres que le projet d’un Office central d’Éducation prend forme, avec l’approbation de Pierre Bovet et d’Adolphe Ferrière, et les encouragements du groupe de la Nouvelle Éducation venu à Genève. Les relations entre Madeleine Guéritte et le BIE sont assez dégradées19, même si rien ne transparaît au grand jour. Ainsi, Madeleine Guéritte argumente-t-elle son refus de fusionner sa revue avec celle de Ferrière par « le manque de sens critique de F. [Ferrière] qui lui fait mettre dans sa revue du bon, du médiocre et du très mauvais pêle-mêle20 ». De plus, le succès de l’assemblée de la Nouvelle Éducation en avril 1927 a probablement conforté Paul Faucher dans son désir de créer, en France, une nouvelle structure fédérative ayant pour vocation d’être la correspondante du BIE. Paul Faucher a, en effet, pris une large part dans cette réussite, comme le souligne Madeleine Guéritte dans une lettre qu’elle lui adresse le 21 avril 1927 :

« Votre librairie doit vous sembler vide maintenant que le défilé des congressistes a cessé, et vous n’avez plus qu’à penser au prochain congrès du Havre. […] Nous n’avons donc plus qu’à nous féliciter mutuellement de nos succès ; mais je tiens à vous remercier tout particulièrement de l’aide si active que vous nous avez apportée, et qui a contribué pour une si grande part à ce succès » (MPC 44).

23En mai 1927, Paul Faucher, Jean Baucomont, Marguerite Reynier ainsi que Melle Bonne, directrice du Jardin d’enfants du Collège Sévigné à Paris, prennent l’initiative d’organiser un banquet amical à la date du 25 mai, avec « le désir de voir se multiplier les occasions de contact et d’échanges de vues entre les membres et les amis de la Nouvelle Éducation habitant la région parisienne » (le 5 mai 1927, MPC 44). Les termes « Nouvelle Éducation » sont bientôt remplacés par ceux de d’ « Éducation nouvelle ». Ce glissement sémantique permet, en effet, à Paul Faucher d’élargir son champ d’action, et de prendre ses distances avec la société de la Nouvelle Éducation. Il l’explique, le 14 juin suivant, à Madeleine Guéritte qui l’accuse d’avoir engagé sa responsabilité, sans l’en avoir avertie :

« La première épreuve de la circulaire portant les quatre signatures que vous savez faisait appel aux Amis de la NOUVELLE EDUCATION, les lettres majuscules désignant par conséquent le groupe de la N.E. Cette restriction ayant été vivement critiquée à l’issue de la dernière conférence de l’École de Service social par nos membres mêmes, d’autres ayant déclaré qu’elle faisait obstacle à leur adhésion, il a été convenu de remplacer les majuscules par des minuscules. Si bien qu’à l’exception des premières circulaires (quatre ou cinq, dont la vôtre), notre appel s’adressait non seulement aux membres de la N.E. mais à tous les Amis de l’éducation nouvelle » (MPC 44).

24Le banquet est un succès. Madeleine Guéritte, retenue par la grève des mineurs en Angleterre et Roger Cousinet, empêché au dernier moment, n’y participent pas. Trente-huit personnes y sont présentes, parmi lesquelles Melles Huchet, Gruny et Leriche de l’Heure Joyeuse, Melle Bonne du Collège Sévigné, M. Moreau de la Librairie Larousse (L’Age heureux), Julien Crémieu du Centre de Librairie Française et Étrangère (Pour l’Ère Nouvelle), Mme Hauser de la Ligue internationale pour l’Éducation nouvelle, le Dr Robin, M. Lépouzé de la Librairie Flammarion, M Guérin-Desjardins, Commissaire national des Éclaireurs unionistes, Denise Morand, ancienne rédactrice du Quotidien, Melle Decourcelle, secrétaire générale de L’Intransigeant et bien sûr Marguerite Reynier, Jean Baucomont et Paul Faucher.

25Fort de ce premier succès Paul Faucher envoie le 30 mai 1927, par circulaire, au nom du « Comité d’organisation de l’Office central d’Éducation », le schéma d’un programme en précisant :

« Il ne s’agit pas de fonder un nouveau groupe marchant sur les brisées de groupes voisins, mais un organisme complet doté de puissants moyens d’action. Il n’est pas question d’absorber les organisations existantes mais de coordonner, d’utiliser leurs travaux et leurs services à des fins générales, tout en contribuant à leur développement particulier. Notre but est de grouper toutes les forces organisées ou isolées qui s’exercent au profit de l’enfance, mais jusqu’ici séparément, de les rallier autour de mêmes principes en vue d’une section commune. La fédération, la résultante de toutes ces forces pourrait prendre la forme d’un Office Central d’Éducation » (MPC 43).

26Le programme propose trois activités : « 1. service d’information, de coordination et de recherches scientifiques ; 2. service social ; 3. service de propagande ». Le 31 mai, Adolphe Ferrière félicite Paul Faucher : « Tout cela est très bien : clair, précis, avec étapes bien marquées » (MPC 44). A la même date, Madeleine Guéritte lui écrit : « Ce projet, je regrette de vous le dire n’est pas viable » (MPC 44). Elle précise le 6 juin sa pensée :

« En France où l’on est tellement en retard en tout ce qui concerne l’éducation, le travail le plus urgent à faire n’est pas un travail de fédération, c’est un travail de filtrage [souligné], pour séparer ceux qui font de la besogne réelle de ceux qui ne font que du sabotage » (MPC 44).

27Ce sont donc deux conceptions de l’action de propagande qui s’affrontent ici. La réaction de Madeleine Guéritte semble avoir été très vive et Jean Baucomont demandera à Paul Faucher de rassurer Marguerite Reynier, dans une lettre datée du 6 juin 1927 :

« Que Mme Reynier ne prenne pas au tragique la crise épileptique de l’irascible M.T. [Madeleine T. Guéritte]. Travaillons sans nous soucier de sa vanité ridicule, et de ses prétentions à être toute l’Éducation française » (MPC 44).

28Adolphe Ferrière demandera à Paul Faucher de faire figurer le mot « français » dans l’intitulé de son organisation qui prend alors le nom de Bureau français d’éducation. En août 1927, lors du Congrès de Locarno, organisé par la LIEN, le Bureau français d’éducation est agréé par le Bureau International d’Éducation comme son correspondant officiel en France. L’association est déclarée auprès de la Préfecture de Police de Paris, le 23 septembre 1927. Elle est hébergée dans les locaux de L’Âge heureux prêtés à titre gracieux par M. Moreau, au 77, rue Denfert-Rochereau. Par la suite, Madeleine Guéritte n’aura de cesse de dénigrer le travail de Paul Faucher. La rupture est consommée le 17 octobre 1927, lorsque Paul Faucher lui écrit :

« Vous avez voulu voir une division là où nous n’envisagions qu’une collaboration, ce qui nous oblige à une complète neutralité à l’égard de votre activité. Bien entendu, nous la ferons connaître au même titre que les autres efforts concernant l’Éducation Nouvelle, et cela en dépit des appréciations dénuées de bienveillance que vous avez portées d’abord sur le BIE, et tout récemment encore, sur mon compte – appréciations qui me sont revenues de divers côtés » (APC 44).

29En novembre 1927, Julien Crémieu, libraire au Centre de librairie française et étrangère, administrateur de la revue Pour l’Ère Nouvelle, désireux de créer une section française de la LIEN, entrera à son tour en conflit avec Paul Faucher.

  • 21  Toutefois, Paul Faucher, puis son fils, François Faucher, continueront à défendre activement les p (...)

30L’engagement de Paul Faucher dans le mouvement de l’Éducation nouvelle aura donc été marqué par de vives tensions, par des conflits liés à de fortes personnalités qui en affaibliront la portée21. En 1934, le BFE fusionnera avec le Groupe français d’éducation nouvelle. Paul Faucher en assurera alternativement la présidence ou la vice-présidence. Il se détournera toutefois progressivement de l’action de propagande au sein de mouvements institutionnalisés. En 1930, il écrivait dans son journal intime :

« Je perds la foi dans l’efficacité du travail en groupe pour la propagation des idées. Le voyage de Bakule confirme à mes yeux la supériorité de l’action individuelle » (APC 3).

31Il cherchera désormais à toucher, avant tout, les enfants eux-mêmes, « en leur apportant des ferments de libération et d’activité par le seul moyen qui était à [sa] portée, par le livre » (P. Faucher, 1957).

Haut de page

Bibliographie

Colloque de Pougues-les Eaux, 20 et 21 novembre 1998. (1999). Le Père Castor : Paul Faucher, 1898-1967, un Nivernais inventeur de l’album moderne (1999). Conseil Général de la Nièvre.

Cousinet, R. (1921). La Méthode de travail libre par groupes pour les enfants de neuf à douze ans. Éditions de La Nouvelle Éducation.

Cousinet, R. et Guéritte, M. (1925). La Nouvelle Éducation. Éditions de La Nouvelle Éducation.

Faucher, F. (1998). František Bakule. Paris : Presses Universitaires de France.

Faucher, F. (Ed.) (1982). A l’enseigne du Père Castor. Paris : Flammarion.

Faucher, P. (1957). La Mission éducative des albums du Père Castor. Conférence de Girenbad, 18 mai 1957. L’Ecole Nouvelle Française, n° 87, avril 1961, 20-26.

Ferrière, A. (1924). La Ligue internationale pour l’Éducation nouvelle. L’Intermédiaire des Éducateurs, avril, 100-106.

Gutierrez, L. (2008). L’Éducation nouvelle et l’enseignement catholique en France (1899-1939), Thèse de doctorat en Sciences de l’Éducation, Université de Paris VIII.

Hameline, D. (2e éd. 2007). L’Institut Jean-Jacques Rousseau et l’Éducation nouvelle. In A. Ohayon, D. Ottavi, & A. Savoye (Eds.), L’Éducation nouvelle, histoire, présence et devenir. Berne : Peter Lang.

Médiathèque du Père Castor, Archives du Père Castor (MPC dossiers 3, 41-45, 63, 68), 87380 Meuzac.

Ottavi, D. (2e éd. 2007). Roger Cousinet et la société enfantine. In A. Ohayon, D. Ottavi, & A. Savoye (Eds.), L’Éducation nouvelle, histoire, présence et devenir. Berne : Peter Lang.

Parinet, E. (1992). La Librairie Flamamrion, 1875-1914. Paris : Imec.

Raillon, L. (2008). Roger Cousinet : une pédagogie de la liberté. Paris : Fabert.

Haut de page

Notes

1  Sur les « pièges sémantiques » de l’Éducation nouvelle, on lira avec intérêt la « Petite revue historiographique » de Hameline (2007) dans l’article qu’il consacre à l’Institut Jean-Jacques Rousseau, p. 145-162.

2  « Dès 1936, ce fut ce qu’on appelle un grand succès de librairie. Les albums du Père Castor étaient connus en France et traduits à l’étranger. Le plus inattendu fut leur succès massif auprès du public américain, dont le goût paraissait le plus éloigné de nos images et de nos textes. » (Faucher, P. 1957). Le chiffre de vente des albums passera de 5 716 en 1931-1932 (juin à juin) à 222 407 en 1936-1937 ; il atteindra 932 393 en 1950. Médiathèque du Père Castor, Archives du Père Castor, Forgeneuve, 87380 Meuzac (dossier MPC 78).

3  L. Gutierrez (2008) a étudié dans sa thèse l’action de Paul Faucher en faveur de la promotion de l’Éducation nouvelle en France, notamment au sein du BFE. Par ailleurs, T. Abreu, doctorante brésilienne à l’Universidade Estadual de Campiras et à l’Université de Paris X-Nanterre, devrait prochainement soutenir sa thèse consacrée à Monteiro Lobato et Paul Faucher.

4  (MPC 1). François Faucher, lors du colloque organisé à Pougues les Eaux (1998) pour marquer le centenaire de la naissance de Paul Faucher, reprend ces propos (p. 22) et apporte un témoignage émouvant du parcours de son père. Il s’appuie en particulier sur des notes et courriers personnels.

5  Cf. E. Parinet, 1992.

6  Compte rendu de la succursale du Havre du 1er mai 1923 au 1er novembre 1924 (MPC 63).

7  Raillon (2008) dresse le portrait de Tony Guéritte, « ingénieur féru de relations internationales, passionné par cette langue destinée à faciliter la communication entre les peuples, l’esperanto » (p. 68). Paul Faucher montrera un certain intérêt pour le mouvement espérantiste sans toutefois adhérer pleinement à son idéal.

8  La Ligue internationale d’Éducation nouvelle (LIEN) est née de la fusion, lors du Premier Congrès international d’Éducation nouvelle, à Calais en 1921, entre le Bureau international des Écoles nouvelles créé en 1919 et dirigé par Adolphe Ferrière, la New Education Fellowship,créée en 1919 en Angleterre, et la revue Internationale Erziehungs Rundschau en Allemagne. La Ligue décide alors de créer trois revues : Pour l’Ère nouvelle, destinée aux Pays latins, dont le rédacteur est Adolphe Ferrière, The New Era pour les pays anglo-saxons dont la rédactrice est Beatrice Ensor, et Das Werdende Zeitalter dont la rédactrice est le Dr Elisabeth Rotten (Cf. Ferrière, 1924, p. 100-106).

9  Cf. Raillon (2008), p. 65-92 et Ottavi (2e éd. 2007), p. 125-143.

10  La brochure publiée en 1921 aux Éditions de la Nouvelle Éducation sera rééditée en 1925 (8 p.).

11  Paul Faucher, dans une lettre adressée à Roger Cousinet le 14 octobre 1926 (MPC 68).

12  Paul Faucher dans une brève biographie datée de 1931 (APC 1).

13  Compte-rendu de la réunion du jeudi 7 octobre [1926] en vue de la constitution d’un Comité d’éditions pédagogiques (APC 44).

14  Ibid.

15  Ibid.

16  L’Institut Jean-Jacques Rousseau, créé en 1912 par le Dr Edouard Claparède et dirigé par Pierre Bovet, compte deux sortes de chercheurs qui collaborent étroitement : des analystes des lois de l’évolution infantile et des « pionniers pratiques qui étudient l’enfant tout entier dans son milieu naturel : la Maison des Petits ou l’École nouvelle à la campagne, afin de l’observer dans sa spontanéité » (Ferrière, 1924, p. 20-21). L’Institut J.-J. Rousseau est aussi un centre d’information. Au printemps 1926, les services internationaux de l’Institut J.-J. Rousseau et ceux du Bureau international des Écoles nouvelles à Genève, dirigé par Adolphe Ferrière, fusionnent et constituent le Bureau international d’Éducation (BIE) de Genève.

17  František Bakule (1877-1957) jouera un rôle déterminant dans l’engagement de Paul Faucher qui organisera, avec Georges Lapierre et le Syndicat national des institutrices et des instituteurs publics de la France et des Colonies, une tournée Bakule en France entre avril et juin 1929 (Cf. Faucher, F., 1998). En 1932, Paul Faucher épousera l’assistante de Bakule, Lida Durdikova. Elle racontera son expérience auprès de Bakule, dans Les enfants aux yeux éteints, paru en 1931, dans la collection « Éducation » chez Flammarion.

18  Paraîtront dans la collection « Éducation » : en 1928 : A. Ferrière, Trois pionniers de l’éducation nouvelle, P. Bovet, L’Instinct combatif ; en 1930 : G. Robin, L’enfant sans défauts, H. Zulliger, La psychanalyse à l’école ; en 1931 : M. Barker, Utilisation du milieu géographique, L. Durdikova, Les enfants aux yeux éteints, E. Seguin, L’Éducation physiologique, J. et E. Dewey, Les Écoles de demain ; en 1932 : P. Hazard, Les livres, les enfants et les hommes ; en 1933 : J. Dupertuis, Vers l’école unique, E. Huguenin, Éducation et culture d’après Kerchensteiner ; en 1938 : D. Canfield Fisher, Confiance en soi.

19  À plusieurs reprises, Madeleine Guéritte met en garde Paul Faucher contre Ferrière. Dans une lettre datée du 12 mai 1927, elle lui écrit : « Il me faudrait une longue conversation philosophique, religieuse et scientifique pour vous expliquer pourquoi la réelle influence de Ferrière n’est pas et ne peut qu’être de moins en moins ce que vous croyez » (MPC 44).

20  Lettre de Madeleine Guéritte à Paul Faucher, datée du 12 mai 1927.

21  Toutefois, Paul Faucher, puis son fils, François Faucher, continueront à défendre activement les principes fondamentaux de l’éducation nouvelle. En 1957, lors de sa conférence donnée à Girenbad, Paul Faucher, revenant sur la création de ses premiers albums à partir de 1931, précisera : « Ces premiers albums, fidèles à mon engagement et au principe fondamental de l’éducation nouvelle, eurent pour mission de favoriser l’activité créatrice des enfants, en leur proposant toutes sortes de travaux qui faisaient appel à leur initiative, à leur adresse et à leur goût ; des jeux d’observation, de comparaison, de jugement, d’expression verbale, dramatique, graphique et plastique. C’est parce qu’ils apportaient des jeux constructifs aux enfants que ces albums furent placés sous le signe d’un animal voué d’instinct à la construction : le castor ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Recherches & Educations, 4, 2011, p. 53-64

Référence électronique

Michèle Piquard, « Paul Faucher, concepteur des albums du Père Castor, sergent recruteur de la Nouvelle Éducation dans l’entre-deux-guerres », Recherches & éducations [En ligne], 4 | mars 2011, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/782

Haut de page

Auteur

Michèle Piquard

CNRS, Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain, EHESS, Paris, Équipe LAHIC

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org