Navigation – Plan du site
Dossier

Les débuts de l’Education nouvelle en Algérie d’après le Bulletin de la Fédération algérienne du Syndicat National des Instituteurs

Pierre Boutan
p. 65-78

Résumés

Les liens entre syndicat et pédagogie nouvelle sont, ici, abordés sous l’ange original de l’étude du Bulletin de la Fédération algérienne du Syndicat national des Institutrices et des Instituteurs publics de France et des Colonies. Organe de revendications professionnelles. Ce Bulletin accueille aussi les points de vue des militants de l’Education nouvelle qui gagnent visiblement en audience juste avant 1939. Les spécificités du contexte colonial nous éclairent aussi sur les ambitions des promoteurs de ce mouvement d’éducation en Algérie qui vont y créer une filiale du GFEN sans rompre avec la Coopérative de l’enseignement laïc. Cet article questionne ainsi les stratégies institutionnelles qui ont préfiguré à ce choix tout en s’interrogeant sur l’influence des organisations représentatives d’Education nouvelle en France à cette époque.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècles
Haut de page

Texte intégral

1Etudier le débat pédagogique à partir d’un bulletin syndical constitue bien sûr une entreprise qu’il faut justifier. Certes, le syndicat, organisme de défense de groupe, ne peut faire abstraction de cette dimension de la réflexion sur la profession. Ainsi, il est obligé de s’intéresser aux conséquences des conditions d’enseignement sur les pratiques pédagogiques : on ne peut enseigner de la même façon à 10 élèves ou à 50, et, inversement, modifier les programmes ou les pratiques scolaires sans apprécier les finalités et la cohérence du changement avec ses conséquences sur le travail enseignant. La question est donc délicate car le syndicat ne saurait sans risque prendre des positions sur ce plan qui lui alièneraient une partie des professionnels qu’il cherche à rassembler. Pour autant, il lui faut tenir informés ses membres de l’actualité dans ce domaine, ne serait-ce que parce que des propositions nouvelles peuvent entraîner des besoins nouveaux, en matériel comme en formation initiale ou continue des maîtres. De leur côté, les membres du syndicat qui militent pour telle ou telle théorie et - ou pratique pédagogique, trouvent dans le syndicat, et notamment dans sa presse et ses congrès, un moyen de faire connaître leurs idées, et, sinon de les faire adopter entièrement, du moins de rassembler celles et ceux qui sont intéressés. Dès lors, les idéologies qui traversent inévitablement les réflexions pédagogiques trouvent là un terrain d’élection, ce qui ne peut manquer de donner des indications précieuses sur l’état d’esprit de la profession.

Un bref tableau de la situation du temps et des lieux

La situation syndicale

  • 1  La Fédération commandite un manuel d’histoire, paru en 1927, qui déchaîne les passions, en commenç (...)
  • 2  Des comptes rendus d’ouvrages pédagogiques surtout, puis à partir de 1925, des présentations de se (...)
  • 3  La Coopérative de l’Enseignement Laïc se réunit à l’occasion des congrès de la Fédération jusqu’en (...)
  • 4 L’Ecole émancipée deviendra alors le bulletin de la seule tendance révolutionnaire, regroupant elle (...)

2Pour mieux comprendre l’histoire rapportée dans cet article, il faut rappeler au préalable le contexte de l’époque. Le Syndicat National des Instituteurs et des Institutrices publics de France et des Colonies est créé, à partir du mouvement des Amicales qui l’a précédé, en 1921. Le Syndicat National (appellation réduite utilisée par ses membres) va adhérer à la CGT en 1925. L’école libératrice est créée en 1929, visant à s’affranchir des éditeurs commerciaux « capitalistes », puisque le journal du syndicat publie une rubrique pédagogique étoffée, destinée à faire pièce aux publications hebdomadaires entre les mains des éditeurs, comme Hachette (Manuel Général de l’instruction primaire) ou Nathan (Journal des Instituteurs). Plus encore, la maison d’édition SUDEL, créée aussi par le Syndicat national en 1932, va publier ses propres manuels scolaires. De son côté, une partie des instituteurs, très minoritaire, choisit de s’affilier à la CGTU (« Unitaire »), fondée en 1921 après le Congrès de Tours de 1920 qui avait consacré la rupture entre SFIO et PCF. La CGT était considérée par eux comme « réformiste », du fait notamment de ses positions en faveur de « l’union sacrée » pendant la première guerre mondiale, puis de sa méfiance à l’égard de la révolution soviétique ; s’y retrouvent non seulement la « fraction » communiste, mais aussi l’aile « révolutionnaire » (selon l’appellation que ses membres eux-mêmes se donnent). Ces derniers prennent d’ailleurs, en 1929, la direction de cette Fédération unitaire, qui dispose du journal L’Ecole Emancipée, organe, créé en 1910, du premier syndicat national. La « Fédération de l’enseignement » se préoccupe aussi beaucoup de pédagogie et s’engage pratiquement en faveur de l’éducation nouvelle1. Célestin Freinet publie régulièrement des articles dans la revue dès 19202, il utilisera ensuite les congrès pour réunir ses partisans3. Ce n’est qu’en 1935 que la fusion se fera entre la CGT et la CGTU, donc entre les instituteurs des deux organisations, regroupés dans le seul Syndicat National4.

La situation de l’Algérie

  • 5  Les trois départements d’Alger, d’Oran et de Constantine, instaurés par la Seconde République en 1 (...)
  • 6 Les sujets « indigènes israélites » ont été assimilés à des citoyens français par les décrets Crémi (...)
  • 7  L’administration coloniale ne fait rien, par ailleurs, pour favoriser cet accès à la citoyenneté.

3Quelle est la situation en Algérie, à la fois composée de trois départements5 et première des colonies françaises ? On y trouve, superposé à l’administration métropolitaine classique, un Gouvernement général qui a des prérogatives spécifiques, en particulier sur l’enseignement des « indigènes ». Les habitants appartiennent juridiquement en effet à deux catégories : -les « citoyens », jouissant des mêmes droits et devoirs qu’en France (20 % environ de la population globale à la fin des années 1930) ; -les « sujets » musulmans6, relevant de la juridiction musulmane et d’un ensemble de règles spécifiques, dites « code de l’indigénat ». Dans leur masse, ils refusent la possibilité ouverte, en 1865, de devenir citoyens à la condition de se soumettre au seul droit français7.

4La situation coloniale se traduit sur le plan économique, avec une population (pour moitié non française d’origine), qui, en dehors d’une mince couche de colons terriens et de propriétaires de commerces divers, de fonctionnaires de l’administration, est composée de petits employés et artisans, aux revenus très modestes. Quant à la population autochtone, elle n’est pas moins différenciée entre Kabyles sédentaires et Arabes nomades, qui parlent chacun leur langue propre ; sur le plan social et économique, elle est séparée en deux pôles éloignés et très inégaux : d’un côté une frange de propriétaires de terres ou détenteurs de fonctions favorisées par le colonisateur, et de l’autre une masse de gens très pauvres qui commencent dans les années 1920 à s’exiler en France, mais qui pour l’essentiel survivent de plus en plus difficilement dans le « bled », alors même que ses taux de natalité sont très élevés. Un élément pourtant sert de lien fort aux « indigènes », en plus de leur situation de colonisés : la religion musulmane.

  • 8  Voir la chronologie sur le site http://enseigner-lalgerie.1830-1962.fr
  • 9  L’écart pourtant ne cesse de se réduire entre instituteurs européens et indigènes, mais les deux p (...)
  • 10  Le terme de musulman commence à remplacer celui d’indigène, malgré le problème que pose, dans une (...)

5Ces caractéristiques se reflètent en bonne partie dans le système scolaire8. Les écoles dites « européennes » ou « françaises » sont bien, en droit, ouvertes à tous, mais les indigènes les fréquentent peu. La puissance coloniale a installé pour eux un réseau d’écoles propres, avec des maîtres français qui sont responsables des écoles tenues par des maîtres indigènes, instituteurs ou moniteurs, moins bien formés et, de toute façon, moins rétribués9 ; mais aussi des programmes et un certificat d’études spécifiques. Et surtout, en dépit des exhortations répétées, depuis les débuts de la Troisième République, par les partisans d’une colonisation « assimilationniste », les moyens nécessaires pour étendre la scolarisation des indigènes ne sont pas mis en œuvre. De ce fait, la demande d’école, désormais forte dans cette population après la fin de la première guerre mondiale, ne reçoit pas de réponse. Compte tenu, de surcroît, de la hausse démographique, le taux de scolarisation de la population indigène est de l’ordre de 10 % à la fin des années 1930, et celle des filles en particulier est dérisoire. Ainsi le principe de l’obligation scolaire, effective pour les enfants européens, est très loin d’être respecté pour les enfants musulmans10, pourtant les plus nombreux, en particulier hors des villes, dans le « bled », ou les « tribus ».

La pédagogie dans le Bulletin de la Fédération algérienne du Syndicat national avant 1930

La question des deux écoles

  • 11  Nous avons pu consulter à la BNF les numéros de février 1921 à mai 1939, mais avec de sérieuses la (...)
  • 12  La section d’Alger se prononce ainsi en mars 1928 pour un certificat d’études unique (n° d’avril-m (...)
  • 13  Avril-mai 1922, décembre-janvier 1923, octobre 1925. En avril-mai 1926, le bulletin assure la prom (...)
  • 14  Les mouvements nationalistes, naissants à la fin des années 1920, en font un point important de le (...)
  • 15  Février 1926, « Enquête sur l’Enseignement de Langue Arabe et de la Civilisation Musulmane ». Il s (...)

6Dans le Bulletin de la Fédération algérienne du Syndicat national des Institutrices et des Instituteurs publics de France et des Colonies11, les questions pédagogiques sont traitées à partir des travaux de la commission spécialisée de chaque section départementale, qui dispose d’une partie propre dans le Bulletin. Il semble qu’au début des années 1920, existe une quatrième section, celles des instituteurs indigènes, qui disparaît rapidement : ceux-ci ont créé, en effet, leur propre association, indépendante du syndicat, avec son bulletin, La Voix des Humbles, à partir de 1923. Pour autant, les revendications des instituteurs indigènes sont loin d’être absentes du Bulletin de la fédération algérienne (désormais BFA). Mais chaque fois que sont évoquées les écoles indigènes, ce sont des Européens qui tiennent la plume. Une question récurrente va, dès lors, s’imposer : celle de la fusion des deux écoles, pour laquelle la Fédération algérienne du Syndicat national se prononce favorablement, mais avec des conditions de progressivité, avant comme après la réunification syndicale de 193512. Des questions comme l’adaptation des programmes à la situation algérienne reviennent, essentiellement en histoire et en géographie : on se félicite dans le BFA chaque fois qu’un manuel spécifique paraît, que les sujets donnés au certificat d’études la prennent en compte, ou qu’est envisagée l’entrée dans les programmes officiels de questions spécifiques à l’Algérie13. Le problème de l’enseignement de l’arabe, plus délicat14, est posé au moins une fois avec importance, au moyen d’un questionnaire de trois pages qui ne laisse pas de doute sur le sentiment favorable des auteurs15.

Le silence sur l’éducation nouvelle

7L’Education nouvelle n’apparaît dans le BFA sous ses formes institutionnelles que vers la fin des années 1920. En janvier 1928, est reproduit, signé de Henri Piéron, l’ordre du jour du congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences, section psychologie expérimentale et section de pédagogie et d’enseignement.

  • 16  Les * correspondent à des erreurs typographiques évidentes d’origine. Plus étonnant encore, un ouv (...)

8En janvier 1929, la tribune pédagogique de la section d’Oran, sous le titre : « Une revue internationale d’avant-garde », et la signature L. F., publie un article consacré au numéro de décembre de Pour l’Ere nouvelle, présentée ainsi16 :

« Cette Revue mérite bien son titre — « Pour l’Ere Nouvelle » — puisqu’elle travaille — et cela avec une foi inébranlable et une ardeur inlassable — pour une ère nouvelle en effet : l’ère d’une éducation toujours plus conforme au double appel de la science et de l’idéal.

Elle est l’organe de la « Ligue internationale pour l’Education nouvelle », laquelle est la manifestation du mouvement gédagogique* mondial qui tend à rénover notre système traditionnel d’éducation, à le mettre autand* qu’il se peut en harmonie avec les idées actuelles et les besoins présents.

Je ne dis pas que nous sommes tenus d’adhérer sur le champ à ce mouvement, d’emboîter le pas derrière les novateurs qui l’ont provoqué ou le dirigent, sous peine d’être taxés de conservatisme, d’être traités d’hommes « vieux jeu », de « fossiles ». Mais ne mériterions-nous pas ces reproches si nous nous obstinions à l’ignorer même,* à le repousser purement et simplement par la question préalable ? Autant pour lui refuser notre sympathie et notre appui, que pour les lui accorder, nous devons tout d’abord connaître les principes qui le dominent, les théories qu’il défend et les pratiques qui déjà en sont nées, puisqu’il nous est donné de juger l’arbre à ses fruits.

  • 17  BFA, janvier 1929, p. 43-44.

Certes, tout n’est pas à rejeter dans l’ancienne pédagogie, — « c’est une vieille carriole qui grince et avance lentement, mais enfin qui avance », dit Binet lui-même, un des pionniers cependant de la pédagogie scientifique. Seulement reconnaissons qu’il ne serait pas mauvais de graisser un tantinet la carriole et d’y adopter même un petit moteur. C’est à cela [p. 44] que travaille la « Ligue » en question ; mais elle étudie le moteur qu’il faut y mettre, en faisant appel à la science et au dévouement des spécialistes du monde entier, et elle fait procéder à des essais, dont elle enregistre scrupuleusement et commente sans parti pris les résultats »17.

  • 18  Le suisse Adolphe Ferrière est l’un des fondateurs de la Ligue ; le docteur belge Ovide Decroly es (...)
  • 19  La consultation du Bulletin de la Section départementale de la Seine de ce même Syndicat national (...)
  • 20  La revue fondée en 1926 par Freinet a pour titre : L’imprimerie à l'école, le cinéma, la radio, le (...)

9On remarque pourtant que les références à l’éducation nouvelle se situent hors de tout contexte social ou économique : sont cités les noms de « Ferrières » (sic), du docteur Décrely (resic), « et M. Paul Fauconnet18, titulaire à la Sorbonne de la chaire qu’occupèrent si magistralement F. Buisson et Durkheim ». Il se peut que les erreurs proviennent cette fois de la méconnaissance de l’auteur… On voit cependant clairement apparaître, au-delà d’une prudence consensuelle, le besoin de répondre au reproche de conservatisme, que ne manquent pas de faire les partisans de l’Education nouvelle. On cherche vainement par contre toute référence aux travaux de Freinet, ce que l’on peut expliquer facilement par l’appartenance de ce dernier au syndicat rival de la CGTU, mais aussi sans doute parce que Freinet brandit, à la différence des précédents, l’étendard de la révolution sociale19. Freinet pourtant, sur le thème original de l’imprimerie à l’école, commence à se faire connaître dans le milieu de « L’éducation nouvelle ». Par contre, l’usage du cinéma à l’école fait l’objet de nombreuses mentions, tant sur le plan technique que sur le choix des listes de films alors qu’apparaissent, au même moment, des articles sur l’usage de l’espéranto20.

Avant même la fusion syndicale de 1935, l’arrivée de l’éducation nouvelle et le rôle de Lisette Vincent

  • 21  Voir L’éducateur prolétarien, octobre 1932, n° 1.
  • 22  Le choix de l’adjectif « active » est sans aucun doute lié au souci de ne pas effrayer le lecteur. (...)

10Dès 1932 et le congrès de Clermont du Syndicat national, L’Ecole libératrice a accepté de donner quelques pages à l’imprimerie à l’école21. En novembre 1934, la tribune pédagogique de la section d’Oran propose un article « Vers l’Ecole active »22, non signé, et qui tranche fortement avec les considérations antérieures à 1930. Deux extraits nous semblent résumer ses propos :

  • 23  Ce dernier paragraphe est la conclusion, BFA, novembre 1934, section d’Oran, p. 17-18.

« Quand vous serez arrivé à harmoniser vos forces intérieures, tout s’équilibrera dans votre vie. Et… Si vous êtes persuadés que l’école active est la seule formule conciliable avec votre idéal de progrès et de justice, commencez par la libération de votre être, celle de votre école viendra ensuite tout naturellement, sans aucun effort de votre part. […]. Peut-être qu’en définissant nettement l’école active, en montrant ce qu’elle est, ce qu’elle doit être, les incrédules seront touchés par la grâce et harmoniseront eux aussi leurs idées et leurs actes. Je crois que c’est de cette façon seulement, que nous préparerons la jeunesse à un régime social meilleur, plus juste et plus humain »23.

11Bien que l’article ne soit pas signé, il n’est pas difficile d’en deviner l’auteur : il s’agit de Lisette Vincent, dont nous connaissons la biographie (Einaudi, 2001). Après sa sortie de l’école normale d’Oran en 1928, elle découvre l’éducation nouvelle par l’intermédiaire de son inspecteur primaire Le Cesve. Pendant les vacances, elle parcourt l’Europe et la France pour rencontrer tous ceux qui se préoccupent d’éducation nouvelle, non sans se passionner pour les pratiques d’hygiène naturistes, à l’instar d’ailleurs du couple Freinet, qu’elle rencontrera en 1933. Nommée à Misserghin en 1932, elle va faire scandale en encourageant les familles indigènes à inscrire leurs enfants à l’école maternelle ; nous savons qu’elle adhère cette même année au Syndicat national. On retrouve dans ce texte le type d’engagement qui la caractérise alors, où l’on voit s’exprimer la volonté quasi mystique qui l’anime pour convaincre ses collègues au nom aussi de la justice sociale. Bien sûr, la science n’est pas convoquée ici ; ces deux éléments tranchent avec les tribunes antérieures.

  • 24  On sait par Einaudi (2001) que Lisette Vincent a suivi en 1929 des cours de Claparède et Ferrière (...)

12 Un deuxième article en décembre 1934, signé cette fois « La Maternelle », s’efforce de définir l’école active, à partir de Claparède, Ferrière, Kercheinsteiner, John Dewey, en la fondant d’abord sur l’étude de l’enfant, seulement possible dès lors qu’il est dans une situation de liberté, et pour laquelle le recours à la psychanalyse est précieux24.

La montée en puissance de l’éducation nouvelle avec le Front populaire

  • 25  Par ailleurs, Freinet est membre du PCF depuis 1925-1926, après son voyage en URSS (Barré, 2008). (...)

13Les années 1933-1935 sont dominées par « l’affaire de Saint-Paul » : le couple Freinet qui fait l’objet d’une cabale locale soutenue par l’extrême droite maurassienne, décide de quitter l’enseignement plutôt que d’être déplacé et fonde leur propre école ; ce qui n’est pas sans poser des problèmes par rapport aux valeurs laïques auxquelles il se réfère vivement25.

14L’arrivée du Front populaire en mai-juin 1936 va faciliter l’installation de l’école du Pioulier, à Vence. Alors que tous les instituteurs, rappelons-le, sont regroupés dans le Syndicat national, désormais la référence à Freinet, sans être exclusive, sera fréquente dans le BFA, et ne cessera pas de grandir à la fin de la décennie. Il est vrai que Lisette Vincent est devenue secrétaire générale adjointe et secrétaire aux questions pédagogiques de la section d’Oran (Bulletin de novembre 1936). Mais, c’est aussi dans la section d’Alger que vont apparaître de nombreux articles de soutien.

  • 26  Ils ont, bien sûr, le soutien de la section d’Oran, qui s’adresse au préfet (BFA, octobre 1936).

15En juin 1936, Lisette Vincent et son frère sont victimes eux aussi de l’hostilité de l’extrême droite oranaise, ce qui se traduit notamment, dans le climat particulier de l’Algérie, par trois tentatives de meurtre26.

  • 27  Elle signe ses articles Lisette Vincent-Urfels alors qu’elle a épousé, en 1935, Frédéric Urfelds. (...)
  • 28  BFA, octobre 1936, p. 50-51.

16Lisette Vincent27 doit interrompre pour quelques temps « sa chronique d’éducation nouvelle ». Elle annonce cependant en préambule à la tribune pédagogique de la section d’Oran, en octobre 1936, qu’elle livrera un article destiné aux Amis du Nord de l’Ecole nouvelle, consacré à « La détente musculaire ». A cette occasion, Lisette Vincent rend compte d’un cours qu’elle a suivi lors du congrès d’éducation nouvelle de Cheltenham en Ecosse pendant les vacances. Cette fois, elle n’hésite pas à se référer à une « nouvelle science » : « Je me propose dans les temps à venir d’étudier scientifiquement la question, après avoir découvert moi-même le chemin de la connaissance ». Mais, dans un premier temps, elle se contentera de décrire ces procédés de relaxation, pour montrer « à beaucoup de camarades le moyen de ne jamais être fatigués, quel que soit l’effort fourni »28.

17C’est lors de ce même congrès de Cheltenham que Lisette Vincent s’est laissée convaincre de venir travailler au Pioulier aux côtés des Freinet, où se trouve déjà comme élève son jeune frère Lucien, dès la rentrée d’octobre 1936. Elle retournera en Algérie au début de janvier 1937 (Barré, 2008).

Echos du contexte politique général dans le BFA

  • 29  Par exemple : « Souvenirs d’URSS » (novembre 1936 et janvier 1937), un compte rendu d’une conféren (...)
  • 30 Mazoyer « Expériences dangereuses », BFA, mai 1937, p. 28-29.
  • 31 Tribune signée Donnat, BFA, octobre 1937, p. 26-27.

18L’arrivée du Front populaire au gouvernement se manifeste dans les colonnes du BFA par quelques échos directs, manifestant sans doute la diversité des options des syndiqués, à l’image de ce compte rendu, sans commentaire partisan, d’une conférence à Constantine, pourtant sans rapport avec l’enseignement, du communiste Paul Vaillant-Couturier (octobre 1936, p. 39). La dominante dans ce domaine, ce sont plusieurs articles sur l’enseignement en URSS29, tous favorables. Plus rares : une défense de la position politique de la SFIO30 ; une tribune libre de la tendance « révolutionnaire », intitulée « Révolution d’abord ! », contre le Front populaire, le secrétaire du Syndicat national Delmas et les « bonzes » de la CGT31. Un article de janvier 1939 sur « Abd-el-Kader franc-maçon », tiré d’une revue du Grand Orient, rappelle aussi cette composante de l’éventail idéologique.

  • 32  La question est d’autant plus sensible en Algérie qu’une bonne partie des Européens vient d’Espagn (...)

19 Enfin, on trouve deux sujets plus généraux et aussi plus consensuels. Ainsi, à partir d’octobre 1937, est annoncée la création future d’un journal, Alger républicain, par appel à souscription visant toutes les sensibilités politiques, syndicales, culturelles de gauche. D’autre part, l’Espagne républicaine fait l’objet d’une solidarité active par l’intermédiaire d’une souscription lancée en faveur de l’accueil d’un jeune espagnol à l’école Freinet32.

Les problèmes pédagogiques algériens

  • 33  Mesure qui sera officialisée après 1946.

20Les prises de position syndicale sont évidemment attendues sur le plan proprement algérien. Ainsi, les sections algériennes se prononcent contre les classes de demi-temps qu’envisage le recteur Hardy pour essayer de combler le retard énorme de la scolarisation des indigènes33. De son côté, le bureau fédéral d’Alger engage une souscription afin de permettre à l’organisation « Soutien de l’Enfance » de proposer des « cours d’illettrés » (décembre 1937). Dans une tribune libre intitulée « le rôle social de l’école indigène », Maurice Bois dénonce la circulaire ministérielle invitant à consacrer une journée à la France d’Outre-mer, « équivalant en somme à faire l’apologie du colonialisme » (BFA, octobre 1938, p. 47) ; ce qui provoque une réaction de défense de l’école indigène dans le numéro suivant.

21Bien sûr les questions relatives aux examens locaux, aux manuels spécifiques à l’Algérie, continuent à faire partie des préoccupations syndicales. C’est d’ailleurs sur ce point que les partisans de l’éducation nouvelle vont progressivement occuper le terrain syndical.

La section d’Alger se met à son tour à relayer le soutien à Freinet

22La tribune pédagogique de la section d’Alger du BFA, en novembre 1936, relate, à partir d’extraits d’un numéro spécial de L’Educateur prolétarien, « Une année d’expérience à l’école Freinet ». Introduit par Bensimon, instituteur à Alger, cet article est un véritable appel à la mobilisation :

  • 34  BFA, nov. 1936, p. 18 et p. 20.

« L’an dernier Freinet quittait l’enseignement public pour ouvrir une école privée. Son but ? Appliquer complètement et en toute liberté les idées qui l’ont rendu célèbre dans le monde. Chaque instituteur doit sentir combien un tel effort peut être riche d’enseignements. […]
CAMARADES !Vous savez maintenant dans quelles conditions pénibles Freinet a ouvert son école. Quels durs sacrifices il a dû consentir. Tout bon syndicaliste a le devoir de l’aider dans la mesure de ses moyens.Aider Freinet, c’est préparer le renouvellement de vos méthodes et la naissance d’une véritable pédagogie syndicaliste. C’est aussi procurer de la joie à des gosses qui n’ont connu que les misères de la vie. Souscrivez pour l’Ecole Freinet ! »34.

23La suite, consacrée à l’épisode célèbre de l’arrivée des enfants de Gennevilliers, paraîtra dans le numéro de janvier 1937 (p. 25) : Freinet se défend de faire du « bourrage de crâne socialiste ou communiste » et, encore moins, une éducation « d’essence anarchiste », mais conclut que sa « communauté » est un « hardi embryon » de la « société socialiste ».

  • 35  On sait que c’était la critique que Lisette Vincent, elle-même, avait faite lors de son passage au (...)

24Dans le même numéro, la tribune pédagogique de la section d’Oran comporte un article de Lisette Vincent-Urfels intitulé « Chantiers nouveaux », sur la réforme pédagogique en Belgique, fortement inspirée des thèmes de l’éducation nouvelle. On y trouve de nouveaux développements de la pensée de Freinet sous la forme de « Plans de travail », répondant aux reproches de négliger l’organisation des connaissances chez l’enfant35. On apprend aussi que Freinet s’est adressé au gouvernement du Front populaire pour lui présenter un plan. Le texte se conclut par un questionnaire que Freinet adresse aux instituteurs, leur demandant de faire des propositions de plan d’études. La conclusion de Lisette Vincent-Urfels :

  • 36  BFA, janvier 1937, p. 72-74.

« Groupez-vous, unissez vos efforts, venez à nous, et partons ensemble à l’assaut des Sombres Bastilles, et sur leurs ruines fumantes, nous dresserons bien haut notre fier étendard ! »36.

Le premier appel de 1937 pour rassembler les partisans de l’éducation nouvelle

  • 37  BFA, mars-avril 1937, p. 25 et 26.

25Dans le numéro de mars-avril 1937, section d’Alger, un appel, signé M. P., est lancé en faveur de la constitution d’un groupement des maîtres favorables à l’école nouvelle, nommé « Les amis de l’Ecole nouvelle ». A la suite se trouve un compte rendu, non signé, du XIème congrès de l’imprimerie à l’école (celui de Nice), où est mise en avant la personne de Freinet37. Jusque là, la propagande en faveur de l’éducation nouvelle s’était faite par exhortation ou démonstration. Mais, en mai 1937, un article signé M. G., intitulé « Les fossiles » passe à l’invective. On peut y lire que depuis

  • 38  BFA, mai 1937, p. 25.

« les fossiles de 82 – qui ont créé notre enseignement actuel […], les fossiles de gauche ne sont pas les moins dangereux. Ils empaillent nos idées et n’ont pas leurs pareils pour en ternir ce qui faisait leur éclat. »38

  • 39  Le syndicat national est alors très hégémonique dans la profession, comme le montre le résultat de (...)

26Signe, peut-être, à la fois de la force du mouvement en faveur de l’éducation nouvelle, et, en même temps, des résistances dans le milieu des instituteurs39. Il s’agit bien, par ailleurs, de s’adresser aux jeunes a priori plus sensibles à l’appel à la nouveauté et au modernisme, constante des mouvements d’éducation nouvelle.

27De son côté, la tribune pédagogique de la section d’Alger annonce, en juin 1937 (p. 18) : « L’Ecole nouvelle. Un premier groupement des Amis de l’Ecole Nouvelle est créé ». Le compte rendu fait état d’une décision du bureau de la sous-section d’Alger : c’est dire que le syndicat est impliqué en tant que tel dans la décision, phénomène bien sûr nouveau, et qui reflète une situation particulière. Cela dit, le bureau se donne notamment comme tâche « d’encourager tous nos camarades à introduire nos techniques dans leurs classes ». Deux articles suivent (signés P. M.) : « Qu’est-ce que le Groupe des Amis de l’Ecole Nouvelle », « L’Ecole Freinet et la Formation du Maître », invitant à participer aux cours de vacances à raison de 50 francs l’inscription. Le groupe reçoit une reconnaissance de fait puisque le Bulletin de décembre 1937 rend compte d’une exposition organisée par les Amis de l’Ecole Nouvelle, sur l’imprimerie à l’école, tenue à la suite de la conférence pédagogique d’Orléansville, signe de l’attitude bienveillante de l’inspecteur primaire (BFA, décembre 1937, « Une Exposition… Un enseignement », signé P. M., p. 21). Dans le numéro d’avril-mai 1938, est annoncée la perspective de la venue de Freinet en Algérie, pour octobre 1939. Mais ce projet dut être abandonné, bien avant les événements d’août 39 provoquant le déclenchement de la seconde guerre mondiale, puisque les demandes pour aider à l’accueil de « notre grand camarade » ne seront pas renouvelées.

La création d’un groupe d’éducation nouvelle en Algérie et sa prise en charge d’une activité syndicale

  • 40  Voir « Tribune pédagogique. Un groupe d’Education nouvelle à Alger », BFA, janvier 1939, p. 20.

28Le Bulletin de janvier 1939 annonce la création du Groupe Algérien de l’Education Nouvelle, en faisant le compte rendu de la réunion du 29 décembre 1938. Deux sections seulement sont pourvues d’un secrétaire : Alger et Oran, Le secrétaire général est Moralès, instituteur à Alger, le président l’inspecteur primaire Le Cesve, celui-là même qui avait mis Lisette Vincent en contact avec l’Education nouvelle. Sur la vingtaine de noms cités, on en trouve quatre qui ne sont pas européens. Le Groupe se donne notamment comme tâche de confectionner un « fichier colonial complétant et enrichissant le Fichier scolaire Coopératif de la Coopérative de l’Enseignement Laïc à Vence »40. Cette activité reprend une tradition syndicale consistant à associer à chaque congrès une exposition assignée à une discipline scolaire. A propos d’histoire notamment, la commission des questions pédagogiques de la Section d’Alger a prévu de réaliser un « fichier syndical », concernant des informations propres à l’Algérie, et qui commence à paraître à la fin de 1938. C’est donc bien cette fois une prise en charge directe d’une activité syndicale par le nouveau groupe.

29Comme son nom l’indique, il s’agit d’une « section algérienne du Groupe Français d’Education Nouvelle ». En février 1939, la convocation pour l’assemblée générale de Pâques indique à son ordre du jour (5ème point) : « Relations avec le Groupe Français d’E. N., la Coopérative de l’Enseignement laïc et le Syndicat National » (BFA, février 1939, p. 26). C’est se placer dans la filiation directe du GFEN, créé en 1929 sous l’égide de Langevin, Piéron, Wallon, souvent traité par les partisans de Freinet et par Freinet lui-même, comme une aristocratie savante et parisienne se réfugiant facilement dans la théorie, loin des pratiques des classes, en particulier du primaire. Reproche récurrent, bien qu’en 1936, Freinet ait incité les membres de la CEL à investir le GFEN. Dès 1937 cependant, les tensions sont perceptibles et Freinet reprend ses critiques.

  • 41  Lucien Sebbah, « L’œuvre de Freinet et de la C. E. L. en France et en Algérie », L’école nouvelle (...)

30Après une première tentative plus indépendante, comme on l’a vu, le groupe des instituteurs algériens proches de Freinet ne relaie pas publiquement cette polémique. On sait les difficultés de son mouvement après comme avant la guerre pour s’intégrer au GFEN, ce que la fondation de l’Institut Coopératif de l’Ecole Moderne en 1947-1948 tranchera, malgré semble-t-il, les efforts de dirigeants communistes pour éviter cette indépendance. Le BFA s’interrompant en mai 1939, c’est le compte rendu du congrès d’avril 1950 du Groupe Algérien d’Education Nouvelle qui apprend qu’au cours du stage d’août 1939, chez Freinet, avait été décidée la création de Soleil, journal de texte d’enfants équivalent pour l’Algérie de La Gerbe41. Ce congrès, qui a lieu à l’Ecole normale d’instituteurs d’Oran, est présidé par l’inspecteur d’académie et entend une communication de Lisette Vincent sur l’enseignement du calcul. L’année précédente avait été réalisée la fusion entre les enseignements européens et indigènes…

Un premier bilan

  • 42  Dans l’intervention de Lucien Sebbah, citée plus haut, est évoqué le rôle de Lucien Sportisse comm (...)

31On a pu voir dans le cas algérien à l’intérieur du Bulletin du syndicat national, et vraisemblablement, chez les instituteurs qui s’y retrouvent, une montée de l’intérêt pour l’Education nouvelle, dès avant même la fusion syndicale de 1935. La poussée politique progressiste qui aboutit au Front populaire va accentuer cette situation, sans que la régression de celui-ci, qui conduira à la prise de pouvoir par Pétain trois ans plus tard, se traduise dans le domaine pédagogique. Les militants pédagogiques, et aussi politiques, pour une bonne part, semble-t-il, proches des communistes42, ont occupé les pages du Bulletin en y produisant des articles favorables à l’URSS et à sa pédagogie, au moment pourtant où elle revient de ses ambitions novatrices initiales. Ils y relaient aussi tous les aspects de la propagande développée par Freinet, comme les conseils hygiénistes, qui grâce à Lisette Vincent sont, curieusement, leur premier domaine d’intervention.

32Mais bientôt, en appelant à souscrire pour l’école Freinet, directement ou pour aider à l’accueil d’un enfant espagnol, en faisant connaître ses cours d’été réservés aux maîtres, les publications de la CEL, les matériels de l’Imprimerie à l’école, en reprenant des articles de L’Educateur prolétarien, les partisans algériens de l’éducation nouvelle ont clairement laissé paraître, non seulement leur sympathie pour le « grand camarade Freinet », mais aussi pour ses prises de position en général. On ne peut en être surpris. En effet, dans le milieu des instituteurs, Freinet incarne, d’une part et malgré sa sortie de l’enseignement public, la volonté de rompre avec des habitudes scolaires facilement assimilées à la dimension sociale et économique d’un monde dominé par un capitalisme jugé comme inhumain. D’autre part, les choix idéologiques qui sont les siens sont constamment mis en relation avec des actes concrets. Son engagement ne peut, dès lors, que susciter l’admiration ou, tout au moins, le respect. Il faut pourtant mesurer les limites numériques du mouvement : les membres de la CEL sont environ 800 en France en 1932, soit 1 % des membres du Syndicat national. Les progrès rapides, dans l’opinion des instituteurs d’Algérie, se laissent deviner par la part grandissante donnée dans le BFA aux articles qui lui font référence, et aboutissent à un investissement de plus en plus grand dans les tâches propres au syndicat lui-même.

33Mais comment expliquer, après une tentative de groupement indépendant, ce rattachement au GFEN ? L’état actuel de nos informations ne nous permet pas de répondre, sauf à remarquer que le comportement algérien semble vouloir aplanir les tensions ou les divergences visibles au niveau national.

34Il ne faut pas perdre de vue, sur ce point, les dissensions entre les tenants de l’éducation nouvelle avant la Seconde Guerre mondiale. Pour rappel, en 1937, La Nouvelle Education de Roger Cousinet et de Madeleine Guéritte avait pris ses distances avec Freinet, à cause de ses prises de position politiques, sans parler de l’intégration de Dewey à la société capitaliste américaine, ou de l’époque mussolinienne de Maria Montessori. La polémique lancée contre Freinet par La Nouvelle Critique, journal des intellectuels communistes, à partir de 1950, montre par ailleurs que le débat pédagogique ne se confond pas sans dégâts avec le débat politique. Le terrain syndical, plus ouvert dans ses relations avec le domaine pédagogique, semble avoir connu en Algérie avant le second conflit mondial, une situation qui a privilégié l’essor de l’éducation nouvelle. Reste à voir, dans le cas algérien, où la période de Vichy fut intense mais plus brève qu’en métropole et où la situation coloniale connut des développements complexes, comment l’éducation nouvelle a poursuivi son chemin après la Libération.

Haut de page

Bibliographie

Périodiques

Bulletin de la Fédération Algérienne du Syndicat national des Institutrices et des Instituteurs publics de France et des Colonies, (1921-1939, avec lacunes), collection conservée à la BNF.

Bulletin de la Section départementale de la Seine. Syndicat national des Institutrices et des Instituteurs (1923-1930, avec lacunes). BNF. Consulté le 10 octobre 2009.

L’école nouvelle algérienne, Bulletin intérieur du Groupe Algérien de l’Education Nouvelle, (1950), n° 30 et 31, consultation BNF.

L’éducateur prolétarien (9 numéros entre 1932-1936) à http://www.freinet.org/icem/archives/ep/index.htm. Consulté le 10 octobre 2009.

La Nouvelle éducation (1921-1939, avec lacunes) http://catalogue.bnf.fr/ark :/12148/cb32826089g/description. Consulté le 10 octobre 2009.

Ouvrages

Acker, V. (2006). Célestin Freinet (1896-1966). L’histoire d’un jeune intellectuel, Paris : L’Harmattan.

Ageron, J. R. (2005). « Sur l’année politique algérienne 1936 » Revue d’histoire maghrébine, juillet 1979, pp. 1-33, repris dans De l’Algérie « française » à l’Algérie algérienne, Paris : Beauchène.

Barré, M. (2009). Célestin Freinet, un éducateur pour notre temps, (mise à jour 2008) http://pagesperso-orange.fr/temoignage.barre/m3.html. Consulté le 10 octobre 2009.

Bruliard, L., Schlemminger G. (1996). Le mouvement Freinet : des origines aux années quatre-vingt, Paris ; Montréal (Québec) : L’Harmattan.

Clanché, P., Testanière, J. (dir.), (1989). Actualité de la pédagogie Freinet…, Bordeaux : PUB.

Einaudi, J.-L. (2001). Un rêve algérien. Histoire de Lisette Vincent une femme d’Algérie, Paris : PUF.

Freinet, M. (1997). Souvenirs de notre vie Tome 1, 1896-1940. Elise et Célestin Freinet, Paris : Stock.

Gallissot, R. (dir.), (1998). Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, Maghreb, Paris : Éd. de l’Atelier.

Girault, J. (dir.), (2004). Les enseignants dans la société française au XXème siècle…, Paris : Publications de la Sorbonne.

Girault, J. (2009). Pour une école laïque du peuple ! Instituteurs militants de l’entre-deux-guerres en France, Paris : Publisud [consulté après l’écriture de cet article, et qui peut confirmer le cas particulier de l’Algérie]

Martin, R. (1982). Idéologie et action syndicale les instituteurs de l’entre-deux guerres, Lyon : PUL.

Haut de page

Notes

1  La Fédération commandite un manuel d’histoire, paru en 1927, qui déchaîne les passions, en commençant par l’intérieur même de l’organisation.

2  Des comptes rendus d’ouvrages pédagogiques surtout, puis à partir de 1925, des présentations de ses activités d’imprimerie à l’école.

3  La Coopérative de l’Enseignement Laïc se réunit à l’occasion des congrès de la Fédération jusqu’en 1935, mais les relations se sont dégradées, et la décision est prise alors de tenir des congrès indépendants (Barré, 2008).

4 L’Ecole émancipée deviendra alors le bulletin de la seule tendance révolutionnaire, regroupant elle-même à la fois sympathisants anarchistes, trotskistes, ultra-pacifistes (partisans de la paix à tout prix).

5  Les trois départements d’Alger, d’Oran et de Constantine, instaurés par la Seconde République en 1848, correspondent à la façade maritime. Les « Territoires du Sud » sont sous administration militaire.

6 Les sujets « indigènes israélites » ont été assimilés à des citoyens français par les décrets Crémieux de septembre 1870. L’antisémitisme est extrêmement fort dans l’Algérie coloniale, ainsi plusieurs dizaines de morts se produisent encore lors d’émeutes à Constantine en 1934.

7  L’administration coloniale ne fait rien, par ailleurs, pour favoriser cet accès à la citoyenneté.

8  Voir la chronologie sur le site http://enseigner-lalgerie.1830-1962.fr

9  L’écart pourtant ne cesse de se réduire entre instituteurs européens et indigènes, mais les deux populations continuent encore à avoir un recrutement et une formation différenciés.

10  Le terme de musulman commence à remplacer celui d’indigène, malgré le problème que pose, dans une République laïque, une désignation religieuse.

11  Nous avons pu consulter à la BNF les numéros de février 1921 à mai 1939, mais avec de sérieuses lacunes : entre février 1929 et décembre 1931, entre décembre 1934 et octobre 1936 ; manque également le n° de novembre 1937. Soit environ un quart. Il s’agit des trois sections d’Alger, de Constantine et d’Oran, mais pendant un moment, la section de Constantine a un bulletin autonome ; à un autre c’est la section d’Alger (qui figure alors seule dans les collections). Chaque numéro au format A4 en général comporte, en moyenne, de 60 à 80 pages.

12  La section d’Alger se prononce ainsi en mars 1928 pour un certificat d’études unique (n° d’avril-mai 1928). La « fusion » sera officialisée seulement en 1949.

13  Avril-mai 1922, décembre-janvier 1923, octobre 1925. En avril-mai 1926, le bulletin assure la promotion de l’ouvrage, non pédagogique, du vice-recteur Taillart, L’Algérie dans la littérature française (2 volumes chez Champion). En juin 1926, il fait connaître le manuel, paru chez Hachette, d’un instituteur d’Algérie, Mathieu Sampiéri, Livre de lecture et de langage à l’usage des écoles d’indigènes 1ère et 2ème années.

14  Les mouvements nationalistes, naissants à la fin des années 1920, en font un point important de leurs programmes.

15  Février 1926, « Enquête sur l’Enseignement de Langue Arabe et de la Civilisation Musulmane ». Il s’agit là d’une enquête menée dans l’enseignement secondaire dont nous n’avons malheureusement pas retrouvé les résultats.

16  Les * correspondent à des erreurs typographiques évidentes d’origine. Plus étonnant encore, un ouvrage paru aux éditions de L’Ecole Emancipée sur la rédaction est cité à la suite. Et l’auteur de la note avoue qu’il n’a pas encore eu le temps de le lire…

17  BFA, janvier 1929, p. 43-44.

18  Le suisse Adolphe Ferrière est l’un des fondateurs de la Ligue ; le docteur belge Ovide Decroly est connu pour ses recherches sur l’apprentissage de la lecture depuis le début du siècle ; il disparaît en 1932. Paul Fauconnet, sociologue, est l’un des vice-présidents du GFEN.

19  La consultation du Bulletin de la Section départementale de la Seine de ce même Syndicat national avant 1930 aboutit à un résultat similaire (une seule mention, favorable, de Freinet p. 41 dans le bulletin d’octobre 1927). La section du Rhône, à la même époque, est par contre ouvertement hostile, y compris sur le cinéma à l’école (Martin, 1982, p. 110).

20  La revue fondée en 1926 par Freinet a pour titre : L’imprimerie à l'école, le cinéma, la radio, les techniques nouvelles d'éducation populaire […]. L’Educateur prolétarien de 1932 reprend les mêmes termes en sous-titre.

21  Voir L’éducateur prolétarien, octobre 1932, n° 1.

22  Le choix de l’adjectif « active » est sans aucun doute lié au souci de ne pas effrayer le lecteur. En effet, il a, à la différence de « nouvelle », l’avantage d’être utilisé dans les textes officiels.

23  Ce dernier paragraphe est la conclusion, BFA, novembre 1934, section d’Oran, p. 17-18.

24  On sait par Einaudi (2001) que Lisette Vincent a suivi en 1929 des cours de Claparède et Ferrière à Genève. En 1933, elle fait un séjour à l’ « Institut de régénération » de Vrocho à Nice (autre point commun avec Freinet), et rencontre Krishnamurti en Belgique. La signature « La Maternelle » est bien sûr à mettre en rapport avec le poste occupé par Lisette Vincent. L’histoire du mouvement Freinet (Barré, 2008) indique que Mlle Ripert (Algérie) fut une des 8 destinataires de sa première circulaire relative à l’imprimerie à l’école en 1926.

25  Par ailleurs, Freinet est membre du PCF depuis 1925-1926, après son voyage en URSS (Barré, 2008). Le projet de Lisette Vincent de s’y rendre avec Freinet en 1935 échoue au dernier moment pour une raison circonstancielle. L’entrée de Lisette Vincent au Parti Communiste Algérien, créé en 1936, se situe sans doute à cette époque (Einaudi, 2001).

26  Ils ont, bien sûr, le soutien de la section d’Oran, qui s’adresse au préfet (BFA, octobre 1936).

27  Elle signe ses articles Lisette Vincent-Urfels alors qu’elle a épousé, en 1935, Frédéric Urfelds. La variante orthographique est sans explication.

28  BFA, octobre 1936, p. 50-51.

29  Par exemple : « Souvenirs d’URSS » (novembre 1936 et janvier 1937), un compte rendu d’une conférence à Ain Beida en novembre 1936 (mai et juin 1937) et un essai, « Pour mieux comprendre l’école soviétique » (même numéro). Pour rappel, Freinet avait fondé la revue Pédagogie soviétique en 1932 (Acker, 2006).

30 Mazoyer « Expériences dangereuses », BFA, mai 1937, p. 28-29.

31 Tribune signée Donnat, BFA, octobre 1937, p. 26-27.

32  La question est d’autant plus sensible en Algérie qu’une bonne partie des Européens vient d’Espagne, et que les Franquistes y ont aussi des partisans très actifs. Lisette Vincent partira travailler en Catalogne en 1938.

33  Mesure qui sera officialisée après 1946.

34  BFA, nov. 1936, p. 18 et p. 20.

35  On sait que c’était la critique que Lisette Vincent, elle-même, avait faite lors de son passage au Pioulier, ce qui n’avait pas été sans réaction de la part d’Elise Freinet notamment (Einaudi, 2001 ; Barré, 2008).

36  BFA, janvier 1937, p. 72-74.

37  BFA, mars-avril 1937, p. 25 et 26.

38  BFA, mai 1937, p. 25.

39  Le syndicat national est alors très hégémonique dans la profession, comme le montre le résultat des élections à la commission de réforme de l’enseignement en Algérie, où tous ses candidats sont élus à plus de 95 % ; ils ont tous des noms européens (BFA, mai 1937). « 82 » : 1882, année des lois de Jules Ferry. Parmi les « anti-fossiles » : le Louis Pergaud de La guerre des boutons

40  Voir « Tribune pédagogique. Un groupe d’Education nouvelle à Alger », BFA, janvier 1939, p. 20.

41  Lucien Sebbah, « L’œuvre de Freinet et de la C. E. L. en France et en Algérie », L’école nouvelle algérienne, n° 30, 1950, p. 64.

42  Dans l’intervention de Lucien Sebbah, citée plus haut, est évoqué le rôle de Lucien Sportisse comme pionnier de l’éducation nouvelle en Algérie en 1932. Cet instituteur communiste a été révoqué pour propos anticolonialistes, puis réintégré au moment du Front populaire. Héros de la Résistance, il sera exécuté par la Milice à Lyon en 1944.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Recherches & Educations, 4, 2011, p. 65-78

Référence électronique

Pierre Boutan, « Les débuts de l’Education nouvelle en Algérie d’après le Bulletin de la Fédération algérienne du Syndicat National des Instituteurs », Recherches & éducations [En ligne], 4 | mars 2011, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 17 août 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/784

Haut de page

Auteur

Pierre Boutan

IUFM de Montpellier

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org