Navigation – Plan du site
Archives

Le journal de Madeleine Binet (extrait)1

Bernard Andrieu
p. 129-134

Entrées d’index

Chronologique :

XIXe-XXe siècles
Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’ouvrage sera publié à l’occasion du centenaire Binet (Célébrations Nationales 2011) en octobre 2 (...)
  • 2  Binet Madeleine (1968). Souvenirs sur Alfred Binet, Bulletin de la Société Binet-Simon, 503, 201-2 (...)

1Nous avions connaissance de l’existence du journal de Madeleine grâce à la publication par Guy Avanzini, en 19682, de quelques extraits dans le Bulletin de la Société Binet-Simon ; mais le manuscrit entier restait introuvable. C’est à la triste occasion du décès de Géraldine Binet en 2010 que fut retrouvé dans son appartement un manuscrit de 116 pages ici reproduit pour la première fois dans son intégralité. Pendant 40 ans, ce manuscrit aura été préservé, sinon maintenu aux secrets pour des raisons morales, alors même que son récit est moins un journal intime qu’une reconstruction idéalisée de la vie familiale : dernière de sa famille, Madeleine a voulu témoigner des mœurs d’une famille bourgeoise de l’époque.

  • 3  Binet Alfred, Manuscrit « Mémoire », 25 août 1901.

2Son attachement pour son grand père, qu’elle appelle Père dans son texte, face à l’amour de son propre père, papa, pour Alice, « Papa au contraire avait un goût prononcé pour la petite sœur ». Elle décrit bien sa position d’aîné dans un contexte d’abandon : « On ne s’occupait guère de moi. Jamais je n’eus le souvenir d’un moment de caresses ou d’affection, et je dus m’habituer depuis l’enfance à cette manière qui ne consistait qu’à assurer le bien matériel, sans aucune négligence mais aussi sans penser aux besoins que réclame le coeur. Que de fois l’ai-je regretté. Je ne méritais pas sans doute les démonstrations de la tendresse. J’étais, je crois, un peu sèche, un peu froide, et assez égoïste en apparence du moins rebutée, découragée. J’estimais mon pauvre Papa, que l’on me comprenait mal et certaines phrases que j’avais tort d’émettre, sans y attacher d’importance, étaient toujours sévèrement reprises ». Point d’amertume dans le texte, mais l’envers d’une relation familière avec la jeune sœur, le père et surtout son attachement à sa mère. Les émotions sont très fortes et intériorisées comme l’épouvante après avoir été grondé par la mère comme par le père ; le corps de Madeleine souffre de sa position mais a su trouver dans la plume, non plus des tests de son père, mais son propre style dont Alfred Binet disait que « Madeleine a la mémoire sensorielle »3.

  • 4  Carroy (Jacqueline), Schmidgen (Henning) (2006). Psychologies expérimentales, Leipzig-Paris-Würzbu (...)

3A travers le journal de Madeleine Binet l’archive familiale inédite vient renverser l’interprétation officielle qu’une histoire de la psychologie de Binet voudrait imposer. Au Binet manipulateur d’enfant fait place une construction d’une méthode introspective originale : « Les débats français sur la valeur de ces expériences de « psychométrie » amenèrent Alfred Binet à transformer le sens des expériences de Wundt en faisant un appel systématique à l’introspection. Si Wundt ignora ces expériences et critiqua la psychologie expérimentale pathologique et hypnotique française, ses élèves dissidents de l’école de Würzburg se référèrent à Binet »4. Dix huit mois séparent Madeleine Amélie Géraldine Joséphine Binet (5 novembre 1885-18 février 1961) et Alice Rose Laure Binet (6 juillet 1887-8 décembre 1938), si bien que leur père Alfred Binet pourra introduire dans ses expérimentations une sorte de psychologie comparée et différentielle.

  • 5  Binet Alfred (2011). Notes sur l’étude expérimentale de l’intelligence (1899), Nancy : Ed. B. Andr (...)
  • 6  Hocquart Dominique, « Alfred Binet ou les coulisses de la psychologie expérimentale. » In Antoine (...)
  • 7  Chapuis-Ménard Elisabeth (2000). Place de l’enfant dans l’œuvre d’Alfred Binet, Cahiers Alfred Bin (...)

4Binet aurait inventé des sujets en rebaptisant ses filles Armande et Marguerite dans L’Etude expérimentale de l’intelligence, rien n’est moins sûr, si l’on étudie le manuscrit5 ! Passe-t-on pour autant derrière les coulisses ?6 Élisabeth Chapuis-Ménard travaillant sur L’entourage féminin d’Alfred Binet décrit bien comment « Alfred Binet appartient à une lignée de psychologues qui ont eu recours à leurs proches au titre de sujets expérimentaux. D’un point de vue méthodologique, on peut placer ses travaux entre les monographies d’enfants du XIXè siècle, dont ils se distinguent par une exigence de scientificité affirmée, et les classiques de la psychologie du XXè siècle représentés par les observations de Paul Guillaume ou de Jean Piaget. Ils se distinguent cependant les uns des autres à la fois par l’intensité et la durée prolongée des observations et par la participation active qu’ils requièrent de la part des sujets. Loin de se limiter à la période du premier développement, Alfred Binet suit ses deux filles jusqu’à leur adolescence. Mais son épouse et à l’occasion la domesticité féminine vont également à des titres divers contribuer à diverses recherches qui, pour une large part, se déroulent au domicile familial promu laboratoire annexe. La plus jeune de ses filles partagera avec lui une éphémère notoriété comme critique en co-signant un article sur la psychologie du peintre Rembrandt et l’aînée confiera quelques souvenirs choisis aux pages d’un journal guidée par sa dévotion filiale. En parcourant les publications et les notes de recherches d’Alfred Binet sur une période d’une trentaine d’années, on peut y repérer l’occurrence de ces femmes qui n’ont cessé de l’entourer dans l’ombre, sujets fantomatiques, présentes et absentes tout à la fois ».7

5L’autorité d’Alfred Binet sur sa femme est bien réelle, en lui imposant son rythme quotidien de travail (« Chaque jour de 8 heures à midi, enfermé dans son cabinet surchargé de livres et de manuscrits où courait sa petite écriture ronde et nette, il interdisait toute irruption intempestive : « Ce sont mes heures d’or » avait-il coutume de dire et nous les respections religieusement ») et en lui faisant renoncer, selon Madeleine, à une vie plus mondaine et culturelle. Madeleine, derrière ce qui serait de la dévotion, est parfaitement lucide sur l’envers de cet amour : « (3) Qualité ou défaut ? « Combien j’eus préféré de te mieux connaître, ô mon père, je t’aurais sans doute énormément aimé ! » Et cependant Papa il n’avait pas d’autres préoccupations, en dehors de ses constantes recherches, de ses multiples expériences et créations scientifiques que notre vie familiale. Jamais il ne prit le moindre plaisir, n’éprouva la moindre joie à laquelle nous n’aurions pu participer. Je crois que malgré sa terrible réserve, il nous était désespérément attaché. J’en eu la certitude douloureuse le jour de sa mort… « Si papa nous a abandonnés, ai-je pensé, il faut qu’une terrible chose soit venue entre nous ». Tant il était l’indispensable soutien de notre édifice ».

  • 8  Jean-François Laé (2003). L’intimité : une histoire longue de la propriété de soi, Sociologie et s (...)

6Dans le contexte de l’histoire de la famille, la question du genre que nous utilisons pour relire, sinon juger, le fonctionnement de cette famille bourgeoise ne doit nous faire oublier combien le réseau Balbiani de la mère d’ Alice et Madeleine constituait un refuge à ces femmes quand Alfred Binet était entièrement obsédé par son travail et les choses de l’esprit : « Mais Aujourd’hui encore, je ressens, malgré moi, cette admiration totale que je garde comme un trésor auquel nul n’a le droit de porter la main. Discuter mon Papa, amoindrir de mots maladroits d’ignorants cette merveilleuse intelligence qui n’eût que le tort de trot tôt disparaître, m’apparaît en preuve certaine d’infériorité. « Ah ! qu’ils se taisent ceux qui ne comprennent pas ! ».Et cependant, avec la clairvoyance qui impitoyable qui est en moi, j’aperçois dans le domaine plus léger du caractère, de petits côtés qui ne s’étant pas développés au même rythme, se sont divertis à rester en chemin. Mais ils formaient un ensemble charmant, attendrissant pour mon cœur d’enfant, parce qu’ils me rapprochaient un peu plus de lui. Mon père s’il se livrait entièrement du côté de l’esprit, si son imagination et sa fantaisie étaient pour nous monnaie courante à tel point que je n’en éprouvais plus l’admiration qu’elles méritaient, sa vie intérieure, son « moi », ses sentiments affectifs nous étaient soigneusement voilés. Nous étions d’ailleurs tous les quatre assez peu démonstratifs et les mots et les caresses que nous distribuions avec tant de facilité à nos chiens, ne s’égaraient guère sur nous-mêmes, une pudeur sentimentale, une timidité suprême du cœur fermaient l’issue de nos tendresses, laissant inviolée notre vie intime et personnelle ». La défense du père est aussi dans une culture de la pudeur dans laquelle le toucher et l’expression de soi8. Ce journal, sans doute écrit en 1948 n’est pas un journal intime comme l’étudie Philippe Lejeune dans les journaux des jeunes filles du début du XXè siècle : les secrets sont encore cachés, malgré les biffures, que nous avons reproduit, comme si l’écriture était plutôt une écriture a posteriori après la mort de sa sœur Alice et de la mère par l’unique témoin qui restait.

Extrait

Madeleine Binet9

Mon père et nous

7(1) En évoquant les premières années de ma vie, je me vois immédiatement entourée des ombres tremblantes de ceux que j’ai aimés et qui, hélas, ont quitté ce monde, où je suis encore… par une sorte de fatalité, si l’on pense que je reste seule sur les 8 ou 9 personnes qui formaient notre petit univers.

  • 10  Alfred Binet né le 11 juillet 1857 à Nice et mort le 18 octobre 1911 à Paris.

8Mon père10 mourut relativement jeune puisqu’il nous quitta en 1911, c’est-à-dire à 53 ans. Mon père... que ce mot de sens respectueux et lointain s’applique mal à celui que nous nommions simplement « Papa » avec une si tendre familiarité. Il fut pour nous le centre même de notre existence, le maître, le dispensateur des joies, l’indispensable protecteur sans lequel notre famille devait connaître son effondrement. Ses conseils, ses jugements, ses ordres étaient indiscutables, et après ses paroles, je n’envisageais aucune possibilité d’arguments contraires. Je ne sais si ses collègues en science commettaient ces impairs, mais pour moi pour nous, il était la raison, et j’eus qualifié de criminelle, en mort toute phrase audacieuse se permettant de juger ses pensées au sens critique du mot... et plus encore de stupide celui qui eut osé l’émettre. C’était là, je le sais, un sentiment échauffé d’amour filial, car toutes les idées ont droit à la discussion.

9Mais Aujourd’hui encore, je ressens, malgré moi, cette admiration totale que je garde comme un trésor auquel nul n’a le droit de porter la main. Discuter mon Papa, amoindrir de mots maladroits d’ignorants cette merveilleuse intelligence qui n’eût que le tort de trot tôt disparaître, m’apparaît en preuve certaine d’infériorité. « Ah ! qu’ils se taisent ceux qui ne comprennent pas ! ».

10Et cependant, avec la clairvoyance qui impitoyable qui est en moi, j’aperçois dans le domaine plus léger du caractère, de petits côtés qui ne s’étant pas développés au même rythme, se sont divertis à rester en chemin. Mais ils formaient un ensemble charmant, attendrissant pour mon cœur d’enfant, parce qu’ils me rapprochaient un peu plus de lui.

11Mon père s’il se livrait entièrement du côté de l’esprit, si son imagination et sa fantaisie étaient pour nous monnaie courante à tel point que je n’en éprouvais plus l’admiration qu’elles méritaient, sa vie intérieure, son « moi », ses sentiments affectifs nous étaient soigneusement voilés.

12Nous étions d’ailleurs tous les quatre assez peu démonstratifs et les mots et les caresses que nous distribuions avec tant de facilité à nos chiens, ne s’égaraient guère sur nous-mêmes, une pudeur sentimentale, une timidité suprême du cœur fermaient l’issue de nos tendresses, laissant inviolée notre vie intime et personnelle.

13Et cependant Papa il n’avait pas d’autres préoccupations, en dehors de ses constantes recherches, de ses multiples expériences et créations scientifiques que notre vie familiale. Jamais il ne prit le moindre plaisir, n’éprouva la moindre joie à laquelle nous n’aurions pu participer. Je crois que malgré sa terrible réserve, il nous était désespérément attaché. J’en eu la certitude douloureuse le jour de sa mort… « Si papa nous a abandonnés, ai-je pensé, il faut qu’une terrible chose soit venue entre nous ». Tant il était l’indispensable soutien de notre édifice.

14Physiquement, mon père était de visage régulier, avec un beau front large, un menton arrondi, une bouche petite... et son regard difficile à soutenir, trop fin, trop intelligent, vous déshabillait l’âme. Ses cheveux noirs coupés courts, une barbe légère accusaient un profil s’apparentant à celui d’un bien connu d’un François 1er peint par Clouet.

15Ses mains étaient très belles, petites, assez grasses, avec les doigts effilés à la dernière phalange. « Des mains faites pour bénir » avait dit un jour une dame amie. Il était grand, d’allure simple et noble, et par sa mort prématurée, rien ne nous laissa le souvenir des fatals stigmates de l’âge.

16Je ne puis résister au plaisir de noter à présent combien Papa était loin d’évoquer la traditionnelle figure du savant. Il était si gai, aimant à nous instruire de ses récits pleins d’images charmantes, et d’une telle fantaisie que tous les récits autres que les siens, entendus depuis me sont toujours apparus fades et pauvres, dépourvus de l’esprit qu’il y mettait sans affectation, sans y penser même, parce qu’il en (4) dispensait sans économie, sachant inconsciemment la source intarissable. « Je meurs d’imagination » nous disait-il parfois en riant.

17S’il aimait les plaisanteries, les « farces » innocentes où se révélaient peut-être ses origines italiennes, il vénérait profondément le travail, l’encourageait ardemment. Il avouait être sans mérite « Le travail me pousse, le travail m’entraîne. C’est malgré moi, je suis fait pour travailler comme Friquet pour creuser des trous. » (Friquet, notre petit carlin). Une passion... Papa subissait la passion du travail et l’a subie jusqu’à la limite extrême de ses forces. « Je donnerais n’importe quoi pour vous permettre de travailler, disait-il souvent à ma sœur et à moi… Mais pour vous procurer du plaisir, si petit soit-il, je ne lèverais pas le doigt ! ». Ce qui n’était pas complètement exact, heureusement.

18Il avait la connaissance de sa valeur, ne pouvait supporter les bavardages inutiles, s’irritait des moments perdus, avait le mépris le plus profond des imbéciles et des ignorants. Il était sévère et parfois violent. Jamais il ne supportait d’être, le matin, distrait de son travail. Chaque jour de 8 heures à midi, enfermé dans son cabinet surchargé de livres et de manuscrits où courait sa petite écriture ronde et nette, il interdisait toute irruption intempestive : « Ce sont mes heures d’or » avait-il coutume de dire et nous les respections religieusement.

  • 11  (nBA) Jean Zay Ministre de l’éducation nationale du 4 juin 1936 au 10 septembre 1939.

19Mes souvenirs sur la vie de mon père resteraient incomplets si je ne laissais une place autorisée aux voix autorisées de savants ayant naturellement connu son œuvre et qui se sont faites entendre à l’occasion du Jubilé de la Psychologie scientifique française, le Jeudi 22 juin 1939 à la séance commémorative qui eut lieu dans l’amphithéâtre Richelieu à la Sorbonne, sous la présidence du grand et malheureux J. Z11 alors ministre de l’Education nationale. (5) Extrait du discours de M. de Farol de l’Institut, administrateur du Collège de France. Extrait du discours de M. Michotte de l’Université de Louvain. L’œuvre d’Alfred Binet par M. Larguier des Bancels. Quelques souvenirs sur A. Binet par le Dr Claparède, Professeur à l’Université de Genève ».

Haut de page

Notes

1  L’ouvrage sera publié à l’occasion du centenaire Binet (Célébrations Nationales 2011) en octobre 2011 (édition Société Binet-Simon). Commande auprès de Bernard Andrieu 30, rue Félix Faure 54000 Nancy.

2  Binet Madeleine (1968). Souvenirs sur Alfred Binet, Bulletin de la Société Binet-Simon, 503, 201-207.

3  Binet Alfred, Manuscrit « Mémoire », 25 août 1901.

4  Carroy (Jacqueline), Schmidgen (Henning) (2006). Psychologies expérimentales, Leipzig-Paris-Würzburg (1890-1910), Mil neuf cent, 24.

5  Binet Alfred (2011). Notes sur l’étude expérimentale de l’intelligence (1899), Nancy : Ed. B. Andrieu/Ed. Société Binet-Simon.

6  Hocquart Dominique, « Alfred Binet ou les coulisses de la psychologie expérimentale. » In Antoine Savoye et Rémi Hess (Ed.), Perspectives de l’analyse institutionnelle, Paris : Méridiens Klincsieck, 13-31. Hocquard D. (2001). La subjectivité dans l’objectivité scientifique des classifications, La lettre de l'enfance et de l'adolescence I , 43, 19-26.

7  Chapuis-Ménard Elisabeth (2000). Place de l’enfant dans l’œuvre d’Alfred Binet, Cahiers Alfred Binet, 662, 73-90. Chapuis-Ménard E. (2004). Les enquêtes de psychologie de l’enfant, une industrie, Mil neuf cent. Revue d'histoire intellectuelle, I, 22. Chapuis-Ménard E. (2005). L’entourage féminin d’Alfred Binet. In Jacqueline Carroy, Nicole Edelman, Annick Ohayon et Nathalie Richard (dir.), Les femmes dans les sciences de l’Homme (XIX-XXe siècles. Inspiratrices, collaboratrices ou créatrices, Paris : Seli Arslan ; Chapuis-Ménard E (2006). La question de l’autorité chez Alfred Binet, Séminaire : Psychologie, psychiatrie et psychanalyse : histoires croisées, EHESS.

8  Jean-François Laé (2003). L’intimité : une histoire longue de la propriété de soi, Sociologie et sociétés, 35, 2 139-147.

9  Madeleine Amélie Géraldine Joséphine Binet (5 novembre 1885-18 février 1961). Ce manuscrit (daté du 14 octobre 1948) écrit par Madeleine Binet, sur un simple cahier, a été conservé par Georgette et Géraldine Binet. Une partie très sélective avait été donnée, par elles, au Bulletin de la Société Binet-Simon. A la suite de la mort de Géraldine, Eric Binet l’a confié à Bernard Andrieu, le 17 avril 2010, pour en établir une édition scientifique à l’occasion du Centenaire d’Alfred Binet.

10  Alfred Binet né le 11 juillet 1857 à Nice et mort le 18 octobre 1911 à Paris.

11  (nBA) Jean Zay Ministre de l’éducation nationale du 4 juin 1936 au 10 septembre 1939.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Recherches & Educations, 4, 2011, p. 129-134

Référence électronique

Bernard Andrieu, « Le journal de Madeleine Binet (extrait) », Recherches & éducations [En ligne], 4 | mars 2011, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 17 août 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/792

Haut de page

Auteur

Bernard Andrieu

Faculté du sport UHP - Université de Nancy II

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org