Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Mémoires d’Ici (Dir.), « Ils ont voulu changer l’école. Histoire des pédagogies actives dans le Jura, 1950-1970 », Neuchâtel, éditions Alphil – Presses universitaires suisses, 2009, 223 p.

Laurent Gutierrez
Référence(s) :

Neuchâtel, éditions Alphil – Presses universitaires suisses, 2009, 223 p.

Texte intégral

1L’initiative prise par les éditions Alphil des Presses universitaires suisses de publier un ouvrage collectif dédié à l’histoire des pédagogies actives dans le Jura après la Seconde Guerre mondiale, mérite d’être saluée à plus d’un titre. La qualité des matériaux rassemblés joue indéniablement dans cette entreprise éditoriale. Les différents fonds d’archives ont été exploités avec minutie et discernement au service d’une analyse pertinente sur la réalité de cette histoire locale trop souvent délaissée par les historiens de l’éducation. Les iconographies exploitées renforcent aussi le plaisir que l’on éprouve à lire cet ouvrage qui nous donne à voir aussi bien des travaux d’enfants, des périodiques pédagogiques, des portraits des divers acteurs de cette aventure réformatrice que les plans des établissements accueillant ces expériences novatrices.

2Mais revenons aux témoignages recueillis dans ce livre. Sans conteste, ils apportent un éclairage particulièrement saisissant sur des expériences pédagogiques qui naissent dans un environnement où l’on ne les attend pas forcément. La situation géographique du Jura où émergent ces classes nouvelles témoigne qu’au-delà des conditions matérielles, l’éducation nouvelle naît, avant tout, de l’initiative de ceux qui souhaitent participer à ce nouvel élan en pédagogie. « A monde nouveau, éducation nouvelle », tel est le slogan par lequel Anne Beuchat et Dominique Quadoni introduisent l’œuvre d’« Edgar Sauvain et l’éclosion d’une nouvelle école dans le Jura » (p.17-92). Retraçant les étapes consécutives par lesquelles est passé cet instituteur dans sa relation à l’Ecole active, les auteurs ne manquent pas de souligner les résistances aux changements qui ont toujours accompagné cette marche en avant. L’action de Sauvain est aussi analysée au travers de ses responsabilités au sein de la Société pédagogique Jurassienne. Le rôle d’Edmond Guéniat, directeur de l’Ecole normale de Porrentruy, au début des années 1950, en faveur des méthodes nouvelles d’enseignement est également rappelé et situé dans ses rapports avec Célestin Freinet et l’Institut Coopératif de l’Ecole moderne (p.58-68). L’analyse de l’extension des méthodes actives aux élèves en difficulté est intelligemment menée dans le sens où elle fait apparaître les motifs mais aussi les justifications scientifiques de ceux qui en font le pari de l’adaptation (p.69-83). Le « décalogue pédagogique » (p.83-84) d’Edgar Sauvain résume bien, enfin, cette conception d’un enseignement intégral dont la finalité demeure l’autonomie des élèves dans la lignée des principes prônés par le mouvement de l’éducation nouvelle.

3Dans un deuxième chapitre consacré à « la difficile émergence des méthodes actives dans un pays rangé » (p.101-137), Michel Girardin revient sur les moments constitutifs de cette histoire des pédagogies actives dans le Jura. Les différents procédés y sont passés au crible de l’analyse. Les positions et l’influence qu’exercèrent Raymond Fonvieille, promoteur de l’analyse institutionnelle, et Fernand Oury, artisan de l’autogestion pédagogique, sur les membres de la Société suisse de travail manuel et de réforme scolaire (SSTMRS) et sur ceux du Groupe romand pour l’étude des techniques d’instruction (GRETI), y sont relatées dans le cadre d’une rétrospective éclairée de la problématique du rapport au pouvoir et à l’exercice de l’autorité au sein de la classe à partir de la fin des années 1960 (p.116-137).

4Le témoignage de Denis Petitjean, enseignant à Souboz dans un village du Jura Bernois (p.139-153), qui pratiqua les méthodes actives dans sa « Classe unique » entre 1959 et 1969, nous apporte la preuve, une fois de plus, de l’importance du rôle de l’instituteur dans la réalisation de cette entreprise éducative. Cet éclairage est d’autant plus intéressant qu’il s’inscrit dans un processus de « disparition des pédagogies actives dans l’arc jurassien » comme le démontre Pierre Petignat dans le chapitre qui suit (p.155-171). Après s’être interrogé sur l’aspect soluble des pédagogies actives dans la pédagogie traditionnelle, l’auteur en vient à se demander, sur la base de son expérience, si l’école romande, garante des traditions scolaires, n’a pas précipité ce phénomène (p.166-170). Cette option ne saurait satisfaire l’observateur de cette réalité pédagogique qui affirme que le choix d’une pédagogie n’est pas un effet de mode « mais plutôt le résultat d’une évolution sociale et du regard porté par la société sur le fait scolaire » (p.170).

5Dans un dernier chapitre fort instructif que l’on doit à Sylvain Malfroy sur les « petites innovations et grands changements dans l’architecture scolaire jurassienne » (p.175-214), l’auteur étudie l’évolution des bâtiments scolaires à Moutier entre 1835 et 1955, identifiant, à chaque époque, l’incidence des choix politiques, économiques et sociaux sur les options adoptées en la matière. Un recensement du parc immobilier scolaire jurassien parachève cette analyse minutieuse sur l’évolution des conceptions architecturales dues, au-delà de la critique des édifices traditionnels, à l’influence des expériences de pédagogies nouvelles.

6Cet exemple de « révolution pédagogique locale » atteste de la force de conviction des artisans de l’éducation nouvelle. Dans sa préface, Philippe Meirieu a raison de rappeler, après Daniel Hameline, que ce mouvement d’éducation contient dans ses germes, la sève de son propre développement. Remercions les auteurs du bel effort réalisé dans ce sens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Gutierrez, « Mémoires d’Ici (Dir.), « Ils ont voulu changer l’école. Histoire des pédagogies actives dans le Jura, 1950-1970 », Neuchâtel, éditions Alphil – Presses universitaires suisses, 2009, 223 p. », Recherches & éducations [En ligne], 4 | mars 2011, mis en ligne le 22 décembre 2012, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/795

Haut de page

Auteur

Laurent Gutierrez

Université de Rouen, Laboratoire CIVIIC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org