Navigation – Plan du site

La société et ses présidents

Guy Avanzini
p. 77-83Recherches & Educations, 5, 2011, p. 77-83

Texte intégral

1Le centenaire de la disparition d’Alfred Binet invite à s’interroger sur l’histoire de la Société qui porte son nom. Fondée en 1899, celle-ci poursuit en effet ses activités, manifestant ainsi une vitalité dont sans doute peu d’associations pédagogiques peuvent se prévaloir. Or, pendant ces 112 années, elle n’a connu que cinq présidents, ce qui amène à identifier, dans la mesure du possible, leurs apports respectifs. Entre eux, y-a-t-il eu rupture ou continuité ?

  • 1  Sur le détail de cette histoire, cf. G. Avanzini, Alfred Binet et la pédagogie scientifique, Paris (...)

2Ferdinand Buisson fut le premier, mais c’est lui, bien qu’à deux reprises, qui l’exerça le moins longtemps : quatre ans, en tout. Alors titulaire de la chaire de Science de l’Education de la Sorbonne, il accède au désir des auditeurs de la Conférence pratique de pédagogie, qu’il animait, de voir se constituer une société vouée à l’étude de l’enfant. Or, son statut personnel et son réseau relationnel lui assuraient une autorité et une influence qui, tout à la fois, en facilitèrent la structuration administrative et favorisèrent les adhésions requises pour sa stabilisation et son essor1.

3Si Buisson accueillait avec faveur l’essor de la pédagogie et si le climat positiviste de l’époque le sensibilisait à son approche « scientifique », il entendait néanmoins celle-ci de façon souple, plutôt comme un savoir raisonné que comme une exigence méthodologique astreignante ; sa préférence le portait davantage au discours idéologique et aux développements oratoires du républicanisme de l’époque qu’à la rigueur des procédures expérimentales. Cependant, sans doute embarrassé par quelques divergences vite apparues sur la nature des travaux à entreprendre et souhaitant les surmonter, il sollicita, malgré ce qui pouvait différencier leurs conceptions respectives de la recherche, l’arbitrage d’Alfred Binet. D’abord hésitant, celui-ci accepta de se rendre à l’Assemblée Constitutive du 9 novembre 1899. Saisissant alors que cette structure était susceptible de faciliter ses propres investigations, il s’y investit très vite, en devint vice-président en mars 1901 et succéda le 23 novembre 1902 à Buisson, alors élu Député de la Savoie.

  • 2  Ibidem.

4Mais après la mort inattendue, en octobre 1911, et face au désarroi de la Société, qui toutefois désirait manifestement lui survivre, Buisson accepta de reprendre, provisoirement, la présidence et l’assure pendant un an. Il est donc pleinement équitable de le considérer comme celui à qui elle doit à la fois sa constitution et son maintien qui lui donna son assise institutionnelle et établit le cadre grâce auquel elle put entreprendre la démarche expérimentale à laquelle il n’était pas enclin. En la confiant à Alfred Binet, et en le soutenant, il lui a paradoxalement permis d’affirmer son positionnement épistémologique et de conquérir ainsi son identité2.

  • 3  A. Binet, La création littéraire, Année 1904, T. 10, p. 3.
  • 4  A. Binet, Commission de la mémoire individuelle, Bulletin de la SLELE, n° 69, 1911, p. 176.

5Alfred Binet allait, quant à lui, en moins de dix ans, lui donner sa pleine efficacité. Depuis longtemps, le désir l’animait d’élaborer ce qu’il appelait « la psychologie individuelle », c’est-à-dire, selon sa propre définition, de « relever les différences psychologiques individuelles, afin d’établir expérimentalement une classification des caractères »3. Cette expression désigne, à ses yeux, la diversité des types intellectuels, et des styles de l’activité mentale, les processus intellectuels fondamentaux dans la multiplicité de leurs modalités possibles, ou encore « les variétés que présente l’état des facultés suivant les individus »4. Or il lui paraît que cette diversité est maximale chez les enfants. De plus, son activité au laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne, comme le climat positiviste le portaient à estimer que la psychologie ne pourrait devenir scientifique qu’en recourant à la méthode expérimentale. Or, une classe constitue précisément par elle-même une sorte de dispositif expérimental, en affrontant les enfants des situations communes auxquelles chacun réagit à sa manière ; elle projette ainsi les différences individuelles. Mais, jusqu’alors, des obstacles administratifs ne lui avaient guère permis de s’introduire autant qu’il le souhaitait dans les écoles.

6C’est pourquoi, dès son élection, il se montre particulièrement actif ; présidant toutes les séances mensuelles, il exerce son énergie aussi bien dans la gestion que dans le travail scientifique ; suscitant constamment de nouvelles initiatives, redoutant passivité et routine, il stimule le zèle de ses collaborateurs. Sa haute idée des exigences de la recherche se manifeste par le refus de toute concession à ce qui à ce qui lui paraît insuffisant ou contestable ; En retour, il n’est pas douteux que ce lien étroit entre Binet et la Société fut pour celle-ci la cause de son essor. Pour en consolider les assises, en accroître le rayonnement et en diffuser les travaux, il ne néglige aucune démarche. Il lui procure des appuis et favorise son audience dans les milieux les plus divers ; afin de lui assurer le soutien actif du ministère de l’Instruction publique, il en maintient le siège social dans les établissements qui en dépendent et entretient des relations suivies avec les hauts fonctionnaires de l’Administration universitaire et académique et les inspecteurs primaires. Parmi eux, Belot qui, devenu Vice-président dès 1903, l’assiste avec une assiduité remarquable et lui rend des services considérables, en autorisant le déroulement des expériences et des enquêtes dans les écoles de sa circonscription comme en les commentant avec faveur dans la revue L’Ecole nouvelle qu’il dirige. En outre, il s’associe des personnalités qui ne relèvent pas du ministère de l’Instruction publique, en particulier des avocats et des médecins : Philippe, Boncour, Voisin, et surtout celui avec lequel sa collaboration se transforma vite en une profonde amitié, le Dr Simon. Ainsi entouré, il multiplie les initiatives destinées à favoriser l’augmentation du nombre des adhérents. Pour cela il effectue des démarches auprès des Inspecteurs primaires, non sans bientôt s’étonner de leur indifférence, comme de celle de beaucoup d’autres éducateurs qui auraient dû, à ses yeux, se sentir particulièrement concernés. Cependant, les inscriptions se multiplient : au nombre de 200 au début en 1900, elles se montent à 750 en 1918, avec une grande variété de professions et de statuts. Mais, surtout, il entend que la Société dispose de sa propre publication. Et de fait, son premier numéro paraît le 15 octobre 1900. Trimestriel pendant quatre ans, le « Bulletin » devient mensuel à partir du numéro 18, daté d’octobre 1904, ou plutôt il paraît tous les mois de l’année scolaire, c’est-à-dire huit fois par an.

  • 5  A. Binet, Nos commissions au travail, Bulletin de la SLEPE, n° 14, Janvier 1904, p. 346.
  • 6  F. Buisson, Discours, Bulletin de la SLPEZE, n° 76, Décembre 1911, p. 72

7Ainsi, la Société est l’institution au sein de laquelle s’est pratiquée, déployée et légitimée la pédagogie expérimentale, qu’il entendait substituer au seul échange d’opinions vagues auxquelles s’abandonne plus souvent le corps enseignant. Il ne craint pas d’écrire que « la méthode expérimentale appliquée à la pédagogie n’est pas seulement une bonne méthode, mais est la seule méthode »5. Et c’est pour son extension qu’il a voulu et préparé l’ouverture du laboratoire de pédagogie expérimentale, installé en novembre 1905 à l’Ecole de la rue de la Grange aux Belles. Certes, il se heurte à la résistance de ceux qui ont notamment certaines notabilités académiques du moment comme Pauline Kergomard ou Louis Liard, demeuraient attachés à l’empirisme et prétentieusement convaincus de la pertinence de leurs vues. Mais, avec autant de courtoisie que de fermeté, il leur faisait savoir que tel n’était point le cas. Et, si leur méfiance persistait durablement, Binet maintenait le cap avec autorité, tout en s’efforçant de former peu à peu les sceptiques à la méthodologie scientifique. Sans entrer ici dans le détail des programmes mis en œuvre, il s’impose donc de voir en Alfred Binet, celui qui a donné à la Société sa crédibilité intellectuelle et son rayonnement. A sa disparition, Ferdinand Buisson pouvait à bon droit saluer en lui son « véritable fondateur »6.

8Après une année d’intérim, Théodore Simon fut élu président le 21 novembre 1912 ; En quelque manière, cela allait de soi. Dès 1902 il avait été le plus proche collaborateur de Binet et co-auteur avec lui de l’Echelle métrique de l’intelligence, à propos de laquelle la tradition associe leurs deux noms. Héritier de sa pensée il était le successeur qui s’imposait naturellement. Et, à quelques mois près, il le fut pendant presque 50 ans.

9Si, entre 1914 et 1918, il doit restreindre son activité scientifique, il suscite ensuite une période d’essor. Plus précisément, sans introduire de mutation épistémologique, fidèle à l’approche expérimentale et recherches, il ouvre de nouvelles perspectives. Il reçoit au laboratoire plusieurs chercheurs étrangers et même, en 1919, invite Jean Piaget à donner une conférence sur la psychanalyse. Mais il se préoccupe surtout de diffuser et d’enseigner la méthode expérimentale. Ainsi, il fonde un groupe d’étude sur les classes de perfectionnement et organise la formation de leurs instituteurs. Lui-même dispense des enseignements de psychologie pédagogiques dans les Ecoles Normales primaires de la Seine et de la Seine et Oise, et propose au corps enseignant des séances d’initiation à la psychologie et à la pédagogie. Mais, surtout, il est associé à la fondation de l’Institut de pédagogie de la Faculté de Lettres de la Sorbonne, et y assure personnellement la direction des travaux pratiques. Enfin, il aide à la création de nombreuses « Filiales » en France et à l’étranger.

10Après 1935, on note néanmoins un certain déclin, sans doute dû à la disparition ou à la retraite des premiers collaborateurs du bureau et à l’obligation de déménager à diverses reprises, ce que ne manque pas de compromettre la dynamique, et même la périodicité des réunions. Plus encore, la deuxième guerre allait, d’avril 1940 à octobre 1944, suspendre la parution du bulletin. Certes, dès que ce fût possible, Simon s’empresse courageusement d’organiser la reprise, mais à un rythme moindre que, après 1956, sa santé le contraignait à ralentir encore, malgré l’aide diligente de Madame Borel-Maisonny et de Mademoiselle Bonnis.

  • 7  R. Zazzo, Intelligence et quotient d’âge, Paris, CUF, 1996, p. 34.

11Dès lors se posait la question de l’avenir, et elle ne manquait pas de l’angoisser. Il n’ignorait rien, en effet, des convoitises dont la Société était devenue l’objet de la part de tel ou tel qui, s’intéressant à Binet, lui semblait nourrir le dessein de l’annexer, voire de la masquer politiquement. Et son amertume demeurait vive à l’égard d’un mot malencontreux de René Zazzo, qui écrit : « Binet meurt. Simon demeure » et, prêtant à celui-ci un « sentiment de piété bien compréhensible » pour un aliéniste moins théoricien que praticien, conclut à un : « point de vue de médecin, intenable pour un esprit scientifique »7. Ainsi s’achevait dans l’incertitude une longue présidence. Faute d’une perspective, la Société allait-elle disparaître ?

12Une solution inattendue vint de Lyon, grâce à Mme Borel-Maisonny qui, à la commission d’habilitation des orthophonistes instaurée après la création de diplôme d’Etat, siégeait avec le Professeur Husson, de l’Université de Lyon. Celui-ci, sollicité, accepta de prendre le relais, et pour cela, d’être, en décembre 1958, élu vice-président, tandis que, avec l’accent du Directeur Général de l’I.P.N., les services du CRDP de la même ville prenaient en charge le secrétariat. C’est donc désormais rassuré que Théodore Simon disparut peu après, le 4 septembre 1961. Le 10 mai 1962, Léon Husson devenait le 4ème président, et il le fut avec la hauteur de vue et le dévouement qui étaient sa marque propre.

  • 8  Alors Institut de l’Université de Lyon, installé depuis 1960 dans l’immeuble du CRDP.
  • 9  Assemblée Générale du 23 novembre 1963.
  • 10  cf. n° 265, 1965.

13Il lui fallut d’abord organiser le transfert du siège et des archives à l’Ecole pratique de psychologie et de pédagogie de Lyon8, dont il était le directeur, et réorganiser toute la gestion. Il dut aussi trouver l’issue d’une impasse qui, une nouvelle fois, menaça l’existence même de la Société. Zazzo entendait en effet publier une révision de l’Echelle Métrique, dont il avait modernisé divers items, mais au changement desquels, titulaire de droit moral, Madame Simon s’opposait radicalement. Or, nous ne pouvions, estimait Léon Husson, ni entrer en conflit avec elle, ni entraver la liberté de la recherche. Face à ce dilemme, il envisageait de se résigner à une dissolution9 mais, face à la volonté unanime de survie et encouragé par Mesdemoiselles Georgette et Géraldine Binet, il propose un compromis très généreux, au terme duquel la Société abandonnait ses droits sur le test au profit exclusif de Madame Simon, tandis que sa version remaniée paraîtrait sous la seule responsabilité et au seul avantage de son auteur : c’est la N.E.M.I. (Nouvelle Echelle Métrique de l’Intelligence)10.

  • 11  J. Piaget, l’Intelligence selon A. Binet, Bulletin n° 544, III, 1975.

14Renonçant à l’usage parisien de réunions mensuelles, il s’attacha en revanche à renforcer les Filiales, notamment celle de l’Ain. De plus, il recentra l’activité sur la diffusion du bulletin, dont il rétablit la périodicité, rehaussa le niveau et diversifia le contenu en l’ouvrant largement aux travaux de l’association des rééducateurs de la parole et du langage oral et écrit de Madame Borel-Maisonny. De plus, il suscita plusieurs grandes manifestations, qui accrurent notre audience : la célébration du 500ème numéro de la revue, à l’occasion de laquelle il tint à ce que fût aussi évoquée l’ouverture trois siècles plus tôt, en 1668, de la première école pour enfants pauvres voulue par le célèbre prêtre de Lyon que fut Charles Demia. Puis, en 1974, pour le 75ème anniversaire de la Société, il invita Jean Piaget à venir à Lyon pour y traiter, lors d’une séance académique solennelle, de « l’Intelligence selon Alfred Binet »11.

  • 12  Association internationale de pédagogie expérimentale de langue française.
  • 13  La neutralité scolaire, Bulletin n° 66, Février 1910, p. 87.

15Au-delà des discours circonstanciels liés à ces cérémonies ou des Assemblées Générales, l’apport spécifique de Léon Husson se situe dans le registre épistémologique. Certes, il conforte l’approche expérimentale, notamment en soulignant ses liens avec l’ AIPELF12 dont il fut l’un des vice-présidents ; mais, prolongeant une remarque d’Alfred Binet lui-même13 sur l’inaptitude intrinsèque de la science à poser les fins de l’activité humaine, donc sur l’inéluctabilité d’une approche philosophique, il propose des réflexions sur les divers registres de recherche et même sur la notion de « recherche-active », dont il souligne l’adéquation à la pédagogie, en tant qu’indissociable de valeurs dont elle s’efforce de légitimer et de proposer l’intériorisation. Ainsi, c’est la nature même du bulletin qui s’est peu à peu transformée. Tout en demeurant un instrument de travail pour le corps enseignant et les rééducateurs, il s’est installé à un niveau universitaire et est devenu un partenaire reconnu de la réflexion fondamentale sur l’éducation.

16Le 1er juin 1977, Léon Husson ayant, au terme de ces quinze années de présidence féconde, souhaité en être déchargé, la responsabilité me revint, sur sa proposition, de lui succéder.

  • 14  Pensée et actualité d’Alfred Binet, Cahiers Binet-Simon, n° 634, 1, 1993.

17C’était le temps où, à Lyon notamment, et dans un climat parfois tumultueux, se développaient les « sciences de l’éducation » et les grades académiques correspondants, qu’avaient créés les arrêtés de 1967. Cela incitait évidemment à intensifier les liens de partenariat avec ce nouveau département et même, pour des raisons locales, à transférer notre siège social à l’Université Lyon II où, en novembre 1992, à l’occasion du 80ème anniversaire de la disparition d’Alfred Binet, s’est tenu un colloque sur l’actualité de sa pensée14.

18Si la diffusion des bulletins, dont le haut niveau scientifique était désormais unanimement reconnu, a constitué notre constant souci, notre contrainte statutaire d’indépendance, qui donne sens à la Société, l’a cependant exposée à des difficultés financières croissantes, qui nous ont amenés, en modifiant leur formule, à conclure un accord avec les Editions Eres. Puis, grâce au dynamisme du Professeur Andrieu, notre Secrétaire Général, la Société Binet-Simon publie et distribue notre revue sous son titre actuel Recherches & Educations, dont les dossiers thématiques s’avèrent particulièrement appréciés.

19Certes, comme tout au long d’une histoire désormais plus que centenaire, les vicissitudes se sont poursuivies mais des voies de sauvegarde se sont ouvertes ; ainsi, lorsque la retraite a entravé les possibilités d’une gestion lyonnaise et même contraint à un nouveau transfert du siège social, l’Université de Nancy nous a, malgré convoitises et jalousies, permis de poursuivre notre mission : assurer la présence de la pensée d’Alfred Binet.

20Sans entreprendre ici un inventaire exhaustif des initiatives prises à cette fin, signalons-en les deux modalités principales :

    • 15  A. Binet, La perception extérieure.

    - D’abord, en diffusant sa pensée en 1996, la publication d’un inédit de Binet sur la perception extérieure15, puis réédition de ses ouvrages, notamment les Idées modernes sur les enfants et de l’Etude expérimentale de l’intelligence ; projet, en voie de réalisation, d’une parution de ses Œuvres complètes et de sa correspondance avec le travail d’Alexandre Klein, puis parution, sous la direction de B. Andrieu en 2009, d’un collectif : A. Binet, de la suggestion à la cognition (Lyon thermique société) et en 2011 du Journal de Madeleine et ses Notes sur l’étude expérimentale de l’intelligence.

  1. - Ensuite, par des journées d’études, colloques et congrès. Ainsi, à la Sorbonne, pour célébrer en 1990 le centenaire de la Société et en 2000 celui de l’Echelle métrique ; à l’Université de Nancy, en 2007, l’inauguration des Archives Binet, et le 150ème anniversaire de la naissance, enfin à Paris, en octobre 2011, le Congrès du centenaire de sa disparition.

21En amont de leur personne, mais à travers la personnalité de chacun, cette histoire des présidents met en relief un singulier paradoxe : d’une part, l’incessante fragilité d’une société savante exposée à la précarité de ses installations et déménagements successifs, aux difficultés de sa gestion, à la faiblesse de ses ressources ; d’autre part, néanmoins, sa capacité de résister aux obstacles et la volonté affirmée de ses membres, à chaque étape, de survivre et de sauvegarder sa capacité d’expression. Encore lui fallait-il précisément, pour cela, consentir à cette indépendance onéreuse qui lui évitait de s’inféoder tant aux pouvoirs et à leurs faveurs éphémères qu’aux groupes de pression et à leurs idéologies dérisoires et aux courants à la mode et à leurs fluctuations fugaces, aux emballements des « pédagogues » et de la rigidité des « républicains », qui, sauf en quelques cas limites, n’existent vraiment que dans les fantasmes de leurs zélateurs respectifs. Son objet propre, en effet, était et demeure, non par culte de la personnalité mais par conviction, l’affirmation réitérée de ce qui constitue le cœur et le centre de la pensée d’Alfred Binet : l’idée que la pédagogie ne relève ni de l’opinion, ni du bavardage, ni du journalisme, mais de la recherche appropriée à son objet. Au total, cette histoire est celle d’une continuité et d’une fidélité.

Haut de page

Notes

1  Sur le détail de cette histoire, cf. G. Avanzini, Alfred Binet et la pédagogie scientifique, Paris.

2  Ibidem.

3  A. Binet, La création littéraire, Année 1904, T. 10, p. 3.

4  A. Binet, Commission de la mémoire individuelle, Bulletin de la SLELE, n° 69, 1911, p. 176.

5  A. Binet, Nos commissions au travail, Bulletin de la SLEPE, n° 14, Janvier 1904, p. 346.

6  F. Buisson, Discours, Bulletin de la SLPEZE, n° 76, Décembre 1911, p. 72

7  R. Zazzo, Intelligence et quotient d’âge, Paris, CUF, 1996, p. 34.

8  Alors Institut de l’Université de Lyon, installé depuis 1960 dans l’immeuble du CRDP.

9  Assemblée Générale du 23 novembre 1963.

10  cf. n° 265, 1965.

11  J. Piaget, l’Intelligence selon A. Binet, Bulletin n° 544, III, 1975.

12  Association internationale de pédagogie expérimentale de langue française.

13  La neutralité scolaire, Bulletin n° 66, Février 1910, p. 87.

14  Pensée et actualité d’Alfred Binet, Cahiers Binet-Simon, n° 634, 1, 1993.

15  A. Binet, La perception extérieure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Avanzini, « La société et ses présidents », Recherches & éducations, 5 | 2011, 77-83Recherches & Educations, 5, 2011, p. 77-83.

Référence électronique

Guy Avanzini, « La société et ses présidents », Recherches & éducations [En ligne], 5 | octobre 2011, mis en ligne le 15 janvier 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/817

Haut de page

Auteur

Guy Avanzini

Professeur en sciences de l’éducation, Lyon, Président de la Société Binet-Simon, auteur de Binet, Paris, P.U.F, 1999.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org