Navigation – Plan du site

Adapter l’école, adapter l’élève

Binet et Witmer aux origines de l’approche médico-psychologique des difficultés scolaires
Stéphane JACOB
p. 99-109

Texte intégral

1Lorsqu’un enfant se retrouve en situation de souffrance scolaire, différents intervenants et différents services sont mobilisés autour de lui pour soutenir son adaptation scolaire et tenter de lever les entraves à la poursuite de ses apprentissages. Un parcours aménagé peut être proposé afin d’ajuster le projet scolaire aux possibilités de l’élève et de faciliter éventuellement la réalisation des soins dont il montre le besoin. Les diagnostics de dyslexie, dysorthographie, dyscalculie, trouble déficitaire de l’attention sont maintenant chose courante. La situation de souffrance scolaire peut également être liée à des facteurs moins spécifiques : limitation intellectuelle, difficultés sociales de la famille, contexte éducatif, etc. L’approche médico-psychologique des difficultés scolaires considère l’ensemble des variables en jeu et leurs interactions afin de tenter de comprendre la situation de souffrance scolaire de l’élève et essayer d’y remédier.

2Cette approche trouve ses fondements dans les premières tentatives d’application de la psychologie scientifique aux questions scolaires. La contribution d’Alfred Binet est, sur ce plan, importante. Au delà de l’échelle de mesure intellectuelle proposée avec Théodore Simon, le laboratoire de la Grange aux Belles (Paris), rattaché au groupe scolaire du même nom et créé par Binet en 1905, représente le prototype d’un service psychopédagogique. Un autre exemple tout aussi remarquable doit être cité : la clinique psychologique créée par Lightner Witmer à Philadephie (Pennsylvanie, EU) à partir de 1896, considérée comme le tout premier centre médico-psychologique consacré aux enfants d’âge scolaire. Au sein de cette clinique, Witmer reçoit en consultation des parents d’enfants en échec scolaire ou en situation de handicap. Il cherche à évaluer l’origine des troubles et, si possible, à y remédier par des soins médicaux et des rééducations adaptées.

3Deux articles américains destinés au grand public, l’un de 1907, relatif au laboratoire de la Grange aux Belles, l’autre de 1909, relatif à la clinique psychologique de Witmer, sont comparés ici. La première partie est consacrée aux efforts de diffusion de cette approche : comment les journalistes l’introduisent-ils auprès de leurs lecteurs et qui sont ces derniers ? La seconde partie situe le contexte scientifique dans lequel s’inscrivent les deux institutions, les pratiques réelles qui y sont développées et les enjeux auxquelles elles répondent.

Une approche novatrice présentée aux lecteurs américains

Le laboratoire de la Grange aux Belles (Lees, 1907)

4L’article consacré au laboratoire de la Grange aux Belles a été publié en juillet 1907 dans l’American Review of the Reviews, un mensuel représentatif du mouvement réformiste américain, consacré à des thèmes progressistes. Il est signé de Frederic Lees, un journaliste aux centres d’intérêt éclectiques, présenté par la rédaction du journal comme officier de l’instruction publique, exerçant au moment de la rédaction au sein du laboratoire. Cependant, l’article consiste en un simple compte-rendu de visite. Les méthodes utilisées et leur portée sont présentées de manière succincte (l’article ne fait que 5 pages et comprend des photos de grande taille) ce qui laisse un doute sur la collaboration réelle et durable de Lees à l’activité du laboratoire. L’implication de Binet dans la préparation de l’article est néanmoins très vraisemblable : il apparaît sur une des photos (voir figure 2) et ses propos sont largement cités tout au long du texte.

5De manière un peu étrange, l’article s’intitule « the study of the human plant », une formule empruntée au livre de Luther Burbank « the training of the human plant » paru la même année. Burbank, un horticulteur de renom, a fait fortune en développant de nombreux hybrides aux caractéristiques améliorées par rapport aux plantes mères. Dans l’ouvrage qu’il publie en 1907, il tente d’appliquer les conceptions « darwinistes » qu’il a développées à travers sa pratique horticole à l’éducation des enfants. Le programme proposé s’inscrit dans la mouvance eugéniste. Par le titre choisi, qui fait explicitement référence à l’ouvrage de Burbank (1907), mais également par les premiers paragraphes du texte, Lees oriente d’emblée sa présentation des travaux de Binet : les scientifiques commencent à porter leur attention sur la vie de l’enfant de façon à découvrir par quels moyens il peut être amélioré physiquement, intellectuellement et moralement. La photo associée au titre (p. 204) souligne particulièrement ce point de vue. Trois enfants sont présentés côte à côte, en buste, ils ont tous les trois 11 ans mais sont de taille inégale. D’après le texte leur taille s’accorde à leur périmètre crânien et à leur degré d’intelligence. La photo suggère également un lien entre le bon développement et la beauté physique. Le garçon le plus grand présente un visage rond aux traits réguliers tandis que le plus petit présente un visage allongé et des traits moins harmonieux, le garçon du milieu présente des caractéristiques intermédiaires. La sélection des trois enfants induit l’idée d’une gradation sur un continuum où s’associent grandeur, intelligence et beauté.

6L’importance accordée à la mesure dans le laboratoire apparaît quelque peu disproportionnée mais elle est justifiée par Binet qui souligne l’originalité scientifique de son approche : établir les valeurs moyennes pour le développement physique et intellectuel à différents âges, utiliser ensuite ces valeurs pour repérer les enfants qui sont précoces et ceux qui sont retardés. De là l’importance des toises, gabarits, compas de mesures, etc. L’illustration en vis à vis (p. 205) vient à l’appui de cette idée : sept garçons de même âge (11 ans également), photographiés en pied sont alignés par ordre de taille décroissant. L’enfant le plus grand est facile à identifier comme étant le même que dans la photo précédente, celui qui est à la fois grand, beau et intelligent. Finalement, alors que la diversité de taille des enfants alignés pourrait être perçue comme une illustration des variations autour de la moyenne, la présence de ce grand garçon, précédemment présenté comme un type idéal, nous amène à percevoir la série comme une mise en ordre du meilleur au moins bon, gommant ainsi l’importance accordée par Binet à la valeur moyenne (les enfants du milieu, dont la taille est standard, ne sont pas du tout mis en avant).

7Les propositions explicitement attribuées à Binet sont essentiellement de deux ordres. Premièrement, il apparaît préoccupé par des questions de prévention et de santé publique appliquées au milieu scolaire. Il souligne à plusieurs reprises, la nécessité de s’interroger sur l’état de santé de l’enfant lorsque celui-ci présente des difficultés d’apprentissage ou de concentration. Deuxièmement, il affirme que l’examen psychologique des élèves permet de mieux cerner leurs caractéristiques et leurs dispositions ce qui permettrait in fine d’ajuster l’approche éducative afin de tirer le meilleur de chacun des élèves. Les exemples donnés sont très brièvement développés mais sont suffisants pour reconnaitre une allusion aux typologies qu’il a développées auparavant dans son ouvrage sur la suggestibilité (Binet, 1900) et celui sur l’étude expérimentale de l’intelligence (Binet, 1903). Cette approche différentielle des élèves est très peu mise en valeur cependant.

8Les considérations qui terminent l’article concernent les enfants déficients intellectuels, ceux-ci devraient bénéficier d’une éducation spéciale et on nous mentionne la création récente d’une école pour anormaux dans le 17ème arrondissement (rue Lecomte). On pourrait a priori y voir une extension des considérations précédentes : il s’agit d’élèves aux besoins particuliers qui, par le biais d’une éducation spéciale, pourront peut-être contribuer utilement à la société. Mais c’est une vision plus sombre qui l’emporte car on nous précise que ces élèves doivent être exclus du système ordinaire en raison de la mauvaise influence qu’ils exercent sur leurs pairs mieux doués. Là encore, le besoin d’une aide et d’un suivi spécifique pour les élèves en difficulté disparaît derrière des considérations élitistes visant à renforcer l’efficacité du système éducatif.

La clinique psychologique (Hamilton Carter, 1909)

9L’article consacré à Witmer est paru en juin 1909 dans le McClure’s Magazine, un mensuel américain du début du vingtième siècle qui associe des articles de fond et la publication de romans en cours d’écriture sous forme de feuilletons. Le McClure’s Magazine peut également être considéré comme une publication représentative du mouvement réformiste américain. Marion Hamilton Carter signe les 11 pages consacrées à la clinique psychologique. Elle a collaboré au McClure’s Magazine pour plusieurs articles au cours des années 1909-1910. C’est une femme engagée dans les combats progressistes de son temps. Associée au mouvement des suffragettes américaines, elle est également active dans les débats sur la règlementation du travail des enfants et s’intéresse aux questions éducatives. De formation scientifique (elle est Bachelor of Sciences), il est probable qu’elle ait été attentive et bien informée concernant les conceptions psychologiques de son époque, on lui doit en effet deux articles parus dans l’American Journal of Psychology où elle analyse les conceptions de C. Darwin et G.J. Romanes sur le développement de la pensée dans une optique évolutionniste (Hamilton Carter, 1898, 1899).

10L’article s’intitule « the conservation of the defective child », ce que l’on pourrait traduire par « la protection de l’enfant déficient », la notion utilisée en anglais n’évoque cependant pas nécessairement celle de déficience intellectuelle mais plus généralement la présence de défauts ou de défaillances. L’ensemble de l’article est orienté dans ce sens : il s’agit d’analyser les problèmes rencontrés par les élèves en difficulté et, une fois que la source des difficultés est identifiée, d’essayer d’y remédier. La finalité consiste chaque fois à réintégrer l’enfant dans le circuit ordinaire une fois le traitement achevé. La gamme de problèmes scolaires prise en compte au sein de la clinique psychologique est large. Il peut s’agir de difficultés d’intégration (désintérêt scolaire, agressivité, passivité), de soucis médicaux (mauvaise vision, mauvaise audition, gêne respiratoire, trouble articulatoire), de carences éducatives liées à la pauvreté ou à des aberrations dans les pratiques parentales. L’association de plusieurs types de difficultés est identifiée par Witmer comme particulièrement difficile à solutionner.

11L’activité de la clinique s’apparente à celle d’un dispensaire. Hamilton Carter décrit des mères de famille venant consulter le spécialiste pour les difficultés scolaires de leur enfant. Nombre d’entre eux sont en fait des déficients intellectuels. Witmer s’y intéresse peu dans ce cadre. Les cas privilégiés sont ceux des enfants « curables » dont l’intelligence est entravée par des difficultés périphériques (troubles sensoriels, difficultés articulatoires) ou contextuelles (familiales en particulier). Cette question de la « curabilité » est centrale dans la présentation de Hamilton Carter. Elle est soulignée par un montage photo (p. 168) montrant le visage de trois enfants déclarés « hopeless imbeciles » par leur enseignant. Le premier, le regard franc et clair, porteur de lunettes est considéré comme curable. Le second, bouche ouverte et regard inexpressif, est un cas douteux tandis que le dernier, oreilles décollées et yeux mi-clos, est incurable. Au final, la clinique psychologique apparait comme un lieu de rédemption ou des élèves mal partis reprennent la bonne voie une fois que les obstacles présents sur leur chemin ont été levés. Cette référence à la rédemption peut également être reconnue dans l’un des sous titres (« what it costs to save children’s mind », p. 171, souligné par moi).

12Les possibilités de la clinique sont cependant restreintes car il s’agit d’une consultation dans un cadre universitaire sans possibilité de traitement au long cours. Assez logiquement, le projet débouche sur un projet d’institut thérapeutique intégré ou les élèves reçoivent à la fois du soin et de l’éducation. Peu de détails sont donnés à ce sujet mais l’approche parait assez globale puisqu’elle comprend un développement de l’autonomie personnelle, des exercices physiques, un régime alimentaire adapté, des douches, des massages, etc. La motivation face aux apprentissages est encouragée par le recours à des activités manuelles. Par ailleurs, un éloignement de la famille peut être envisagée si celle-ci est perçue comme nocive au développement de l’enfant. Des opérations chirurgicales légères peuvent aussi être planifiées (l’ablation des végétations revient à plusieurs reprises). L’essentiel du travail curatif effectué s’apparente toutefois à une rééducation fonctionnelle telle qu’on la conçoit aujourd’hui : les exemples donnés par Witmer préfigurent l’orthophonie et l’orthoptie. L’article se conclut par un plaidoyer en faveur du développement de ce genre de cliniques scolaires que Hamilton Carter nomme (ou peut être est-ce Witmer ?) des psychological clearing-house, des maisons de réhabilitation psychologique. Il s’agit, en résumé, d’accroître la rentabilité du système éducatif et de minimiser la charge sociale que représentent ces élèves éducables dont on ne tire rien faute d’une prise en compte correcte de leurs difficultés. L’ensemble de l’article reste très proche des idées défendues par Witmer et il est probable qu’il ait utilisé l’opportunité de cette publication pour diffuser davantage ses conceptions et éventuellement élargir ses soutiens.

Psychologie et pédagogie entre 1900 et 1910

Le contexte scientifique international

13L’ouvrage d’Edouard Claparède « Psychologie de l’enfant et Pédagogie expérimentale » (4ème édition, 1911) présente une synthèse bien documentée des rapports entre les recherches en psychologie et l’éducation dans la première décennie du vingtième siècle. L’idée d’appliquer les recherches en psychologie aux questions d’éducation apparaît largement partagée en Europe et aux Etats Unis et de multiples exemples allant dans ce sens sont cités pour l’Allemagne, l’Espagne, la Suisse, l’Italie, etc. Aux Etats Unis, le mouvement cherchant à fonder la pédagogie sur la psychologie débute avant 1900, largement impulsé par Stanley Hall. Hall fonde la National Association for the study of children en 1893 ; les années suivantes voient émerger un large mouvement d’intérêt pour ces questions qui se concrétise par un nombre croissant d’associations, de travaux de recherches et de publications sur le sujet. Parmi les laboratoires universitaires spécialisés, la clinique psycho-pédagogique de Witmer se situe en bonne place, aux côtés du Children’s Institute fondé par Hall à Clark-University. Concernant la situation en France, Claparède conclut :

« en dehors du mouvement créé par Binet cependant, il faut reconnaître qu’en France la pédologie est peu cultivée. Le problème pédagogique a de la peine à sortir de l’ornière traditionnelle de l’abstraction ou de la phraséologie pour gagner le terrain de l’observation précise et de l’expérimentation » (Claparède, 1911, p. 25).

14Outre le laboratoire-école de la Grange aux Belles, il cite parmi les réalisations intéressantes les travaux de la Société Libre pour l’étude psychologique de l’enfant (dirigée par Binet) et ceux du laboratoire d’hygiène scolaire, associé à l’Ecole Normale Supérieure, surtout consacrés à la question de la fatigue scolaire et du surmenage intellectuel.

Le bilan : ambitions et limites

15L’approche utilisée à Paris comme à Philadelphie mêle intimement examen médical et psychologique. Selon Witmer (Hamilton Carter, 1909), le travail du psychologue consiste à identifier la racine du trouble et recenser ensuite les conséquences au plan intellectuel. A cette fin, un examen médical approfondi est réalisé au moyen d’instruments de mesure. Cet examen concerne les 5 sens, la respiration, le rythme cardiaque, la force musculaire, le contrôle du mouvement et son inhibition. Il est complété d’un interrogatoire parental concernant la santé générale, l’alimentation, le sommeil, l’exercice, l’environnement domestique et les antécédents familiaux. Au plan psychologique, l’attention, la mémoire, la volonté, l’intérêt, l’observation et l’association d’idées sont testés. « Everything is recorded, tabulated, systematically arranged » (Witmer, cité par Hamilton Carter, 1909, p. 161). Comme on peut le supposer, il s’agit d’une procédure longue qui peut s’étaler sur plusieurs rendez-vous !

16Au-delà des ambitions affichées, le recensement des instruments et des méthodes mobilisés permet de relativiser la portée de cet examen. Les photos nous montrent un audiomètre (p169), un appareil très encombrant qui occupe deux pièces et permet de tester la fatigabilité du réflexe rotulien ( ? ?, p166-167), et une dernière photo (p.165, voir figure 1), plus particulièrement intéressante, présente le matériel mobilisé pour tester « l’intelligence générale » : un dynamomètre pour la force de la main, quelques cubes de couleur et des écheveaux de laine teintée pour évaluer la vision des couleurs, le sifflet à ultrasons de Galton pour tester la limite de perception des sons, quelques balles pour tester la coordination oculo manuelle, deux jouets figuratifs (un daim et un chien) pour le jeu symbolique et une planche de neuf formes géométriques en bois à encastrer. Cette dernière est décrite comme l’une des meilleures épreuves pour distinguer l’enfant arriéré d’intelligence normale (qui procède par déduction) du faible d’esprit (qui procède par tâtonnements).

Figure 1. Tests d’intelligence générale utilisés par Witmer. D’après Hamilton Carter (1909).

Figure 1. Tests d’intelligence générale utilisés par Witmer. D’après Hamilton Carter (1909).

17Le matériel identifiable dans le laboratoire de la Grange aux Belles est assez voisin. On y trouve des toises et des règles en bois donnant la taille moyenne à différents âges, des compas pour prendre les dimensions crâniennes et la largeur des épaules, un spiromètre pour la détermination de la capacité respiratoire, des écheveaux de laine colorée pour la vision des couleurs, des planches de lettres pour l’acuité visuelle, dynamomètres et esthésiomètres permettent d’évaluer la force musculaire et la sensibilité tactile. On voit sur l’une des photos Binet (voir figure 2) avec un grand disque à la main en train d’évaluer la suggestibilité d’un enfant, on nous parle aussi dans le texte d’une « expérience d’attention » (en français dans le texte, p. 208) consistant à lire et mémoriser un paragraphe littéraire. Au mur, les photos d’enfants de face et de profil sont probablement à mettre en rapport avec l’intérêt de Binet pour la physiognomonie dans l’approche de la personnalité (voir ci-dessous).

Figure 2. Le laboratoire de la Grange aux Belles, Binet à droite sur la photo. D’après Lees (1907).

Figure 2. Le laboratoire de la Grange aux Belles, Binet à droite sur la photo. D’après Lees (1907).

18Cet inventaire est assez déconcertant pour le psychologue d’aujourd’hui car une grande partie des examens réalisés nous apparaissent ressortir davantage du champ médical et pédiatrique. De plus, l’évaluation psychologique recourt à des méthodes qui apparaissent encore bien sommaires. Il n’est à aucun moment question dans l’article de Lees (1907) de l’échelle métrique dont la première version a pourtant été publiée dès 1905. Mais il faut rappeler que, dans sa première forme, elle ne s’applique qu’à la détection des intelligences déficientes. C’est en 1908 seulement que Binet proposera une version modifiée permettant l’évaluation de l’enfant d’intelligence ordinaire (Nicolas, 2006).

Le souhait d’une psychologie appliquée

  • 1  Les noms de Vaney et Simon sont associés à l’article mais par courtoisie, dans la mesure où ils on (...)

19Les deux articles destinés au public américain ont été précédés d’articles sur le même sujet écrits par Binet1 (Binet, Simon, Vaney, 1905) et Witmer (1907) à destination de la communauté scientifique. Dans les deux cas, l’approche médico-psychologique proposée se fonde sur l’intérêt qu’il y aurait à compléter l’examen médical de l’élève par un examen psychologique. Mais, contrairement au médecin, le « psychologue » (le terme est évidement anachronique si l’on se réfère à l’acception actuelle du mot) se trouve assez démuni pour réaliser cet examen, d’où le souhait, exprimé par les deux auteurs, de voir se développer une psychologie appliquée.

20Les quarante pages écrites par Binet sur l’activité du « laboratoire-école de pédagogie » sont reprises d’un discours prononcé devant la Société Libre pour l’étude de l’enfant (un groupe de travail composé essentiellement d’enseignants). Il y défend une vision différente de celle que donne à lire Lees. Tout d’abord, Binet souligne l’attente de solutions pratiques chez les enseignants. Or, si ces derniers sont attentifs aux travaux des psychologues, ils entrevoient difficilement les possibilités d’application. Binet adhère à cette demande sociale et il écrit sans détour : « ce que je désire, c’est que l’on sorte de la période de la théorie, de la spéculation et des discours, et qu’on fasse, à ses risques et périls, et sur une échelle modeste des essais d’application » (Binet et al., 1905, p. 236). Plus précisément, Binet dit rejoindre les propositions de Legendre (du laboratoire d’hygiène scolaire) sur l’intérêt qu’il y aurait à tenir un dossier médical pour chaque élève où, à intervalles réguliers, on inscrirait son poids, ses mensurations, ainsi que les résultats de l’examen médical. Ce dossier permettrait un suivi de l’état de santé et permettrait une meilleure prévention. Binet propose de compléter cet examen purement médical par un examen psychologique qui permettrait de caractériser l’élève par sa mémoire, son imagination, ses dons d’observation et son jugement esthétique. Mieux connaître l’enfant permettra d’adapter la pédagogie à ses possibilités réelles « afin que chaque membre de la grande famille humaine soit dirigé vers la place où il sera le plus utile aux autres et à lui-même » (Binet et al., 1905, p. 237). Le laboratoire école de pédagogie s’inscrit dans le droit fil de cette démarche et se veut, à une échelle acceptée comme modeste (le local fait 20 m2, il n’y a pas plus que ce que l’on voit sur les photos de Lees…), une première tentative d’application de ce projet. Cette idée est cependant peu développée dans la suite du texte. Dans la partie concernant les meilleures méthodes pour l’appréciation de l’intelligence, Binet argumente en faveur d’une corrélation entre développement physique et intellectuel (reprise et illustrée par Lees) et plaide pour l’utilisation de la graphologie, de la chiromancie et de la physiognomonie dans l’évaluation de la personnalité. En fait, passées les six premières pages, et sans réelle transition, Binet considère le laboratoire comme un espace dédié aux recherches pédagogiques et à leur application en milieu scolaire. Le laboratoire permet finalement de tester en condition réelle, puisqu’il se situe dans une école, différentes questions d’intérêt pratique. Par exemple, il s’agit de proposer à l’enseignant une méthode rapide et fiable pour détecter les élèves présentant des difficultés visuelles ou auditives dans une classe et ensuite tenir compte de ces données dans l’attribution des places aux élèves. Les résultats issus de l’activité du laboratoire-école seront repris et développés dans Les idées modernes sur les enfants (Binet, 1908). Binet développera aussi dans cet ouvrage son concept d’orthopédagogie mentale qui s’apparente à ce que l’on nommerait aujourd’hui un programme de remédiation cognitive.

21Des préoccupations très voisines sont identifiables chez Witmer. L’article qu’il publie en 1907 en préambule de sa revue nouvellement fondée Psychological Clinic est particulièrement important puisqu’il y décrit le cheminement intellectuel qui l’a conduit, à partir de problématiques réelles rencontrées au cours de sa carrière, à imaginer, baptiser et enseigner rien moins que la psychologie clinique ! De manière très explicite, il justifie l’emprunt du terme « clinique » à l’approche médicale : il ne s’agit pas de faire une psychologie médicale, ni de se tenir au chevet du patient comme le suggère l’étymologie du terme mais d’aller à l’encontre d’une psychologie qui dérive ses principes de spéculations philosophiques et chercherait à appliquer directement à l’enfant les résultats d’expérimentation faites au laboratoire. Au contraire, le psychologue clinicien s’intéresse à l’enfant dans sa singularité (« the clinical psychologist is interested primarily in the individual child », Witmer, 1907) et cherche à lever les obstacles qui entravent le développement physique et psychologique de celui-ci. Les différentes actions mises en place, les remédiations pédagogiques notamment, doivent être soigneusement évaluées dans leurs effets et c’est à ce niveau que le psychologue clinicien contribue à l’avancée de la science. Witmer souligne à plusieurs reprises dans le texte l’absence de propositions concrètes faites par la psychologie scientifique, ce qui n’entame pas d’ailleurs sa confiance dans la possibilité de s’appuyer sur les acquis de la psychologie pour imaginer différents types de remédiations :

 « At that time (1896) I could not find that the science of psychology had ever addressed itself to the ascertainment of the causes and treatment of deficiency in spelling. Yet here was a simple developmental defect of memory ; and memory is a mental process of which the science of psychology is supposed to furnish the only authoritative knowledge. It appeared to me that if psychology was worth anything to me or to others it should be able to assist the efforts of the teacher in a retarded case of this kind”. (Witmer, 1907)

Conclusion

  • 2  L’orthopédagogie mentale proposée par Binet (1908, pp 143-154) constitue également un début d’appr (...)

22La création du laboratoire école de Paris et celle de la clinique psychologique de Philadelphie répondent à des logiques similaires. Binet et Witmer perçoivent tous deux l’intérêt qu’il y aurait pour la psychologie scientifique à se confronter aux problèmes pratiques que pose la pédagogie. Dans cette tentative de rapprochement, les deux hommes empruntent des voies différentes mais complémentaires. Binet (Binet et al., 1905) privilégie le courant psychopédagogique, en expansion à l’époque, et s’intéresse surtout aux adaptations scolaires. Witmer (1907), au contraire, s’engage hardiment dans l’approche rééducative et thérapeutique et tente d’imaginer, au cas par cas, des propositions qui permettraient de réadapter l’élève au contexte scolaire2. C’est à la croisée de ces deux voies explorées par Binet et Witmer, l’adaptation scolaire et le soutien au développement psychologique de l’enfant, qu’émerge l’approche médico-psychologique des difficultés scolaires.

  • 3  En France, les politiques de prévention de l’échec scolaire remontent seulement aux années 70 ...

23Certes, nous n’en sommes encore qu’aux prémices et la diffusion de ces nouvelles idées prendra du temps3. Les deux textes analysés ici (Lees, 1907 et Hamilton Carter, 1909), montrent qu’il existait à l’époque la possibilité d’une réception favorable par certains publics. Le lectorat progressiste américain se montre attentif aux innovations internationales concernant les pratiques pédagogiques et les magazines destinés à ce public accueillent volontiers dans leurs colonnes les articles sur ces sujets. La présentation qui est faite par les deux journalistes présente cependant une vision « orientée » du projet scientifique : la problématique de l’échec scolaire est chaque fois envisagée comme un échec de la pédagogie qui doit donc être amendée ou réformée. Dans l’article de Lees (1907), c’est l’application d’un programme rationnel basé sur l’application de méthodes scientifiques (mesures, comparaisons, sélection) qui permettrait d’optimiser les résultats pédagogiques. Dans celui de Hamilton Carter (1909) c’est le couplage entre l’école et une annexe à vocation curative qui permettrait de gagner en efficacité. Aucun des deux textes ne développe l’idée d’une meilleure adéquation, à découvrir, entre les possibilités de l’élève, ses besoins, et la pédagogie qui lui est dispensée. C’est pourtant l’idée, à peine émergente mais néanmoins présente chez Binet comme chez Witmer, qui nous parait aujourd’hui la plus novatrice.

Haut de page

Bibliographie

Binet, A. (1900). La suggestibilité. Paris : Schleicher frères.

Binet, A. (1903). L’étude expérimentale de l’intelligence. Paris : Schleicher frères.

Binet, A. (1908). Les idées modernes sur les enfants. Paris : Flammarion.

Binet, A., Simon, T., Vaney, V. (1905). Recherches de pédagogie scientifique. Année Psychologique, 12, 233-274.

Burbank, L. (1907). The training of the human plant. New York : The Century Co.

Claparède, E. (1911). Psychologie de l’enfant et pédagogie expérimentale. Quatrième édition, revue et augmentée. Genève : Kündig.

Hamilton Carter, M. (1898). Darwin’s idea of mental development. American Journal of Psychology, 9, 534-559.

Hamilton Carter, M. (1899). Romanes’ idea of mental development. American Journal of Psychology, 11, 101-118.

Hamilton Carter, M. (1909). The conservation of the defective child. McClures Magazine, 33, 160-171.

Lees, F. (1907). The study of the human plant. The American Monthly Review of the Reviews, 36, 202-207.

Nicolas, S. (2006). Préface de l’éditeur. In A. Binet et T. Simon. La mesure de l’intelligence chez le jeune enfant. (pp. V-XV). Paris : L’Harmattan.

Witmer, L. (1907). Clinical psychology. Psychological Clinic, 1, 1, 1-9.

Haut de page

Notes

1  Les noms de Vaney et Simon sont associés à l’article mais par courtoisie, dans la mesure où ils ont largement contribués au développement du laboratoire, Binet est en fait le seul auteur.

2  L’orthopédagogie mentale proposée par Binet (1908, pp 143-154) constitue également un début d’approche rééducative des fonctions cognitives mais elle se présente davantage comme une méthode de remédiation générale applicable aux élèves en grand retard scolaire plutôt qu’une réponse ciblée face à une situation individuelle.

3  En France, les politiques de prévention de l’échec scolaire remontent seulement aux années 70 ...

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Tests d’intelligence générale utilisés par Witmer. D’après Hamilton Carter (1909).
URL http://rechercheseducations.revues.org/docannexe/image/822/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Figure 2. Le laboratoire de la Grange aux Belles, Binet à droite sur la photo. D’après Lees (1907).
URL http://rechercheseducations.revues.org/docannexe/image/822/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 495k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Recherches & Educations, 5, 2011, p. 99-109

Référence électronique

Stéphane JACOB, « Adapter l’école, adapter l’élève », Recherches & éducations [En ligne], 5 | octobre 2011, mis en ligne le 15 janvier 2012, consulté le 22 juin 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/822

Haut de page

Auteur

Stéphane JACOB

Psychologue praticien, docteur en psychologie, SESSAD ADIPAY TSL APAJH 78

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org