Navigation – Plan du site

Ovide Decroly et Alfred Binet : deux itinéraires aux racines de la pédagogie expérimentale et des sciences de l’Education.

Sylvain Wagnon et Marcelle Le Boucher-Clarinval
p. 111-126Recherches & Educations, 5, 2011, p. 111-126

Entrées d’index

Chronologique :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Notre contribution vise à comprendre les relations de la pensée et de l’action d’Alfred Binet et d’Ovide Decroly. Car s’ils restent deux figures incontournables de l’histoire de l’Education, néanmoins leurs actions sont souvent réduites à de simples citations de leurs noms ou des rappels de quelques éléments de leur pensée : l’échelle métrique de l’intelligence pour Alfred Binet et le principe de globalisation pour Ovide Decroly. Ces éléments sont évidemment non seulement très réducteurs de leurs actions mais « faussent » également la portée et leurs influences multiples. Ainsi, notre objectif n’est évidemment pas ici d’analyser l’ensemble de leurs relations et les multiples facettes de leurs activités et travaux. Il consiste, par contre, à découvrir en quoi leurs itinéraires nous permettent de mieux appréhender à la fois le formidable élan et l’espoir d’une pédagogie scientifique à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, mais aussi l’élaboration d’une science de l’éducation aux contours et aux références multiples ainsi que les illusions et les résistances à l’idée de créer une nouvelle science.  

  • 1  Nous utiliserons également la correspondance manuscrite entre les deux hommes, conservée au CED de (...)

2Concernant les relations entre les deux hommes, l’étude des archives d’Ovide Decroly met en lumière à la fois la quantité d’articles et comptes rendus se référant aux travaux d’Alfred Binet mais aussi une sorte de malentendu permanent qu’il nous faudra définir et qui semble créer entre eux une distance et de nombreuses réserves, au delà du respect réciproque qu’ils se portent et qu’ils réaffirment dans chacun de leurs écrits.
A partir de leurs écrits respectifs dont la lecture est semblable à celle d’une correspondance1, nous voudrions établir comment ils ont mis en place, chacun à leur façon, non seulement des éléments fondamentaux du socle intellectuel de la pédagogie expérimentale mais aussi créé les conditions et les outils de cette connaissance scientifique de l’enfant.

3Afin d’esquisser une réponse à ces questions, nous aborderons tout d’abord ce chassé-croisé de leurs expériences et de leurs écrits qui dessinent la construction d’une réelle psychométrie.
Ensuite, nous voudrions aborder la question de leur contribution réciproque à une pédagogie scientifique ; car la question de la construction d’une psychométrie, si elle apparaît primordiale par la quantité d’articles des deux hommes sur le sujet, ne semble être qu’un outil au service de la création d’une pédagogie nouvelle et même d’une nouvelle science. Comment conçoivent-ils cette rupture avec l’éducation traditionnelle ?

4Mais s’ils partagent cet élan et cet espoir dans la mise en place d’une pédagogie expérimentale, il nous semble, et cela devra être l’enjeu de notre troisième axe, qu’ils présentent deux conceptions différentes de l’action éducative et de cette science de l’Education qu’ils tentent, par leurs travaux, de construire.

Le chassé-croisé de leurs écrits, éléments de construction d’une psychopédagogie

5De 1905 à la mort d’Alfred Binet en 1911, la correspondance, par l’intermédiaire de leurs articles scientifiques, entre Ovide Decroly et Alfred Binet, apparaît à la fois continue et conséquente. Leurs publications dessinent la construction d’une psychométrie, marquent leurs préoccupations communes mais aussi l’affirmation de réserves et de critiques sur leurs travaux respectifs.

  • 2  Decroly. O., Note sur la psychologie des enfants arriérés, Archives de psychologie, 1903, p. 253. (...)

6Nous nous attacherons ici particulièrement à la question de « l’échelle métrique » qui illustre à la fois la création d’un outil majeur pour mieux connaître l’enfant de façon scientifique mais aussi un élément de controverse permanent entre les deux hommes. Trois étapes nous servent de repères chronologiques : la première publication des tests en 1905, puis sa première révision en 1908 et la dernière avant la mort d’Alfred Binet en 1910.
Dès 1903, Ovide Decroly s’intéresse aux travaux d’Alfred Binet sur la question du classement des arriérés2. C’est une question importante pour les chercheurs belges réunis au sein de la « société protectrice de l’enfance anormale » créée en 1901 par Jean Demoor et dont Ovide Decroly est un membre actif. Il est intéressant de souligner la similitude des préoccupations de Binet et de Decroly dans deux contextes très différents.

7En France, à partir de la mise en place des lois sur l’obligation scolaire des années 1881-1882, un mouvement en faveur de l’enfance anormale s’exprime. Au sein de la « société libre pour l’étude psychologique de l’enfance » qu’il préside Binet met en place une commission chargée de la réflexion sur les « enfants anormaux ». Puis, en tant que membre de la commission ministérielle dirigée par Léon Bourgeois en 1904, il pose la question de la scolarisation des enfants arriérés et impose l’examen psychologique pour déterminer l’admission des enfants anormaux dans une école spéciale. C’est donc dans ce contexte particulier qu’il élabore avec Théodore Simon des tests destinés à établir un diagnostic scientifique des états inférieurs de l’intelligence.

8En Belgique, la situation est très différente. La loi sur l’obligation scolaire n’est votée qu’en 1914 et n’est effective qu’au lendemain de la Grande Guerre. Mais pour Decroly, dès 1901, l’éducation de l’enfance anormale est

  • 3  Decroly. O., & Jonckeere. T., L’indiscipline à l’école. Les enfants rebelles, L’Ecole nationale, I (...)

« une urgente nécessité ; d’abord dans leur propre intérêt ; ensuite dans celui de la société ; pour eux parce que tous normaux et anormaux réguliers ou irréguliers ont droit à l’instruction et à l’éducation ; pour la société parce que tous les individus qui la composent, sont des unités libres, capables de se suffire à elles-mêmes et de s’adapter au milieu dans lequel elles sont destinées à vivre » 3.

9C’est à ce titre que jeune médecin au service de l’enseignement spécial de la ville de Bruxelles, il fonde en 1901, au sein même de sa maison, un institut d’enseignement spécial. En 1904, Decroly précise bien que l’étude des enfants qu’ils nomment « irréguliers » et non anormaux

  • 4  Demoor. J. & Decroly. O., Revue de pédagogie des anormaux, Année psychologique, X, 1904, p. 317-32 (...)

« devenait indispensable pour l’élaboration d’une méthode de traitement rationnelle, et de plus, que cette étude présentait un intérêt majeur pour éclairer le mécanisme de la pensée chez l’enfant normal »4.

10La question de l’enfance anormale s’impose à eux comme une question avant tout sociale dans un contexte particulier d’industrialisation des sociétés européennes et de mise en place de la scolarisation obligatoire. Dans ce processus social et politique se pose pour eux la question du devenir d’enfants qui ne pourraient intégrer l’école telle qu’elle se dessine.

  • 5  Decroly. O., La classification des enfants anormaux, Bulletin de la société de médecine mentale de (...)
  • 6  Idem.

11Ainsi, la publication en 1905 des premiers tests Binet-Simon et d’une échelle permettant de mesurer et de diagnostiquer des éléments de retard ou d’avance intellectuelle sont-ils suivis de très près par Ovide Decroly, alors même que son écho en France est relativement réduit. Decroly publie au même moment un ouvrage conséquent, La classification des enfants anormaux5 qui synthétise les très nombreuses études belges en la matière. Dans l’épilogue de son ouvrage, il précise qu’il vient de prendre connaissance de la publication par Binet et Simon de l’échelle métrique. Il marque sa satisfaction pour ce travail : « je suis heureux de constater chez les auteurs de cet article les mêmes impressions que celles que j’ai déjà exprimées à plusieurs reprises »6 et annonce qu’il va lui-même expérimenter les méthodes proposées par Binet et Simon avant de les juger. Toutefois, il émet une première réserve sur les termes de leurs classifications (idiots, imbéciles et débiles) et Decroly de conclure :

  • 7  Decroly. O., La classification des enfants anormaux, Bulletin de la société de médecine mentale de (...)

 « C’est là, quoi qu’on puisse dire, l’essai le plus complet et le plus scientifique de méthode systématique d’examen mental des enfants irréguliers mentaux qui ait été fait. Il est seulement regrettable que les auteurs n’aient pas tenu compte des méthodes déjà proposées par Liebmann, Kuhlmann, Ranschburg, plus récemment Sante de Sanctis, qui envisagent le problème sous des points de vue qui paraissent négligés par MM. Binet et Simon »7.

  • 8  Dans une lettre manuscrite datée du 3 septembre 1905, Alfred Binet écrit à Decroly « je suis tout (...)

12Commence alors entre les deux hommes un chassé-croisé permanent8 de publications sur la question, qui marquent la construction d’une véritable psychométrie mais aussi l’affirmation de critiques réciproques.

  • 9  Decroly O. & Degand. Julia, Les tests de Binet et Simon pour la mesure de l’intelligence. Contribu (...)
  • 10  Decroly se réfère directement à l’ouvrage d’Edouard Claparède, Psychologie de l’enfant et pédagogi (...)

13Après l’expérimentation des tests au sein d’écoles de Bruxelles et de l’Institut d’enseignement spécial qu’il dirige, Ovide Decroly publie, en 1906, avec Julia Degand, enseignante à l’Institut d’enseignement spécial, une première contribution critique9. Dans ce texte d’une centaine de pages, ils analysent point par point les différents tests. Tout en signalant l’intérêt scientifique et social des tests, Decroly émet trois séries de critiques. Premièrement, tout en étant très favorable à la construction d’une psychométrie, on perçoit bien que pour lui il y a un risque à faire d’une telle échelle de mesure un critère d’évaluation d’un retard scolaire. Il pense donc que cette échelle doit rester un outil parmi d’autres. Deuxièmement, si les tests proposés veulent permettre de définir des indices d’un retard scolaire, il faut non seulement préciser certains tests (il estime ainsi que quelques épreuves sont trop longues et que d’autres sont des doublons) mais aussi élargir les tests à des questions s’intéressant au milieu où vit l’enfant. Pour appuyer son argumentation, Decroly cite les travaux de Claparède10, avec qui il entretient de très bonnes relations humaines et professionnelles.

  • 11  Decroly O. & Degand. Julia, Les tests de Binet et Simon pour la mesure de l’intelligence. Contribu (...)

14Troisièmement, il propose l’introduction « d’un ou deux tests portant plus particulièrement sur les facultés que nous pourrions appeler l’intelligence active, l’habileté, l’adresse ou la logique en action, afin de mettre en évidence les lacunes du genre »11.
Néanmoins, quelles que soient les critiques de Decroly, ou plutôt d’ailleurs, les réserves sur cette première échelle métrique, son appréciation sur les travaux de Binet est sans équivoque :

  • 12  Idem.

« Tels qu’ils sont, nous sommes persuadés que ces tests peuvent déjà rendre service pour faire un classement des élèves d’une école ou de classes d’enseignement spécial. Aussi préconisons-nous instamment leur emploi dès le début de l’année afin de diminuer les tâtonnements préjudiciables aux élèves et aux maîtres »12.

  • 13  Idem.
  • 14  Idem.

15Toutefois, au delà de l’analyse précise presque clinique des tests proposés par Binet et Simon, Ovide Decroly définit un problème de fond. Si pour lui, les tests permettent de classer de façon adéquate « la majorité des vrais irréguliers intellectuels »13, les tests apparaissent « insuffisants pour classer les enfants atteints de surdité ou de mutisme et, bien entendu, comme l’avouent d’ailleurs les auteurs, pour classer les troubles moraux ». Mais surtout, il juge les tests moins appropriés pour les « enfants qui sont à la limite entre les normaux et les irréguliers »14. Or, c’est justement pour Ovide Decroly ce groupe d’enfants qui doit être l’enjeu et le défi de la réussite de la scolarisation. Car ce sont ces enfants-là qui se trouvent exclus de l’école et de l’hôpital.

  • 15  Decroly O., Les frontières anthropométriques des anormaux d’après M. Binet appliquées à des enfant (...)

16Decroly en appelle donc à la poursuite de l’expérimentation sur une plus grande échelle pour rendre plus opérants les premiers tests. Il publie, à la suite de nouvelles expérimentations sur des enfants bruxellois « appartenant à des classes arriérées », plusieurs articles sur les frontières anthropométriques des anormaux définies par Binet15. Là encore, tout en convenant de « la valeur pratique réelle » des frontières de Binet, il émet des réserves en estimant qu’il ne s’agit que « de signes de présomption d’infériorité intellectuelle » et ensuite qu’il est urgent de construire des tests nouveaux qui prennent beaucoup plus en compte le rôle du milieu dans un possible retard, ce que selon lui, ne mettent pas assez en avant, « les frontières » définies par Binet.
En 1907, dans une seconde contribution critique centrée sur « la mesure de l’intelligence chez les enfants » mise en place par l’italien Sante de Sanctis Decroly précise sa pensée :

  • 16  Decroly. O., & Degand. J., La mesure de l’intelligence chez les enfants. Seconde contribution crit (...)

« Il nous reste à faire (...) la même réserve [que pour] les tests Binet-Simon, à savoir l’absence d’épreuves portant sur les facultés motrices et sur les facultés dites morales (caractère, bonne volonté, etc.), dont l’importance ne saurait être assez mise en évidence. Toutefois, il y aurait moyen [de la compenser] par les renseignements de l’entourage familial et du personnel, par l’observation du sujet pendant l’interrogatoire, et enfin par quelques tests sur la nature desquels nous aurons l’occasion de revenir dans un travail ultérieur »16.

17Après la publication par Binet de la première révision de son échelle métrique en 1908, Decroly répond en reprenant l’ensemble de ses réserves mais avec des critiques plus sévères sur le manque d’évolution de la terminologie de Binet :

  • 17  Decroly. O., Les lacunes mentales, Journal de neurologie, XIV, 20 avril 1909, n° 18, pp. 141-160.

« A ce point de vue, nous ne comprenons pas comment MM Binet et Simon qui d’ailleurs évoluent (...) ont pu maintenir les termes : idiot, imbécile et débile, alors qu’ils paraissent persuadés que toutes les nomenclatures adoptées jusqu’ici pêchent par la base »17.

  • 18  Decroly cite en particulier le psychologue italien Sante de Sanctis (1962-1935)
  • 19  Decroly cite notamment Monkenvoller, Thomson, Knecht, Nicolson et Marro.
  • 20  Binet, A. Les enfants anormaux. Guide pour l’admission des enfants anormaux dans les classes de pe (...)

18Derrière cette critique se pose la question du classement des anormaux et de la définition de l’enfant irrégulier. Sur ces sujets Decroly estime que Binet néglige les autres recherches des scientifiques italiens18 et allemands19 qui proposent des tests prenant en compte les facultés physiques et morales des enfants ainsi que l’environnement, le milieu de l’enfant20 « c’est-à-dire de la situation sociale, de la nature de l’entourage, de l’action des influences locales ».

  • 21  Decroly. O. & Degand. J., La mesure de l’intelligence chez les enfants normaux d’après les tests d (...)

19En 1910, le chassé-croisé de leurs publications s’inverse, il s’agit cette fois-ci d’une réponse de Binet à l’article de Decroly et de Degand, La mesure de l’intelligence chez les enfants normaux d’après les tests de MM. Binet et Simon, publié en janvier 191021. Dans ce nouvel article de fond, construit sur le même plan que la précédente contribution critique (considérations générales, observations personnelles et conclusions), Decroly réaffirme à la fois l’intérêt majeur des tests et le fait qu’ils ne sont que des outils au service d’une meilleure connaissance de l’enfant, non seulement irrégulier mais de tous les enfants. Ainsi, l’échelle métrique n’est plus considérée comme un outil pour l’enfance irrégulière, mais pour tous les enfants, elle en devient une échelle de l’intelligence :

  • 22  Idem

 « Ce n’est pas un mince travail que de combiner un ensemble d’épreuves remplissant tous les desiderata que comporte le but qu’on veut atteindre, en essayant de déterminer l’âge mental d’un enfant.
Il faut pour cela un matériel d’observations très riche, une grande habitude de l’examen des enfants, une compétence étendue de leur psychologie, et surtout énormément de temps. Cet ensemble de conditions favorables ne se rencontre naturellement que d’une manière exceptionnelle. [...]
D’autre part, il ne faut pas demander à ces épreuves plus qu’elles ne peuvent donner : elles n’éclairent, en effet, que certaines faces du comportement mental, il faut les appliquer dans des conditions bien déterminées, elles demandent à être employées avec discernement et adresse »22.

  • 23  Binet, A., Nouvelles recherches sur la mesure du niveau intellectuel chez les jeunes enfants, L’an (...)

20Ensuite, l’analyse point par point des expérimentations des tests par Decroly, lui permettent d’estimer que certaines épreuves restent trop simples ou pour certaines trop difficiles, que d’autres utilisent trop la mémoire immédiate ; mais surtout que plusieurs tests exigent des connaissances fournies par le milieu scolaire ou familial.
Dans Nouvelles recherches sur la mesure du niveau intellectuel chez les jeunes enfants23 Binet répond directement à Decroly et Degand dans le quatrième chapitre intitulé « quelle différence existe-il dans l’intelligence des enfants appartenant à des conditions sociales différentes ? ». Tout en estimant que l’analyse de l’expérimentation des tests par Decroly est une étude qui « respire l’honnêteté, la bonne foi, la conscience et le soin », il souligne cependant qu’

  • 24  Idem

« en lisant leur travail, en scrutant leurs tableaux, en pesant leurs conclusions, nous nous sommes trouvés un peu indécis ; nous nous demandions si nous avions affaire à une confirmation ou au contraire à une critique de nos recherches »24.

21Binet estime que d’une part, les chercheurs belges ont été trop indulgents dans la mise en œuvre et l’analyse des tests par les enfants et d’autre part, que les enfants qui ont subi les tests étaient de condition scolaire aisée, ce qui rend inopérant une partie des tableaux d’analyse des tests et qu’enfin, les conditions d’éducation des enfants qui avaient passé les tests étaient différentes notamment avec un accent mis sur l’individualisation de l’enseignement.

  • 25  Decroly. O., Les classes homogènes et l’examen mental par les méthodes des tests de Binet-Simon, R (...)
  • 26  Decroly. O., Le rôle du médecin dans l’orientation professionnelle, La Policlinique, XXIII, 15 jui (...)
  • 27  Decroly. O. & Buyse. Raymond, Les applications américaines de la psychologie à l’organisation huma (...)

22La mort de Binet en 1911 interrompt ce dialogue entre deux précurseurs de la psychométrie. Decroly poursuit après la Grande guerre ses travaux dans ce domaine mais en infléchissant sa réflexion. En 1913, son article intitulé « les classes homogènes et l’examen mental »25 se réfère encore directement aux tests Binet-Simon tout en estimant que Simon aurait dû poursuivre le perfectionnement et l’adaptation des tests. Decroly élargit ses réflexions vers ce qui devient l’orientation professionnelle26. Après son voyage d’études avec Raymond Buyse aux Etats-Unis en 1921, ils publient ensemble plusieurs ouvrages concernant « la pratique des tests » qui marque bien qu’il n’a jamais perdu de vue cette piste de la « pédagogie quantitative »27. Reprenant ses critiques des tests Binet-Simon, en particulier la part, selon lui, trop importante donnée à l’expression verbale et l’absence de tests pour les plus jeunes enfants, ils mettent au point de nouveaux tests « B-D Buyse-Decroly » qui sont utilisés pendant des décennies dans les écoles Decroly. Decroly construit également toute une série de jeux éducatifs qui sont autant de tests d’aptitudes. Il reste donc, tout au long de sa carrière, favorable à ces tests tout en les jugeant délicats dans leur usage et ne permettant que des diagnostics parcellaires :

  • 28  Decroly. O. & Buyse. R., La pratique des tests mentaux, Paris : Alcan, 402p.

« Ce procédé [le test] n’a d’autre but que de fixer la valeur d’un individu, de prévoir ce qu’il fera, de décider s’il peut ou non tirer profit d’un enseignement.
Seulement, au lieu d’attendre que l’élève ait été soumis au régime éducatif déterminé pour établir ce jugement, on essaie de le faire dès l’abord, afin de s’assurer par anticipation s’il y a avantage à l’y soumettre. C’est, en effet, à l’inconvénient de ne pouvoir intervenir après coup comme contrôle de la valeur d’un système éducatif donné, que les tests, compris comme ils le sont aujourd’hui prétendent remédier »28.

  • 29  Binet, La mesure de l’intelligence, réédition l’harmattan, présentation de Serge Nicolas

23Mais pour revenir aux liens entre Decroly et Binet, leur chassé-croisé nous semble mettre en avant au moins deux questions. Premièrement, comme le souligne Serge Nicolas, Decroly et Binet amorcent une question qui dépasse notre propos et la question de la psychométrie, celle des rapports entre intelligence et classes sociales.29 Mais nous voudrions nous arrêter sur un second point qui explique les réserves de Decroly a l’égard des tests : le risque d’exclure certaines catégories d’enfants de l’école.

  • 30  Binet. A et Simon. T., méthodes nouvelles pour le diagnostic du niveau intellectuel des anormaux, (...)
  • 31  Binet, A. Guide pour l’admission des enfants anormaux dans les classes de perfectionnement, Paris  (...)

24Pour Binet, les tests ont plusieurs bases. D’abord, ce ne sont que des outils qui ne définissent aucunement des éléments permanents. Ensuite, l’échelle n’est qu’un outil au service des éducateurs pour repérer les enfants suspectés d’arriération intellectuelle et tenir compte du retard de ses enfants dans leurs études. Et enfin, pour lui, cette évaluation scolaire doit s’adjoindre un examen psychologique qui définisse le degré d’intelligence.30 Binet réaffirme clairement ces différents points dans son ouvrage, les enfants anormaux, guide pour l’admission des enfants anormaux dans les classes de perfectionnement31, écrit en 1907 et qui est une base à l’élaboration de la loi du 15 avril 1909 sur les classes de perfectionnement. Decroly, au sein de la « société de protection de l’enfance » milite également pour une connaissance scientifique de l’enfant et pour la création d’écoles d’enseignement spécial adaptées à la scolarité des enfants irréguliers.
Mais leur dialogue illustre aussi l’évolution d’une échelle métrique qui de la mesure d’un retard scolaire et devenu celle de l’intelligence. Or cette évolution explique en partie une des réserves de fond de Decroly sur les tests. En effet, l’échelle était à l’origine faite pour reconnaître les enfants irréguliers pour mieux adapter leur scolarité.
Néanmoins, un des effets pervers de cette mesure du retard des enfants pourrait être au contraire l’exclusion des enfants irréguliers. Comme le souligne Monique Vial 

  • 32  Vial. M., Les enfants anormaux à l’école. Aux origines de l’éducation spécialisée 1882-1909, Paris (...)

« ce n’est pas la découverte d’une nouvelle catégorie d’écoliers posant des problèmes aux maîtres qui entraîne la construction de l’échelle métrique de l’intelligence, c’est la construction de celle-ci qui amène une nouvelle définition des catégories existantes et un nouveau regard sur les difficultés de l’école face à certains enfants »32.

25Pour Decroly, ce n’est d’ailleurs pas les tests en eux-mêmes qui sont jugés suspects s’ils restent un outil scientifique, parmi d’autres, au service d’une meilleure connaissance de l’enfant mais l’usage qu’il peut en être fait.
En tout état de cause, si la psychométrie et le classement des enfants irréguliers occupe la plus grande partie de leurs échanges, elle ne fait qu’illustrer leur contribution réciproque à l’élaboration d’une pédagogie scientifique.

L’élaboration d’une pédagogie scientifique, aux racines des sciences de l’éducation

  • 33  Binet. A., Contribution à l’étude du système nerveux sous-intestinal des insectes, Paris 1894 et D (...)

26Il ne s’agit pas de réduire la complexité de la pensée des deux hommes ni de comprendre les multiples facettes de leurs itinéraires mais seulement d’esquisser quelques éléments de leur rôle dans la construction de cette science de l’éducation.
Nous voudrions donc ici aborder la similitude de leur démarche, de leurs méthodes d’action et de l’objet de leurs recherches.
Né en 1871 à Renaix Ovide Decroly a suivi un cursus « classique » de médecin à l’Université de Gand, lauréat du concours universitaire, ce qui lui permit de partir en voyages d’études à Berlin et à Paris notamment à la Salpetrière en 1897. A-t-il rencontré Alfred Binet à cette occasion ?, nous n’avons pas, à ce jour, trouvé de traces concrètes. En tous cas, pour le médecin comme pour le scientifique, leurs premières recherches s’intéressent au système nerveux33. Mais, en reprenant leurs itinéraires nous avons été frappés par la similitude des moyens utilisés pour asseoir leurs réflexions. Nous pouvons rapidement en citer quatre.

27Premièrement, la nécessité de créer un laboratoire associé à une école. Pour Binet, dès 1894, c’est l’intégration du laboratoire de psychologie de la Sorbonne et en 1905 la fondation du laboratoire de pédagogie expérimentale de l’école de la rue de la Grange-aux-Belles, d’un laboratoire de pédagogie expérimentale avec Vaney. Pour Decroly c’est en 1901 la fondation de l’Institut d’enseignement spécial, rue de la Vanne à Bruxelles qui reste son laboratoire quotidien jusqu’à sa mort auquel il faut rajouter à partir de 1907 l’école de l’Ermitage et tout un réseau d’institutions d’enseignement spécial qu’il s’agisse du Foyer des Orphelins de Molenbeek ou de la ferme-école de Waterloo.

28Deuxièmement, la fondation d’une association, lieu de réflexion et de diffusion de leurs travaux. Pour Binet c’est évidemment la « société libre pour l’étude psychologique de l’enfance » créée par Ferdinand Buisson en 1899 dont il devient le président à partir de 1902. Pour Decroly c’est d’une part la vice-présidence de la « société de protection de l’enfance anormale » à partir de 1901 puis la fondation et la direction en 1906 de la société de pédotechnie.

29Troisièmement, la diffusion de leurs travaux par le biais d’une revue. C’est pour Binet L’année psychologique qu’il crée en 1895 et pour Decroly c’est à partir de 1913 Les Documents pédotechniques publiés avec le soutien de l’institut Jean Jacques Rousseau d’Edouard Claparède.

30Quatrièmement, c’est une recherche de « légitimation » et d’intégration académique et universitaire. Pour Binet c’est le laboratoire de psychologie de la Sorbonne et les cours et pour Decroly les enseignements à l’Université Libre de Bruxelles au sein du département de pédagogie à partir de 1919.

  • 34  Ruchat, Martine, Figures de l’arriéré scolaire et caricatures d’Edouard Claparède : Genève, 1908, (...)
  • 35  Binet, La fatigue intellectuelle, Paris : Schleider. Réédition Editions L’Harmattan, 2004, introdu (...)

31Mais tous ces moyens mis en place sont au service d’un objectif très ambitieux lié à ce contexte à la fois positiviste et qui prône la création d’une nouvelle science de l’enfant. Car leur volonté n’est d’ailleurs pas seulement de construire une pédagogie sur des bases scientifiques mais de créer une nouvelle science. Comme nous l’avons vu précédemment et comme le rappelle Martine Ruchat, la question de l’enfance anormale va permettre à ces psychologues qu’il s’agisse d’Alfred Binet, Ovide Decroly ou Edouard Claparède d’élaborer une nouvelle science autonome34.
Dès 1898, dans La fatigue intellectuelle35, Binet et Victor Henri donnent clairement leurs objectifs :

  • 36  Idem. page 1

« Ce n’est pas, à proprement parler, une réforme de la pédagogie ancienne qu’il faut tenter, mais la création d’une pédagogie nouvelle.
L’ancienne pédagogie, malgré de bonnes parties de détail, doit être complètement supprimée, car elle est affectée d’un vice radical : elle a été faite de chic, elle est le résultat d’idées préconçues, elle procède par affirmations gratuites, elle confond les démonstrations rigoureuses avec des citations littéraires, elle tranche les plus graves problèmes en invoquant la pensée d’autorités comme Quintilien et Bossuet, elle remplace les faits par des exhortations et des sermons ; le terme qui la caractérise le mieux est celui de verbiage.
La pédagogie nouvelle doit être fondée sur l’observation et sur l’expérience, elle doit être, avant tout, expérimentale.
Nous n’entendons pas ici par expériences ce vague impressionnisme des personnes qui ont beaucoup vu ; Une étude expérimentale, dans l’acceptation scientifique du mot, est celle qui contient des documents recueillis méthodiquement, et rapportés avec assez de détails et de précision pour qu’on puisse, avec des documents, recommencer le travail de l’auteur, le vérifier, ou en tirer des conclusions qu’il n’a pas remarquées »36.

  • 37  Decroly. O. & Buyse. Raymond, Les applications américaines de la psychologie à l’organisation huma (...)
  • 38  Decroly, O., Conférence donnée à Renaix, 1904, Dr Decroly, Gand, 1984.

32Raymond Buyse, collaborateur et coauteur avec Decroly de plusieurs ouvrages de psychométrie37, définit cet ouvrage comme fondateur de la pédagogie scientifique et expérimentale. En effet, Alfred Binet et Victor Henri proposent à la fois les fondements et la constitution d’une pédagogie scientifique mais aussi une démarche expérimentale sur une base biologique : l’observation et l’expérimentation. Decroly affirme la même conviction dans un discours à Renaix en 1904 où il critique de façon implacable l’enseignement traditionnel et la politique publique à l’égard de l’enfance irrégulière, tout en posant les bases d’une pédagogie scientifique38.

33En 1909, Binet précise tout aussi nettement :

  • 39  Binet, A. Avant-propos, le bilan de la psychologie en 1909, L’année psychologique, 1909, vol 16, p (...)

« C’est que la pédagogie expérimentale n’est point purement et simplement une application des conséquences de la psychologie, mais une science autonome ayant ses méthodes propres »39.

  • 40  Jean Demoor organisa tout un réseau de chercheurs, réunissant notamment Josefa Joteyko, Auguste Le (...)

34C’est donc bien d’une véritable rupture dont parle Binet et auquel participe Decroly.
En Belgique, cet essor est initié par le professeur Jean Demoor qui infléchit la pensée et l’action de Decroly à la fois sur l’éducation des enfants, l’enfance anormale et la structuration d’une nouvelle science, la pédologie40. Jean Demoor introduit la pédologie en Belgique en s’inspirant des travaux de O. Chrisman, publiés en 1896, qui définit dans la pédologie une science de l’enfant qui doit s’appuyer, entre autres, sur la sociologie, l’ethnographie, l’histoire, la biologie, la physiologie et la psychologie.

35Le courant pédologique était aussi présent en France, en particulier grâce aux écrits d’Eugène Blum qui différencie la pédologie de la pédagogie et de la psychologie de l’enfant :

  • 41  Blum, La pédologie, 1898

 « Le terme de psychologie de l’enfant est équivoque, d’abord en ce qu’il est lié à la pédagogie traditionnelle, et que cette alliance d’une science en voie de constitution, mais positive, avec un art imprécis, est mauvaise. De plus et surtout, l’emploi de ce terme confirme cette idée trop répandue que la psychologie de l’enfant est un chapitre de la psychologie de l’adulte. On commet ainsi une erreur : l’enfant est un être sui generis au point de vue physiologique et psychologique, et non un homme en raccourci. Enfin, le mot pédagogie implique un art, des préoccupations finalistes et normatives qui n’ont rien à voir avec la recherche et l’institution de lois scientifiques »41.

36Mais la pédagogie scientifique que Binet préconise ne peut se confondre avec la pédologie.En effet, Alfred Binet s’inquiète que la pédologie ne reste qu’une science sans lien avec les applications pédagogiques :

  • 42  Buyse, R., Etude critique sur les origines de la pédagogie moderne, Questions actuelles de pédagog (...)

« La pédologie a l’aspect d’une machine de précision, d’une locomotive mystérieuse, brillante, compliquée et qui au premier aspect frappe l’admiration ; mais les pièces semblent ne pas tenir les unes aux autres et la machine a un défaut, elle ne marche pas »42

37D’ailleurs, de son côté, si Decroly est un militant actif de la pédologie, il reste toutefois attentif à la même interrogation : comment faire pour que cette nouvelle science soit en symbiose avec la pédagogie ? Ainsi, il propose en 1913 le terme de pédotechnie « science d’investigation » comme interface entre la pédologie « science pure » et la pédagogie :

  • 43  Decroly. O., avant-propos, Revue de pédotechnie, I, octobre-novembre 1913, n° 1, pp. 21-34.

« La pédologie organise l’étude de l’enfant ; elle utilise dans ses recherches les données de la physiologie, de la psychologie, de la sociologie. Ceux qui la connaissent mal la prennent pour un évangile nouveau, en lutte avec les dogmes traditionnels de la pédagogie ; les uns la considèrent avec une hostilité méfiante, les autres avec l’ardeur exagérée des néophytes. Or, c’est une science, et non pas une religion ; elle est objective et expérimentale. Elle suit, en ses multiples manifestations, l’évolution de l’enfant ; elle peut inspirer l’éducateur comme la physiologie inspire le médecin ; comme la physique, la mécanique et la chimie inspirent l’ingénieur. La pédologie est une science pure, une science d’investigation ; elle apporte des lumières ; chacune de ses constatations éclaire davantage le problème de l’éducation. La pédotechnie est une science d’application ; elle suit pas à pas les progrès de la pédologie ; guidée par celle-ci, elle recherche les moyens pratiques de favoriser l’évolution normale de l’être humain, depuis le moment de sa conception jusqu’au lendemain de l’adolescence »43.

38Il n’en reste pas moins que tous les deux participent à l’élaboration de cette science de l’éducation notamment en intégrant dans leurs travaux des domaines de recherche spécifique de cette nouvelle science en construction :
D’une part, comme nous l’avons vu par l’émergence et le développement des tests psychologiques qui entendent créer les bases scientifiques d’une nouvelle science en symbiose avec ce qu’ils estiment être les besoins de la société.
D’autre part, la prise en compte dans leurs recherches des effets des interventions pédagogiques et nous pourrions dire les interactions avec le terrain.
Enfin, l’élaboration d’une science autonome qui s’appuie sur les autres sciences pour mieux connaître l’enfant dans son intégralité.
Mais si Alfred Binet et Ovide Decroly appartiennent bien tous les deux à ce courant polymorphe de la psychologie et de la pédagogie scientifique, ils se définissent aussi par deux conceptions différentes de l’action éducative.

Deux conceptions de l’action éducative ?

39Pour nuancer notre propos nous définirons deux approches plutôt que deux conceptions de l’action éducative. Alfred Binet comme Ovide Decroly appartiennent tous les deux à ce courant rationaliste, laïque, républicain pour Binet et libéral-progressiste pour Decroly, ils militent en faveur de l’enfance anormale et d’un rôle accru de protection sociale publique. Car pour les deux hommes, l’éducation et la pédagogie scientifique sont un moyen de transformation sociale. Comme l’écrit Binet :

  • 44  Binet, A., Les idées modernes sur les enfants, Paris : Flammarion, 1909. Réédition des Editions Eu (...)

« C’est en faisant prévaloir ces idées de contrôle scientifique, c’est en guidant ainsi la répartition générale des secours que l’éducateur contribuera, pour une grande part, à introduire le bon sens, la précision, la justice dans les œuvres d’humanité »44

  • 45  Avanzini, Guy, Alfred Binet, Paris : PUF, 1999.

40Mais pour Binet, sa préoccupation s’est portée d’abord sur la substitution de l’empirisme par la méthode expérimentale en vue d’élaborer une pédagogie scientifique, ses travaux et ses écrits ont très peu porté sur les fins de l’action pédagogique45. Alors même que Decroly a construit, par ses écrits et son travail quotidien au sein de ses écoles, une pédagogie complète.
Car Alfred Binet affirme avant tout une réflexion théorique multiforme en visant à l’élaboration d’une psychologie scientifique. La pédagogie est en grande partie pour lui un moyen d’établir la pertinence de ses recherches et de ses expériences.
A contrario, Decroly se veut avant tout un praticien et ses travaux se construisent à partir de l’observation pratique de ses écoles-laboratoires. Decroly n’écrit donc pas d’ouvrages théoriques sur l’éducation. Cette différence d’approche explique que l’un est toujours perçu comme l’un des « pères » de la psychologie scientifique et le second comme un pédagogue de l’éducation nouvelle.
Nous pouvons ici proposer quelques éléments d’explication sur ces deux approches.
D’abord, cette différence s’explique par une différence de contexte. Mort en 1911 Binet apparaît lié à cet élan et à cet espoir d’une transformation radicale du système d’enseignement par la science et la psychologie de l’enfant. De son côté Decroly connaît la rupture de la Grande guerre et les résistances directes à cette pédagogie expérimentale.
Ensuite, nous pensons que cette différence d’approche s’explique aussi par une différence d’appréciation de l’action éducative en tant que telle. Prenons ici deux exemples : la définition de la médico-pédagogie et le rôle des enseignants dans l’acte éducatif.
Pour Binet, si la compétence du médecin est une évidence dans l’examen anatomique, ce n’est pas à lui de diagnostiquer les anormaux et son rôle doit se limiter à différencier certains types et à prescrire certaines mesures soit d’orientation, soit de conduite à tenir. Cela n’empêche pas pour Binet un rôle important du médecin dans l’organisation et le fonctionnement des écoles spéciales. Mais, il s’inquiète d’une médicalisation excessive de la pédagogie.

  • 46  Binet, A. & Simon, Th., Les enfants anormaux, op. cit.
  • 47  Binet, A., Les idées modernes sur les enfants, op.cit.

« Il est à regretter qu’il ne reconnaisse pas lui-même son incompétence en pédagogie et, qu’au contraire, son esprit souvent ombrageux le pousse à ne souffrir aucune collaboration, aucun contrôle dans son service »46.
Binet va même plus loin : « nous ne voulons pas que le moraliste s’efface constamment devant le médecin »47.

  • 48  Binet, A., Les idées modernes sur les enfants, op.cit.

41Pour Ovide Decroly, le médecin à un rôle majeur dans la construction de cette pédagogie scientifique et de l’orientation professionnelle48. Il définit la médico-pédagogie est

  • 49  Decroly, O., La médico-pédagogie, Livre jubilaire dédié à Richard Boddaert, professeur à l’Univers (...)
  • 50  Idem. page 2

« l’association du traitement médical et pédagogique, pour le redressement des anomalies psychiques de l’enfant » 49 et dans ce processus « il n’est pas permis au médecin de se désintéresser du diagnostic et du traitement de ces anomalies si fréquentes, et d’esquiver sa responsabilité en tranquillisant les parents par la promesse d’un changement miraculeux à l’âge de raison, à la puberté ou à un autre moment fatidique »50.

42Car pour Decroly l’intervention médico-pédagogique est nécessaire pour tous les enfants irréguliers mais il centre son intérêt plus particulièrement sur

  • 51  Idem. page 18

« l’immense catégorie d’enfants qui, ayant les fonctions motrices et les sens intacts ou à peu près, n’ont pas l’équilibre physique et cérébral nécessaire pour s’accommoder des régimes ordinaires des écoles, sans être pour cela des recrues auxquelles convient l’asile »51.

  • 52  Avanzini, Guy, op.cit, page 20
  • 53  Idem.

43Ainsi derrière leur conception de la médico-pédagogie se pose les questions de la relation pédagogique, de la façon d’enseigner.
Comme l’écrit Guy Avanzini, Binet privilégie dans ses travaux ce que l’enfant peut apprendre52, alors que Decroly partant de cette question développe une pédagogie réformatrice des programmes et donc de ce que l’écolier doit apprendre53.
Se pose donc la question du rôle personnel des enseignants dans l’action éducative, et il apparaît bien que sur cette question, Binet comme Decroly, ont sous-estimé, dans un premier temps, leur influence.
Binet reproche même aux enseignants leur manque de connaissances en psychologie. Decroly a sur cette question un avis similaire même s’il porte ce a écrit sur cette question des propos :

  • 54  Decroly, O., Rapport quinquennal (1898-1903) sur les travaux du laboratoire psychologique Kasimir (...)

« Il serait urgent qu’elle [la psychologie] devînt matière obligatoire en même temps que la pédagogie, à laquelle elle sert de base, pour tous ceux qui se destinent à l’enseignement ou dont la fonction comporte une intervention dans l’éducation. Nous en sommes encore à confier la culture des cerveaux à des personnes qui n’ont au sujet de cet organe aucune notion, ni anatomique, ni surtout physiologique, alors que pour l’élevage et l’agriculture, on exige des compétences scientifiques autrement étendues »54.

  • 55  Binet, A., les idées modernes sur les enfants, op.cit.

44Après la Grande Guerre Decroly perçoit les difficultés d’un « second souffle » de cette science de l’enfant et les résistances directes à cette pédagogie expérimentale en construction.
Tout en restant un militant actif de la pédologie, Decroly accroît ses efforts dans deux directions.
D’une part, la formation des enseignants en créant des « causeries » pour les instituteurs bruxellois en activité mais aussi en intervenant dans les Ecoles normales pour mieux faire connaître les fondements et les pratiques d’une pédagogie nouvelle.
D’autre part, alors que Binet reste attaché à une pédagogie dite traditionnelle55, Decroly devient une figure incontournable de l’Education nouvelle en participant à la création de la Ligue internationale de l’Education nouvelle qui doit permettre des passerelles et des rencontres avec les autres pédagogues d’Education nouvelle. Il sera présent jusqu’à sa mort en 1932 à tous les congrès de la LIEN et dirige la section belge de l’éducation nouvelle crée en 1929.

  • 56  Decroly, O. & Boon, G. Vers l’école rénovée. Une première étape, Paris : Lebègue-Nathan, 1921.
  • 57  Decroly, O. & Buyse, R., La pédagogie universitaire aux Etats-Unis, revue de l’Université de Bruxe (...)
  • 58  Decroly, O., & Buyse, R., Les applications américaines de la psychologie à l’organisation humaine (...)
  • 59  Idem.
  • 60  Decroly, O., Le programme d’une école dans la vie, L’Ecole nationale, VII, 1er mars 1908, n° 11 et (...)

45Enfin, il établit avec le soutien de Gérard Boon, un programme structuré par les centres d’intérêt56 qui entend réformer l’ensemble du système éducatif belge et qui reste le pivot du futur plan d’études de l’enseignement primaire belge de 1936.
A travers ces quelques exemples, on perçoit bien que Decroly est à la croisée de la pédagogie expérimentale et de l’Education nouvelle et qu’il tente en pédagogue d’approfondir la tension constante entre les aptitudes individuelles de l’enfant et les contraintes sociales.
Les similitudes des préoccupations et des travaux d’Alfred Binet et d’Ovide Decroly illustrent deux itinéraires qui dessinent chacun dans deux contextes différents une grande curiosité intellectuelle et des œuvres aux multiples facettes pour créer une science de l’éducation.
Tous les deux sont marqués par le scientisme de la fin du XIXe siècle et par les bouleversements socio-économiques des sociétés européennes. Tous les deux insistent sur l’importance des recherches biologiques, sociales et psychologiques pour construire cette science de l’éducation. Ils participent donc à cet espoir déçu d’un renouvellement de l’éducation par l’élaboration d’une pédagogie scientifique. A cet effet, Decroly précise « la science de l’éducation doit être une science au même titre que la chimie ou la médecine, et comprendre une partie de science pure et une autre de science appliquée »57. Ainsi il tente en développant ses propres écoles de créer une « pédagogie biopsychosociale »58 qui puisse concilier « une éducation fondamentale basée sur les centres d’intérêt des enfants alimentés par l’action d’un milieu approprié »59 et les contraintes socio-économiques de la société. Ce sera son « programme pour la vie »60 qui fait de lui avant tout une figure de l’histoire de l’Education nouvelle.

Haut de page

Notes

1  Nous utiliserons également la correspondance manuscrite entre les deux hommes, conservée au CED de Bruxelles, composée de plusieurs lettres qui s’échelonnent de 1905 à 1910.

2  Decroly. O., Note sur la psychologie des enfants arriérés, Archives de psychologie, 1903, p. 253. cité par Jonckeere. T., Bulletin de la société de médecine mentale de Belgique, décembre 1904, n° 118, pp. 428-432.

3  Decroly. O., & Jonckeere. T., L’indiscipline à l’école. Les enfants rebelles, L’Ecole nationale, I, 1er mai 1902, n° 14, p. 421.

4  Demoor. J. & Decroly. O., Revue de pédagogie des anormaux, Année psychologique, X, 1904, p. 317-327.

5  Decroly. O., La classification des enfants anormaux, Bulletin de la société de médecine mentale de Belgique, août 1905, n° 122, pp. 384-419 et octobre 1905, n° 123, pp. 582-618.

6  Idem.

7  Decroly. O., La classification des enfants anormaux, Bulletin de la société de médecine mentale de Belgique, août 1905, n° 122, pp. 384-419 et octobre 1905, n° 123, pp. 582-618.

8  Dans une lettre manuscrite datée du 3 septembre 1905, Alfred Binet écrit à Decroly « je suis tout à fait heureux d’apprendre que vous avez entrepris des recherches de céphalométrie, et que vos résultats s’harmonisent avec ceux que j’ai obtenus moi-même. Ce sont là de très belles recherches très importantes »

9  Decroly O. & Degand. Julia, Les tests de Binet et Simon pour la mesure de l’intelligence. Contribution critique, Archives de psychologie, VI, juillet-août 1906, n° 21-22, pp. 27-130.

10  Decroly se réfère directement à l’ouvrage d’Edouard Claparède, Psychologie de l’enfant et pédagogie expérimentale, publié à Genève en 1905. Les liens entre les deux hommes seront toujours amicaux et Decroly demandera l’appui de Claparède et de l’Institut Jean-Jacques Rousseau en 1913 lors de la création de la revue Documents pédotechniques, revue de la société belge de pédotechnie.

11  Decroly O. & Degand. Julia, Les tests de Binet et Simon pour la mesure de l’intelligence. Contribution critique, Archives de psychologie, VI, juillet-août 1906, n° 21-22, pp. 27-130.

12  Idem.

13  Idem.

14  Idem.

15  Decroly O., Les frontières anthropométriques des anormaux d’après M. Binet appliquées à des enfants arriérés de Bruxelles. Contribution à l’étude de l’arriération mentale, Annales de la société royale des sciences médicales et naturelles de Bruxelles, LXVI, Tome XIV, 1905, n° 2, pp. 69-103. Et Decroly. O., Contribution au diagnostic des irrégularités mentales. Les frontières anthropométriques des anormaux d’après M. Binet, Journal de neurologie, XI, 20 février 1906, n° 4, pp. 61-72.

16  Decroly. O., & Degand. J., La mesure de l’intelligence chez les enfants. Seconde contribution critique. La méthode de De Sanctis, Internationales Archiv für Schulhygiene, IV, 1907, pp. 230-303.

17  Decroly. O., Les lacunes mentales, Journal de neurologie, XIV, 20 avril 1909, n° 18, pp. 141-160.

18  Decroly cite en particulier le psychologue italien Sante de Sanctis (1962-1935)

19  Decroly cite notamment Monkenvoller, Thomson, Knecht, Nicolson et Marro.

20  Binet, A. Les enfants anormaux. Guide pour l’admission des enfants anormaux dans les classes de perfectionnement, Paris : A. Colin 1907. Réédition aux Editions L’Harmattan, 2007, introduction de Bernard Andrieu et Serge Nicolas.

21  Decroly. O. & Degand. J., La mesure de l’intelligence chez les enfants normaux d’après les tests de Binet et Simon, Archives de psychologie, IX, 1910, n° 34, pp. 81-108.

22  Idem

23  Binet, A., Nouvelles recherches sur la mesure du niveau intellectuel chez les jeunes enfants, L’année psychologique 17, 1910, 145-201 

24  Idem

25  Decroly. O., Les classes homogènes et l’examen mental par les méthodes des tests de Binet-Simon, Revue de pédotechnie, I, octobre-novembre 1913, n° 1, pp. 21-34.

26  Decroly. O., Le rôle du médecin dans l’orientation professionnelle, La Policlinique, XXIII, 15 juillet 1914, n° 14, pp. 209-219 ; 1er août, n° 15, pp. 225-230.

27  Decroly. O. & Buyse. Raymond, Les applications américaines de la psychologie à l’organisation humaine et à l’éducation, Bruxelles : Lamertin, 1923. 56p. et Decroly. O. & Buyse. R., La pratique des tests mentaux, Paris : Alcan, 402p.

28  Decroly. O. & Buyse. R., La pratique des tests mentaux, Paris : Alcan, 402p.

29  Binet, La mesure de l’intelligence, réédition l’harmattan, présentation de Serge Nicolas

30  Binet. A et Simon. T., méthodes nouvelles pour le diagnostic du niveau intellectuel des anormaux, L’Année psychologique, 1905, p. 191.

31  Binet, A. Guide pour l’admission des enfants anormaux dans les classes de perfectionnement, Paris : A. Colin 1907.

32  Vial. M., Les enfants anormaux à l’école. Aux origines de l’éducation spécialisée 1882-1909, Paris : Armand Colin, p. 187.

33  Binet. A., Contribution à l’étude du système nerveux sous-intestinal des insectes, Paris 1894 et Decroly. O. & Philippe. Cl., Intégrité des fibres nerveuses myéliniques de l’écorce cérébrale dans trois cas de tares dorsales, Travaux du laboratoire d’anatomie pathologique et de la clinique de la Salpetrière. Mémoires de la société de biologie, 1898, pp. 524-527.

34  Ruchat, Martine, Figures de l’arriéré scolaire et caricatures d’Edouard Claparède : Genève, 1908, Revue d’Histoire de l’enfance irrégulière, n° 4, 2002, pp. 113-126.

35  Binet, La fatigue intellectuelle, Paris : Schleider. Réédition Editions L’Harmattan, 2004, introduction de Bernard Andrieu et serge Nicolas.

36  Idem. page 1

37  Decroly. O. & Buyse. Raymond, Les applications américaines de la psychologie à l’organisation humaine et à l’éducation, Bruxelles : Lamertin, 1923. 56p. et Decroly. O. & Buyse. R., La pratique des tests mentaux, Paris : Alcan, 402p.

38  Decroly, O., Conférence donnée à Renaix, 1904, Dr Decroly, Gand, 1984.

39  Binet, A. Avant-propos, le bilan de la psychologie en 1909, L’année psychologique, 1909, vol 16, pages 7-15.

40  Jean Demoor organisa tout un réseau de chercheurs, réunissant notamment Josefa Joteyko, Auguste Ley et Ovide Decroly, afin de structurer ce courant pédologique au sein du monde universitaire belge

41  Blum, La pédologie, 1898

42  Buyse, R., Etude critique sur les origines de la pédagogie moderne, Questions actuelles de pédagogie, Juvisy, 1931.

43  Decroly. O., avant-propos, Revue de pédotechnie, I, octobre-novembre 1913, n° 1, pp. 21-34.

44  Binet, A., Les idées modernes sur les enfants, Paris : Flammarion, 1909. Réédition des Editions Eurédit, 2001, préface de Guy Avanzini et notes de Bernard Andrieu. page 66

45  Avanzini, Guy, Alfred Binet, Paris : PUF, 1999.

46  Binet, A. & Simon, Th., Les enfants anormaux, op. cit.

47  Binet, A., Les idées modernes sur les enfants, op.cit.

48  Binet, A., Les idées modernes sur les enfants, op.cit.

49  Decroly, O., La médico-pédagogie, Livre jubilaire dédié à Richard Boddaert, professeur à l’Université de Gand, Gand : E. Vanderhaeghen, 1901, pp. 119-140.

50  Idem. page 2

51  Idem. page 18

52  Avanzini, Guy, op.cit, page 20

53  Idem.

54  Decroly, O., Rapport quinquennal (1898-1903) sur les travaux du laboratoire psychologique Kasimir (Université de Bruxelles), Bulletin de la société de médecine mentale de Belgique, février 1904, n° 114, p. 75

55  Binet, A., les idées modernes sur les enfants, op.cit.

56  Decroly, O. & Boon, G. Vers l’école rénovée. Une première étape, Paris : Lebègue-Nathan, 1921.

57  Decroly, O. & Buyse, R., La pédagogie universitaire aux Etats-Unis, revue de l’Université de Bruxelles, XXIX, février-avril 1924, n° 3, p370-391 et mai-juillet 1924, n° 4, p494-513.

58  Decroly, O., & Buyse, R., Les applications américaines de la psychologie à l’organisation humaine et à l’éducation, Bruxelles : Lamertin, 1923.

59  Idem.

60  Decroly, O., Le programme d’une école dans la vie, L’Ecole nationale, VII, 1er mars 1908, n° 11 et 15 mars 1908, n° 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Wagnon et Marcelle Le Boucher-Clarinval, « Ovide Decroly et Alfred Binet : deux itinéraires aux racines de la pédagogie expérimentale et des sciences de l’Education. », Recherches & éducations, 5 | 2011, 111-126Recherches & Educations, 5, 2011, p. 111-126.

Référence électronique

Sylvain Wagnon et Marcelle Le Boucher-Clarinval, « Ovide Decroly et Alfred Binet : deux itinéraires aux racines de la pédagogie expérimentale et des sciences de l’Education. », Recherches & éducations [En ligne], 5 | octobre 2011, mis en ligne le 15 janvier 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/824

Haut de page

Auteurs

Sylvain Wagnon

Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, Equipe de recherche CIRCEFT

Articles du même auteur

Marcelle Le Boucher-Clarinval

Centre d’études Decrolyennes, Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org