Navigation – Plan du site

Les trois vies du Binet-Simon :
Binet-Simon, Nemi, Nemi-2

Georges Cognet
p. 165-179

Texte intégral

1Est-ce sa mort prématurée à 54 ans ? Sa « désinvolture à l’égard de toutes les théories » (Huteau, 2006 : p. 26) ? Ou encore l’aspect protéiforme de ses travaux qui brouilla la postérité qui ne retint, de toute son œuvre, que l’échelle métrique d’intelligence au point que la célébrité de celle-ci en aurait éclipsé l’auteur : « Alfred Binet a disparu dans l’ombre du Binet-Simon » a pu écrire René Zazzo (1993 : p. 115).

  • 1  « Je voudrais qu’on fût persuadé que les expériences de psychologie, surtout celles qui portent su (...)

2Cependant, on le sait la construction de son test est le fruit de recherches exposées dans toute une série d’articles, dans des ouvrages et particulièrement dans L’étude expérimentale de l’intelligence, publiée en 1903 dont le chapitre premier intitulé L’application de la méthode expérimentale aux fonctions supérieures de l’esprit indique d’ores et déjà la direction que prendra l’échelle à venir. Il est aussi l’aboutissement de réelles expérimentations1, mais aussi d’observations qualitatives menées auprès d’un nombre restreint de sujets dont ses deux filles Madeleine et Alice : « Si j’ai pu arriver à quelque lumière par l’étude attentive de deux sujets, c’est que je les ai regardés vivre et que je les ai scrutés pendant plusieurs années » (Binet, 1903 : p. 300).

3L’échelle métrique peut aussi être comprise comme l’accomplissement d’une pensée scientifique prenant, d’un côté, appui sur l’avancée des connaissances, sur des observations rigoureusement menées, des études expérimentales, et de l’autre sur une grande ouverture d’esprit et un engagement dans les problématiques de la société et en particulier celles de l’instruction et de l’éducation. La psychologie individuelle ne peut, pour Binet, se concevoir en dehors de l’environnement culturel et social, les limites ne peuvent être étanches entre la recherche et la collectivité dont sont issus à la fois chercheurs et sujets ; c’est ce qu’écrit Binet, en 1909, dans son ouvrage Les idées modernes sur les enfants (p. 6) : « Notre livre ne traite point des méthodes d’enseignement, du moins en général ; mais, de temps en temps, nous serons obligés, par suite de notre sujet, de faire des incursions dans l’analyse des méthodes, car il est difficile d’établir des frontières entre des questions qui sont bien solidaires les unes des autres ».

4Ainsi, la postérité semble avoir été inéquitable pour Binet ne retenant de l’œuvre que la psychologie appliquée et non les écrits, les essais théoriques, les observations. Mais, pouvait-il en être autrement dans une discipline où des progrès considérables ont été réalisés depuis un siècle et surtout dans la période récente : nouveaux modèles de l’intelligence, théorie du traitement de l’information, etc. ? « Relire les textes de Binet qui concernent cet aspect de la psychologie individuelle (l’étude d’une fonction) ne présente plus qu’un intérêt historique » écrit Michel Huteau (2006 : p. 28). En revanche, le Binet-Simon s’il n’est plus utilisé aujourd’hui par les praticiens, demeure toujours la première épreuve d’intelligence qui fut à l’origine de l’élaboration, particulièrement aux États-Unis, des tests d’intelligence. C’est donc à la faveur de cette échelle que le nom et les conceptions de Binet perdurent dans les manuels de test, dans les articles au sujet de l’évaluation, dans les ouvrages d’analyse et de pratique de l’examen psychologique. De notre panthéon des grandes figures, des chercheurs en psychologie, les praticiens et nos étudiants ne se souviennent que de quelques noms dont celui de Binet grâce, nous n’en doutons pas, à son échelle métrique d’intelligence.

La nécessité du Binet-Simon

  • 2  Définition du dictionnaire de l’Académie française : emprunté du latin philosophique moderne crite (...)

5L’échelle métrique d’intelligence de Binet advient à l’exact entrecroisement des idées novatrices de la psychologie (Watson, Janet) du début du Xxe siècle, des propres recherches et observations de l’auteur et des besoins de la société, particulièrement ceux de l’instruction publique. Ainsi, le contexte scientifique de l’époque est à l’abandon de la psychologie des états de conscience pour se consacrer celle de l’activité, motrice ou verbale (Huteau, 2006) ; dans les mêmes temps, les expérimentations de Binet le portent vers l’étude des différences individuelles et enfin se posent, depuis l’instauration de l’instruction publique obligatoire, les questions de l’éducation des enfants anormaux d’intelligence. Avant d’éduquer, faut-il encore repérer, détecter les enfants dits arriérés ; distinguer le plus finement possible les sujets dont le retard est lié à un environnement ou à une scolarité défavorables de ceux qui présentent un déficit d’intelligence. Binet critique fermement les aliénistes de l’époque pour leurs critères diagnostiques flous, non scientifiques : « un peu plus d’intelligence, c’est l’imbécile ; un peu moins, c’est l’idiot. Voilà ce qu’on trouve dans les traités les plus récents et les meilleurs. » (Binet & Simon, 1910 : p. 2). Ce qui lui importe « c’est de montrer qu’un critérium2 est nécessaire pour distinguer l’imbécile de l’idiot » (ibid.).

6La mise en place en 1904 d’une commission ministérielle pour l’enseignement spécial, ayant pour objet l’examen de deux questions importantes touchant à l’instruction de masse : le diagnostic des états d’arriération mentale et l’éducation des enfants anormaux, lui donne l’occasion de mettre en application concrète ses conceptions de la mesure des différences individuelles. « Il n’y a rien de tel que la nécessité pour faire surgir des méthodes nouvelles », écrit-il vers la fin de sa vie (cité par Zazzo, 1993 : p. 115). Six mois plus tard, en 1905, dans l’Année psychologique il publie sa méthode pour le diagnostic intellectuel des anormaux.

L’échelle métrique de 1905

7Binet est le premier à appliquer les mesures aux fonctions supérieures de l’esprit, « aux faits psychiques complexes, c’est-à-dire à un domaine jusqu’alors réservé à l’intuition clinique et à la littérature » (Zazzo, 1993 : p. 116).
La version de 1905 comporte trente items, il ne s’agit pas à proprement parler d’une échelle d’intelligence avec des niveaux d’âges, mais un outil dont l’objectif est le diagnostic rapide de l’arriération : « Notre but est, lorsqu’un enfant sera mis en notre présence, de faire la mesure de ses capacités intellectuelles, afin de savoir s’il est normal ou si c’est un arriéré. » (Binet & Simon, 1905 : p. 191).

8L’enjeu social ainsi que l’intérêt de l’enfant sont au premier plan. Une évaluation objective de l’arriération, ne s’appuyant pas exclusivement sur un diagnostic médical ou pédagogique, est indispensable avec l’ouverture prochaine des écoles de perfectionnement. En effet, Binet se méfie à la fois des diagnostics flous, mal étayés et de l’attitude de parents qui pourraient avoir un intérêt, non proprement éducatif, à l’entrée de leur enfant dans les nouvelles structures « où [il] trouvera gratuitement le vivre et le couvert, ils le chargeront au contraire ; ils seront même capables de lui faire la leçon, pour qu’il stimule la débilité mentale. » (Binet & Simon, 1905 : p. 193). L’échelle métrique prend donc aussi une fonction d’outil de détection des erreurs d’orientation et des « fraudes possibles » (ibid.).

9L’échelle ne comporte aucune indication d’âge, mais les auteurs proposent, à travers le choix des items « un classement, une hiérarchie entre les intelligences diverses » (Binet & Simon, 1905 : p. 195) en partant des niveaux les plus bas. Ainsi l’item 1, intitulé : Le regard ; mouvement de la tête ou des yeux pour suivre le déplacement lent d’une allumette enflammée, teste-t-il la poursuite oculaire dont on sait qu’il s’agit d’une compétence présente à la naissance et qui est accompagnée d’un mouvement de tête dès l’âge de 2 mois. Il s’agit là d’une forme de réflexe qui permet une réponse du sujet aux sollicitations extérieures et que Piaget inclut dans le stade de l’intelligence sensorimotrice « au sens de réaction totale de l’individu, et non pas seulement mis en jeu d’automatismes particuliers ou locaux reliés entre eux du dedans seulement » (Piaget, 1936 : p. 27).

10A l’autre extrémité du test, Binet et Simon proposent aux sujets de comparer et définir quelques termes tels qu’estime et amitié, ennui et chagrin, etc. Il s’agit ici de mots abstraits qui pour Binet établissent la frontière très nette entre les états d’arriération, d’imbécilité, et d’intelligence des enfants normaux. Limite que Binet et Simon ne firent pas franchir à la première version de leur échelle :

« Nous arrêtons ici la liste des tests que nous avons utilisés. Il eût été facile de les continuer en les compliquant, si on avait voulu faire une hiérarchie parmi les enfants normaux. On pourrait même étendre l’échelle jusqu’à l’adulte normal, jusqu’au normal intelligent, très intelligent, hyperintelligent, et mesurer, ou du moins essayer de mesurer le talent et le génie. Nous remettons à une autre occasion cette étude difficile. » (Binet & Simon, 1905 : p. 223).

L’échelle métrique de 1908

11Dans l’article de l’année psychologique datée de 1908, intitulé Le développement de l’intelligence chez les enfants, Binet et Simon exposent de façon très détaillée leur échelle de mesure de l’intelligence enfantine. Comme toujours, leur écrit dépasse la simple technique, le procédé, pour envisager aussi « la loi du développement intellectuel des enfants » et s’intéresser aux aspects pédagogiques à la lumière de leurs recherches : « En nous occupant à tracer la ligne d’évolution de l’intelligence chez l’enfant, nous avons été poussés tout naturellement à jeter un coup d’œil sur les programmes d’enseignement, et à constater que certains de ces enseignements sont trop précoces, c’est-à-dire mal adaptés à la réceptivité mentale des jeunes. » (Binet et Simon, 1908, p. 2).

12Cependant, la part la plus importante de ce mémoire de quatre-vingt-quinze pages est consacrée à la description de l’échelle de mesure de l’intelligence de l’enfant normal : « Cette mesure, nous le faisons au moyen d’une série de tests, dont la hiérarchie constitue ce que nous appelons une échelle métrique d’intelligence. Il importe, avant tout, de faire connaître ces tests avec une précision suffisante pour que toute personne qui se donnera la peine de les assimiler puisse les répéter correctement. » (Ibid. : p. 3). Tous les mots de cette courte citation sont importants : la mesure de l’intelligence qui est revendiquée et l’emploi du terme test qui donne toute sa valeur à l’aspect scientifique de l’entreprise. Binet et Simon prévoient aussi l’application de l’échelle métrique par d’autres professionnels formés par la lecture de cet article. Il y a chez les auteurs un réel souci de standardisation : les consignes sont clairement explicitées, des exemples de bonnes et mauvaises réponses sont aussi proposés afin de faciliter la correction et la cotation. De plus, une note de bas de page donne des indications concernant l’étalonnage de référence (lieu de recueil, catégorie socioprofessionnelle des sujets) : « Toutes nos expériences successives et les nouvelles ont été faites soient à l’asile Sainte-Anne, soit à la Salpêtrière, soit dans les écoles primaires et les écoles maternelles de Paris. Elles ont donc constamment porté sur des enfants de la classe ouvrière. » (Binet et Simon, 1908, p. 3).
Ainsi, les préalables méthodologiques énoncés en introduction, les recommandations aux utilisateurs, en d’autres termes la standardisation, font entrer l’échelle métrique de 1908 dans la modernité de ce que seront les tests psychologiques à venir.

L’échelle métrique de 1911

  • 3  Ce que n’était pas l’échantillon de la version de 1908, car réduit et composé principalement d’enf (...)

13L’échelle métrique de 1911 apparaît à tort, aujourd’hui, comme un aboutissement. Bien entendu, elle est une amélioration nette sur les plans formels et théoriques de la précédente datant de 1908. Cette dernière est pensée, dans les standards internationaux actuels de construction des tests, comme une préexpérimentation : c’est-à-dire une version de travail qui permet de confronter les items, leur organisation à un échantillon qui doit être représentatif3. C’est bien comme cela, nous semble-t-il, que Binet conçoit sa recherche : « on a fait à notre échelle quelques objections qui nous ont paru justes ; nous-mêmes, en l’employant, nous avons constaté ses défauts, et nous avons cherché à les réparer. » (Binet, 1911 : p. 146). Suivent un certain nombre de corrections, de suppressions d’épreuves faisant double emploi ou trop exclusivement scolaires et une nouvelle hiérarchisation des items. Par souci de régularité – comparable à un souci esthétique sur le plan formel —, les auteurs ne retiennent que cinq items par classe d’âge.

14De plus, cette échelle de 1911 inclue, par rapport à celle de 1908, des séries d’items pour les 15 ans et pour les adultes. Cette évolution vers l’évaluation de sujets plus âgés et, par conséquent, l’introduction de situations tests plus complexes, est le signe tangible d’un changement d’objectif. Il n’est plus simplement question de dépister et de caractériser des niveaux de déficience, mais d’évaluer l’intelligence chez des sujets tout-venant.

  • 4  Division de l’âge mental par l’âge réel puis multiplication par cent.
  • 5  Le premier à introduire le Binet-Simon aux Etats-Unis.

15Cependant, la forme définitive du Binet-Simon est plus due au décès brutal de son auteur, en 1911, qu’à un accomplissement. Il n’est pas dans notre intention de réécrire l’histoire, mais plutôt de faire quelques conjectures : Binet, vivant, aurait peut-être eu le temps nécessaire, avant la première grande guerre mondiale, de proposer une quatrième version de son échelle métrique. Il aurait, bien entendu, réagi au calcul4 de W. Stern (1912) qui conduit à la notion de quotient intellectuel. Il aurait aussi, c’est certain, condamné les errements menés aux États-Unis par H., H. Goddard5 qui à partir de 1912, traque les « faibles d’esprit » parmi les immigrants débarqués à Ellis Island. Il utilise, pour ce faire une version adaptée du Binet-Simon, mais ne tient pas compte des recommandations de Binet, comme l’évoque S. J. Gould (1997 : p. 203) :

« Nous avons affaire à un groupe d’hommes et de femmes effrayés qui ne parlent pas anglais et qui viennent d’endurer les fatigues d’un long voyage en troisième classe dans l’entrepont d’un navire. La plupart sont pauvres et n’ont jamais été à l’école ; nombreux sont ceux qui n’ont jamais tenu un crayon ou un stylo en main. [… on] prend l’un d’eux à part, le fait asseoir, lui tend un crayon et lui demande de reproduire sur le papier une figure qu’on lui a montrée quelques secondes et qu’ont vient de soustraire à sa vue. L’échec qui s’ensuit ne pourrait-il pas résulter des conditions dans lesquelles les tests se sont déroulés, de la faiblesse, de la peur, de l’état de confusion, plutôt que de la stupidité innée ? »

16Nous sommes évidemment très loin de l’attitude « délicate » de Binet faite d’encouragements et de bienveillance, de respect de l’amour propre et de la timidité naturelle du sujet.

Figure 1. Le Binet Simon de 1911 (Armand Colin – Bourrelier, éditeurs)

Figure 1. Le Binet Simon de 1911 (Armand Colin – Bourrelier, éditeurs)

17Les premiers utilisateurs, formés par Binet lui-même, sont des instituteurs, des directeurs d’école situés dans des quartiers pauvres de Paris, rue des Récollets, rue de Sambre-et-Meuse et rue de la Grange-aux-Belles. Puis, très vite, quelques autres utilisateurs, tous pédagogues, formés par la lecture de l’article de 1911, réalisent quelques passations dans d’autres milieux sociaux. Les premiers résultats montrent une influence du niveau social et économique sur les résultats aux tests ; « suivant la richesse de la population, le niveau intellectuel des enfants se modifie » (Binet, 1911 : p. 152). D’autres expérimentations s’intéressent aux corrélations entre le niveau d’intelligence et le niveau scolaire :

« Il existe une corrélation remarquable entre ces deux niveaux ; et nous pouvons l’exprimer de la manière suivante : quand les enfants sont en retard dans leurs études, ils ont une chance pour avoir une intelligence moyenne, contre deux chances pour avoir une intelligence inférieure à la moyenne, et aucune chance pour être brillants ; s’ils sont réguliers dans leurs études, ils ont une chance pour être brillants d’intelligence, une chance pour être lourds d’intelligence, et deux chances pour être moyens d’intelligence ; s’ils sont en avance dans leurs études ils ont autant de chances à peu près pour être réguliers ou brillants d’intelligence. » (Binet, 1911 : p. 162).

  • 6  Statistiques que Zazzo (1966 : p. 47) juge « fantaisistes ».

18Cependant, Binet ne s’en tient pas qu’aux statistiques6, il ponctue ses recherches de cas particuliers, qu’aujourd’hui nous qualifierions de cas cliniques. Par exemple celui d’un jeune enfant de 12 ans, nommé Dufour, qui présente un niveau intellectuel conforme à son âge :

« Mais pour l’instruction, quel retard ? Il est dans le cours élémentaire, deuxième année. Son maître, à qui nous demandons divers renseignements sur les élèves mensurés, écrit pour le jeune Dufour : “milieu peu instruit, peu favorable au progrès intellectuel ; l’enfant est resté très tard à la campagne ; fréquentation scolaire peu régulière pour cause de maladie. Fréquente l’école depuis six mois”. Ces renseignements quoique brefs indiquent clairement que le retard d’instruction de Dufour n’est pas le résultat d’un état d’arriération intellectuelle. Nous avons appris depuis que ce jeune avait fait des progrès rapides, et qu’il est en train de rattraper le temps perdu. Cela confirme la démonstration donnée par la mesure de son niveau intellectuel. » (Binet, 1911 : p. 160).

19Cas particuliers qui, par leur exemplarité, prouvent tout l’intérêt d’un bon outil d’évaluation du niveau intellectuel à ceux qui, hier comme aujourd’hui, en doutent.

La nouvelle échelle métrique de l’intelligence

Le Binet-Simon 1966

20« Pour développer son œuvre, il fallait accepter le risque de la trahir. » (Zazzo, 1966 : p. 12). Il s’agit là d’une des toutes premières phrases du manuel La nouvelle échelle métrique de l’intelligence cosigné par René Zazzo, Michel Gilly et Mina Verba-Rad que l’auteur principal présente comme le travail collectif d’une vingtaine de personnes. En fait, René Zazzo n’a pas trahi Binet, tant s’en faut :

21— tout d’abord, il a repris la conception de l’intelligence développée par Binet — c’est l’enfant « dans son entier » qui est évalué par des tests multiples et hétérogènes — « sans aucune ambition de rien changer fondamentalement » (Zazzo, 1966 : p. 50).

« Il eût fallu ou bien, en tant que chercheur, que j’aie une nouvelle théorie de l’intelligence, et que je juge utile “d’instrumentaliser” cette théorie, ou bien, en tant que clinicien, que je ne me satisfasse pas des instruments existants. Or mes recherches personnelles ne m’orientent pas pour l’instant vers une conception originale de l’intelligence et, en tant que clinicien, je me contente fort bien du Binet-Simon. » (ibid.)

22— Il a conservé tous les items originaux du Binet-Simon jusqu’à l’âge de 8 ans en les classant expérimentalement.

23— Il a aussi, comme point commun avec Binet donné des recommandations générales pour l’application de la NEMI qui insistent, certes sur la standardisation nécessaire à une bonne mesure, ainsi que sur la qualité du contact que l’examinateur doit établir avec l’enfant : « celui-ci doit accueillir le sujet avec bienveillance et gentillesse : un entretien de quelques instants, sur un ton amical, est très souvent indispensable pour dissiper tout sentiment de gêne et de crainte. » (ibid. : p. 178).

24— Enfin, devant le vœu exprimé par Simon « clairement et énergiquement, que le nom de Binet Simon fût réservé au test de 1911, et que ce test ainsi désigné devant la postérité on n’y touchât point » (ibid. : p. 49), Zazzo, afin de rendre hommage à Binet, retint l’expression échelle métrique appartenant en propre à Binet et employée pour la première fois en 1897. Il nomma ainsi Nouvelle échelle métrique de l’intelligence ce qu’il concevait comme étant un Binet-Simon 1966.

La NEMI7

  • 7  Nouvelle échelle métrique de l’intelligence
  • 8  Le Dr Bonnis avait réalisé, à partir du Binet-Simon, des courbes de développement intellectuel d’u (...)

25La NEMI est l’œuvre de René Zazzo qu’il entreprit en 1946 par une « rectification » des courbes graphiques de Lucie-Renée Bonnis8 et qu’il poursuivit jusqu’à son terme en 1966. Nous retenons particulièrement de ce très long travail deux étapes principales.

L’étalonnage 1949

26La première étape consiste en un réétalonnage réalisé en 1948 – 1949 auprès d’une population tout-venant, âgée de 3 à 12 ans, de quatorze groupes scolaires de Paris. L’importance de l’échantillon est remarquable (550 sujets) ainsi que les critères d’expérimentation : quatorze psychologues expérimentateurs ayant homogénéisé leurs techniques d’examen, tirage aléatoire des sujets — garçons et filles, à parité — qui sont évalués près de « l’âge rond » de leur anniversaire.

  • 9  C’est par cette expression, effet Flynn, qu’est nommée la progression séculaire des performances a (...)

27Les items sont classés selon leur ordre de difficulté et Zazzo calcule ensuite le nombre moyen d’items réussis pour chaque groupe d’âge.
Bien évidemment, ce travail considérable, bien mené, redonne une seconde jeunesse au Binet-Simon qui peut être utilisé alors avec sûreté et permettre le calcul d’un QI.
René Zazzo en retire deux constatations importantes : tout d’abord que la sensibilité du test s’émousse pour devenir insignifiante vers l’âge de 10 ans. L’échelle, dont la principale caractéristique est de prendre appui sur le développement de l’enfant pour proposer, à chaque échelon d’âge, des items spécifiques, ne fonctionne plus aussi bien avec les plus âgés. La seconde observation concerne le classement comparatif des différents items entre les versions de 1911 et de 1949. La hiérarchisation initiale de Binet et Simon est donc à revoir à la lumière de l’expérimentation de 1949, car note Zazzo « la plupart des épreuves étaient situées à un niveau trop bas » (Zazzo, 1966 : p. 57). Ce que pointe là René Zazzo c’est bien entendu la faiblesse des statistiques de Binet, mais aussi ce que l’on nommera l’effet Flynn9.

Tableau 1. Comparaison des âges de réussite de quelques items du Binet-Simon proposés en 1911 et 1949

Items

BS 1911

BS 1949

Compter 4 sous simples

5 ans

4 ans

Copier un carré

5 ans

3 ans

Distinguer matin et soir

6 ans

4 ans

Montrer main droite, oreille gauche

7 ans

5 ans

Nommer 4 couleurs

7 ans

4 ans

Pour une amélioration de la mesure du développement mental

28Les travaux précédents de René Zazzo, en 1949, ont montré la validité des épreuves du Binet-Simon jusque vers l’âge de 8 ou 9 ans. L’enjeu réel de la dernière étape consiste à amener l’échelle métrique vers les âges supérieurs : « tous nos efforts ont donc abouti à prolonger l’échelle métrique jusqu’au niveau de 14 ans sans rupture avec l’ancien test » (Zazzo, 1966 : p. 61). Il apparaît donc nécessaire de créer, toujours dans l’esprit de Binet, des épreuves nouvelles ou, le cas échéant, d’en emprunter à d’autres tests. Cette phase de conception, d’invention, de créativité soulève l’enthousiasme des auteurs :

« La réflexion sur les épreuves à choisir ou à inventer fut la partie la plus passionnante de cette nouvelle entreprise. Nous y étions déjà fortement engagés en 1949 avec les psychologues scolaires. Avec Marcel Bouilly et Jean Simon notamment nous avions imaginé et expérimenté ensemble des épreuves auxquelles nous tenions beaucoup. En 1960, après dix ans d’hibernation, et avec de nouveaux collaborateurs, il eût été factice de renouer avec les idées anciennes, de rechercher le souffle perdu. Dans une création scientifique comme dans un nouvel amour (et ce n’est pas au fond tellement différent) il faut repartir à zéro, même si l’inspiration de chacun puise toujours aux mêmes sources.
Bref avec mes collaborateurs de l’hôpital Henri Rousselle, Hilda Santucci, Mira Stambak puis plus systématiquement avec Michel Gilly et Mina Verba nous avons déterminé la matière du nouveau test. » (ibid. : p. 60).

Figure 2. Feuille de niveau de la NEMI

Figure 2. Feuille de niveau de la NEMI

29Afin de proposer une évaluation adaptée aux niveaux élevés (12, 14 ans et plus), René Zazzo son équipe ont mis au point et recherché des épreuves abstraites, de pensée conceptuelle ou d’intelligence logique pour rendre compte, le plus précisément possible des différences de niveau intellectuel.

  • 10  Déjà dans le Binet-Simon apparaissaient quelque subtests tels ceux des gravures ou des répétitions (...)

30Une certaine forme de rupture est introduite à la conception originelle du Binet-Simon par la généralisation10 de subtests que Zazzo (1966 : p. 64) définit ainsi : « leur nature est homogène. Un subtest peut donner lieu à différents niveaux de réussite ». Par exemple, les subtests Comptage de Cubes, Ressemblances ou Vocabulaire. Ce dernier, inspiré du Terman (1917) et du WISC (édition américaine, 1949) comporte 46 items (la réussite à chacun est cotée 1 point) qui permettent de valider presque tous les échelons de la 8ème année (16 points sont alors requis), à celui supérieur à la 14ème année » (37 points sont alors nécessaires). Cependant, à la différence des tests de Wechsler, les résultats globaux aux différentes épreuves ne donnent pas de notes standardisées spécifiques et la comparaison des points forts et faibles s’effectue par l’analyse de la dispersion.

31La Nouvelle échelle métrique de l’intelligence obtint un succès immédiat en France, particulièrement dans le milieu de l’éducation, auprès des psychologues scolaires — le Binet-Simon, par ses origines mêmes est lié à l’école et René Zazzo fut le promoteur, avec Henri Wallon de la psychologie scolaire —, et à l’étranger ou de nombreuses versions de la NEMI furent adaptées.

32Les conceptions originales de Binet, reprises, développées et validées par une expérimentation solide menée par Zazzo permettaient enfin au Binet-Simon, version 1966, de rencontrer les praticiens.

La NEMI, version 2

L’origine

  • 11  On peut citer Claire Meljac, Anne Andronikof, Christine Arbisio, Robert Voyazopoulos, Jacque Grégo (...)

33A la fin du XXe siècle, alors que l’examen psychologique – questionné dans son déroulement, ses objectifs, ses comptes-rendus par des praticiens et des universitaires11 — retrouve une légitimité et une vigueur nouvelle dans la clinique des psychologues, la NEMI apparaît comme une épreuve dépassée qui n’a pas été révisée ni n’a bénéficié d’aucun réétalonnage depuis plus de trente ans. Les étalonnages de 1949 ou de 1966 ne rendent plus compte du développement des enfants d’aujourd’hui. Les praticiens en délaissent donc l’usage au profil de l’épreuve de Wechsler adaptée aux enfants et adolescents, le WISC-III.

  • 12  EAP (Editions d’application psychologique)
  • 13  L’élaboration de la NEMI-2 a mobilisé de nombreux experts, l’équipe recherche et développement des (...)

34L’éditeur12 de la NEMI, Philippe Chabot, me demande alors de réfléchir à l’opportunité d’une révision de cette échelle. Peu de temps plus tard, je rencontre Bianka Zazzo lors de la préparation du colloque René Zazzo, un savant dans la cité, qui se déroule en novembre 1997 à l’université Paris X et lui fait part de mes premières réflexions. Elle adhère immédiatement à l’idée d’une révision de cet outil auquel est attaché le nom de son mari décédé deux ans plus tôt. S’appuyant sur le court dossier présentant mes options de révision, elle consulte des proches, des experts et rapidement, dès le début de 1998, m’encourage à poursuivre ce travail13.

35Bianka Zazzo a porté une attention soutenue au processus de révision de la NEMI-2 en s’attachant particulièrement aux consignes afin qu’elles soient formulées dans une langue proche de celle des enfants. La première mallette disponible de la NEMI-2 lui fut envoyée quelques semaines avant son décès, le 8 janvier 2007.

Modèle théorique et structure

36La NEMI-2 est un test qui propose un ensemble composite d’épreuves qui toutes font appel aux processus mentaux supérieurs tels que les définissait Binet (1909).

  • 14  De nombreux items de la NEMI de 1966 présentent un « mauvais poids génétique », c’est-à-dire qu’il (...)

37En revanche, l’organisation de la NEMI-2 s’affranchit, et c’est une rupture avec les échelles de Binet et Zazzo, de la double contrainte liée à l’échelle d’âge qui nécessite, d’une part, de créer des items spécifiques d’un âge donné, c’est-à-dire des items échoués avant l’âge seuil puis largement réussis, celui-ci dépassé, et d’autre part de sélectionner, parmi ceux-ci, les meilleurs items qui évaluent l’intelligence14. De plus, une échelle d’âge ne peut pas, par construction, proposer les mêmes items ou les mêmes types d’items à tous les sujets, jeunes ou âgés. La NEMI-2 qui abandonne ce principe devient ainsi un test beaucoup plus homogène : ce sont les mêmes épreuves qui sont présentées à tous les niveaux d’âge (de 4 ans et demi à 12 ans et demi).

38Le modèle de l’intelligence retenu pour cette révision est celui de Carroll (1993), qui réalise une synthèse entre les conceptions unitaires et multifactorielles de l’intelligence. Il montre que l’intelligence s’organise selon une structure hiérarchique en trois niveaux :

39— au sommet de la structure, il y a un facteur général d’intelligence ;

40— le niveau intermédiaire comprend huit grands facteurs (intelligence fluide, intelligence cristallisée, mémoire et apprentissage, représentations visuospatiales, représentations auditives, récupération en mémoire à long terme, rapidité cognitive, vitesse de traitement) ;

41— à la base de la structure, on trouve des capacités spécifiques (Connaissances culturelles, Vocabulaire, Etendue du lexique, Capacités de comparaisons verbales, Analyse catégorielle, Mémoire des Chiffres, Capacités d’analyse perceptives, etc.).

42En prenant en compte une partie seulement de ce modèle, La NEMI-2 se compose de sept épreuves dont quatre sont obligatoires (Connaissances, Comparaisons, Matrices analogiques et Vocabulaire) et trois facultatives (Adaptation sociale, Répétition de chiffres, Copie de figures géométriques ou Comptage de cubes) laissées à l’appréciation du clinicien.
De nombreux items du Binet-Simon et de la NEMI, qui ont fait leurs preuves, ont été retenus pour l’élaboration de la NEMI-2.

Tableau 2. Origine des items retenus pour la NEMI-2

Epreuves

Origine des items

Connaissances

7 items proviennent du Binet-Simon tels que Nommer 4 couleurs, Compter 4 objets, etc.

Comparaisons

3 items proviennent de Comparer deux objets de souvenirs (Binet-Simon) et 5 de Ressemblances (NEMI).

Matrices analogiques

Création NEMI-2

Vocabulaire

3 items sont repris de Définition de mots familiers (Binet-Simon) et 7 de Vocabulaire (NEMI).

Adaptation sociale

6 items issus de Questions de compréhension (Binet-Simon,).

Répétition de chiffres

Epreuve, du Binet-Simon de 1908, reprise par Zazzo avec de légères modifications.

Copie de figures géométriques

Issus de 4 items provenant du Binet-Simon : Copie du carré et Copie du losange, Deux dessins de mémoire.

Comptage de cubes

8 items repris de Comptage de cubes de la NEMI.

L’expression des résultats

43La NEMI-2 permet, comme sa devancière, le calcul d’une note globale. Cependant, nous n’avons pas conservé le terme QI puisque le résultat n’est plus « un véritable quotient d’âges […mais] un indice qui traduit la distance, l’écart à la moyenne » (Zazzo, Dague, Schmelk, Rossi, 1975 : p 256). Aussi, nous avons créé un Indice d’efficience cognitive (IEC) issu de la somme des notes standard aux quatre épreuves obligatoires. Cet indice, basé sur la distribution des scores selon la loi normale (moyenne = 100, écart-type = 15), est exclusivement exprimé sous la forme d’un intervalle de confiance. Cette forme d’expression à l’avantage de relativiser la note obtenue en ne réduisant pas la performance de l’enfant à un seul nombre.

44Malgré l’abandon de la perspective génétique dans la construction de l’échelle, nous avons conservé une référence à l’âge pour chacune des épreuves sous la forme d’un tableau convertissant les notes obtenues en âges de développement.

Pour conclure

  • 15  Nommé NEMI par René Zazzo
  • 16  NEMI, version 2

45Depuis la disparition de Binet, sur un siècle, trois versions du Binet-Simon ont été proposées aux psychologues : le Binet-Simon 1911 qui, s’il a rencontré peu de succès en France, a représenté une étape décisive dans l’évaluation des états d’arriération mais aussi de l’intelligence ; le Binet-Simon 196615 qui a accompagné le développement de la psychologie en France et dans le monde et qui a pu être, un temps, un concurrent de la batterie de Wechsler pour enfants ; et le Binet-Simon 200616 qui adapte les avancées de la recherche cognitive aux principes de Binet.

46Trois épreuves, trois auteurs différents, mais un même intérêt au centre de leurs préoccupations : l’enfant. Celui de l’instruction obligatoire qui nécessitait parfois une orientation en école de perfectionnement, celui de l’échec scolaire pour lequel les aides rééducatives devaient être ajustées au plus près des difficultés présentées, enfin celui des nouvelles symptomatologies des troubles des apprentissages qui demande une approche où diagnostic et thérapeutique souvent se confondent.

47Gageons, dans un avenir proche, qu’une version quatre du Binet-Simon, centrée sur « l’objet intelligence », soit nécessaire aux praticiens afin de mieux coller aux modèles théoriques et aux enjeux de l’éducation des enfants d’aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

Binet, A. (1903). L’étude expérimentale de l’intelligence. Paris : Schleicher frères et Cie.

Binet, A., & Simon, Th. (1905). Méthodes nouvelles pour le diagnostic du niveau intellectuel des anormaux. L’Année Psychologique, 11, 191-244.

Binet, A., & Simon, Th. (1908). Le développement de l’intelligence chez les enfants. L’Année Psychologique, 14, 1-94.

Binet, A. (1909). Les idées modernes sur les enfants. Paris : Ernest Flammarion.

Binet, A., Simon, T. (1910). Définition de l’idiotie et de l’imbécillité. Annales médico-psychologiques, mai-juin 1910, 1 – 16.

Binet, A., (1911). Nouvelles recherches sur la mesure du niveau intellectuel chez les enfants d’école. L’Année Psychologique, 17, 145-201.

Cognet, G. (2006). NEMI-2. Paris : ECPA.

Cognet, G., Vannetzel, L. (2009). NEMI-2 : souplesse et rigueur dans l’examen clinique de l’intelligence de l’enfant. Journal des psychologues, 265, 57 - 62.

Flieller, A (2001). Problèmes et stratégies dans l’explication de l’effet Flynn. In M., Huteau, les figures de l’intelligence. Paris : EAP.

Gould, S., J. (1997). La mal-mesure de l’homme. Paris : Editions Odile Jacob.

Huteau, M. (2006). Alfred Binet et la psychologie d’intelligence. Le journal des psychologues, 234, 24 - 28.

Meljac, C. (1999). Introduction en forme d’hommage. In Doutes, constats et mirages en psychologie. Paris : P.U.F.

Nicolas, S. (2004). La mémoire dans l’œuvre d’Alfred Binet (1857-1911). L’Année Psychologique, 94-2, 257-282.

Piaget (1936). La naissance de l’intelligence chez l’enfant. Neuchâtel – Paris : Delachaux et Niestlé.

Rozencwajg, P. (2006). Quelques réflexions sur l’évaluation de l’intelligence générale : Un retour à Binet ? Pratiques Psychologiques, 12, 3, 395-410.

Zazzo, R. (1958). Alfred Binet et la psychologie de l’enfant. Psychologie française, 3, 2, 1 - 9.

Zazzo, R., Gilly, M., Verba-Rad, M, (1966). La nouvelle échelle métrique de l’intelligence. Paris : Eap.

Zazzo, R., Dague, P. Schmelk, M.-A., Rossi, P. (1975). WISC et NEMI, premiers résultats d’une étude comparative. Enfance, 3 - 4, 253- 271.

Zazzo, R. (1993). Alfred Binet (1857-1911). Perspectives : revue trimes-trielle d’éducation comparée, 23, 1-2, 101-102.

Haut de page

Notes

1  « Je voudrais qu’on fût persuadé que les expériences de psychologie, surtout celles qui portent sur les fonctions complexes ne s’improvisent pas. » (Binet, 1903 : p. 299)

2  Définition du dictionnaire de l’Académie française : emprunté du latin philosophique moderne criterium, du grec kritêrion, « ce qui sert à discerner le vrai du faux ».

3  Ce que n’était pas l’échantillon de la version de 1908, car réduit et composé principalement d’enfants d’ouvriers.

4  Division de l’âge mental par l’âge réel puis multiplication par cent.

5  Le premier à introduire le Binet-Simon aux Etats-Unis.

6  Statistiques que Zazzo (1966 : p. 47) juge « fantaisistes ».

7  Nouvelle échelle métrique de l’intelligence

8  Le Dr Bonnis avait réalisé, à partir du Binet-Simon, des courbes de développement intellectuel d’une population d’enfants dits « arriérés » (thèse de doctorat, 1926).

9  C’est par cette expression, effet Flynn, qu’est nommée la progression séculaire des performances aux tests d’intelligence décrite par James R. Flynn.

10  Déjà dans le Binet-Simon apparaissaient quelque subtests tels ceux des gravures ou des répétitions de chiffres.

11  On peut citer Claire Meljac, Anne Andronikof, Christine Arbisio, Robert Voyazopoulos, Jacque Grégoire, l’auteur de cet article, etc.

12  EAP (Editions d’application psychologique)

13  L’élaboration de la NEMI-2 a mobilisé de nombreux experts, l’équipe recherche et développement des ECPA ainsi que soixante-neuf psychologues scolaires et conseillers d’orientation psychologues répartis dans sept régions françaises. Plus de mille trois cents protocoles furent recueillis et traités.

14  De nombreux items de la NEMI de 1966 présentent un « mauvais poids génétique », c’est-à-dire qu’ils sont peu spécifiques d’un âge donné.

15  Nommé NEMI par René Zazzo

16  NEMI, version 2

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le Binet Simon de 1911 (Armand Colin – Bourrelier, éditeurs)
URL http://rechercheseducations.revues.org/docannexe/image/832/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Figure 2. Feuille de niveau de la NEMI
URL http://rechercheseducations.revues.org/docannexe/image/832/img-2.png
Fichier image/png, 58k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Recherches & Educations, 5, 2011, p. 165-179

Référence électronique

Georges Cognet, « Les trois vies du Binet-Simon :
Binet-Simon, Nemi, Nemi-2 », Recherches & éducations [En ligne], 5 | octobre 2011, mis en ligne le 15 janvier 2012, consulté le 30 mars 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/832

Haut de page

Auteur

Georges Cognet

Psychologue clinicien, enseignant à
l’Ecole des psychologues-praticiens de Paris, expert auprès des Ecpa

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org