Navigation – Plan du site

Sur le caractère fondateur de l’article de Binet (1887
« Le fétichisme dans l’amour »

André BÉJIN
p. 227-235Recherches & Educations, 5, 2011, p. 227-235

Entrées d’index

Mots-clés :

amour, Binet, fétichisme

Keywords :

Binet, fetishism, love

Chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Le 6 septembre 1887, Hippolyte Taine adresse à Alfred Binet une lettre pour le remercier de lui avoir envoyé ses articles sur le fétichisme dans l’amour.
Cette lettre commence ainsi : « Vous me faites beaucoup d’honneur en me demandant mon sentiment sur vos deux derniers articles. Je les trouve, comme tout le monde, intéressants, instructifs et très bien faits. Le fétichisme auquel vous rattachez ces états maladifs n’est peut-être pas le terme de comparaison le plus exact ; pourtant il offre des analogies suffisantes, et de plus votre définition finale, qui ramène la perversion à la prédominance d’un détail plus ou moins isolé, résume très bien le phénomène. Il serait scandaleux et pourtant vrai de ramener à la même formule : 1° L’amour proprement dit ou préférence exclusive qui rend un individu complètement insensible à tous les individus de l’autre sexe, sauf un ; 2° Le coup de foudre (très bien expliqué par Stendhal) qui est l’invasion subite du sentiment exclusif ci-dessus à la suite de longues rêveries et d’une préparation inconsciente. Si vous suivez votre filon, vous pénétrerez dans une mine large et profonde ; vous trouverez probablement que l’objet principal à déterminer, c’est l’état subjectif (physiologique et psychique), de la personne qui devient amoureuse au moment juste où elle le devient » (Taine, 1907, p. 245-246).

2Cette lettre est intéressante à un double titre. Elle témoigne de la reconnaissance immédiate de la valeur de la contribution de Binet. Mais elle manifeste aussi que Taine n’a qu’imparfaitement saisi ce que Binet apporte de nouveau dans l’explication de phénomènes qu’avaient déjà en partie décrits les aliénistes Jean-Martin Charcot et Valentin Magnan.
Je me propose, dans le présent article, de mettre en lumière ce en quoi Binet a renouvelé l’analyse du « fétichisme amoureux », telle que l’avaient esquissée Charcot et Magnan.
Je me référerai à la version originale de l’article de Binet telle que je l’ai rééditée et préfacée en 2001 (et non à la réédition de 1888, abrégée d’environ 7 %, les passages non repris étant souvent fort intéressants). Pour ne pas alourdir mon texte, je signalerai les pages des citations sans répéter à chaque fois : Binet, 2001.

L’article de Charcot et Magnan sur « l’inversion du sens génital » (1882)

3Au début de son article, Binet écrit avec modestie : « MM. Charcot et Magnan ont publié les meilleures observations de fétichisme, et notre étude ne sera qu’un commentaire de ces observations, auxquelles nous en avons joint de nouvelles ; elles sont relatives à des dégénérés qui éprouvent une excitation génitale intense pendant la contemplation de certains objets inanimés qui laissent complètement indifférent un individu normal » (p.30-31).

4Mais, de leurs observations, Charcot et Magnan n’ont aucunement tiré un définition de la « perversion » que cinq ans plus tard, en 1887, Binet va proposer d’appeler « fétichisme amoureux » et que d’autres appelleront, après lui, fétichisme « érotique » ou « sexuel », voire « fétichisme » tout court.

5On remarque, tout d’abord, que la description de ces « perversions du sens génital » ou « de l’instinct génital » (Charcot et Magnan, 1882, p. 53 et 320) figure dans un article intitulé « Inversion du sens génital », article dont l’objet essentiel est de comprendre ce « fait étrange dans notre civilisation [qu’est] l’appétit génital pour le même sexe à l’exclusion de l’autre » (Charcot et Magnan, 1882, p. 53-54).

6Cet article présente quatre cas de fétichisme qui ont pour objets les parties du corps humain ou les choses suivantes :

  1. - la « région fessière » des femmes : quand cet homme « voyait une femme, sa pensée se portait vers la région fessière et il ne pouvait s’empêcher de regarder les fesses. Cette observation devenait plus pressante dès qu’il s’agissait de petites filles. Dans les foules il se frottait contre les fesses des femmes ; mais dès que l’érection survenait, il s’empressait de s’éloigner et d’éviter les groupes. » (Charcot et Magnan, 1882, p. 306).

  2. - les clous de bottines et de souliers de femmes (observation communiquée à Charcot et Magnan par le Dr. Émile Blanche) : « vers l’âge de six ou sept ans, M.X... était déjà poussé par un instinct irrésistible à regarder les pieds des femmes pour voir s’il n’y avait pas de clous à leurs souliers ; [...dans ses rêveries] il infligeait à la jeune fille les tortures les plus cruelles, il lui clouait des fers sous les pieds, comme l’on fait aux chevaux, ou bien il lui coupait les pieds, et en même temps il se masturbait ; mais ce n’était pas seulement pour se procurer la jouissance matérielle qu’on y trouve ; c’était plutôt pour servir d’accompagnement à l’histoire fantastique qui charmait son imagination (...). L’intensité [de son excitation] augmente aussi graduellement, si M.X..., après avoir vu les chaussures dans la boutique du cordonnier, les voit aux pieds d’une femme, s’il y a beaucoup de clous, et si les clous sont gros, s’ils sont posés à des souliers, plutôt qu’à des bottines, et si la femme qui les porte est jeune, jolie et élégante. L’impression est parfois telle, qu’il est sur le point de s’évanouir, ou bien il est pris d’un rire nerveux et incoercible, qui dure plusieurs minutes » (Charcot et Magnan, 1882, p. 308 et 311-312).

  3. - les bonnets de nuit : « A l’âge de cinq ans, ayant couché pendant cinq mois dans le même lit qu’un parent âgé d’une trentaine d’années, il éprouva pour la première fois un phénomène singulier, c’était une excitation génitale et l’érection, dès qu’il apercevait son compagnon de lit se coiffer d’un bonnet de nuit. Vers cette même époque, il avait l’occasion de voir se déshabiller une vieille servante, et dès que celle-ci mettait sur sa tête une coiffe de nuit, il se sentait très excité et l’érection se produisait immédiatement. Plus tard l’idée seule d’une tête de vieille femme ridée et laide, mais coiffée d’un bonnet de nuit, provoquait l’orgasme génital [...A trente deux ans] il épousa une demoiselle de vingt- quatre ans, jolie et pour laquelle il éprouvait une vive affection. La première nuit de noces, il resta impuissant à côté de sa jeune femme ; le lendemain la situation était la même lorsque, désespéré, il évoque l’image de la vieille femme ridée, couverte du bonnet de nuit ; le résultat ne se fait pas attendre, il peut immédiatement remplir ses devoirs conjugaux. Depuis cinq ans qu’il est marié, il en est réduit au même expédient, il reste impuissant jusqu’au moment où le souvenir rappelle l’image favorite » (Charcot et Magnan, 1882, p. 315-316).

  4. - les tabliers blancs : « A quinze ans, il aperçoit flottant au soleil, un tablier qui séchait, éblouissant de blancheur, il approche, s’en empare, serre les cordons autour de sa taille et s’éloigne pour aller se masturber au contact du tablier derrière une haie. Depuis ce jour, les tabliers l’attirent, il ne peut s’empêcher de les prendre, s’en sert pour pratiquer l’onanisme, puis les replace dans le lieu où il l’a pris, ou bien il le jette ou le laisse chez lui dans un coin. Quand il aperçoit un homme ou une femme avec un tablier blanc, il les suit, ne tenant aucun compte du sexe, le tablier seul offrant tout l’attrait » (Charcot et Magnan, 1882, p. 317-318).

7Charcot et Magnan vont-ils essayer de comprendre pourquoi et comment les individus qui désirent ces objets en sont venus à s’attacher, parfois de façon exclusive, à eux ? Presque pas. Ils se contentent de remarquer que ces objets sont souvent choisis dès le plus jeune âge. Ils écrivent, par exemple, à propos de l’amant des bonnets de nuit : « Chez ce malade, véritable héréditaire, les troubles psychopathiques sont nombreux. Dès l’âge de cinq ans, sans nulle préparation, passivement en quelque sorte, il est envahi par l’idée maladive et devient l’esclave de l’obsession la plus étrange ; le bonnet de nuit à partir de ce jour, va peser sur toute son existence. Qui peut se douter d’une situation aussi profondément triste, en dehors du malade et du médecin, à qui il fait ses confidences ? Et cependant que de symptômes révèlent chez cet homme la prédisposition morbide qu’il tient de ses parents : hallucinations, obsessions de toute nature, impulsions, craintes imaginaires, émotivité extrême, tendances mélancoliques, idées de suicide ; rien n’y manque » (Charcot et Magnan, 1882, p. 316-317).

8Pour eux, le phénomène principal à prendre en considération ce n’est pas la forme de l’obsession, mais l’hérédité morbide, de ce malade : car ils doivent, en tant qu’aliénistes, apprécier si elle l’empêche ou non d’être tenu pour juridiquement responsable de ses actes.

9« Ces quatre cas de perversion de l’instinct génital, concluent les auteurs, sont suffisants pour démontrer que ces délires multiples ne sont que des épisodes variés de la même maladie ; chez tous ces malades l’hérédité fait sentir son influence. De très bonne heure, avant même qu’une éducation vicieuse (...) ait eu le temps de modifier l’individu, l’impulsion se montre pressante, impérieuse, avec tous les caractères d’irresponsabilité qui la font distinguer » (Charcot et Magnan, 1882, p. 320-321).
Nous allons voir que Binet, sans aucunement négliger l’influence de l’hérédité, va s’attacher surtout à mettre en lumière la forme « jusqu’à un certain point acquise et fortuite » (p.73) des fétichismes qu’il étudie : « l’hérédité n’a certainement fait que préparer le terrain ; ce n’est pas elle qui peut avoir donné à l’impulsion sexuelle sa forme particulière » (p.50).

L’article de Binet sur « le fétichisme dans l’amour » (1887). Son caractère fondateur

10Dans son article, Binet apporte de nouvelles observations, propose une nouvelle appellation du phénomène qu’il étudie, formule une théorie nouvelle pour l’expliquer, et ceci en s’appuyant sur des comparaisons éclairantes. Précisons ces différents points.

111) Binet ajoute de nombreuses observations aux quatre cas susdits présentés par Charcot et Magnan.

12Elles sont empruntées à des aliénistes, notamment Benjamin Ball (« amant de l’œil » p. 38-41, 102, 107, 122), au criminologue Cesare Lombroso (fétichisme du linge blanc p. 71). Binet s’appuie aussi sur un philosophe comme Condillac selon qui les « préférences » amoureuses, les « penchants bizarres » peuvent naître d’une « liaison d’idées » : ainsi « Descartes conserva toujours du goût pour les yeux louches, parce que la première personne qu’il avait aimée avait ce défaut » (p.37). Binet cite également des écrivains : Rousseau (cas de « volupté de la douleur » longuement analysé p. 80-89, 92, 106), Alexandre Dumas fils (fétichisme de la voix d’un ténor p. 59-60 : seul cas de fétichisme féminin présenté par Binet) ou encore Adolphe Belot (« amant de la bouche » féminine p. 118-122).
Enfin, Binet y rajoute ses propres observations personnelles, notamment celle qui concerne « l’amant de la main », un jeune homme intelligent qu’il a connu pendant ses années de médecine : chez cet homme « l’érection arrive par la seule contemplation [d’une jolie main de femme] (...) ; quand il s’adresse à une femme gantée, c’est comme s’il faisait la cour à une femme voilée (...). Il lui suffit d’avoir vu une main pendant une minute pour ne jamais l’oublier ; (...) il veut que la main soit moyenne, et plutôt grande (...). L’excitation sexuelle que produit chez [lui] la contemplation de l’objet est augmentée par tous les bijoux qui peuvent l’orner (...) ; nous voyons ici poindre une seconde perversion sexuelle, qui s’est greffée sur le première [...par] une association de contiguïté » (p. 41-46).

132) Pour désigner l’ensemble de ces « préférences » amoureuses « bizarres », Binet propose le vocable « fétichisme ». Ce n’est pas un mot nouveau, mais un mot employé dans un sens nouveau, un néologisme de sens. Ce terme a été forgé vers 1756 par le président Charles de Brosses (1709-1777) pour dénommer l’adoration religieuse d’un objet matériel auquel le fétichiste attribue un pouvoir mystérieux. Dans le fétichisme amoureux, nous dit Binet, « l’adoration religieuse est remplacée par un appétit sexuel » (p.31). Cette expression s’est très vite imposée dans la psychopathologie de la sexualité et a été traduite en des multiples langues.

143) Binet veut saisir simultanément le fétichisme qu’il qualifie de « petit », de « léger » (p.122) et celui qu’il qualifie de « grand », de « vrai » (p.33), le second constituant une forme « pathologique, c’est-à-dire exagérée » (p.30) du premier et présentant, à ce titre, l’avantage de donner à voir plus facilement ce qui caractérise le fétichisme amoureux en général.

15En rajoutant aux formes extrêmes de fétichisme présentées par Charcot et Magnan, des formes fréquentes, « atténuées » (p.122), n’ayant « rien de bruyant » (p.33), telles que la préférence non exclusive pour une partie du corps de la personne aimée, Binet donne, certes, plus d’importance à son objet d’étude. Mais surtout cela lui permet de montrer « que tout le monde est plus ou moins fétichiste en amour ; il y a une dose constante de fétichisme dans l’amour le plus régulier. En d’autres termes, il existe un grand et un petit fétichisme, à l’instar de la grande et de la petite hystérie, et c’est même là ce qui donne à notre sujet un intérêt exceptionnel » (p.32). « Le grand intérêt psychologique de ces études (...) réside tout entier dans les comparaisons entre l’état normal et ses déviations. La ligne de démarcation est fort difficile à tracer » (p.99-100). « Il n’y a point d fétichisme dont on ne retrouve la forme atténuée dans la vie régulière. Tous les amants sont épris de beauté des yeux de leur maîtresse, comme le malade de M. Ball. (...) Le fétichisme ne se distingue donc de l’amour normal que par le degré : on peut dire qu’il est en germe dans l’amour normal » (p.122).

16Binet ne prétend pas découvrir le « sens ultime » du fétichisme comme certains ont cru pouvoir y parvenir par la suite en invoquant la recherche de la transgression, ou le désir de se venger d’humiliations subies pendant l’enfance, ou encore en affirmant que le fétichisme permet de surmonter l’angoisse de castration. Il se contente de circonscrire la fonction du fétichisme. Elle est, selon lui, tout simplement de procurer au fétichiste de l’excitation sexuelle par des moyens plus ou moins contraires à la procréation (p.32, 98), le « grand fétichiste » évitant le plus possible le coït vaginal hétérosexuel, le « petit fétichiste » s’y livrant, de préférence, en l’accompagnant de la représentation mentale, de « la contemplation ou de la palpation de la chose aimée » (p.110).

17L’orgasme peut procéder de cette excitation. Mais ce n’est pas, selon Binet, ce que recherchent d’abord les « grands fétichistes ». Nombre d’entre eux, écrit-il, connaissent de longues périodes d’abstinence sexuelle, souffrent de timidité et d’« impuissance de cause psychique » (p.110), jouissent surtout par l’imagination, se complaisent à ce qu’il appelle la « rumination érotique des continents » (p.115), laquelle exalte leur « imagination érotique » (p.112).

18Ces « choses aimées », Binet ne les dénomme pas « fétiches » comme Krafft-Ebing et bien d’autres auteurs le feront par la suite. Il les appelle « points de mire » (p.32) du désir, « objets de prédilection » (p.43), « objets de l’obsession » (p.31 et 89), « objets du culte » du fétichiste (p.106 et 120) ou encore « talisman par lequel une femme peut charmer » (p.90). Binet les regroupe en quatre catégories :

19- la préférence ou l’attrait exclusif pour des « parties » ou des « fractions » de la personne aimée (œil, main, cheveux, etc.) : c’est ce qu’il appelle « l’amour plastique » (p.36).

20- la préférence ou l’attrait exclusif pour les « émanations » (odeurs, voix) de la personne aimée (p.54-62).

21- la préférence ou l’attrait exclusif pour de « simples objets matériels », des « objets ou des choses inertes » (p. 31, 65-66) : ici, écrit Binet, « nous nous enfonçons dans la pathologie » (p.65).

22- enfin, le fétichisme d’une « qualité psychique » : cette « forme raffinée du fétichisme amoureux » (p.80), cet « amour spiritualiste » (p.90), Binet l’étudie en se fondant surtout sur le témoignage que Rousseau nous livre sur son fétichisme de la femme fière, que Krafft-Ebing considérera comme du « masochisme ». Rousseau « aime la femme fière, dédaigneuse, l’écrasant à ses pieds du poids de sa royale colère. Qu’est-ce que tout cela sinon des faits psychologiques ? Il est donc permis d’en conclure que le fétichisme peut avoir pour objet non seulement la belle matière, mais encore l’esprit, l’âme, l’intelligence, le cœur, en un mot, une qualité psychique » (p.89).

23Cette analyse de Binet a inspiré de nombreux auteurs, à commencer par Richard von Krafft-Ebing (2010 et 2011). Mais ce dernier n’a pas conservé la deuxième catégorie, celle du fétichisme des « émanations ». D’autre part, en étudiant séparément le sadisme, le masochisme puis d’autres « perversions », il a vidé de son contenu la quatrième catégorie de Binet, celle du fétichisme des qualités psychiques. Beaucoup d’auteurs, par la suite, feront comme Krafft-Ebing et limiteront le fétichisme à la préférence ou à l’attrait exclusif pour des parties du corps humain ou des objets matériels.

24D’autre part, Binet suggère, dans une note de bas de page, qu’il y a « sans doute des sujets chez lesquels le fétichisme a pour objet leur propre personne. La fable du beau Narcisse est une image poétique de ces tristes perversions » (p.105). Dans ce « fétichisme », Havelock Ellis verra, en 1898, la manifestation d’une Narcissus-like tendency, expression que Paul Naecke rendit un an plus tard en allemand par un néologisme qu’on a traduit en français par le mot narcissisme. Enfin, Binet va jusqu’à considérer l’« inversion sexuelle », c’est-à-dire l’homosexualité, comme une forme de fétichisme déterminée à la fois par l’hérédité, « la cause des causes » et par des « circonstances accidentelles » (p.72-75).

25Pour Binet, le fétichisme est acquis et c’est le terrain héréditaire sur lequel il se développe qui le rend plus ou moins pathologique (p.57, 73, 78). Il résulte d’une « association d’idées par ressemblance ou par contiguïté » (p.49). Cette association peut se produire de deux façons principales.

26Elle peut résulter, en premier lieu, d’une coïncidence entre, d’une part, un « événement fortuit, un accident : la correction reçue des mains d’une demoiselle » (p.83) dans le cas de Rousseau, et, d’autre part, une émotion amoureuse marquante ou une forte excitation sexuelle. Si la coïncidence se produit chez un sujet jeune, c’est-à-dire « à un âge où toutes les associations sont fortes »et « chez un enfant dont le système nerveux est déséquilibré » (p.77-78), si de surcroît le sujet se plaît à « ruminer » dans ses fantasmes et au cours de ses masturbations, le souvenir de cet événement, il y a des chances qu’il conserve toujours le goût du type de stimulation associé à cet « accident » originaire. C’est là, pour l’essentiel, ce que Freud a retenu de Binet : « Dans le choix du fétiche, ainsi que Binet l’a vu le premier, et comme de nombreux exemples l’ont confirmé depuis, se manifeste l’influence persistante d’une impression sexuelle ressentie, dans la plupart des cas, au cours de l’enfance. Cela fait penser à la ténacité proverbiale du premier amour chez les normaux (on revient toujours à ses premières amours) » (Freud, 1963, p. 40).

27Mais Binet met aussi en évidence une autre forme d’association d’idées : « c’est l’association d’idées et de sentiment engendrée par la coutume. (...) Chacun sait que dans nos sociétés civilisées on préfère généralement »la distinction« à la beauté. Or, de quoi se compose la distinction ? De certains traits et de certaines manières qu’on ne rencontre d’ordinaire que dans les classes riches de la société. Il y a, dit Dumont, des nez qui deviennent à la mode uniquement parce qu’on les trouve sur le visage de gens haut placés. Ici encore, c’est la coutume qui pétrit nos goûts ; la coutume, c’est-à-dire les associations d’idées qui se répètent fréquemment » (p.63).

28Les « caractères propres » du fétichisme « pervers » sont, selon Binet, les suivants :

29- la « tendance à l’abstraction » (p.103) : le « grand fétichiste » considère son fétiche comme un « tout indépendant » des personnes réelles« (p. 46, 56, 66, 103-105, 120).

30- la tendance à la »généralisation« (p.105-106) : le fétichiste des yeux, par exemple, aime les yeux en général, non les yeux de telle personne en particulier ; le fétichisme des « objets inertes » peut, bien sûr, verser plus facilement dans l’abstraction et la généralisation que celui des parties du corps humain.

31- la tendance à « l’exagération » des particularités du fétiche : les fétichistes souhaitent souvent accentuer la particularité de leurs fétiches. En général, ils désirent que l’objet de leur culte ait un « volume considérable ». Binet mentionne, à ce propos, les grands yeux (p.107), les « lèvres épaisses et charnues » (p.120).

327) On peut encore noter que, pour se faire comprendre, Binet a éprouvé le besoin de multiplier, à l’appui de ses raisonnements, les comparaison entre le »fétichisme amoureux« et l’adoration religieuse (d’où, notamment, le recours à l’expression »fétichisme« en lui donnant un sens nouveau p. 31), l’appétit (pour les plaisirs de la chair mais aussi, chez les « ruminants érotiques » , pour les « plaisirs de l’imagination » p. 111, 121), l’hypnose (le fétichiste semble hypnotisé par ce qu’il a fétichisé p. 79-80) et, enfin, la représentation théâtrale (le fétiche du « grand fétichiste » est un figurant qui prend la place du premier rôle p. 127).

33Toutes ces analogies se mêlent à la fin de son article (p.126-127) : « L’amour normal nous apparaît donc comme le résultat d’un fétichisme compliqué ; on pourrait dire-nous nous servons de cette comparaison dans le but unique de préciser notre pensée- on pourrait dire que dans l’amour normal le fétichisme est polythéiste : il résulte, non pas d’une excitation unique, mais d’une myriade d’excitations : c’est une symphonie. Où commence la pathologie ? C’est au moment où l’amour d’un détail quelconque devient prépondérant, au point d’effacer tous les autres. L’amour normal est harmonieux ; l’amant aime au même degré tous les éléments de la femme qu’il aime, toutes les parties de son corps et toutes les manifestations de son esprit. Dans la perversion sexuelle, nous ne voyons apparaître en somme aucun élément nouveau ; seulement l’harmonie est rompue ; l’amour, au lieu d’être excité par l’ensemble de la personne, n’est plus excité que par une fraction. Ici, la partie se substitue au tout, l’accessoire devient le principal. Au polythéisme répond le monothéisme. L’amour du perverti est une pièce de théâtre où un simple figurant s’avance vers la rampe et prend la place du premier rôle ».

 Conclusion

34Dans son retentissant article de moins de cinquante pages, Binet, en 1887, n’a pas fait que dénommer, définir et analyser une « perversion » qui sous sa « forme atténuée » (p.122) semble très répandue.
En explorant de façon nouvelle l’éventail des « fétiches », en étudiant notamment la « volupté de la douleur » et le fétichisme de la femme fière chez Rousseau ou en évoquant la « fable du beau Narcisse » et le fétichisme de soi-même, Binet a préparé l’analyse scientifique détaillée, à partir des années 1890, du masochisme (d’abord par Krafft-Ebing) et du narcissisme (notamment par Havelock Ellis), bref il a beaucoup contribué à l’essor de la psychopathologie de la vie sexuelle.

35En faisant comprendre pourquoi « chacun a en amour ses goûts particuliers » (p.36) « chacun a sa façon propre d’aimer, comme de penser, comme de marcher, comme de respirer » (p.59), du fait notamment de l’infinie variété des « accidents » de l’enfance ou de l’adolescence susceptibles de déterminer pour toute la vie les préférences sexuelles, Binet a aussi contribué à l’édification d’une « psychologie de l’amour » (p.97) ou encore d’une « psychologie individuelle » de la sexualité.

Haut de page

Bibliographie

Binet, A. (2011). Le fétichisme dans l’amour (nouvelle édition de l’article paru originellement dans 2 numéros de la Revue philosophique, 1887, p. 143-167 et 252-274), préface A. Béjin. Paris : Payot, coll. Petite Bibliothèque Payot.

Charcot, J.-M. et Magnan, V. (1882). Inversion du sens génital. Archives de neurologie, 3 et 4, 53-60 et 296-322.

Freud, S. (1963). Trois essais sur la théorie de la sexualité (1905-1924). Paris, Gallimard, coll. Idées.

Krafft-Ebing, R. (von) (2010). Les formes du masochisme. Psychopathologie de la vie sexuelle (I). (trad. sur la 8e éd.allemande de 1893, et sur les 16e et 17e éd. allemandes de 1924 refondues par A. Moll), préface A. Béjin. Paris : Payot, coll. Petite Bibliothèque Payot.

Krafft-Ebing, R. (von) (2011). Sadisme de l’homme, sadisme de la femme. Psychopathologie de la vie sexuelle (II) (trad. sur la 8e éd. allemande de 1893, et sur les 16e et 17e éd. allemandes de 1924 refondues par A. Moll), préface A. Béjin. Paris : Payot, coll. Petite Bibliothèque Payot.

Taine, H. (1907). Sa vie et sa correspondance. tome 4 Les dernières années. Paris : Librairie Hachette.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André BÉJIN, « Sur le caractère fondateur de l’article de Binet (1887
« Le fétichisme dans l’amour » », Recherches & éducations, 5 | 2011, 227-235Recherches & Educations, 5, 2011, p. 227-235.

Référence électronique

André BÉJIN, « Sur le caractère fondateur de l’article de Binet (1887
« Le fétichisme dans l’amour » », Recherches & éducations [En ligne], 5 | octobre 2011, mis en ligne le 15 janvier 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/844

Haut de page

Auteur

André BÉJIN

Directeur de Recherche au CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org