Navigation – Plan du site

Les notes d’Alfred Binet sur L’étude expérimentale de l'intelligence (1899-1902)

BERNARD ANDRIEU
p. 5-24

Texte intégral

LE CONTEXTE

1Suite au décès, si proche de celui de sa sœur Georgette, de Géraldine Binet, petite fille d’Alfred Binet et fille de Madeleine Binet, nous avons pu retrouver, grâce au psychologue Eric Binet et à la famille Binet, l’ensemble des notes manuscrites préparatoires à la rédaction de l’Etude expérimentale de l’Intelligence, dont nous ne présentons ici que les aspects problématiques par rapport au texte qui sera publié dans le cadre centenaire Binet avec le soutien des Archives Binet et celui de la Société Alfred Binet &Théodore Simon.

2Dans le compte rendu de l’Etude expérimentale de l’Intelligence paru dans La revue Néo-scolastique en 1904 D.M. (anonyme) indiquait déjà toute l’ambigüité de la méthode utilisée par Alfred Binet, dans le contexte des différentes échecs à ses candidatures au Collège de France puis à la Sorbonne (Nicolas,2000), argument qui sera repris pour minorer l’apport d’Alfred Binet à l’histoire de la psychologie : « malgré les précautions minutieuses prises par l’auteur pour rester fidèle aux exigences d’une expérimentation rigoureuse, il est manifeste que ces conclusions ne sont pas et ne peuvent pas être de simples constatations expérimentales : elles sont, elles doivent être des interpréta­tions inévitablement subjectives pour une part, et de faits habilement et patiemment observés. Ceux qui pratiquent la psychologie expérimentale d’après le programme et les méthodes de l’école wundtienne, se refuseront à mettre sur le même pied la mesure des sensations pour leurs excitants ou par leurs effets et une étude dite expérimentale de l’idéation » (D.M., 1905, 231).

3Alfred Binet aurait-il confondu observation de ses propres enfants avec une étude expérimentale de l’idéation confondant sa famille avec une cohorte méthodologique objective et neutre ? Le laboratoire familial, pourtant si commun à Preyer, Darwin et Piaget, n’aurait rien de comparable avec le modèle du laboratoire psychologique (Andrieu, Avanzini, Clozza & Klein, 2009) mis en place par Wundt. Pour Elizabeth Chapuis, « Alfred Binet appartient à une lignée de psychologues qui ont eu recours à leurs proches au titre de sujets expérimentaux… Loin de se limiter à la période du premier développement, Alfred Binet suit ses deux filles jusqu’à leur adolescence. Mais son épouse et à l’occasion la domesticité féminine vont également à des titres divers contribuer à diverses recherches qui, pour une large part, se déroulent au domicile familial promu laboratoire-annexe. La plus jeune de ses filles partagera avec lui une éphémère notoriété comme critique en co-signant un article sur la psychologie du peintre Rembrandt et l’aînée confiera quelques souvenirs choisis aux pages d’un journal guidée par sa dévotion filiale. En parcourant les publications et les notes de recherches d’Alfred Binet sur une période d’une trentaine d’années, on peut y repérer l’occurrence de ces femmes qui n’ont cessé de l’entourer dans l’ombre, sujets fantomatiques, présentes et absentes tout à la fois » (Chapuis, 2005).

4Le dossier retrouvé est-il dans un ordre constitué par Alfred Binet, ou sa mort prématurée a-t-elle précipité le rangement des papiers ? A l’étude du Journal de Madeleine Binet, lui aussi retrouvé, il semble bien que la dimension expérimentale du dossier ait été bien constituée par A. Binet lui-même si l’on en croit la description du travail de son père, dans un passage barré dans la manuscrit : « C’est au temps où nous habitions le quartier St-Sulpice. Dès 1891 mon père publia dans la Revue des deux mondes une curieuse étude sur les joueurs d’échecs qui a été conservée dans son ouvrage célèbre « Psychologie des grands calculateurs et joueurs d’échecs. » Pendant toute sa vie Alfred Binet fraya un chemin à la connaissance. Il fut l’élève puis le collaborateur de Charcot, mais très rapidement, il se dégagea de son influence. Et si ses premiers travaux ont trait à l’hypnotisme, au magnétisme animal et aux altérations de la personnalité, ceux qui suivirent et firent de lui le créateur de la psychologie expérimentale. C’est d’ailleurs le titre d’un de ses ouvrages, portent indiscutablement sa marque personnelle que mon père poursuivait ses travaux qui devaient le consacrer un des plus grands psychologues français » (Binet M., 1948, 54).

5Dans le dossier retrouvé, l’ordre des manuscrits est le suivant :

  1. Etude expérimentale de l’intelligence

  2. Test de recherche des mots

  3. Sentiments religieux

  4. Taches

  5. Idéation 1

  6. Phrases à continuer

  7. Description d’objets

  8. Caractéristiques mentales

  9. Mémoire des objets

  10. Graphologie

  11. Carré magique

  12. Mémoire

  13. L’abstraction rudimentaire

  14. L’idéal

  15. Idéation 2

  16. Pensées et mots

  17. Sens du temps et de l’espace

  18. Valeur de l’idéation

  19. Idéation 3

  20. Audition colorée

  21. Caractère de Catherine

  22. Conclusion – essai de synthèse La poésie et la prose

6Dans le livre publié en 1903 le sommaire (nous indiquons entre ( ) le renvoi au sommaire des notes) :

  1. L’application de la méthode expérimentale aux fonctions supérieure de l’esprit

  2. Ce qu’on pense (Classification psychologique des mots écrits)

    • Mots inexpliqués

    • Noms d’objets présents

    • Mots s’appliquant à la personne

    • Souvenirs

    • Abstractions

    • Imagination

    • Résumé de la classification précédente sous forme de coefficients

    • Appendice

  1. Le vocabulaire et l’idéation (6-16-20)

  2. Comment la pensée se développe

    • Conclusions et hypothèses

  1. Du mot à l’idée

  2. La pensée sans images (17)

    • Images qui succèdent à l’audition d’un mot

    • Images qui succèdent à l’audition d’une phrase

    • Les images d’un récit spontané

    • Conclusions et hypothèses

  1. Quelques caractères de l’imagerie visuelle

  • Coexistence de l’image et de la réflexion

  • Caractère analytique de l’image

  • Défaut de précisions de l’image

  • Images latentes

  • Conclusions et hypothèses

  1. La pensée abstraite et ses images(13)

    • Compréhension des mots

    • Imagerie provoquée par un terme abstrait ou général (21)

    • Imagerie provoquée par des noms désignant des personnes ou des objets en particulier (21)

    • Pensée dont l’objet est un ensemble

    • Conclusions et hypothèses

  1. L’imagerie spontanée et l’imagerie volontaire

  2. Des phrases

    • Phrases à écrire

    • Temps d’hésitation

    • Phrases à contempler

    • Sujets à développer

    • Evocation libre de souvenirs (12)

    • Conclusion

  1. Des descriptions d’objets

    • Type descripteur

    • Type observateur

    • Type érudit

    • Type imaginatif et poétique

    • Type descripteur

    • Type observateur

    • Type émotionnel

    • Type érudit

    • Esprit d’observation

  1. La force d’attention volontaire

    • Correction d’épreuves

    • Répétition immédiate des chiffres

    • Temps de réaction

    • Appendice : Réaction sensorielle et réaction motrice

    • Conclusion

  1. La mesure de la mémoire (10)

  2. La vie intérieure(3)

  3. Conclusions (22)

  4. Index

7Alfred Binet dans les notes manuscrites du texte décrit l’ensemble des dispositifs expérimentaux dans une approche qualitative mais aussi quantitative. Il y multiplie les mesures en chiffrant les réponses, en constituant des tableaux comparatifs entre les performances en mesurant le temps de réponse. Même si Alfred Binet observe par la méthode introspective ses deux filles depuis leur naissance, l’ouvrage publié en 1903 de l’Etude expérimentale sur l’intelligence n’apparaît pas toujours comme pionnier dans la construction de l’échelle métrique de l’intelligence. Pourtant, comme nous le montrons, ici seulement sur les tests, parmi d’autres, d’idéation, Alfred Binet y élabore déjà les types cognitifs.

8L’idéation de Marguerite se développe par des souvenirs qui sont reliés par des asso­ciations de contiguïté spatiale, dites associations externes par Wundt. Elle a tendance à n’évoquer que des souvenirs récents avec un attachement continu au monde extérieur et avec un attachement vif de sa personne. Son attention est pratique. Elle appartient au type sensoriel. Elle est hésitante et appliquée. Elle a tendance à vivre dans le monde extérieur dans un type objectiviste. Pourtant précise A. Binet : « …nos sujets ne sont pas des types idéaux, d’une perfection schématique ; ce sont des exemples concrets et mélangés » (Binet, 1903), si bien que l’opposition et la complémentarité strictes des deux sœurs sont compensés par de minutieux calculs statistiques afin de préciser la proportion typologique pour chacune d’elle.

DE L’OBSERVATION BIOGRAPHIQUE À L’EXPÉRIMENTATION COGNITIVE

9Faut-il seulement s’interroger sur la valeur épistémique de l’observation expérimentale réalisée par Binet auprès de ses filles dont la valeur serait autobiographique en souli­gnant l’élaboration du récit familial ? Dix huit mois séparent Madeleine Amélie Géraldine Joséphine Binet (5 novembre 1885-18 février 1961) et Alice Rose Laure Binet (6 juillet 1887-8 décembre 1938), si bien que leur père Alfred Binet pourra introduire dans ses expérimentations une sorte de psychologie comparée et différentielle : l’âge mental est ici directement lié à l’âge développemental. Cette étude longitudinale (Chapuis, 1998, 211) du développement différencié s’inspire des travaux des pionniers de la psychologie comme Tiedeman, Taine, Preyer, Baldwin et inspirera plus tard Jean Piaget qui construira sa théorie de l’intelligence sensori-motrice à partir des observations de ses enfants Jacqueline, Laurent et Lucienne. Même si Alfred Binet les observe depuis la naissance (Binet 1890a ; 1890 b ; 1890 c), l’ouvrage de l’Etude expérimentale sur l’intelligence n’apparaît pas comme pionnier dans l’évolution des savoirs sur la petite enfance, les historiens accordant une importance plus importante à l’ouvrage de 1909 sur Les idées modernes sur les enfants.

10Ses “deux fillettes”, la cognition adolescente reste encore ici implicite (Thiercé, 1899, 218), cachées sous deux pseudonymes, Marguerite pour Madeleine et Armande pour Alice, est-ce un fait de nature ou le résultat expérimental de l’introspection provoquée, correspondent à deux types opposée mais complémentaires d’intelligence. A l’inverse des enfants d’école, dont l’artifice du dispositif scolaire retiendrait l’authenticité, la relation père-filles renforce la recherche introspective : penser avec naturel. Cette continuité méthodologique de la filiation à l’idéation repose moins sur le postulat d’une différence culturelle de l’intelligence, même si dans d’autres moments de son œuvre

11A. Binet mettra l’accent sur l’inégalité socioculturelle au point que certain y voit un fondateur de la psychologie sociale, que sur une spontanéité observable. S’appuyant méthodologiquement sur trois sortes de phénomènes psychologiques dans la personne humaine, le spontané, le volontaire et en opposition avec la volonté, il développe le pouvoir d’imagination, initiée par Galton et que Binet avait étudié dans ses expériences sur l’audition colorée, à partir de l’imagerie spontanée et l’imagerie volontaire.

12A propos de la description des objets, critiquant Ribot qui n’en avait distingué que trois, il découvre, selon une expérimentation scolaire menée en 1893 avec Victor Henri (Binet & Henri, 1894 ; Nicolas, 1994a) et en 1896 en collaboration avec M. Holst au laboratoire de la Sorbonne et dans une école primaire de Paris dans ses expérimen­tations spontanées et volontaires quatre types intellectuels et moraux : descripteur, observateur, émotionnel et érudit. Passant d’une psychologie biographique de ses filles à une typologie classificatrice, A. Binet établit des coefficients établissant un parallèle entre Armande et Marguerite. L’opposition entre leurs natures est fondée moins sur ce qui serait une supériorité cognitive que sur une différence de fonctionne­ment cognitif. Etablissant des coefficients d’observation, d’inconscience, de mémoire, d’abstraction et d’imagination à partir d’une série d’expériences d’écritures de mots, le psychologue reconnaît le caractère arbitraire mais nécessaire de sa classification ; ce procédé des coefficients, dont A. Binet s’était déjà servi pour exprimer les degrés inégaux de suggestibilité, qualifie ici la modalité et l’intensité des mots écrits par les deux fillettes.

13Sœurs en miroir, Armande et Marguerite « ces deux enfants qui ne savent pas le premier mot de psychologie », l’expérimentation est idéale sinon idéalisée pour présenter la thèse de complémentarité idéationnelle, représentent, - la filiation légitime le procédé, les deux types naturels d’intelligence ; la psychologie familiale serait l’archétype de la psychologie familière. Plus rapide et plus abstraite l’idéation d’Armande évoque autant de souvenirs anciens que de souvenirs récents avec un détachement du milieu extérieur et de sa personnalité et avec apparition de quelques images verbales. Son attention est poétique. Elle appartient au type moteur, elle est hardie mais facilement découragée. Elle a tendance à se refermer dans sa propre conscience dans un type subjectiviste. L’idéation de Marguerite se développe par des souvenirs qui sont reliés par des associations de contiguïté spatiale, dites associations externes par Wundt. Elle a tendance à n’évoquer que des souvenirs récents avec un attachement continu au monde extérieur et avec un attachement vif de sa personne. Son attention est pratique. Elle appartient au type sensoriel. Elle est hésitante et appliquée. Elle a tendance à vivre dans le monde extérieur dans un type objectiviste. Pourtant précise A. Binet : « …nos sujets ne sont pas des types idéaux, d’une perfection schématique ; ce sont des exemples concrets et mélangés », si bien que l’opposition et la complémentarité strictes des deux sœurs sont compensés par de minutieux calculs statistiques afin de préciser la proportion typologique pour chacune d’elle. Ainsi A. Binet reconnaît, dans la note terminale du livre, la modification des sujets entre 1900 et 1903 : « Les portraits psychologiques que j’ai tracés d’elles sont devenus aujourd’hui moins ressemblants qu’ils n’étaient il y a trois ans ; et il me paraît probable que dans une dizaine d’années d’autres changements plus importants encore se seront produits ».

14Mobilisant dans l’esprit de ses deux filles l’association d’idées comme moyen d’ex­périmentation cognitive, A. Binet privilégie le langage écrit tant pour les calculs de la vitesse et de l’orientation que pour y distinguer l’individualisme de l’imitation sociale des stéréotypes langagiers. Etudiant le développement de la pensée à partir d’une psycholinguistique, A. Binet tente, est-ce entièrement possible, d’éviter d’impressionner l’idéation de l’autre, en l’occurrence ces filles, afin de dégager ce qui serait l’ordre objectif de l’activité cognitive. S’inspirant de William James, qui distinguait dans le cours de la pensée les parties substantielles des parties transitives, A. Binet refuse l’automatisme des associations défendue par Taine sans pour autant faire de l’association des idées, selon « Stuart Mill, mon seul maître en psychologie », l’explication dernière de tous les phénomènes mentaux : car « pour qu’un thème se développe, i faut une appropriation des idées, un travail de choix et de rejet qui dépasse de beaucoup les ressources de l’association ».

15L’idéation est une action de l’esprit et non la copie d’un souvenir ou encore l’asso­ciation même analogique d’images. Le passage du mot à l’idée, dont la description synthétique ne peut se réaliser à partir des analyses partielles fournies par les deux fillettes, procèderait par quatre étapes : 1. Audition du mot ; 2. Perception de son sens.

163. Effort pour évoquer une image ou préciser une pensée ; 4. Apparition de l’image. En distinguant le mot de l’image, A. Binet reprend sa thèse de la pensée sans images. Si Binet aura bien distingué la performance de ce que l’on appelle aujourd’hui en psychologie cognitive la représentation, sa méthode introspective serait valable si une modernisation de ses concepts psychologiques était réalisée en termes d’opération du traitement de l’information (Richard, 2000). Mais plus que l’introspection, qui est un moyen cognitif, l’opposition entre idéation et imagerie trouve surtout chez Armande une signification privilégiée dans une sorte de “stérilité d’images” de son langage intérieur. L’image succède à l’audition d’un mot ou d’une phrase prouvant ainsi que son contenu fragmentaire et illustratif n’est pas la condition mais l’effet de la pensée abstraite. Plutôt que de fixer de manière générale l’importance de l’image dans tous les actes de pensée, A. Binet met l’accent sur la variation de son intensité selon la nature des actes cognitifs, la nature des individus et leurs dispositions momentanées.

L’ÉVALUATION DE L’IDÉATION

17Les notes manuscrites sur les tests d’idéation devraient être la preuve du caractère expé­rimental des recherches d’Alfred Binet. Il indique lui-même dans le livre la méthodologie suivie : « je ne vois pas le secours que nous donneraient les appareils d’enregistrement ou de chronométrie ; toutes les expériences que j’ai faites sur l’idéation n’ont exigé comme appareils qu’une plume, un peu de papier et beaucoup de patience ; elles ont été faites en dehors du laboratoire. Ce sera donc, à mon avis, une excellente occasion de montrer que la psychologie expérimentale ne consiste pas essentiellement dans l’emploi des appareils et peut se passer de laboratoire sans cesser d’être exacte » (Binet, 1903, 9). Binet entend par idéation des expériences faites avec des mots, avec des phrases, avec des objets, sur l’esprit d’observation, sur l’attention, sur la mémoire, sur la vie extérieure et la vie intérieure.

18Mais méthodologiquement, en changeant les prénoms de ces filles, dans les notes ils laissent Alice et Madeleine, en Armande et Marguerite, il réduit les 20 personnes étudiées aux « deux fillettes, appartenant à ma famille, deux sœurs, dont l’une, Marguerite, avait 14 ans et demi, et la cadette, Armande, 13 ans, vers l’époque où j’ai terminé les principales expériences. Les recherches que j’ai pu faire sur ces deux enfants sont extrêmement nombreuses, et se sont espacées sur trois ans. Elles s’y sont prêtés avec beaucoup de bonne grâce, sans timidité, ni fou rire ; elles ont toujours compris qu’il s’agissait d’une chose sérieuse, et elles étaient persuadées que la moindre erreur pouvait me causer un préjudice des plus graves » (Binet, 1903, 10).

19Madeleine elle-même témoigne de cette patience méthodologique de son père : « Chaque jour en effet mon pauvre Papa devait quitter Meudon, soit pour se rendre à son laboratoire de la Sorbonne, soit à l’école primaire de M. Vaney, rue de la Grange aux Belles qui fut la rivale incontestée du laboratoire officiel. Il y poursuivait des travaux importants de recherches sur l’intelligence et je sais que mon père se passionna pour ces méthodes de mensurations qu’il appliqua à quelques plusieurs centaines de jeunes écoliers parisiens qui lui offrirent ainsi un vaste domaine d’investigation. Dobresco collaborait à cette époque, inscrivant les chiffres de mensurations multiples que lui dictait mon père. Ce travail de patience s’étendit sur de longs mois, avant que d’être soumis à une vérification qu’imposa la consciencieuse volonté de mon cher Papa » (Binet M., 1948, 114). Mais elle indique aussi une docilité face à l’autorité du père : « Notre vie de famille était des plus paisibles, sans heurts, sans aucune mésentente. Nous étions, ma chère Alice et moi, très dociles, assez craintives devant l’autorité paternelle dont nous ressentions à peine le poids » (Binet M., 1948, 116).

20Pourtant Binet ne doute pas de la véracité des résultats et n’a aucune population témoin qui pourrait lui servir de contre point : « La simulation est un gros mot. Il ne s’applique pas exactement ici. Ce que je pouvais craindre, c’est que les deux fillettes, qui vivent continuellement ensemble, ne se fissent des confidences, et n’eussent l’idée de concerter la manière dont elles s’adapteraient aux tests. Je leur ai toujours fait promettre, en termes exprès, de n‘échanger aucun mot sur les épreuves » (Binet, 1903, 11). Au regard du respect, sinon de la crainte admirative, que décrit Madeleine envers ce qu’elle perçoit de son père, l’intelligence d’Alfred Binet atteint aussi directement l’âme des filles « Physiquement, mon père était de visage régulier, avec un beau front large, un menton arrondi, une bouche petite... et son regard difficile à soutenir, trop fin, trop intelligent, vous déshabillait l’âme.. »(Binet M., 1948, 3). Aucune discussion ne pouvait se réaliser sans provoquer un sentiment d’infériorité : « Mais Aujourd’hui encore, je ressens, malgré moi, cette admiration totale que je garde comme un trésor auquel nul n’a le droit de porter la main. Discuter mon Papa, amoindrir de mots maladroits d’ignorants cette merveilleuse intelligence qui n’eût que le tort de trot tôt disparaître, m’apparaît en preuve certaine d’infériorité. « Ah ! qu’ils se taisent ceux qui ne comprennent pas ! » (Binet M., 1948, 2).

21Madeleine Binet est laudatrice envers les travaux d’Alfred Binet mais ne parle jamais de ses expériences vécues avec son père dans cette période ! « Il introduisit dans l’étude de la psychologie deux éléments auxquels, ne songeaient guère les ténors de l’introspection pure : la mesure de l’enquête et certaines de ses expériences firent école. (55) Le premier il s’avisa que pour étudier le mécanisme de la mémoire, il ne fallait pas raisonner sur un homme abstrait, mais examiner des cas concrets. Il adressa un questionnaire à des peintres pour savoir comment ils se remémoraient un paysage ou une figure humaine en l’absence du modèle et un autre questionnaire aux joueurs d’échecs qui conduisent une ou plusieurs parties simultanées sans voir l’échiquier. Il questionna longuement le calculateur prodige Inaudi, et ces enquêtes valurent de 1890 à 1894, une série d’ouvrages qui demeurent comme témoins de recherches nouvelles. Mais c’est dans le domaine de la découverte des aptitudes chez les écoliers et de la mesure de leur intelligence au moyen de « tests » que mon père devait se montrer un précurseur. Le premier il fit une synthèse et montra que les « tests » disparates inventés tous les jours par chaque psychologue n’étaient pas comparables parce qu’ils n’étaient pas étalonnés, parce qu’ils n’étaient pas accompagnés d’une échelle de graduations permettant de faire des comparaisons. (56) Mon père. Je reviendrai plus tard sur ses travaux concernant spécialement sa création de l’échelle métrique de l’intelligence » (Binet M., 1948, 55-56). Dans le manuscrit Madeleine n’y revient pas, mais le style d’interrogation auquel leur père soumet ses filles pose bien la question du protocole expérimental.

LE PROTOCOLE EXPÉRIMENTAL

22Il précise dans le livre de 1903 comment il se prévient contre l’engagement de son corps de chercheur dans son observation comme la suggestibilité, dont il vient de publier le livre éponyme, et le lien filial pourrait le faire craindre : « Mais avec un peu d’attention, on remarquera que même dans celles de mes recherches qui ressemblent le moins à des expériences, je n’ai pas perdu de vue ce qui est l’âme de la méthode expérimentale, le contrôle ; le seul fait que dans ces conversations il y avait un observateur et un observé, et que l’observé ignorait les idées et les théories de l’observateur, est une garantie que les réponses n’ont pas été viciées par l’autosuggestion, cette formidable erreur de psychologie…Pour éviter autant que possible une autre cause d’erreur, la suggestion de première importance, celui d’écrire de suite et sans aucune exception tout ce qui se dit pendant la séance. Ne point tenir compte des paroles échangées c’est s’exposer de gaieté de cœur aux erreurs les plus graves ; car un mot, un simple mot dit par l’expérimentateur peut changer complètement les dispositions mentale du sujet » (Binet, 1903, 185). Binet a-t-il tenu sa promesse méthodologique en déclarant en 1903 ce qu’il n’aurait, peut-être pas tenu lors des passations en 1899-1902 ?

23Dans son mode d’interrogation, Binet cherche à susciter le lien entre image et pensée avec des questions différentes à Alice et Madeleine, comme si le psychologue cherchait à entériner à l’intérieur de son protocole méthodologique la différence cognitive qu’il veut attester justement :

24Pour Alice :

« Regarder une image, ce n’est pas penser pour toi ? Non, j’appelle penser quand je me rends compte de mes réflexions ; mais je ne m’aperçois pas que je pense. D’abord je regarde autour de moi, et les objets qui me frappent, j’en parle. D’habitude, ce sont des idées qui viennent seules. Connais-tu ton idée avant d’ouvrir la bouche ? Je crois que j’ai l’idée, mais très grossière, pas développée. Et les mots ? Ils me viennent tout à coup » (Binet, 1902a)

25Pour Madeleine un jour après :

« Dans ce qui précède, a pensé volontairement à te rappeler en images ; a de la peine à comprendre les différences. Est-ce que tu as des réflexions en même temps que des images, ou bien est-ce que ça se suit ? L’image, dans un cas, est venue avant la réflexion et a continué pendant la réflexion. Tu peux faire des remarques sur les images pendant qu’elles sont présentes à ton esprit, ou bien elles ont déjà disparu ? Je ne sais pas. Prends ton dîner, imagine les œufs à la coque et réfléchis. J’ai pensé au bol où il y avait le beurre, et je me suis dit que les fleurs sont plus foncées que le fond, et c’est tout de même resté. Dans une image, lorsque je vois un ensemble, et que je m’attache particulièrement à un détail, des autres objets disparaissent un peu, tout » (Binet, 1902b).

26Alfred Binet choisit un vocabulaire intuitif et organique (Connais-tu ton idée avant d’ouvrir la bouche ? ») pour Alice, anticipant par là même le résultat qu’il constatera, en sollicitant une réflexion sur l’idéation involontaire et associative (« Regarder une image, ce n’est pas penser pour toi » : les mots « viennent tout d’un coup »), pour Madeleine, en sollicitant une mesure de la temporalité entre image et réflexion, ce qui suppose déjà un rapport entre les deux. Binet le reconnait lui-même : « Mais je n’ai pas fait assez de questions minutieuses à Armande, et je ne puis pas me rendre compte exactement de ce qu’elle a pensé. L’expérience avec Marguerite est beaucoup mieux faite (4 juin 1902) » (Binet, 1903, 62).

27Dans le chapitre, « La pensée sans images », qui correspond à ses notes, Alfred Binet réécrit sa posture méthodologique, tout en affirmant « Voici ce qu’elle dit, et ce que j’écris sous sa dictée, aussi vite que je le puis (3 juin 1902) » (Binet, 1903, 62) en condensant les notes qui sont séparées. Ainsi dans les notes on peut lire : « Fouquet avec nous en bicyclette, puis Samois, la rue nationale, puis la forêt, la maison du garde, la Madeleine, puis près du petit pont…Un coup de vent a emporté la toiture de la maison. 7 » - Je vois comme image le coin de la rue. Fouquet et dans la rue nationale ; seulement, ce n’est pas le toit, c’est le grillage que le vent a emporté… » (Binet, 1902a). Dans le livre, A. Binet rapporte une partie (souligné) et en rajoute une autre (en gras) qui n’est pas dans les notes en notre possession, sans présupposer qu’une telle note n’exista pas : « D’abord nous visiterions la maison Bre… ; on peut au moins y rester une demi-heure. Ensuite, nous irions dans la maison M…pour prendre la bicyclette. Nous ferions un tour dans le pays dans S…, nous suivrions le trolley jusqu’à F… ». Aussitôt après, je lui demande les images qu’elle a eues. Ces images sont fort simples, elles se réfèrent seulement aux lieux où se passe la scène. C’est une visualisation du cadre, rien de plus : « J’ai eu une image de notre jardin. Puis la rue Fouquet, avec nous en bicyclette. Puis S…, la rue nationale puis la forêt, la maison du garde, la Madeleine, puis près du petit pont » (Binet, 1903, 62).

28Dans les « Images qui succèdent à l’audition d’une phrase », Binet utilise ses notes (souligné) et en rajoute une autre (en gras) sur Alice : « Un coup de vent a emporté la toiture de la maison. 7 » - Je vois comme image le coin de la rue. Fouquet et dans la rue nationale ; seulement, ce n’est pas le toit, c’est le grillage que le vent a emporté » (Binet, 1902a). Dans l’ouvrage de 1903, Binet transcrit : « Je lui dis la phrase suivante, après l’avoir avertie qu’elle devra me décrire ses images : « Un coup de vent a emporté la toiture de la maison ». Au bout de sept secondes, elle répond : « je vois comme image le coin de la rue Fouquet et de la rue Nationale ; seulement, ce n’est pas le toit, c’est le grillage que le vent a enlevé » Image en partie inexacte, maladresse de tir » (Binet, 1903, 62). Sur les notes le chiffre (7) est bien repris prouvant par là que Binet reproduit bien les temps de l’expérience de ses notes au texte définitif.

29Dans cet autre exemple, l’interaction, contrairement à ce principe méthodologique « car un mot, un simple mot dit par l’expérimentateur peut changer complètement les dispositions mentale du sujet » (Binet, 1903, 185), de Binet est directe dans la relance des questions : « Sa barbe de bouc était jaune fauve 10 » - Je me représente des bois avec une petite cahute. C’est un récit dans Gil Blas. Où est la barbe ? Il n’y en a pas. Seulement dans cette cahute habitait un vieux mendiant avec une barbe jaune. Tu l’as vu ? Non. » (Binet, 1902a). Binet écrit en 1903 comment il réajuste sa première question : « La phrase suivante : « Sa barbe de bouc était jaune fauve », après dix secondes de méditation, amène cette réponse d’Armande : « Je me représente des bois avec une petite cahute. C’est un récit dans Gil Blas ». Etonné de la discordance vraiment comique entre ce que je suggère et ce qu’on me répond, je demande : « Où est la barbe ? Il n’y en a pas. Seulement dans cette cahute habitait un vieux mendiant avec une barbe jaune. D. Tu l’as vu ? R. Non ». Qu’on se rende compte de tout ce qui n’a pas figuré en image dans cette pensée ! Le souvenir du roman de « Gil Blas », le souvenir d’une certaine description dans la quelle figurait un mendiant avec une barbe jaune, qui était postiche, etc. L’image n’a été qu’une partie toute petite de cette pensée, et pas la plus importante » (Binet, 1903, 62). Armande ainsi n’aurait pas beaucoup d’image, Armande-Alice sera tout de même peintre, ou alors des « images fort simples » qui « se réfèrent seulement aux lieux où se passent la scène » (Binet, 1903, 62). Alice Rose Laure Binet sera peintre, élève de Raphaël Collin, Francois Schommer (1850-1935) et P.Gervais, de portraits et de nus, sociétaire des Artistes Français : elle a exposé jusqu’en 1936, obtenant une mention honorable en 1912, une médaille de bronze en 1913 et une médaille d’argent en 1923.

30Alfred Binet lui-même ne fait pas des « usages répétés du style indirect, un rapport de locuteur à énonciateur » (Carroy, 1991, 120) comme il l’affirmera en 1903 dans L’étude expérimentale de l’intelligence : il recopie dans ses notes les réponses en 1er personne de ces filles même s’il oriente l’écriture du récit en l’entrecoupant de commentaires personnels. Il interprète immédiatement la séance des images du récit spontané dans la séance du 3 juin 1902 : « Armande, un peu lasse par une longue course-corvée, qui a pris une moitié de la journée, me donne un développement assez bref ».

DIFFÉRENCES OU CARACTÉRISTIQUES MENTALES ?

31La manière dont Alfred Binet procède avec Madeleine sollicite, comme avec Alice la production d’images mentales, mais force de détail est demandé à Madeleine. Même si les items sont identiques, les modes de sollicitation ne sont pas les mêmes, comme s’il anticipait déjà la distinction des types cognitifs comme il le synthétise dans la note sur « la valeur de l’idéation » :

Note sur la "valeur de l'idéation"

"Observateur

Imaginatif

Type conservateur

Type évoluant

Routinier

Capricieux

Rebattu

Original

Vindicatif

Oublieux

Je m'en fichiste

Association par continuité

Associations hétérogènes

Esprit pratique

 Etourdi

Econome

 Prodigue

Intéressé

Désintéressé

32Changeant" Binet, 1902a) Au recto de cette note, Alfred Binet s’interroge sur le sens de cette différence : « Le changement n’est-il pas la clef de la différence et si l’on pouvait trouver un test de cela ? ». Binet élabore ce test, qui sera justement le test de l’intelligence en dispersant les épreuves en imagination, mémoire, langage, audition colorée afin d’établir la différence cognitive entre ces deux filles. En supposant que le changement serait la clef de cette différence, Binet cherche un critère qui pourrait être l’âge mental mais aussi la progression dans les degrés de chaque caractéristique mentale sans jamais envisager à ce moment la possibilité de passer d’une à l’autre.

33Alfred Binet cherche à établir les « Caractéristiques mentales », sur le manuscrit le terme de « Différences » a été barré par lui :

Note sur les « Caractéristiques mentales Différences"

Marguerite

Armande

Epreuve des mots à chercher

Epreuves des mots

Très grande rapidité

Evocation des idées très rapide

Evocation des idées d’une vitesse moyenne

Attention souvent tournée vers les objets extérieurs.

Attention rarement tournée vers les objets extérieurs

Souvenirs personnels fréquents

Souvenirs personnels rares

Idéation abstraite très rare

 Idéation abstraite très fréquente

Images fictives totalement absentes

Images fictives présentes

Modes d’associations d’idées très simples

Modes complexes d’associations d’idées

Description matérielle sur le premier plan

Idée d’ensemble, souvent fantaisiste, sur le premier plan

Détails matériels abondants et précis

Détails matériels rares et vagues

Souvenirs d’érudition

Pas de souvenirs d’érudition

Développement abondant. Ni fantaisie, ni poésie, ni émotivité littéraire

Développement plus bref. Fantaisie, poésie, émotivité littéraire

Expression de faits réels, personnels, poétiques actuels, le plus souvent souvenirs récents

Tableaux imaginaires, vagues,

Evocation d’idées de vitesse moyenne

Evocation d’idées très rapide

Développement abondant

Développement plus bref » (Binet, 1902c)

34Comme l’indique la typologie sur l’évocation, Alfred a inversé l’ordre du début à la fin du tableau, pour des raisons sans doute de présentation, mais aussi par l’examen des ratures, le projet initial était bien d’établir des différences entre ses filles avant qu’il ne se reprenne pour avancer la thèse des caractéristiques mentales.

LA MESURE DE LA MÉMOIRE

35En voulant distinguer la mémoire de l’attention, Binet cherche à comprendre la différence procédurale entre ses deux filles :

« Différentes hypothèses pour expliquer comment il se peut que les 2 sœurs donnent des résultats inégaux dans des épreuves différentes de mémoire :

  1. La fixation des souvenirs est meilleure chez Madeleine, mais leur évocation est égale à celle d’Alice ( ?)

  2. Alice a une meilleure mémoire d’idées, c’est-à-dire pour ce qu’elle comprend : Madeleine a la mémoire sensorielle aussi bonne. Voir ce qui se produirait si on leur faisait apprendre une phrase composée de mots vides de sens. Ainsi s’expliquent un peu qu’Alice se rappelle bien, aussi bien les séries de mots que Madeleine, mais beaucoup moins bien les vers, car ces derniers elle ne les comprend pas aussi bien.

  3. Alice à une moins bonne mémoire d’association, de cimentation, d’ordre : ainsi doit-elle répéter des mots, elle ne le fait pas dans l’ordre. Dans les vers, elle se rappellera des bribes, les liens ont disparu.

  4. Alice n’est point littérale, parce qu’elle a une tendance à transformer. Elle l’a dit du reste pour les mots ; et peut-être serait-il bon de lui faire répéter l’expérience quelque temps après. Peut-être a-t-elle un développement de l’action de ressemblance, et Madeleine un développement de la contigüité » (Binet, 1901).

  • 1  Binet connait ces travaux il en fait les comptes-rendus dans L’Année psychologique : 1895. A.P.,1, (...)

36La comparaison qualitative de la rétention et surtout de la restitution de l’information s’inscrit, rappelle Serge Nicolas, dans une série de travaux menés par Alfred Binet et Victor Henri en 1894 sur le développement des mémoires auditivo-verbale, visuelle, des chiffres : « Les résultat obtenus en rappel immédiat montrent, d’une part, que le nombre de mots isolés qu’on retient et qu’on peut répéter après une seule audition augmente avec l’âge des sujets, cette conclusion étant en accord avec celle déjà avancée à l’époque par d’autres auteurs (Bolton, 1892 ; Bourdon, 1894 ; Jacobs, 1887)1 et, d’autre part, que l’on retient mieux les premiers et les derniers mots de chaque série, cette observation sur les effets de récence et de primauté avait été antérieurement notée par Calkins (1894) »(Nicolas, 1994b, 270-271).

37Pourtant dans ses notes la question des « résultats inégaux dans des épreuves diffé­rentes de mémoire » pose une nouvelle perspective à la psychométrie de la mémoire en cherchant les différences, moins d’âge (il n’y a pas dans ces notes de mention sur cette différence pourtant de presque 3 ans) ou de genre (pas d’étude comparant les garçons et les filles chez Binet), cognitives. Si Madeleine a bien une « mémoire senso­rielle »(Binet 1901), Alice aurait une mémoire idéelle, plus associative et peu attachée au contenu matériel du souvenir pouvant ainsi être plus imaginative.

DES TYPES MENTAUX DIFFÉRENTS

38Dans le manuscrit sur l’essai de synthèse, très différent de la conclusion du livre publié, Binet utilise la différence entre Armande et Marguerite pour révéler le caractère tout relatif des résultats obtenus par des faits d’expérience. Il conclut cette synthèse par la notion de types mentaux pour justifier cette différence :

« Dans un essai de synthèse, nous sommes obligés de mettre beaucoup de nous-mêmes, c’est-à-dire de faussetés. J’ai tracé dans je vais tracer dans un tableau d’ensemble tout ce me

paraît être fait d’expérience. Les faits d’expériences, chacun peut les interpréter à sa façon ; l’un donnera plus d’importance à tel fait, et grouper les autres faits autour ; une autre personne sera frappée par un trait différent et construira une autre synthèse. Je ne crois pas que toutes nos synthèses de caractère soient condamnées à rester artificielle, mais elles le sont certainement encore en ce moment (p. 2) Il y a certains groupements de faits qui paraissent tout d’abord s’imposer. Ainsi, l’abondance de souvenirs qui s’éveillent en Marguerite dans le test de l’idéation paraît s’expliquer en ce que sa mémoire est meilleure que celle d’Armande : elle use davantage de cette fonction, parce cette fonction est chez elle plus robuste. En second lieu, l’attention qu’Armande Marguerite porte aux objets extérieurs, dans les tests sur l’idéation, explique qu’elle évoque surtout des souvenirs récents, explique aussi que devant un objet elle en décrive surtout les qualités matérielles. Le fait inverse, le détachement du monde externe, explique chez Marguerite Armande la négligence des souvenirs récents et ses descriptions idéalistes.(p.3) Si Marguerite a une si bonne mémoire, nous comprenons que ses images soient d’ordinaire concrètes, riches en détail et d’une forte d’intensité ; tandis que chez Armande, le souvenir se désagrégeant plus facilement, donne lieu à des images plus vagues, plus abstraites et à un remaniement d’images qui crée des inventions. Existe-t-il un contact entre l’esprit d’observation et une bonne mémoire ? On pourrait le croire, puisque l’un et l’autre supposent le sens de la réalité, l’enregistrement des phénomènes dans l’ordre où ils se présentent, et que la mémoire continue l’observation et la prolonge. Ce n’est pas le moment d’être trop (p.4) difficile sur les hypothèses. Ainsi, d’une part, nous avons une tendance à enregistrer fidèlement rechercher les sensations et les perceptions réelles, et à les conserver dans leur ordre ; d’autre part, nous avons une plus grande distraction dans cet enregistrement des perceptions et au lieu de la persistance de l’ordre établi, une tendance au changement. Peut-être faut-il rapprocher de ces faits précédents nos études sur l’attention qui s’est montrée plus régulière chez Marguerite, plus changeante chez Armande. Ce rattachement étant admis, nous pouvons résumer tout ce qui précède en trois faits principaux, dont découlent beaucoup d’autres :

1. Attachement aux objets extérieurs 1. Détachement des objets extérieurs

2. Mémoire bonne 2. Mémoire changeante moins bonne

3. Attention régulière 3. Attention moins irrégulière

39Ces qualifications n’ont bien entendu qu’une valeur toute relative ; en les rapprochant, il semble qu’on peut les résumer d’un mot, en disant que ce qui caractérise Margue­rite (par rapport à sa sœur) c’est la stabilité, et ce qui caractérise Armande, c’est le changement.

40Il est curieux que de ces deux étiquettes abstraites on peut tirer beaucoup de conclu­sions ; chez la première on peut dire ( il est vrai en forçant un peu la note) esprit pratique, réfléchi précis, conservateur, équilibré, uniforme, sérieux, régulier etc. chez l’autre, esprit idéaliste, peu pratique, changeant, mobile, original, inventif, capricieux etc.. Aucun de ces deux types mentaux ne me paraît supérieur ou inférieur à l’autre. Ils sont différents, voilà tout » (Binet, 1902d).

41Binet insiste ici sur la différence complémentaire des deux types, il n’utilise plus le terme de « caractéristiques » comme précédemment, mentaux. Il réalise une « synthèse des caractères » en réunissant différents items pour former un type mental. Mais Binet reconnait l’incertitude de ses résultats au plan méthodologique en affirmant présenter des faits d’expérience non isolés mais par un groupement qui en manifesterait l’évidence. L’étiquetage abstrait est un moyen de catégoriser des unités de fonctionnement cognitif alors même qu’à l’intérieur de chaque catégorie le lien reste hypothétique entre deux fonctions : « Existe-t-il un contact entre l’esprit d’observation et une bonne mémoire » chez Marguerite/Madeleine ? De type visuel la mémoire prolongerait l’attention, dont le Journal de Madeleine atteste justement de cette continuité par le détail des scènes, des noms et des émotions corporelles tant à la campagne, à la plage que dans l’appartement parisien de la famille Balbiani.

42Binet voudrait aboutir à une affirmation plus certaine, comme on la lira dans le livre en 1903, mais ici dans ces notes de travail il ne cesse de présenter les différents niveaux épistémologiques de son élaboration inductive : faits d’expériences, groupement de faits d’expérience, synthèses de caractères, l’étiquetage abstrait, le type mental. Binet est bien conscient d’une induction généralisatrice : « il est vrai en forçant un peu la note » !

43Dans le livre de 1903 la tendance au changement que Binet trouvait dans l’attention volontaire de Marguerite dans ses notes de 1902 devient une tendance à la variation qui tient aussi « aux propriétés des images mentales »(Binet, 1903, 186) Binet refuse de séparer les deux types mentaux, expressions qu’il n’utilisera plus dans cette conclusion pour montrer comment dans un même sujet les associations de contraste et de ressemblance peuvent être mieux développées que celles de contigüité, comme si Marguerite et Armande étaient devenues un dédoublement d’un processus beaucoup plus variable et continu : « il est vrai que nous avons eu plus d’une fois la tentation de résumer le caractère intellectuel de nos deux sujets par un mot unique ; mais aucune de ces tentatives n’a pu nous satisfaire pleinement ; aussitôt que nous avions choisi un de ces mots-synthèses, un autre s’évoquait, qui exprimait une autre face des caractères à diagnostiquer, puis un troisième, et ainsi de suite, et aucun n’avait une assez grande plénitude de sens pour embrasser l’ensemble. Ainsi, tour à tour, nous avons accepté et rejeté les mots couples de constance et variété, bon sens et caprice, observation et imagination, vie intérieure et vie extérieure ; parmi toutes ces formules, la plus vaste, la plus abstraite est peut-être celle-ci stabilité, pour Marguerite, et variabilité pour Armande. A stabilité se rapportent les qualifications suivantes : esprit pratique, réfléchi, ordonné, conservateur, équilibré, uniforme, sérieux, régulier, précis, etc. La variabilité donne également un lien à une série de qualités opposées : esprit idéaliste, peu pratique, mobile, original, inventif, capricieux, etc. Il y a dans tout cela beaucoup vrai, mais ce sont des étiquettes et non des explications ; c’est un jeu littéraire plutôt que de la science » (Binet, 1903,186).

CONCLUSION

44L’étude de l’individuation individuelle à travers la pensée, l’image et le langage intérieur impliquent que la logique de la pensée échappe à l’imagerie pour trouver les faces de la cognition : « profitant de ce que j’avais à ma disposition, d’une manière indéfinie, deux sujets dont je connais la vie privée ; j’ai fait sur eux des tests avec la préoccupation de trouver un lien logique entre les faces de caractère que j’étudiais successivement, et avec des tests différents » (Binet, 1903, 187). Ainsi entre les notes et le livre définitif la méthode expérimentale aura changé de sens : d’une typologie mentale fondée sur la distinction réelle des personnes, en l’occurrence ses deux filles, Binet, refusant une généralisation abstraite, transforme l’interprétation en internalisant les différences dans une dualité et une variabilité de l’intelligence.

45Entre ses notes, le livre de 1903 et la mise au point de l’échelle métrique (Andrieu, 2005), Alfred Binet progresse vers une psychologie cognitive différentielle en inventant une méthode expérimentale de test mental qui prenne en compte la « relation en le caractère des personnes et la manière dont elles réagissent aux tests »(Binet, 1903, 187).

Haut de page

Bibliographie

Andrieu B., 2005, "Céphalométrie scolaire et intelligence inégalitaire. La mesure des têtes, un échec à l’origine de l’échelle métrique", dans Nicolas S., Andrieu B. eds. (2005) La mesure de l’intelligence. Conférences à la Sorbonne à l’occasion du Centenaire de l’échelle Binet-Simon (1904-2004), Paris : L’harmattan, p. 157-174.

Andrieu B., Avanzini G., Clozza C. Klein A. eds., (2009). Alfred Binet. De la suggestion à la cognition 1857-1911, Lyon : Chronique sociale.

Binet, A. (1890a). "Recherches sur les mouvements de quelques jeunes enfants", Revue Philosophique, 29, 297-309.

Binet, A. (1890b). "La perception des longueurs et des nombres", Revue Philosophique, 1890, 30, 68-81.

Binet, A. (1890c). "Perceptions d’enfants ”, Revue Philosophique, 30, 582-611.

Binet, A. (1899-1902). Notes Sur L’étude expérimentale de l’intelligence, Nancy : Ed. Société Binet-Simon, 2011.

Binet, A. (1901). Archives Mémoire, 25 aout.

Binet, A. (1902a). Archives Idéation V Alice 3 juin 1902. 5 p.

Binet, A. (1902b). Archives Idéation V Madeleine 4 juin 1902, 5 p.

Binet, A. (1902c). Archives Caractéristiques mentales, 9 p.

Binet, A. (1902d). Archives Binet, Conclusion Essai de synthèse, 5 p.

Binet, A. (1903). L’étude expérimentale de l’intelligence, Paris : Alcan.

Binet, A., Henri V. (1894). "Recherches sur le développement de la mémoire visuelle des enfants" Revue Philosophique, 37, 348-350.

Binet, M. (1948). Mon père et nous. Journal de Madeleine Binet, Nancy : Ed Societé Binet-Simon, 2011, 116 p.

Carroy, J. (1991). Hypnose, suggestion et psychologie. L’invention de sujet, Paris,

P.U.F.

Carroy, J. (1998). "Alfred Binet, la psychologie individuelle et l’enfant", Journal des Psychologues, 156, 14-15.

Chapuis, E.. (1998). Binet, La psychologie individuelle et l’enfant, Thèse de doctorat, Paris 7.

Chapuis-Ménard, E. (2005). L’entourage féminin d’Alfred Binet, dans Jacqueline Carroy, Nicole Edelman, Annick Ohayon et Nathalie Richard (dir.), Nathalie Richard (dir.) Les femmes dans les sciences de l'Homme (XIX-XXe siècles. Inspiratrices, collaboratrices ou créatrices), Paris : Seli Arslan.

Hocquart D., (1988). Alfred Binet ou les coulisses de la psychologie expérimentale, dans Antoine Savoye et Rémi Hess Ed., Perspectives de l’analyse institutionnelle, Paris : Méridiens Klincsieck, 13-31.

Klein, A. (2009). "La philosophie scientifique d’Alfred Binet", Revue d’histoire des sciences, 62/2, 29-50.

Nicolas, S. (1994a). "Qui était Victor Henri (1872-1940) ?", L’Année psychologique, 94, 385-402.

Nicolas S., (1994b), "La mémoire dans l’œuvre d’Alfred Binet (1857-1911)", L’Année psychologique, 94, 257-282.

Nicolas, S. (2000). "Alfred Binet et l’enseignement supérieur", Cahiers Alfred Binet, 662, 37-62.

Nicolas, S., & Ferrand L. (2002). "Alfred Binet and Higher Education", History of psychology, 5, 3, p. 264-283.

Richard, J. F., (2000). "L’Etude expérimentale d’Alfred Binet. Cent ans après", Psychologie française, 45,1, 25-33.

Thiercé, A. (1999). Histoire de l’adolescence (1850-1914), Paris : Belin.

Haut de page

Notes

1  Binet connait ces travaux il en fait les comptes-rendus dans L’Année psychologique : 1895. A.P.,1, 408-409 : E.A. Kirkpatrick, 1894, Etude expérimentale sur la mémoire, Psychol. Rev., I, 6 nov., p. 602-609.-1895. A.P.,1, 411-412 : H. Münsterberg ( coll. Bigham), Mémoire, Psych. Rev., I, n°1, p. 34.-1895. A.P.,1, 413 : H.C. Warren, Expériences sur la mémoire visuelle, Proceedings of the Amer. Psych. Association. 1896. A.P., 2, 684-690 : W.-G. Smith, 1895, The Relation of Attention to Memory, Mind, janv., p. 47-73. A.-H. Daniels, 1895, The Memory After-Image and Attention, Amer. J. of Psychol., VI, 4, janv., p. 558-564. 1896. A.P., 2, 691-693 : J. Mark Baldwin, W.-J. Shaw, Memory for Square-Size. H.-C. Warren, W.-J. Shaw, Further Experiment on Memory for Square-Size, Psych. Rev., II, 3 mai, p. 236-244. Cf Corpus Alfred Binet dans B. Andrieu eds., 2009, Alfred Binet. De la suggestion à la cognition, Lyon, ed Chronique sociale, p. 185-204.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

BERNARD ANDRIEU, « Les notes d’Alfred Binet sur L’étude expérimentale de l'intelligence (1899-1902) », Recherches & éducations, HS n°1 | 2011, 5-24.

Référence électronique

BERNARD ANDRIEU, « Les notes d’Alfred Binet sur L’étude expérimentale de l'intelligence (1899-1902) », Recherches & éducations [En ligne], HS n°1 | octobre 2011, mis en ligne le 17 janvier 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/851

Haut de page

Auteur

BERNARD ANDRIEU

EA 4360 APEMAC/ EPSaMetz USR 3261 MSH Lorraine Axe 5 Associé à l’UMR 6578 CNRS Faculté du sport UHP Nancy Université 30 rue du Jardin botanique 54600 Villers les Nancy.

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org