Navigation – Plan du site

Phrases à continuer

p. 58-75

Texte intégral

Manuscrit des observations sur Alice (11 novembre 1900)

Manuscrit des observations sur Alice (11 novembre 1900)

Alice, 19 novembre 1900

1Une plainte tout d’un coup s’éleva dans la nuit.

2Sur le flot on voit encore briller la barque ruisselante d’eau salée.

3Indiscrète, j’ai voulu savoir ce qui se passait dans cette chambre.

4Une fois, je suis entrée par mégarde dans un cimetière.

5Son rire perlérésonna bien tristement pour la dernière fois.

  1. Je suis entré dans une épicerie et j’ai acheté pour deux sous de chocolat.

  2. Il faut avoir de la patience, car elle vient à bout de toute chose.

  3. Il pleut et nous n’avons pas de parapluie !…

  4. La maison est chauffée par un bois calorifère ( réalité ).

  5. Lorsqu’on est obligé de sortir lorsqu’il y a de la boue, il faut retrousser son pantalon pour ne pas le salir.

Manuscrit des observations sur Alice 19 novembre 1900 (1)

Manuscrit des observations sur Alice 19 novembre 1900 (1)
  1. Vous vous trompez, je suis plus riche que vous.

  2. J’écoutais d’un air distant le sermon du curé.

  1. La foudre qui tombe peut causer de grands ravages.

  2. C’était le soir d’un jour d’été ( ou du mois de juillet ) que je me suis cassé la jambe.

  3. Je me dépêche de finir mes devoirs pour avoir le temps de jouer ensuite.

  1. En grognant je donnai un sou à un aveugle ( imaginaire ).

  2. L’aile du perdreau que nous avons mangée hier, était cassée, sans doute par le plomb du chasseur imaginaire.

  3. Si quelqu’un me demande, je n’y suis pas.

  4. Jamais le courage n’est blâmable, même lorsqu’il est poussé trop loin. ( souvenir )

  5. Le souffle de la brise a effeuillé la dernière rose.

  1. Car

  2. L’étoile polaire fait partie de la petite Ourse.

  3. Si par hasard, quelqu’un

Manuscrit des observations sur Alice 19 novembre 1900 (2)

Manuscrit des observations sur Alice 19 novembre 1900 (2)

Marguerite, 5 septembre 1901

6J’ai pensé qu’il était nécessaire de porter un parapluie lorsque le temps est incertain. ( Recherche : 5 » – R : J’ai pensé à Barbizon, notre promenade d’avant-hier. Tu as dit qu’il fallait porter des caoutchoucs pour la pluie)

7Au premier coup la porte s’ouvrit. ( Recherche : 18 » – R : Je n’ai pensé à rien, n’importe quoi.)

8Si jamais il pleuvait ne sortez pas. ( Recherche :33 » – R : Je ne sais pas.)

9Chère Madame, recevez mes salutations empressées. ( Recherche : 25 » – rien représenté )

10Quand la nuit tombe, les étoiles se lèvent. ( Recherche : 3 » – R : J’ai pensé à la nuit à Samois)

Manuscrit des observations sur Marguerite 5 septembre 1901

Manuscrit des observations sur Marguerite 5 septembre 1901

Alice, 6 novembre 1901

11La barque secouée par les flots avançait lentement. 6 » – Que t’es-tu représenté ? Je me suis représenté entre deux jetées, une petite barque qui sautait entre les vagues. Mais rien de particulier, pas un souvenir. C’était un cadre connu ? Je ne sais pas du tout si c’était à Tréport ou St-Valery. Etait-ce une image visuelle qui t’est venue ou une affaire verbale ? Je l’ai vu visuellement.

12Nous sommes entrés dans la hutte d’un pauvre bûcheron ; la pluie n’avait pas cessé. – Je me suis représenté d’abord d’imagination un bois et une petite hutte de bûcheron ; et ensuite, en souvenir, une cabane de bûcheron que nous avons vue dans la forêt de Meudon. C’était le même cadre.

13Vers huit heures du soir nous aperçûmes la lune qui brillait au milieu d’un ciel pur. – On pouvait mettre tant de choses. C’était tout à fait imaginaire ; je me suis mal représenté, c’était vague. Et puis, je me suis dit que la lune ne brille pas souvent à huit heures du soir. ( réflexion inhibitoire ).

14Quand on s’imagine...(Elle s’arrête au milieu de sa rédaction, mécontente, puis reprend ) Je me suis dit que c’étaient des mots entrecoupés, qu’il ne fallait pas compléter la phrase… alors j’ai fait comme si ça venait d’un mourant. C’est la première idée qui t’est venue ? Oui, mais je ne me suis rien représenté. Je n’ai pas eu le temps. C’est un souvenir ? Oh ! non…

15La toux – Je me représente mal ce soir, ou pas du tout. J’ai un peu pensé à une histoire de Gil Blas où il y avait un malade qui toussait – et je ne sais pas pourquoi je me suis représenté la salle à manger de la rue Madame. Cela n’avait pas de rapport pourtant. Ce qui m’empêchait de me représenter, c’est que empêcha, je ne savais pas si ça prenait un t. La représentation du malade ? Très mal. Je l’ai vu assis dans un fauteuil, c’est tout.

16Lorsque je lis « la toux opiniâtre », je cherche, un complément du malade vient de suite, comme mot, et je me le suis représenté d’imagination d’abord. Le souvenir de Gil Blas est venu après ; et tout de suite après est venue la salle à manger de la rue Madame. Je crois que je l’ai vu d’abord dans une chambre quelconque ; et puis cette chambre m’a rappelé la rue Madame. Alors, j’ai vu celle de la rue Madame.

17Un verre en main – Lorsque j’ai vu un verre en main, j’attendais autre chose. Cela m’a fait perdre du temps. J’ai voulu mettre quelqu’un qui s’approche d’un blessé pour le secourir. Et ensuite j’ai pensé aux gens d’en face secourant un bonhomme dans la rue. Cela a entraîné ce souvenir. Puis, je me suis dit que j’avais déjà mis un soldat sur le champ de bataille, que cela suffisait, alors je me suis représenté d’imagination un cabaret. ll y avait des tables, des verres, des gens assis ; alors, j’ai vu ce vieux buveur. C’est complètement imaginaire. Je me le suis très bien représenté : ce n’est pas qu’il y eut des détails, c’est l’ensemble qui était net : surtout l’éclairage.

18O fantaisie – D’abord j’ai pensé que c’était très facile, que j’allais en mettre très long, et j’ai commencé le mot sans savoir où j’allais. Fantaisie, je voyais ce mot là comme : beauté de la nature. Je me suis souvenue de quelques lignes que j’avais écrites : chère campagne, je te retrouve.

19Le marché – Je me suis d’abord représenté le marché de St-Valery : j’ai vu l’ensemble, personne en particulier. Je voulais mettre : le marché couvrait la place. Ca cessait trop brusquement. Alors, j’aipensé après au marché de Meudon… et j’ai voulu mettre des milliers de personnes… j’ai pensé que c’était trop. J’ai vu le marché de Meudon à différents endroits.

20Les longues oreilles de ma monture me masquaient parfois entièrement la vue. – J’ai naturellement pensé d’abord à un âne trottant sur une petite route. Et après avoir écrit « de ma monture », j’ai pensé à Don Quichotte. J’ai pensé que « masquaient » était exagéré. Tu dis je ? C’est comme quelqu’un qui parle. C’est n’importe qui. Tu ne t’es pas vue sur l’âne ? Pas du tout, je n’y pense pas.

21Pan pan, monsieur ! Ouvrez donc puisqu’on vous apporte de l’argent. – J’ai d’abord pensé à l’Amour de Dieu ( chanson ) seulement ça n’allait pas. Ensuite, j’ai cherché longtemps sans rien trouver ; et quand j’ai dit : puisqu’on vous apporte de l’argent, je me suis représenté la place du Havre à St-Valery. Je n’ai pas vu les gens qui apportaient l’argent. J’ai pensé que ça se passait là – sans voir personne. Au mot argent, j’ai pensé à Harpagon, et je me suis représenté la page dans laquelle il commande à ses domestiques un dîner. C’était très vague St-Valery : ce n’est qu’après que l’image eut disparu que je me suis dit que je venais de voir St-Valery.

Manuscrit des observations su Alice 6 novembre 1901

Manuscrit des observations su Alice 6 novembre 1901
Haut de page

Table des illustrations

Titre Manuscrit des observations sur Alice (11 novembre 1900)
URL http://rechercheseducations.revues.org/docannexe/image/857/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Manuscrit des observations sur Alice 19 novembre 1900 (1)
URL http://rechercheseducations.revues.org/docannexe/image/857/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Manuscrit des observations sur Alice 19 novembre 1900 (2)
URL http://rechercheseducations.revues.org/docannexe/image/857/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Manuscrit des observations sur Marguerite 5 septembre 1901
URL http://rechercheseducations.revues.org/docannexe/image/857/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Manuscrit des observations su Alice 6 novembre 1901
URL http://rechercheseducations.revues.org/docannexe/image/857/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://rechercheseducations.revues.org/docannexe/image/857/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://rechercheseducations.revues.org/docannexe/image/857/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://rechercheseducations.revues.org/docannexe/image/857/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://rechercheseducations.revues.org/docannexe/image/857/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Phrases à continuer », Recherches & éducations, HS n°1 | 2011, 58-75.

Référence électronique

« Phrases à continuer », Recherches & éducations [En ligne], HS n°1 | octobre 2011, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/857

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org