Navigation – Plan du site

Pensées et mots

p. 190-193

Texte intégral

Alice, 12 juin 1902

1Il faut me faire une phrase de réponse verbale, puis tu l’épluches. Crois-tu qu’il puisse tomber de la neige en juillet ? Je ne crois pas que ce soit probable. J’ai pensé à la prédiction de M. Marouteau et à la réponse de maman que ce ne serait pas probable.

2Ce sont des mots ? Non, ce sont des pensées, seulement je suis bien forcées de les traduire en mots. J’ai eu une pensée très vague d’hier soir quand nous étions avec maman et que nous avons parlé de la neige en juillet. C’était un souvenir très vague ; je ne sais pas au juste.

3Où se trouve en ce moment ton chapeau ? Celui que nous mettrons aujourd’hui se trouve dans le cabinet aux lampes.

4Comment vient-elle cette phrase ? Elle est préparée par plusieurs pensées. Je ne prépare pas la parole. Elle est presque comparable à une image ; la réponse en mots m’apparaît comme une image qui coupe la pensée. La pensée, c’est quelque chose que je sais brusquement pour l’avoir cherché par des mots ; elle m’apparaît comme un sentiment quelconque. Je ne sais que dire.

5Vas-tu à Samois, aujourd’hui ? Non, je ne vais pas à Samois. J’ai entendu la question, je l’ai comprise, je n’ai rien vu, je n’y a pas pensé pour ainsi dire – j’ai senti qu’elle appelait une négation, et puis voilà. Développe. Il me semble que dans une question, il y a une chose principale, le ton de la réponse.

6Continue les mots. Prends un [2 mots illisibles] (Elle récite. )Quand tu récites, as-tu l’idée de ce que tu vas dire ? Non, c’est le 1er mot du vers qui me donne le vers entier… et tout naturellement la fin d’un vers appelle le commencement de l’autre. Ça s'enchaîne. Est-ce la même chose quand tu réponds ? Non, pas tout à fait. C’est un peu semblable en ce que le sentiment qui me fait dire la phrase s’enchaîne, comme pour les vers. Mais la différence ? C’est que les vers, je les sais déjà, tandis que j’improvise ce que je dis. En quoi consiste improviser ?

7T’appelles-tu Antoinette ? Non, je ne m’appelle pas Antoinette. Epluche. Entre la question et la réponse, j’ai pensé à maman. Comment as-tu répondu non ? Il fallait une négation. Tu as le sentiment de la négation avant de répondre ? Oui… ce sentiment assez vague, mais dont je suis sûre, c’est une pensée sans mots.

8Quand auras-tu 25 ans ? Dans dix ans. Epluche. D’abord, il y a la question qu’il a fallu que je comprenne. Puis il a fallu que je calcule. Puis j’ai eu le sentiment qu’il fallait que je réponde dans dix ans. La pensée, je ne m’en rends pas compte de ce qu’elle me fait éprouver.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Pensées et mots », Recherches & éducations, HS n°1 | 2011, 190-193.

Référence électronique

« Pensées et mots », Recherches & éducations [En ligne], HS n°1 | octobre 2011, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/866

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org